Chris Harman, Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire (A People’s History of the World. From the Stone Age to the New Millenium), Paris, La Découverte, 2011 (2008 pour l’édition originale la plus récente), 736 pages, 29,50 €.

Le travail d’Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, qui a connu un vaste succès, a suscité bon nombre d’émules. Outre Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde de Vijay Prashad et Histoire populaire des sciences de Clifford D. Conner (tous deux chroniqués dans notre revue électronique), Chris Harman a eu l’ambition d’étendre cette démarche à l’histoire de l’humanité dans son ensemble. Rappelons que Chris Harman, récemment décédé, était une des figures intellectuelles majeures du SWP britannique[1]. L’entreprise était risquée, un seul homme pouvant désormais difficilement embrasser la totalité de l’histoire universelle sans la collaboration d’une véritable équipe de spécialistes. Mais la principale limite de l’ouvrage tient en fait à ce que, davantage qu’une histoire du peuple, il s’agit d’une histoire marxiste du monde, qui plus est d’un marxisme que l’on peut qualifier, souvent, de strictement « orthodoxe ». Vertébrée autour de la base matérielle des civilisations, elle apparaît en effet quelque peu désincarnée, sans pleinement aborder la vie quotidienne des grandes masses de population, justement, ni l’histoire des arts. La traduction témoigne également d’un certain manque de connaissances précises, tout au moins dans leur version française : monachisme devient « monasticisme », les royaumes combattants chinois des États guerriers, et l’école légiste celle des « légalistes ». Enfin, les références bibliographiques ne sont pas toujours à jour en ce qui concerne leurs éditions françaises les plus récentes.

Pour autant, le vaste travail de Chris Harman apporte des éléments utiles et stimulants pour la réflexion, bien que son exposé verse à plusieurs reprises dans un certain mécanisme. Refusant toute idée d’une nature humaine fixe ou d’une histoire finie (bon exemple page 422), il embrasse plusieurs millénaires d’aventure de l’humanité, dans une synthèse qui a de quoi susciter le respect. Passons rapidement sur le communisme primitif, que l’auteur a tendance à idéaliser sans tenir compte des analyses les plus récentes – et plus nuancées – sur la question (Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était, chroniqué dans notre revue électronique), avant de s’arrêter sur ce premier bouleversement majeur qu’est la révolution néolithique. L’apparition des chefs de villages et des guerres y précéderait le développement urbain, l’existence de surplus liée aux progrès de la productivité entraînant la division en classes, la naissance de l’État et des idéologies religieuses afin de les justifier et de les pérenniser. Les premiers âges sombres qui suivraient cette première longue phase de croissance s’expliqueraient alors par la trop grande avidité de classes dominantes également rigides et conservatrices. Parmi les développements sur la période antique les plus intéressants pour un lecteur européen, ceux sur la Chine amènent Chris Harman à imaginer la possible émergence d’un capitalisme avant l’unification du pays par Qin Shi Huangdi, un possible enrayé par l’accroissement de la main-mise de la bureaucratie étatique ; on n’est pas loin du scénario uchronique envisagé par Aldo Schiavone pour Rome quelques décennies avant la fondation du Principat (Aldo Schiavone, L’histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique). Concernant la pensée grecque, il attribue sa vitalité aux luttes de classes qui agitent le monde hellène, et relativise correctement l’opposition entre les sénateurs romains et certains empereurs, simple lutte entre possédants. On appréciera également sa vision nuancée du christianisme, dont il ne fait pas une religion prolétarienne, même si son explication de l’essor du monothéisme – une religion convenant mieux aux urbains et aux marchands – n’emporte aucunement l’adhésion. Se retrouvent par ailleurs sous sa plume des analyses de l’islam qui sont une des caractéristiques polémiques du SWP : selon lui, dans son chapitre justement nommé « Les révolutions islamiques », la dissidence chiite est également subversion sociale, une vision subjective qui néglige la prise en compte du noyau réactionnaire de toute religion. Les ancêtres des prolétaires, Chris Harman les voit dans les artisans royaux égyptiens, ce qui est également pour le moins discutable, au vu du statut éminemment privilégié et particulier de ceux-ci.

Face à des civilisations ayant échoué à se transformer en un mode de production plus efficient, telle la Chine ou l’empire musulman, où le parasitisme des classes supérieures brida tout développement, Chris Harman oppose l’Europe, dont « l’arriération même (…) lui permit de se projeter au-delà des grands empires » (p. 165). Dans cette phase de « Grande transformation » (titre inspiré de Karl Polanyi[2]), ouverte au XVe siècle – où l’on note au passage la reprise par l’auteur de la légende noire de Christophe Colomb, qui lui attribue un rôle précurseur dans les massacres qui ont suivi sa découverte des Amériques – les XVIe et XVIIe siècles sont ceux du « féodalisme de marché », tandis que le protestantisme incarnerait une tentative de révolution de la part des classes moyennes… Aux époques modernes et contemporaines, les développements sur les révolutions, en particulier anglaise et française, sont d’ailleurs particulièrement détaillés. Toutefois, Chris Harman conclut bien trop rapidement sur la présence d’un parti révolutionnaire organisé pour expliquer la venue au pouvoir de la bourgeoisie (la New Model Army de Cromwell ou les Jacobins). Certains manques sont également là aussi à noter, ainsi de Jean Meslier ou des réflexions pourtant cruciales de Christopher Baily, sur les révolutions industrieuses entre autre (voir La naissance du monde moderne, chroniqué dans notre revue électronique). Pour le XXe siècle, l’exposé est plus conforme à la vision trotskyste traditionnelle, que ce soit sur la révolution russe et ses suites, ou sur le Front populaire comme collusion avec la bourgeoisie et donc trahison ; plusieurs raccourcis ou simplifications sont là encore de mise (ainsi sur le 6 février 1934). La singularité du SWP se retrouve dans la caractérisation de l’URSS comme un capitalisme d’État, avec une accumulation primitive du capital opérée sous Staline et une URSS renvoyée dos à dos avec les États-Unis. Bien sûr, nous n’avons proposé là qu’un aperçu critique de cette vaste fresque, aux inévitables manques, simplifications ou survols trop succincts (les civilisations africaines, ou la résolution de la crise du bas Moyen-Âge), qui impressionne par son ambition littéralement démesurée, pour tout dire inaccessible à un chercheur isolé. Pour mener à bien une telle histoire, d’une manière aussi complète que possible, et même en demeurant dans une optique vulgarisatrice, la nécessité d’un collectif se révèle, ici, en creux, patente.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]    Chris Harman est une figure d’une des familles trotskystes mondiales, celle qui considère l’URSS comme une société « capitaliste bureaucratique d’État » et non comme un « État ouvrier dégénéré ». C’est un auteur prolifique : voir http://www.marxists.org/archive/harman/

[2]    Karl Polanyi, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 (édition originale en 1944). Polanyi est un historien de l’économie, influencé par le marxisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.