Luc Mary, Lénine le tyran rouge, Paris, L’Archipel, 2017, 416 pages, 22 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Luc Mary est un auteur particulièrement prolifique, ayant livré des œuvres de vulgarisation basées sur des sources de seconde main, allant de l’Antiquité (Hannibal) à l’époque contemporaine, en passant par le Moyen Âge (Jeanne d’Arc). Sur la Russie, il avait déjà produit une biographie de Raspoutine et un récit des Derniers jours des Romanov, en plus d’explorer quelques uchronies [1]. En cette année du centenaire des révolutions russes, c’est à Lénine qu’il s’attaque, dans tous les sens du terme. Comme son titre l’indique, son approche rejoint celle de l’école anticommuniste, ou, pour privilégier une formulation plus scientifique, l’école totalitaire, représentée principalement par la figure de Stéphane Courtois. Toutefois, en guise de singularité, Luc Mary grossit le trait, et verse à maintes reprises dans le ridicule ou l’erroné [2].

Dès l’introduction, il crédite Lénine de dix millions de morts durant la guerre civile, et l’accuse de « génocide de classe » (entre guillemets, certes). Ce portrait à charge, visant à la dévalorisation systématique du personnage traité, s’accompagne même d’inventions pures et simples, ainsi du sens donné au pseudonyme de Lénine (« l’homme de fer »), moyen de renforcer le lien avec Staline. Mauvais dès la petite enfance, Lénine aurait condamné le terrorisme à la mort de son frère, alors qu’il s’agit là d’un mythe postérieur. Fruit probable d’une mauvaise relecture, Lénine adhère dès 1893 au Parti ouvrier social-démocrate de Russie (qui n’existait pas encore), et affiche déjà trente-cinq ans en 1895 (en faisant vingt de plus, selon Luc Mary p. 63, alors qu’il en a en réalité dix de moins). Le mariage avec Nadejda Kroupskaïa n’est par ailleurs, aux yeux de l’auteur, qu’un « simple calcul politique » (p. 69), et la relation avec Inessa Armand donne par contre lieu à un récit romantique et romancé. Dans cet exposé biographique déficient, le récit de la révolution de 1905 se révèle pourtant complet et bien mené. Mais, de manière générale, on sent que Luc Mary n’est absolument pas familier des idées ni du vocabulaire marxistes, ce qui le conduit à des incompréhensions ou à des simplifications ; il décèle ainsi des contradictions (l’appel à participer aux élections de la première Douma tout en appelant à la lutte armée) là où il y a surtout articulation dialectique [3].

Pour la Première Guerre mondiale, il insiste davantage sur la supposée trahison nationale de Lénine, et ne souffle mot de L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme (parmi d’autres écrits totalement absents de son livre). L’entrée dans l’année 1917 permet de déceler un autre des axes suivis par Luc Mary : le dégoût à l’égard des événements révolutionnaires. Il n’a ainsi de cesse de stigmatiser la violence des soldats en révolte, ou plus largement de la population, négligeant leurs efforts d’organisation à la base (en septembre, dans les rues de Pétrograd, c’est l’« anarchie la plus totale », p. 248), et n’hésitant pas à faire preuve de mauvaise foi (dépeignant des bolcheviques encourageant le pillage des caves à vin du Palais d’hiver, alors que c’est exactement le contraire qui se passa). Quant à l’arrivée des bolcheviques au pouvoir, il y repère immédiatement la mise en place d’une dictature exclusive, se fixant pour la fin 1917 la fin du capitalisme (sic) et dénonçant les résultats de la Constituante comme « truqués » (re-sic). Il n’est à ce titre guère étonnant de voir disparaître l’alliance temporaire entre bolcheviques et socialistes-révolutionnaires (SR) de gauche, tandis que les mencheviques et les SR de droite deviennent des militants de l’extension de la révolution mondiale ! Les bolcheviques, avant de la massacrer (manifestation pour Luc Mary de la soif de vengeance de Lénine vis-à-vis de la mort de son frère aîné), retenaient d’ailleurs la famille impériale depuis seize mois, donc avant leur arrivée au pouvoir.

Enfin, terminons ce survol par l’unilatéralisme du traitement de la guerre civile, où seules les violences et la répression rouge sont évoquées (l’extermination des bourgeois étant mise en parallèle avec celle des juifs par les nazis) [4], tandis que la séquence 1918-1924 se voit particulièrement bâclée, l’auteur consacrant nombre de pages à l’URSS sous Staline, pourtant hors-sujet par rapport à sa thématique centrale. On pourrait sourire d’autant d’absurdités et de falsifications accumulées, si cette maltraitance faite à l’histoire, égalant celle d’un Victor Loupan[5] ou d’un Max Gallo, ne venait pas encombrer les rayons des librairies.

[1]    Voir mon article « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) », in Dissidences volume 16 – L’extrême gauche saisie par les lettres, Latresne, Le Bord de l’eau, 2018.

[2]    Les erreurs, de manière générale, abondent. Pour n’en citer que quelques-unes, notons un Staline de retour à Petrograd après octobre 17 – il y était dès les lendemains de février, le 12 mars précisément, arrivé de Sibérie avec Kamenev et un ex-député bolchevique à la Douma, Mouranov –, imaginant de concert avec Trotsky de livrer Lénine en juillet 1917, un Kerensky supposé faire partie du gouvernement de coalition souhaité par les socialistes-révolutionnaires (SR) et les mencheviques juste après les journées d’octobre, ou une des photographies, du cahier iconographique, censée illustrer la révolution de février – il s’agit en fait d’une des plus célèbres photos (par Karl Bulla) des journées de juillet …

[3]    Makhno devient ainsi sous sa plume, certes avec des guillemets, un « maoïste », du fait de son ancrage dans la paysannerie…

[4]    Quant à la guerre avec la Pologne, elle n’a pas lieu en 1919, et n’est pas déclenchée par les bolcheviques, mais par les dirigeants polonais…

[5]    Voir la recension de son ouvrage sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8546


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.