Archives de catégorie : Les CR de la semaine

Stephen A. Smith, Pétrograd rouge. La Révolution dans les usines (1917-1918) (Red Petrograd. Revolution in the factories (1917-1918)), Paris, Les Nuits rouges, 2017 (1983 pour l’édition originale), 436 pages, 17 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un ouvrage important que Les Nuits rouges ont eu l’excellente idée de traduire en français, plus de trente ans après sa parution aux États-Unis. Stephen Smith l’avait tiré de son travail de thèse, et si quelques photographies émaillent le propos, elles sont soit non légendées soit légendées de manière succincte, et toutes non datées ; en outre, il manque une carte de Petrograd indiquant l’implantation des différentes usines étudiées.

L’exposé débute par un tableau du prolétariat pétersbourgeois, regroupant environ 400 000 ouvriers début 1917 (dont 2/3 de métallurgistes et 1/3 de femmes), aux conditions de vie médiocres. La situation de la capitale était particulière, dans la mesure où « Petrograd représentait un îlot de capitalisme d’État technologiquement sophistiqué dans un pays où le mode de production était encore celui d’un capitalisme rudimentaire ou pré-capitaliste, quoique placé sous la domination du grand capital. » (p. 23). Stephen Smith insiste tout particulièrement sur la césure entre les ouvriers-paysans, en majorité par suite des mutations de la guerre, et les ouvriers-prolétaires, plus qualifiés, davantage composés d’hommes adultes, également. Il décrit enfin la combinaison de paternalisme étatique et d’arbitraire patronal à laquelle ce prolétariat était soumis, subissant des conditions de travail très mauvaises (le nombre d’accidents du travail y était particulièrement élevé).

Le récit des événements de février 1917 dans les usines insiste sur les expulsions de cadres ou de membres de la hiérarchie en général réalisées par les ouvriers, parfois en charrettes ou en brouettes [1]. Dans le même temps, les comités d’usines, nés lors de la révolution de 1905, fleurissent de nouveau, généralement à l’initiative des ouvriers qualifiés et d’abord dans les usines étatiques. Leur rôle fut d’abord limité à un contrôle partiel, à l’exception de quelques cas isolés, ainsi des chantiers navals Baltique, où toute la hiérarchie fut réélue à l’initiative du comité d’usine. Mais le contexte de ces premiers mois après la chute du tsarisme fut dans l’ensemble favorable au prolétariat, qui obtint des augmentations de salaires et une amélioration d’ensemble de ses conditions de travail ; le patronat, comme le gouvernement, espéraient ainsi aboutir par ces concessions à une entente entre le capital et le travail. Les comités d’usines, que les patrons furent contraints de reconnaître, se subdivisaient souvent en comités d’atelier, voire en commissions spécialisées. Ils déployaient par ailleurs des initiatives à la base visant à une meilleure coordination : c’est ce qui permit au Conseil central des comités d’usines de Petrograd de naître au mois de juin 1917. Des milices ouvrières furent également constituées, tout au moins jusqu’aux journées de juillet et leur dissolution, marquant la rupture de confiance avec le gouvernement.

Un des points les plus intéressants soulignés par Stephen Smith, c’est que ces comités, loin de certains mythes les présentant comme des foyers de paresse et de chaos, s’efforcèrent d’imposer une discipline de travail face au relâchement général et à la baisse de la productivité (cette dernière étant reliée avec une certaine justesse à la chute de l’approvisionnement de la capitale). Des développements spécifiques sont aussi consacrés au réveil du syndicalisme, sur une base industrielle davantage que de métiers, et sur les efforts de ces syndicats afin d’aboutir à des contrats collectifs de travail ; et quand bien même les hausses de salaires furent très vite annulées par l’inflation galopante, les écarts entre les salaires les plus bas et les plus hauts furent réduits. Mais c’est la question du contrôle ouvrier qui constitue le cœur de l’étude de Stephen Smith. Loin d’y voir une quelconque influence des idées anarchistes ou anarcho-syndicalistes, il insiste surtout sur le pragmatisme qui l’aurait encouragé, particulièrement à l’été 1917 : face au « chaos économique » qui progressait, les comités initièrent un contrôle accru du combustible et des matières premières, afin de sauvegarder l’activité et les emplois, jusqu’à effectuer des échanges entre usines. Parallèlement au durcissement de la lutte des classes et de la résistance patronale, le contrôle ouvrier se rapprochait donc de plus en plus d’une prise de responsabilité, lutte contre les licenciements qui s’accompagnait souvent de demandes de mises sous tutelle de l’État.

Stephen Smith conteste également un autre angle d’analyse, privilégié par des auteurs comme Paul Avrich ou Oskar Anweiler, qui consistait à voir dans le soutien bolchevique au contrôle ouvrier une forme de machiavélisme, d’opportunisme préparant la prise du pouvoir. Il souligne d’abord l’imbrication étroite entre comités d’usines, dont les délégués étaient majoritairement bolcheviques, et le Parti bolchevique lui-même. Il insiste surtout sur une revendication commune à toutes les parties, celle d’un contrôle ouvrier d’État, battant en brèche l’idée artificielle d’une opposition entre bolcheviques autoritaires d’un côté, comités autogestionnaires de l’autre. Quant aux relations entre les syndicats et les comités d’usines, les bolcheviques, cette fois-ci, étaient majoritairement pour un contrôle des premiers sur les seconds. Enfin, concernant toujours la période précédant la révolution d’octobre, Stephen Smith critique la thèse de Marc Ferro consistant à diagnostiquer une forme de bureaucratisation des comités d’usines dès 1917 [2], insistant au contraire sur leur caractère profondément démocratique. Il repère toutefois une division entre d’un côté les ouvriers-prolétaires, plus organisés, dirigeants les organisations et privilégiant la classe ouvrière dans sa globalité, et de l’autre côté les ouvriers-paysans, les femmes et les jeunes, plus portés vers l’action directe.

