Jean-Gabriel Périot, Une jeunesse allemande, film documentaire, France/Allemagne/Suisse, scénario de Jean-Gabriel Périot, 93 mn, couleur, production Local Films et Blinker filmproduktion, sorti le 14 octobre 2015.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Tout commence par l’extrait d’une interview de Jean-Luc Godard où il est question de réaliser des images en Allemagne, sur la possibilité de filmer en Allemagne. Ce film, dont sont extraites les quelques images, n’est pas référencé (il l’est cependant dans le générique final). Le spectateur le comprend immédiatement, c’est sous le patronage du cinéma (incarné par la voix si identifiable de l’auteur de La Chinoise) que s’ouvre Une jeunesse allemande. Cette jeunesse allemande dont il est question dans le titre du film, c’est celle qui au début des années 60 ne s’identifie plus à la jeunesse de ses pères. Ces derniers sont illustrés par un extrait d’actualité de la fin de la période nazie où Adolf Hitler tapote la joue d’un adolescent des Jeunesses hitlériennes qui mourra quelques jours plus tard lors de l’assaut final de Berlin par les troupes soviétiques et une scène, très connue, de liesse, où une foule estudiantine jette des livres dans un immense feu pour un autodafé géant. Ces pères, qui ont soutenu, applaudi, au pire, obéi, au moins durant ce IIIe Reich, dont la fin est si proche. Cette jeunesse allemande se radicalise alors contre ce passé nazi, contre la société de consommation, contre l’impérialisme, contre la guerre du Vietnam. Cette jeunesse allemande a nom Ulrike Marie Meinhof, Andreas Baader, Holger Meins, Gudrun Ensslin, Horst Malher, Jan-Carl Raspe… Plusieurs d’entre eux sont étudiants en cinéma à l’Institut du cinéma allemand de l’Université Libre de Berlin. D’autres, Ulrike Meinhof ou Horst Malher par exemple, sont engagés dans le journalisme radical, rédactrice à Konkret pour la première ou avocat, fondateur du collectif des avocats socialistes de Berlin pour le second. Ces apprentis cinéastes s’essaient à l’usage de l’art visuel pour défendre leurs positions politiques.

Jusqu’à ce jour, personne n’avait songé à utiliser ce fantastique matériau, constitué par les rushs des films d’exercice dans le cadre de leur formation, pour raconter l’histoire de leur engagement politique. C’est précisément là que réside l’intérêt premier, archéologique du film de Jean- Gabriel Périot. A ces extraits de films, souvent inaboutis ou inachevés, se mêlent des extraits d’émissions de télévision. On y a apprend ainsi que Ulrike Meinhof était l’invitée régulière d’émissions de débats intellectuels jusqu’à la fin des années 60, distillant ses analyses à contre-courant, radicales, à un public dépassant largement celui du lectorat du magazine Konkret. Avant de pratiquer l’exercice de la lutte armée, c’est par l’image que la violence est mise en œuvre, au fil des réalisations des uns et des autres. Ces films d’école mêlent une dénonciation sans nuance de la « presse de caniveau » (illustratif apparaît à cet égard le film consacré au Bild, le journal le plus populaire d’Allemagne) ou les acteurs miment l’usage des armes pour s’attaquer aux pouvoirs établis. Puis le film bascule, car soudain, après 68 et la fin de la la période de grande coalition SPD-CDU, c’est à travers les reportages télévisuels que se scelle le destin du groupe Baader-Meinhof, passé à la clandestinité et à la lutte armée. L’évocation des bombes contre les bases étatsuniennes en Allemagne, contre les diverses institutions, puis l’exécution de Hans-Martin Schleyer, le dirigeant du patronat allemand, kidnappé auparavant, rappellent la violence et la dureté de la guerre privative à laquelle s’est adonnée la Fraction Armée Rouge (RAF en allemand). Les réactions du SPD (Helmut Schmidt est alors chancelier), sur l’usage de la violence légitime, celle de l’État, contre les « anarchistes criminels », s’expriment sans retenue. Celles d’Helmut Kohl, dirigeant de la CDU ou de Franz-Joseph Strauss de la CSU, expriment encore plus violemment leur absolue détestation des « criminels destructeurs ». Après le détournement d’un avion à Mogadiscio, dont l’échec scelle le sort des prisonniers de la RAF, c’est l’impasse politique totale pour Baader, Meinhof et leurs camarades de cellule. Le film se conclut par un extrait de L’Allemagne en automne, film collectif (1977) auquel ont participé les principaux cinéastes engagés de la période (Alexander Kluge, Volker Schlöndorff, Rainer Werner Fassbinder…). En contrepoint de l’annonce du suicide de Meinhof et Baader au journal télévisé, Fassbinder, nu, téléphone à un correspondant anonyme, au milieu de la nuit pour lui annoncer la nouvelle et l’expression de ses doutes sur la véritable nature du suicide. Puis, dans la scène suivante, c’est le dialogue entre Fassbinder et sa mère, social-démocrate de tout temps, qui illustre la rupture entre ces intellectuels radicaux et l’opinion publique du pays.

Ouvert sous les auspices de Jean-Luc Godard, le film se clôt par l’approche crépusculaire portée par Fassbinder. Pas tout à fait cependant, car une ultime scène montre une femme, coiffée d’un chapeau de paille (chapeau vietnamien, référence aux combattants vietcongs ?) distribuant des tracts devant l’entrée d’une entreprise, tandis que la voix off de Ulrike Meinhof rappelle la volonté de fusionner l’avant-garde politique avec les masses. Le spectateur peut-il y percevoir le fil qui unit cette jeunesse allemande d’il y a un demi-siècle désormais à celle d’aujourd’hui ?

De ce point de vue, Une jeunesse allemande ne se présenterait pas alors comme un film sur la nostalgie des combats perdus et de l’impasse politique que représente le terrorisme, mais bien une œuvre appelant à la réflexion sur les moyens de continuer l’entreprise de transformation du monde, à laquelle avait commencé de s’atteler cette jeunesse allemande des années 70′.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.