Moshe Lewin, Les Sentiers du passé. Moshe Lewin dans l’histoire, Paris / Lausanne, Syllepse / Page 2, collection « Des paroles en actes », 2015, 196 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans le contexte actuel, en France, de domination (médiatique en particulier) de l’école totalitaire sur l’histoire du phénomène soviétique, contrebalancé par l’émergence d’historiens au regard plus nuancé et complexe (Georges Vidal, Alexandre Sumpf en particulier), des chercheurs hétérodoxes, qui avaient par le passé proposé des approches stimulantes, se sont retrouvés en grande partie marginalisés. C’était le cas de Pierre Broué, à qui Dissidences avait choisi de consacrer un volume1, et c’est malheureusement aussi le cas de Moshe Lewin, dont le dernier ouvrage paru en français, Le Siècle soviétique2, date de… 2003, l’ensemble de ses livres n’ayant pas été systématiquement traduits. L’effort des éditions Syllepse, associées pour l’occasion à Page 2, est donc à saluer, puisqu’en plus de rééditer Le Dernier combat de Lénine, elles ont décidé de publier, sous la direction de Denis Paillard, un recueil de textes de Moshe Lewin, qui sera probablement suivi d’un second.

On y trouve a priori deux ensembles, un premier, regroupant des écrits évoquant principalement l’itinéraire biographique de l’historien (entretien de 1984, conférence de 1989 à Moscou, échange de courriels et conférence à la BDIC de 2003), et un second, plus resserré, qui comprend des textes consacrés à l’étude de l’URSS (contribution à un ouvrage collectif de 2002, article du Monde diplomatique de 2007, préface non publiée à l’édition russe du Siècle soviétique). Mais en réalité, les deux catégories s’entremêlent, tant la vie de Moshe Lewin est inscrite toute entière dans l’histoire vive du XXe siècle. Né en 1921, dans la communauté juive de Vilnius, alors intégrée à la Pologne, il subit un antisémitisme particulièrement virulent dans le pays, qu’il évoque avec précision. Engagé dans un mouvement sioniste de gauche, il est sauvé, au moment de l’offensive allemande de 1941, par des soldats de l’Armée rouge en pleine retraite. C’est ce qui lui permet de découvrir la réalité soviétique à la base, ce qu’il considère comme essentiel dans la construction de sa compréhension future d’historien, axée sur les composantes de la société plus que sur les sphères dirigeantes, sur les « processus » davantage que sur la volonté des États. Moshe Lewin travaille successivement dans des kolkhozes (dont il valorise – de manière nuancée – l’efficacité), puis des hauts-fourneaux, avant d’intégrer une école d’officiers et de participer au défilé de la victoire sur la Place Rouge en 1945. Au début des années 1950, il est en Israël, appartenant un temps au Mapam3, tout en éprouvant des doutes croissants aussi bien sur la politique israélienne que sur le marxisme. Il reste ainsi marqué à vif par le massacre de ses proches, de sa famille, rejetant tout nationalisme, tout en se considérant, à l’instar d’Isaac Deutscher, comme un « juif non-juif ». Ce n’est finalement qu’à l’âge de 40 ans qu’il se lance dans des études d’histoire et une carrière universitaire.

Se plaçant en opposition à la démarche de l’école totalitaire, qu’il considère comme similaire, en négatif, à celle des thuriféraires aveugles de l’URSS, Moshe Lewin incarne véritablement l’éloge de la complexité historique. Il refuse l’existence de réalités univoques, considère chaque groupe social comme mêlant de nombreuses influences, et insiste surtout sur les relations à double sens liant pouvoir et société. Marqué par son engagement marxiste, il ne cache pas ses critiques à l’égard de certains aspects de l’œuvre de Marx (la centralité de l’opposition bourgeoisie / prolétariat, par exemple), et revendique un certain éclectisme, porteur d’analyses fines. En fait, à travers la plupart des textes de ce recueil, on cerne bien la vision de l’histoire soviétique privilégiée par Moshe Lewin : une révolution de nature socialiste, un Lénine tentant de faire évoluer les choses de manière pragmatique, et un Staline ayant assassiné le bolchevisme pour mettre en place une forme de despotisme. Par la suite, le pouvoir du dictateur, ayant battu en brèche celui du Parti, fut, après sa mort, remplacé par celui de la bureaucratie. Toutefois, cette dernière, obnubilée par ses intérêts propres, ne parvient pas à faire évoluer le système, de plus en plus en décalage avec une société urbaine moderne ; dès lors, la structure de l’URSS est condamnée à l’entropie4. Dans cette périodisation, l’historien accorde, à la différence d’un Martin Malia, par exemple, une place importante au poids du passé, des structures antérieures et des problèmes anciens non résolus (la propriété d’État est à ses yeux un archaïsme plus qu’un critère du socialisme). Pourvu d’un bon appareillage critique, Les Sentiers du passé est une introduction tout à fait passionnante à l’œuvre et à la vie de Moshe Lewin, dont le seul défaut est la forte présence de redondances entre textes.

1Dissidences, volume 11, « Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », Lormont, Le Bord de l’eau, 2012.

2Il fut chroniqué en son temps dans la première série de Dissidences.

3Fondé en Israël en janvier 1948, le Mapam (Parti unifié des ouvriers juifs) est le fruit, principalement, de la fusion de deux organisations sionistes-marxistes, Hachomer Hatzaïr et Poale Zion.

4« Au moment même où le régime politique donne des signes d’essoufflement, témoignant de son incapacité à faire face à la nouvelle réalité, tant sur le plan intérieur qu’à l’échelle internationale, la nouvelle société urbaine n’est elle-même pas assez forte et « organique » pour tirer parti de cette situation. Le système s’effondre, laissant derrière lui des bureaucrates cupides et assez peu compétents, mais la nouvelle société urbaine n’est pas assez mûre pour produire des nouveaux leaders et se diriger vers une véritable économie et une véritable politique. Le vieux monde n’en peut plus, mais le nouveau n’est pas encore prêt. » (p. 160).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.