Jean-Marc Schiappa (dir.), Pour la défense de la Révolution française. 1789-2009, 220e anniversaire, Paris, L’Harmattan, collection « Mouvement social et laïcité », 2012, 170 pages, 17 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit ouvrage reprend les actes d’un colloque organisé en juin 2009, au lycée Henri IV, par l’Institut de recherches et d’études de la libre pensée, dirigé par Jean-Marc Schiappa. Les onze communications ne semblent toutefois pas représenter l’intégralité des contributions proposées pendant ces deux journées, une allusion évoquant celle de Nicole Bossut, absente ici… Cet événement, s’il rassemble des personnes appartenant à la mouvance du POI (Jean-Marc Schiappa ou Louis Couturier), parvient à fédérer bien plus largement, avec des figures comme Michel Vovelle, Michel Biard ou Serge Bianchi.

Le courant trotskyste incarné actuellement par le POI a en effet, depuis plusieurs années1, placé la Révolution française presque à égalité avec celle d’octobre 1917 (elle est, selon Jean-Marc Schiappa dans sa présentation, la « mère de toutes les révolutions », p.5), se faisant le défenseur des Montagnards et de Robespierre, et au-delà d’eux, des acquis de cette période (la nation, les communes…). Certaines des communications se révèlent d’ailleurs excessivement militantes. C’est le cas de celle d’André Bellon, qui oppose la souveraineté nationale de 1789 et la souveraineté populaire de 1792-1793, cette dernière ayant sa préférence, de l’éloge de la constitution de 1793 par Louis Couturier, de la critique de David Gozlan visant l’enseignement de la Révolution et surtout l’Église catholique, voire de Florence Gauthier, qui bien que rappelant utilement les étapes ayant conduit à la première abolition de l’esclavage, défend de manière acritique les Montagnards2. Jean-Marc Schiappa se révèle un peu trop téléologique en présentant la Révolution comme ayant expérimenté les différentes attitudes possibles face à la religion, laissant le terrain libre pour la future séparation des Églises et de l’État.

Quant à Nicole Perron, dans la lignée du Cahiers du CERMTRI n°126 sur « 1793. La contre-révolution en Vendée » (chroniqué dans notre Revue des revues), elle défend la politique de la Convention, critiquant certaines analyses de Jean-Clément Martin et insistant sur le traditionnel poids des circonstances face à une révolte de plus en plus réactionnaire ; on notera en particulier son appréciation nuancée de Carrier, à l’opposé d’un Tureau clairement condamné comme opportuniste et violent. Un parallèle entre la Vendée et la révolte de Cronstadt pourrait presque être tracé quant à la position du POI… D’autres textes sont trop courts, ainsi de celui de Michel Biard, qui se penche sur le retour de l’historiographie réactionnaire de la Révolution, mais seulement à travers le Robespierre de Jean Artarit (publié par les éditions du CNRS) et Le livre noir de la Révolution française, ou de Michel Vovelle, qui défend Robespierre, démocrate et défenseur du peuple, en insistant surtout sur sa tentative de culte de l’Être suprême, « garant de la vertu qu’il attend » (p. 104).

On appréciera davantage les contributions de Dominique Goussot et Pascal Clesse. Le premier se penche avec une grande richesse sur la question du droit, celui d’Ancien régime, marqué par la multiplicité des situations légales et administratives, s’opposant à celui créé par la Révolution, par sa primauté de l’individu, de ses droits et de l’égalité juridique avec ses semblables (il critique néanmoins la Ve République et l’Union européenne, qui trahiraient ces points comparativement à la IIIe République…). Le second, dans « L’individualisme révolutionnaire », plus philosophique, critique la communauté selon Herder ou Burke, face à la communauté politique enrichie par l’apport de Rousseau, à la liberté individuelle et à la raison raisonnante. Mais le texte le plus intéressant est certainement celui de Serge Bianchi, « De l’égalité des droits à l’égalité « réelle » ». Dense et nuancé, sa synthèse retrace la tension entre liberté et égalité à travers les luttes populaires et, plus original, les projets utopiques durant trois phases successives, libérale jusqu’en 1792, puis dirigiste durant la Convention montagnarde avant un retour au libéralisme après Thermidor. Une lettre de Marc Blondel, président de la Libre pensée, à Bertrand Delanoé, maire de Paris, au sujet du refus d’une rue Robespierre dans la capitale, conclut ce recueil inégal.

1 Voir à cet égard l’article de Jean-Paul Salles et Jean-Guillaume Lanuque, « Les organisations révolutionnaires face au Bicentenaire de la révolution française. Brève analyse du cas de la LCR et du PCI », in Dissidences-BLEMR n°11, juin 2002.

2 Qualifiés d’anti-impérialistes, ils sont également crédités d’avoir « (…) construit une économie politique populaire, en s’appuyant sur des institutions démocratiques permettant une expression de la souveraineté populaire et un contrôle effectif du peuple sur la question des subsistances » (p.64).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.