L’armée française et la révolution bolchevik (octobre 1917-novembre 1918)

Un article inédit de Georges Vidal, UMR SIRICE (Sorbonne-IRICE) 

Lorsqu’en octobre 1917 triomphe la révolution bolchevik, la Russie reste pour l’armée française un enjeu d’abord stratégique, d’autant plus vital que le haut commandement s’attend à une initiative majeure des Allemands sur le front de France pour le début de l’année 1918. Aussi, dans les semaines qui suivent la prise du pouvoir par les bolcheviks, la principale préoccupation des chefs militaires français est d’agir pour permettre, tant bien que mal, le maintien d’un front oriental qui obligerait les Allemands à conserver des forces à l’Est. C’est surtout sous cet angle qu’est analysée l’instauration du gouvernement des commissaires du peuple et ses retombées dans l’ensemble des pays belligérants, puisque la priorité absolue reste l’affrontement avec l’Allemagne. La révolution relève alors de la contingence, car l’essentiel demeure la guerre, c’est-à-dire le maintien coûte que coûte des alliances de revers. Vers la fin du conflit, les perspectives changent, mais partiellement cependant, car une permanence essentielle subsiste jusqu’en 1939 : l’Allemagne reste pour l’armée française le problème central qui détermine largement l’attitude adoptée vis-à-vis de l’État soviétique et, plus largement, du communisme jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale1. En conséquence, face à la menace allemande, l’État soviétique est-il un partenaire possible ?

En 1917, la Mission militaire française en Russie, par pragmatisme, répond positivement et établit en conséquence des liens officieux avec le gouvernement des commissaires du peuple, tout en conservant des liens officiels avec l’armée russe2. A posteriori, l’État-major des armées (EMA) approuve cette politique qui sera poursuivie jusqu’à la fin du printemps 1918, lorsque le haut commandement estimera que les bolcheviks font désormais le jeu des Allemands et que l’intérêt de la France exige de favoriser la chute du régime révolutionnaire.

La révolution bolchevik, un complot de l’Allemagne

Depuis 1914, l’évolution du front oriental constituait une des préoccupations majeures de l’état-major français. La dégradation rapide de la situation politique et militaire en Russie ne cessait de l’inquiéter, car l’effondrement du front oriental aurait signifié un basculement brutal des rapports de force militaires au profit des Empires centraux et par suite un risque sérieux de défaite pour les Alliés. D’où la très grande inquiétude du haut commandement français face à la crise révolutionnaire de l’année 1917 dont il suit les péripéties en observateur attentif et bien informé. En effet, les chefs militaires connaissent avec une certaine précision l’évolution de la situation en Russie, tant à l’intérieur que sur le front, grâce à la présence d’une mission militaire (MMF) qui, sous le commandement du général Pau jusqu’en avril 1916, puis du général Janin et enfin du général Niessel à partir de septembre 1917, compte 80 officiers, la moitié étant à Petrograd, les autres répartis sur les différents fronts. S’ajoutent à ce total 125 officiers et 900 sous-officiers et soldats des différentes armes dispersés à travers le pays ou dans les armées russes3. En outre, la mission militaire française en Roumanie, commandée par le général Berthelot, est une importante source d’information sur la situation dans le sud de Russie, surtout à partir de son repli en Ukraine le 12 mars 1918 à la suite de la capitulation roumaine de décembre 1917.

Au printemps et durant l’été, la MMF en Russie4 et les dirigeants politiques et militaires5 à Paris sont convaincus que les bolcheviks sont des agents allemands, une appréciation d’ailleurs partagée par la majeure partie de la presse et de l’opinion6. Mais le général Niessel se montre ensuite beaucoup plus nuancé au cours de l’automne. Dans un télégramme à Foch, daté du 17 octobre, il estime que les partis révolutionnaires d’Europe comptent sur la formation d’un gouvernement d’extrême gauche en Russie, pour déclencher des troubles en faveur de la paix dans l’ensemble des pays belligérants, Allemagne comprise7. En outre, même s’il semble acquis qu’une prise du pouvoir par les bolcheviks et leurs alliés entraînerait le retrait de la Russie hors du conflit, cette hypothèse, néfaste pour les Alliés, n’est pas exclue de la part de n’importe quel autre gouvernement. En effet, l’état-major français ne considère pas le bolchevisme comme le seul parti susceptible de faire la paix avec l’Allemagne. Au contraire, dès l’été 1917, il estime très probable la signature dans les mois suivants d’une paix séparée et prévoit dans ce cas le transfert de 45 divisions allemandes vers l’Ouest8.

Dans les mois qui suivent, sur l’appréciation de la situation et l’attitude à adopter vis-à-vis du régime soviétique, on constate un décalage croissant entre d’une part Paris et les diplomates français en Russie, et d’autre part la mission militaire. Les premiers demeurent convaincus que les bolcheviks sont des agents allemands9, tandis que les seconds se montrent prudents. Ainsi, au moment de la révolution d’octobre, l’ambassadeur Noulens propose au gouvernement français d’aider le gouvernement Kerenski en envoyant des troupes en Russie pour rétablir l’ordre. Plus perspicaces, les militaires sont surtout frappés par le chaos qui caractérise alors le pays. Ainsi, le colonel de Renty qui se trouve à Moscou au moment de la révolution d’octobre écrit au général Berthelot : « C’est le gâchis le plus complet. Tout le monde commande et personne n’obéit. Le paysan est paresseux, lâche, ivrogne et bête, la classe au dessus donne des jouisseurs, des apathiques, des utopistes ou des traîtres. Que voulez vous faire d’une pareille race ? Il n’y a plus que le « knout ». Je crains bien que ce soit les boches qui finissent par mettre le holà à cette pitrerie qualifiée de grande révolution10. » Pour cet observateur peu averti de la vie politique russe, la confusion est telle qu’il croit à une collusion entre le tsar et Lénine et estime possible que les bolcheviks rétablissent assez rapidement la monarchie11 !

En France, le haut-commandement conserve la même position dans les semaines qui suivent. Lorsque le 3 décembre, le général Foch annonce au Conseil supérieur de la Guerre la prise de Vladivostok par les bolcheviks, il affirme : « Les Allemands viennent de saisir la porte orientale de la Russie12. » Pourtant l’EMA infléchit assez vite sa position puisque, le 25 décembre, Foch demande au général Berthelot d’« appuyer les centres de résistance contre l’Allemagne et éventuellement le bolchevisme en entretenant des relations étroites avec les gouvernements locaux et en renforçant leur action »13.  Il s’agit alors, face à la menace directe des Allemands sur l’Ukraine, d’entretenir des liens avec les différentes factions, y compris les « rouges ».

Cette inflexion de l’état-major reste cependant en deçà de la position et de l’attitude de la MMF qui a dû s’adapter dans l’urgence à une situation très mouvante et d’autant plus compliquée qu’elle ne correspondait à aucun schéma préétabli. Le capitaine Jacques Sadoul14 juge que le général Niessel est à cette époque le seul « à comprendre la situation comme elle doit l’être »15, une appréciation confirmée par le général Delmas qui écrit que le chef de la MMF ne pensait pas, comme la quasi-totalité des représentants alliés, « que l’aventure bolchevik allait sombrer rapidement »16. Ainsi, malgré l’absence de reconnaissance officielle des nouvelles autorités, Niessel cherche à entretenir des contacts avec le gouvernement bolchevik et autorise à cette fin plusieurs rencontres entre Sadoul et Trotsky. Il est d’autant plus enclin à adopter cette attitude qu’il juge inexistantes les forces russes qui s’opposent au gouvernement des soviets17.

Cette attitude s’explique essentiellement par des considérations militaires. En effet, dans les semaines qui suivent la prise du pouvoir par les bolcheviks, la question centrale pour la MMF est celle de l’armistice à la suite des offres de négociations faites à Berlin par le nouveau pouvoir soviétique. Aussi, en utilisant ses contacts indirects avec le gouvernement révolutionnaire et ses liens réguliers avec l’état-major de l’armée russe, Niessel va s’efforcer de faire prendre en compte le point de vue français dans l’évolution des négociations germano-russes, en particulier l’interdiction pour les Centraux des transferts de troupes du front oriental vers le front de France, la tenue des négociations en territoire neutre, la poursuite de la fraternisation entre soldats des deux armées et enfin le problème des prisonniers de guerre, soit plus d’un million d’Autrichiens et 100 000 Allemands. L’influence de la MMF semble avoir été réelle puisque le général Delmas estime probable que Niessel a participé au choix des généraux russes qui en tant que techniciens ont assisté aux négociations18.

L’armistice signé le 15 décembre n’est pas globalement défavorable aux Alliés puisqu’il comprend l’interdiction du transfert de troupes vers l’Ouest19 et ne prévoit aucun échange de prisonniers, excepté les grands blessés et les civils. Sur la base de ce bilan appréciable, Niessel propose de continuer à jouer un rôle indirect dans les négociations de paix, mais il reçoit un refus énergique de Paris, illustration du décalage entre la perception de la situation en Russie par la MMF et celle en France de la majorité de l’opinion et des dirigeants politiques et militaires, même si on note quelques timides évolutions20. Dans les mois qui suivent, en dépit des prodromes de la guerre civile, non seulement Niessel conserve la même position sur l’attitude à adopter vis-à-vis du gouvernement soviétique, mais il l’accentue sous une forme plus explicite, une attitude qui paraît refléter le point de vue des officiers supérieurs de la MMF.

Ainsi, lorsqu’un regroupement d’officiers russes s’effectue autour d’Alexiev et de Kornilov, Niessel juge qu’ils « participent aux défauts de tous les officiers russes (jouisseurs, paresseux, d’une valeur morale médiocre) » 21. Concernant le gouvernement révolutionnaire l’appréciation est moins négative. Jean Delmas résume ainsi le jugement porté par les membres de la MMF sur les bolcheviks : « Plus ils étaient affectés loin de Petrograd, plus ils les dépeignaient comme des anarchistes démagogues, agents de l’Allemagne, grassement payés22. » Quant à Niessel, en contact direct avec les dirigeants soviétiques, il estime que « les bolcheviks sont les seuls à avoir à leur tête des hommes de volonté. Trotsky et Lénine vont de l’avant avec hardiesse ». Le général Delmas précise : « Avouant qu’il ne pensait pas que Trotsky fut un agent allemand, [Niessel] affirmait qu’il ne fallait pas compter sur la force pour renverser le soviet des commissaires du peuple23. » Selon le témoignage de Sadoul, le général Rampont, chef de la mission sur le front Ouest, partage ce point de vue : « Bien que très antibolchevik, il n’en estime pas moins que l’aide aux bolcheviks est la seule ressource qui reste, car aucune force ne se montre capable de renverser le bolchevisme24. » Quelques semaines plus tard, le général Lavergne se montrera encore plus catégorique : « C’est une chose grave que de faire tomber le gouvernement bolchevik (…) Il y a de grandes chances pour que sa succession échoit à un parti pro-allemand25. » Pour les chefs de la MMF, le gouvernement révolutionnaire est donc un moindre mal.

Le rapprochement avec les soviets

Fin janvier, alors que les négociations germano-russes sont bloquées, on perçoit un glissement dans la position de l’état-major français. En effet, le 2e bureau critique la politique des Alliés qui consiste à encourager la guerre civile contre les bolcheviks. Il considère au contraire que la Russie doit rester « unie et puissante » pour s’opposer au germanisme. Cependant, le 2e bureau ne prône pas une rupture complète avec l’ancienne politique puisqu’il propose de réduire le bolchevisme en soutenant les partis d’opposition et en organisant la famine dans les centres qu’il contrôle26 ! Au même moment, avec plus de réalisme, le 3ème bureau affirme que la politique des Alliés doit être la préservation de « l’intégrité du territoire russe » et qu’il faut prendre en considération le gouvernement bolchevique qui constitue un obstacle à la paix27. Dorénavant, les Alliés ne doivent plus espérer le maintien d’un front oriental, mais consacrer leurs efforts à empêcher la conclusion de la paix afin de maintenir une menace de guerre sur les arrières des Allemands28.

En dépit de cette analyse, le haut-commandement, qui n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation en Ukraine, donne des directives difficilement applicables : « Niessel prendra sous sa direction les groupements ou éléments qui travaillent dans le sens des bolcheviks ; le général Berthelot, ceux qui travaillent dans le sens des indépendants. » Il est en outre précisé que Niessel devra agir pour favoriser l’action de Berthelot au profit de l’armée roumaine, « notre meilleur appui »29. Cette politique irréaliste consistant à jouer sur deux tableaux à la fois et à privilégier la Roumanie, d’ores et déjà vaincue et sortie de fait du conflit, sera vite abandonnée devant l’évolution des événements.

En effet, le 10 février à Brest-Litovsk, répondant à l’ultimatum des Allemands, Trotsky proclame l’état de « ni guerre, ni paix » et, le lendemain, le général Krilenko, chef d’état-major de l’armée russe, annonce officiellement le début de la démobilisation. Le 18 février, les Centraux passent à l’offensive et avancent rapidement dans les jours suivants. Ainsi que l’a écrit Trotsky, « le seul obstacle sérieux qui se trouvait sur le chemin de l’avance allemande était la distance30. » La reprise de la guerre donne satisfaction aux Alliés et jusqu’en mai, les bolcheviks ne sont plus qualifiés d’alliés de l’Allemagne. Niessel redoute cependant un succès foudroyant des Allemands qui leur permettrait en particulier de s’emparer des stocks d’artillerie regroupés à l’arrière du front. Les officiers de la MMF présents dans armée russe s’efforcent d’ailleurs de faire évacuer ces stocks loin vers l’Est, ainsi que ceux de matériel et de matières premières.

Tandis que les forces allemandes progressent, le gouvernement soviétique prend contact avec les militaires français et, le 22 février, avec l’accord de Noulens, Niessel envoie une note à Trotsky dans laquelle il propose l’aide de la MMF, et éventuellement celle de la mission militaire en Roumanie, pour réorganiser l’armée russe. Le comité central du parti bolchevik accepte la proposition française et, le 23 février, Niessel rencontre Trotsky. Ce dernier lui déclare que dans le cas où la guerre se poursuivrait, la Russie et la France « marcheraient » ensemble, et que, dans le cas où la paix serait conclue, le gouvernement souhaiterait obtenir l’aide de la MMF pour organiser la nouvelle armée31. A titre personnel, Niessel lui donne son accord.

La collaboration militaire commence à se mettre en place puisqu’à Mourmansk, pour organiser la défense du port, un conseil militaire tripartite est créé à la suite d’un accord entre les Français, les Britanniques et le soviet local. Le 4 mars, Foch se déclare même favorable à un débarquement afin d’assurer solidement une liaison avec la Russie dans la perspective d’une réorganisation de l’armée russe. Il voit dans cette opération « un acte amical destiné à faciliter sa résistance face aux Allemands »32. Mais, le 3 mars, la signature du Traité de Brest-Litovsk met fin à la guerre entre la Russie et les empires allemands et austro-hongrois33. Cet épilogue rend, selon Niessel, le maintien de la MMF en Russie inutile et il demande son évacuation. Son point de vue sur la situation début mars a été ainsi résumé par le général Delmas : « En Russie, seuls les bolcheviks ont assez d’énergie pour entreprendre et imposer leur volonté, mais il est impossible de traiter avec eux ». Plus tard, Niessel dira à Poincaré : « Trotsky ne se rapprocherait de la France que si l’Allemagne voulait détruire le bolchevisme ». L’état-major étant au contraire favorable au maintien de la MMF, le général demande à être relevé de son commandement et désigne comme successeur le général Lavergne, attaché militaire à l’ambassade et adjoint de Niessel depuis octobre 1917. Contrairement à Niessel, Lavergne estime qu’en Russie il reste encore une marge d’action pour les Français. Selon lui, il faut surtout agir pour éviter que le gouvernement soviétique soit renversé, car exceptés les SR de droite, toutes les autres forces d’opposition sont pro-allemandes. L’analyse de Lavergne est approuvée par l’état-major qui confirme le maintien de la MMF en Russie.

Paradoxalement, c’est au cours du mois de mars que, malgré la fin de la guerre, les relations entre les Français et les bolcheviks sont les meilleures. En effet, les Français espèrent en renforçant le potentiel militaire russe inquiéter les Allemands, les obligeant ainsi à conserver des forces à l’Est. De leur côté, les bolcheviks s’alarment de la progression des Allemands en Ukraine et de leurs préparatifs pour débarquer en Finlande. Du fait de cette violation du traité de Brest-Litovsk, une reprise des combats peut intervenir à brève échéance. En outre, les Soviétiques s’inquiètent du succès de l’offensive allemande de mars sur le front de France, car une victoire des Centraux leur permettrait de se retourner contre la Russie révolutionnaire. Des mesures sont donc prises pour réorganiser une véritable armée en développant l’embryon d’Armée rouge créée en février et organisée plutôt comme une milice qu’une véritable institution militaire. Le 22 mars, au cours d’une rencontre avec Lavergne, Trotsky, nommé depuis quelques jours commissaire du peuple à la Guerre, lui déclare que son objectif est de constituer en deux ou trois mois une armée de 300 à 500 000 hommes pour faire face à une éventuelle attaque allemande. Il propose aux Français d’en assurer l’instruction, réservant la formation des grenadiers et des artilleurs aux Britanniques et aux Italiens. Lavergne accepte cette proposition, recevant après coup l’approbation de Foch34, et fin mars plusieurs officiers sont détachés auprès de Trotsky pour constituer une sorte de cabinet militaire officieux35.

Ce rapprochement demeure fragile, car, étant perçu de part et d’autre comme entente contre-nature, il est empreint de méfiance et donc à la merci du moindre incident. Aussi, l’évolution de la situation en Sibérie va entraîner une rapide dégradation des relations entre Alliés et bolcheviks. En effet, jusqu’en avril, la question centrale pour les bolcheviks et les Alliés a été celles des relations avec les Allemands et, par conséquent, la question sibérienne n’occupe qu’une place marginale dans leurs préoccupations. Or, en Extrême-Orient, les Français et les Britanniques, coupés de leur commandement, mènent depuis l’hiver une politique inverse de celle appliquée en Europe. Tenant encore les bolcheviks comme les alliés des Centraux, ils craignent que les Allemands parviennent à s’emparer des importants stocks d’armements de Vladivostok et créent ultérieurement des bases de sous-marins sur la façade Pacifique. Dès le mois de janvier, les Franco-Britanniques ont encouragé les Japonais à débarquer pour appuyer les éléments antibolcheviks de Sibérie et prendre le contrôle du Transsibérien. Le début de mise en œuvre de ce projet prend cependant du temps, en particulier parce qu’il se heurte à l’opposition des Américains qui refusent toute présence militaire japonaise en Sibérie.

La grande confusion de la politique française en Russie depuis le début de l’année 1918 résulte pour une bonne part de la difficulté et de la lenteur des liaisons, d’une part, entre la France et la Russie et, d’autre part, entre la Russie d’Europe et la Sibérie. En outre, la MMF entretient des liens distendus avec l’ambassadeur, car celui-ci se retrouve isolé en Finlande entre le 28 février et le 29 mars, date de son retour en Russie. Il ne s’installe d’ailleurs pas à Moscou, mais à Vologda, ce qui ne facilite pas ses relations avec la MMF. Ainsi, tandis que le général Lavergne n’a plus de relations avec la Sibérie et ne peut donc intervenir dans les décisions prises en Extrême-Orient, Noulens informe Paris qu’il est favorable à une intervention alliée en Sibérie pour que des troupes japonaises puissent rapidement prendre position face aux Allemands dans le secteur de la Pologne36 ! Puis à la fin du mois de mars, la situation en Sibérie est singulièrement compliquée par la question des troupes tchèques au sujet desquelles les Alliés hésitent à prendre une décision : les positionner à l’Ouest face au Allemands en liaison avec l’Armée rouge, ou les évacuer par Vladivostok pour les envoyer sur le front français37 ?

Le 5 avril, le débarquement des Japonais, qui prend les Alliés de court, a des conséquences importantes sur la politique française en Russie : mis devant le fait accompli, le gouvernement soviétique pose ses conditions pour accepter le débarquement. Lavergne se déclare favorable à l’acceptation, Noulens s’y oppose. L’opposition latente depuis plusieurs mois entre la MMF et l’ambassadeur de France devient ainsi ouverte. A la demande du ministère des Affaires étrangères, l’état-major informe Lavergne qu’il reste officiellement attaché militaire, subordonné à l’ambassadeur, et non chef statutaire de la MMF, c’est à dire soumis au ministère de la guerre38. En conséquence, il doit se cantonner au terrain strictement militaire, puisqu’il n’est pas habilité à se prononcer sur des questions politiques. Le désaveu de Lavergne montre que Paris ne privilégie plus la politique de collaboration avec le gouvernement soviétique et annonce que le rôle de la MMF est désormais en déclin. Noulens confirme cette évolution le 18 avril en donnant une interview dans laquelle il affirme que des prisonniers de guerre allemands organisent en tout impunité des noyaux de colonisation en Sibérie. En dépit de ces événements et de l’attitude hostile de Noulens, les relations entre la MMF et les chefs militaires soviétiques se poursuivent. Ainsi, début avril, un détachement mixte sous commandement français et comprenant 100 artilleurs français et 300 soldats russes est envoyé à Kandalachka pour protéger la ligne de chemin de fer de Mourmansk menacée par les Finlandais39. A cette époque, des officiers français, partis inspecter des unités de la nouvelle armée soviétique, estiment que 50% des troupes ont une réelle valeur combative, manifestent un bon esprit, font preuve de discipline et sont commandées par des chefs énergiques. Assistant à la revue de la garnison de Moscou le 1er mai, Lavergne en tire « une impression favorable, surtout si l’on songe que cette revue était celle de l’Internationale et de l’antimilitarisme ». L’attitude de Lavergne est d’ailleurs vivement critiquée par l’ambassade qui l’estime « atteint par le poison bolchevik »40. En réalité, Lavergne fait l’analyse suivante : il pense que les Soviétiques, et tout particulièrement Trotsky, envisagent la reprise de la guerre contre l’Allemagne41. De plus, il estime nécessaire de ménager les bolcheviks afin de négocier la récupération des stocks d’armes, en particulier ceux d’Arkhangelsk, et de parvenir à régler la question du corps d’armée tchèque42. Mais ces pronostics optimistes sont déjoués par l’évolution rapide des événements.