Après la prise du pouvoir par les bolcheviques, et la promulgation du décret sur le contrôle ouvrier, une nouvelle division se fait jour au sein des bolcheviques. Elle oppose ceux qui souhaiteraient pousser le contrôle ouvrier vers l’autogestion et le socialisme pratique (ils sont prédominants dans le Conseil central des comités d’usines), et ceux pour qui ce contrôle doit rester dans les bornes du capitalisme d’État (ils sont présents dans le Conseil central pan-russe du contrôle ouvrier, structure mise en place par le Conseil des commissaires du peuple, le Sovnarkom). Autre changement notable, l’absorption des comités d’usines par les syndicats, réalisée théoriquement début 1918, mais qui tarde à s’effectuer dans la pratique (deux ans plus tard, beaucoup manifestent toujours leur indépendance). Au-delà de ces discussions, la résistance des cadres et des directions des usines au contrôle ouvrier soutenu par le nouveau pouvoir conduit, parmi d’autres facteurs, à la mise en difficulté d’un nombre croissant d’entreprises de Petrograd, incitant les ouvriers à demander une nationalisation pour sauver leur outil de travail et leur emploi. On sait que c’est en juin 1918 que le nouveau régime décide de nationaliser l’essentiel de l’appareil productif, mais les directives, voulues par Lénine, sur la direction unique rencontrent une telle résistance dans les usines de Petrograd qu’au début de 1920, le principe de direction collégial était encore la règle dans les 2/3 des entreprises de plus de 200 ouvriers !

L’étude menée par Stephen Smith se clôt malheureusement à cette date clef de juin 1918, où l’étape du capitalisme d’État est – provisoirement – abandonnée, et où les comités d’usines connaissent un début de bureaucratisation [3]. Voilà en tout cas un livre à lire, basé sur une démarche historienne sérieuse – adossée à des sources russes – posée et mesurée, loin de toute caricature. Stephen Smith considère d’ailleurs toute l’évolution décrite comme objective, un socialisme démocratique lui semblant, dans le contexte russe d’alors, totalement inapplicable.

[1]    Cette pratique des grévistes est déjà attestée pendant la révolution de 1905 : le romancier Boris Jitkov l’évoque dans son roman Viktor Vavitch (Calmann-Lévy, Le Livre de poche, 2010), p. 414-415. Lire le compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/8735

[2]    Voir Des Soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, prochainement chroniqué sur notre blog.

[3]    « (…) l’écroulement du capitalisme de guerre, début 1918, détruisit la force de la classe ouvrière, et ce n’est qu’à ce moment que les bolcheviques furent en position de monopoliser le pouvoir. » (p. 353).

Philippe Videlier, Dernières nouvelles des bolcheviks, Paris, Gallimard, collection NRF, 2017, 224 pages, 18 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Fidèle à sa méthode, largement expérimentée dans Dîner de gala ou Quatre Saisons à l’Hôtel de l’Univers [1], Philippe Videlier poursuit son exploration de l’histoire avec un recueil de nouvelles consacré au centenaire de la révolution russe, et malicieusement nommé par un titre à double sens. Les quatorze textes couvrent un large spectre chronologique, de la révolution de 1905 jusqu’au premier vol spatial de Gagarine au début des années 1960 [2]. On y retrouve l’érudition encyclopédique de l’auteur, ainsi que les correspondances parfois surprenantes tissées sur le métier du réel.

« Le dernier survivant » évoque ainsi la mutinerie du cuirassé Potemkine, invoquant aussi bien le décès de Louise Michel que le travail de correspondant de presse de Gaston Leroux ou Panaït Istrati, présent enfant lors de l’arrivée des mutins en Roumanie. Le contraste entre les extraits du journal intime de Nicolas II, les inquiétudes des milieux d’affaires et le déroulement concret de la lutte résume à lui seul toutes les failles sociales minant la Russie d’alors, tandis que l’évocation du sort ultérieur des acteurs de la mutinerie satisfait la curiosité des plus familiers de la période. Un texte, divisé en trois actes, retrace le parcours de Maria Spiridonova [3], en une sorte de fil rouge du recueil que l’on pourrait être tenté de lire comme la trajectoire symbolique d’une vision de la révolution, d’abord soumise au joug tsariste, malgré quelques actes de rébellion, puis s’épanouissant en 1917-1918, avant un long calvaire et une désillusion croissante, scandée par clandestinité et emprisonnements successifs.

Mais une des nouvelles les plus denses est sans aucun doute « Cavalerie rouge ». On a là une sorte de concaténation de la guerre civile, et même plus largement de la période courant jusqu’au tournant stalinien de 1929. Plus qu’Isaac Babel, c’est Kasimir Malévitch qui est ici au cœur de l’exposition littéraire, la floraison artistique retracée s’accompagnant de quelques excellentes idées narratives (les généraux blancs à têtes d’animal, et une chute pleine d’ironie). Plus court, « Le monument à Robespierre » évoque la politique monumentale des premiers temps du bolchevisme au pouvoir, avec cette statue moscovite du révolutionnaire français mystérieusement brisée… Tout un symbole, là encore. A l’inverse, « Une histoire du Grand Nord », évocation de Jack London, se révèle trop courte (on rêve à ce qu’aurait pu donner, par exemple, un parallèle entre l’écrivain américain et son compatriote journaliste John Reed, au risque de l’uchronie, pourquoi pas). Le stalinisme est bien sûr au cœur de nombre de textes, permettant en particulier de (re)découvrir deux figures militaires majeures. Celle de Frounzé, d’abord, dans « Le portrait du mort », le choix de la thèse de l’assassinat conduisant à évoquer l’erreur uchronique de L’Humanité concernant l’illustration choisie pour la nécrologie du dit Frounzé [4]. Celle de Blücher, ensuite, personnage aux identités multiples en forme de jeu de miroirs, offrant quelques éclairages sur l’Extrême-Orient russe (de l’éphémère République d’Extrême-Orient dont il fut un des dirigeants, avec les militants étatsuniens Bil Chatov et Alexandre Krasnochtchékov (d’origine russe, exilé) [5], jusqu’aux conflits frontaliers avec les Chinois ou les Japonais).

Quant à « Eugène le chanceux », c’est une évocation d’Evguéni Zamiatine, auteur du dystopique Nous Autres [6], et un des rares écrivains à avoir pu échapper à la Grande Terreur des années 1936-1938. « La Chute du géant » campe pour sa part un parallèle entre Maxime Gorki l’homme et Maxime Gorki l’avion géant, sur lequel Saint Exupéry embarqua un jour seulement avant son dramatique accident. « La Pologne adore Friedrich Engels » est le seul texte hors-sujet, de par l’évocation juste de l’ami fidèle et du collaborateur de Karl Marx, et le détournement cocasse que fit un paysan polonais de ses portraits dans la Pologne « socialiste » de l’après Seconde Guerre mondiale. « Sur la Terre bleue comme une orange » conclut un recueil que l’on peut regretter de ne pas être plus fourni, la conquête de l’espace et le premier vol humain autour du globe semblant constituer un des derniers moments où l’URSS était encore capable de faire rêver l’humanité.

[1] Tous deux sont chroniqués sur ce blog, le second avec un entretien de l’auteur : http://dissidences.hypotheses.org/3893 et http://dissidences.hypotheses.org/8718.

[2] Période également explorée dans une démarche proche par Francis Spufford dans Capital rouge, chroniqué sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/?s=spufford

[3] Philippe Videlier se sert, pour brosser son portrait, du témoignage de Louise Bryant, récemment paru en français et chroniqué par nos soins sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/8892

[4] Frounzé et sa doctrine militaire sont évoqués par Tariq Ali, Les Dilemmes de Lénine. Terrorisme, Guerre, Empire, Amour, Révolution, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2017 (chapitre 11). Cet ouvrage sera prochainement chroniqué sur notre blog.

[5]  On trouve de brèves informations sur cet épisode dans le tome 1 de La Révolution bolchevique d’Edward Hallet Carr (Paris, éditions de Minuit, 1969), p. 360-361 et p. 366.

[6] Je me permets de renvoyer à l’analyse que j’en ai faite, « Focus sur une œuvre emblématique : Nous Autres », in Dimension Merveilleux scientifique 3, Encino, Black Coat Press, collection Rivière blanche (série Fusée), 2017.

Alexandre Berkman, Emma Goldman, La Rébellion de Kronstadt 1921 & autres textes, Quimperlé, La Digitale, 2007, 163 pages.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Le titre de cet ouvrage est un peu trompeur et réducteur par rapport à la diversité et la richesse des textes qui sont proposés. En fait, en consultant le sommaire, on s’aperçoit qu’au-delà des deux auteurs mis en avant, on trouve également des contributions de Voline ou de Victor Serge, même si de fait l’essentiel est constitué par les articles d’Alexandre Berkman et Emma Goldman. Ensuite, si effectivement le premier texte, une brochure, porte sur la rébellion de Krontstadt, les autres articles vont bien au-delà de cet épisode tragique de la révolution russe. Avec cet ensemble, on est en présence d’une anthologie du plus grand intérêt sur l’analyse du processus révolutionnaire (et de sa dégénérescence supposée) au moment même des faits, par des militants anarchistes impliqués dans la révolution russe.

Rappelons qu’Alexandre Berkman et Emma Goldman sont deux militants libertaires russes, exilés aux États-Unis, puis déportés vers la Russie révolutionnaire à la toute fin de 1919. Alexandre Berkman (on lira avec attention les premières pages de son article, « La tragédie russe », p. 15-53), comme sa compagne Emma Goldman, arrivent plein d’enthousiasme pour le processus révolutionnaire en cours. Bien qu’ayant des divergences sur le communisme de guerre, ils acceptent la militarisation du pays et la discipline de fer que fait régner le parti bolchevique, au nom de la victoire contre la réaction blanche. Mais l’épisode de Kronstadt, au moment où la guerre civile est proche de sa fin, laisse éclater leurs profonds désaccords. Rappelons que Kronstadt, port et forteresse militaire, gardait l’entrée de la baie de Petrograd, dans le golfe de Finlande. Sa garnison avait fourni une grande partie des soldats des débuts de l’armée rouge et puissamment contribué à la victoire contre les Blancs. Une fois la guerre pratiquement finie, la population se met à exiger le retour à l’élection des représentants aux soviets. La direction du parti bolchevique refuse cette exigence et lance ses troupes d’élites, sous la direction de Toukhatchevsky, pour réduire militairement la rébellion. Le soulèvement de Kronstadt a suscité de nombreuses polémiques et publications depuis des décennies au sein du mouvement révolutionnaire, entre les libertaires et les marxistes [1].

Mais les différentes contributions vont bien au-delà de la question de Kronstadt. Les grandes problématiques de la révolution en cours sont abordées. Prenons deux exemples : la paix de Brest-Litovsk, qui est considérée par les auteurs comme le véritable tournant dans ce qu’ils diagnostiquent comme le processus de dégénérescence de la révolution. Selon Alexandre Berkman il s’agit ni plus ni moins que d’une trahison des peuples laissés aux mains des impérialistes allemands. Second exemple, la question de la NEP, qui est abordée dans plusieurs textes. Là aussi les anarchistes y voient un épisode de plus vers un retour à une forme de capitalisme d’État, bien engagé sous l’égide de l’autocratisme bolchevique. Bref, la lecture de ces textes s’avère intéressante bien au-delà du titre restrictif sous lequel ils ont été rassemblés.

[1]    Lire une des contributions de ces derniers, l’ouvrage de Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005.

Boukharine / Ossinski / Radek / Smirnov, La Revue Kommunist. Moscou, 1918. Les communistes de gauche contre le capitalisme d’État, Toulouse, Smolny…, 2011, 408 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un document de première importance que les éditions Smolny, déjà remarquées pour leur livre sur le communisme primitif [1] et leur co-édition, avec Agone, des Œuvres de Rosa Luxemburg, livrent pour la première fois en langue française. Le choix a été fait de traduire les quatre numéros de la revue Kommunist, publiée à Moscou, devenue capitale de la Russie soviétique, d’avril à juin 1918, organe public de ce courant oppositionnel considérable que furent les communistes de gauche (ou communistes prolétariens, ainsi qu’ils se qualifiaient eux-mêmes) au sein du Parti bolchevique.

En plus de l’intégralité de ces quatre numéros, Smolny… propose un appareil critique de premier ordre. Outre des notes explicatives souvent très détaillées, en particulier sur les personnes citées, on trouve également une bibliographie fournie, un ensemble de notices biographiques d’un bon nombre de responsables communistes de gauche, la reproduction d’une partie de la biographie de Boukharine par Stephen Cohen [2] ainsi qu’une préface et une postface. La première, signée par Marcel Roelandts et Michel Roger, s’interroge sur ce qu’ils qualifient de confiscation de la révolution socialiste née en Russie, liée en grande partie selon eux à un manque de préparation doctrinale des socialistes, et contre laquelle les communistes de gauche auraient eu un rôle de lanceur d’alerte : ils mirent ainsi en garde contre la corruption des principes révolutionnaires au profit d’une survie amputée, préférant un écrasement dans l’honneur, alimentant les luttes à venir… Les deux auteurs font d’ailleurs des décistes, membres de l’opposition dite du Centralisme démocratique, les héritiers directs des communistes de gauche, mais n’abordent malheureusement pas la fin de cette première opposition organisée une fois le pouvoir conquis, ni le devenir de ses leaders, et leur regard rétrospectif éventuel. La postface de Guy Sabatier, auteur aux éditions Spartacus de deux ouvrages sur la paix de Brest-Litovsk et les socialistes-révolutionnaires de gauche, est plus tangente, car s’il insiste sur la déchirure du « voile idéologique » tissé par la vulgate du Livre noir du communisme que permet la mise en lumière de ces débats, il développe ensuite la question de la position du jeune KPD quant à la fondation de la IIIe Internationale [3]

La lecture des quatre numéros moscovites de Kommunist s’avère d’un grand intérêt, et permet de mieux cerner les contours d’une opposition parfois – et péjorativement – qualifiée de « gauchiste ». Dès le premier numéro, on comprend bien que la paix de Brest-Litovsk est au cœur des préoccupations des militants. Ce recul accepté devant la puissance militaire allemande est selon eux le point de départ d’une retraite de la révolution socialiste, qui risque d’être victime d’une déviation dite « petite-bourgeoise ». Cibles des critiques, la place jugée dominante accordée aux spécialistes économiques et aux capitalistes, affectant le rôle dirigeant des ouvriers, et l’insistance mise sur le taylorisme, qui favorise leur individualisme au détriment de leur conscience de classe. Les analyses géopolitiques de Karl Radek, particulièrement denses, se révèlent souvent d’une grande pertinence. Dans le second numéro, les oppositionnels enfoncent le clou, dénonçant toute compromission avec n’importe quel camp impérialiste. Les revendications positives se font également plus nettes, Kommunist appelant à une nationalisation intégrale et une centralisation de l’activité économique, mais en partant de la base. Il y a là une confiance revendiquée dans les capacités propres du prolétariat, qui explique le refus de commissaires dans les entreprises au profit d’instructeurs. L’article, qui explicite les divergences entre les communistes de gauche et les anarchistes, accusés de n’être capables que de détruire l’ordre ancien sans pouvoir en construire un nouveau, insiste sur cette nécessaire centralisation économique et sur la nécessité complémentaire d’un pouvoir transitoire. Dans ce numéro et dans le quatrième, on notera que les articles consacrés à l’affaiblissement et à la désintégration imminente de l’Autriche-Hongrie sont l’œuvre d’un certain Bela Kun, futur leader de la Hongrie « rouge ».

