François Jarrige, « Gravelle, Zisly » et les anarchistes naturiens contre la civilisation industrielle, Paris, Le Passager clandestin, collection « Les précurseurs de la décroissance », 2016, 106 pages, 8 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans cette collection sur les précurseurs de la décroissance, présentant des auteurs très variés (Diogène, Épicure, Murray Bookchin en passant par Lao Tseu ou Lanza del Vasto), François Jarrige, historien des mutations de l’industrialisation et de ses dégâts écologiques et sociaux, propose un intéressant choix de textes. Il est fort probable que les noms des deux principaux protagonistes du courant naturien soient absolument inconnus des lecteurs. En effet, François Jarrige s’engage dans une opération de réhabilitation d’une sensibilité libertaire, le courant naturien, minoritaire parmi les minoritaires. En effet, au sein des anarchistes, à la fin du XIXe siècle et dans les premières années du XXe, se dégagent les figures de quelques individus qui s’érigent contre l’industrialisation et font l’éloge d’une nature bienfaitrice. Regroupés autour de quelques journaux à la parution épisodique, Emile Gravelle (1855-1920) ou Henri Zisly (1872-1945) proposent de rompre avec la civilisation industrielle et ses maux (pollution, accélération du rythme de vie, dégradation de la nourriture, rupture avec la terre bienfaitrice…) pour retrouver la simplicité d’une vie en accord avec la nature.

François Jarrige présente ces personnages comme des précurseurs oubliés, car défaits, de l’écologie politique et du courant décroissant. Ne croyant pas aux vertus de l’action collective (incarnée par l’anarchisme ouvrier intégrant le mouvement syndical), ces naturiens vont tenter, à défaut de faire la révolution, d’expérimenter de nouveaux styles de vie, basés sur des valeurs attribuées à la nature (on comprend d’ailleurs que leur référence soit plus Jean-Jacques Rousseau que les théoriciens de l’action directe). Des tentatives de vie communautaires sont ainsi engagées, autour des milieux libres, afin de développer le végétarisme, l’abstinence alcoolique, l’absence de tabac, le naturisme, entremêlés de malthusianisme et de contrôle des naissances. Les quelques utopies néo-rurales tournent rapidement court, malgré la volonté de puritanisme qui les animent. De collectif, le mouvement naturien va s’incarner alors dans des pratiques individualistes qui achèvent d’isoler leurs promoteurs. Si l’auteur évoque bien le caractère marginal de ces libertaires (« parias, des travailleurs et intellectuels déclassés par le mouvement de la modernité (…), p. 57), il n’en reste pas moins que leur « idéal ne saurait être ramené à l’excentricité de quelques individus désœuvrés ou aigris » (p. 58).

Par cette plongée dans un univers largement méconnu, sauf pour qui a lu Arnaud Baubérot (Histoire du naturisme, PUR, 2004), source principale de l’auteur, François Jarrige s’engage volontiers dans une réhabilitation de ces militants, allant jusqu’à se laisser dominer par quelques approximations. Ainsi, lorsqu’il évoque le fait que « le bolchevisme élimine brutalement ses partisans (lire anarchistes) (Nestor Makhno, Andrés Nin) » (p. 56). Est- il nécessaire de rappeler que non seulement Andrés Nin n’a pas grand-chose à voir avec l’anarchisme1 et que de surcroît, le bolchevisme s’était mué en stalinisme depuis plusieurs années lorsqu’il fut assassiné en Espagne par la police politique soviétique.

Reste un excellent et pertinent choix de textes qui font la part belle à l’éloge des « primitifs de l’anarchisme » et dénoncent la civilisation et le progrès.

1Andrés (ou Andreu) Nin (1892-1937), révolutionnaire espagnol, fut un des leaders du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), organisation anti-stalinienne de gauche, présentée souvent à tort comme trotskyste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.