Fred Guichen, Pigeon, Canard et Patinette et Ann Warren Griffith, Audience captive (Captive audience), Paris, éditions Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2016, 72 et 60 pages, 7 et 5 €, postface de Jean-Pierre Andrevon (pour Pigeon, Canard et Patinette).

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Depuis sa création, en 2013, la collection Dyschroniques a fait l’objet d’analyses détaillées dans le cadre du collectif Dissidences1. Les deux nouveaux titres publiés début 2016 témoignent d’une relative nouveauté, à la fois dans la démarche du premier et la nature du second.

Pigeon, Canard et Patinette, titre énigmatique s’il en est, est en effet publié suite à un concours lancé par l’éditeur à l’occasion de la publication, dans la collection, d’une nouvelle de Jean-Pierre Andrevon, Les Retombées. Il s’agissait de prolonger l’intrigue de ce texte par une fiction inédite, et sur la trentaine de nouvelles reçues pour l’occasion, c’est celle de Fred Guichen, chroniqueur sur le site spécialisé ActuSF, qui a été retenue par le jury. Seul à arborer une couverture en couleurs, Pigeon, Canard et Patinette décrit, dans un futur passé ou un passé non advenu, incertain, peut-être uchronique, la vie dans une zone d’exclusion radicale. Suite à l’accident survenu dans une centrale nucléaire visiblement localisée en Bretagne, à l’aube des années 1970, les villages les plus proches ont été pour la plupart évacués. Un certain nombre d’habitants, ayant refusé tout départ, ont donc été cantonnés dans cette zone surveillée par les militaires, et ravitaillés par le monde extérieur, ce dernier n’ayant aucune connaissance de cette réalité. Et quelle réalité ! Les rares survivants, de seconde génération, sont en effet des êtres difformes, totalement transformés par l’effet des radiations, et affublés de ces surnoms étranges, ceux du titre du texte. Fred Guichen nous les dépeint avec tendresse, amour même, et les réactions du lecteur sont ainsi dominées par une émotion touchante et une horreur devant certaines mutations (la plus extrême étant celle de Petit Frère). Ce qui est dénoncé par ce biais, ce sont les mensonges d’État, les risques de l’énergie nucléaire, même civile, et, lien direct avec l’œuvre d’Andrevon, l’intelligence volontairement castrée des militaires. Dans cette optique, l’introduction d’un embrasement militaire n’est finalement que de peu d’effets. Ruse de la dialectique, ce calvaire subi dans leur chair par ces rejetons d’une humanité souffrante les conduit à développer une empathie exacerbée, jusqu’à une forme de télépathie entre eux2, promesse d’une vie certes raccourcie, mais meilleure, plus solidaire : ou comment l’utopie parvient à triompher en payant un lourd tribut au réel…

Audience captive, d’Ann Warren Griffith, renoue pour sa part avec la prédilection des responsables de la collection « Dyschroniques » pour le patrimoine anglo-saxon, celui allant des années 40 aux années 70, essentiellement. Mais leur choix s’est ici porté sur une auteure totalement méconnue. Il faut dire qu’Ann Warren Griffith (1911-1983) ne semble avoir produit qu’un ou deux textes relevant de la science-fiction. Celui-ci fut toutefois publié en langue française quelques mois seulement après sa parution originale, dans le n° 2 de la revue Fiction, et sa postérité fut longue, puisqu’il fut ultérieurement repris dans deux anthologies, Histoires de demain (un des volumes de « La Grande Anthologie de la science-fiction ») en 1978 et Sociales fictions en 2004. Courte nouvelle, Audience captive est frappante, en cela qu’elle tourne en dérision une des valeurs cardinales des États-Unis alors en pleine guerre froide, la liberté. La famille typique mise en scène (les parents et leurs deux enfants) n’est pas n’importe laquelle, puisque le mari est un des cadres supérieurs de la société de Ventriloquie universelle, entreprise au pouvoir croissant. Dans ce proche avenir, la publicité est en effet devenue omniprésente, des messages oraux s’exprimant par l’intermédiaire de capteurs placés dans chaque produit, ce qui nous vaut des scènes ahurissantes de repas où les échanges sociaux sont totalement pollués par les messages à vocation mercantile. Le personnage de la grand-mère maternelle, tout juste sortie de prison pour avoir refusé d’écouter la publicité en utilisant des bouchons d’oreille, attitude jugée inconstitutionnelle par la Cour suprême, permet de poser un contrepoids… Il s’avère toutefois bien dérisoire, puisque croyant trouver un refuge contre le totalitarisme publicitaire en retournant en cellule, elle donne ce faisant l’idée à son gendre de coloniser ce dernier territoire préservé. C’est bien la logique de la société de consommation qu’Ann Warren Griffith dénonce, la dictature de l’achat (l’enfant faisant prévaloir son choix sur celui de sa mère) et l’aliénation qu’elle engendre. Son texte se rapproche d’ailleurs d’un classique contemporain, publié lui aussi en 1953, le Planète à gogos de Frederik Pohl et Cyril M. Kornbluth, deux auteurs marxisants dénonciateurs du règne de la marchandise.

1Voir en particulier l’article publié dans notre revue électronique, et les dernières recensions en date : http://dissidences.hypotheses.org/6541

2On est là proche de l’œuvre de l’écrivain étatsunien Theodore Sturgeon, Les Plus qu’humains (1953).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.