Sam Eastland, L’œil du tsar rouge (Eye of the Red Tsar), Paris, éditions Anne Carrière, collection « Pocket », 2011 (2010 pour l’édition originale), 416 pages, 7,80 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Sam Eastland est le pseudonyme choisi par l’écrivain britannique Paul Watkins pour signer ce roman, premier d’une série mettant en scène l’enquêteur Pekkala dans l’URSS de Staline. Cet épisode séminal nous transporte donc en 1929, alors que Pekkala purge une peine de 30 ans de camp1. Il est sorti de sa détention en Sibérie afin de mener à bien une mission bien particulière : élucider le mystère de l’exécution des Romanov. L’intrigue se divise alors en deux types de chapitres, les uns localisés dans le présent, les autres permettant des retours en arrière, dans le passé de Pekkala.

Ce dernier, fils d’un entrepreneur de pompes funèbres finlandais dans la Russie tsariste, fut en effet choisi par son père pour remplacer son frère aîné, chassé du corps prestigieux des régiments finlandais du souverain absolu. C’est ce qui lui a permis de faire la connaissance de Nicolas II, avec qui il noue très une vite une relation de confiance, et même d’amitié. Celui-ci le fait recruter par l’Okhrana, avec un statut unique, celui d’ « œil d’émeraude », c’est-à-dire d’agent ne rendant de comptes qu’au tsar lui-même. Pekkala dispose en effet d’une particularité, une mémoire visuelle prodigieuse, atout considérable pour ses investigations. La seule de cette époque qui est racontée concerne un individu recruté par la police secrète afin d’attirer à lui des apprentis terroristes, et qui se retourna finalement contre les autorités. Pekkala, après la chute du régime, tente sur les conseils de son souverain déchu de fuir à Paris retrouver sa fiancée, mais capturé par les gardes rouges, puis reconnu par son insigne (une maladresse plutôt étonnante de sa part), il subit les interrogatoires menés par un certain Staline, avant de se retrouver déporté. Une dizaine d’années plus tard, le voici donc, épaulé par son frère retrouvé et un jeune membre du Guépéou, chef cuisinier bridé, se mettant à la recherche de la vérité sur la disparition des Romanov. Très vite, une fois les corps de la famille identifiés, l’enquête se concentre sur Alexei, le tsarévitch, qui aurait survécu, et sur le trésor que Nicolas II aurait dissimulé.

Le choix de sa narration alternée et le sujet, éminemment intrigant2, font beaucoup dans l’intérêt de la lecture, car le style, pour sa part, est relativement terne et plat, avec en outre un certain nombre d’éléments bien peu crédibles (comment imaginer que Pekkala ait pu se laisser abuser par un Alexeï qu’il avait longtemps côtoyé ?). Hélas, L’œil du tsar rouge souffre de deux défauts rédhibitoires. Le premier est un déficit de documentation historique, qui nous vaut une série d’approximations ou d’erreurs. Ainsi, selon Sam Eastland, la révolution de février amène déjà au pouvoir les bolcheviques, et le passage du calendrier julien au grégorien est avancé d’un an ; dès leur arrivée au pouvoir, d’ailleurs, les bolcheviques mettent en place la collectivisation des terres, provoquant une famine de cinq millions de morts (p. 174). Par ailleurs, la proximité de Pekkala avec le tsar semble un peu trop familière, au vu des conventions et des préjugés sociaux, et on comprend mal la place d’un Staline en chef des interrogatoires, lui qui n’est pas « conseiller en chef au commissariat au peuple » (sic, p. 297), mais commissaire du peuple aux nationalités, en aucune manière lié aux activités de la Tchéka.

Il faut dire que cette tendance à traiter l’histoire réelle de manière bien légère entretient des liens étroits avec le second défaut majeur de ce roman finalement mineur, un parti pris anti-révolutionnaire profondément marqué. Le tsar ne nous est présenté que sous un jour intime et humain foncièrement sympathique, qui débouche sur un profond sentiment d’injustice quant à son sort ultérieur. Inversement, les bolcheviques sont ici de véritables barbares, ayant soif de sang et de viols (les gardes rouges ayant arrêté Pekkala s’y livrent très naturellement), avec cette figure de croquemitaine de la Tchéka (un « escadron de la mort » p. 53, ou Dzerjinski déjà « assassin polonais » lors de son affectation comme chef de l’organisme nouveau-né3), et condamnant la Russie nouvelle à un véritable calvaire. « Nous sommes tous victimes de la révolution. Certains en ont souffert, d’autres ont souffert pour elle, mais dans un cas comme dans l’autre, la souffrance est la même pour tous. » (p. 368).

Certains auteurs de romans policiers, anglo-saxons principalement mais également français, semblent éprouver le désir de traiter le réel révolutionnaire, communiste et stalinien de l’ex-Union soviétique à travers le prisme de leur imaginaire artistique, en suivant les enquêtes de policiers. C’est le cas de Sam Eastland, donc, avec cette série qui ne comporte pas moins de six romans4, mais aussi de William Ryan, avec l’inspecteur Korolev (trois romans déjà traduits5). Si le polar est bien une « littérature de la crise » (Jean-Patrick Manchette), il sera intéressant de suivre une certaine Weltanschauung sur la crise du communisme soviétique en questionnant les fictions historiques de Sam Eastland, William Ryan, Robert Littell6 ou Guillaume Prévost7. En effet, d’après l’historien Eric Aunoble, les représentations littéraires, « guident le regard sur l’événement »8. Mais quel regard ? Si ce premier récit de Sam Eastland livre une vision négative (véhiculant des clichés qui datent pour certains des débuts de la révolution d’octobre), en accord avec une image majoritaire (mais pas unanime) dans l’historiographie sur les phénomènes communistes (école dite « totalitarienne »), d’autres peuvent (peut-être ?) consolider ou adoucir voire, au contraire, infirmer la tendance. C’est ce qu’il nous appartiendra d’analyser, dans des comptes rendus ultérieurs.

1Dans un endroit imaginaire, la vallée de Krasnagolyana, pour une peine dont la sévérité évoque davantage les années 1930 que la décennie 20…

2Voir notre chronique du livre de Marc Ferro, La Vérité sur la tragédie des Romanov : http://dissidences.hypotheses.org/5284

3Sans oublier l’invention apparente d’un personnage de femme meurtrière, Rosa Schwartz, prenant plaisir à exécuter les officiers blancs.

4Outre L’Œil du tsar rouge, suivent, dans l’ordre, Le Cercueil rouge, Rouge Sibérie, Le Papillon rouge, La Bête de la forêt rouge et L’Icône rouge, tous parus aux Éditions Anne Carrière.

5William Ryan, Le Royaume des voleurs, Paris, Éditions des Deux Terres, 2011 (10-18, 2012), Film noir à Odessa, Paris, Éditions des Deux Terres, 2012 (10-18, 2013) et Les Enfants de l’État, Paris, Éditions des Deux Terres, 2014 (10-18, 2015).

6Robert Littell, Les Larmes des choses, Paris, Julliard, 1989, réédité sous le titre Requiem pour une révolution, Paris, Éditions Baker Street, 2014.

7Guillaume Prévost, La Berceuse de Staline, Paris, Nil Éditions, 2014 (10-18, 2015).

8Lire l’entretien d’Eric Aunoble sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/7004


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *