L’Ouvrier, Une expérience militante révolutionnaire, La Bussière, Acratie, 2016, 273 pages, 13 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

L’Ouvrier, c’est un petit groupe de militants, essentiellement de la SNCF, qui a rompu avec Lutte ouvrière en 1992 et qui depuis existe à travers la publication d’une lettre-tract intitulée précisément L’ouvrier1.

Cet ouvrage, qui devrait plutôt s’intituler « Une expérimentation… » qu’une expérience, est résolument passionnant de bout en bout, du point de vue de la compréhension des mécanismes de fonctionnement d’une « organisation » qui se veut révolutionnaire. En effet, en dehors de textes programmatiques (deuxième partie, « Nos spécificités », en douze points, sur lesquels nous reviendrons par la suite), l’essentiel du livre est constitué de rapports d’activités rédigés par différents militants et militantes à propos de leurs activités. Étant donné le très fort penchant quantophrénique (sorte de fascination pour le chiffrage des phénomènes) provenant de la culture politique de LO, de ces militants, c’est un ensemble de documents de première main qui sont ainsi rendus disponibles.

A partir de sa rupture avec LO, sur des problèmes de recrutement des jeunes ouvriers et des méthodes spécifiques d’organisation mises en place dans les années 1980, un petit groupe se sépare de l’organisation mère et crée un bulletin spécifique, L’Ouvrier. Partant d’une analyse sur le développement d’une aristocratie ouvrière au sein du mouvement ouvrier, aristocratie à laquelle les organisations ouvrières s’adressent exclusivement, le groupe souhaite rompre avec cette conception et refuse une perspective de prise du pouvoir, préférant valoriser le développement de l’éducation et de la propagande socialiste. En quelque sorte, il s’agit pour L’Ouvrier de « revenir » à la période pré-1848 et de l’émergence des premières organisations ouvrières. Cette activité s’organise durant plusieurs années autour de la distribution d’un tract, L’Espoir, distribué dans les boîtes aux lettres des cités populaires parisiennes, avec au fil du temps plusieurs dizaines de diffuseurs ainsi rassemblés pour des diffusions à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. Cette activité militante les met en contact avec des travailleurs immigrés et le choix est fait d’un recrutement dans les foyers. Cette orientation s’accompagne d’une grande activité de formation (sur l’histoire de l’Afrique, sur la religion, ce qui donne lieu à de nombreuses brochures). Mais le groupe finit par éclater en 2000, pour des raisons portant sur la vie privée. En pleine croissance jusque là, L’Ouvrier retombe rapidement sur des effectifs très réduits. Cela conduit à une multiplication de textes sur les méthodes de fonctionnement, traduisant une forme particulièrement élaborée de contrôle des activités individuelles, signe que d’aucuns peuvent voir comme un don quasi sacrificiel à l’organisation. Le livre est très précis, sur le montant des cotisations, sur le contenu des stages de formation (on découvre ainsi un stage basé sur la lecture des éditoriaux de L’Ouvrier), sur la manière de nouer des contacts, sur les sorties culturelles encadrées par des miltants, bref sur tout le savoir-faire spécifique d’une activité militante systématique et professionnalisée.

La seconde partie s’intitule « Nos spécificités » et présente l’identité particulariste du groupe, en douze points. On y retrouve la question de l’aristocratie ouvrière évoquée précédemment, laquelle aristocratie correspond à la majorité de la classe ouvrière, la question des chefs et autres responsables, le lien privilégié à développer avec l’immigration, la place de la propagande, etc. Ne pouvant ici entrer dans les détails de l’argumentation développée au fil des pages, on s’en tiendra, arbitrairement, au point huit, la question du langage. « 8. Nous pensons qu’il est absolument crucial de travailler à n’utiliser qu’un langage accessible, compréhensible, et qui corresponde à la masse ouvrière, la partie du monde ouvrier qui lit le moins. Que nos préférences ne doivent faire appel qu’aux connaissances limitées et déformées, que la société peut procurer à cette couche », souligné dans l’original. Il est toujours paradoxal de constater que cette variante quasi pure de l’ouvriérisme donne lieu à des élaborations particulièrement savantes. En effet, en s’interrogeant sur la manière d’écrire pour les ouvriers les plus éloignés du capital scolaire (dans les termes de Bourdieu), les auteurs en viennent à réfléchir sur le style et sur l’esthétique d’une écriture « ouvrière » : « Aussi, si la révolution, si notre travail de propagande, ont besoin d’intellectuels, de personnes capables de penser et de dire le socialisme, d’avoir une vision humaine, globale, historique et scientifique de la société, ils ou elles doivent s’interdire (souligné par moi) de le faire avec le langage, les phrases longues et les logiques apprises dans les universités » (p. 220). On retrouve là la résurgence de débats et de problématiques qui ont traversé pendant longtemps le mouvement ouvrier et révolutionnaire.

L’ouvrage se conclut par le travail de contacts avec d’autres petits courants révolutionnaires, essentiellement le journal Cinquième Zone, édité par un ex-militant de LO. Pour finir, on retiendra que le courant L’ouvrier avait fait l’objet d’une présentation, par Jean-Guillaume Lanuque, dans le volume 9 de Dissidences (2009) intitulé « Les trotskysmes en France ».

1Voir le site www.louvrier.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *