Nicolas Lebourg, Isabelle Sommier (dir.), La Violence des marges politiques des années 1980 à nos jours, Paris, Riveneuve éditions, collection « Violences et radicalités militantes », 2017, 212 pages, 24 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage rassemble les actes d’une journée d’études tenue à Metz en décembre 2016, et qui s’inscrit dans le cadre d’un programme transdisciplinaire d’étude des violences et radicalités militantes (baptisé Viomaril) ; un précédent ouvrage de la même collection portait d’ailleurs sur les Territoires de la violence politique en France (1962-2012). En introduction, Isabelle Sommier s’efforce de justifier l’utilisation du terme radical, au détriment d’extrême ou d’ultra, insistant sur le processus de radicalisation, mais ne répondant pas à cette question déterminante : pourquoi, au lieu de suivre ce qui ressemble fort à une assignation des médias publics et du processus policier et judiciaire [1], ne pas avoir élaboré de nouveaux qualificatifs, à finalité scientifique ? Le constat qu’elle fait d’une pacification relative à compter des années 1980 sonne par contre plus juste, appuyé sur des données quantitatives certes discutables (un graphique de synthèse est ainsi élaboré à partir des chiffres concernant le « terrorisme » issus d’une agence nommée Pinkerton, sic !), mais qui prend acte d’un rejet croissant de la violence militante. Cette violence ne concerne d’ailleurs que marginalement l’extrême gauche, essentiellement dans des groupes cloisonnés, avec un déplacement du courant marxiste à l’anarchisme. La violence est désormais plus informelle, plus réactive.

Huit communications sont ensuite proposées, dont trois concernent l’extrême droite. Jean-Yves Camus aborde le cas des skinheads néo-nazis français, dont les racines sont à chercher au Royaume-Uni et aux États-Unis (les hammerskins et leur légitimation de la lutte contre l’État « juif »). Il utilise le concept d’homme de violence, élaboré au départ pour cerner un des profils des adhérents du FN, ces militants s’étant rendus plusieurs fois coupables d’homicides (ce sont eux également qui ont profané le cimetière de Carpentras). C’est ce qui explique d’ailleurs leur intégration problématique à des organisations hiérarchisées. Nicolas Lebourg, justement, dresse l’historique des groupuscules de l’extrême droite radicale, dont une partie converge, au mitan des années 1980, dans le mouvement Troisième Voie (TV). Estimant l’activisme nécessaire auprès des jeunes afin de concurrencer le FN, TV intégra une partie des skinheads (autour de Serge Ayoub), ruinant le travail d’implantation locale en laissant libre cours aux violences contre des étudiants, dans la pure tradition du GUD. Ces éléments issus des skinheads scissionnèrent d’avec TV pour rejoindre brièvement le FN, avant de s’intégrer à Unité radicale, à la fin des années 1990, la violence contre les antifascistes jouant un rôle fondateur. Dès lors, à partir des années 2000, les responsables s’efforcent de transformer cette violence physique en violence verbale et écrite. La traditionnelle violence militante, concrète, serait dès lors un élément d’une sub-culture du passé, ce que tend également à montrer Stéphane François en abordant le Bloc identitaire. Né dans le contexte post-2001 de repositionnement idéologique, autour de la notion d’ethnopolitique (popularisée en particulier par Guillaume Faye), ce courant opéra une mutation de la violence en actions coup de poing, sur le modèle de Greenpeace, afin d’agir sur le champ culturel, tout en canalisant les pulsions de ses membres dans la pratique de sports de combat.

Ce qui intéresse prioritairement Dissidences, ce sont bien sûr les communications touchant aux mouvements révolutionnaires de gauche. Deux communications abordent ainsi la question de la lutte armée. Aurélien Dubuisson, qui prépare une thèse sur le « terrorisme d’extrême gauche », a mené une étude comparative des communiqués émis par Action directe (AD) [2] en France et les Cellules communistes combattantes (CCC) en Belgique. Il constate un passage de textes brefs à des développements nettement plus fournis, apportant plusieurs facteurs explicatifs : la clarification idéologique chez AD suivant la scission de l’été 1982, qui amène à justifier plus en détails la stratégie choisie ; le refus de la presse de publier les communiqués, désormais adressés à un public militant maîtrisant les fondamentaux théoriques. Il est à noter que les CCC se distinguèrent dès l’origine par une filiation idéologique plus claire et homogène (le marxisme-léninisme). Pour AD, a joué, selon Aurélien Dubuisson, la tension fondamentale entre le désir d’action de l’autonomie et la volonté de mieux canaliser celle-ci par une stratégie idéologique plus exigeante. Moins connus, les Francs-Tireurs Partisans de Marseille sont présentés par Guillaume Origoni, doctorant spécialiste de l’Italie. Il s’agit d’un groupe apparu dans les années 1990, dont la cheville ouvrière fut Yves Peirat, et qui mena toute une série d’actions matérielles contre le FN. L’auteur retrace les origines de cette initiative (une culture familiale anti-franquiste, une proximité avec l’autonomie et AD), et son déclencheur, le meurtre d’Ibrahim Ali en 1995. Les FTP se distinguèrent des organisations de lutte armée des années 70 en choisissant de ne pas faire couler le sang, afin de conserver la sympathie la plus large, et sans se fixer la révolution comme objectif final, tout en conservant l’idée d’une tradition historique, d’une lignée porteuse.

