Révolutionnaires en Seconde Guerre mondiale : Introduction

POUR INTRODUIRE

Longtemps encore après la Seconde Guerre mondiale, gaullistes et communistes eurent tendance à occulter le rôle des autres forces ou courants politiques dans la lutte contre l’occupant allemand et les collaborateurs. Or, il y eut une résistance socialiste, comme il y eut des militants d’extrême gauche qui luttèrent contre les nazis et Vichy. Certes, la résistance de ces derniers fut moins patriotique qu’antifasciste, elle se déroula parfois hors des grands réseaux. Mais ces hommes et ces femmes firent eux aussi preuve d’efficacité et de courage, parfois jusqu’au sacrifice ultime. Ce fut le cas du trotskyste Marcel Hic, le secrétaire du POI (Parti ouvrier internationaliste), mort en déportation ou de son camarade David Rousset. Ce dernier, ayant survécu miraculeusement à la déportation, donna un des premiers témoignages sur les camps de concentration, L’Univers concentrationnaire1.

Les anarchistes, français ou espagnols, ont également joué un rôle important. Certains rejoignirent la résistance armée. D’autres, connaissant bien les lieux de passage dans les Pyrénées, sauvèrent nombre de Juifs ou d’aviateurs anglais pourchassés. Le plus connu de ces anarchistes résistants est sans doute Jean-René Saulière (alias André Arru)2.

En 2002, nous avions consacré le n° 12-13 de notre revue papier Dissidences (1ère série) aux « Révolutionnaires en Seconde Guerre mondiale ». Plusieurs contributions tentaient des synthèses sur les divers courants de l’extrême gauche actifs à cette époque : anarchistes, trotskystes, bordiguistes et pivertistes. Dans le prolongement de ces travaux, nous publions sur notre blog la biographie inédite, éclairage précieux, par Eric Panthou, d’un militant issu du socialisme révolutionnaire, Pierre Bernard, adhérent du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) avant la guerre, scission de la SFIO, dont le militant le plus connu était Marceau Pivert. Ils furent de ceux qui fondèrent ensuite L’Insurgé (Lyon, 1940). Nous profitons de l’occasion pour republier deux des contributions de ce n° 12-13 (épuisé), de Thierry Hohl d’abord, « « Pivertistes » en résistance » et de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles ensuite, « Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale ». Deux liens renvoient aux comptes rendus de polars qui abordent ces questions au travers de procédés narratifs fictionnels, celui de Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald (2013) et celui de Marek Corbel, Les Gravats de la rade (2015).

Jean-Paul Salles (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

1 Publié en décembre 1945 et en janvier-février 1946 par La Revue internationale, repris par les Éditions de Minuit en 1965, aujourd’hui disponible chez Hachette Littératures, Collection Pluriel.

2 Voir sa biographie dans le Maitron, tome 1 (nouvelle série 1940-mai 1968), p. 202-203, également en ligne sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article10285, ainsi que sa notice du Dictionnaire des anarchistes, sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article155119


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.