Vincent Présumey, Gilbert Serret (1902-1943), instituteur ardéchois, syndicaliste et révolutionnaire, Chomerac (07200), Mémoire d’Ardèche et Temps présent, 2014, 32 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide de Christian Beuvain)

Dans cette brochure illustrée, Vincent Présumey, enseignant du secondaire et syndicaliste retrace la vie et les combats de Gilbert Serret, dont il rappelle l’importance pour l’histoire du syndicalisme enseignant, bien que sa figure soit quasiment oubliée de nos jours.

Né au tournant du siècle, Gilbert Serret devient militant syndical chez les instituteurs, dans sa branche révolutionnaire, celle de la Fédération unitaire de l’enseignement (FUE)1 avec son journal L’Ecole Emancipée. Les militants de la FUE suivent avec un grand intérêt le développement du Parti communiste (Section française de l’Internationale communiste-SFIC), dont certains sont membres. Mais, d’après l’auteur, le processus de stalinisation que connaît le syndicalisme, en particulier la CGTU, oppose ses principaux dirigeants (Serret, Bouêt, Dommanget, Aulas…) à la fraction communiste. Plus précisément, il s’agit des soubresauts occasionnés par l’adaptation à la ligne « classe contre classe » (adoptée au VIe Congrès de la Comintern en août 1928). Au sein de la FUE, c’est une bataille fractionnelle sans pitié qui oppose la majorité fédérale (dont Gilbert Serret est un des animateurs) aux communistes (MOR, Minorité d’opposition révolutionnaire). Le PCF a-t-il un rapport conflictuel avec ses travailleurs intellectuels ? En tout cas, la plus grande partie des enseignants communistes refusent très largement de s’engager dans la MOR. Après le congrès de 1930, Gilbert Serret ne quitte plus son village ardéchois jusqu’à la fin de sa vie. Il devient le principal responsable de la majorité fédérale de la FUE (laquelle, rappelons-le, n’organise qu’une petite minorité des instituteurs, la majorité de la corporation organisée l’étant à la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs -FNSI, affiliée à la CGT). Cette majorité fédérale est politiquement un courant politique très singulier. En effet, elle ne ne se réclame pas de la Charte d’Amiens (hostilité aux partis politiques) et ne peut être classée comme un courant syndicaliste révolutionnaire. En même temps, elle se refuse à toute affiliation avec l’opposition de gauche (trotskyste) et donc apparaît comme relevant d’une tradition communiste autonome/indépendante des grands courants qui structurent l’extrême-gauche de l’entre deux guerres. Gilbert Serret, de plus en plus critique vis-à-vis de l’URSS, représente cette majorité fédérale au congrès de Nantes de la CGT (novembre 1938). Cela fait de lui, selon Vincent Présumey «  l’un des touts premiers, sinon même, à son corps défendant, le premier porte-parole national du courant révolutionnaire dans le mouvement ouvrier français à la veille de la Seconde Guerre mondiale…. » (p. 11). Avec la guerre les époux Serret sont évincés de leur poste en Ardèche et mutés en Haute-Loire par les autorités de Vichy, Gilbert Serret étant connu comme communiste et antifasciste. Finalement, ils parviennent à revenir dans leur département d’origine, à Balazuc, petit village isolé. Le 29 juin 1943, Gilbert Serret, parti chasser, ne revient pas. On le retrouve au fond d’un trou, mort, le lendemain. L’enquête de police conclut à une mort accidentelle. Mais Vincent Présumey, sur la base de suppositions et après voir écarté la piste de tueurs du PCF, affirme que Gilbert Serret aurait été assassiné par des miliciens qui l’avaient menacé quelques temps auparavant.

La dernière partie du texte est consacrée à échafauder des hypothèse sur la probabilité du meurtre, permettant d’ouvrir une fenêtre sur les syndicalistes collaborationnistes qui avaient maintenu des liens avec Gilbert Serret. Quoi que l’on puisse penser des hypothèses et conclusions élaborées par Vincent Présumey sur la fin du militant révolutionnaire, cette brochure permet de rendre hommage à Gilbert Serret, figure largement méconnue du panthéon révolutionnaire, tout en précisant la notice que ce même auteur lui a consacré dans le Dictionnaire Maitron2.

1Sur ce courant, voir le travail très complet de Loïc Le Bars, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935). Aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.