Le troisième numéro vaut surtout pour l’article de fond de Nicolas Boukharine, qui y reprend ses analyses de L’Économie mondiale et le capitalisme, offrant une synthèse des craintes de l’opposition face à la possible émergence d’un capitalisme d’État qui serait le cheval de Troie permettant à la bourgeoisie de mener sa contre-révolution. Quant au dernier numéro, il est d’une particulière richesse. « La lutte contre la contre-révolution » définit avec beaucoup de précisions la menace allemande, réactivée avec le coup d’État opéré contre la Rada en Ukraine sous l’aile de l’armée impériale, un dénouement logique, selon eux, conforme à leurs analyses ; est alors énoncée une stratégie précise de lutte, une fois l’armée allemande entrée en territoire russe [4]. L’article « Le programme financier et le « capitalisme d’État » énonce pour sa part, selon les concepteurs du volume, les linéaments de la fameuse accumulation primitive socialiste, la paysannerie servant de ressource fondamentale afin d’édifier le socialisme. Enfin, « A propos du pouvoir soviétique » défend tout à la fois le rôle dirigeant du Parti et la nécessité d’envisager une évolution réactionnaire des soviets, qui serait déjà en cours [5], en des termes qui anticipent largement sur la Lettre à Valentinov de Rakovski, dix ans plus tard…

Seul regret, la non publication d’une partie, sinon de la totalité, de Kommunist dans son édition antérieure, celle de Petrograd, à l’époque où la publication était quotidienne : une sélection d’articles [6] aurait enrichi encore davantage un recueil de documents déjà indispensable en l’état.

[1]    Christophe Darmangeat, Le Communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Toulouse, Smolny…, 2012 (seconde édition), qui fut en son temps chroniqué sur notre ancien site.

[2]    Stephen F. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 1979, chroniqué dans ce dossier de notre blog.

[3]    Citant 1984 de George Orwell, il commet une erreur en nommant Winston Smith par le prénom Aldous, probable confusion avec l’auteur d’une autre dystopie, Le Meilleur des mondes.

[4]    « Les Allemands vivront sur un volcan et cela les obligera à augmenter le nombre de leurs troupes en Russie. De cette manière, affaiblissant leur présence sur le front ouest et s’embourbant dans ce conflit, les Allemands exacerberont le mécontentement de leurs masses populaires, et de leur armée basée en territoire russe, soumise aux attaques incessantes de la population russe. Dans cette situation, le gouvernement des ouvriers et des paysans, ayant perdu une grande partie du territoire russe, mais ayant conservé une base de production militaire, pourra mettre en place une formation militaire et un réseau clandestin d’agents pour jouer le rôle d’organisateur et de chef des masses populaires dans leur lutte contre l’impérialisme. » (p. 267).

[5]    « On voit d’après notre analyse que le personnel des permanents soviétiques, intéressé dans l’ensemble à conserver sa situation privilégiée et ses intérêts purement professionnels, est enclin à jouer le rôle d’un groupe social conservateur. (…) Un tel danger menace n’importe quelle révolution socialiste, car le régime capitaliste a pris toutes les mesures pour détruire à la racine toute initiative des masses ainsi que pour les habituer à l’idée que l’administration d’État doit se faire en dehors d’elles avec des individus spécialement instruits (les fonctionnaires). » (p. 277).

[6]    Il n’en figure qu’un seul, la réponse de Boukharine à l’article de Lénine, « Sur la phrase révolutionnaire ».

Michael Jabara Carley, Une Guerre sourde. L’émergence de l’Union soviétique et les puissances occidentales (Silent Conflict), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, collection « PUM », traduit de l’anglais (Canada) par Michel Buttiens avec la collaboration de Marie-José Raymond, 2016, 594 pages, 40 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un vaste sujet que l’historien canadien Michael Jabara Carley [1] a choisi de prendre à bras le corps, celui de la politique étrangère du jeune État soviétique, de ses années de gestation au tournant impulsé par Staline à l’aube des années 1930. Ce travail de longue haleine, débuté en collaboration avec un collègue (depuis touché par la maladie de Huntington), présente l’immense mérite de s’appuyer sur des sources extrêmement riches, archives diplomatiques de l’ex-URSS, mais aussi d’Allemagne, de France ou du Royaume-Uni. Michael Carley insiste également sur les erreurs commises par certains de ses prédécesseurs, n’ayant pu avoir accès à ces ressources importantes (E.H. Carr, Louis Fisher ou Adam Ulam), et rejette tout parti pris pro-occidental et anticommuniste. Le plan adopté est classiquement chronologique, à ceci près que plusieurs chapitres sont plus spécifiquement consacrés aux relations avec un pays ou à la situation dans un autre ; des portraits des principales personnalités étudiées sont également intégrés.

Le début de l’exposé pêche cependant par un certain nombre d’erreurs, que l’on hésite à attribuer à la traduction. Il en est ainsi de l’histoire du mouvement socialiste russe (une social-démocratie déjà présente dans les années 1880 ? [2]), de la révolution allemande (qui débute avant le 11 novembre 1918, et pas après), ou de certains termes utilisés (premier ministre au lieu de président du conseil pour la France, assemblée au lieu de Congrès pour la Comintern) ; on peut également regretter l’absence de certains ouvrages dans la bibliographie (ceux de Georges Vidal sur l’armée française et la Russie soviétique, par exemple). Mais ces faiblesses apparaissent bien vénielles à l’échelle de l’étude dans son ensemble. D’emblée, ce que souligne l’auteur, c’est l’hostilité des puissances occidentales vis-à-vis des bolcheviques, conduisant à l’instauration quasi immédiate d’un blocus. Aux États-Unis, le secrétaire d’État Lansing va jusqu’à déclarer que « L’esprit des bolcheviks rôde partout (…) C’est la chose la plus hideuse et la plus monstrueuse qui ait été conçue par l’être humain (…) un monstre cherchant à dévorer la société civilisée et à réduire le monde à l’état de bête sauvage » (p. 56). Ces développements sont d’ailleurs l’occasion de rappeler que le président Wilson ne se distingue pas de ce jugement caricatural, lui qui défend le ségrégationnisme aux États-Unis. Si la période de la guerre civile, pourtant fondamentale pour comprendre le devenir de la société soviétique, est traitée un peu trop rapidement, c’est sur la décennie 1920 que Michael Carley s’appesantit davantage. Avec Tchitcherine comme Commissaire du peuple aux affaires étrangères, la Russie soviétique cherche avant tout une reprise des relations commerciales, se heurtant à une méfiance généralisée à son égard. Même lors de la conférence de Gênes, en 1922, alors qu’un certain rapprochement se fait jour avec le Royaume-Uni (grâce au pragmatisme du premier ministre Lloyd George) et l’Allemagne (avec qui le traité de Rapallo est signé), une tension insoluble demeure sur deux points clefs : la question de la reconnaissance des dettes antérieures à octobre 1917, et celle de la restitution des biens nationalisés. L’intransigeance, selon l’auteur, est surtout occidentale [3], les bolcheviques étant prêts à négocier sur le premier point.

Les années 1922-1923 sont celles d’un espoir de rapprochement avec la France, d’autant que l’URSS paye grassement des journaux français, tel Le Temps, afin de préparer le terrain public à cette évolution. Parallèlement, la question allemande fait apparaître une ligne de faille durable, fondatrice même, au sein du nouveau régime : tandis que la direction du Parti, et Trotsky en particulier, souhaitent aider par tous les moyens les communistes allemands dans l’optique d’une offensive révolutionnaire [4], Tchitcherine et Litvinov, son bras droit, s’y opposent ; c’est l’internationalisme, celui de la Comintern, qui se heurte ici à l’intérêt prioritaire de la Russie des soviets. C’est justement sur cette question de la propagande révolutionnaire que s’appuient les gouvernements britanniques comme étatsuniens pour justifier de leur intransigeance, rêvant en secret d’un retour du capitalisme en Russie. Début 1924, la reconnaissance diplomatique par le Royaume-Uni devient enfin réalité, mais le projet de traité caressé dans sa continuité avorte en raison de la campagne électorale marquant la victoire des conservateurs, non sans s’appuyer sur la (fausse) lettre de Zinoviev. Le cas britannique est régulièrement illustré par des reproductions du caricaturiste David Low, attaché à dégonfler le pseudo péril rouge ; tout juste peut-on regretter qu’il soit le seul dessinateur étudié dans l’ouvrage. La situation française est assez proche, les efforts d’Édouard Herriot, président du conseil durant le Cartel des gauches, visant à une normalisation des relations avec l’URSS n’étant partagés ni par le Quai d’Orsay (qui mise plutôt sur l’alliance avec le Royaume-Uni et la Pologne), ni par la droite (Poincaré finissant par faire s’enliser les quelques avancées obtenues).

Le tableau recomposé par Michael Carley, non sans détails parfois fastidieux des tractations et diverses discussions restituées par les déclarations internes des uns et des autres, dévoile la duplicité et les atermoiements des Occidentaux, face à Tchitcherine et Litvinov, prudents et souvent conciliants. Même le projet de remboursement des dettes russes, proposé par Krassine (premier ambassadeur soviétique à Paris dès 1924) à Briand, sur une base de 10 centimes pour 1 franc, ne se concrétise pas. Quant à la relation avec l’Allemagne, a priori garantie par les accords de Rapallo, elle est loin d’être sans histoire. Ainsi, en 1925, par exemple, « l’aveugle et le boiteux » (lire l’URSS et l’Allemagne) nourrissent des inquiétudes réciproques, l’URSS craignant un rapprochement avec le Royaume-Uni dans le prolongement de l’entrée allemande à la Société des Nations, et l’Allemagne une relation plus étroite de l’URSS et de la France, la question polonaise se posant en embuscade ; un pacte de neutralité sera néanmoins signé en 1926 entre les deux pays. Le tiraillement entre internationalisme et nationalisme est réactivé comme jamais avec les événements chinois, à compter de 1925. L’ébullition révolutionnaire est attribuée par le Foreign Office à l’action des Soviétiques, dans une vision éminemment policière des événements, aboutissant finalement à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Sans surprise, Tchitcherine et Litvinov appelaient dans ce contexte à un surcroît de prudence quant à l’intervention en Chine, afin de ne pas provoquer le Royaume-Uni.

Cette décennie, au cours de laquelle États-Unis, France et Royaume-Uni poursuivent une « guerre sourde » contre la Russie soviétique, verrou politique que ne purent faire sauter les quelques efforts de lobbying émanant de certains milieux d’affaire, fut un élément important, selon l’auteur, poussant Staline vers le « Grand Tournant » de 1929 (collectivisation forcée et plans quinquennaux d’industrialisation), du fait de l’absence de crédits et d’emprunts occidentaux qui auraient aidé à développer l’économie. Toutefois, cette lecture strictement diplomatique de l’histoire occulte la vision du monde très anti-rurale (archaïsme, arriération) de la majorité des bolcheviques, opposants à Staline y compris. Ces années-là furent également marquées par une politique étrangère cohérente, visant à l’amélioration des relations inter-étatiques pouvant déboucher sur des conséquences économiques positives.

La fin de la période étudiée, qui se clôt par le passage de relais entre Tchitcherine (malade) et Litvinov, est l’occasion pour le premier de rédiger un texte « testament », dans lequel il souligne la mentalité trop souvent impérialiste des Russes dans leurs relations en Mandchourie ou en Perse, critique la Comintern ainsi que le GPU, trop enclin selon lui à arrêter des ressortissants étrangers, obstacles à ses yeux de toute stabilisation diplomatique avantageuse pour l’URSS. Une vision de real politik que semble clairement partager Michael Carley, ce qui est sans doute une des rares limites d’une étude aussi fouillée qu’agréable à lire.

[1]    Michael Jabara Carley est professeur-titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal.

[2]    Rappelons que les premières organisations social-démocrates ne naissent en Russie que dans les années 1893-95.

[3]    Il rappelle d’ailleurs que l’or de Brest-Litovsk, confisqué par l’Allemagne, se vit ensuite partagé entre la France et le Royaume-Uni, sans qu’il ne soit question de le rendre à la Russie, propriétaire originel…

[4]    Voir l’ouvrage de Chris Harman, La Révolution allemande, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6870

Stephen F. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik (Bukharin and the Bolchevik Revolution. A Political Biography, 1888-1938), Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 1979 (édition originale 1973), 504 pages, 25 €.

Un compte-rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

C’est un document d’importance que François Maspero et Georges Haupt, responsable de la collection « Bibliothèque socialiste », décidèrent de publier à la toute fin des années 1970. La thèse de l’universitaire étatsunien Stephen F. Cohen consacrée à Nicolas Boukharine est en effet encore à ce jour, trente-huit ans après sa publication, le seul ouvrage en français spécifiquement dédié à l’une des figures centrales les plus marquantes de la révolution bolchevique [1]. Solidement adossée aux textes disponibles à l’époque, la biographie de Stephen Cohen est avant tout consacrée à l’étude des écrits théoriques de Nicolas Boukharine, ainsi qu’à une interprétation de la révolution russe et de son devenir, au détriment (partiel) de sa vaste production journalistique et de sa vie affective et amicale, moins strictement politique, dirons-nous.

Les débuts de la vie de Nicolas Boukharine permettent à son biographe de souligner son caractère d’intellectuel indépendant, « touche à tout » et adepte de la diversité théorique, ce qui ferait de lui le plus ouvert des bolcheviques. C’est dans le feu de la révolution de 1905 qu’il adhère au Parti, développant ce qui sera longtemps sa base militante, le secteur moscovite, avant de se retrouver en exil. L’approche de Stephen Cohen insiste par ailleurs sur l’existence d’un « boukharinisme », comme il existe un trotskysme, une idéologie à part entière édifiée à partir de la matrice de la Première Guerre mondiale. Cette période est en effet marquée par des désaccords profonds avec Lénine (sur la question nationale et la revendication d’autodétermination), et par l’écriture d’une première œuvre d’importance, L’Économie mondiale et l’Impérialisme, ouvrage qui influencera en partie le même Lénine pour L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme. Nicolas Boukharine y analyse l’évolution du système capitaliste, générant un capitalisme d’État de plus en puissant et omnipotent, « nouveau Leviathan », où  Stephen Cohen y voit à la fois l’influence du Talon de fer de Jack London et une prescience du totalitarisme. D’où l’existence d’un pessimisme privé, tant Boukharine aurait craint que l’État post-capitaliste, sans avoir été détruit de fond en comble (Boukharine appréciera énormément L’État et la révolution) ne suive une évolution similaire. Dans cette vision, la révolution ne peut résulter que de la confrontation des États entre eux, de l’impérialisme, donc.

