Simone Weil, Écrits sur l’Allemagne, 1932-1933, Paris, Rivages, collection « Rivages poche », 2015, 197 pages, 8,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La philosophe Simone Weil, compagne de route des courants d’extrême gauche de l’entre-deux-guerres s’est rendue en Allemagne entre août 1932 et mars 1933. C’est donc en témoin qu’elle rend compte de ses déplacements dans un pays qui est en train de verser dans le nazisme (rappelons qu’Hitler est nommé Chancelier le 31 janvier 1933). De cette expérience, elle tire un ensemble d’articles publiés dans La Révolution prolétarienne, L’école Émancipée et Libres Propos, dont « Premières impressions d’Allemagne » ; « Impressions d’Allemagne. L’Allemagne en attente » ; « Les événements d’Allemagne. La grève des transports de Berlin, les élections » ; « La situation en Allemagne I », « La situation en Allemagne II » et « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? ». Si l’on ne peut suivre la quatrième de couverture qui évoque des articles « qui sont parmi les plus importants de la philosophe », il n’en reste pas moins que la lecture de cet ensemble se révèle particulièrement intéressante.

Si l’on excepte « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne », les autres contributions constituent des récits de visu de la situation en Allemagne. Bien que le lecteur d’aujourd’hui connaisse le tragique dénouement de la crise qui déchire le pays, Simone Weil sait parfaitement rendre compte de son ampleur. Elle s’interroge également sur la possibilité d’une révolution, mais sa réponse a plutôt tendance à être négative, pour une raison bien simple : l’attitude du KPD [Parti communiste d’Allemagne]. Selon elle, depuis de nombreux mois le pays est entré dans une situation de crise accélérée du système capitaliste, rejeté par les trois-quarts des électeurs allemands. En effet, au cours des élections des derniers mois, les partis conservateurs ne représentent qu’un quart environ de l’électorat. La majorité, constituée des nazis, du SPD [Parti socialiste d’Allemagne] et du KPD, se réclame d’un dépassement du système capitaliste. Dans ce vide ainsi créé, elle analyse la dynamique possible d’une évolution révolutionnaire. Si le SPD est une force inerte, mais nécessaire au dépassement de la crise politique, deux forces aux options opposées s’affrontent. Le NSDAP hitlérien d’un côté, le KPD de l’autre. Bien entendu, le nazisme lui apparaît comme une considérable régression de l’idée socialiste et son succès constituerait un recul pour la civilisation et toutes les aspirations progressistes. Le KPD de son côté, en exhibant la social-démocratie comme la « fille aînée » du nazisme, représente une force vide. Un article complet est ainsi consacré à la grève des transports de Berlin, soutenue à la fois par les nazis et les communistes. Simone Weil insiste ainsi très fortement sur les implantations respectives du SPD et du KPD, montrant leur indispensable jonction pour la réussite de toute révolution. Mais, en l’absence de toute politique d’unité avec la social-démocratie, le KPD constitue une force impotente.

Dans une ultime contribution, qui tranche nettement avec les autres textes, plus factuels et journalistiques, (« Perspectives. Allons nous vers la révolution prolétarienne ? », août 1933, La Révolution prolétarienne), Simone Weil expose de manière plus conceptuelle la nature du communisme. Bien entendu, il n’est pas anodin que cette contribution soit publiée après l’accession au pouvoir des nazis. Elle y développe, à partir de l’exemple soviétique, l’idée que finalement le communisme constitue une forme nouvelle d’oppression, reposant sur le pouvoir exercé par la bureaucratie ou la technocratie. Selon elle, le régime régnant en URSS n’est que l’expression d’une nouvelle forme de dictature reposant sur l’exercice de la fonction et que par conséquent, au contraire des analyses de Trotsky, il n’y a plus rien d’ouvrier dans l’État russe, expression d’un capitalisme d’État. Bien que formulé essentiellement sous une forme interrogative, cet article précède de nombreuses années les thèses qui se développeront après la Seconde Guerre mondiale autour du concept de totalitarisme, dont Hannah Arendt représente sans doute la théoricienne la plus aboutie. A cette nouvelle forme de despotisme, Simone Weil oppose la place de l’individu, pour elle valeur ultime de toute perspective socialiste : « N’oublions pas que nous voulons faire de l’individu et non de la collectivité la suprême valeur (…) La subordination de la société à l’individu, c’est la définition de la démocratie véritable» (p. 190 et 19. Perspective sans doute exaltante, mais également assez désespérée si on la rapporte à une période où, selon le mot de Victor Serge, il était « minuit dans le siècle ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.