Le retour à la politique de contre-révolution et la rupture avec les soviets

A la fin du mois d’avril, un facteur nouveau intervient avec l’entrée en scène de la diplomatie allemande : tandis que la Wilhemstrasse proteste énergiquement contre le débarquement de troupes alliés destinées à protéger les ports du Nord de la Russie avec l’accord du gouvernement soviétique, le 23 avril, l’ambassadeur Mirbach arrive à Moscou. Dans les semaines qui suivent, il exerce une pression croissante sur les autorités soviétiques en dénonçant la présence des forces occidentales sur le territoire russe. Durant cette même période, la dégradation de la situation en Sibérie entre les Tchèques et les soviets locaux influe négativement sur les relations franco-soviétiques, d’autant plus que Moscou soupçonne la MMF d’avoir favorisé la révolte des unités tchèques. Enfin, le 27 mai, le succès de l’offensive allemande du Chemin des Dames provoque un regain d’intérêt pour le front oriental, car l’EMA estime que les Allemands se préparent à transférer 10 divisions de l’Est sur le front occidental.

L’addition de ces facteurs négatifs conduit courant mai à l’abandon de toute politique d’accommodement avec les bolcheviks, ce qui revient à rallier la position défendue par Noulens. Ce dernier, surestimant les forces anti-bolcheviks43, est favorable à une intervention militaire alliée pour renverser le régime révolutionnaire et appuyer la mise en place d’un gouvernement anti-bolchevik et pro-Alliés, obligeant ainsi les Allemands à maintenir des troupes à l’Est. Ce point de vue est soutenu par le général Berthelot qui estime qu’une force alliée de 5 à 6000 hommes suffirait pour contrôler la Russie44. Au début du mois de juin, le 3e bureau de l’EMA rédige une note sur la situation en Russie, conforme à l’infléchissement anti-bolchevik amorcé par l’EMA45. Ce document dresse un constat qui par son pessimisme se démarque sensiblement des analyses de Noulens et de Berthelot : les Allemands améliorent leur position dans toute la région, car, d’une part, ils intègrent progressivement l’Ukraine, les pays baltes et la Finlande dans leur zone d’influence et y installent des troupes, et, d’autre part, leurs diplomates sont devenus très influents à Moscou ; face au gouvernement bolchevik, il n’existe aucune force contre-révolutionnaire qui puisse le menacer sérieusement. De cette analyse, le 3e bureau tire la conclusion suivante : seule l’armée japonaise est en mesure d’avancer en Russie pour inquiéter les Allemands et constituer une force antisoviétique capable de polariser autour d’elle les différents fragments des oppositions russes dans le but d’établir un régime national et anti-allemand ; face aux Germano-Finnois, les Occidentaux doivent prendre le contrôle des ports du Nord. Cette note est muette sur la question du corps d’armée tchèque qui va pourtant être au centre des préoccupations alliées dans les semaines suivantes.

Au début du mois de juin, la situation des Tchèques est des plus compliquées : 12 000 sont parvenus à gagner Vladivostok où ils attendent d’être embarqués vers la France. 20 000 autres s’échelonnent en Sibérie sur l’axe du Transsibérien qu’ils contrôlent en grande partie. Ces troupes bloquées en Sibérie ont déjà reçu pour instruction de se diriger sur Arkhangelsk afin de participer à la défense du port. Mais ces ordres n’ont pas été respectés, car ces hommes veulent rejoindre Vladivostok pour être à leur tour évacués. Or, le Conseil supérieur de la Guerre réitère le 3 juin la décision de faire route vers le port du Nord. Une semaine plus tard, depuis Moscou, Lavergne, quoique très mal renseigné sur la situation en Sibérie, fait connaître son point de vue à l’EMA. Considérant que tout déplacement des unités tchèques vers le Nord est impossible et que l’Armée rouge est en train de regrouper des forces pour les attaquer, il propose que, dans le cas où une intervention alliée aurait lieu prochainement, les cosaques de l’Oural et d’Orenbourg, seules forces anti-bolcheviks militairement crédibles, se joignent rapidement aux Tchèques pour les renforcer en attendant l’arrivée des Japonais. Il propose en outre que les Tchèques parvenus à Vladivostok repartent vers l’Ouest pour consolider les zones tenues par leurs compatriotes. Par contre, Lavergne considère qu’en cas de renoncement à l’intervention, il fallait laisser les Tchèques se concentrer à Vladivostok46.

Le plan imaginé par Lavergne est approuvé par l’EMA qui se rend à l’évidence que l’objectif d’acheminer les 20 000 Tchèques vers le Nord est irréalisable. Un autre facteur déterminant explique cette volte-face : le haut commandement français cherche par tous les moyens à enrayer les transferts d’unités que les Allemands accélèrent vers la France dans la perspective de la grande offensive qu’ils préparent pour juillet. La réactivation du front oriental redevient donc une priorité dans laquelle le corps d’armée tchèque doit jouer un rôle essentiel, en attendant l’arrivée de troupes japonaises, voire américaines en Sibérie occidentale47. De plus, l’aggravation des combats entre les Tchèques et les forces bolcheviks fait craindre une pénétration de troupes allemandes en Sibérie à partir de l’Ukraine à la demande du gouvernement soviétique, menace d’autant plus prise au sérieux que l’EMA estime qu’en Sibérie, entre 50 000 et 200 000 prisonniers de guerre, organisés et armés, sont susceptibles de renforcer les forces allemandes qui s’aventureraient jusqu’au Transsibérien48. Afin de reprendre en main le corps d’armée tchèque, Clemenceau, alerté de la gravité de la situation, décide d’attribuer au colonel Paris, affecté à la MMF, le commandement des forces tchèques avec le grade de général. Sa mission est de prendre rapidement le contrôle de l’axe du transsibérien, soit une distance d’environ 6000 km. Cette décision des dirigeants français marque la rupture définitive de l’entente avec les autorités soviétiques, désormais considérées comme alliées des Allemands, et l’engagement de fait de la MMF dans une orientation antibolchevik au côté des forces opposées au gouvernement de Moscou. Mais les militaires français en Russie ne croient guère aux chances de réussite de cette opération ambitieuse qui sous-estime beaucoup les problèmes logistiques et les capacités de réaction de l’Armée rouge en cours d’organisation accélérée : les généraux Paris et Berthelot estiment que 100 000 hommes seraient nécessaires pour accomplir cette mission ; quant à Lavergne, peut-être plus réaliste encore, il fixe ce chiffre à 500 000 ! Pourtant, les faits semblent dans un premier temps lui donner tort, puisque sans coup férir les éléments avancés tchèques atteignent la Volga à Samara à la fin juin et Ekatérinbourg le 25 juillet. La vitesse de leur progression semble confirmer l’optimisme des états-majors sur la possibilité de rétablir à court terme un front oriental et de balayer le bolchevisme. Mais, depuis Moscou, Lavergne a bien pris la mesure du potentiel de résistance du régime révolutionnaire, grâce en particulier à ses contacts avec les dirigeants soviétiques. L’un deux, lors d’une conversation, lui résume la situation désespérée des bolcheviks par cette boutade : « Nous sommes déjà morts, mais il n’y personne pour nous enterrer49. » Un mois plus tard, alors que la situation s’est encore dégradée, Lavergne juge que « le gouvernement des soviets sent l’espace se rétrécir autour de lui, mais [qu’] il a des fureurs de bête traquée »50.

