Frédéric Lordon, Les affects de la politique, Paris, Seuil, collection « Débats », 2016, 194 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Arthur Guichoux

Politique des affects, affects de la politique

Après le substantiel Imperium, l’économiste et philosophe Frédéric Lordon signe un nouvel ouvrage, moins ésotérique mais toujours aussi vif, dans lequel il poursuit sur sa lancée d’une philosophie politique critique spinoziste. En dehors de toute prétention à l’exhaustivité, il y est question d’une mise en situation des concepts-clefs. Cette confrontation à l’actualité part du postulat selon lequel la politique fonctionne à la dynamique des passions.

Prenant comme point de départ une « ontologie spinoziste des modes finis » (p. 29), le « structuralisme passionnel » revendiqué par Lordon met en exergue le rôle central et moteur des affects dans la vie sociale et politique. En tant que partie de la nature, les hommes n’échapperaient pas à la chaîne des causes et des effets qui gravite autour des affects : « une chose exerce sa puissance sur une autre, cette dernière s’en trouve modifiée : affect est le nom de cette modification », écrit-il (p. 20). Dans une critique acérée du sujet souverain, Lordon avance que les hommes sont avant tout des corps qui prennent consistance à partir de complexions diverses d’affectabilités, d’un ingenium qui prend relief au gré des traces laissées par les trajectoires sociales et des idiosyncrasies individuelles. C’est au prisme de ces dispositions, tant individuelles que collectives, que les affects déterminent le conatus et orientent sa persévérance dans l’être autour de désirs nouveaux.

La politique se laisse alors saisir à partir des flux immaîtrisables d’affects, qui se télescopent et s’entrelacent. Cet « ars affectandi » dépassionné ne fait cependant pas fi des idées pour autant que celles-ci se rattachent à des images qui leur donnent une certaine puissance. C’est par le ressort de l’imagination, comme capacité à former des images liées à des affects, qu’advient la palpation du monde. Cette « économie de la visibilité » (p. 65) trace les contours d’un espace conflictuel où se livrent bataille les mouvements sociaux, le pouvoir bureaucratique et la « méta-machine affectante » des médias, qui portent des représentations antagonistes du social. La politique ne serait donc pas une affaire de rationalité pure, d’une transparence communicationnelle supposée domestiquer l’effervescence des passions, pas plus qu’elle ne serait l’apanage d’émotions irrationnelles tout azimut, esprit et corps n’étant que les deux faces indissociables d’une même pièce.

La géométrie variable des affects soulève la question des affects communs, qui proviennent de la « sympathie générique » ou « idéologique » éprouvée envers les semblables. Ce mimétisme à double-tranchant pousse Frédéric Lordon à opter, contre le repli éthique et individuel, pour une voie politique qui consiste à produire les « images manquantes » qui pourraient s’imprimer au creux de la multitude et éclairer les points aveugles de l’ordre établi. La puissance de l’État (au sens large que lui confère l’auteur) n’étant que l’auto-affection de la multitude par elle-même, il lui revient d’ôter le soutien qu’elle apporte au statu quo et de subvertir collectivement les passions. Identifier le point de basculement de la peur paralysante à la colère émancipatrice serait donc un des principaux défis pour qui veut tenter de penser l’émancipation. Frédéric Lordon insiste une nouvelle fois sur le rôle-clef des images capables d’abaisser les « seuils de l’indignation » (p. 174) et d’exprimer la plasticité des plis de l’ingenium. La servitude passionnelle entre alors en tension avec la voie escarpée de « l’entendement fini », qui se dégage au fur et à mesure que s’accroissent les puissances d’agir et de penser, à rebours du mythe du libre-arbitre que rien n’affecte, sinon sa raison. L’ouvrage se conclut par une charge contre « l’État crétin », trop occupé à vitupérer une prétendue sociologie de l’excuse, alors que sa tâche serait plutôt, d’après Frédéric Lordon, de cultiver la liberté et l’agentivité pour que la cité tienne debout et ne s’effondre pas.

Cependant, Les affects de la politique semble présenter plusieurs angles morts. Deux points critiques peuvent être relevés en tant qu’ils ouvrent à la discussion. D’abord, l’interprétation de Spinoza mise en œuvre par Frédéric Lordon ouvre la voie à un déterminisme « radical » et « universel » (revendiqué comme tel), mais surtout intégral, dans lequel l’homme devient le point d’imputation de passions qui le traversent et le mettent en mouvement. La question porte donc sur le point de savoir si ce déterminisme exclusif n’occulte pas d’autres modes d’êtres, s’il ne se ferme pas à un « autrement qu’être » pour reprendre l’expression de Levinas, à ce qui échappe justement aux ficelles du causalisme ? Que faire alors du désir d’utopie, de ces fêlures presque imperceptibles du réel qui émergent à travers les tumultes contemporains, comme les mouvements d’occupation des places ? D’autre part, le geste socio-anthropologique, dont se réclame l’auteur, semble tellement ancré dans une ontologie de la puissance qu’il en deviendrait presque aveugle à toute ontologie du sens, pour reprendre la distinction du socio-anthropologue Stéphane Vibert1. En bon spinoziste, il tend à se focaliser exclusivement sur les rapports de forces au détriment du champ d’articulations symboliques qui pourtant soutient et structure l’épaisseur du social. Nul doute donc que la pensée stimulante et discordante de Frédéric Lordon gagnerait à être mise en regard avec un autre versant de la philosophie politique critique contemporaine, moins médiatisé mais non moins fécond, qui rassemble des auteurs aussi divers que Claude Lefort, Miguel Abensour (récemment décédé) ou Cornelius Castoriadis. Une des principales avancées de ce courant minoritaire et hétérogène, tient en effet à ce qu’il tente de sortir l’expérience démocratique de l’orbite étatique et insiste sur sa dimension an-archique2, au sens d’une absence d’arkhè, de principe directeur incontestable. Au lieu de fonder la politique sur une anthropologie fermée des affects, reconnaître l’absence de fondements de l’ordre social oblige la philosophie à prêter attention à la texture des phénomènes politiques et à l’ouverture que représentent les foyers de désordre et d’inventivité démocratique.

1Stéphane Vibert, « Les enjeux du politique : démocratie plurielle et critique du libéralisme », in Linda Cardinal et Pascale Devette (dir.), Autour de Chantal Mouffe – Le politique en conflit, Ottawa, Invenire, 2015, p. 9-34.

2Sur le rapport de l’an-archie et de la démocratie, nous renvoyons à Miguel Abensour, La démocratie contre l’État, Marx et le moment machiavélien, 2003, (1997), Éditions Le Félin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.