Fred Duval, Jean-Pierre Pécau (scénario), Fafner (dessin et couleurs), Jour J tome 23. La République des esclaves, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2016, 58 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

On le sait, Spartacus, figure par excellence de l’esclave révolté, a nourri bien des fictions depuis le XIXe siècle, en littérature, au cinéma ou à la télévision1. Cette fois-ci, c’est au tour de la série uchronique « Jour J »2 de s’en emparer. Le point de divergence, c’est-à-dire le moment où cette histoire alternative commence à différer de la nôtre, réside dans ce qui peut finalement apparaître comme un détail individuel. Le chef des pirates ciliciens, dont Verrès, magistrat romain, était chargé, au nom de Crassus, d’acheter la complicité, finit par tuer l’émissaire de Crassus, pour une seule et unique raison : celui-ci a prononcé le nom de César, responsable de la mort de sa femme et de ses enfants. Un détail insignifiant à l’échelle de l’histoire, donc, qui prend appui sur une anecdote authentique. César fut en effet capturé par des esclaves, et jurant de tous les tuer une fois rendu libre, il tint sa promesse, supprimant ses anciens ravisseurs.

Le lien direct fait par les scénaristes entre cet épisode et celui de l’histoire de Spartacus est bien sûr tout à fait imaginaire, mais il leur permet d’enrayer toute trahison des pirates ciliciens à l’égard des esclaves révoltés : au lieu de devenir victimes de Crassus et de se retrouver prisonniers d’une véritable nasse avant de succomber sur le champ de bataille en 73 avant la naissance de Jésus, l’armée servile parvient à mener à bien le projet initial de Spartacus, trouvant en Sicile un asile inespéré, un lieu également propice à la réactivation des guerres serviles de la fin du Ier siècle3. Après ce début introductif, le cœur de l’album traite de la situation treize ans plus tard. César, de plus en plus ambitieux, et qui a tout de même conclu un triumvirat avec Pompée et Crassus, comme dans notre continuum historique, se laisse convaincre par ce dernier d’abandonner ses projets de conquête des Gaules au profit d’un écrasement de la République des affranchis, fondée par Spartacus en Sicile. Pendant que César rassemble ses troupes, Spartacus, épaulé par son ami Crixus, s’efforce d’élaborer une stratégie défensive, basée en particulier sur l’utilisation des miroirs d’Archimède. Un agent romain s’est toutefois introduit parmi ses proches, et la découverte de son identité constituera un drame personnel doublant le drame collectif. Les armées romaines parviennent en effet à écraser les troupes de Spartacus, après que ce dernier ait prononcé les paroles qu’on lui connaît avant son ultime bataille contre Crassus, au sujet de son cheval qu’il égorgea4. Une façon de montrer que l’histoire et ses forces les plus profondes reprennent leur droit, à ceci près que César perd la vue par l’action des enfants qu’il a cette fois décidé d’épargner. On ne peut dès lors qu’imaginer le changement ainsi provoqué dans la marche du monde occidental…

La République des esclaves est un album au scénario globalement honnête, qui explore un rameau possible du déroulement historique, mais sans prendre trop de risques. Comment en effet imaginer que treize années durant, Spartacus demeure en Sicile, sans chercher à partir pour un refuge plus sûr, ou sans préparer des opérations de harcèlement contre les Romains et des alliances contre eux ? De même, le dénouement de l’album semble tellement simple, Spartacus se révélant un chef de guerre si peu efficace, que l’on peine à croire que Rome ait attendu aussi longtemps pour intervenir. Enfin, on ne nous propose absolument aucun éclaircissement quant au fonctionnement concret de cette République des affranchis, l’intérêt des scénaristes se portant visiblement davantage sur l’aspect individuel de cette tragédie. Le personnage de Spartacus en ressort dès lors sans grand relief, simple incarnation de la liberté contre la soumission. Le dessin de Fafner se permet quelques clins d’œil à la série télévisée Spartacus, ainsi dans le personnage de Verrès, portrait conforme d’un notable de Capoue dans la série, ou dans celui de Crixus. Toutefois, si le choix de teintes majoritairement sombres va dans le sens du drame, le dessin des personnages ressemble régulièrement à des images de synthèse (comme celles de Final Fantasy), donnant un côté artificiel à ces portraits humains.

1Voir sur ce sujet mon article paru dans la revue électronique de Dissidences, « Les 1001 visages de Spartacus » : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2797

2Deux autres albums de cette série de bandes dessinées font l’objet d’analyses dans un article à paraître dans le volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

3Un épisode qui semble ignoré des scénaristes, puisqu’ils ne placent dans la bouche de Crassus, s’inquiétant de cette possible fuite, qu’une allusion aux « braises de la dernière guerre punique », pourtant nettement plus ancienne…

4De même, pour César, qui prononce son célèbre « Alea Jacta Est » non au moment de franchir le Rubicon, mais à la veille de la même bataille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.