Michèle Gazier, Bernard Ciccolini, La Passionaria, Paris, Naïve, collection « Grands destins de femmes », 2015, 85 pages, 18 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Dans une collection de bande dessinée consacrée à des femmes remarquables, il était tout à fait logique d’y trouver un volume consacré à la figure de la Pasionaria. Pour mémoire, rappelons que cette dirigeante du Parti communiste espagnol durant la guerre civile fut l’auteur du célèbre slogan « No Pasaran » (Ils ne passeront pas, les franquistes), devenu mot d’ordre du camp républicain. Ce livre est donc la version en bande dessinée de sa vie.

D’origine très populaire, Dolorès Ibarruri est la huitième enfant d’une famille de onze, dont le père est mineur dans le pays basque. Elle connaîtra le sort douloureux des jeunes femmes, dont le destin de bonne élève est brisé par la pauvreté. Alors qu’elle aspire à devenir institutrice, elle travaille comme couturière à l’adolescence, puis se révoltant, comme femme de ménage. En 1915, elle se marie à un mineur, également militant syndical. Durant la première guerre, d’importantes grèves se déroulent, aboutissant à l’emprisonnement de son mari. Les maternités se succèdent (six enfants, dont deux seuls survivront). Au début des années trente, elle accède à des responsabilités au sein du minuscule Parti communiste espagnole, élue à son comité central. Elle se sépare de son mari, qui ne supporte pas l’engagement de sa femme. Elle déménage alors pour Madrid où elle travaille au journal Mondo Obrero, le journal du Parti. Stalinienne de choc, elle effectue un premier voyage en 1933 en URSS. Lors du pronunciamiento du général Franco, elle intervient à la radio le 19 juillet 1936, où elle prononce le fameux discours qui se conclut par « No pasaran ». Elle devient immédiatement une des figures du combat républicain. Après l’effondrement militaire de la République, elle s’exile en URSS (son unique fils mourra au combat lors de la bataille de Stalingrad) où elle reste jusqu’à la chute de Franco. Elle est alors élue députée durant la transition démocratique. Elle meurt en décembre 1989.

Si sa vie illustre la tragédie du peuple espagnol durant le XXe siècle, le moins que l’on puisse dire est que le dessin de Bernard Ciccolini, manquant d’originalité dans la construction, n’est pas à la hauteur de son destin. Sur le fond politique, le scénario de Michèle Gazier1 (auteur, critique littéraire et traductrice de Manuel Vasquez Montalban) ne questionne guère l’engagement stalinien de la Pasionaria. De ce point de vue, cette histoire dessinée de la guerre d’Espagne au miroir d’une de ses figures (communistes) emblématiques participe d’une vision à la fois traditionnelle/orthodoxe et mythique. Le lecteur pourra compléter par la lecture de la caustique biographie de Manuel Vasquez Montalban, La Pasionaria et les sept nains (Seuil, 1998) et de l’article de Yannick Ripa2 sur la construction du mythe, justement.

1Michèle Gazier et Bernard Ciccolini ont déjà réalisé un précédent album, Virginia Woolf, en 2011, également chez Naive, dans la même collection.

2Yannick Ripa, « Le mythe de Dolorès Ibarruri », Clio, n° 5, 1997, « Guerres civiles », sur https://clio.revues.org/414


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.