Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (couleurs), La Guerre des amants. 3 – Jaune Berlin, Grenoble, Glénat, 2015, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jaune Berlin – dont le choix de teinte s’explique par la volonté de compléter le spectre des trois couleurs primaires – conclut la trilogie entamée avec Rouge révolution1 et poursuivie dans Bleu Bauhaus2. Là où les deux premiers tomes se suivaient à quelques années d’intervalle seulement, Jaune Berlin se déroule vingt ans plus tard, en 1945. L’essentiel de l’intrigue suit Walter, cet idéaliste engagé au sein de l’armée des États-Unis, au sein du corps très particulier des « Monuments Men », récemment mis en lumière dans le film éponyme de George Clooney3. Comme ses camarades, il est donc chargé de protéger ou de retrouver les œuvres d’art, dont un bon nombre furent pillées par les dirigeants nazis. Il travaille d’abord dans ce but en France, puis dans l’Allemagne vaincue, désireux en particulier de mettre la main sur un chef d’œuvre d’Hubert et Jean van Eyck, L’Agneau mystique. Parallèlement, Natalia, ayant gravi les échelons au sein de l’Armée rouge, a été placée à la tête de la « Mission trophée », chargée par Staline de mettre la main sur le plus grand nombre d’œuvres d’art, en une forme de (très infime) dédommagement pour la saignée humaine et matérielle subie par l’URSS durant la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux itinéraires sont intercalés quelques retours en arrière, fort utiles pour découvrir le projet de musée envisagé par Hitler pour la ville de Linz (où il passa une partie de son enfance), dit Führermuseum, ou l’action résistante de Rose Valland4, qui collecta énormément d’informations sur les œuvres d’art confisquées par les nazis, permettant de retrouver la plupart d’entre-elles.

On l’aura compris, l’art est au centre de Jaune Berlin. Certes, c’était déjà le cas des précédents volets5, mais on assiste au fil de la trilogie à un affadissement du contexte politique au profit exclusif des considérations artistiques. Ici, la préférence va clairement aux Étatsuniens. Walter est le prototype de l’homme compréhensif et généreux (il protège et accepte sans difficulté la relation homosexuelle de Rose Valland, et sauve même sa maîtresse des tondeurs de la Libération), et sa mission consiste à rendre à leurs propriétaires, privés ou étatiques, les œuvres d’art subtilisées, là où les Soviétiques se saoulent sans complexe (p. 19) et témoignent d’un égoïsme national plus prononcé. Le principal regret, c’est de ne pas bénéficier d’éclairages substantiels sur les parcours de Walter et surtout Natalia de 1925 à 1945 : on aurait en particulier aimé apprendre comment cette dernière a réussi à traverser la Grande Terreur ou les débuts de la guerre avec l’Allemagne. En lieu et place, c’est la romance entre les deux personnages qui se conclut, sous la forme à la fois d’une désillusion, d’une impossibilité de retrouver le romantisme et la passion des origines (la mort de l’adolescente blonde, tué par Walter car elle dérobait un tableau de Rembrandt, symbolise la disparition de cette idylle de jeunesse6), mais également d’une réconciliation à travers l’art. Ce dernier est ainsi le seul capable d’exalter une beauté commune, tout spécialement les œuvres de Kandinsky, personnage transversal des trois tomes7 et dont le prénom est aussi celui du fils de Walter et Natalia.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

2Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4863

3Monuments Men, de George Clooney, avec George Clooney, Matt Damon, Bille Murray, Cate Blanchett, production États-Unis/Allemagne, couleur, 1h 59 mn, sortie en France le 12 mars 2014.

4Sur cette femme peu (ou pas assez) connue, lire ses mémoires : Rose Valland, Le Front de l’art, défense des collections françaises, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997 (1ere édition Plon, 1961). Deux bandes dessinées retracent son parcours, toutes deux parues en 2009 : Catel [Catel Muller], Emmanuelle Polack, Claire Bouilhac, Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts, tome 1, Paris, Dupuy, 48 p., et Emmanuelle Polack, Emmanuel Cerisier, Rose Valland, l’espionne du musée du Jeu de Paume, Paris, Gulf Stream Éditeur, 93 p. Voir également le catalogue d’une exposition qui lui est consacrée sur http://www.chrd.lyon.fr/static/chrd/contenu/pdf/presse/e_DP_Rose_Valland.pdf

5A ce titre, il est dommage que Rouge révolution soit le seul album dénué de cahier critique, rédigé par des spécialistes de chaque question, tant le constructivisme ou la vitalité artistique de la Russie révolutionnaire auraient mérité des développements.

6Natalia dans une lettre à Walter, écrite en esperanto : « Nos espérances de jeunesse sont en cendres, comme les villes que nous traversons. » (p. 33).

7Le code utilisé par Natalia pour permettre à Walter de la retrouver dans un Berlin en ruines est une référence directe au constructivisme évoqué dans Rouge révolution. De même, la discussion finale entre Walter et Natalia permet cette réflexion : « Lui seul a pleinement réussi sa mission… Changer notre monde à grands coups de pinceau… » (p. 48).


1 réflexion sur « Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (couleurs), La Guerre des amants. 3 – Jaune Berlin, Grenoble, Glénat, 2015, 58 pages, 13,90 €. »

  1. Olivier MANGIN

    Bonjour Jean-Guillaume,
    Merci pour cette chronique pointue qui atteste d’une lecture fine et documentée de notre série. Je ne m’exprimerai bien sûr pas au nom de Jack, mais je peux dire combien j’ai été heureux de mettre en scène cette trilogie, au bout de laquelle pointent ces retrouvailles autour de l’art, seule utopie à pouvoir résister face aux horreurs et aux fracas ?
    Par ailleurs, oui nous pourrions rêver de raconter les années manquantes et la vie de Natalia dans la terrible Urss des années trente, mais ce serait une autre histoire, nous laissons le lecteur se faire son récit !
    Quant à votre remarque par rapport à l’absence de cahier historique à la fin du tome 1, elle est on ne peut plus juste, nous n’avons simplement pas eu l’idée avec l’éditeur de le proposer dans ce premier volume, malgré le nombre de documents amassés par Jack pour son récit, et par les recherches iconographiques que j’ai pu mener également.
    Bien cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.