Marc Perelman, Smart stadium. Le stade numérique du spectacle sportif, Paris, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 96 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Marc Perelman, nous avions récemment chroniqué une étude sur Le Corbusier et son projet architectural1. Dans ce petit opuscule, il revient à son champ d’étude privilégié, celui du sport de compétition, dans la lignée de la théorie critique du sport fondée par Jean-Marie Brohm. On retrouve ainsi certaines des caractéristiques de cette analyse radicale, un travail particulier sur la langue, qui se veut à la fois scientifique et riche en chiasmes, et des conclusions parfois outrageusement catastrophistes (ainsi du sport télévisuel, effaçant le moi singulier).

Le cœur de l’étude menée dans ces pages, c’est l’évolution des stades en lien avec les progrès des technologies numériques. Face à la concurrence de la télévision ou de l’e-sport (les jeux vidéo, secteur économique d’ailleurs favorisé récemment par le gouvernement de Manuel Valls), les stades s’efforcent de proposer un spectacle total, le plus immersif possible, renforcement de sa dimension totalitaire, selon l’auteur. Outre qu’il dénonce l’abrutissement des foules de supporters et leur dépolitisation, le plus intéressant est sans doute dans les considérations économiques développées et les nombreux exemples cités. Utilisant les smartphones, les stades et les marques qui sont leurs sponsors s’efforcent d’encercler le spectateur, de se saisir de davantage d’occasions de dépenses. Cela va jusqu’à la matérialisation de publicités sur le terrain, invisibles sans le médium écran, ou la pratique d’un jeu vidéo en urinant dans les toilettes publiques d’un stade (celui d’Allentown, en Pennsylvanie), en plus de l’obtention de statistiques sur les joueurs, etc…

Marc Perelman voit ainsi dans ces stades connectés nouvelle génération, aux chantiers de plus en plus coûteux, les symboles de la société consumériste du XXIe siècle et les fourriers d’une aliénation exponentielle. Enfin, et c’est ce qui explique sa publication chez L’Échappée, il critique à travers ces exemples les nouvelles technologies numériques, qui procurent un sentiment de déification chez ses utilisateurs, là où en réalité les écrans réduisent le champ de vision et dissolvent les conversations et les dialogues.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *