Daniel Audoux, L’Actualité du Trotskysme. La Quatrième Internationale pour l’émancipation des travailleurs, Saint-Denis, Edilivre, 2015, 342 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années, après l’embellie des années 2000, le trotskysme est redevenu un sujet de l’ombre pour les médias et les maisons d’édition. On ne peut donc qu’être intéressé par la parution d’un ouvrage somme, qui plus est d’un auteur jusqu’à présent inconnu des chercheurs du domaine concerné. Las ! Ce livre, publié de manière quelque peu confidentielle, et probablement en partie à compte d’auteur, n’est une nouveauté que dans son titre et dans le nouveau pseudonyme utilisé par son auteur. Il s’agit en effet de la reprise d’un ouvrage paru initialement en 1997, De Trotsky à Laguiller. Contribution à l’histoire de la IVe Internationale, signé Daniel Coquema, qui avait fait l’objet de rééditions légèrement rajeunies : Qui sont les Trotskystes ? (d’hier à aujourd’hui), de Daniel Erouville (visiblement le véritable nom de l’auteur) en 2004 chez L’Harmattan1, et Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres de Daniel Coquema à nouveau, en 2007 chez Lulu2.

Nous n’allons bien évidemment pas nous lancer dans l’exégèse de cette nouvelle incarnation du Verbe de Daniel Coquema/Erouville/Audoux, mais tenter d’en proposer une évaluation aussi objective que possible. D’emblée, il manque un vrai travail d’éditeur, ce qui explique sans doute les erreurs de mise en page, les redites, le non-respect de la concordance des temps pour les passages rajoutés au fil des éditions, ou un ton parfois excessivement familier. Plus gênant, certaines informations sont carrément erronées : Engels qui meurt en 1898 (au lieu de 1895), Rudi Dutschke assassiné en 1968 (il meurt onze ans plus tard), ou Trotsky pas encore bolchevique en septembre 1917 (il l’est depuis le début de l’été). Mais le principal défaut de cette étude, c’est son caractère nettement partisan. On peut parler à son sujet d’histoire idéologique, qui s’inscrit essentiellement dans la veine du trotskysme « lambertiste » (l’insistance sur les forces destructrices l’emportant dans le capitalisme depuis 1914), plus exactement dans une version légèrement dissidente. Daniel Audoux critique ainsi la tendance de l’organisation, depuis le Groupe Lambert jusqu’au POI, à manifester une déviation syndicaliste, tout comme les exclusions trop nombreuses à son goût (elles ne devraient être qu’exceptionnelles). Mais la continuité l’emporte clairement, depuis Marx et Engels jusqu’à Trotsky, la IVe Internationale, après avoir subi le révisionnisme du « pablisme » à partir des années 19503, et les difficultés de recomposition du Comité international, ayant finalement pu être reproclamé au début des années 1990.

Les références bibliographiques sont toujours les mêmes (tout comme les annexes, d’ailleurs), principalement des citations de Lénine et Trotsky, des extraits du Programme de transition, des revues ou brochures « lambertistes », des ouvrages de Pierre Broué et Jean-Jacques Marie. Le plus sidérant, sur ce point, c’est l’absence complète de travaux universitaires anciens ou récents (je pense entre autres au mémoire de maîtrise d’Emmanuel Brandely sur l’OCI ou aux travaux de Jean Hentzgen sur le PCI majoritaire dans les années 1950 et première moitié des années 1960). L’historique qui est fait demeure d’ailleurs pour l’essentiel lacunaire. Les années 1930 sont centrées sur la France, ignorant les développements en Espagne ou aux États-Unis avec la naissance du Socialist Workers Party (SWP) ; il en est de même pour la Seconde Guerre mondiale. Il est également souvent peu lisible : le listage des différentes organisations actuelles se réclamant du trotskysme en France perd le lecteur du fait de ses innombrables signes et groupements se revendiquant de la IVe Internationale (quelques schémas et organigrammes auraient été appréciables). Même l’idée selon laquelle il y aurait une famille trotskyste, qui semble inviter à une différenciation des courants trotskystes, aux identités parfois franchement antagonistes, ne sert qu’à repousser Lutte ouvrière et le NPA, trop conciliants vis-à-vis de l’Union européenne et de la gauche plurielle. Daniel Audoux verse même dans une vision complotiste, estimant que dans les années 1980, l’Internationale socialiste cherchait sciemment à débaucher des militants trotskystes afin de contrer la possible émergence d’une alternative trotskyste.

A bien des égards, on a affaire à un exposé hors-sol, totalement intemporel, un commentaire de textes qui ignore superbement la recherche sur les trotskysmes, et se contente d’un discours en grande partie incantatoire et exclusiviste (« Le Trotskysme est la forme actuelle, et la seule forme possible, du Marxisme », p. 323). Ce qui semble avoir surtout été réactualisée, dans cette nouvelle version, c’est l’introduction, dans laquelle l’auteur insiste sur les révolutions « prolétariennes » ayant touché le monde arabe, sur le rôle crucial et incontournable des syndicats (en Tunisie comme en Espagne), et sur ces ennemis majeurs que sont selon lui l’impérialisme étatsunien et l’Union européenne, sa marionnette. L’État islamique, dans cette vision du monde, n’est qu’une « création de toutes pièces » des premiers cités (sic, p. 5). Rien de bien nouveau, donc, et je me permets à mon tour de réutiliser le titre de l’article que j’avais écrit il y a près de vingt ans en réaction au premier essai de Daniel Coquema : « De Trotsky à Laguiller, ou le contre-exemple d’une histoire du trotskysme »4.

1Une chronique en avait été rédigée sur notre ancien site.

2Nous en avions rendu compte dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=427

3La position de la IVe Internationale sur la Yougoslavie de Tito après sa rupture avec Moscou étant, selon Daniel Audoux, un « pablisme anticipé ».

4In Critique Communiste, n° 148, printemps 1997, (p. 91-92).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.