René Mouriaux, Michel Pigenet, et alii, Histoire de la CGT, Paris, IHS-CGT, Éditions ouvrières, 186 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette histoire de la CGT s’inscrit dans une longue lignée. Elle se distingue (nettement) d’autres parutions par un double aspect. Tout d’abord, le projet étant conduit par l’Institut d’histoire sociale de la CGT, il mêle les nombreuses plumes (9 contributeurs/trices, plus une préfacière et une postfacière) issues aussi bien du monde académique (Mouriaux, Pigenet, Sirot, Tartakowsky) que du monde syndical (Beauvisage, Narritsens, Magniadas, Hedde, Bressol), ce qui confère un style très particulier à chaque contribution. Ensuite, l’accent a été mis sur les illustrations, dont certaines sont absolument originales ; ce qui confère son caractère de « beau livre » à l’ouvrage.

On le sait sans doute, la CGT tient son congrès fondateur en 1895, mais la première partie revient sur les expériences et aspirations collectives du monde ouvrier avant 1884 (date de la loi Waldeck Rousseau, qui reconnaît le fait syndical dans le pays). Chaque chapitre est construit sur le même principe : un court texte de présentation, une chronologie et des encadrés. Par exemple, le premier chapitre porte sur les ressources et contraintes de l’héritage révolutionnaire. Trois encadrés précisent tout d’abord la question de l’interdiction des coalitions, un autre présente les coalitions et solidarités porcelainières (Vierzon 1883), et le dernier permet une contextualisation socio-démographique, en précisant qui sont les ouvriers en 1880. Le tout est entrecoupé de très belles reproductions, dans le cœur du texte ou en pleine page, parfois sur deux pages, avec à chaque fois un texte permettant d’apprécier leur intérêt.

La deuxième partie (6 chapitres), qui court de 1885 à 1975, est centrée sur l’histoire de l’organisation syndicale. Enfin, de 1976 à la crise en cours, la troisième partie permet de saisir les enjeux actuels du renouvellement des pratiques aussi bien que des hommes. Certes, en si peu de signes, on comprendra qu’un tel ouvrage ne puisse prendre en compte l’ensemble des aspects relevant de la vie ouvrière, conditions de travail, conflits, etc. Il est néanmoins piquant de noter que dans le chapitre portant sur la période 1964-1975, écrit par un universitaire pourtant, une pique soit adressée à des travaux récents (« L’approche par « l’insubordination ouvrière » exagère les phénomènes de déstabilisation des différentes institutions de la société », p. 130), tout en ne soufflant pas un mot de l’émergence du mouvement féministe ou en omettant même de signaler le conflit Lip. De même, certaines formulations du chapitre consacré à la période de la guerre auraient mérité d’être un tant soit peu distanciées. Ainsi, affirmer « Dans l’immédiat, il s’agit avant tout de relever la France (…) » (p. 106) ou « À la Libération, l’heure est à l’unité nationale » (p. 107), voire, à propos de la scission de FO, écrire que « les vagues de grève de novembre et décembre 1947 rendent inévitables une nouvelle scission (… )  (p. 107), c’est, pour le moins, forcer le trait historique. N’étant ces quelques éléments, le lecteur dispose d’un très bon et agréable ouvrage, susceptible de trouver un large public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.