Mary M. Talbot, Bryan Talbot, Louise Michel. La vierge rouge, Paris, Librairie Vuibert, 2016, 136 pages, 19,90 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

L’égérie de la Commune de Paris ayant écrit ses mémoires1, on n’ignore pas grand-chose de sa vie et de ses combats. Mais cette bande dessinée, adaptée d’une édition américaine, présente au lecteur une autre approche, celle d’un roman graphique. Magnifiquement dessiné par Bryan Talbot, dessin en noir, blanc et rouge, rehaussé ici ou là de sépia, la vie et les combats de Louise Michel prennent une nouvelle dimension. Le récit, comme un véritable roman, échappe à toute linéarité. Ainsi, l’ouvrage débute quasiment par la mort de Louise Michel. Tout au long du récit, des flash-back (comme celui sur son enfance, en fin de volume) permettent d’échapper à une histoire rectiligne et plutôt convenue. On ne rappellera ici ni les grandes étapes de sa vie ni ses luttes opiniâtres pour la justice, la liberté et l’égalité.

Évoquons simplement trois fils conducteurs qui permettent de reconstituer le développement du livre. Bien entendu, figure en premier lieu sa participation à la Commune de Paris et le rôle pionnier qu’elle joua en faveur des femmes. Vient ensuite, conséquence de cet épisode, sa déportation en Nouvelle Calédonie et la profonde sympathie dont elle fit preuve, à l’encontre de l’attitude de beaucoup de ses compagnons, pour le sort des indigènes kanaks. Considérer l’utopie et le progrès scientifique comme fondamentaux, enfin, croyance jamais démentie tout au long de sa vie. Cette passion pour ce thème encadre d’ailleurs le récit de la vie de Louise Michel, à travers l’évocation des tentatives de Franz Reichelt, tailleur d’origine autrichienne vivant en France qui, face au développement de l’aviation, eût, le premier, l’idée de confectionner un costume parachute. On laissera au lecteur la surprise de découvrir le sort qui fût le sien et qui clôt le récit.

Aux dessins s’ajoutent plusieurs pages de notes détaillées qui complètent utilement la partie graphique, avec là aussi, des reproductions. Enfin, preuve du sérieux de la documentation utilisée par les auteurs pour construire ce récit, le lecteur aura l’occasion de découvrir un large éventail de titres anglo-saxons sur l’histoire sociale française. Mary et Bryan Talbot nous offrent ainsi non seulement l’occasion de prolonger notre connaissance de la vie de cette femme généreuse, dont toute la vie fût dirigée par le besoin de transformer la société et le monde, mais également une représentation graphique des combats du XIXe siècle, et particulièrement ceux de la Commune de Paris, déjà évoqués en « bulles » par Wilfrid Lupino2 dans sa série Communardes !

Il semble bien, qu’effectivement, comme l’affirme Eric Fournier, La Commune n’est pas morte !3

1Louise Michel, Mémoires, Bruxelles, édition Tribord, 2005. Une intéressante préface retrace la difficile et tardive édition complète de ses mémoires.

2Wilfrid Lupano, Anthony Jean, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Wilfrid Lupano, Lucy Mazel, Communardes ! Les éléphants rouges, Grenoble, éditions Vents d’Ouest/Glénat, 2015, 56 pages, compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/6738 et Wilfrid Lupano, Xavier Fourquemin, Anouk Bell, Communardes ! Nous ne dirons rien de leurs femelles, Grenoble, éditions Vents d’ouest/Glénat, 2016, 58 pages, compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/7168

3Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2011, compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/3235


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.