Julian Mischi, Le Bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, collection « L’ordre des choses », 2016, 400 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après avoir livré deux contributions majeures à l’histoire et la sociologie du Parti communiste français (Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, PUR, 20101 et Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Agone, 20142), Julian Mischi donne ici le fruit d’une enquête de terrain au long cours sur un atelier SNCF situé dans un bourg bourguignon. Dans l’esprit des grandes enquêtes ethnographiques américaines des années 60-70 (les blue collar community studies), l’auteur s’essaie à dresser le portrait d’un groupe ouvrier au-delà du strict domaine du travail, incluant également les espaces d’habitation. Par cet élargissement au-delà du cercle limité de la sphère productive, il s’agit donc de saisir également le terreau des relations sociales (familiale et/ou d’amitié) dans lequel s’enracine ce militantisme. L’enquête interroge donc les raisons (et les modalités) qui font que les ouvriers continuent de s’engager en intégrant les espaces de résidence. Le choix a été fait de limiter la perspective à la seule CGT, bien qu’ici ou là les autres organisations apparaissent au fil du propos. Le lecteur peut regretter cette limitation et les cécités qu’elles induisent (en effet, les couches populaires, y compris engagées, sont loin de se résumer à cette seule composante). Mais le choix est clair et le lecteur en est averti dès les premières pages, voire dès la photo de couverture. Entrer sur le terrain par le biais de la CGT, c’est également la possibilité pour l’auteur de prolonger ses préoccupations concernant l’évolution du PCF. Vingt-sept cheminots font ainsi l’objet de ce que l’auteur caractérise comme une « ethnographies des scènes sociales » (p. 13). L’auteur commence par présenter son terrain, un atelier SNCF implanté dans un bourg rural, atelier qui présente la particularité de fonctionner comme une PME, avec des dirigeants traditionnels dotés d’un fort capital d’autochtonie, encadrement concurrencé par l’arrivée de nouveaux qui ne présentent pas le même ancrage localisé, résidant parfois fort loin. L’appréhension des différentes dimensions « anthropologiques » des conditions d’existence permettant le maintien d’un engagement syndical est analysé au fil des chapitres, dans une perspective d’analyse des trajectoires sociales : résidentielle, parcours professionnel, ancrage familial ou encore rapport à l’école. Si la reproduction des parcours militants est possible, c’est aussi, analyse l’auteur, parce que ces ouvriers connaissent des conditions de travail (et de résidence) relativement stables, permettant une certaine continuité existentielle. Sur la base du matériau recueilli, Julian Mischi montre, avec attention, que cette élite syndicale que représentent les délégués est soumise à un contrôle assez étroit de la part de leur mandants, contredisant, sur la base d’une approche monographique localisée, est il utile de le rappeler, la tendance à l’institutionnalisation du syndicalisme, pointée largement dans la littérature sur ce sujet. Il insiste sur les processus différenciant fortement les partis politiques (en premier lieu le PCF), tendant à fonctionner en vase clos et s’appuyant sur d’autres ressources, en particulier institutionnelles, et les organisations syndicales, qui demeurent (en tous les cas, la CGT) en forte relation avec les couches populaires. Evidemment, en quittant ce livre stimulant et informé, le lecteur ne peut s’empêcher de s’interroger sur ce qui relève d’un constat ancré strictement sur le terrain qui lui a donné lieu et ce qui est vérifiable de manière plus englobante. En tous les cas, Julian Mischi livre ici une contribution tout à fait importante à la dynamique de l’engagement parmi les couches ouvrières et plus largement les milieux populaires contemporains.

1Lire notre compte rendu sur la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836

2Lire notre compte rendu sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/5141

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.