Thomas van Houtryve, La Lutte continue. Voyage dans les communismes du XXIe siècle, Paris, Intervalles, 2012, 290 pages, 39 €, préface de Tzevan Todorov.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans la catégorie des beaux livres sur le communisme, nous avions déjà évoqué Sous les plis du drapeau rouge1 ou Sous le signe de l’étoile rouge. La Lutte continue est relativement différent, puisqu’il s’agit d’une sélection de photographies réalisées au cours de la première décennie du XXIe siècle, par un journaliste ayant collaboré à des titres réputés internationalement. Thomas van Houtryve a voulu en effet rassembler ses visions de ce qui reste aujourd’hui du camp socialiste d’antan, en allant enquêter sur place, dans les derniers pays se réclamant officiellement du communisme, auxquels un chapitre est respectivement dédié. L’ensemble est préfacé par Tzevan Todorov, qui se révèle un peu trop partiel dans sa vision du communisme2.

Une série de photographies ouvre chaque chapitre, suivie par un texte consacré au pays en question et la légende (succincte) de chaque cliché. Ceux-ci sont de grande qualité, avec des couleurs qui ressortent bien, souvent placées dans un décor plus sombre. Celui qui ouvre l’ouvrage, un homme écartant un rideau dans le musée Hô Chi Minh, illustre bien la plongée qui s’offre à nous, tandis que l’ultime cliché voit l’intérieur d’un taxi au pare-brise totalement rougi, une icône de Mao jeune suspendue au rétroviseur, comme pour mettre en relief la vision idéologique aux commandes de ces divers États. Le Népal est abordé sous l’angle de la guerre civile, juste avant l’arrivée au pouvoir des rebelles maoïstes, et les photographies relèvent d’une véritable mise en scène : après la très belle vue d’un drapeau rouge hissé au sommet d’un arbre devant un paysage himalayen, aperçu d’ensemble du sujet, se succèdent des vues d’entraînements des combattants maoïstes (plutôt rouges, avec cette scène impressionnante de multiples fusils dressés) et des groupes de policiers (plutôt bleus), avant des témoignages de violentes manifestations anti-monarchistes, culminant dans une double-page de raz de marée maoïste. Pour la Corée du nord, dont la première photo, celle d’une employée du métro de Pyongyang devant une fresque héroïque, est une superbe métaphore du croisement entre propagande tournée vers l’avenir et présent fixé sur le passé glorieux, l’accent est mis sur le contraste entre la forte militarisation du paysage et des scènes de la vie ordinaire (jusqu’à une consultation chez le dentiste). Le récit insiste sur la mise en scène généralisée, avec les traditionnelles étapes de la visite touristique (le mausolée de Kim Il Sung en particulier), et évoque le rocambolesque second voyage mené par un Thomas van Houtryve dissimulé derrière la fausse identité d’un représentant de l’industrie chocolatière !

A Cuba, c’est la débrouille qui est au cœur des témoignages photographiques, avec en arrière-plan la présence de la propagande (étonnant cliché d’étudiantes en art aux corps peints, entre autres de portraits du Che et de Camilo Cienfuegos). Les pays évoqués les plus étonnants sont la Moldavie et le Laos. Le premier se centre surtout sur la Transnistrie, province orientale séparatiste restée fidèle au modèle soviétique, là où le reste du pays voyait en 2009 l’essor des manifestations anti-communistes, largement mises en valeur visuellement (non sans une certaine candeur de la part de Thomas van Houtryve concernant l’analyse de ces « révolutions » de couleur dans la frange occidentale de l’ancienne URSS). Le Laos, pour sa part, généralement négligé par l’actualité internationale, est mis en valeur par le contraste marqué entre déploiement d’une richesse sans complexe (dans les zones économiques spéciales) et une pauvreté apparemment endémique, et, plus incroyable, par le reportage réalisé au plus près des derniers représentants de la guérilla des Hmong, engagés par la CIA durant la guerre du Vietnam pour lutter contre les combattants communistes, et qui sont de nos jours, eux et leurs familles, toujours traqués. Pour le Vietnam, ce sont les traces de la guerre, justement, qui sont au cœur de nombre de photographies (musées, tombes, soldats), « Autant de cicatrices jamais complètement refermées. » (p. 249), ainsi que des exemples d’une vie quotidienne tout ce qu’il y a de plus « normal ». A travers l’exemple du sort d’une pharmacie, propriété de ses beaux-parents ayant fui un Vietnam devenu entièrement communiste, Thomas van Houtryve évoque le retour du capitalisme dans le pays.

Enfin, en ce qui concerne la Chine, le récit évoque Nanjie, un village du centre du Henan qui présente la particularité d’être revenu à la collectivisation au tout début des années 1990 (sans que l’on sache d’ailleurs si c’est là un cas unique ou non), les habitants, ayant tous les mêmes habitats et le même ameublement, disposant d’avantages sociaux, ce que n’ont pas les nombreux travailleurs migrants essentiels au bon fonctionnement de la communauté… De manière générale, l’accent est mis par Thomas van Houtryve sur le caractère passéiste de ces communismes, sur les ravages qu’ils ont causés, face à la misère et aux morts ordinaires, ce que l’on pourra trouver un peu simplificateur (aucune bibliographie n’est par ailleurs proposée).

1Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3456

2En plus de situer l’apparition des mouvements millénaristes à compter de la Réforme, alors qu’ils ont émergé avant. Voir par exemple Norman Cohn, Les Fanatiques de l’apocalypse, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4768


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.