Alberto Amo, Alberto Minguez, Podemos, La politique en mouvement, Paris, La Dispute, 2016, 223 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, on compte désormais (en français), quatre livres1 consacrés au nouveau mouvement politique espagnol, auxquels il faut ajouter la traduction des œuvres de Pablo Iglesias2, son principal dirigeant. Alors que les autres livres ont été écrits par une sociologue de Tours (Nez), un historien (Barret) ou sont constitués de traductions de textes des animateurs de Podemos (Dominguez/Gimenez), ce dernier est écrit par des militants du cercle Podemos de Paris, à l’aide de la presse en ligne espagnole.

Il se présente comme une introduction didactique sur le phénomène Podemos, pour des lecteurs français ne connaissant pas les arcanes de la vie sociale et politique de l’Espagne actuelle. Il s’agit en quelque sorte d’un « Podemos pour les nuls », destiné à un large public, grâce à la multitude de notes permettant de mieux saisir l’environnement dans lequel a émergé cette nouvelle formation politique. Le fil conducteur du propos est chronologique, depuis les conditions d’apparition de Podemos jusqu’au dernier épisode électoral des élections législatives de juin 2016.

Le premier chapitre dresse le portrait des mouvements sociaux qui aboutirent au phénomène des Indignés et à l’occupation des places des grandes villes du pays le 15 mai 2011. Ce chapitre est particulièrement développé (plus de 50 pages), car il restitue le cadre général social et politique qui aboutira au plus puissant mouvement social qu’ait connu l’Espagne depuis la transition démocratique, le 15-M. Le chapitre suivant présente le phénomène de « La Tuerka », émission de télévision qui précipite la construction du groupe dirigeant de Podemos, autour de la personnalité de Pablo Iglesias. En janvier 2014, au Tetro del Barrio se réunissent les initiateurs de ce qui va devenir Podemos, transformant l’indignation sociale massive en un mouvement politique susceptible de représenter une alternative électorale. D’éclairants développements sont consacrés aux discussions avec les autres partis se situant à gauche du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), comme Izquiedra Unida (IU, alliance à laquelle participent les communistes), Equo (écolo) ou le Partido X (réseau citoyen, issu également de la constellation du 15 mai). Comme l’écrivent les auteurs : « Podemos naît avec l’intention de produire un nouveau cadre électoral, un « nouveau sens », pour reprendre le terme d’Inigo Errejon, grâce auquel conquérir les institutions et générer un changement politique épaulé par les mouvements sociaux » (p. 100). Objectif réussi avec un résultat surprenant aux élections européennes du 25 mai 2015 (8%), dont les auteurs analysent longuement les conditions de réussite (forte participation citoyenne à travers le développement des cercles, substitut partidaire des collectifs d’occupation des places, une campagne inclusive, un discours de rupture : le populisme, en rupture avec l’axe gauche-droite et lui substituant une opposition caste/élite).

Le chapitre suivant (4) est consacré au mode de fonctionnement de Podemos. Les auteurs se montrent d’ailleurs assez critiques, montrant que deux orientations coexistaient dans l’organisation : une première, axée sur la participation électorale et un mode de décision assez centralisé et vertical (illustré par la direction du groupe Iglesias, Monedro, Errejon) ; une seconde, autour de Pablo Echenique et Teresa Rodriguez (elle-même membre d’une organisation d’obédience trotskyste, Izquierda Anticapitalista), beaucoup plus basiste et horizontale. Autour des débats sur l’organisation du parti à construire s’opposent vision d’un parti-élection et celle d’un parti-mouvement. Finalement, grâce à la centralité de la personnalité d’Iglesias (lequel n’hésite pas à menacer de se retirer si son projet n’est pas majoritaire), c’est la conception verticaliste qui triomphe et qui sera la base de fonctionnement de Podemos lors de l’Assemblée générale de fondation les 18-19 octobre 2014 à l’assemblée de Vistalegre.

Les deux derniers chapitres (5 et 63) sont sans doute les moins intéressants de l’ouvrage, car entièrement consacrés à l’analyse des différentes élections auxquelles Podemos se consacre dans les mois qui suivent : élections régionales et municipales (mai 2015), puis législatives (décembre 2015), puis nouvelles législatives (juin 2016). Si Podemos obtient des résultats assez mitigés aux élections régionales, en revanche, il parvient, dans le cadre de listes citoyennes, à obtenir de très bons résultats dans les principales villes du pays aux municipales, remportant la mairie à Barcelone ou Madrid (avec le soutien du PSOE).

Si aucun détail des soubresauts électoraux n’échappera au lecteur, en revanche, l’ouvrage ne développe pas vraiment le rapport que Podemos entretient avec le mouvement citoyen, ce qui persiste du 15M, voire du tissu associatif ou syndical plus classique. Dans la même veine, une discussion plus approfondie sur la notion d’hégémonie qui sature le discours des dirigeants de Podemos aurait mérité de plus amples développements qu’un simple rappel des travaux d’Ernesto Laclau. Peut-on limiter cette notion à « la création d’un cadre discursif avantageux » (p. 167), dans le strict cadre électoral ? Le phénomène Podemos a-t-il d’ailleurs, de manière plus générale, déjà épuisé ses potentialités que d’aucuns assurent subversives ? Autant de questions, parmi d’autres, amenées à alimenter de nouvelles études, plus problématisées.

1Héloïse Nez, Podemos, de l’indignation aux élections, Paris, Les Petits matins, 2015, Christophe Barret, Podemos. Pour une autre Europe, Paris, Cerf, 2015, Ana Dominguez, Luis Gimenez (dir.), Podemos, sûr que nous pouvons !, Paris, Indigène, 2015.

2Pablo Igleisas Turrion, Machiavel face au grand écran. Cinéma et politique, Lille, La Contre allée, 2016, et Les leçons politiques de Game of Thrones, Paris, Post-éditions, 2015.

3Notons d’ailleurs que le titre du 6e chapitre, « A l’assaut du ciel », consacré aux échéances électorales, paraît pour le moins un tantinet excessif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *