Eithan Orkibi, Les étudiants de France et la guerre d’Algérie, Paris, 2012, Syllepse, 295 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce livre, Eithan Orkibi étudie la généalogie de la manifestation de masse du 27 octobre 1960, organisée par l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), contre la Guerre d’Algérie. Plus précisément, il cherche à comprendre et à expliquer comment l’UNEF est arrivée, à l’automne 1960, à devenir « la force qui a enfin réussi à faire sortir la gauche française de sa paralysie et à créer ce à quoi divers intellectuels avaient depuis longtemps aspiré : une mobilisation de masse autour de l’opposition à la guerre » (p. 13) ? Comme il l’écrit lui-même, le but de son livre est de saisir la naissance de l’étudiant comme « animal politique », c’est-à-dire le moment où l’engagement politique des étudiants devînt légitime, en fonction de son positionnement en rapport au « drame algérien ». Cette étude, s’appuyant sur les archives et la presse étudiantes, est centrée sur les « aspects discursifs d’un processus historique » (p. 25) ; processus qui se décline en trois étapes principales, constituant les trois parties de cet essai.

Fondée en 1907, l’UNEF inscrit son action en ce début des années 1950, sur la base de sa charte de Grenoble (1946), qui s’inspire de la Déclaration des droits de l’homme et définit l’étudiant comme un « jeune travailleur intellectuel ». Cependant, le mouvement voit se confronter en son sein, la « mino[rité] », partisans d’un syndicalisme engagé – dont la Jeunesse étudiante catholique (JEC) constitue le « bastion principal » (p. 63) – et la « majo[rité] », défenseurs d’un syndicalisme plutôt gestionnaire, centré sur les questions propres à l’enseignement. L’auteur analyse en détails cette confrontation, suscitant une crise, non seulement au sein du mouvement étudiant, mais également entre la JEC et les instances hiérarchiques catholiques (p. 63-67). Il évoque au passage l’une des figure principales de la JEC : Robert Chapuis.

La mino s’installe au bureau national de l’UNEF à partir d’avril 1955 et en prend la direction au printemps 1956, dans un contexte difficile d’intensification du conflit et de divisions de plus en plus marquée du monde étudiant sur la question algérienne. Eithan Orkibi synthétise bien le positionnement malaisé de la mino : « à sa gauche, elle trouve des militants qui font de l’agitation et s’alignent sur les organisations de jeunesse plus librement mobilisées contre le rappel des disponibles. À sa droite, elle a une « majorité » qui comprend une extrême droite hostile à toute prise de position transgressant les frontières des domaines de l’éducation et de l’université (…) ; et une majorité « modérée » qui, tout en admettant la nécessité de dialoguer avec le pouvoir sur le drame algérien, craint une prise de position susceptible d’endommager l’unité du mouvement » (p. 109-110).

C’est le rapport avec l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA), représentant selon l’auteur quelques 5000 étudiants dont 900 en France, qui catalysa les débats et tensions au sein et autour de l’UNEF. Il fut d’ailleurs à l’origine d’une scission de celle-ci, au printemps 1957. Ainsi, pour Eithan Orkibi, la critique contre la mino « se fait d’abord à travers la disqualification de l’UGEMA » (p. 132). Les relations entre cette dernière et l’UNEF sont de toutes façons, entre 1956 et 1960, empreintes de tensions, surdéterminées par la radicalisation de l’organisation algérienne, en rapport avec le développement de la guerre. En mai 1956, l’UGEMA lance son « appel au maquis » tandis que l’UNEF condamne tout appel à la violence. Si, le 5 juillet 1956, les deux organisations publient un appel commun – convenant « qu’elles ne peuvent rester indifférentes devant le drame algérien qui déchire aujourd’hui toutes les consciences libres » (p. 138) –, la rupture se fait fin de la même année sur le refus de l’UNEF de condamner la politique gouvernementale française. Un an plus tard, l’UGEMA fut interdite en France et il faut attendre le tournant de l’UNEF au printemps 1960 pour que les relations reprennent, consacrées par le communiqué commun du 6 juin 1960 où l’UNEF fait son autocritique.

