Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Paris, Fayard, 2005, 374 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Bien qu’ayant tendance à cantonner sa palette d’historien dans des teintes exclusivement sombres, Olivier Le Cour Grandmaison livre avec Coloniser. Exterminer une œuvre incontournable pour qui s’intéresse à l’histoire de la colonisation, dans la lignée de laquelle se distingueront des auteurs comme Mathieu Rigouste1 ou Enzo Traverso2 . Son point de départ et l’essentiel de son approche concernent l’Algérie, à l’époque de sa conquête par la France, de 1830 à 1871, date de la dernière grande révolte des colonisés avant 1945.

Toute la première partie du livre s’intéresse au discours tenu par un certain nombre d’auteurs français sur les Arabes, décliné en une galerie de stéréotypes relatifs à leur paresse, leur cruauté, leur tendance chronique au vol, leur homosexualité (liée à la polygamie !) et leur dépravation concomitante, bref leur infériorité, plus préjudiciable finalement que celle des Noirs, ces derniers étant considérés comme des sauvages susceptibles d’être bien dressés, alors que les Arabes sont des barbares bien plus rétifs. Si ce discours sur la hiérarchie des « races » qui imprègne l’intelligentsia française de l’époque, s’intègre dans une évolution idéologique plus globale, aboutissant à un racisme européen mis en lumière par André Pichot3, entre autres, il témoigne également, selon Olivier Le Cour Grandmaison, qui s’inspire en l’espèce de Michel Foucault, d’une biopolitique visant à une gestion différenciée des « races » en Algérie même. Au point, chez certains auteurs, de conduire à la notion d’espace vital voire d’extermination (Eugène Bodichon pousse la logique à son extrémité en envisageant par la suite l’extermination des asociaux en métropole), avec parfois l’idée de remplacer les Arabes par des Noirs ou des Asiatiques.

En se penchant sur les méthodes de guerre mises en œuvre en Algérie, Olivier Le Cour Grandmaison démontre la longue durée de certaines pratiques, de Bugeaud à la guerre de 1954-1962. La torture, les « razzias », la profanation ou les mutilations des cadavres, ainsi que le soutien tacite des autorités civiles aux militaires, en sont autant d’exemples. L’auteur parle même de brutalisation et de guerre totale en amont du premier conflit mondial, insistant sur la confusion entre civils et militaires existant alors en Algérie, et plus généralement sur l’absence de règles, contrairement aux progrès constatés en la matière sur le continent européen. Sur la mise en place d’un pouvoir étatique dans la colonie, Olivier Le Cour Grandmaison souligne son caractère arbitraire. En effet, selon lui, l’apparition de l’internement administratif, de la responsabilité collective ou du séquestre des biens, toutes méthodes utilisées ultérieurement, ainsi que le Code de l’indigénat, contre les Juifs sous l’État français, sont mis en place par le gouvernorat général. Ces discriminations permanentes, courant sur la totalité de la période coloniale, prouvent selon l’auteur la nature avant tout mythique de l’assimilation.

La dernière partie de l’étude d’Olivier Le Cour Grandmaison est particulièrement intéressante, montrant le lien entre colonisation de l’Algérie et question sociale. Si certains voient en effet dans le territoire africain un vecteur d’évacuation du risque révolutionnaire en offrant des zones plus ouvertes à la violence et à l’arbitraire, donc aux électrons libres4, d’autres témoignent d’un véritable racisme de classe, les prolétaires étant désignés comme des barbares de l’intérieur, avec en filigrane la peur de la dégénérescence et de la décadence. Surtout, « D’un côté, exportation vers l’Algérie de ceux qui sont tenus pour être la lie de la société ; de l’autre, importation d’un personnel militaire et politique depuis longtemps rompu aux violences extrêmes d’un conflit non conventionnel pour combattre ceux qui sont désignés comme les « Bédouins de la métropole » (p. 275), voilà des développements parmi les plus convaincants de l’ouvrage.

Pour autant, Coloniser. Exterminer n’est pas exempt de reproches. L’accent mis sur les méthodes de guerre ou sur le pouvoir colonial d’exception régnant en Algérie a tendance à se focaliser excessivement sur le cas français, sans suffisamment de mise en perspective non seulement spatiale, mais également chronologique (Quid des violences guerrières antiques ?). D’autre part, son étude des discours donne parfois l’impression d’être pratiquée « hors-sol », les textes potentiellement contradictoires étant délaissés et l’impact des premiers pas toujours bien évalué. Enfin, sa présentation des analyses de Karl Marx et Friedrich Engels, concluant à une imprégnation du racisme dominant chez les fondateurs du socialisme scientifique, est marquée à la fois par une relative sur-interprétation (la haine des langues sémitiques d’Engels du fait de sa simple mention dans un courrier à Marx !) et une sous-estimation de la condamnation des violences coloniales par ces deux révolutionnaires5. Plus fondamentalement, Olivier Le Cour Grandmaison semble ignorer (volontairement ?) que si les théoriciens marxistes dénoncent l’intrusion brutale du capitalisme, dans d’autres continents que l’Europe, par le feu, le fer et le sang, ils reconnaissent également son côté progressif, par rapport à des formations sociales figées et immuables.

1Mathieu Rigouste, L’ennemi intérieur, Paris, La Découverte , collection « Cahiers libres », 2009, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/situation%20politique%20en%20france.htm#rigouste

2Enzo Traverso, La violence nazie, Paris, La fabrique éditions, 2002, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471

3André Pichot, La société pure : de Darwin à Hitler, Paris, Flammarion, collection « Champs essais », 2000, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1483

4 Mais aussi en promettant au plus grand nombre l’accession dans les rangs de la petite bourgeoisie : « (…) notre belle Algérie, au seuil de l’Europe, quand la France le voudra sérieusement, fera de tout prolétaire un propriétaire conservateur », prophétise Marcellin de Bonnal (p. 293).

5 Je me permets en l’occurrence de renvoyer à mon mémoire de DEA, Le mouvement trotskyste et la question coloniale : le cas de l’Algérie, 1945-1965 (sous la direction de Gilbert Meynier), Université de Nancy II, 1997, p.46-49 (« Engels et Marx, une pensée en mouvement »).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.