Fernando Morais, Olga, Allemande, juive, révolutionnaire, Paris, Chandeigne, 2015, 454 pages, 22 €.

 

Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Cet ouvrage avait été édité une première fois en 1990, chez Stock, sous ce simple titre : Olga. Il s’agit de la biographie d’une militante communiste allemande des années 20-30, écrite par le romancier et journaliste brésilien Fernando Morais1.

En 1928, Olga Benario, jeune militante communiste prometteuse, tombe amoureuse d’un camarade allemand, Otto Braun2, lequel est arrêté suite à une affaire de cambriolage pour financer le Parti. Avec un groupe des Jeunesses communistes, elle réussit à le faire évader en un coup d’une audace incroyable. Les deux amants/complices s’enfuient en Union soviétique, refuge de nombreux exilés politiques. A Moscou, elle travaille dans l’appareil de l’Internationale communiste de la jeunesse. C’est en 1934 qu’elle rencontre Luis Carlos Prestes, lequel avait mené au Brésil entre 1922 et 1926 une incroyable longue marche – préfiguration de celle de Mao Zedong – avec son régiment à travers le Brésil suite à un coup d’État. En 1935, la direction de l’Internationale charge Carlos Prestes de retourner au Brésil, avec Olga Benario devenue sa compagne, pour tenter d’organiser un soulèvement sous l’appellation d’une Alliança Nacional Libertadora, couverture officielle du Parti communiste brésilien (PCB), interdit. Le soulèvement a bien lieu, en novembre 1935, mais il échoue rapidement.

Commence alors la traque des responsables communistes, qui sont tous arrêtés les uns après les autres, certains horriblement torturés. Carlos Prestes et Olga Benario ne parviennent pas à échapper aux recherches et sont également emprisonnés. Olga Benario est enceinte et sa grossesse se déroule en prison. Les autorités brésiliennes veulent affirmer leur pouvoir et, alors que le gouvernement hitlérien ne réclamait pas son expulsion, ils décident de remettre Olga Benario et sa fille aux autorités nazies. Carlos Prestes, de son côté, est condamné au Brésil, et emprisonné. Une campagne internationale pour leur libération (qui reste sans effet) est lancée par les communistes, dont on retrouve des communiqués et articles, en France, dans L’Humanité en 19373.

                                                                            

L’Humanité, 28 janvier 1937, p. 3.

La mère d’Olga Benario (son père étant décédé entre temps) refuse de s’occuper de sa fille, alors qu’elle était la seule personne à pouvoir, légalement le faire. C’est sa belle-mère (mais le mariage avec Carlos Prestes n’avait pas été reconnu légalement en Allemagne) Dona Locadio qui assure le contact et l’aide à Olga Benario emprisonnée (séparée de sa fille) et qui parvient à récupérer l’enfant. Après une étape dans le camp de concentration de Lichtenburg, à proximité de Berlin, Olga Benario est finalement déportée à Ravensbrück. Elle y travaille pour Siemens, en même temps qu’une autre détenue ex-communiste célèbre, Margarete Buber-Neumann4. Finalement, en février 1942, Olga Benario est transférée dans un camp expérimental, Bernburg, où elle est gazée. Carlos Prestes, de son côté, est libéré après la guerre en 1945. Il rompt avec le PCB dans les années 1980 et meurt en 1990. Leur fille, Anita Leocadia, vit à Rio de Janeiro où elle est universitaire. Pas totalement oubliée de la mémoire communiste internationale, Olga Benario Prestes avait fait l’objet d’une commémoration dans l’ex-RDA où plusieurs écoles et rues portent son nom. Son destin illustre de manière exemplaire le tragique mais aussi la grandeur du militantisme révolutionnaire au XXe siècle.

D’une lecture extrêmement vivante et plaisante, ce livre est un récit, et non un travail d’historien, même si l’auteur a travaillé dans l’ex-RDA et en URSS sur des archives, et a même pu rencontrer Luis Carlos Prestes. A de nombreux moments, Fernando Morais s’autorise, par exemple, à imaginer les comportements ou les réactions de son héroïne, sur la base de conceptions psychologiques. Malgré ces évidentes limites, ce livre constitue néanmoins une intéressante contribution à la connaissance du mouvement révolutionnaire, en particulier allemand et brésilien, de l’entre-deux-guerres5, et à la perpétuation de sa mémoire.

1Un entretien avec Fernando Morais à Paris, au siège de L’Humanité, en avril 2015, sur https://www.humanite.fr/retour-sur-le-passe-revolutionnaire-du-bresil-571442

2Futur conseiller du Komintern en Chine.

3En particulier entre janvier et mai 1937.

4Lire son témoignage sur les camps soviétiques puis nazis, en deux volumes, Déportée en Sibérie (2004) ; Déportée à Ravensbrück (1995), les deux en poche chez Points/Seuil.

5Cette biographie de Fernando Morais a inspiré en 2004 le film brésilien Olga de Jayme Monjardim, sur un scénario de Rita Buzzar (141 mn), avec Camila Morgado (Olga Benario) et Caco Ciocler (Luis Carlos Prestes). Signalons également une fiction tirée de ces événements, Un Carnaval d’espions, de Robert Moss (Carnival of Spies, 1987), Paris, Éditions J’ai lu, coll. « Suspense », 1989.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.