Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon (The Eitingons. A Twentieth-Century Story), Paris, Liana Levi, 2013 (2009), 478 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Pour les militants des différents courants trotskystes les plus au fait de leur passé historique, le nom de Leonid Eitingon, certes moins célèbre que celui de Ramon Mercader, n’en résonne pas moins à leur esprit d’une lugubre façon. Il s’agit en effet du maître d’œuvre de l’assassinat de Léon Trotsky orchestré par le pouvoir soviétique stalinien. Ramon Mercader fut la main qui frappe et Leonid Eitingon, son recruteur, en fut le pilote, l’organisateur sur le terrain. Si cet agent des « services » n’est donc inconnu ni des militants, ni des historiens des communismes ni de certains auteurs de fictions historiques1, ce serait par contre mentir que d’affirmer que Max Eitingon, psychanalyste ami de Sigmund Freud (le premier à le rejoindre à Vienne) et surtout Motty Eitingon, négociant international en fourrures, ne le sont pas2. Grâce au livre de Mary-Kay Wilmers, cofondatrice de la prestigieuse London Review of Books en 1979, nous en savons un peu plus, même si cette fresque historico-familiale n’est pas sans faiblesses.

Deux articles dans The New York Review of Books (revue non moins célèbre que sa consœur britannique), les 24 janvier et 16 juin 19883, sous la plume de Stephen Schwartz, ex-militant et journaliste gauchiste devenu propagandiste néo-conservateur, dénoncent la complicité des intellectuels européens avec ceux que l’auteur nomme les Killerati4 de Staline. Véhiculant les thèmes classiques d’un anticommunisme de type guerre froide, ces articles suscitent la polémique. En effet, Stephen Schwartz « révèle » que dans la famille Eitingon, Motty et Max ne sont en réalité que des agents sous couverture, travaillant sous les ordres de Leonid pour le Guépéou. Réfutées par Theodore H. Draper5, l’historien spécialiste du communisme étasunien, que nul ne peut soupçonner de philo-communisme, ces allégations n’interpellent pas moins Mary-Kay Wilmers, puisque sa grand-mère maternelle est une Eitingon, et que sa mère et ses sœurs vivaient à Moscou avant octobre 17.

Mary-Kay Wilmers, qui n’est pas une historienne, décide alors de « découvrir la vérité (à supposer qu’elle existe) (…) [ou] au moins rendre justice à ces hommes en décrivant leur vie du mieux possible » (p. 39). Une gageure, car les preuves qu’elle a « pu amasser sont souvent minces, voire contradictoires. » (p. 26) et l’on perçoit comme un regret. Outre des entretiens avec des membres de la parentèle Eitingon, y compris en Russie lors d’un voyage en 1991 (mai et novembre), elle utilise surtout des sources de seconde main, des ouvrages principalement ou par exemple le New York Times pour Motty Eitingon. Elle a pu consulter quelques archives du PCUS de la région de Gomel (Biélorussie) en 2001, ainsi que d’autres archives de l’institut Hoover (grâce à l’historien Theodore Draper) mais sans plus de précision sur ces sources primaires, dont elle ne donne pas les références.

Son livre entrelace trois récits, essayant de trouver des points de convergences entre les vies riches d’émotions de Leonid, Motty et Max Eitingon qui pourraient indiquer (ou infirmer) l’instrumentalisation des deux derniers au profit du premier. A l’origine, la famille Eitingon, qui appartient au milieu des marchands juifs, vit dans l’actuelle Biélorussie, qui appartenait sous le tsarisme à la « zone de résidence » assignée aux Juifs à partir de 1791. Assez vite spécialisés dans le commerce des fourrures, ces marchands progressent socialement, au point de faire partie de la bourgeoisie capitaliste de Lodz (Pologne actuelle)6, centre industriel à l’égal de Manchester. Après la Révolution de 1917, une partie des Eitingon quitte la Russie. Motty Eitingon (qui a été incarcéré avec son frère, grand-père de l’auteure) s’installe à New York dès 1920. Grâce à ses connaissances sur le commerce des fourrures et aux besoins de l’URSS en ce domaine, sa compagnie signe en janvier 1926 un contrat avec le gouvernement soviétique pour l’exportation de fourrures vers les Etats-Unis. Lors de la grande grève des ouvriers fourreurs juifs de New York en février 1926, dirigée par les communistes (contre l’avis de leur direction syndicale), il semble que Motty Eitingon se soit servi de son statut de plus important importateur de peaux pour obtenir que les ouvriers obtiennent satisfaction et mettent fin à leur grève. La rumeur persistante de collusion avec le communisme, voire avec les intérêts soviétiques, commence alors à prendre forme, alimentée par le fait qu’il ne cache ni ses amitiés ni ses fréquentations très progressistes, comme le scénariste autrichien exilé Franz Hoellering, le compositeur Marc Blitzstein, etc. (p. 208-209, 212-213). Son second mariage avec Béatrice Tepfer, sympathisante du régime soviétique (les jeunes mariés passent leur lune de miel en URSS en 1934), décrite comme ayant « beaucoup de contacts dans le milieu du spectacle de gauche » (p. 205) ce qui dans les années trente désignait concrètement les « compagnons de route » du communisme, ne fit que renforcer les suspicions … et l’intérêt du FBI, qui ouvre un dossier à son nom en 1942, le refermant en 1946, pour le rouvrir un an plus tard, puis de nouveau en 1954.

Max Eitingon, après des études de médecine à Leipzig, entre en relation avec Freud en 1906, mais termine sa thèse avec Jung. Devenu psychiatre, il s’installe à Berlin tout en continuant à échanger une nombreuse correspondance avec Freud7. Après la Première Guerre mondiale, Max Eitingon finance la création de la Policlinique de Berlin en 1920, qu’il dirige avec Karl Abraham8 . L’équipe autour de Max Eitingon considère la psychanalyse « comme une branche de la santé publique » (p. 178), et le traitement « était accessible aux chômeurs, aux ouvriers, aux étudiants, aux domestiques (…) à tout le monde, adultes comme enfants. » (p. 178). Remarquons au passage l’absence, dans cette partie du récit, de Wilhelm Reich, psychanalyste, marxiste et militant du Parti communiste allemand alors que celui-ci travaillait à Berlin à cette époque, en particulier avec Otto Fenichel, également collaborateur de Max Eitingon à la Policlinique (p. 182, 185). Les nombreux voyages de Max Eitingon à l’étranger ont donné matière à certains (Stephen Schwartz, par exemple) pour imaginer des rencontres avec un agent traitant du Guépéou (Leonid, peut-être ?) ou des missions secrètes, alors que les fonds illimités dont il dispose – et qui lui viennent de ses origines familiales – permettent à d’autres de prétendre à un contrôle du mouvement psychanalytique par Moscou ! Un séjour, surtout, intrigua. En septembre 1937, lorsque le général Miller, leader des Russes blancs exilés à Paris, disparaît (enlevé par les Soviétiques), Max Eitingon et son épouse Mirra sont à Paris, en compagnie de leurs amis Nadejda Plevitskaïa et du général Skobline, qui travaillent, eux, réellement pour le Guépéou. Mary-Kay Wilmers, bien que n’ayant trouvé aucune preuve de l’implication du psychanalyste dans cette affaire, n’en demeure pas moins perplexe et concède que Max Eitingon possédait le profil de certains agents (riche, amoureux de l’art, une certaine incarnation de l’esprit moderniste viennois). Pour elle, le mystère reste entier (p. 239-259).

Sur Leonid Eitingon, Mary-Kay Wilmers retrace son parcours, bien connu, depuis son entrée dans la Tchéka en mai 1920 jusqu’à ses arrestations (la première lors du « complot des blouses blanches » en 1951, la seconde comme membre du groupe de Beria en 1953), sa libération en 1964 et son décès en 1981, en passant par son rôle majeur en Espagne et dans l’assassinat de Léon Trotsky. Mais aucun éclairage nouveau dans cette évocation.

Mary-Kay Wilmers a tenté une mise en récit ambitieuse de trois vies, emblématiques selon elle du XXe siècle, puisque reliées au capitalisme étasunien (Motty Eitingon), au communisme soviétique (Leonid Eitingon) et à la psychanalyse (Max Eitingon). Trois figures d’une modernité certaine, trois vies riches et richement vécues, plus ou moins proches du pouvoir, des pouvoirs. Même s’il s’y glissent trop d’erreurs factuelles, d’approximations et une confiance excessive dans une bibliographie souvent peu scientifique9, le récit est vivant, jamais ennuyeux, avec des informations sur quelques aspects du mouvement ouvrier et communiste étasunien. Pourtant, nous savons que toute « mise en récit obéit à des règles : schèmes logiques, méthodes explicatives, choix des sources, sélection des documents, croisement des données, mises en relation logiques entre événements et discours sur les événements, preuves, etc. »10. N’ayant que partiellement réussi à mettre en application ces règles de base de toute recherche historienne – sur un sujet il est vrai ardu, les agissements des services secrets soviétiques – Mary-Kay Wilmers échoue dans cette (en)quête d’une vérité familiale qu’elle pensait quand même appréhender11. Sur un sujet similaire, on peut comparer avec le récit d’Ivan Jablonka, parti sur les traces de ses grands-parents12. Au net avantage de celui-ci.

1L’implication de Leonid Eitingon dans la préparation et l’exécution de l’assassinat de Léon Trotsky est retracée dans l’extraordinaire roman de Leonardo Padura, L’Homme qui aimait les chiens (Métailié, 2011), tandis que Gani Jakupi l’intègre dans sa bande dessinée, également sur le meurtre de Léon Trotsky, Les amants de Sylvia (Futuropolis, 2010). Les comptes rendus se trouvent pour le premier ouvrage sur http://dissidences.hypotheses.org/616, et pour le second, sur https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=711

2On citera pourtant un article concernant Max Eitingon : Jacques Chemouni, « Le psychanalyste Eitingon a-t-il participé à l’assassinat de Léon Trotsky ou à des actions d’espionnage au profit du régime stalinien ? », Cahiers Léon Trotsky, n° 77, avril 2002, p. 35-63. Jacques Chemouni est l’auteur de Trotsky et la psychanalyse, Paris, Éditions In Press, 2004 (Jean-Guillaume Lanuque avait chroniqué ce livre sur l’ancien site de Dissidences).

4Par ce jeu de mots, l’auteur entend rapprocher les agents soviétiques de l’époque stalinienne d’un mythe propagé par les adeptes des théories complotistes, la société des Illuminati, qui serait composée de noyaux infiltrés au plus haut niveau des États ou des banques aux fins de domination mondiale.

6Sur l’expansion capitaliste de Lodz (grâce au textile) et sur ses luttes ouvrières, on lira les romans de Israël Joshua Singer, Les frères Ashkenazi (Le Livre de poche-Biblio, 2015) et de Wladyslaw Reymont, La Terre promise (éditions Zoe, 2011), dont s’est inspiré le cinéaste polonais Andrzej Wajda pour La Terre de la grande promesse (1975).

7Sigmund Freud-Max Eitingon, Correspondance, 1906-1939, Paris, Hachette/Littératures, 2009, 976 p.

8Ne connaissant pas encore la correspondance Freud-Eitingon, Jean-Michel Palmier, dans son Wilhelm Reich de 1969 (UGE/10-18) ne mentionne que Karl Abraham comme directeur (p. 49).

9Parmi les erreurs ou approximations, relevons celle sur les Soviétiques obligés de « rédiger des « autobiographies » » (p. 115) alors que seuls les membres du parti communiste devaient s’y astreindre, Borodine qualifié de « plus illustre agent » du Komintern (p. 131), alors qu’ils étaient des centaines de même statut, l’existence de trotskystes dans les Brigades internationales en Espagne (p. 265), « révolution perpétuelle » au lieu de « révolution permanente » (p. 282), etc. Quant à la bibliographie, s’appuyer sur des spécialistes de l’anticommunisme de guerre froide comme Isaac Don Levine, John Costello, Cyrille Henkine ou sur des récits de transfuges comme Alexandre Orlov ou Walter Krivitsky est la marque d’un certain laisser aller, ce qui est plutôt étonnant de la part de la responsable de la London Review of Books.

10Arlette Farge, « Écrire l’histoire », Hypothèses, n° 7, 2004/1, p. 317-320.

11Mais n’était-ce pas biaisé d’avance que de suivre pour cela un fil rouge complaisamment tendu par un publiciste anticommuniste, féru de complots de surcroît ?

12Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête, Paris, Éditions du Seuil, 2012, coll. « Points Histoire », 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.