Yann Le Bohec, Spartacus chef de guerre, Paris, Tallandier, collection « L’art de la guerre », 2016, 224 pages, 17,90 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En langue française, la dernière étude historiographique sur Spartacus, le légendaire esclave révolté, date de 2011 : il s’agit de celle d’Eric Teyssier, intitulée Spartacus. Entre le mythe et l’histoire1. Yann Le Bohec, spécialiste incontesté de la civilisation romaine et plus particulièrement de sa composante militaire, a décidé d’y revenir pour offrir, explique-t-il, une version historique digne de ce nom, débarrassée des visions idéologiques du siècle passé ; à bien des égards, son étude, un peu courte et écrite sans doute trop rapidement, ressemble à une machine de guerre anti-marxiste2, et comme souvent dans ce type de démarche, il finit par prouver le contraire de ce qu’il souhaitait démontrer.

Après un point sur les sources antiques disponibles, où Yann Le Bohec marque sa méfiance à l’égard de Salluste, voire de Plutarque le moralisateur, leur préférant Appien et Florus, le récit se fait classiquement linéaire. Confirmant l’origine thrace de Spartacus, Yann Le Bohec en fait un simple homme libre, capturé et vendu sur un marché d’esclaves romain, pour finir par intégrer contre son gré la gladiature. Il ne bénéficia donc, selon lui, d’aucune expérience dans les troupes auxiliaires de l’armée romaine, ce qui ne laisse tout de même pas de surprendre, au vu du réel talent militaire, souligné par l’auteur, de Spartacus ; la seule explication qui vaudrait tiendrait alors à des capacités innées, ou à des conseils obtenus de certains ralliés, ce que Yann Le Bohec n’approfondit nullement. Son combat contre les mythes le conduit à écarter comme telles pratiquement tous les commentaires faits par les auteurs anciens profondément engagés, y compris le refus de l’or et de l’argent en circulation individuelle parmi les insurgés au profit d’un contrôle centralisé de ces ressources, ce qui nous semble une démarche excessive (ce monopole répondant sans doute davantage à une nécessité de gestion pratique qu’à une posture philosophique).

Plusieurs chapitres interrompent alors la geste de Spartacus, constituant d’excellentes mises à jour vulgarisatrices sur Rome, le contexte de la fin de la République (celui d’une « crise de croissance »), les institutions politiques, la société et l’armée. Ces considérations conduisent Yann Le Bohec à insister sur l’absence d’idéologie proto-communiste chez les esclaves révoltés : il met pour cela l’accent sur des exemples de dévouement d’esclaves vis-à-vis de leurs maîtres (certains tellement outranciers, d’ailleurs, qu’on peut imaginer les remettre en cause), et rappelle également que les insurgés pratiquaient eux aussi l’esclavage. Pourtant, ce ne sont pas quelques exemples, même détaillés, qui valent pour un constat d’ensemble ; quant au renversement de l’esclavage, il n’infirme pas la portée symbolique de la libération des esclaves romains, et on peut le lire au contraire comme une démonstration que les pseudo inférieurs sont aussi capables de mettre en place une hiérarchie sociale3. Si surinterpréter la révolte de Spartacus en y voyant l’ouverture vers un nouveau modèle social est sans doute une erreur, c’en est une également que de lui dénier toute charge subversive. Yann Le Bohec, d’ailleurs, après s’être penché sur le cas des hommes libres ralliés à Spartacus, retient la motivation de la marginalisation sociale comme la plus crédible, sans pour autant la valider, une prudence excessive qu’il est loin d’adopter en permanence…

Sur la suite de l’aventure de Spartacus, l’historien ne voit pas dans la division avec Crixus et ses combattants une dissension ethnique, mais une séparation tactique, ce qui ne convainc pas totalement (les preuves irréfutables sont, là comme souvent en histoire antique, absentes). De même, il ne croit pas aux efforts de Spartacus pour tisser une alliance avec des hommes libres, et ne pense pas non plus qu’il souhaitait se réfugier en Sicile afin d’y rallumer les braises des guerres serviles. Enfin, pour l’ultime affrontement avec Crassus, si l’éclairage sur l’exécution de son cheval par Spartacus, revêtue d’un sens religieux, est intéressant, la remarque dévalorisante sur l’attitude de Spartacus cherchant à se frayer un chemin jusqu’au chef romain laisse dubitatif. Si vraiment c’est là comportement de « sous-officier »4, comment appréhender l’attitude d’Alexandre de Macédoine allant au contact avec Darius III lors de la bataille de Gaugamèles ? Ce qui est tout de même notable, c’est les conséquences du soulèvement de Spartacus sur le court et moyen termes. Yann Le Bohec insiste en effet sur l’amélioration des conditions de la gladiature ou du traitement des esclaves qui s’ensuivit, même si d’autres causes sont également à invoquer, telle l’influence du stoïcisme.

Par contre, le dernier chapitre, intitulé « Spartacus après Spartacus », s’avère bien lacunaire. Sans doute Yann Le Bohec n’a-t-il pas opéré de recherche poussée sur le mythe Spartacus et ses déclinaisons littéraires : comment, sinon, écrire que notre pays fut « avare » (p. 173) en ce domaine, ce qu’infirme clairement notre propre étude sur ce thème, « Les 1001 visages de Spartacus »5.

1Nous l’avions chroniqué en son temps sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/956

2« A vrai dire, plus personne ne se passionne (…) pour savoir s’il a mené une lutte des classes ou non, ce qui n’intéresse guère que quelques nostalgiques de cette idéologie. » (p. 20). Au-delà du dédain voire du mépris sensible dans cette phrase, il est tout de même surprenant de voir que la lutte des classes apparaît, aux yeux de Yann Le Bohec, comme une démarche subjective, là où le marxisme y voit un phénomène objectif !

3Ce renversement est particulièrement sensible dans la décision prise par Spartacus, pour célébrer Crixus mort, de faire se battre tels des gladiateurs des soldats romains capturés.

4« Un chef de guerre doit se préserver et rester à l’arrière pour avoir une vue d’ensemble du champ de bataille et donner des ordres à tel ou tel contingent. » (p. 160).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.