L’autonomie, il en est justement question dans les communications de Paolo Stuppia et Hugo Patinaux. Le premier, qui a soutenu une thèse sur les tracts et autres documents écrits diffusés durant le mouvement anti-CPE de 2006, se penche sur les autonomes à cette occasion, à travers une cinquantaine de tracts et de brochures (dont plusieurs sont d’ailleurs reproduits). Il montre bien qu’il s’agit là d’une mouvance multiforme, entre post-situ, autonomes historiques ou anti-industriels (soi-disant sous influence des Amish et de Jacques Camatte/Invariance [3], ce qui nous semble pour le moins trop large), et souligne en particulier leur positionnement différent des syndicats, consistant en un refus conjoint du CPE et du CDI. Leur investissement prit entre autre la forme d’occupation de grandes écoles ou d’universités, et l’affrontement contre les forces de l’ordre, tant il s’agit là pour eux d’une manifestation de l’énergie de la révolte. Manquant d’approfondissements, cette communication ne s’intéresse pas non plus aux parcours ultérieurs des acteurs de ce mouvement, trop rapidement évoqués (certains sont par exemple devenus des néo-ruraux). Hugo Patinaux, justement, qui prépare une thèse sur l’histoire de l’autonomie, revient de manière plus rigoureuse sur ses origines plurielles – le communisme de gauche aussi bien que l’anarchisme individualiste – et sur son nouvel essor à compter de la fin des années 1990, avec les manifestations altermondialistes de Seattle et de Gênes. En France, deux foyers se distinguèrent, la revue Tiqqun (puis le Comité invisible) et le collectif Mauvaise troupe [4]. Mais ce que Hugo Patinaux met surtout en valeur, c’est la centralité de la violence dans la culture autonome. Elle peut en effet influer sur le rapport de force avec l’État. Dans ce cadre, elle est pensée comme réplique à la violence censément croissante de celui-ci ; pensée également comme réaction épidermique aux échecs répétés des mouvements de contestation. Enfin, Charlotte Thomas Hébert offre un éclairage extra-français, celui de la gauche radicale aux États-Unis et de son repositionnement dans le contexte ultra-sécuritaire de l’après 2001. Le choix majoritaire est en effet celui d’un abandon de la violence, trop susceptible de répression, au profit d’actions plus locales et axées sur la désobéissance civile. On notera également que cette extrême gauche composite, faite d’écologistes radicaux, de socialistes marxistes (se fédérant autour du magazine Jacobin) et d’associations diverses, conserve la volonté d’agir dans le jeu électoral, à travers la courroie du Parti démocrate, mais dans le cadre municipal principalement (sans négliger le soutien à Bernie Sanders, qui a apparemment contribué à relégitimer les idées social-démocrates).

Nicolas Lebourg, dans sa conclusion, avance un certain nombre de thèses discutables, ainsi de l’horizontalité comme perspective indépassable de notre temps face à un léninisme « liquidé » dans les sociétés industrielles. Ne peut-on pas envisager, néanmoins, l’hypothèse que le léninisme irrigue de nouveau, sous différentes formes partielles, les mouvements révolutionnaires ? Il insiste toutefois sur un fait indéniable, le rejet de toute violence, annexée au terrorisme dans l’opinion publique, jusqu’à présent, estimant que « Dans un système de représentations où le chaos terroriste a remplacé la révolution comme horizon, les marges radicales n’ont pas encore trouvé une façon de faire comprendre leur activisme. » (p. 203), sans pour autant exclure un possible renouveau de ces mouvements sous des formes inédites. Voilà donc un ouvrage en forme de bilan d’étape, qui contient plusieurs textes aux réflexions stimulantes.

[1]    Sur cette question, lire l’indispensable essai de la philosophe Marie-José Mondzain, Confiscation des mots, des images et du temps, (Paris, Les Liens qui libèrent, 2017), dans lequel elle explique que « tout est fait aujourd’hui pour identifier la radicalité aux gestes les plus meurtriers et aux opinions les plus asservies ».

[2]    On notera l’absence, dans la bibliographie, de l’article que j’avais proposé, en complément du volume 1 de Dissidences, sur Action directe : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2005

[3]    En 1966, Jacques Camatte, militant du Parti communiste international (bordiguiste), le quitte, car il en critique les régressions théoriques. Il fonde alors, en 1968, la revue Invariance. La revue passe d’une volonté de restaurer ce qu’elle nomme le « programme prolétarien » (textes des diverses gauches communistes, dites communément et souvent improprement « ultra gauches ») à la remise en cause de la conception marxiste du monde. Une analyse intéressante, quoique partielle, de l’évolution de cette revue, sur http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article301#_ftn1   (note de Christian Beuvain)

[4]    Ce collectif a publié deux ouvrages qui ont été chroniqués sur notre blog : Constellations. Trajectoires révolutionnaires du jeune 21e siècle (https://dissidences.hypotheses.org/5034) et Saisons. Nouvelles de la Zad (https://dissidences.hypotheses.org/8795).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.