Durant ces années, l’auteur cerne bien les acquis et limites de l’engagement de l’UNEF. Tout en cherchant à s’autonomiser « des positions juridiques prises par le gouvernement » (p. 102), sa critique demeure très prudente – « il ne s’agit pas de franchir une barrière et de s’attaquer directement au véritable problème » (p. 117) – et conditionnée par son souhait de préserver l’unité du mouvement étudiant. Il faut attendre la seconde partie de l’année 1959, avec l’« affaire des sursis » – la tentative gouvernementale de mettre fin au régime de sursis dont bénéficiaient les étudiants – pour que l’engagement de l’UNEF commence à prendre une autre dimension. Cette dimension s’affermit encore par le rôle qu’elle adopte pendant la « semaine des barricades » fin janvier-début février 1960. Mais le tournant véritable s’opère au printemps 1960. Ainsi, selon l’auteur, le 49e Congrès de l’UNEF, en avril 1960, « marque le moment de l’entrée du monde étudiant dans la lutte pour la paix négociée en Algérie » (p. 229). C’est au cours de ce Congrès qu’est diffusé la brochure Le syndicalisme étudiant et le problème algérien, et que les étudiants réclament des négociations avec le FLN sur le cessez-le-feu et l’autodétermination (p. 234). Un tabou est violé et le nouveau président UNEF, Pierre Gaudez, dans un entretien, s’explique : « est-il vraiment scandaleux que l’UNEF, à son congrès, ait parlé de nation algérienne, ait demandé des négociations avec le FLN ? Certes, c’est la première fois que l’UNEF emploie ces mots qui ont une valeur de choc par rapport à ceux que nous avons employés jusqu’à maintenant » (p. 242).

Eithan Orkibi analyse ce tournant comme le passage d’une critique moraliste – l’UNEF étant auparavant devenue « la porte-parole d’une tendance « dreyfusarde », dont l’opposition à la guerre est fondée sur un jugement moral, et dont l’engagement actif est attribué au souci de préserver l’image de la France comme « pays des droits de l’Homme » » (p. 196) – à un raisonnement anticolonialiste « et pas seulement pro-paix » (p. 246). C’est dans cet esprit et dans un contexte doublement marqué par l’ouverture du procès du réseau Jeanson et la publication du Manifeste des 121, que l’UNEF peut se présenter « comme une force unificatrice et réparatrice » (p. 258), et appeler à la manifestation du 27 octobre 1960.

Dans son épilogue, l’auteur explique pourquoi cette position est restée sans suite. D’une part, « la position de l’UNEF à l’égard de la gauche politique et syndicale perd de sa centralité (…). Le ressort unitaire ne joue plus » (p. 271). D’autre part, elle est suspecte aux yeux du Parti communiste français et doit faire face à la création du Front universitaire antifasciste (FUA) en 1961 rassemblant l’aile gauche de l’Union des étudiants communistes (UEC), des membres du Parti socialiste unifié (PSU), etc. Enfin, l’UNEF « est surtout devenue elle-même un lieu d’affrontement de différentes tendances politiques, chacune se renfermant sur elle-même ». Et l’auteur de résumer en une formule qui fait mouche : « en entrant dans le jeu politique, le mouvement étudiant devient un enjeu politique » (p. 273-275).

La qualité indéniable de l’ouvrage – son attention fouillée et précise aux discours et arguments sur la question algérienne, qui se développent au cours de trois étapes principales – constitue également son revers. Les textes et réflexions sont en effet peu contextualisés et mis en perspective avec les positions des organisations de gauche et d’extrême gauche. De plus, il aurait été intéressant d’étudier dans quelle mesure le tournant de l’UNEF correspond – au-delà de sa propre dynamique – à une transformation plus globale de la société française, en général, et à une radicalisation de la gauche, en particulier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.