Hommage à Jacques Signorelli (1921-2016)

Jacques-Signorelli-08fevrier2014-centre (1)

Jacques Signorelli (à droite), lors de l’entretien collectif avec d’anciens de Socialisme ou Barbarie, le 8 février 2014, par Frédéric Thomas (à gauche)

Un billet de Frédéric Thomas

Nous venons d’apprendre le décès de Jacques Signorelli, à l’âge de 95 ans. Représentant en matériel dentaire, il milita après la Seconde Guerre mondiale au sein de la Fraction française de la gauche communiste (FFGC)1, de tendance bordiguiste, avant de rejoindre Socialisme ou Barbarie (SouB) en 1950, avec plusieurs autres militants du groupe dont Alberto Véga, et, un peu plus tard, Martine Vidal et Daniel Mothé. Au sein de SouB, il adopta le pseudonyme d’André Garros, et demeura actif aux côtés de la « Tendance » jusqu’à la fin du collectif en 1967.

Il fut de ceux qui participèrent à l’entretien collectif (accessible sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/5691) que nous avions réalisé, toute l’après-midi du 8 février 2014, à Paris. Il n’est qu’à (re)lire ses interventions lors de cette rencontre pour se rendre compte qu’il avait gardé la même passion, ce même mélange de chaleur et d’humour qu’évoquent ces compagnons, un esprit toujours aussi lucide, critique et vif. N’affirmait-il pas : « Alors, je dois dire que ce qui est extrêmement curieux à SouB, sur une expérience d’une vingtaine d’années, pour un fils d’immigré et de prolo comme moi, ça a été une période de 50 années pendant laquelle j’ai remis en cause le stalinisme, la Révolution d’octobre, le léninisme, ensuite le marxisme, et maintenant, je ne suis pas au bout du compte ! » ?

Dans son livre, La révolution impossible. Mes années avec Socialisme ou Barbarie (Paris, L’Harmattan, 2013 [voir la chronique sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/3440]), Sébastien de Diesbach offrait un beau portrait de Jacques Signorelli : « Je n’ai pas encore présenté Garros (Signorelli) dans la cave duquel nous, les jeunes, ronéotions PO [Pouvoir Ouvrier]. C’était l’un de ces hommes tenaces, attentifs, réservés, sur lesquels toutes les organisations se reposent pour l’accomplissement des tâches d’ordonnance. Le groupe, c’était lui : il était là au début et sera là à la fin. Cet homme pratique avait aussi la passion des idées. Les intellectuels, les Castoriadis, les Lefort, les Lyotard le fascinaient et l’agaçaient : pourquoi parlent-ils tant ? Pourquoi ne sont-ils pas plus clairs ? Mais il étudiait attentivement nos théoriciens. Il regrettait l’écart qui se creusait entre les grandes têtes du groupe et les autres membres et passait de nombreuses heures à augmenter ses connaissances afin de combler cette brèche. Il parlait peu, mais, quand il le faisait, on était frappé par la rigueur de ses analyses » (p. 170).

C’est justement la qualité de ses analyses que nous aimerions donner à lire, par le biais de l’un des rares articles qu’il publia au sein de la revue : « L’Union de la Gauche Socialiste » dans Socialisme ou Barbarie n° 26, volume V (10e année), novembre-décembre 1958, pages 88-111. Cet article (ainsi que tous les numéros de Socialisme ou Barbarie) est accessible sur le site Fragments d’Histoire de la gauche radicale. Archives et sources de la gauche radicale et/ou extraparlementaire : http://archivesautonomies.org/spip.php?article758

Pour rappel, L’Union de la gauche socialiste (UGS) est un regroupement fondé fin 1957, qui entendait incarner la « Deuxième Gauche », en cherchant un espace entre la SFIO et le PCF. L’UGS participa à la création du Parti socialiste unifié (PSU) en 1960. Si SouB était attentif à cette nouvelle organisation, c’est qu’elle captait une part du rejet du fonctionnement et de la politique des partis ouvriers. Cela ne l’empêche pas pour autant de se montrer très sévère à son endroit.

L’article de Garros s’appuie sur l’analyse collective de SouB : critique de la « bureaucratisation comme phénomène à la fois économique, social et politique »2 ; mise en avant d’autres organes autonomes de pouvoir, tels que les Conseils ouvriers (la « révolution » de 1956 en Hongrie a profondément marqué SouB, entraînant un renouvellement de sa réflexion) ; et exigence d’une théorisation fouillée, critique et cohérence. Garros appelle ainsi à relier les luttes et expériences concrètes des travailleurs « à des positions « théoriques » claires et rigoureuses, à une idéologie ferme et cohérente. Cela ne veut pas dire qu’ils se transformeront en rats de bibliothèque, mais qu’ils comprendront qu’il faut répondre sans ambiguïté et sans subterfuges, à ces questions fondamentales de notre époque » (c’est Garros qui souligne).

Cet article écrit en pleine guerre d’Algérie rend également compte du positionnement particulier de SouB sur la question (voir également l’entretien collectif sur notre blog). Tout en mettant à l’actif de l’UGS sa campagne de dénonciation de la guerre d’Algérie (Gilles Martinet (1916-2006), rédacteur en chef de France-Observateur est l’un des fondateurs les plus en vue de l’UGS), Garros en dénonce les ambiguïtés : « La tâche des révolutionnaires français ne peut pas être de proposer des solutions qui « concilient » les intérêts de tout le monde (sur le dos des masses coloniales), mais, d’abord et avant tout, de défendre inconditionnellement contre leur propre impérialisme le droit des peuples asservis à l’indépendance. Ce n’est qu’à cette condition qu’ils acquièrent le droit de s’adresser à ces peuples, et alors, ce ne peut pas être pour les conseillers de s’« associer » avec une France impérialiste, mais pour les aider à comprendre que l’indépendance nationale n’épuise pas les problèmes et à poser la question sociale dans leur propre pays ».

Enfin, ces quelques pages sont aussi l’occasion de réaffirmer la nouvelle définition du socialisme à laquelle SouB est arrivée. Ainsi, le « véritable objectif du socialisme n’est pas la « nationalisation » et la « planification » comme telles, mais la suppression de la division de la société en dirigeants et exécutants que seule la gestion ouvrière de la production et de la société peut réaliser ».

2Toutes les citations proviennent de cet article.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.