Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement, Paris, La Découverte, 2012 (édition originale 1999), 396 pages, 22 €.

Sven Linqvist est un auteur suédois, dont on avait déjà pu découvrir le passionnant Exterminez toutes ces brutes ! ou Terra Nullius. Cet ouvrage, publié une première fois en français en 2002 sous le titre Maintenant tu es mort. Le siècle des bombes (Le serpent à plume), s’inscrit dans la même veine, celle d’essais historiques vulgarisateurs et volontiers impressionnistes, centrés sur la barbarie dissimulée sous la modernité, essais qui donnent toujours envie d’approfondir le sujet. La construction du livre est par ailleurs singulière, se rapprochant quelque peu de celle des « livres dont vous êtes le héros ». Le propos est en effet subdivisé en quatre cents petits chapitres, de longueur inégale, qui suivent le déroulement chronologique, de 762 à aujourd’hui. Mais plutôt que de les lire dans l’ordre, Sven Lindqvist conseille de suivre les vingt-deux thèmes qu’il a isolés, et qui conduisent à une lecture discursive. Une coquetterie, donc, qui n’entame en rien l’intérêt de l’ouvrage.

Parmi les points les plus intéressants, il convient ainsi de relever l’utilisation de certains romans de science-fiction parus de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe, dans lesquels, à l’instar de Emilio Gentile (L’apocalypse de la modernité, chroniqué dans notre revue électronique), Sven Lindqvist repère des anticipations de destructions aériennes et de génocides, ou des retours de la civilisation vers la barbarie suite à une guerre. Toutefois ces constats restent isolés. Ils ne sont pas suffisamment resitués dans leur contexte et l’appartenance idéologique de leurs auteurs respectifs n’est pas indiquée, avec parfois des erreurs dans la description ou des oublis dans l’analyse, comme pour Le nuage pourpre de Matthew P. Shiel. Est également rappelé le premier bombardement aérien de l’histoire, qui s’est déroulé en Libye, lors de sa tentative de conquête par l’Italie en 1911. L’entre-deux-guerres confirme d’ailleurs cette prédilection de cibles colonisées, volontiers civiles, l’auteur traçant un parallèle significatif entre la célébrité de Guernica l’européenne et l’oubli de Chechaouene, au Maroc, bombardé pendant la guerre du Rif.

Ce faisant, Sven Lindqvist se situe une nouvelle fois dans le sillon d’auteurs comme Domenico Losurdo (Le péché originel du XXe siècle, chroniqué dans notre revue électronique), lorsqu’il estime que le bombardement fut d’abord utilisé sur le terrain colonial, avant de se retourner contre les Européens : « (…) n’est-ce pas cette manière de faire la guerre – que l’Europe s’est si longtemps autorisé contre les deux tiers de l’humanité – qui revient au XXe siècle nous frapper comme un boomerang ? » (p. 45-46). Plus généralement, Sven Lindqvist voit dans la technique du bombardement un lien privilégié du basculement vers l’idée de guerre totale, qui culmine pendant la Seconde Guerre mondiale, d’abord avec le choix de Winston Churchill assumant le principe des bombardements dès juin 1940, ensuite avec les exemples bien connus de bombardements civils en Allemagne, Hambourg ou Dresde en particulier, et au Japon avec Hiroshima et Nagasaki[1].

L’exposé de l’auteur restitue bien sur ce dernier point les contre-vérités défendues par les dirigeants politiques des États-Unis, encore vivaces de nos jours : citons en particulier le mythe de la bombe atomique évitant la mort d’un million de soldats étasuniens lors d’un débarquement au Japon (les prévisions réelles étaient plus de dix fois moindres), ou celui de sa nécessité pour faire capituler le pays (alors qu’il avait déjà demandé la capitulation)[2]. Les descriptions des conséquences des bombardements sont toujours particulièrement glaçantes, tout comme est implacable la démonstration du caractère majoritairement illusoire du droit international vis-à-vis des bombardements, et plus spécialement des armes nucléaires, quand bien même certaines réflexions de Sven Lindqvist semblent témoigner d’un certain simplisme politique[3].

Malgré ses quelques limites, Une histoire du bombardement est donc une lecture stimulante, un chemin de traverse proposant une autre histoire du XXe siècle.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]              A ce propos, Sven Lindqvist défend l’idée que pour certains des responsables de ces bombardements, viser des objectifs civils devait éventuellement provoquer le déclenchement d’une révolution, aux antipodes donc de la thèse trotskyste traditionnelle selon laquelle c’est au contraire pour enrayer toute possibilité de révolution allemande que les Alliés firent le choix de viser les civils…

[2]              Autre mythe démonté, celui d’une décolonisation pacifique de l’empire britannique, Sven Lindqvist rappelant les violents bombardements effectués à Aden, mais surtout en Malaisie et au Kenya.

[3]              Au sujet de 1968, « C’est aussi l’année où la tyrannie communiste a séduit Paris, et où les jeunes gens de toute une génération se sont recyclés en maoïstes idéalistes » (p. 298).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.