Mauvaise troupe, Saisons. Nouvelles de la Zad, Paris, L’éclat, 2017, 104 pages, 6 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

La dernière production du collectif Mauvaise troupe s’intitulait Défendre la Zad, sous une couverture rouge, indiquant l’orientation militante qu’il s’agissait de mettre en œuvre. Avec ce nouvel opus, le ton est nettement moins alarmiste, au point que l’ouvrage se conclut par un texte (en annexe) « Parce qu’il n’y aura pas d’aéroport ». Un optimisme sur la victoire attendue quant au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui parcourt tout le livre.

En effet, selon l’analyse présentée, la conjoncture politique se serait inversée, et la lutte contre l’installation de l’aéroport en passe d’être victorieuse. Désormais l’espoir emplit les cœurs et l’écriture de l’ouvrage s’en ressent. Le ton est presque guilleret et enjoué, suscitant une envie de tourner les pages tant le lecteur a plaisir à être saisi par cette nouvelle saison qui s’ouvre désormais. Il est évidemment bien trop tôt pour dire si ce pronostic (qui excède largement le seul point de vue du collectif Mauvaise troupe) sera effectivement réalisé. Le livre relate les diverses étapes de cette inversion (temporaire ?) du rapport de force au fil de cours chapitres. L’annexe 2 présente d’ailleurs la chronologie de ces derniers mois et des avancées de la mobilisation.

De cet ouvrage proche d’une brochure d’antan, on retiendra quelques épisodes marquants. Ainsi, la représentation du vote, à travers le référendum convoqué par le précédent président, est particulièrement intéressante sur la conception (sous-jacente) de la démocratie portée par une partie des activistes engagés dans la Zad. Les débats sur l’usage du bois au sein de la Zad laissent également apparaître des conceptions de la forêt (donc de l’espace commun) très stimulantes : « les occupants bûcherons étaient soupçonnés de vouloir remodeler la nature en y calquant des schémas perçus comme productivistes et les autres se voyaient accusés de la sacraliser comme un musée inhabitable, auquel il ne fallait pas toucher » (p. 68). Évoquons, enfin, la rencontre avec le mouvement syndical, en l’occurrence la CGT de Vinci, dont la représentation assez négative subit un véritable choc suite à ce dialogue : « Eux, ils y travaillent, dans ce monde, et c’est précisément cette différence, non pas tant de points de vue que de lieux de lutte et de vie, qui rend nos échanges si savoureux. Ils nous en dévoilent les rouages et les failles. Surtout, ils y conservent des liens avec une multitude de vies sans doute plus « normales » que les nôtres, mais sans le basculement desquelles aucun bouleversement conséquent ne semble imaginable » (p. 85).

Agrémenté de nombreuses photographies (dont celle de la couverture mériterait en soi un décryptage), ce court ouvrage se lit comme une nouvelle contribution aux mutations du militantisme d’extrême gauche actuellement en cours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *