Nicolas Bonanni, L’Amour à trois. Alain Soral, Eric Zemmour, Alain de Benoist, Grenoble, Le Monde à l’envers, 2016, 72 pages, 3 €

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Le Monde à l’envers proposent le plus souvent de courts pamphlets développant des thématiques technosceptiques ou libertaires et écologiques, et parfois des œuvres de fiction (Les Aventures de Red Rat, prochainement chroniqué par Dissidences) ou des essais plus fouillés, ainsi de celui d’Alexis Escudero sur La Reproduction artificielle de l’humain, point de départ d’une polémique souvent outrancière1.

Dans ce bref opuscule, Nicolas Bonanni, visiblement professionnel de l’éducation, est parti d’une interrogation très concrète : comment, dans l’après 11 janvier 2015, les réflexions d’unAlain Soral ont pu toucher des élèves d’origine musulmane, alors qu’il déploie une pensée foncièrement raciste ? C’est donc à ce que l’auteur nomme « l’autre droite », antilibérale et antiétatsunienne, et plus particulièrement à ce triptyque Benoist (le socle fondamental) / Zemmour / Soral, qu’il s’intéresse en tentant d’isoler les grands axes de leurs analyses. Un constat commun est celui d’une forme de décadence occidentale, caractérisée par la libéralisation aussi bien de l’économie que des mœurs, et donc par l’érosion de l’autorité du père face à la femme. Les extraits proposés sur cette question, d’Alain Soral en particulier, témoignent de manière frappante d’une véritable dévalorisation des femmes, et d’une définition de leur caractère sous un angle explicatif uniquement sexuel (l’idée de l’opposition pénétrant / pénétrée).

Autre angle central de leur vision du monde, le déterminisme culturel, succédant à « l’aristocratie de l’épiderme », et qui rend caduque toute possibilité d’émancipation, de par leur opposition radicale à l’égalité et à l’universalisme (ce sont les théories d’Alain de Benoist qui sont ici premières). D’ailleurs, et ce sont là des passages parmi les plus intéressants du livre, « l’anticapitalisme du trio est un anticapitalisme tronqué, essentiellement symbolique. » (p. 34), qui ne chercherait qu’à lui insuffler un supplément d’âme, à base religieuse et morale. Autant d’éléments utilisés dans la nouvelle stratégie du Front national de Marine Le Pen, ainsi que le souligne l’auteur2.

A l’inverse, lorsque Nicolas Bonanni cherche à contrer – à juste titre – Eric Zemmour faisant de Mai 68 et de ses suites la victoire d’une révolution libérale-libertaire, il surestime la place et le rôle des situationnistes3, influencé sans doute par ses propres convictions politiques. Car Mai 68, c’est un pluralisme d’influences, de luttes ouvrières et étudiantes, de militantisme anarchisme, maoïste, trotskyste, ultra gauche qui toutes à leur manière symbolisent et incarnent l’époque. Ces considérations critiques sont ponctuées de quelques scènes sur le mode théâtral, mettant en scène les trois intellectuels aux prises avec des dialogues rimés.

1Voir notre recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/4949

2On restera par contre dubitatif quant à sa définition de l’extrême droite, bien trop générale : « Il me paraît plus exact, plus précis et plus général de définir l’extrême droite comme un projet politique inégalitaire. » [souligné par l’auteur], p. 54 ; juste après, d’ailleurs, Nicolas Bonanni semble y inclure les transhumanistes aussi bien que les libertariens… Les mailles de cette typologie sont clairement trop lâches.

3« S’il fallait chercher un courant de pensée symbolisant 68, ce ne serait pas l’anarchisme, mais plutôt les situationnistes, un groupe d’artistes issus du marxisme, sous forte influence libertaire, et qui n’avaient rien de libéraux. » (p. 43). Rectifions ces erreurs grossières : dans les années 68, les membres de l’Internationale situationniste ne sont plus des artistes, ceux qui l’étaient, artistes d’avant-garde de surcroît, à sa création en juillet 1957 n’étaient pas marxistes, et le marxisme du noyau de la dernière période de l’IS était frotté d’hégélianisme, se déclinant dans une version du communisme de gauche, anti-léniniste, un conseillisme radical.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.