Alain Cuenot, Clarté 1919-1928, 2 tomes (tome I. Du pacifisme à l’internationalisme prolétarien ; tome II. Du surréalisme au trotskisme), Paris, L’Harmattan, 2011, tome I, 255 pages, 25 € ; tome II, 259 pages, 25 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Sujet passionnant, naguère étudié par Nicole Racine1, Clarté fut à la fois une mouvance intellectuelle (du moins à ses débuts) et une revue dans laquelle écrivirent Victor Serge, les surréalistes, Paul Vaillant Couturier, Barbusse, … C’est ce dernier d’ailleurs, avec Raymond Lefebvre, qui en est le fondateur. Née au lendemain de la guerre, la revue connaît un parcours à la fois original et accidenté, avant de disparaître en 1928, et céder la place à La lutte de classes, se voulant le représentant de l’Opposition de gauche en France.

En réalité, dès le départ, Clarté est né sur un compromis entre deux générations, deux idées de son rôle et pas plus l’engagement communiste de Barbusse et son éloignement de la revue que la disparition prématurée de Lefebvre ne résoudront entièrement les difficultés. Alain Cuenot, spécialiste de Pierre Naville, suit pas à pas l’itinéraire de la revue. Il souligne son originalité, qui se manifeste par son action antimilitariste et anticolonialiste, les débats autour de la question de la femme et de la pédagogie Freinet, et s’inscrit dans l’objectif général de fonder une culture révolutionnaire. Ce que peut et/ou doit être une telle culture, la mise en avant de ses manifestations font débat et même polémique, recherchant simultanément ou tour à tour les signes prometteurs du côté de la culture prolétarienne, d’un certain classicisme ou des avant-gardes. Il est d’ailleurs dommage que l’auteur n’ait pas analysé de façon plus conséquente les contours de ces débats politico-culturels, en les réinscrivant plus finement dans le contexte d’alors ; notamment par rapport à la conception de la culture prolétarienne de Marcel Martinet, et au surréalisme en 1924-1925. Ainsi, affirmer qu’aux yeux de Breton, « la révolution prolétarienne et la résurrection de l’esprit ne font qu’un, conception pour le moins étrange et équivoque » (tome II, p. 55) témoigne d’une compréhension limitée du sujet : les surréalistes parlent de la révolte de l’esprit et non d’une résurrection. De même, les illustrations, couvertures de la revue, à peine commentées, auraient mérités une analyse plus approfondie.

Outre l’abondance d’informations, l’éclairage sur le tournant que représente l’échec de la révolution allemande en 1923, l’un des intérêts majeurs de cet essai est de mettre en évidence, dans les débats et courants politiques qui se disputent Clarté, le rôle de passeur de plusieurs personnalités comme Victor Serge ou Jean Bernier. Cependant, le livre souffre de défauts importants. Tout d’abord, le souci d’empirisme et d’exhaustivité, qui se traduit par de longues digressions et de multiples répétitions, alourdit considérablement la lecture. Ensuite, les sous-titres trahissent la tentation d’une vision téléologique, aggravée par une analyse quasi positiviste, qui présente l’itinéraire de la revue comme le chemin de croix d’une clarification marxiste orthodoxe de la révolution. Ainsi, dès l’introduction, l’auteur parle du « redressement idéologique » (p. 9) et il égrène à la fin des chapitres de nombreux jugements sur l’insuffisance, l’hétérodoxie, la confusion des conceptions clartéistes. Une telle orthodoxie oriente la lecture en connotant systématiquement et négativement le romantisme ou mysticisme révolutionnaire, l’élan spontané, etc. sans voir que ce mélange chaotique fait l’originalité de Clarté, préserve un espace d’échanges au croisement d’importants et riches débats politiques et culturels. En ce sens, malgré mais aussi grâce à cette confusion, Clarté offre plus d’intérêt que La lutte de classes. Il a manqué à Cuenot les outils forgés par Nicole Racine – « le communisme lyrique » à propos de Clarté – et par Robert Sayre et Michael Löwy – « le romantisme révolutionnaire »2 à propos du surréalisme et de certains courants marxistes – pour développer une analyse plus dynamique et complexe.

1Nicole Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : Clarté (1921-1928) », Revue française de science politique, n° 3, vol. XVII, juin 1967, p. 484-519.

2Lire Michael Löwy, Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Paris, Payot, 1992.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *