Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée (Buda’s Wagon. A Brief History of the Car Bomb), Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (édition originale 2007), 248 pages, 11 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Mike Davis, historien étatsunien auteur de livres surtout consacrés aux villes contemporaines (citons entre autre l’ouvrage collectif qu’il a coordonné, Paradis infernaux : les villes hallucinées du néo-capitalisme, chroniqué dans notre revue numérique), s’est également intéressé à des sujets plus originaux. Avec Génocides tropicaux, la Petite histoire de la voiture piégée figure parmi ceux-là.

En une vingtaine de chapitres qui sont autant d’éclairages sur des lieux et des époques différentes, nous sommes plongés dans le parcours de ce que Mike Davis qualifie assez justement de « bombardier du pauvre ». Tout commence aux États-Unis, en septembre 1920, dans un contexte de répression anticommuniste (la célèbre Red Scare] lorsque l’anarchiste Mario Buda fait sauter un chariot chargé d’explosifs à New York, près de Wall Street, causant la mort de quarante personnes. Mais c’est surtout en 1947 que le véhicule piégé devient une arme d’utilisation massive, en Palestine, d’abord avec les actions du groupe sioniste Stern, suivies, en réaction, par celles de leurs adversaires.

Par la suite, il est utilisé dans des conflits coloniaux (l’OAS en Algérie ou le Vietcong au mitan des années 1960 à Saïgon, véritables modèles du genre), par la Mafia en Sicile, les nationalistes en Corse, au Liban au début de la décennie 1980 (le Hezbollah y ajoutant le chauffeur suicide), en passant par la Colombie ou l’Afghanistan, en un véritable aperçu de géopolitique mondiale. Mike Davis souligne en effet les nombreux avantages de cette technique de combat : sa vaste contenance d’explosifs, le peu de traces identifiables qu’elle est susceptible de laisser, son caractère bon marché qui la rend utilisable par les forts comme les faibles. La voiture piégée devient d’ailleurs encore plus destructrice à partir des années 1970, grâce à un mélange de nitrate et de fioul. Dans les années 1990, la voiture piégée suit l’extension de la mondialisation, le pic de son utilisation récente étant l’Irak sous occupation étatsunienne.

Petite histoire de la voiture piégée n’est pas sans se rapprocher du livre de Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement, par son sujet mais également par l’engagement de son auteur, dont on sent bien la charge critique à l’égard du terrorisme d’État d’Israël ou des États-Unis, coupables entre autres d’avoir transmis les techniques de la voiture piégée aux combattants islamiques en Afghanistan et au Pakistan dans les années 1980. De même, qualifiant la voiture piégée d’« (…) arme fondamentalement fasciste (…) » (p. 20), il différencie bien de simples criminels comme Pablo Escobar et des organisations comme le Hezbollah ou ETA, plus légitimes, sans pour autant verser dans le simplisme (les FARC ou le Sentier lumineux n’ont ainsi droit à aucune circonstance atténuante).

Toutefois, en dépit de son caractère solidement documenté, et malgré une vision légèrement trop extensive (les avions du 11 septembre 2001 donnant l’impression d’être vus comme une variante de la voiture piégée), le livre de Mike Davis donne parfois l’impression de manquer d’une réflexion plus approfondie sur la signification symbolique de ce détournement d’un des artefacts les plus emblématiques et les plus idéologiques de la modernité industrielle, analysé il y a maintenant 50 ans par Roland Barthes dans Mythologies.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.