Archives de l’auteur : dissidences

Dimitri Manessis, Jean Vigreux, Rino Della Negra. Footballeur et partisan, Montreuil, Éditions Libertalia, édition poche, 2022, 242 pages, 10 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain et Morgan Poggioli

Jean Vigreux1 et Dimitri Manessis2, deux historiens du communisme (le premier étant directeur de thèse du second) nous livrent ici une biographie de Rino Della Negra, jeune footballeur prodige et résistant des Francs-tireurs et partisans-Main-d’oeuvre immigrée (FTP-MOI), fusillé par les nazis le 21 février 1944 au Mont Valérien avec ses camarades du groupe Manouchian, devenus pour l’Histoire ceux de l’Affiche rouge. L’ouvrage, articulé autour de quatre chapitres, retrace le parcours de ce fils d’immigré italien, de son enfance à sa mort survenue à l’âge de 20 ans seulement.

Basé sur un important travail d’archives, tant publiques que privées, et sur des entretiens (dont ceux avec la belle-sœur de Rino Della Negra par exemple), cette « biographie renouvelée » (p.12) met d’abord en lumière l’ancrage local politique et social de la ville communiste (depuis 1935) d’Argenteuil – 70 000 habitants dans les années trente – et de sa « petite Italie ». Ce quartier de Mazzagrande, dans lequel Rino Della Negra grandit, regroupe les quelques 3 000 Italiens, majoritairement ouvriers, dont de nombreux antifascistes exilés. Si on ne lui connait aucun engagement dans quelque organisation politique avant-guerre, il n’en reste pas moins que sa condition d’ouvrier, son amitié avec plusieurs combattants des Brigades internationales partis en Espagne font de Rino un jeune français (naturalisé en 1938) d’origine italienne, marqué par la culture du Front populaire et une sociabilité antifasciste, forcément très palpable à Mazzagrande, véritable « cadre de politisation » (p. 20). Son premier « engagement », avant celui de la Résistance, réside dans le sport et le football en particulier, où sa maîtrise technique, comme ailier droit, lui permet de se faire remarquer par la presse sportive et par différents clubs populaires/ouvriers adhérents de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT)3, jusqu’à se faire recruter par le Red Star.

C’est presque simultanément que Rino entre dans la clandestinité pour échapper au Service du travail obligatoire (STO), établi par le régime de Vichy par la loi du 16 février 1943. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, on apprend que Rino continuait à jouer officiellement sous son vrai nom au football alors qu’il était réfractaire au STO et menait des actions armées avec une fausse carte d’identité. Mais comment passe-t-on « de la clandestinité à la lutte armée ? » (p. 49), comment entrer en contact avec les FTP ? A ces questions essentielles, les auteurs n’apportent, pour le cas de Rino Della Negra, que des hypothèses. A savoir le rôle de « passeur » joué soit par d’anciens joueurs de football devenus eux-mêmes cadres FTP, par l’intermédiaire d’ex- des Brigades internationales ou par ses amis arméniens. Quoiqu’il en soit, une des nouveautés de l’ouvrage réside dans le renouvellement de nos connaissances sur les actions armées auxquelles Rino Della Negra a participé. Jusqu’ici limitées à trois ou quatre, elles se révèlent en fait plus nombreuses que l’on ne le pensait (quinze) car il a appartenu, sous le pseudonyme de Gilbert Royer, aux FTP d’Argenteuil, très actifs, avant d’être recruté par le 3e détachement italien des FTP-MOI, où, sous le nom de code Robin, il devient « un élément moteur » (p. 71). Sa chute, le 12 novembre 1943, est d’autant plus dramatique (il est blessé et arrêté lors d’une attaque de convoyeurs de fonds allemands) qu’à la différence des principaux membres des FTP-MOI de la région parisienne, lui était encore inconnu des policiers des tristement célèbres Brigades Spéciales. Celles-ci, qui mobilisaient depuis un mois deux cents inspecteurs affectés à la traque du « groupe Manouchian », ne l’avaient (toujours) pas repéré et encore moins « filé ». Cette traque permit d’abord l’arrestation du commissaire politique Joseph Dawidowitz, qui, outre le fait qu’il parla sous la torture, gardait dans sa planque, erreur incroyable et fatale, une liste d’effectifs des différents détachements (p. 77), puis ensuite, de filatures en recoupements4, permit d’arrêter presque tous les combattants, dont leurs chefs, Missak Manouchian et Joseph Epstein.

Vient ensuite le procès, du 15 au 18 février 1943, celui des vingt-quatre combattants, dont huit du 3e détachement italien, de l’Affiche rouge, à huis-clos, devant une cour martiale allemande de quatre membres, dont le Sturmbannführer SS Eckardt, qui a déjà de très nombreuses condamnations à morts de résistants, et qui reprendra son métier de juge en Allemagne fédérale après deux petites années de « dénazification » (p. 99)… Organisé par les nazis à grand renfort de propagande pour discréditer toute la Résistance, la pièce maitresse du procès est la fameuse affiche où Rino Della Negra ne figure pas. Les auteurs émettent plusieurs hypothèses sur son absence : soit sa beauté et son physique de sportif ne correspondaient pas aux « attendus » allemands sur les « tueurs judéo-bolcheviques apatrides » (p. 126), soit son passage à l’hôpital (pour soigner ses blessures) le « prive » de l’identification judicaire, à moins qu’à cause de son incarcération au Cherche midi, il n’ait pu figurer sur les photos du groupe, prises elles à Fresnes.

Rino Della Negra n’en est pas moins fusillé comme ses camarades, le 21 février 1944, au Mont Valérien et ses deux dernières lettres laissent à voir un jeune homme très attaché à sa famille, ses amis et ses coéquipiers de football (ceux d’Argenteuil et du Red Star). Il laisse aussi transparaître sa jeunesse (malgré les circonstances dramatiques) en invitant ses amis à « se prendre une cuite » en pensant à lui. Ce passage est d’ailleurs retiré des publications postérieures du PCF consacrées à l’Affiche rouge et à Rino Della Negra : occultation d’une vision trop « triviale » de personnages héroïsés ?

L’Humanité, 25 février 1945, page 2, encart annonçant l’hommage qui sera rendu au groupe « Manouchian-Boczov », au cimetière d’Ivry.

La perpétuation de son souvenir « se fond en grande partie dans le processus mémoriel des FTP-MOI » (p. 131) et suit les aléas politiques d’après-guerre jusqu’à nos jours – en particulier sous le surplomb des « logiques et enjeux de la guerre froide » (p. 143) – au même titre que tous ceux l’Affiche rouge, aussi bien au niveau local (Argenteuil, Vimy) que national. Et si Manouchian demeure le plus connu des résistants de la MOI, Rino Della Negra bénéficie depuis le début des années 2000 d’une ferveur originale, celle des supporters du Red Star. La tribune principale du stade Bauer (nom d’un médecin communiste et résistant) s’appelle en effet la tribune Rino Della Negra. Le tifo « Bauer Resistance » comprend le portrait de Rino et chaque année, les supporters participent à la commémoration de son exécution. Les auteurs abordent également la question de la représentation de cette histoire, dans le roman (Didier Daeninckx, Missak, 2009), bien que de façon trop succincte, et le cinéma, avec une place conséquente accordée au film de Frank Cassenti, L’Affiche rouge (1976) – ou le personnage de Rino Della Negra est interprété par Bruno La Brasca – mais un silence étonnant sur celui de Robert Guédiguian, L’Armée du crime (2009), à moins que l’absence dans le scénario de Rino Della Negra n’explique cet « oubli »5.

L’ouvrage se conclut par une bibliographie fournie6, ainsi qu’un recueil de photos et d’archives permettant de mesurer la pratique intensive du sport de Rino Della Negra et les derniers moments de sa vie (archives de police et lettres d’adieu). Regrettons pourtant l’absence d’index. D’une lecture facile, ce récit en format poche se dévore littéralement. Ce format court présente néanmoins une limite, les auteurs passant parfois un peu vite sur certains éléments. Ainsi, on aurait aimé en savoir davantage sur ses amis partis en Espagne, en particulier sur Tonino Simonazzi que l’on retrouve sur plusieurs photos ; ce qui aurait renforcé la thèse des auteurs selon laquelle Rino Della Negra, non encarté, n’en est pas pour autant apolitique. A propos de la défense de Rino à son procès – qui dit être entré aux FTP pour échapper au STO et continuer à jouer au foot – défense reprise à l’envi par la presse collaborationniste, les auteurs auraient sans doute pu/dû expliciter cette « stratégie ». En effet (et cela est vrai pour le procès de l’Affiche rouge comme pour d’autres procès de résistants), si certains accusés assument pleinement leurs actes – à l’instar de Marcel Rayman – d’autres les minimisent espérant échapper à la mort même s’ils savent très bien depuis les Procès du Palais Bourbon7 et de la Chimie8 qu’ils ont peu de chance de bénéficier de la clémence d’une cour martiale allemande.

Pour conclure, Rino Della Negra. Footballeur et partisan est un ouvrage passionnant qui propose une nouvelle biographie de ce jeune résistant, mais n’oublie pas de rappeler, au fil de cette enquête au cœur des archives, des souvenirs et de la mémoire, que la pratique historienne doit éviter les écueils d’une « dérive néopositiviste » ou d’une « démarche monolithique », au détriment de la complexité et de questions non (encore) résolues.

3La FSGT est créée, dans la dynamique du Front populaire, lors d’un congrès (23/24 décembre 1934) réunissant les organisations socialistes et communistes du sport ouvrier. Lire Nicolas Ksiss, Hervé Brezot, La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, La Ville brûle, 2014.

4Romain Slocombe, dans son roman policier extrêmement bien documenté, La Gestapo Sadorski (Points-Seuil, 2021), consacré principalement à cette traque aux détachements parisiens de la FTP-MOI à l’automne 1943 (après l’exécution du colonel SS Julius Ritter, responsable du STO, le 28 septembre), a bien saisi le travail de ces policiers collaborateurs : « L’inspecteur (…) sort son stylo et une enveloppe, se met à dessiner sur celle-ci des cercles, des triangles, des noms et prénoms, des flèches reliant les uns aux autres et surtout beaucoup de points d’interrogation. » (p. 255). Rino Della Negra apparaît lors d’une action (p. 381), puis sous son pseudonyme de Robin, dans la dénonciation de Dawidowitz (p. 385) et lors de l’attaque du convoyeur de fonds (p. 472).

5Lors de la sortie du film, Jean Vigreux fait une recension de L’Armée du crime dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 106, 2010/2, p. 252-254.

6A laquelle on rajoutera cependant les souvenirs d’un responsable FTP-MOI, Louis Gronowski-Brunot, Le Dernier grand soir. Un Juif de Pologne, Paris, Seuil, 1980.

7Eric Alary, Un procès sous l’Occupation au Palais Bourbon : mars 1942, Paris, La Documentation française, 2000.

8André Kirschen, Le procès de la Chimie, Paris, L’Harmattan, 2003.

Constance Bantman, Anarchismes et anarchistes en France et en Grande Bretagne, 1880-1914 : Échanges, représentations, transferts, thèse sous la direction de François Poirier, Université de Paris XIII-Villetaneuse, soutenue le 24 mars 2007, 730 pages. Consultable en ligne,file:///C:/Users/home/Downloads/C.%20Bantman,%20Anarchismes%20et%20anarchistes%20(1)%20PhD%20Thesis%20(1).pdf

Fichier:Jean-Grave-Hommes-du-Jour-290x400.jpg — Wikipédia

La « Une » de la revue Les Hommes du jour, n° 24, 1908. Le dessin est de Aristide Delannoy.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Consacrant sa thèse au mouvement anarchiste en France et en Grande Bretagne, Constance Bantman renouvelle – notamment par les concepts de réseaux, d’échanges et de transferts culturels – l’analyse de ce dernier. Conçue sous ces auspices, la réflexion réclame le pluriel (des anarchismes, des anarchistes) et à travers l’étude fine des relations, des militants et de leurs trajectoires, propose une lecture renouvelée de cette question entre 1880 et 1914.

La première partie de l’ouvrage brosse la naissance et l’affirmation de l’anarchisme en France et en Grande Bretagne de la fin des années 1870 aux années 1890. A l’issue du premier chapitre, portant sur la France, l’auteure définit l’anarchisme comme un mouvement philosophique et social, structuré pour partie par la tradition révolutionnaire (Michel Winock) dont La Commune constitue sans doute un épisode matriciel. La sociologie du mouvement montre sa richesse, entre artisanat et grand industrie, jusqu’aux marges esthétiques et snobinardes. Marquée par la propagande par le fait, les années 1880 ouvrent alors logiquement sur une décennie terroriste qui voit le mouvement anarchiste laminé, et l’anarchisme souvent condamné comme un crime de droit commun. En Grande Bretagne, l’anarchisme connaît sur cette période un regain limité et circonscrit ; Kropotkine note en 1881 que socialisme et anarchisme sont alors exotiques. L’anarchisme naît alors des clubs radicaux (Socialist League) ; marginaux, les anarchistes britanniques demeurent à l’écart des vagues de grèves de 1886-1890. Cet échec marque leur tournant vers l’anarcho-syndicalisme. En conclusion, Constance Bantman mesure l’inanité des tentatives de greffes italienne ou française dans un pays à la culture politique marquée par la dimension interclassiste. L’anarchisme anglais est plus libertaire, original. Pour autant, il existe déjà des passerelles, des échanges entre les anarchismes britanniques et français. Parmi ces passeurs, Elisée Reclus, Jean Grave, Pierre Kropotkine et la presse qu’ils suscitent, animent. L’anarcho-syndicalisme naît de ces réseaux, de ces transferts de pratiques (ainsi des campagnes de la Ligue antiproprio acclimatées à la Grande Bretagne –no rent campaign), de théories (la grève générale).

La seconde partie porte sur les anarchistes français en Grande Bretagne (autour de 400 / 500), essentiellement Londres, à partir de 1892 quand la répression en France (Lois scélérates, procès…) mène à l’exil. Le Matin évoque alors une Mecque de l’anarchisme. Pas à pas, Constance Bantman décrit les chemins de l’exil, la vie quotidienne, l’activité politique de ces exilés – essentiellement pamphlétaire et journalistique. De facto, leur militantisme est surtout autarcique, gage d’un internationalisme élitaire. Les réseaux sont ainsi informels, liés aux charisme de tel ou tel leader : Louise Michel, Emile Pouget… L’impact sur la société britannique de cette présence anarchiste est multiple. L’un de ses effets les plus visible tient à la remise en cause du droit d’asile. L’impact de la propagande par le fait – réalisée aussi en Grande Bretagne – provoque également une surveillance et une répression accrue, symbolisées par l’Aliens Act. En outre, de timides tentatives de surveillances et de répressions internationales apparaissent. Elles sont l’avers de l’internationalisme informel des réseaux anarchistes, phénomène européen à la fin du XIXe siècle.

Intitulée Nouvelles directions, la troisième partie s’avère la plus conséquente, la plus riche. Elle s’ouvre sur les influences croisées et les collaborations donnant naissance à l’anarcho-syndicalisme. L’auteure met en évidence l’existence d’une filière franco-britannique, polarisée notamment par Tom Mann, qui pratiquement et organisationnellement participe de cette naissance. Celle-ci débouche néanmoins sur une impossible Internationale, déchirée entre un courant libertaire, individualiste et le syndicalisme révolutionnaire. A partir de 1906 l’abandon de l’action directe provoque une crise durable, pérennisée ensuite par les déchirements de l’entrée en guerre, de l’acquiescement à l’Union sacrée. Face à la crise du syndicalisme révolutionnaire en France, le regard posé sur l’exemple britannique change autour de 1910 : naguère lieu d’une réflexion sur le cadre légal, il est maintenant source d’inspirations sur la grève générale. Le chapitre s’achève alors sur l’échec final de ce dialogue, de ces collaborations, de ces influences croisées à construire un véritable internationalisme. Août 14 est là.

En conclusion, Constance Bantman souligne la nécessité de dépasser l’étude de l’anarchisme dans un cadre national, et de problématiser finement – pour les déconstruite – des clichés séculaires tels l’antienne réformisme britannique / action directe française. L’une des suggestions principales, in fine, de ce travail conséquent, qualifie l’anarchisme de cette période comme un vecteur d’intégration à la marge de la classe ouvrière – par le syndicat, par la socialisation des réseaux anarchistes –, intégration paradoxale car l’anarchisme est encore la première instance critique de l’État1.

1Une version remaniée de sa thèse est parue : Constance Bantman, The French Anarchists in London, 1880-1914. Exile and Transnationalism in the First Globalisation, Studies in Labour History n° 1, Liverpool, Liverpool University Press, 2013, 256 pages.

Isaac N. Steinberg, Quand j’étais commissaire du peuple ! Un témoignage privilégié et inquiet de l’édification de l’État bolchevik (Als ich volkskommisar war. Episoden aus der Russischer Oktoberrevolution), Paris, Les Nuits rouges, 2016 (édition originale en 1929, première traduction française en 1930), 196 pages, 13,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions des Nuits rouges ont eu l’excellente idée, en 2016, de republier un témoignage précieux mais jamais réédité depuis sa sortie dans l’entre-deux-guerres, celui du socialiste-révolutionnaire (SR) de gauche, Isaac Steinberg (1888-1957), commissaire du peuple à la justice dans le gouvernement de coalition avec les bolcheviques de décembre 1917 à mars 1918. La traduction a été entièrement révisée, une iconographie riche et généralement pertinente ajoutée (il y manque seulement les dates systématiques) ; quant au sous-titre, il est de la plume de l’éditeur, et s’inscrit dans une lecture plutôt libertaire, critique du bolchevisme – alors que le Parti socialiste-révolutionnaire n’était en aucun cas libertaire –, ce qui explique également la republication, il y a quelques années, de l’étude de référence de Leonard Schapiro, Les Bolcheviques et l’opposition.

Les souvenirs qu’Isaac Steinberg raconte croisent la grande histoire, mais ont l’immense avantage de nous faire pénétrer dans les coulisses des événements, les cénacles du nouveau pouvoir en construction. On y sent toujours un goût de l’authentique, du détail et un accent mis sur un quotidien marqué par l’urgence et l’activisme. Une longue partie de l’ouvrage est consacrée à la question de la Constituante. Isaac Steinberg, au-delà du récit détaillé de la première et dernière journée de réunion de cette assemblée, insiste sur les divergences existant à son égard entre SR de gauche et bolcheviques. Là où les seconds souhaitaient rapidement y mettre fin, y compris par l’arrestation de ses députés, les premiers tenaient à ce que le peuple voit en actes la position de la Constituante face au nouveau pouvoir des soviets, synthétisé dans la « Déclaration des droits du peuple travailleur et exploité » (issue ainsi qu’il l’explique d’un vrai travail en commun des SR de gauche et des bolcheviques). Isaac Steinberg insiste beaucoup sur le caractère dépassé de celle-ci, et sur les tentatives de son parti afin de pousser les SR majoritaires à accepter la nouvelle légitimité politique, allant jusqu’à rêver d’un système – provisoire – combinant soviets et Constituante.

De manière plus générale, l’auteur insiste beaucoup sur la divergence à ses yeux majeure entre SR de gauche et bolcheviques, la question de la répression. Isaac Steinberg et ses camarades tiennent en effet au respect des règles de droit, là où Lénine et les siens s’en affranchissent plus aisément. Bien sûr, écrit une dizaine d’années après les faits qu’il évoque, ce témoignage est sans doute en partie influencé par l’évolution ultérieure du régime et du pays, que Steinberg a quitté en 1923, au risque d’accentuer cette tendance à l’autoritarisme répressif chez les bolcheviques1. Il n’empêche, les exemples pris par l’auteur sont souvent fort intéressants. Il en est ainsi de la politique conduite en Ukraine par Antonov-Ovseïenko, jugée trop sévère, ou de ses conflits avec la Tcheka, dont il aurait souhaité voir remis en cause l’autonomie. Dans cette concurrence entre commissariat à la justice et Tcheka, Steinberg insiste en particulier sur l’action modératrice des SR de gauche intégrés à l’institution ; il est toutefois dommage qu’il n’évoque pas tous les SR de gauche qui demeurèrent au sein de la Tcheka, même après la fin de la coalition et la répression à l’égard du parti, en juillet 1918. L’assassinat de deux anciens ministres Cadets (KD), à l’initiative de matelots révolutionnaires, révèle qu’en dépit de la volonté initiale conjointe des bolcheviques et des SR de gauche de faire justice, le risque de devoir affronter l’ensemble des matelots, solidaires, dans une situation déjà dangereuse sur le plan militaire, les fit reculer. Isaac Steinberg évoque également une affaire touchant à la possible corruption des dirigeants bolcheviques de la commission des enquêtes, près le tribunal révolutionnaire de Petrograd. Cette affaire demeure incertaine, mais révélerait chez les bolcheviques, selon Steinberg, la persistance d’un esprit de fraction, typique de l’émigration.

Les descriptions détaillées de la situation, au sein du gouvernement et des organes dirigeants des deux partis, précédant et suivant la paix de Brest-Litovsk, sont parmi les plus intenses et les plus dramatiques. Les SR de gauche préconisaient en effet, non une poursuite de la guerre, mais une insurrection populaire optant pour une retraite vers l’est, face à l’offensive allemande2, sans exclure la possibilité de combats menés par des partisans. Ce qu’ils refusaient par-dessus-tout, c’était le moindre accord avec l’impérialisme, quel qu’il soit, et l’abandon aux militaires allemands du « foyer révolutionnaire » (la Finlande ou l’Ukraine en particulier). Dans cet enchaînement qui conduisit finalement à la rupture entre commissaires SR et bolcheviques, l’auteur insiste sur la surestimation par Lénine de la faiblesse de l’armée russe, ce que l’on peut, avec le recul, largement discuter. Les portraits de ses camarades, comme celui de Prochian, commissaire à la Poste et aux télégraphes, sont malheureusement trop rares, et il est dommage que ce témoignage ne se prolonge pas au moins jusqu’en juillet 1918. Il n’empêche, en l’état, il est une pièce d’importance à l’analyse des premiers mois d’une révolution d’octobre qu’Isaac Steinberg distingue absolument de l’État bolchevique en construction.

1Un élément contextuel, la paix de Brest-Litovsk, est à cet égard particulièrement utile : « Ils [les bolcheviques] étaient bouleversés, cherchant à compenser la honte d’avoir à se soumettre à la contre-révolution impérialiste en écrasant leurs ennemis à l’intérieur du pays. » (p. 83).

2« Nos steppes et nos fleuves étoufferont le Napoléon antisocial comme ils ont autrefois étouffé le Napoléon antinational. », dixit Steinberg, p. 179.

Change numérique – édition intégrale de la revue Change (1968-1983), 2016, Dijon, Presses du réel, 20 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les Presses du réel nous offrent, sous format numérique et dans un fichier PDF de plus de 8.000 pages, l’intégralité des 42 numéros de la revue Change, dont l’activité s’est développée sur une période de quinze ans (de 1968 à 1983). Cette édition permettra – espérons-le – d’attiser la curiosité et les recherches sur cette aventure, qui demeure étrangement peu connue et étudiée aujourd’hui.

Née de la rencontre, en 1967, de Jacques Roubaud et de Jean-Pierre Faye – ce dernier ayant rompu avec Tel Quel (1960-1982) –, très vite rejoint par Maurice Roche (1924-1997), le groupe se manifeste pour la première fois à La Havane en janvier 1968. Revue des « années 68 » donc, nourrie en-deçà par l’opposition à la Guerre d’Algérie – « les membres du futur Collectif Change ont pris part à la lutte contre la guerre d’Algérie, soit par les groupes de ces Manifestes, soit à travers le mouvement ouvrier » (Jean-Pierre Faye, « Mouvement du change des formes et résistance tricontinentale ») –, Change fonctionna comme « un collectif de travail et d’échange », autour d’un noyau permanent (au sein duquel participaient entre autre, outre les trois fondateurs, Yves Buin et Mitsou Ronat) et de cercles élargis, se construisant par intersection de différents « champs de l’interférence », « en étoile, par accrochage libre de divergences », comme se plaisait à l’écrire Jean-Pierre Faye, le principal théoricien du groupe. Si, dès lors, l’activité de Change fut, tout au long de son histoire, en profonde résonance avec les combats politiques menés aux quatre coins de la planète (les Black Panthers aux États-Unis, l’Union Populaire au Chili, le mai rampant italien, etc.), ce fut toujours en puisant, en retravaillant et en réactualisant un ensemble de pratiques et de théories issues principalement du Cercle de Prague (thématique du n° 3), du poétisme et des formalistes russes, dont la revue aida à diffuser et discuter les conceptions. Elle facilita ainsi la (re)découverte des écrits de Karel Teige (1900-1951), de Serguei Eisenstein (1898-1948), de Velimir Khlebnikov (1885-1922), tout en s’appuyant, pour asseoir son identité esthétique, sur les travaux des linguistes contemporains, Roman Jakobson (1896-1982) et Noam Chomsky. Les animateurs de la revue entendaient ainsi développer une analyse, au croisement d’une science du langage et de la langue poétique, au point de jonction « des trois séries – avant-garde littéraire et artistique, recherche linguistique, révolution » (Collectif Change, « Manifestation du Collectif Change »), dont ils avaient repéré l’amorce à Léningrad, à Moscou, à Prague au lendemain de 1917.

Ils entendaient appliquer au langage lui-même l’affirmation de Marx selon laquelle « toute chose qui devient objet d’échange est amenée à revêtir la forme de « valeur » ». Ils appréhendaient dans cette métamorphose d’un changement de forme dans et par l’échange, au point de coïncider avec un changement matériel, une clé originale et pertinente pour mener à bien leur projet de s’atteler à changer le jeu des formes, les montages de la littérature comme de la société. « Le monde dans lequel nous vivons est un monde de guichets innombrables où chaque chose peut être changée en autre chose par le moyen de cette fonction du change : de la fonction du langage. (…) : notre projet est de faire voir ce change » affirmaient-ils ainsi dans leur déclaration initiale en 1968. En conséquence, ils centrèrent leurs recherches sur le montage (thématique du premier numéro), le récit, la narration, la fiction – défendant un droit à la fiction, qui est un droit au désir et à l’imaginaire (entendu comme « une mise en fiction du désir inconscient ») –, la traduction, etc.

Au fil des numéros, se dégagent une proximité, des affinités avec le surréalisme tant « historique » (le n° 7 est consacré au groupe parisien et au Collège de sociologie autour de Bataille) – avec des textes d’Artaud, de Breton, de Bataille, de Leiris, de Desnos… – que contemporain ; en donnant, par exemple, la parole à Alain Jouffroy, Jean Schuster, ou en s’intéressant au surréalisme en Tchécoslovaquie (Change, n° 25). Si certains apports théoriques sont datés ou se sont révélés des impasses, il n’en demeure pas moins que la revue fut un important lieu de passages et, à partir de la fin des années 1970, de résistance à l’air du temps. Pour s’en convaincre, il suffit d’énumérer nombre de poètes importants, tant français1 – Bernard Noël, Yves Buin, Michel Bulteau, Paul-Louis Rossi, Serge Sautreau et André Velter… – qu’étrangers – Kateb Yacine, René Depestre, Roque Dalton, Julio Cortazar, Nanni Balestrini… –, qui publièrent dans la revue. D’ailleurs, le dernier numéro (42) se conclut sur une polyphonie de voix et de poèmes, dont on relira entre autre avec délectation la « Diatribe d’un artiste » de Lawrence Ferlinghetti.

1Outre les fondateurs, dont Roubaud, qui publie, en 1978 La Vieillesse d’Alexandre, essai sur quelques états récents du vers français, François Maspero, Paris. On notera également des textes de fiction de Félix Guattari.

René Crevel, Max Ernst, Monsieur Couteau, mademoiselle Fourchette, Abbeville, éditions Prairial, 2021, 86 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Qu’est-ce que la mort ? Qu’est-ce qu’une putain ? Une petite voix, sans se lasser, répète sa question » (page 9). Cette « petite voix », c’est celle d’une enfant, interrogeant la mère, à propos de la belle Cynthia, partie avec le père. « Elle avait filé sans rien dire. Comme une voleuse. En partant, elle avait emmené papa. D’abord, j’ai cru que c’était pour rire » (page 9). Le ton est donné ; celui d’un conte surréaliste, drôle et ironique, souvent mordant, qui place sa charge explosive au cœur du cercle familial.

Le récit, inédit en français, adopte avant tout le point de vue de l’enfant – « étrange race que celle des petites filles dont les pères ont quitté les continents de sagesse pour des créatures à cheveux de flammes » –, qui, ne trouvant pas de réponse, étend le champ des interrogations : « Mais, au fait, dis, la mort, est-elle aussi une putain ? » (page 9). Et d’apprivoiser cette disparition, en emportant avec elle un couteau, une fourchette, pour « se cacher dans un coin de sa chambre, et, tout bas, rien que pour elle, déjà commence : – Le couteau c’est papa. (…) La fourchette c’est Cynthia » (pages 25-26). C’est principalement à travers ses jeux et ses yeux que l’on suit le séisme provoqué par la dislocation du couple.

Les sentences morales détournées – « ceux qui s’amusent ont beau n’avoir jamais sommeil, ils n’en meurent pas moins, tout comme les autres » (page 5) – croisent les images poétiques – « Si on rencontre des tigres, je te donnerai le bras et tu n’auras pas peur » (page 30) –, démontant l’esprit de sérieux et la morale bourgeoise avec lesquels se confondent la famille, le travail et la psychanalyse. L’occasion d’un portrait charge aussi drôle que rageur : « La grand-mère hausse les épaules, selon le rythme de mépris qui sert de métronome à toute son existence. Le grand-père, la barbe, plus que jamais majestueuse, la fourchette dans une main, le couteau dans l’autre, comme les sceptres complémentaires de la Justice et de l’Autorité, cherche une phrase qui résumerait la situation » (page 34).

Monsieur Couteau, mademoiselle Fourchette donne à voir la proximité et la distance du surréalisme des années 1930 (très majoritairement masculin) avec un certain féminisme. Critique de l’autorité paternelle, de l’aliénation sexuelle1, des rôles imposés par et dans la cellule familiale, et plus particulièrement à la maternité, mais sans pour autant interroger les conditions économiques du foyer ni l’inégalité de la liberté du désir mise en avant par les surréalistes, s’en tenant au « droit sévère de juger une femme maladroite à vivre » (page 66), en fonction de la soif sauvage de l’enfant de reconstruire le monde à son gré.

« À même la surprise maternelle, l’inquiétude, cette taupe, creuse ses galeries » (page 10). Et ce sont d’autres galeries qu’offre Max Ernst dans la série de frottages qui accompagne le texte, y dispersant oiseaux, coquillages, faune et êtres fabuleux. Dans la notice, François Burkard revient sur l’origine et l’histoire de ce récit, ainsi que sur les travaux de Marx Ernst et de René Crevel. Il situe avec précision ce dernier : « au sein même du surréalisme, il est à la fois au centre et en marge : au centre par sa fidélité au groupe, dont il est un membre de la première heure, en marge par son goût du roman, justement, mais aussi par sa bisexualité assumée et son intense vie mondaine » (page 82)2.

Un beau livre et de grande qualité donc, avec lequel les éditions Prairial poursuivent leur précieux travail de publication d’ouvrages illustrés – la plupart méconnus – du surréalisme3.

1« Il est vrai que, tout dernièrement, interrogé sur l’opportunité d’une éducation sexuelle précoce, il [le grand-père] a si bien marqué la complexité de la question que notre Maintenon en chambre n’a pas su, au bout du compte, à quoi s’en tenir » (pages 13-14).

2En 2014, les éditions Sandre ont publié en deux volumes les œuvres complètes de René Crevel. Voir la recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/4995.

3Voir sur notre blog, la recension de Max Ernst, Rêve d’une petite fille qui voulait entrer au carmel : https://dissidences.hypotheses.org/13702.

Jean-Jacques Cadet, Marxisme et aliénation. Cinq études sur le marxisme haïtien, Port-au-Prince, éditions Gouttes-Lettres, 2021, 260 pages.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre réunit cinq études de Jean-Jacques Cadet, auteur du Marxisme haïtien. Marxisme et anticolonialisme en Haïti (1946-1986), issu de sa thèse, et publié en 2020 aux éditions Delga. Dans cet ouvrage-ci, il étudie l’appropriation haïtienne des œuvres de Marx et Engels, avec, pour hypothèse, que cette appropriation est de nature essentiellement philosophique, et, plus spécifiquement, centrée sur les œuvres de jeunesse de Marx, et, plus précisément encore, sur le concept d’aliénation. Ce concept permettrait, en effet, de mieux analyser l’esclavage et la colonisation, ainsi que leurs séquelles, au cœur des relations quotidiennes de la société haïtienne.

Louis-Joseph Janvier (1855-1911) fut, en Haïti, le premier commentateur de Marx, sans être lui-même marxiste, à la fin du 19ème siècle. Mais, ce sont véritablement les années 1930 et la période autour des mobilisations des « Cinq (journées) glorieuses de 1946 », et du journal La Ruche, qui aboutissent à chasser le dictateur Elie Lescot du pouvoir, qui constituent les deux pôles d’acclimatation de Marx en Haïti ; deux moments durant lesquels ces écrits sont découverts, diffusés et discutés avec passion.

Le livre consacre, avec raison, une part important à l’écrivain Jacques Roumain (1907-1944), fondateur du Parti communiste haïtien, et l’auteur du très beau Gouverneurs de la rosée (publié en 1944, il a été depuis à plusieurs reprises réédité). Jean-Jacques Cadet met en lumière un roman précédent de l’auteur, beaucoup moins connu, La Montagne ensorcelée (1931), focalisé sur le monde paysan. Il s’intéresse en outre à deux poètes, également membres du parti communiste : Jacques Stephen Alexis (1922-1961), l’auteur de Compère Général Soleil (1955), et René Depestre (né en 1926). Celui-ci et le peintre et photographe Gérald Bloncourt (1926-2018)1, longtemps responsable du service photo du journal L’Humanité, participèrent à la révolte de 1946, dont les conférences du surréaliste, André Breton, invité par Pierre Mabille, servirent de catalyseur2.

Le Manifeste du parti communiste présente un éloge paradoxal du rôle historique de la bourgeoisie et du colonialisme – éloge sur lequel reviendra Marx, plus tard, notamment à partir de ses écrits sur le colonialisme anglais en Inde, en développant une analyse autrement plus critique – avec laquelle les intellectuels haïtiens ne pouvaient qu’être en désaccord, eux qui étaient issus de la première révolution d’esclaves noirs en 1804 (page 145). Ceux-ci vont donc reterritorialiser le marxisme, en le centrant sur l’histoire de la colonisation des sociétés non occidentales. Et l’auteur de conclure : « la tradition marxiste haïtienne fait toujours de la question coloniale sa priorité » (page 99).

Pour les marxistes haïtiens, l’enjeu était aussi de « provincialiser » le marxisme, en le décentrant d’une lecture européenne, centrée sur le développement du prolétariat urbain, au sein de la révolution industrielle, afin de le climatiser à la réalité haïtienne, où la classe ouvrière est très marginale et où la question de la couleur, prédominante, croise celle des rapports d’exploitation et d’aliénation ; d’où la tentative de marier (avec un certain succès) le marxisme avec la négritude3.

Jean-Jacques Cadet souligne l’intérêt que les écrits de jeunesse de Marx ont suscité en Haïti, ainsi que la position d’exilé de l’auteur du Capital (page 69) ; position qu’il met en parallèle avec celle de la majorité des marxistes haïtiens, qui ont vécu en-dehors de leur pays, interrogeant son impact sur la manière d’appréhender le monde (page 151). Enfin, il avance que la proximité de Bloncourt avec Ho Chi Minh (1890-1969) et Aimé Césaire (1913-2008) peut-être généralisée à l’ensemble des marxistes en Haïti, qui trouvèrent en ces deux penseurs un double ancrage de la théorie dans la question noire et l’anticolonialisme.

Raoul Peck, réalisateur de I Am Not Your Negro (2016) – nominé l’année suivante aux Oscars comme meilleur documentaire – et du Jeune Karl Marx (2017) fait l’objet d’une des cinq études réunies ici (pages 89 et suivantes). Finalement, le livre se clôt sur des annexes, précédée d’un « guide de lecture » sur le marxisme haïtien. Celui-ci revient longuement sur un « roman prolétarien », Viejo (1935), de Maurice Casséus (1902-1963), l’importance des Jacobins noirs (Amsterdan, 2017) de C.L.R. James4, et des écrits d’auteurs (essentiellement haïtiens) marxistes sur la société haïtienne. Étrangement, l’influence de Frantz Fanon (1925-1961) est seulement évoquée. Il est dommage en outre que l’étude s’arrête au renversement de la dictature duvaliériste, en 1986, et que les trente dernières années ne soient pas abordées.

L’affirmation de Jean-Jacques Cadet selon laquelle il y aurait une occultation de l’apport théorique du marxisme haïtien est sujette à débat, dans la mesure où – comme son livre lui-même semble le montrer – c’est moins sur le plan de la théorie que sur celui de la poésie et de l’art que se mesure l’originalité du marxisme en Haïti. Il évoque ainsi le concept de « zombification », avancé par Depestre, qui entend compléter et renouveler la théorie de l’aliénation (page 89), mais il ne développe pas cette conception, qui paraît en conséquence plutôt relever de l’ébauche théorique.

De plus, le marxisme a la prétention d’être étroitement lié au mouvement des luttes ouvrières ; Cadet l’illustre d’ailleurs dans le combat notamment littéraire des années 1930 contre l’occupation américaine (1919-1934), ainsi que dans le soulèvement de 1946. Mais, cette connexion semble s’être distendue ensuite, surtout au cours de la longue nuit de la dictature duvaliériste (1957-1986 ; François Duvalier, dit « Papa Doc », de 1957 à 1971, puis son fils, Jean-Claude Duvalier, dit « Baby Doc », jusqu’en 1986). De manière générale, la voie littéraire empruntée en Haïti ne peut se réduire à une transposition de la théorie (marxiste) dans la littérature, et appelle à être appréhendée autrement, et avec des outils différents. Dès lors, « l’ignorance du marxisme haïtien » tiendrait moins d’une absence « calculée » ou du « vaste projet de l’historiographie coloniale » (page 155) que de son développement théorique circonscrit, de sa faible diffusion en-dehors d’Haïti – pays trop souvent encore regardé avec des lunettes coloniales ou humanitaires – et de sa reconfiguration dans un autre registre – celui de la littérature (et de manière plus récente et localisée, celui du cinéma), où il brille d’une lumière incandescente.

L’intérêt de ce livre est donc de nous faire découvrir la manière dont Marx a été lu et approprié en Haïti, afin de mieux s’en servir pour comprendre et transformer la société haïtienne. La difficulté réside, pour un public européen, dans la méconnaissance de la réalité du pays caribéen, ainsi que de la plupart des écrits théoriques dont il est question ici, et qui, pour beaucoup, demeurent inaccessibles. Souhaitons que Jean-Jacques Cadet poursuive son travail, et contribue ainsi à (mieux) faire connaître le marxisme haïtien.

1Voir son blog : https://www.bloncourt.net/.

2Lire à ce propos Gérard Bloncourt et Michael Lowy, Messagers de la Tempête. André Breton et la Révolution de janvier 1946 en Haïti (Le Temps des Cerises, 2007). Voir la recension sur notre ancien blog : https://preo.u-bourgogne.fr/dissidences/index.php?id=543.

3Michaël Lôwy parle « du courant de la négritude marxiste », dans lequel, il range Fanon, Alexis, Césaire et l’historien brésilien Clóvis Moura. Michaël Lôwy, « El marxismo en América Latina », 2007, https://pensamientocriticoxxi.files.wordpress.com/2018/07/el-marxismo-en-america-latina.pdf.

4Lire la recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/9067.

Ludovic Frobert, Vers l’égalité ou au-delà ? Essai sur l’aube du socialisme, Lyon, ENS éditions, collection « Gouvernement en question(s) », 2021, 202 pages, 18 € pour l’édition papier / 10,99 € pour l’édition numérique, suivi d’un entretien avec l’auteur.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Nous avions déjà eu l’occasion d’évoquer le travail de Ludovic Frobert, à travers son passionnant « roman vrai » consacré à la famille Raspail, et plus particulièrement au patriarche, François-Vincent1. Nous retrouvons justement cette figure dans ce nouvel essai, à la visée plus large. Constatant le basculement, au fil des dernières décennies, d’un socialisme des besoins, centré sur l’égalité, à un socialisme du mérite, centré sur l’équité, le chercheur a souhaité revenir aux origines, celles du premier XIXe siècle, pour lequel la révolution de 1848 peut faire figure de borne frontière.

Postulant l’égalité des chances comme un seuil, l’auteur place par rapport à lui un socialisme de l’en-deçà (saint-simonien, essentiellement) et un socialisme de l’au-delà, qui l’intéresse plus particulièrement. Pour lui, et c’est ce qui permet de saisir toute l’actualité de sa réflexion, le premier courant est toujours à l’œuvre aujourd’hui, inspirant un Emmanuel Macron, par exemple. Ludovic Frobert resitue d’abord cette première génération de socialistes, nés entre 1795 et 1810, en quête de nouveaux liens dans une société éclatée par et depuis la Révolution. Parmi eux, les saint-simoniens se distinguent par leur notion d’inégalités justes, à condition qu’elles résultent de différences de capacités (véritable « idole capacitaire », p. 65), ce qui implique une nécessaire hiérarchie ; avec tout le risque d’adaptation au réel capitaliste que cela véhicule. Face à eux, trois parties présentent des figures de socialistes plus hétérodoxes.

Il y a d’abord ceux que l’auteur qualifie ironiquement de « triplette du Luxembourg » ou de « fraternitaires », à savoir Louis Blanc, Constantin Pecqueur et François Vidal, impliqués dans l’action de la Commission du Luxembourg créée – pour deux mois seulement – dans les premiers mois de la IIe République, avec la participation de représentants élus des travailleurs. Défendant la mise en place de coopératives d’artisans, elle nourrissait une ambition globale plus large. En effet, les idées des trois hommes critiquaient la concurrence économique, manifestation d’une logique de guerre et non de paix, exercice également d’un hasard en lieu et place de la raison. La politique doit alors exercer un rôle de contrôle d’une mécanique économique absurde, afin de faire émerger une société juste, c’est-à-dire oeuvrant au bonheur de chacun. Certaines formules font, à cet égard, particulièrement mouche. Ainsi de Louis Blanc expliquant que « (…) ce n’est pas à l’inégalité des droits que l’inégalité des aptitudes doit aboutir, mais à l’inégalité des devoirs. » (p. 47). Loin de résulter de défauts de la nature humaine, la société de leur temps, qui s’accommode fort bien de la pauvreté et de la misère, s’explique selon eux par l’existence d’institutions déficientes. A leur place, les trois hommes envisagent une généralisation des formes d’association entre égaux (les coopératives), avec un État qui les régule et les encourage. Néanmoins, ce rôle décisif qu’il est amené à jouer ne fait visiblement pas l’objet d’une analyse poussée quant à sa nature de classe, un angle mort certain dont un Marx saura se saisir.

La seconde partie de l’ouvrage se penche donc sur François-Vincent Raspail, à la pensée « touche-à-tout ». Pour cela, Ludovic Frobert utilise à la fois son journal des années 1830, Le Réformateur, et ses almanachs de la fin des années 1840. Attaché à une éducation populaire, une science populaire également, Raspail s’avère extrêmement sensible à la souffrance sous toutes ses formes. Etablissant un parallèle entre souffrance corporelle et souffrance sociale, il en cherche la source dans un parasite, qui a nom virus, microbe ou, dans le cas de la société, pouvoir. Ces dérèglements de la norme l’amènent justement à refuser également le conflit, lui aussi symptomatique d’un mal-être. François-Vincent Raspail insiste aussi sur la nécessaire émancipation : celle de l’individu passant par la compétence (entendue comme la possibilité pour chacun d’apprendre et surtout supposant une égalité des compétences), celle de la société par une administration collective (justice populaire, armée populaire…), le cadre de la commune étant à cet égard idéal. Signalons également, pour être tout à fait complet, son rejet d’une constitution, trop figée et formelle, de la fonction de président de la République, de l’expertise surplombante, et le souci du respect de la nature.

La dernière partie est aussi la plus surprenante. Elle est en effet consacrée à George Sand. La célèbre écrivaine participa en effet à l’effervescence communiste du début des années 1840, insistant tout particulièrement sur la nécessité de l’amour dans la communauté à venir. Elle exposa ses idées à travers plusieurs romans, Ludovic Frobert ayant choisi de s’arrêter sur Le péché de Monsieur Antoine (1846). S’y voient opposés deux modèles antagoniques, celui d’un développement industriel autoritaire et disharmonieux (saint-simonien), et celui d’un bonheur égalitaire et harmonieux, en symbiose avec la nature. Emile, principal personnage du roman et fils de l’industriel, au communisme émotionnel, trouve dans la figure du marquis, solitaire, un père de substitution en même temps que son complément, communiste rationnel. En 1848, d’ailleurs, George Sand est favorable à l’horizontalisme, écrin idéal de la diversité des intelligences, misant sur une vitalité populaire appréhendée comme éminemment positive face aux élections et plus encore à la présidence. C’était bien avant qu’elle ne choisisse le camp des anti-communards…

Voilà donc un essai extrêmement roboratif, qui participe comme beaucoup d’autres d’une reconquête du XIXe siècle pour le mouvement ouvrier d’aujourd’hui, Ludovic Frobert traçant toujours des liens entre les réflexions de ces figures pionnières et des penseurs contemporains, tel Gerald A. Cohen (Pourquoi pas le socialisme ?).

« Cinq questions à… Ludovic Frobert » (entretien numérique réalisé en novembre 2021)

Dissidences : Votre essai se centre sur quelques figures du premier socialisme, celui d’un XIXe siècle allant principalement jusqu’à 1848, et permet des redécouvertes précieuses. Comment avez-vous arrêté vos choix de personnalités, parmi pléthore de figures ? On connaissait surtout votre proximité avec la famille Raspail, bien sûr, pourquoi y revenir une nouvelle fois ?

Ludovic Frobert : Ce choix est d’abord le résultat des pérégrinations plus ou moins aléatoires de l’historien. Et de quelques préférences plus ou moins subjectives. Mais ici, je visais un essai avec en toile de fond une interrogation plus thématique concernant ce que l’on peut découvrir au-delà de l’égalité des chances la plus complètement pensée, et qu’on retrouve aujourd’hui dans la littérature sur l’équité. Et j’avais l’intuition, c’est la thèse ici défendue, que justement mes premiers socialistes les plus intéressants à étudier étaient ceux qui avaient conçu l’équité comme un point de départ qu’il fallait dépasser. Et les trois chapitres étudient trois aspects (il y en a d’autres), de ce dépassement. Pecqueur qui repense entièrement l’articulation et le contenu de la fraternité, Raspail qui emboutit la notion de capacité pour parler de compétence, George Sand qui réfléchit pleinement à ce que pourrait signifier un lien social (socialiste) basé sur l’amour et non sur l’intérêt. Je reviens ici, dans mon chapitre 2 à Raspail pour exprimer plus conceptuellement que dans Des Républicains, ou Le roman-vrai des Raspail (Libel, 2019) ce qui fait sans doute son intérêt : une idée des qualités humaines plurielles et complémentaires permettant de congédier toutes les justifications possibles des inégalités.

Dissidences : Depuis maintenant quelques décennies, un retour vers le XIXe siècle s’opère, à la recherche de nouvelles références, enjambant le court XXe siècle souvent vu principalement sous son angle tragique. Votre essai participe de ce mouvement, sensible aussi bien en historiographie qu’en politique. Vous-même faites d’ailleurs des liens entre penseurs passés et présents, ainsi de Gerald A. Cohen. Pensez-vous que notre futur se niche dans les zones d’ombre du passé ?

Ludovic Frobert : Je me demande si l’ère des révolutions, disons 1789-1830-1848, qui a sans doute expérimenté en priorité l’émergence puis les premières consolidations des régimes ploutocratiques, n’a pas été aussi le moment où la façon de penser les alternatives a été la plus broussailleuse. Cela ne signifie pas que ces alternatives valent entièrement pour notre présent. Mais l’histoire rappelle ici que ces alternatives sont toujours là et qu’il n’y a jamais entièrement détermination ou voie unique, et cela quel que soit le contexte. Et par ailleurs, il est vrai que dans quelques cas ou sur certains aspects il est tentant de manier a minima l’anachronisme : ainsi les quelques dialogues que je fais entre mes « vieux » socialistes et des réflexions contemporaines. Avec des moments assez magiques : comme quand je tombe dans le livre de Louis Blanc, Histoire de la Révolution de 1848, sur exactement la même métaphore liminaire, celle du pique-nique, que dans le chapitre 1 de Why not Socialism ? de Gerald A. Cohen, et ce avec précisément la même intention théorique en matière de justice sociale.

Dissidences : Parmi les originalités de votre essai, il y a la prise en compte d’un roman de George Sand, Le péché de Monsieur Antoine. Qu’est-ce qui vous a amené à opter pour l’analyse – d’ailleurs passionnante – d’une œuvre de fiction ? Et surtout, pourquoi George Sand, dont on oublie parfois l’engagement communiste pour ne retenir que sa position anti-communarde…

Ludovic Frobert : Je voulais une variété de textes ou supports où se publicisent ces idées. C’est la raison pour laquelle je me suis intéressé, dans le cas de Raspail, à ses almanachs. J’ai un peu délaissé dans ce travail le journal, qui demeure le principal vecteur de l’expression de ces auteurs dans la période. Mais on sait aussi que, notamment en lien à l’essor de la presse moderne, le roman qui parait sous forme de feuilleton est l’une des innovations du temps. Et le roman, tout autant que l’enquête, est alors l’un des moyens de cartographier et diagnostiquer un social particulièrement changeant et opaque. Et c’est ce que fait Sand dans le cycle de ses romans dits socialistes, cycle dont on considère qu’il s’achève avec Le péché de Monsieur Antoine. Et Sand défend une conception militante de l’écriture romanesque qu’elle estime destinée à figurer au mieux, au plus près et au plus beau, l’idéal et ainsi participer à sa réalisation. Et elle pointe que cet idéal consiste à réaliser l’amour, plutôt que l’intérêt, dans toutes les relations, et que pour cela, la condition sociale est de vivre dans un milieu respectant la plus rigoureuse égalité.

Dissidences : Le titre de votre essai paraît faire allusion à la série Star Trek et sa célèbre formule « vers l’infini et au-delà », et de manière plus générale, d’autres allusions ont été glissés dans les titres de parties (je pense par exemple à la triplette du Luxembourg). Êtes-vous un amateur de films et de séries ? Vous semblent-elles apporter des éléments utiles à la réflexion politique ?

Ludovic Frobert : La période étudiée ici fut celle de la naissance du feuilleton paraissant dans la presse du jour. Et on sait que certains romans, on cite surtout Les mystères de Paris d’Eugène Sue dont les épisodes parurent en 1842-1843 dans le Journal des Débats, modifièrent radicalement les pratiques de lecture et les publics et façonnèrent, avec d’autres romans, l’opinion sur les question sociales, politiques, économiques du temps. Les séries aujourd’hui, fonctionnent sur des schémas très proches et il suffit de voir la littérature savante sur le sujet des séries pour en vérifier leur influence dans notre présent. Plus généralement, en ce qui concerne mon essai, j’ai tenté sans doute de façon bricoleuse, de réfléchir dans la forme de l’écriture et dans l’architecture du texte ce qui fait l’un des caractères à mon sens du socialisme, à savoir la créativité. Créativité qu’on pourrait résumer en pensant à l’expression de Fourier, « l’écart absolu », soit la liberté d’imaginer des alternatives radicales à la laideur et horreur de la ploutocratie et à considérer que certains chemins peuvent permettre de s’en rapprocher.

Dissidences : On imagine que vous allez poursuivre vos explorations du XIXe siècle, sera-ce sur un mode plutôt buissonnier, ou avec l’ambition d’offrir une synthèse plus englobante de ce « premier âge » du socialisme, pour singer quelque peu Tolkien ?

Ludovic Frobert : Avec mon ami Michael Drolet nous venons de terminer un volume sur Jules Leroux, cadet turbulent de Pierre, un « fou sublime », éminemment représentatif de cette tradition des vaincus dont parlait Walter Benjamin. Personnage fascinant que ce typographe féru de ce que nous appelons une « philosophie économique barbare » et qui terminera sa vie à Cloverdale en Californie ; fascinant y compris dans sa relation d’amour-haine avec son éminent grand frère. Cette enquête m’a conduit à m’intéresser de près à la communauté de Boussac (1844-1850) et à son histoire. Histoire difficile à retracer en raison de l’absence d’archives. Mais il y a là une fratrie, une marraine célèbre (George Sand), des compagnons de route qui feront ensuite le socialisme limousin, une activité de publicisation intense à travers l’activité d’une imprimerie, l’acquisition d’une ferme où a dû une première fois s’appliquer la théorie du circulus, une école et une méthode d’apprentissage révolutionnaire (Pauline Roland), et d’autres choses encore. Bref, une belle histoire à raconter aujourd’hui. 

1Voir sa recension sur notre blog, augmentée d’un entretien avec l’auteur : https://dissidences.hypotheses.org/13836

Andreas Malm, La chauve-souris et le capital. Stratégie pour l’urgence chronique (Corona, Climate, Chronic Emergency), traduction d’Etienne Dobenesque, Paris, La Fabrique éditions, 2020 (2021 pour l’édition en langue anglaise), 248 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Andreas Malm, cet universitaire suédois spécialiste de géographie, à qui l’on doit un passionnant essai historique sur les débuts de l’âge industriel, L’Anthropocène contre l’histoire1, est en ce moment l’un des auteurs les plus publiés par La Fabrique. Après Comment saboter un pipeline2 et avant Le Fascisme fossile, dont il est un des nombreux contributeurs, voici donc La chauve-souris et le capital, autant d’ouvrages qui s’inscrivent dans le cadre d’une analyse du capitalisme actuel et surtout d’une réflexion stratégique sur les moyens de le dépasser.

La première partie de son livre, écrite durant le confinement de nombreux pays au printemps 2020, s’intéresse aux différences de réactions des gouvernements face à la crise climatique (qu’il qualifie pour sa part d’« effondremenr ») et face à la pandémie de Covid-19. Si la « guerre » fut proclamée face au virus, et si des mesures fortes furent bien prises par les États, il n’en est pas de même face à l’excès de gaz à effet de serre du fait que pour le premier, les victimes furent d’abord celles de pays riches, tandis que la seconde touche et touchera en priorité les pays les plus fragiles. Autre élément d’explication, selon Andreas Malm, la place centrale du nationalisme dans le cas de la lutte épidémique, là où la crise climatique appelle une réponse forcément internationale. Plus intéressant encore, il livre une lecture de la genèse de la pandémie tout à fait passionnante. Le noyau du problème, ce sont les débordements zoonotiques, c’est-à-dire ces réservoirs de pathogènes que sont les forêts tropicales et la faune qu’elles abritent, attaquées et mises à profit par la logique capitaliste ; une biodiversité forte et étendue, c’est un pare-feu plus efficace contre le développement et la propagation des virus. Les chauves-souris du titre, tout particulièrement, sont des réservoirs privilégiés de coronavirus, acculées par la déforestation croissante mais aussi par le commerce de la faune sauvage, la même qui se retrouvait dans le fameux marché de Wuhan (les exemples cités sur ce phénomène mondial, à destination essentiellement d’une clientèle aisée, sont proprement sidérants). L’accélération des transports joue également un rôle essentiel dans la diffusion des agents pathogènes3 – la « compression spatio-temporelle » mise en relief par David Harvey. Tous ces éléments, tous ces dangers soulignés par bien des scientifiques avant la crise du Covid, poussent Andreas Malm à établir un parallèle entre la logique du capitalisme et un ADN parasitaire, avec toutes les limites que cela suppose (négligeant sans doute les effets positifs, à l’échelle de l’histoire, du capitalisme). Le réchauffement climatique, dans cette optique, accroit encore davantage les risques, avec le déplacement programmé des animaux porteurs de pathogènes, tout comme les projets d’extraction en milieu tropical cités par l’auteur aux pages 130-131.

Que faire face à cette situation ? C’est le sujet de la dernière partie de l’essai. Sur ce plan, Andreas Malm confirme les éléments avancés dans son précédent livre, Comment saboter un pipeline : c’est chez les bolcheviques qu’il puise l’essentiel de son inspiration, une attitude peu commune en ce début de XXIe siècle, et qui est sans doute symptomatique d’un « retour à Lénine » qui se dessine. Il critique en effet tout autant la social-démocratie (suédoise, particulièrement) et son gradualisme totalement inadapté en temps de crise, que l’anarchisme et son rejet systématique de l’État, surtout sous son angle coercitif (il s’en prend surtout à James C. Scott, auteur de Homo Domesticus4, et à son opposition aux feux rouges !). Pour les mesures radicales nécessaires immédiatement – arrêt de la déforestation, rétablissement de barrières entre humains et faune sauvage, sortie de la consommation de viande, nationalisation des entreprises de combustibles fossiles, planification – les leçons de Lénine et des bolcheviques sont fondamentales. « Guerre de classe écologique » (p. 153), « léninisme écologique » (p. 169), sont des mots d’ordre clefs, qui conduisent même à l’éloge du communisme de guerre, modèle face à la crise du climat ! Attention, toutefois, il ne s’agit pas d’un éloge aveugle, mais partiel et parfois à rebrousse temps. Il se félicite par exemple de la victoire des bolcheviques obtenue avec comme seule ressource énergétique le biocarburant (le bois, puisque les mines de charbon et les gisements de pétrole avaient été perdus par le pouvoir bolchevique au début de la guerre civile). Ce qui semble crucial dans le communisme de guerre, ce sont les idées de renoncement d’une partie de la population à certains éléments de son mode de vie privilégié, les mesures de protection de zones naturelles effectivement mises en place dès les premières années de la Russie bolchevique (ce qui fait encore de la Russie le pays possédant le plus de zones naturelles protégées), l’urgence également d’une situation commandant la nécessité d’un État d’exception. Mais l’utilisation des leçons des luttes antibureaucratiques, énoncées entre autres par les trotskystes, devra s’imposer dans le nouveau contexte qui est le nôtre.

En réalité, Andreas Malm, s’il va à rebours de tout un pan de l’extrême gauche actuelle en soulignant le mérite du bolchevisme et du léninisme, se rapprochant plutôt d’un courant comme celui de l’accélérationnisme (son éloge d’une forme bien spécifique de géo-ingénierie, celle de la capture du CO2), ne retient pourtant qu’une partie de l’héritage (l’article « La catastrophe imminente et les moyens de la conjurer » de septembre 1917 est abondamment cité). L’angle mort le plus étonnant concerne ainsi l’État. Estimant qu’il est actuellement impossible de songer à l’édification d’un État ouvrier, il préconise de se contenter de l’État bourgeois, seulement mis sous pression afin qu’il puisse aller à rebours du cadre marchand et user de répression à l’égard des possédants5Étonnant, assurément. Tant de radicalisme voisinant avec tant de naïveté politique …

1Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/9607

2Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/14569

3Le dernier exemple récent avec l’ « importation » en Europe (Amsterdam), le vendredi 26 novembre 2021, du variant Omicron du Covid-19 via un vol venant d’Afrique du sud.

4Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/13831

5« Attendre une autre forme d’État serait aussi délirant que criminel et il nous faudra donc tous faire avec le lugubre État bourgeois, attelé comme toujours aux circuits du capital. Il faudra qu’une pression populaire s’exerce sur lui, changeant les rapports de force qu’il condense, contraignant les appareils à rompre l’attelage et à commencer à bouger (…) » (p. 173).

Alain Badiou, Petrograd, Shanghai. Les deux révolutions du XXe siècle, Paris, La Fabrique éditions, 2018, 128 pages, 10 €.

 

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Afin de célébrer à sa façon le centenaire de la révolution russe, Alain Badiou proposa en 2018 ce bref opuscule, « petit livre orange » qui rassemble quatre textes, deux conférences sur la révolution russe et la révolution culturelle, et deux articles spécifiquement consacrés à des études de textes fondamentaux (repris dans L’Immanence des vérités).

Lorsque l’on parle de révolution russe, il s’agit plus exactement pour le philosophe de celle d’Octobre [1917]. Sans surprise, sa dévalorisation contemporaine est sévèrement critiquée, l’idée de dictateurs attribuée aux bolcheviques relativisée, tout comme la lecture à travers le prisme totalitaire. Pour lui, c’est l’association entre le Parti et les soviets qui était au cœur du processus révolutionnaire, définitivement ruiné avec le tournant stalinien de 1929. Mais au-delà de cette défense somme toute classique, Alain Badiou se fait plus original en affirmant l’unicité de l’espèce humaine, ce qui lui permet de présenter la révolution d’octobre comme tentative de sortir de la logique néolithique dont l’humanité, dans ses divisions sociales en particulier, est toujours prisonnière. Ce faisant, il replace l’événement octobre dans une échelle de temps très large, une façon de réinsuffler de l’optimisme et de l’espoir, celui d’une victoire possible, un peu de la même façon que Robert Bonnaud il y a une vingtaine d’années. Il analyse également de près les « Thèses d’avril » de Lénine, exemple de lutte de la politique – entendue au sens de l’exercice du pouvoir dans le cadre de l’État « bourgeois » – contre la politique – comprise comme la contestation du pouvoir de ce même État. Il y voit les « fondements d’une nouvelle modernité » (p. 44), formulation qui nous semble extrêmement pertinente mais dont la signification est ici à peine effleurée.

Au total, ces développements occupent un tiers du livre seulement, ce qui semble faire prévaloir l’expérience chinoise, si fondatrice dans le parcours de Badiou lui-même. Restreignant la révolution culturelle à une chronologie restreinte, allant de novembre 1966 à juillet 1968, il l’interprète avant tout comme un débordement des masses découlant du projet de Mao Zedong et des dirigeants proches de lui afin de résoudre la contradiction interne au Parti. Au passage, Alain Badiou relégitime le Grand Bond en avant, perçu comme effort visant à rapprocher les villes et les campagnes en industrialisant ces dernières, à rebours de la politique privilégiée par Staline dans les années 1930. La révolution culturelle serait donc riche principalement de son potentiel de dépassement du Parti-État, non réalisé. Car les différents acteurs engagés se seraient mobilisés en ordre dispersé, à commencer par la jeunesse des Gardes rouges, tant « (…) toute organisation politique doit être transgénérationnelle, et qu’organiser la séparation politique de la jeunesse est une mauvaise chose. » (p. 64). Pourtant, de ce constat semblant réactiver la nécessité d’un parti-guide, dans la pure tradition léniniste, Alain Badiou débouche sur l’obligation de se débarrasser du parti, exaltant les organisations nées à la base dans une atmosphère de liberté inédite, justement confrontées aux efforts du Parti pour les contrôler, à l’aide principalement de l’armée, pilier garant de l’ordre. Il analyse également le culte de la personnalité autour de Mao, le légitimant par une comparaison du génie politique avec le génie artistique, généralement mieux considéré et admis, mais surtout en y voyant la célébration d’une pensée foncièrement dialectique : ainsi, « « Mao » nommait la construction du socialisme, mais aussi sa destruction. » (p. 85).

Mais dans ce tableau théorique et politique, il nous semble négliger l’histoire réelle, ses actes, ses excès tragiques, et ne répond guère à la nature profonde de cette séquence historique (plutôt que de friser la guerre civile, ainsi qu’il l’écrit, n’était-on pas plutôt en train d’en vivre une bien réelle ?). L’analyse spécifique de la « Décision en seize points » adopté par un Comité central élargi d’août 1968 permet d’insister sur ses leçons toujours actuelles pour les luttes d’aujourd’hui, et surtout sur la finalité d’une démocratie entière, dans la tradition de la Commune de Paris et de la révolution russe, opposée au rétablissement du capitalisme déjà en germe dans les résistances manifestées à la révolution culturelle. Au long de ses diverses évocations du passé, d’ailleurs, Alain Badiou demeure fidèle à certains mythes historiques, celui des 30 000 morts de la Commune, de la danse de Lénine ou de la République montagnarde n’ayant censément pas besoin de savant… Comme illustration supplémentaire d’un homme et d’une pensée pour l’essentiel encore ancrés dans le passé.

Jean Baret, BonheurTM, postface de Dany-Robert Dufour, Paris, Le Bélial’, 2018, 336 pages, 19,90 €.

 

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean Baret, originaire professionnellement du monde de la justice, est un nouveau venu dans les canaux d’édition traditionnels de la science-fiction, dont BonheurTM inaugure la trilogie Trademark, poursuivie ensuite dans VieTM et MortTM. Et nul doute que l’on n’a pas fini de parler de cet auteur, tant son propos est marquant.

C’est notre proche avenir que le livre décrit, à travers deux personnages, deux collègues d’une police chargée de traquer les contrevenants à la consommation. Toshiba et Walmart (sic) sont d’ailleurs sponsorisés par les deux marques dont ils portent le nom en guise d’identité, et leur vie est d’un ennui mortel. Jean Baret a en effet privilégié, dans son style d’écriture, la répétition du même au fil de journées qui se ressemblent, petit déjeuner de céréales d’insectes, de publicités et de sexe mécanique ; trajet en voiture autonome dans un environnement urbain gavée de réclames, éventuellement accompagné d’un livre audio et holo ; passage dans l’ascenseur où est diffusé en hologrammes un talk show à succès ; travail dans leur open space, entraînant occasionnellement des visites chez quelques suspects…

Le monde de BonheurTM est ainsi à double face. L’illusion d’un bonheur imposé, qui passe par la consommation à outrance en guise de – dernier – devoir civique, de produits marchands aussi bien que de religions, négligeant les ravages écologiques (même si un impôt sur l’empreinte carbone existe), et où domine le virtuel (l’appartement de Toshiba, par exemple, est principalement meublé d’hologrammes), d’un côté. De l’autre, une société où la violence est devenue chronique, violence sociale laissant de côté les exclus de la consommation, violence économique d’un marché totalement dérégulé, violence physique exposée au regard de tous dès le plus jeune âge, que ce soit celle des guerres et des paris qu’elles engendrent, ou celle de relations sexuelles voyeuristes et pornographiques, axées sur la performance.

BonheurTM est donc un roman engagé, profondément critique sur notre réalité, celle d’un néo-libéralisme en roue libre, et s’il s’inspire de quelques œuvres antérieures (citons surtout Planète à gogos de Frederik Pohl et C.M. Kornbluth), il parvient à faire œuvre personnelle. Nombre de ses descriptions sont aussi réalistes que dérangeantes, à commencer par la liberté totale accordée aux individus concernant la possibilité de modifier son corps (le transhumanisme entre autres est ici visé) et de s’affranchir de toute limite morale et de tout tabou, extrémisme individualiste allant de pair avec une forme de grégarisme1 dont le débouché potentiel est la dissolution de la mort. Le post-modernisme a parallèlement dégénéré en un relativisme pratiquement absolu, où toutes les théories scientifiques, y compris les plus délirantes, ont droit de cité2.

Véritable miroir grossissant d’un présent sans avenir, BonheurTM est surtout proche de certaines réflexions d’intellectuels contemporains, Jérôme Baschet (Défaire la tyrannie du présent), Christopher Lasch (La culture du narcissisme) ou, principalement, Dany-Robert Dufour (Le Divin Marché), auteur d’une postface élogieuse.

1« Le véhicule Toshiba quitte le périphérique pour traverser les quartiers de la ville, mélange bigarré d’hommes, de femmes, de transgenres, de punks, de dandys, de transhumains, de robots, d’animaux, de métamorphes, de mutants, d’hybrides, de cyborgs, de travestis, de grunges, de clones, de blousons noirs, de zazous, de personnes à la peau blanche, noire, bleue, verte, de nains, de géants, d’occidentaux, de moyen-orientaux, de hipsters, de clochards (…) » (emplacement 104 de l’édition numérique).

2« Minute Girl donne la parole à un créationniste qui se réjouit de ce que les débats scientifiques, depuis ceux qui soutiennent le fixisme en élaborant une théorie de la nature théiste à ceux aux positions plus déistes qui embrassent la théorie transformiste, en passant par les pastafaristes, qui postulent qu’un Monstre en spaghetti volant invisible et indétectable a créé l’univers après avoir beaucoup bu, enrichissent les programmes scolaires. » (emplacement 2129 de l’édition numérique).

Andreï Kosovoï, Brejnev. L’antihéros, Paris, Perrin, collection « Biographies », 2021, 400 pages, 24 € pour l’édition papier / 16,99 € pour l’édition numérique.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les principaux dirigeants de la Russie soviétique devenue rapidement URSS, nous avons pléthore de biographies de Lénine et Staline. Khrouchtchev, lui, a été bien étudié par Jean-Jacques Marie, tandis que Bernard Lecomte a signé une biographie de Gorbatchev, avant celle à paraître de Taline Ter Minassian. C’est chez Perrin qu’Andreï Kozovoï, jeune maître de conférences déjà auteur d’un livre sur Les services secrets russes et d’une synthèse sur l’histoire soviétique (Russie, réformes et dictatures. 1953-2016), propose une biographie de Leonid Brejnev. Sans vouloir le réhabiliter, il s’efforce au moins de le reconsidérer, lui qui est habituellement associé à la stagnation du système. Il met à profit pour cela, outre la traditionnelle bibliographie, les propres carnets de notes du leader.

D’origine ukrainienne, le jeune Brejnev, qui traversa la guerre civile comme étudiant, passe par l’Institut agricole et l’Institut de sidérurgie, ce qui lui donne une formation essentiellement professionnelle. Devenu membre du Parti, il participe à la collectivisation, se révélant d’une grande docilité face aux consignes. On peut considérer qu’il est un apparatchik modèle, s’insérant dans la bureaucratie remodelée par Staline à l’occasion des Grandes Purges1. En 1940, il accède au poste de Secrétaire à l’industrie militaire de la République d’Ukraine, et gravit les échelons du corps des officiers, de colonel à général de brigade. En 1946, nommé Secrétaire du Parti à Zaporoniaj, il s’y distingue en supervisant la relance de ce bastion sidérurgique. C’est ce qui lui permet de devenir, en 1949, le plus jeune dirigeant d’une République, certes modeste puisqu’il s’agit de la Moldavie. Couronnement de cette première partie de carrière, Brejnev intègre le Politburo en tant que membre suppléant. Mais la mort de Staline semble réduire à néant ses efforts d’ascension, avant que le leadership de Khrouchtchev, dont il fait partie de la clientèle, ne le relance. Il est ainsi numéro deux au Kazakhstan pendant l’opération des « terres vierges », puis responsable du programme spatial durant quelques années. Son profil d’homme du compromis, de diplomate, s’y exerce pleinement. Au début de la décennie des années 1960, il accède au poste de président du présidium du soviet suprême.

La dégradation de ses relations avec Khrouchtchev conduira au changement de direction que l’on sait, et une fois devenu dirigeant suprême, Andreï Kozovoï nous expose toutes les manœuvres, les manipulations que Brejnev utilisera pour conserver son rôle dirigeant, écartant progressivement Kossyguine de la politique étrangère, par exemple. Il tente également de concilier les contraires, réhabilitant Staline à moitié, l’historien Alexandre Nekritch, ayant mis en cause la responsabilité des purges de Staline dans l’Armée rouge afin d’expliquer la « bérézina » de juin 1941, se voyant finalement marginalisé. Ce qui s’avère plus original, c’est l’accent mis par l’auteur sur la construction du mythe de la Grande Guerre patriotique à compter de 1966, un moyen pour la bureaucratie de souder entre elles les différentes composantes de l’Union soviétique. Car Brejnev lui-même insère son personnage dans ce mythe, grossissant son rôle à la fin de la guerre ; il y est encouragé par les courriers d’anciens combattants, qui – par souci de flatterie ? – revisitent leurs mémoires en sa faveur.

Sa priorité, outre la stabilité du pays, semble bien avoir été la politique étrangère, avec le souci d’une vraie détente ciblant surtout les États-Unis permettant en particulier des échanges commerciaux avec l’ennemi idéologique. Mais l’exemple de l’Afrique dans les années 1970 fait conclure à Andreï Kozovoï qu’il y a chez Brejnev beaucoup d’improvisation et bien peu de stratégie. Peu d’actions pour réformer économiquement le système, une stabilité des cadres qui encourage le développement de la corruption, et certaines évolutions annonçant des développements futurs – la défense de la langue et de l’histoire ukrainienne par Petro Chelest – ont sans doute été sous-estimées. Il faut dire également qu’à compter de 1974, ses problèmes de santé sont de plus en plus sérieux, conséquences de divers comportements à risque : tabagisme, surmenage, prise de somnifères. Sur l’Afghanistan, d’ailleurs, Brejnev apparaît d’abord plus qu’hésitant à valider une intervention militaire, et ce serait avant tout pour sauver des vies (celles des cadres communistes) qu’il aurait finalement basculé, ce qui semble un peu court.

La prose d’Andreï Kozovoï n’est pas toujours simple à suivre, effectuant des allers-retours dans le temps, également de la vie de Brejnev à des considérations plus générales (sur le risque d’une conflagration atomique, par exemple). Plus discutable, il considère que de Lénine à Brejnev, la motivation des dirigeants demeure le pouvoir, évacuant un peu rapidement l’idéologie marxiste, dont, c’est vrai, Brejnev semblait dépourvu, sinon comme d’un discours en partie creux. L’importance de son entourage, Gromyko, Andropov et Souslov en particulier, et plus largement de ses conseillers, était par conséquent déterminante. En dépit de ces limites, la biographie d’Andreï Kozovoï, qui s’achève par une comparaison relativement pertinente entre Brejnev et Poutine, contient suffisamment d’éléments utiles pour être recommandable.

1Etonnant, à ce sujet, de lire sous la plume d’Andreï Kozovoï que les motivations de Staline concernant ces fameuses Grandes Purges demeurent inconnues !

Cédric Biagini, Patrick Marcolini (sous la direction de), Brasero. Revue de contre-histoire, n° 1, Paris, éditions de L’échappée, 2021, 184 pages, 22 €.

 

Un billet de Frédéric Thomas

Éclairer « l’histoire de manière oblique, en privilégiant les contestations, les marges, les personnages et événements obscurs, oubliés et méconnus » (page 1), tout en s’inscrivant à contre-courant d’une certaine mode historiographique actuelle, tel est l’objectif de cette nouvelle revue, lancée par les éditions de L’échappée. Illustrés avec soin, répartis en sept « cahiers », la vingtaine d’articles réunis ici dressent un panorama éclaté d’individus et de parcours, inscrits dans des mouvements historiques plus larges, qui vont de la péninsule arabe du 9e siècle au travail éditorial français des années 1970, en passant notamment par les États-unis, la Russie et le Portugal.

Les « Préliminaires », qui ouvrent ce numéro, interrogent deux figures singulières des gauches radicales et deux moments particuliers. Anne Steiner, autrice de nombreux essais, dont le récent Révolutionnaire et dandy. Vigo dit Almereyda (L’échappée, 2020), revient sur le Montmartre de la Belle Époque, à l’heure où « la gueuse blanche » (la cocaïne), y circulait (presque) librement. Elle analyse les enjeux et la généalogie de sa prohibition, en évoquant son écho dans la littérature contemporaine. Steiner signe, en outre, un article dans la partie suivante, consacré à Anna Mahé, une pédagogue anarchiste, proche d’Albert Libertad (1875-1908), et rédactrice de l’hebdomadaire l’anarchie. L’occasion de revenir sur le collectif d’habitat et de travail auquel ils participaient, et, au-delà, sur les expériences pédagogiques et écologiques libertaires de ces années.

Sidonie Mézaize Milon met en avant l’« expérience militante inédite » de Flora Tristan (1803-1844), qui, en 1844, réalisa un tour de France pour présenter son livre auprès des ouvriers et ouvrières. Ainsi, « elle tient des réunions de femmes où elle engage ces dernières à prendre part aux affaires publiques : ”Je leur démontrai que la politique entrait jusque dans leur pot-au-feu et elles comprirent fort bien” » (page 14). En suivant de près son itinéraire, et à travers nombre de citations, souvent drôles et radicales, de ses lettres et de son journal – « c’est inconcevable comme le monde est peuplé de nullités qui sont parvenues on ne sait comment à se donner une réputation quelconque » (page 16) –, Milon montre à quel point Flora Tristan réussit « à tracer dans l’imaginaire populaire les contours d’une véritable République démocratique et sociale » (page 17). C’est à une figure toute autre que l’article suivant s’intéresse : le trotskyste argentin Juan Posadas (1912-1981). Celui-ci est l’auteur d’un texte, en 1968, Les soucoupes volantes, le processus de la matière et de l’énergie, la science et le socialisme, qui affirmait l’existence des ovnis, et prétendait que les extraterrestres étaient (nécessairement) parvenus au stade communiste. Patrick Marcolini éclaire le parcours intellectuel de ce militant, en faisant de cette théorie, sous l’aspect loufoque, la démonstration de « jusqu’où peut conduire l’idéologie du progrès lorsqu’elle est poussée à son comble : le délire pur et simple » (page 21). Enfin, l’éditeur Charles Jacquier clôt cette partie, en rappelant que 2021 ne constitue pas seulement les 150 ans de la Commune de Paris, mais aussi le centenaire de la Commune de Kronstadt. Il présente et republie à cette occasion un article de Marie Isidine, paru en mai 1921 dans la revue anarchiste Les Temps nouveaux.

La partie suivante fait entendre, à notre époque, l’écho de figures passées. Outre l’article de Steiner déjà évoqué, Nedjib Sidi Moussa analyse la révolte des Zandj, les esclaves noirs, à la fin du 9e siècle dans l’Irak actuel, tandis que Michèle Jacobs-Hermès interroge les « amours révolutionnaires » du légendaire syndicaliste nord-américain Joe Hill (1879-1915), membre des Industrial Workers of the World (IWW). S’appuyant notamment sur l’étude de Franklin Rosemont, l’autrice écrit que c’est l’humour véhiculé par les chansons de Hill, qui aurait permis de « renforcer la confiance des travailleurs en eux-mêmes et stimuler de nouvelles formes d’action » (page 59). Elle rend compte du mythe qu’est devenu le chanteur, ainsi que son actualité, mais aussi le hors-champ que constitue sa vie sentimentale dans les textes qui lui sont consacrés, et de la façon dont celle-ci a pu inspirer sa revendication de « pain et de roses ». Mené par Ali Ibn Muhammad, « la plus grande insurrection d’esclaves de l’histoire du monde musulman », selon l’orientaliste Alexandre Popovic (1931-2014), est présentée de manière synthétique par Moussa, critiquant au passage la récente relecture décoloniale qui en est faite.

Auteur d’un livre de référence sur l’Internationale situationniste – Le Mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle (L’échappée, 2013) –, Patrick Marcolini est particulièrement bien placé pour aborder le parcours d’un irrégulier comme Jean-Louis Brau (1930-1985) ; depuis le lettrisme de l’après-guerre jusqu’à l’expérience de la revue Parapluie, au début des années 1970, avant que la silhouette de ce « franc-tireur de l’avant-garde » ne s’efface progressivement. C’est, en collaboration avec Julien Lafon, à un autre groupe d’avant-garde qu’il s’intéresse un peu plus loin : Le Grand Jeu. Le souffle et l’esprit de ceux qui s’en prenaient aux « escamoteurs d’éternité » est bien rendu. La lecture qui est cependant faite ici des rapports conflictuels entre ce groupe et le surréalisme demanderait à être nuancée, et replacée au prisme de l’engagement de lier Marx et Rimbaud, plutôt qu’en fonction de la stratégie de Breton.

De passe-montagnes, de piqûres et de progrès ; voilà de quoi il est question dans la troisième partie. Frédéric Lavignette évoque un fait insolite et médiatique, de la fin 1922 : un agresseur (à moins qu’ils ne soient plusieurs ?) qui profite de la foule pour piquer ses victimes, essentiellement des femmes. Dans un style plaisant, l’auteur rappelle un phénomène similaire, cent ans plus tôt, et analyse le traitement policier, médiatique, voire psychanalytique, auxquelles ces agressions ont données lieu. C’est à la formule « on n’arrête pas le progrès » que s’intéresse François Jarrige. Il montre comment cette expression s’est reconfigurée et consolidée, au tournant du vingtième siècle, avec l’entrée en scène de l’électricité et de l’automobile. Et de citer, par rapport au débat que suscita « l’automobilisme », un article de 1908 : « On n’arrête pas le progrès, on n’empêchera donc pas les automobiles d’aller vite, quoi qu’on fasse. Ce qu’il faut au piéton lui-même, qui crie à l’assassin, c’est progresser, dans l’art de traverser les rues » (cité page 75). Sebastián Cortés opère, quant à lui, un retour sur l’usage du passe-montagne par les membres de l’Armée zapatiste de libération nationale, dans le sud du Mexique, en voulant lui redonner sa signification éthique. De son vrai nom, Bastien Roche, l’auteur est décédé en juillet de cette année. Cédric Biagni lui rend hommage, tout en lui dédiant ce premier numéro, à la dernière page de Brasero.

Il est question ensuite de deux expériences communautaires et écologiques ; celle de Léon Tolstoï, en Russie, et celle de Monte Verità, en Suisse. Avec raison, Pierre Thiesset met en évidence le positionnement antagoniste de Lénine et des communistes par rapport à la paysannerie russe. On peut cependant regretter une certaine idéalisation de celle-ci, au moment de la révolution, et que ne soit pas interrogée l’attitude de ses représentants « naturels » au sein du Parti socialiste- révolutionnaire (SR). La colline du village Ascona, en Suisse, fut renommée Monte Verità, et constitua une communauté, au début du vingtième siècle, fréquentée, entre autres, par l’écrivain anarchiste Erich Mühsam et la danseuse Isadora Duncan. Jean-Christophe Angaut et Anatole Lucet en offrent un article particulièrement sensible et intelligent. En inscrivant cette expérience dans le courant allemand de la Lebensreform (littéralement : « réforme de la vie »), qui cherchait des alternatives à la modernisation capitaliste, les auteurs en montrent les spécificités – notamment le fait que nombre des personnalités les plus marquantes de la communauté sont des femmes –, le succès – « avoir su créer de nouvelles réalités sur deux plans complémentaires : sur le terrain des réalisations concrètes (habitation, mode de vie, alimentation) d’une part, et sur celui de l’imaginaire d’autre part » (page 106) –, et les questions toujours actuelles qu’elle soulève sur les formes de communauté.

Dans un long entretien, Annie Le Brun revient sur son parcours, depuis son enfance à Rennes jusqu’à ses expositions récentes, en passant par sa fréquentation des surréalistes – au sein du surréalisme, ce qu’elle dit avoir apprécié, est que « la question amoureuse y restait centrale » (page 121) – et sa rencontre avec Guy Debord. L’occasion pour elle d’évoquer « l’esthétisation comme falsification » (page 129). Dommage que sa position sur les féministes – accusées d’incarner un nouveau moralisme, sorte de « stalinisme en jupon » – et son interprétation de Sade n’aient pas été interrogées de manière critique1.

L’avant-dernier « Cahier » est plus spécifiquement consacré à l’exploration d’œuvres culturelles (au sens large). André Tschan s’intéresse à « l’aventure typographique » de William Morris (1834-1896). Celui-ci, créa, en effet, sa propre officine, Kelmscott Press, à partir de laquelle, il imprima quarante-deux ouvrages. « Et il n’avait qu’un but, essayer de restituer au livre qui sortait de ses presses à bras ce qui avait fait la poésie des premiers temps de l’imprimerie » (page 136). Zvonimir Novak, auteur du Grand cirque électoral. Une histoire visuelle des élections et de leurs contestations (L’échappée, 2019), analyse la floraison des fresques murales au moment de la révolution des œillets au Portugal. Il montre l’influence qu’eurent le Paris de Mai 68, « l’épopée du muralisme mexicain », mais également « l’afflux de réfugiés chiliens », et comment cette influence s’est fondue « dans une tradition picturale très vivante au Portugal » (page 141). Il donne également à voir la concurrence que se livraient les diverses composantes communistes, ainsi que leurs orientations esthétiques.

Les spectacles présentés lors des anciennes foires « apparaissent comme un espace culturel double, écrit Naly Gérard dans un bel article consacré au sujet : à la fois conservatoire d’anciens divertissements, plutôt bruts, et laboratoire pour des formes plus au goût du jour, souvent plus élaborées » (page 147). Et de conclure, en écrivant que la foire a représenté « un espace de ”culture partagée” entre riches et pauvres » (page 151). Enfin, Jacques Baujard et Alice Guillemard clôturent ce Cahier par une évocation sensible de Marie-France Gaité, plus connue sous son nom d’artiste, Gribouille (1941-1968), qui donne envie de la réécouter ou, simplement, de la découvrir.

Le dernier « Cahier » est consacré aux livres. Ceux édités par Claude Tchou (1923-2010), dont Chantal Aubry retrace le parcours, en montrant sa proximité et rivalité avec Jean-Jacques Pauvert (1926-2014) ; ceux de Georges Orwell (1903-1950), dont Charles Jacquier rappelle, qu’à l’encontre du service minimum des éditions Gallimard, c’est véritablement le travail des « petits éditeurs » – Ivrea, Agone, Libertalia –, qui a permis aux francophones de lire l’ensemble de ses textes, tout en contribuant à mieux en saisir la portée politique. Le livre enfin de Clifford Donald Simak (1904-1988) : Demain les chiens. Ce recueil de nouvelles, publiées dans les années 1950, doit être lu, nous avertit Renaud Garcia2, en tenant compte du contexte, et plus précisément de la « capacité de destruction massive » dont l’homme a fait preuve au cours de la Seconde Guerre mondiale (page 168). Le numéro s’achève par une série de recensions de livres.

Au final donc, une revue de qualité, agréable à lire, abordant, des sujets anecdotiques ou « sérieux » – et peu, directement, la question sociale –, avec le même soin, la même exigence. Outre l’intérêt et l’originalité des textes, qui font la part belle aux expériences (contre-) culturelles et libertaires, il convient de relever le beau travail éditorial – reproduction photographique, mise en page, typographie, illustrations (de Jean Aubertin) – de Brasero. Souhaitons que ce premier numéro soit le début d’une longue série, qui continue à souffler sur les braises de l’histoire.

1On pense ici à la critique d’Anselm Jappe, « Sade, prochain de qui? », Exit, 2006, https://www.exit-online.org/textanz1.php?tabelle=transnationales&posnr=154.

2Son Désert de la critique. Déconstruction et politique a été réédité (2021) par L’échappée.

Mark Alizart, Le coup d’État climatique, Paris, PUF, collection « Perspectives critiques », 2019, 88 pages, 9,90 € pour l’édition papier / 7,49 € pour l’édition numérique.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Philosophe, Mark Alizart propose avec ce court essai, construit à partir de deux conférences, un texte coup de poing, destiné à éveiller les consciences de la gauche et de tous ceux que la crise climatique pousse à l’action. L’entame de son texte est aussi ce qui peut assurément faire le plus polémique.

Il considère en effet que la crise climatique, la destruction des écosystèmes sont non seulement tolérés par les dirigeants, mais sciemment voulus et provoqués, ce afin de dégager de nouvelles sources de profit et de légitimer le renforcement autoritaire du pouvoir ; les migrations ainsi générées permettraient de la sorte de justifier un contrôle accru des populations (c’est ce qui explique également le bandeau de couverture, dressant un parallèle entre incendie du Reichstag et incendie de l’Amazonie). On n’est pas loin ici de certaines théories du complot1, une telle hypothèse faisant en outre fi des divisions existantes au sein des classes dirigeantes. Mark Alizart recentre d’ailleurs par la suite son propos en ciblant plus spécifiquement les dirigeants Trump ou Poutine, qualifiés de représentants d’un nouveau genre de fascisme, le carbofascisme (le terme a été conçu par Jean-Baptiste Fressoz). Il en profite pour écorner l’écologie politique, bien trop pacifique, à ses yeux, insistant sur la nécessité du combat.

A partir de là, il invoque largement le Trotsky de Comment vaincre le fascisme ?, réactualisant ses leçons pour les luttes contemporaines. Il en retient trois. D’abord, constituer un front unique entre prolétariat et classe moyenne permettant de lutter contre le « néo-fascisme » de la bourgeoisie qui s’est associée au lumpenprolétariat afin de maintenir et conforter le « pouvoir blanc » (on saisit la porosité de ce type discutable d’analyse avec une certaine tendance décocoloniale). Ensuite, s’appuyer sur la technologie pour emporter la lutte. Les analyses d’Alizart recoupent là celles du mouvement accélérationniste, puisqu’il estime que le seul objectif qui vaille dans la lutte contre la crise climatique, à savoir la dépollution à grande échelle, ne peut être réalisé que par l’utilisation d’une géo-ingénierie verte. Il réhabilite, ce faisant, le prométhéisme du mouvement ouvrier, et le besoin de dominer une nature qui ne soit pas idéalisée, ce qui ne manque pas d’audace par les temps qui courent. Enfin, le dernier point essentiel concerne selon lui la nécessité de redonner de l’espoir, d’ouvrir des possibles attractifs, en lieu et place d’un effondrement volontiers nihiliste.

Tous ces éléments s’avèrent toutefois régulièrement disparates, l’éloge du militantisme d’Act Up côtoyant l’appel à la constitution d’une « armée verte », sur le modèle de l’Armée rouge de Trotsky, appelée – et c’est malheureusement le seul exemple donné par l’auteur – à contrôler le bon usage des océans, contre la surpêche ou les dégazages sauvages… De même, sa réactualisation du marxisme s’accompagne d’attentes surprenantes dans les résultats de l’élection présidentielle étatsunienne de 2020 – l’élection de Joe Biden le satisfait-il ? – ou dans l’arrivée au pouvoir des Verts allemands… Baroque, cet essai qui vise à affrir une perspective d’espoir, ressemble donc fort à une « auberge espagnole », aux vélléités souvent provocatrices et au confusionnisme hélas trop actuel.. .

1Des « arguments » complotistes similaires ont fait surface à propos de la pandémie de Covid-19 : « on » aurait laissé le champ libre à ce virus afin d’éliminer le plus de populations pauvres possibles ! Voir par exemple l’intervention ahurissante de la sociologue Monique Pinçon-Charlot dans le documentaire Hold-up (2020).

Ludivine Bantigny, « La plus belle avenue du monde ». Une histoire sociale et politique des Champs-Élysées, Paris, La Découverte, 2020, 288 pages, 21 € pour l’édition papier / 14,99 € pour l’édition numérique.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ludivine Bantigny est une historienne confirmée, maître de conférences à l’Université de Rouen jusqu’à la rentrée 2021, un temps membre de notre collectif de recherches. Avec ce nouvel ouvrage, elle se penche sur l’histoire des Champs-Élysées parisiens, des Lumières aux Gilets jaunes, pourrait-on dire, tant l’avenue a été médiatisée lors de certains des « actes » les plus emblématiques de ce mouvement.

C’est à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles que l’endroit est choisi par les autorités afin de relier les Tuileries au château de Versailles. Mais loin d’une terra nullius, l’espace marécageux était occupé par des ruraux, maraichers ou éleveurs pour la plupart. Son nom, quant à lui, relève directement d’une mode de l’époque, férue de dialogues des morts dans les Champs-Élysées d’inspiration gréco-romaine. C’est la famille Pompadour, celle de la célèbre maîtresse du roi Louis XV, qui s’efforça de remettre en ordre les lieux au mitan du XVIIIe siècle – une gentrification avant l’heure ? Mais les Champs-Élysées naissants s’inscrivent également dans le conflit, lors des retours successifs de Louis XVI et de sa famille en octobre 1789 et, plus tendu, en juin 1791, ou sous le signe de la fête : ils furent, parmi d’autres, de la célébration de la fameuse fête de la Fédération, avant d’être choisis pour proclamation officielle de la Constitution (presque morte-née) de septembre 1791, celle de la monarchie parlementaire.

Cette dichotomie, cette lecture dialectique des Champs-Élysées est ce qui guide tout au long de son récit Ludivine Bantigny. Du côté de la remise en ordre des lieux, c’est Napoléon qui renforce sa dimension politique, suivi par les rois de la Restauration, y organisant des fêtes en leur honneur ; même les armées étrangères ayant vaincu l’empereur y campèrent ! Certains défilés mortuaires marquants du XIXe siècle y passèrent, celui du retour des cendres de Napoléon Ier, celui de Victor Hugo également. Mais la nature populaire des lieux résiste longtemps, grâce aux fêtes et aux guinguettes, grâce également à sa population de mendiants (dont des enfants), de cantonniers, d’ouvriers du bâtiment, que l’auteure ramène dans la lumière, sans oublier les habitants précaires vivant au-delà des barrières de Paris.

Mais progressivement, les logements des plus pauvres sont détruits, les Champs-Élysées étant destinés à incarner un lieu de modernité par excellence ; une évolution allant de pair avec l’embourgeoisement de l’ouest parisien, à rebours du brassage d’autrefois. Malgré tout, les Champs-Élysées demeurèrent un terrain d’affrontement politique, de rivalité entre la droite, dont c’était un terrain traditionnel, et la gauche, tentée parfois de se l’approprier, comme lors du 14 juillet 1935 et sa célébration de l’alliance du Front populaire. C’est aussi sur les Champs que de rudes affrontements entre police et communistes eurent lieu le 11 novembre 1948. C’est toujours là que les partisans du général de Gaulle et du retour à l’ordre défilèrent en juin 1968, marquant la fin – symbolique – du mouvement, comme le défilé du Bicentenaire en 1989 souhaitait marquer celle de la Révolution.

L’Humanité du 12/11/1948 annonce les heurts avec la police le 11 novembre, sous le titre : « Moch fait tirer » [Jules Moch, socialiste, était alors ministre de l’Intérieur] (source, Gallica)

Ludivine Bantigny traite également de la symbolique de la guerre, sensible à partir de l’érection de l’Arc de triomphe. Fruit d’une longue gestation, et initié par Napoléon, il ne fut terminé que sous Louis-Philippe, mais peu utilisé jusqu’en 1914-1918 et l’installation du soldat inconnu. Depuis, il incarne un symbole guerrier par excellence, y compris avec les cérémonies de rallumage de la flamme depuis 1930. Un chapitre complet est également consacré au Fouquet’s, initialement un restaurant pour cochers, le Fouquet en question étant limonadier ; la montée en puissance de son établissement n’en est que plus étonnante, jusqu’à intégrer les monuments historiques dans les années 1980 suite à une campagne fort peu populaire et d’éviter la démolition.

Aujourd’hui, les Champs-Élysées abritent moins d’une centaine d’habitants permanents, l’enquête et les entretiens menés par Ludivine Bantigny avec certains de ses acteurs donnant l’occasion d’éclairages sur les enseignes, l’illusion publicitaire ou les travailleurs cachés, la divergence des temporalités également. On touche là du doigt la relative ambiguïté de l’ouvrage, à la fois étude historique et enquête de terrain aux parfums militants. Bien écrit, cet ouvrage se fait aussi remarquer par une certaine inclinaison vers la littérature : on pense à Éric Vuillard lors de l’évocation du 14 juillet 1789.

Daniel Colson, La Gryffe. La longue histoire d’une librairie libertaire, Lyon, Atelier de création libertaire, 2020, 276 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Daniel Colson livre ici un témoignage plus qu’une histoire. Un témoignage engagé, qui oscille souvent entre Proudhon et Deleuze comme références convoquées ; un témoignage plus qu’une réelle réflexion sur la librairie. La longue histoire ici contée est celle du mouvement, du milieu libertaire lyonnais, depuis quarante ans, à partir d’un lieu, la Gryffe. D’autres protagonistes de l’aventure collective, dans les discussions au fil d’autres lieux libertaires, donnent à entendre qu’il était possible d’écrire une autre histoire, qu’elle est là celle, subjective, de Daniel Colson au sein de la Gryffe.

Soit. Et après tout pourquoi pas ? Daniel Colson fixe ici une manière d’être à la Gryffe, et donne à penser la librairie comme collectif libertaire. Un collectif dont l’expérience s’éternise quand justement l’intempestif, et souvent l’éphémère, s’affirment comme les seuls épithètes aptes à qualifier la vitalité et la force du milieu libertaire, qui fut mouvement à Lyon jusqu’à l’orée de la décennie 90.

La Gryffe a 40 ans. Elle nait, portée par une génération libertaire issue de Mai 68 à Lyon. Elle se lie au mouvement, puis s’affronte aux crises de cette mouvance. La coordination libertaire s’abime devant le défi de la question LGBT, se déchire quand la FA (Fédération anarchiste) et son fonctionnement partidaire prend le pas sur la mouvance libertaire, s’effiloche aux feux de l’après décembre 1995, s’appauvrit enfin en 2015 dans une crise où structurellement se questionne l’animation même de la librairie. Quatre crises rythment cette longue histoire qu’il faut lire, ne serait-ce que pour appréhender – de Lyon – l’infini des contradictions et des richesses intellectuelles de la pensée libertaire. Il est ici question d’une histoire située – de Lyon – de la mouvance libertaire. Il n’est ici que peu question d’une librairie, sinon comme décor et réfraction des soubresauts du mouvement libertaire lyonnais.

Une autre lecture, au défaut des remarques de Daniel Colson, est possible, entée sur la question même de la librairie. Une lecture où le politique s’affronte aux conditions mêmes de la librairie, au sein du système marchand du livre. La Gryffe est une association, où nul n’a le pouvoir. Le consensus est la règle, le refus de toute organisation rigide (pourtant inhérent à la loi de 1901 sur les assocations), l’ordinaire. L’AG, et l’absence de vote qui de facto crée une minorité, une majorité, sont les leviers du fonctionnement de la librairie. Du moins est-ce ainsi selon Daniel Colson. La Gryffe serait ainsi une hétérotopie, où le collectif et le différent inventent une structure utopique et pérenne. L’image est politique. Elle se brouille des nécessités du commerce du livre. A la Gryffe, l’exercice des permanences, et plus encore la commission du livre, semblent implicitement des lieux de pouvoirs. Un pouvoir lié à l’exercice (fut-il collectif) du métier de libraire. Un métier qui fournit l’occasion d’une crise, formulée par les propositions d’un individualiste, méditant sur la logique associative et managériale de la librairie. Crise qui se solde par son départ, mais dont la logique même, circa 2008, creuse les reliefs de cette utopie libraire. Il s’agit de penser l’argent dans la librairie, le rôle des amis. Il s’agira en 2015, quand l’information du stock par le camarade Everest modernise la question, de penser le rôle politique de la commission des livres, pensé jusqu’alors technique… Pourtant malgré ces crises qui font l’odinaire du collectif, la Gryffe se maintient.

Au corps défendant de Daniel Colson, il s’agit là, notamment pour une histoire politique des librairies, du sel de l’ouvrage. Celui d’une confrontation incessante d’une structure utopique, parce qu’inscrite dans un mouvement politique et collectif où, quoique le mot ne soit jamais posé, la Gryffe se conçoit comme une zone d’autonomie temporaire, moins vouée au commerce du livre, et bien plus à celui des idées, qui s’inscrit dans une durée. Celle-ci n’est pas l’horizon du projet de la Gryffe, c’est un fait. Ce seul fait interroge l’histoire des librairies militantes, mérite que l’on s’y attarde, qu’on le compare à d’autres tentatives de librairies politiques, davantage personnalisées : la Librairie du travail étudiée naguère par Marie-Cécile Bardouillet, la Joie de lire de François Maspero scrutée dans la thèse de Julien Hage. Face à celle-ci, le récit de Daniel Colson ouvre la voie du collectif comme moteur d’une aventure pérenne par le conflit, le différent politique, où toujours la structure in fine se maintient tant le livre est consubstantiel à la bataille politique. Le différent politique comme pierre angulaire d’une expérience pérenne : la proposition modifie les logiques d’appréhension des librairies militantes, souvent inscrites dans une trajectoire individuelle.

Un livre à lire, jusque dans l’énervement des ouvertures suggérées sur ce qui fait une librairie libertaire, gommé ou escamoté par le retour à une histoire politique interne au milieu libertaire lyonnais. L’histoire de la Gryffe comme librairie (donc entité économique et politique) est encore à écrire, mais le texte de Daniel Colson offre une belle fenêtre sur cette possibilité.