Dans un tel contexte, les bolcheviks considèrent que la MMF a inspiré la révolte des Tchèque et qu’à Moscou comme en province, elle encourage et participe à l’organisation des complots anti-bolcheviks. Cette accusation est-elle fondée ? Pour Jean Delmas, « Noulens, beaucoup plus que Lavergne, apparaissait au centre des complots51. » Même si la MMF n’est pas restée inerte durant cette période, aucune source ne permet aujourd’hui d’affirmer qu’elle a, sinon orchestré, tout au moins aidé les complots ou soulèvement contre le gouvernement de Moscou52. Il est d’ailleurs probable que même s’il avait existé le projet de faire de la MMF un centre anti-bolchevik, sa mise en application aurait donné des résultats dérisoires étant donné l’extrême difficulté, ou parfois l’interruption complète, des liaisons à travers la Russie. La MMF se trouve alors ballottée au gré des événements et ses chefs comme l’ensemble de ses membres sont vraisemblablement conscients de leur impuissance sans cesse croissante à peser sur les événements, tandis que les autorités soviétiques se montrent de plus en plus hostiles à leur égard.

Ainsi, à partir du 11 juillet, les ambassades alliées sont placées sous le contrôle étroit des forces de sécurité bolcheviks ; le 25, Noulens et l’ambassadeur britannique Francis partent pour Arkhangelsk avec l’autorisation des commissaires du peuple. Le contraste est alors frappant entre l’optimisme de l’ambassadeur de France et l’attitude du général Lavergne à la même époque. Le 31 juillet, Noulens transmet à Paris son appréciation sur la situation : « [Les ports du Nord] nous offrent une base militaire et politique de premier ordre. Une fois reliés par Viatka et Perm aux Tchécoslovaques et par ceux-ci aux Japonais, il nous sera facile d’établir la liaison avec les contingents pro-alliés qui, le long de la Volga, reconnaissent l’autorité d’Alexeiff. Nous aurons alors constitué un nouveau front qui, sans être assez fort pour l’offensive contre l’Allemagne, s’opposera à ses progrès53. » Le contraste est saisissant avec l’analyse pertinente de Lavergne deux semaines auparavant : « Il est vain de penser que l’armée russe va se former derrière les Tchèques ; depuis deux mois, malgré de multiples encouragements, aucun chef de valeur n’a osé s’y risquer. » A partir de ce constat, il fixait à 500 000 hommes l’effectif allié nécessaire pour prendre le contrôle de la Russie et reconstituer un front oriental54 ! Mais, au vu du contexte, la MMF se trouve réduite à l’impuissance : le 17 juillet, Trotsky donne l’ordre de surveiller de près les officiers français ; le 18, il exige la liste des personnels de la MMF. Lavergne ne pouvant plus transmettre directement ses télégrammes à Paris, doit les faire acheminer par l’intermédiaire de l’attaché militaire à Stockholm, ce qui entraîne un délai d’un mois entre l’envoi et la réception. La capacité de la MMF à collecter et centraliser des renseignements se trouve presque réduite à néant. Il faut attendre le 6 août, soit quatre jours après le débarquement des Alliés à Arkhangelsk, pour que le siège de la MMF soit perquisitionné, ce délai ayant laissé le temps à Lavergne de détruire archives et codes. Coupée de Paris, la MMF n’a plus qu’une existence purement formelle. Début septembre, Lavergne échappe à l’arrestation, mais se retrouve bloqué dans un bâtiment consulaire sous pavillon danois. Fin septembre, il peut en sortir librement et, début octobre, il quitte la Russie à l’occasion d’un échange de prisonniers, parmi lesquels se trouvent Litvinov qui avait été emprisonné en représailles des arrestations d’Occidentaux demeurés en Russie. Après son départ, il reste 17 officiers, dont quatre emprisonnés, et 36 hommes de troupe55. Le 12 octobre, plusieurs d’entre eux sont arrêtés et les autres bloqués au siège de la MMF. Il n’y a donc plus de présence officielle de l’armée française à Moscou.

La création en août d’une mission militaire française auprès du corps d’armée tchèque indique qu’en Russie, la Sibérie est devenue pour l’EMA l’enjeu principal afin « d’opposer un barrage à l’expansion allemande vers l’Est »56. Placé sous le commandement du général Paris, cette mission, qui en octobre compte en tout et pour tout sept officiers, a pour mission de favoriser l’intervention alliée en Russie, tout en affirmant le maintien de la présence militaire française face à la menace allemande. En réalité, elle va surtout combattre le gouvernement révolutionnaire en tant qu’allié de l’Allemagne57 et cette situation de guerre ouverte signifie qu’il n’y a désormais plus de relations entre l’armée française et le régime soviétique. L’EMA croit-il encore en ce mois d’août 1918 à « l’expansion allemande vers l’Est » alors que depuis la fin juillet la situation militaire sur le front occidental s’est retournée au profit des alliés ? Le général Delmas écrit que les objectifs fixés à la MMF de Sibérie « laissent (…) perplexe (…) [et] quelque peu rêveur sur l’extrême ignorance des esprits concernant la situation en Russie. » Quoi qu’il en soit, dans les semaines qui suivent, l’accentuation de l’avantage pris par les Alliés sur le front français et l’effondrement de l’armée bulgare dans les Balkans rendent caduc le projet de reconstitution d’un front oriental. Mais il est alors relayé par l’objectif de combattre le péril révolutionnaire en tant que tel. Ce glissement apparaît dans un projet de note rédigé en octobre 1918 par le lieutenant-colonel Georges, commandant du 3e bureau58. Il écrivait à propos du régime des soviets : « C’est un nouveau problème de guerre et aussi d’après-guerre qui se pose à l’Entente et il convient que notre action en Russie soit orientée de façon telle qu’il soit possible de la résoudre pendant la guerre, ou si cette dernière prend fin bientôt, dès après la conclusion de la paix. » Il excluait toutefois d’envahir le territoire de l’État soviétique, prônant plutôt un encerclement par le contrôle de la Sibérie et des ports du Nord, ainsi que de l’Ukraine qu’il estimait facile à occuper après le retrait des Allemands vaincus. Soumis à un blocus économique, le gouvernement des commissaires du peuple finirait probablement par tomber à cause du mécontentement provoqué par les pénuries. Il concluait : « Cette solution pacifique (…) paraît préférable à une attaque directe contre le foyer bolchevique, avec les dangers de l’occupation et de la contamination pour les troupes alliées et aussi les difficultés de politique intérieure qu’une semblable opération ne manquerait pas de susciter en France et en Angleterre59. » Cette analyse préfigure la politique du « cordon sanitaire » adoptée quelques jours plus tard par le gouvernement de Clemenceau60.

Pour les militaires français, la révolution bolchevik n’est que la catastrophe finale qui conclut l’échec de la stratégie de revers suivie depuis la fin du XIXe siècle. Cette stratégie, qui avait reposé sur l’alliance privilégiée avec la Russie, avait montré ses limites dès la fin de 1914 à la suite des déboires de l’armée russe face aux Centraux. Par delà les faiblesses du tsarisme, les doutes étaient peu à peu devenus des certitudes quant à l’absence de valeur de l’armée russe et à l’incapacité du pays à faire la guerre. Cette dégradation de l’image de la Russie a été accélérée non seulement par les troubles révolutionnaires à partir de février 1917, mais également et peut être surtout par la décomposition de la société et de l’armée, par l’incapacité des élites sociales, politiques et militaires à réagir pour défendre l’ordre social et maintenir des institutions debout face aux forces révolutionnaires. Confronté au problème russe d’abord perçu comme un immense chaos, l’armée française va chercher à suivre une politique du moindre mal adaptée aux impératifs stratégiques de la période, un objectif qui suscitera divergences et oscillations au sein de l’institution militaire, en particulier sur la question des relations avec le nouveau pouvoir soviétique.

De la révolution d’octobre à l’été 1918, ce sont les militaires de la MMF qui, parmi tous les représentants des grandes puissances en Russie, tant diplomates que militaires, sont allés le plus loin dans les relations avec les autorités soviétiques, tant à Moscou qu’en province. Confrontés à une situation dramatique, infiniment complexe et sans précédent, ils ont dû se forger une opinion dans l’urgence, prendre des décisions rapides, en s’efforçant de défendre au mieux les intérêts de la France en guerre. Leur relative habileté à évoluer dans le contexte révolutionnaire et à s’adapter aux brusques changements de conjoncture a largement résulté de leur capacité à rompre avec les préjugés sur la Russie et les réflexes contre-révolutionnaires des armées occidentales. Pour cette raison, ils ont vite estimé que la France avait tout intérêt à établir des relations, sinon officielles du moins officieuses, avec le nouveau régime russe, car ils sont convaincus que dans un pays en pleine décomposition, les bolcheviks représentent la seule force un tant soit peu cohérente qui parvient à influer sur la situation politique et qu’il n’existe donc pour l’heure pas d’alternative au régime des soviets. Ce dernier paraît seul capable, sinon de mettre fin à l’anarchie russe, du moins de l’atténuer. Le général Delmas note d’ailleurs que le 2e bureau voit dans la dissolution de la Constituante la preuve de l’énergie dont les bolcheviks sont capables pour gouverner le pays61. Ce constat convainc Foch de la nécessité d’approuver l’orientation proposée par la MMF. Il faut cependant remarquer que les militaires français en Russie restent réfractaires aux attraits de la révolution soviétique, puisque seulement quatre d’entre eux, dont Jacques Sadoul, rejoindront les bolcheviks62. Rien ne permet d’affirmer que la MMF eut la moindre complaisance pour le régime communiste ou qu’elle fut désorientée face au processus révolutionnaire et à la sortie de guerre atypique et compliquée que connut alors la Russie. Au contraire, on peut estimer que les chefs de la MMF firent preuve d’une réelle intelligence politique dont l’EMA ne semble pas avoir pris la mesure après le départ de Foch au mois de mai.

Ce rapprochement en apparence paradoxal entre les commissaires du peuple et la MMF fut après-coup perçu comme une démarche contre-nature, que les acteurs eux-mêmes ont eu tendance par la suite à minimiser. Dans un article publié par la Revue de Paris en 1925, le général Niessel passe sous silence ces épisodes et, dans ses souvenirs de cette période publiés en 1940, il évoque rapidement la création de l’Armée rouge et le rôle joué alors par la MMF63. Côté bolchevik, Trotsky donne une version minimaliste de cette première collaboration franco-soviétique. Il admet avoir fait appel à l’aide des Occidentaux pour organiser l’Armée rouge, mais en précisant que cette tentative resta sans lendemain. Dans le premier texte, daté de 1921, il se contente de rapporter, avec beaucoup de désinvolture quant à la chronologie, une simple prise de contact sans motivation véritable de part et d’autre64. Dans son autobiographie, Ma vie, parue en 1930, Trotsky se fait plus précis pour décrire l’échec complet et immédiat, selon lui, de la tentative de coopération entre les missions militaires occidentales et le commissariat du Peuple à la Guerre65

Considérées comme négligeables, si ce n’est occultées, ces relations entre la MMF et les autorités soviétiques semblent avoir été effacées de la mémoire de l’institution militaire, puisqu’on n’y trouve aucune allusion dans les sources militaires postérieures. Par contre, y transparaît le souvenir du chaos de la Russie en guerre et en révolution, de la décomposition de son armée, et une vision « positive » du bolchevisme. De ce point de vue, l’expérience de la MMF semble s’être transmise, tout au moins partiellement, introduisant ainsi des éléments de continuité entre la perception de la Russie durant le conflit mondial et celle de l’URSS de l’entre-deux-guerres66.

1 Vidal Georges, L’Armée française et l’ennemi intérieur (1917-1939). Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2015, 260 p. ; Vidal Georges, Une alliance improbable : l’armée française et la Russie soviétique (1917-1939), Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2015, 312 p. [précisons que ces deux livres sont chroniqués sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6026 et http://dissidences.hypotheses.org/6760]

2 Il s’agit de l’armée héritée du tsarisme et de la république de février. Elle sera officiellement dissoute après le traité de Brest-Litovsk en mars 1918, tandis que l’Armée rouge, créée un mois plus tôt, devient officiellement l’outil militaire de l’État soviétique.

3 Delmas Jean, L’État-major français et le front oriental après la révolution bolchevik, thèse de 3ème cycle (sous la direction de Pierre Renouvin), 1965, p. 7-11. Cette excellente thèse, non publiée, demeure une référence inconnue des bibliographies de la Première Guerre mondiale et de la révolution russe. Il en existe un résumé accessible : Delmas Jean, « La paix de Brest-Litovsk et le maintien en Russie de la mission militaire française », dans Jean-Marc Delaunay (dir.), Aux vents des puissances, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2008, p. 209-227.

4 SHD (DAT), 7N 761, rapport du colonel Lavergne au Ministre de l’Armement: « Suite des événements et état moral de l’Armée russe du 19 au 26 juillet 1917 », N°2814, Petrograd, le 27 juillet 1917. p. 1 ; AN, S: 94 AP Albert Thomas, vol. 186, réflexions envoyées ou reçues par l’ambassadeur de France, 1917.

5 SHD (DAT), 16N 3019, note du général Ferdinand Foch sur l’action militaire de la France en Russie, 28 juillet 1917.

6 « Bulletin du jour : Les manœuvres allemandes contre la Russie », Le Temps, 22 avril 1917, p. 1. Anet Claude, « Le complot allemand : Les amis de Lénine ont voulu tuer Kerenski ». Le Petit Parisien, 21.07.1917, p. 1. Les socialistes relaient eux-aussi ces accusations : « En Russie : Nouveaux détails sur les troubles de Petrograd », L’Humanité, 21 juillet 1917, p. 3; « La situation en Russie: Le Soviet s’élève contre les traîtres », ibid., 26 juillet 1917.

7 Delmas Jean, op. cit., p. 37.

8 Ibid., p. 33.

9 SHD (DAT), 16N 3022, télégramme du Président du Conseil et Ministre de la Guerre au général Albert Niessel (signé par Foch), 25 novembre 1917 ; ibid., télégramme du Président du conseil et Ministre de la Guerre au général Berthelot (signé par Foch), 4 décembre 1917.

10 Lettre au général Berthelot, 16 novembre 17 (cité par Jean-Noël Grandhomme, Le Général Berthelot et l’action de la France en Roumanie et en Russie méridionale (1916-1918), Paris, SHAT, 1999, p. 576).

11 Lettre au général Berthelot, 16 novembre 1917 (ibid., p. 576). Cette désorientation n’est pas propre aux étrangers présents en Russie, elle est générale aussi chez les Russes. Ilya Ehrenbourg témoigne qu’à son arrivée d’exil au lendemain de la révolution d’Octobre, lorsqu’il demandait des explications sur la situation politique dans le pays, on lui répondait invariablement : « Personne n’y comprend rien » (Un écrivain dans la révolution, Paris, Gallimard, 1963, p. 8).

12 Delmas Jean, op. cit., p. 63. De même, la note collective n°5, signée par Weygand, Wilson et Cardona le 24 décembre, évoque « les forces bolcheviques soutenues et dirigées par les Allemands ».

13 SHD (DAT), 6N 232, télég. Foch à Berthelot, 25 décembre 1917. Noulens reste encore optimiste puisqu’il croit à la prise de contrôle du sud de la Russie par les opposants au bolchevisme soutenue par une intervention alliée.

14 Capitaine de réserve, Jacques Sadoul, membre de la SFIO, a été affecté à la MMF à la demande expresse d’Albert Thomas. Il servira d’intermédiaire entre la MMF et les autorités révolutionnaires.

15 Sadoul Jacques, Notes sur la Révolution bolchevique, Paris, Éditions de la Sirène, 1919, p. 108-110.

16 Delmas Jean, op. cit., p. 43.

17 SHD (DAT), 6N 232, télég. Niessel à Guerre, 1e décembre 1917.

18 Delmas Jean, op. cit., p. 68.

19 Dès octobre, des transferts massifs d’unités ont été effectués vers le front Ouest et ils se poursuivront jusqu’en décembre, pour ensuite sensiblement ralentir.

20 « Vous êtes des vaincus! ». L’Œuvre, 25 décembre 1917, p. 1. Sembat Marcel, Perdons-nous la Russie ? Paris, Bernard Grasset, 1917, 61 p.

21 SHD (DAT), 6N 232, Général Niessel au Ministre de la Guerre, 26 janvier 1918.

22 Delmas Jean, op. cit., p. 93

23 Ibid.

24 Jacques Sadoul, op. cit., p. 221.

25 SHD (DAT), 7N 761, général Lavergne à Foch, 29 mars 1918.

26 SHD (DAT), 7N 755, EMA, 2e bureau, 1e février 1918.

27 SHD (DAT), 6N 232, note du 3e bureau du groupe de l’Avant sur la conduite à tenir en Russie, 25 janvier 1918. Le 3e bureau est le service de l’EMA chargé de la planification et du suivi des opérations, tandis que le 2e bureau est le service de traitement de l’information (renseignement) destiné à éclairer le haut commandement dans la prise de décision.

28 Il ne s’agit pas d’un espoir illusoire car les tergiversations des autorités soviétiques dans leurs négociations avec les Allemands obligent ces derniers à maintenir des forces importantes en Russie. Ainsi, à la suite de l’armistice de Brest-Litovsk, Pétain prévoyait le transfert rapide de 50 divisions allemandes à l’Ouest. En mars, 40 seulement ont été envoyées à l’Ouest, 10 autres suivront plus tard. En août 1918, cinq mois après la signature du traité de paix, il reste encore 38 divisions allemandes, de second ordre il est vrai, face aux Russes.

29 SHD (DAT), 6N 232, télég. Foch à Niessel, 27 janvier 1918.

30 Léon Trotsky, Œuvres, février 1918, L’avènement du bolchevisme, www.marxists.org

31 SHD (DAT), 6N 232, télég. Niessel à Guerre, 23 février 1918.

32 SHD (DAT), 6N 232, le général Foch au Ministre des Affaires étrangères, 4 mars 1918.

33 Le traité prévoit pour l’essentiel l’échange des prisonniers, la démobilisation totale de l’armée russe et la perte pour la Russie des territoires baltes, de la Finlande et de l’Ukraine.

34 Ce soutien ne va pas de soi, car les oppositions à cette collaboration militaire sont fortes. Ainsi, Noulens estime qu’une armée soviétique serait plus probablement utilisée contre les Japonais en Extrême-Orient que contre les Allemands.

35 Delmas Jean, op. cit., p. 163.

36 SHD (DAT), 4N 40, télég. Noulens aux Affaires étrangères, 4 avril 1918.

37 Le corps d’armée tchèque, placé sous l’autorité du haut commandement français, a été constitué par le regroupement de prisonniers de guerre favorables à l’indépendance de leur pays et volontaires pour combattre aux côtés des alliés.

38 Delmas Jean, op. cit., p. 174.

39 SHD (DAT), 7N 761, le capitaine de La Gatinerie au ministre de la Guerre, 12 avril 1918.

40 SHD (DAT), 5N 281, lettre de Chevilly, chef du service de propagande française en Russie, à François Marsal, chef de la section économique du cabinet du ministre de la Guerre, 25 avril 1918.

41 SHD (DAT), 4N 40, lettre du général Lavergne au ministre de la Guerre, 15 avril 1918.

42 Cette question est rendue très compliquée par les carences des moyens de transport (chemins de fer et transports de troupes alliés) et les désaccords entre Français et Britanniques : les premiers veulent le transfert des Tchèques sur le front français pour une partie par les ports du Nord et l’autre partie par Vladivostok ; les seconds veulent le maintien des Tchèques en Russie pour faire face à la menace germano-finnoise.

43 Celui-ci avait déclaré le 9 mai à propos des relations avec les soviets : « Inutile de nous lier à ce corps mort, ce qui nous aliénerait tous les éléments sains » (To 239, Noulens aux Affaires étrangères, cité par Jean Delmas, op. cit., p. 208).

44 Delmas Jean, op. cit., p. 194.

45 SHD (DAT), 6N 232, note 8593, 3e bureau de l’EMA, 2 juin 1918.

46 SHD (DAT), 7N 761, télég. Lavergne à Guerre, 10,14 et 24 juin 1918.

47 Sur la place du front oriental dans les calculs stratégiques de l’EMA en juin et juillet 1918, en particulier les interventions de Foch auprès du président Wilson, cf. Jean Delmas, op. cit., p. 218-222.

48 Bien qu’il existe des groupes de prisonniers de guerre armés, intégrés ou non aux forces bolcheviks, ces chiffres sont très exagérés. Après le Traité de Brest-Litovsk, une partie d’entre-eux est rapatriée, mais il est probable que la plupart des prisonniers de guerre se soucient surtout de rester en Sibérie en attendant la fin du conflit. A propos des prisonniers rapatriés, Ludendorff a écrit : « C’est eux en partie qui apportaient le mauvais esprit ; d’abord ils refusèrent péremptoirement d’aller sur le front : ils croyaient n’avoir plus à combattre, comme les prisonniers de guerre échangés avec l’Angleterre et la France. » (cité par Jean Delmas, op. cit., p. 269).

49 SHD (DAT), 7N 761, le Général Lavergne au Ministre de la Guerre, 5 juin 1918.

50 Jean Delmas, op. cit., p. 233. Fin juin-début juillet, les nouvelles désastreuses s’accumulent pour le gouvernement bolchevik : les alliés prennent le contrôle de Mourmansk ; la Sibérie échappe de plus en plus à son contrôle du fait de la progression des Tchèques vers l’Ouest et de la multiplication des soulèvements locaux ; le 6 juillet, les socialistes-révolutionnaires de gauche assassinent le comte Mirbach et déclenchent un soulèvement à Moscou ; enfin, la région de la Volga est à son tour menacée, de même que Petrograd.

51 Il est avéré que Noulens encourage les soulèvements en annonçant l’imminence de l’intervention alliée et qu’il verse de l’argent à des groupes d’opposants.

52 Le colonel Dolop, qui représente la MMF à Arkhangelsk, fournit à la fin juin des informations à l’EMA pour préparer un débarquement (SHD (DAT), 5N 119, télég. Lavergne à Guerre, 20 juin 1918).

53 SHD (DAT), 5N 281, télég. Noulens aux Affaires étrangères, 31 juillet 1918.

54 SHD (DAT), 5N 180, télég. Lavergne à Guerre, 16 juillet 1918.

55 SHD (DAT), 5N 180, télég. attaché militaire adjoint à Guerre, 3 octobre 1918.

56 SHD (DAT), 6N 232, dossier 2, instructions n° 10881 B/S/3 pour le général Janin, 7 août 1918.

57 Mécaniquement, la dégradation des relations avec les Alliés entraîne un rapprochement germano-russe. Le 30 juillet, Lénine déclare : « Il y a état de guerre entre le gouvernement des soviets et les alliés ». Le 27 août, l’accord est signé sur les clauses financières du traité de paix : les Soviétiques doivent verser 6 milliards de marks et livrer du pétrole. En échange, les Allemands s’engagent à ne soutenir aucune agression ou entreprise hostile contre l’État soviétique. Toutefois, signe de leur inquiétude face au risque de contagion révolutionnaire, ils maintiennent des effectifs non-négligeables face aux Russes. Ainsi, en octobre 1918, dans les dernières semaines de la guerre, 33 divisions demeurent encore stationnées face aux Russes.

58 Proche de Foch, Georges deviendra l’un des principaux chefs de l’armée française des années 1930 et il sera nommé commandant en chef du front Nord-Est durant la drôle de guerre.

59 SHD (DAT), 16N 3026, projet de note du 3e bureau de l’EMA, 15 octobre 1918.

60 Sur la politique du « cordon sanitaire », Cœuré Sophie, « Endiguer le bolchevisme ? La “double frontière” dans le répertoire de l’anticommunisme (1917-1941) », dans Cœuré Sophie, Dullin Sabine, Frontières du communisme, Paris, La Découverte, 2007, p. 46-43.

61 Delmas Jean (général), op. cit., p. 94.

62 Il s’agit des soldats Robert Petit et Marcel Body, du lieutenant Pierre Pascal et du capitaine Jacques Sadoul. Ils adhèrent fin août 1918 au Groupe communiste français de Moscou. Aucun des quatre n’était militaire de carrière. En avril 1925, Sadoul sera acquitté par le conseil de guerre.

63 Niessel Henri-Albert (général), « Lénine et l’avènement du Bolchevisme en Russie », Revue de Paris, décembre 1925, p. 522-548. A noter la qualité de cet article, bien documenté, qui témoigne d’une connaissance assez fine de la révolution bolchevik. Niessel Henri-Albert, Le Triomphe des Bolcheviks et la paix de Brest-Litovsk : Souvenirs 1917-1918, Plon, 1940, p. 320-333.

64 Morizet Charles, « Le roman héroïque de l’Armée Rouge raconté par son créateur : Trotsky », L’Humanité, 24 août 1921. Il écrit sur cet épisode : « Il n’y avait plus rien. L’ancienne armée s’était dissoute au hasard ; les hommes étaient partis chez eux, le matériel gisait un peu partout, abandonné au hasard de l’arrêt des trains. Les soviets locaux, tout jeunes alors, très primitifs encore, me télégraphiaient : “J’ai dix canons…, j’ai un parc d’aviation… Dix soldats…, cinq marins…”[…] Mon bureau, à Smolny ? Une foire ! Des gens y venaient, de tous les coins du pays : “Donnez-nous des souliers ! vous n’auriez pas un colonel” […] Mettre de l’ordre là-dedans, ce n’était pas facile. Je n’avais aucune compétence et j’ai songé d’abord à me faire aider par les missions étrangères, qui caressaient l’espoir que nous reprendrions la guerre. Mais quand j’ai vu le chef de la mission française, le général Niessel, jouer avec moi au général allemand et mettre ses bottes sur ma table, quand j’ai constaté surtout le scepticisme de tous ces professionnels, je les ai mis à la porte. Ils ont regagné leurs pays peu après »

65 Trotsky Léon, Ma vie, Paris, Gallimard, 1953, p. 423-424. Il rapporte ainsi les faits : « Le général Lavergne […] me donnait, en termes circonspects et insinuants, des conseils de peu d’utilité mais apparemment bienveillants. D’après lui, le gouvernement français tenait désormais compte du traité de Brest-Litovsk et ne désirait que de nous aider, d’une façon tout à fait désintéressée, à refaire une armée. Il m’offrait de mettre à ma disposition des officiers de la très nombreuse mission française qui revenait de Roumanie. Deux d’entre eux, un colonel et un capitaine, s’installèrent juste en face du commissariat de la Guerre, pour être toujours à mes ordres. A mon grand regret, je dois avouer que je les soupçonnais d’être plus compétents en matière d’espionnage militaire que dans l’administration de l’armée. Ils me soumirent des rapports écrits que, dans le tohu-bohu de ces jours-là, je n’eus pas le temps d’examiner. Un des épisodes de cette courte “trêve” fut que les missions militaires de l’Entente vinrent se présenter à moi. Elles étaient nombreuses et chacune d’elles comptait de nombreux membres. Mon cabinet, de dimensions exiguës, fut envahi par vingt hommes. C’était Lavergne qui les présentait. Certains d’entre eux formulèrent de petites amabilités. De tous se distingua un vaseux général italien qui me félicita d’avoir débarrassé Moscou de ses bandits. “Maintenant, dit-il avec un sourire des plus charmants, on peut vivre à Moscou aussi tranquillement que dans les autres capitales du monde”. Je pensais qu’il exagérait un peu. Après cela, nous ne savions plus absolument que nous dire. Or, mes hôtes ne se décidaient pas à se lever et à partir. Moi, je ne savais comment me défaire d’eux. A la fin des fins ce fut le général Lavergne qui nous tira d’embarras en me demandant si je ne verrais pas d’inconvénient que les attachés militaires me laissassent travailler en paix. Je répondis que j’étais au regret de me séparer de cette société choisie, mais que je n’osais protester. Il y a dans la vie de chacun de nous des scènes que l’on se rappelle avec un rire gêné. Mon entrevue avec les missions militaires de l’Entente fut de cette sorte. »

66 Vidal Georges, Une alliance improbable, op. cit., p. 21-77.