Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. 2 – Tuez-les tous !, Paris, Glénat, 2016, 62 pages, 13,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tuez-les tous ! est la suite directe de La Fin des Romanov1, et peut-être l’épisode central d’une œuvre destinée à devenir, a minima, une trilogie. L’album commence donc avec la scène conclusive du premier tome, la famille Romanov étant sur le point d’être exécutée par les bolcheviques, et Volodia destiné à abattre celle qu’il aime, Anastasia.

Deus ex machina, ce sort funeste est déjoué par l’intervention d’agents des services secrets britanniques et allemands. La fuite, commencée à travers le Kazakhstan et l’Ukraine, se termine à Berlin, la famille impériale étant toute entière sauvée, en dépit des efforts successifs de Dzerjinski et de Staline en personne. Débute alors une autre aventure, impliquant Volodia et Anastasia, désormais mariés : tous deux doivent se rendre en Sibérie, afin de rencontrer l’amiral Koltchak et négocier l’échange de l’or russe en sa possession contre le tsar. L’Allemagne aura dès lors les moyens de s’acquitter des réparations fixées par le traité de Versailles, et les blancs disposeront du plus symbolique étendard qui soit. Mais victimes de la mise hors-jeu de leur avion, les deux amants se retrouvent contraints d’endosser l’uniforme soviétique afin de sauver leur vie.

Disons-le franchement, ce second épisode poursuit dans la veine totalement romanesque, pour ne pas dire franchement burlesque, du premier album. Car enfin, comment imaginer ce scénario totalement improbable que l’on découvre dès la page 9 ? Les autorités allemandes avaient peu d’intérêt à sauver la vie de Nicolas II (ainsi que l’explique Marc Ferro dans La Vérité sur la tragédie des Romanov2), quant au roi Georges, on sait désormais qu’il a tout fait pour ne pas accueillir le tsar dans son royaume. La real politik cède ici la place aux bons sentiments et aux solidarités familiales. Quant au cœur de l’intrigue du dernier tiers de l’album, elle ne repose là aussi que sur du sable : il est en effet inenvisageable pour Koltchak de remettre sur le trône un Nicolas II discrédité, qui plus est en cédant l’or russe en sa possession, moyen indispensable de financer les armées blanches. Les épisodes de la fuite de la famille impériale sont un moyen de développer les tendances sensibles dans La Fin des Romanov. Leur sauvetage3 par une famille paysanne montre que la population rurale ne soutient pas réellement les Rouges, toujours accusés de se complaire dans la violence gratuite et le sang4, et le seul espoir réside dans l’improbable synthèse imaginée par la princesse Maria : réussir à combiner la religion et l’écoute des besoins du peuple, de ses souffrances, telles que Marx avait su les exprimer (un Marx lu à l’aune révisionniste, puisque c’est la banque qui incarne l’ennemi). Nicolas II est d’autant plus désireux de réussir qu’il a appris de ses erreurs, est d’une générosité incontestable (son geste vis-à-vis de la famille l’ayant accueilli) et que la révolution ne tient finalement qu’à ses propres erreurs.

On se retrouve finalement assez proche de l’idéologie développée par Vladimir Volkoff et Jacqueline Dauxois dans leur roman uchronique Alexandra5. Les dessins suivent plus que jamais une trame extrêmement cinématographique, s’inspirant comme dans la bande-dessinée Taïga rouge du témoignage de Ferdynand Ossendowski dans Bêtes, hommes et dieux (cette belle planche, p. 58-59, d’un fleuve rougi par le sang des blancs, qui fait écho au début du premier album), mais ne suffisent pas à embellir une histoire qui méprise autant l’histoire6.

1Voir sa recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/6286

2Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/5284

3Au sens propre et figuré, puisque ce sont eux qui parviennent, grâce à des remèdes traditionnels, à rétablir le tsarévitch blessé peu de temps auparavant. Ou comment le lien entre ce dernier et la Russie profonde (celle de Raspoutine) est ainsi renoué…

4L’image de Trotsky buvant un verre de vin rouge dans son train blindé page 42, alors qu’il vient de commander la destruction de l’avion non identifié de Volodia et Anastasia, évoque la parole fameuse du député Vergniaud à Marat, en pleine session de l’Assemblée législative : « Donnez-lui un bon verre de sang pour le rafraîchir ». Cette page permet également de faire justice d’une autre erreur : Lénine et Trotsky ne se tutoyaient pas, mais se vouvoyaient.

5Jacqueline Dauxois, Vladimir Volkoff, Alexandra, Paris, Albin Michel, 1994. Voir notre article à paraître dans le volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

6Dernier exemple, Nicolas II, captif en Allemagne, est gardé par un caporal nommé Adolf Hitler…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.