Olivier Besancenot, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche midi, 2016, 144 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Depuis quelques années maintenant, Olivier Besancenot, dirigeant emblématique du NPA, publie au Cherche midi de courts ouvrages consacrés à l’actualité politique et à la situation socio-économique. Après On a voté… et puis après ?1 et La Conjuration des inégaux2, voici donc Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique, qui s’inscrit dans la continuité du dernier cité. L’optique est assez semblable à celle d’Alain Bihr dans La Novlangue néolibérale (une citation du 1984 d’Orwell est d’ailleurs placée en exergue), à ceci près que la démarche se veut ici plus directement vulgarisatrice.

Pour chaque terme ou expression, la version critiquée précède celle censée être plus conforme au réel, avant une explication plus développée. Pourtant, dans son texte préalable, Olivier Besancenot prend soin de prévenir : il ne veut surtout pas imposer une nouvelle vulgate langagière, mais son argument selon lequel tout « totalitarisme » doit être évité se rapproche sensiblement d’avec un certain relativisme d’époque… La plupart des mots abordés concernent la lutte des classes, dissipant toute idée de relation à l’amiable entre employeur et employé, mettant en cause l’affaiblissement de la Sécurité sociale par la multiplication des exonérations de « charges » (en réalité des cotisations, forme de salaire socialisé), le « coût du travail » réduisant les salariés à un poids, ou le remplacement des négociations par des « audiences », un mot dont Olivier Besancenot ne souligne pas suffisamment les réminiscences d’Ancien Régime. Sur tous ces points, il s’agit pour le militant trotskyste de défendre le Droit du travail contre toute réforme intéressée, et de rappeler la centralité des classes sociales, face aux notions fourre-tout de « peuple » et de « milieux » sociaux, les classes dites moyennes constituant bien un « grand trou noir sociologique » (p. 106). « Gouvernance » est également un terme très utilisé, mais en dehors des explications d’Olivier Besancenot sur les progrès qu’il permettrait à la sphère privée face au secteur public, il nous semble surtout se caractériser par une forme de neutralité technique, transcendant les affiliations politiques, ce que ne permet pas un gouvernement, censé être, en théorie, une émanation représentative de la population.

Parmi ce florilège, plusieurs exemples concernent la Poste, que l’auteur pratique directement. Mais l’on trouve également des mots en relation avec la dénonciation du capitalisme financier et du capitalisme vert, les progrès du langage d’extrême droite (la critique du « droit-de-l’hommisme », par exemple) ou avec la situation (géo)politique. Toutefois, les explications apparaissent parfois un peu courtes, empreintes d’un esprit généraliste, consensuel. Ainsi, pour « barbares », dont la généalogie historique est convenablement retracée, l’article conclut simplement par une mise en garde contre toutes les formes de barbarie, guerres occidentales en particulier (quid d’ailleurs du fameux « gang des barbares », dont on connaît très bien les motivations antisémites ?). De même, concernant les violences religieuses, qu’Olivier Besancenot prend soin de ne pas réserver aux seuls musulmans, sont soulignés la responsabilité des sociétés, et non des religions en tant que telles3. On retrouve là un nouvel exemple de ce silence dénoncé par Jean Birnbaum dans son ouvrage, Un silence religieux4, qu’apparemment Olivier Besancenot n’a pas lu. Les progrès de la surveillance de nos sociétés « terrorisées » sont également stigmatisés, Olivier Besancenot soulignant bien la différence de perception entre le Patriot Act étatsunien, largement critiqué en France à l’époque, et l’évolution récente de la législation française. Enfin, le Parti socialiste est une autre cible privilégiée, lui dont « l’économie sociale de marché » programmatiquement revendiquée tirerait ses racines de la pensée libérale d’après-guerre (dans un contexte de domination des partis de gauche, donc).

Ce Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique s’inscrit ainsi dans une volonté de reprendre l’avantage, sur le terrain du langage d’abord, dans une optique très « gramscienne » de contestation de l’hégémonie dominante, alors que l’échéance présidentielle s’approche à grands pas et que l’extrême gauche demeure socialement et médiatiquement peu audible. La filiation invoquée dans l’article « Intégration d’origine contrôlée » a toutefois de quoi surprendre, car faisant l’impasse sur le communisme, le trotskysme et l’internationalisme5. Pour une organisation issue de la Ligue communiste révolutionnaire, cela semble autoriser ceux qui travaillent sur les extrêmes gauches à se demander si ne s’enracine pas ici, sinon déjà une rupture avec un héritage trotskyste ou léniniste, du moins un éloignement progressif de ces fondamentaux, dans lesquels effectivement beaucoup de militants des nouvelles générations ne se reconnaissent d’ailleurs plus (ou très peu)6.

1Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/2615

2Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/4636

3« Ce n’est donc pas l’affaire d’une religion, ni même de religion en général, même lorsqu’elle est appliquée très pieusement. » (p. 83). On sent sur ce sujet l’influence d’un Pierre Tevanian (voir http://dissidences.hypotheses.org/3873) ou d’un Stéphane Lavignotte (voir http://dissidences.hypotheses.org/5418), bien plus que d’un Yvon Quiniou (voir http://dissidences.hypotheses.org/6394).

4Lire sur ce blog la recension critique de ce livre, http://dissidences.hypotheses.org/7568

5« Celle dont je me revendique est aux côtés des communards, des grévistes de 1936, des résistants de la Seconde Guerre mondiale ou des manifestants de Mai 68. » (p. 98), ce qui apparaît également comme très consensuel (qui en France ose s’élever contre la Résistance, hormis l’ultra-droite ?) au sein des gauches, tant qu’on en reste à une énumération progressiste aussi généraliste.

6Cette question est abordée (entre autres) par Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, bientôt chroniqué sur ce blog.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.