En 1917, Boukharine retrouve son implantation moscovite, et c’est là que l’opposition des communistes de gauche, massive et plus marquée dans la jeunesse du Parti, trouve un de ses bastions majeurs au début 1918. Stephen Cohen s’efforce à ce sujet de comprendre les positions de Boukharine lors des débats intenses à propos du traité de Brest-Litovsk. Loin d’une vision téméraire voire suicidaire de la guerre révolutionnaire, il insiste sur sa croyance en l’imminence mais surtout en la nécessité d’une révolution européenne [2] – « le prolétariat russe ne peut pas triompher (…) sans le soutien du prolétariat européen » (p. 77), son seul véritable allié – et sur sa proposition de lancer une véritable guérilla paysanne, sous direction du prolétariat. En effet, « quand ils verront qu’on veut leur prendre leurs bottes, leurs terres ou leurs grains » (p. 93), les paysans se soulèveront, motivés par la défense de « leurs nouveaux acquis » (idem). De même, refusant de jouer d’un impérialisme contre un autre, les communistes de gauche – et Boukharine en particulier – perçoivent l’impérialisme comme un tout. Enfin, dernier élément important de l’opposition du Boukharine d’alors à Lénine, il refuse la mise en place d’un capitalisme d’État au cours du deuxième trimestre de 1918. Dans le contexte de la guerre civile, Boukharine revient aux responsabilités, occupant pendant une décennie le poste de directeur de la Pravda, en même temps qu’il endosse des fonctions de premier plan dans la propagande et la IIIe Internationale. Là encore, à la charnière des années 1910 et 1920, son œuvre théorique est considérable. Il rédige ainsi, outre L’ABC du communisme, plus vulgarisateur, avec Preobrajensky, L’Économique de la période de transition et La Théorie du matérialisme historique. Dans le premier, il s’efforce de théoriser le communisme de guerre, associant révolution et recul des forces productives, là où sur le plan pratique, il joue le rôle d’un médiateur (dans la discussion houleuse sur les syndicats) voire de modérateur vis-à-vis de la violence ; la lutte des classes est d’ailleurs négligée dans ce premier livre, Boukharine ne croyant pas à son intensification au fur et à mesure de l’avancée vers le socialisme. Quant à La Théorie du matérialisme historique, il s’y efforce de mettre à profit les acquis de la sociologie de son temps, insistant en particulier sur l’idée d’équilibre, que chaque système social s’efforce d’atteindre pour un temps plus ou moins long.

On a là le soubassement des positions qui seront celles de Boukharine au cours des années 1920, favorables à la paix civile et à une relative entente entre les classes, ce qui constitue un revirement par rapport à ses positions affichées en 1918. Stephen Cohen analyse en effet les divergences croissantes au sein du Parti bolchevique à l’aune de deux courants bien distincts, celui de l’héroïsme ou du romantisme révolutionnaire – dont Trotsky et l’Oppsition de gauche représentent la figure prédominante, mais pas seulement – qui « s’enracine dans l’audace de 1917 et dans les combats de la guerre civile. » (p. 163), mais qui se réclame aussi, économiquement, de la planification, et celui d’un réformisme, d’un pragmatisme plus prudent, incarné dans le traité de Brest-Litovsk, la NEP et dans la politique de Lénine. En quelques années, le radicalisme « gauchiste » de Boukharine s’est véritablement estompé, au point de voir s’éloigner de lui des militants comme Osinsky ou Smirnov [3]. Stephen Cohen considère, lui, que Boukharine, dans les positions qu’il a défendues après la mort de Lénine, s’est révélé fidèle à son héritage, à l’esprit de sa politique : celui d’un « socialisme coopératif », possible à édifier en un seul pays, et basé sur l’alliance entre le prolétariat et la paysannerie, la smytchka. Paysannerie à laquelle il fait également une place déterminante à l’échelle internationale, dans son analyse de la révolution mondiale. Ce fameux « socialisme à pas de tortue », « programme évolutif, modéré et à long terme » (p. 302), est basé sur la paysannerie, principalement moyenne, et un travail plus pédagogique qu’autoritaire envers cette dernière, capable d’évoluer, mais sans qu’elle soit brusquée. Boukharine met également l’accent sur une économie mixte faisant une place croissante, mais là aussi prudemment, à l’idée de planification, tout en gardant un secteur privé, marchand. Même si Stephen Cohen a tendance à valoriser son personnage (il en fait un précurseur – partiel – d’un Milovan Djilas, un autre analyste de l’émergence d’une nouvelle classe exploiteuse extra-capitaliste), il ne dissimule pas les faiblesses ou les angles morts des analyses boukhariniennes, dont une sous-estimation du système bureaucratique, qui explique pour une bonne part la défaite de l’opposition de droite à la fin des années 20, ainsi que le fait de négliger la résurgence d’un héroïsme révolutionnaire sous la forme de l’assaut mené en 1929 contre la paysannerie, afin de collectiviser le monde rural et réaliser, enfin, « le programme d’octobre dans les campagnes. » (p. 164). Sur ce point, d’ailleurs, Stephen Cohen oppose explicitement les années 20 de la NEP, celles d’une vitalité et d’un libéralisme modéré, et la rupture stalinienne, « révolution par en haut » courant de 1929 à 1939, d’abord économique, puis politique avec les grandes purges. Le cours prôné par Boukharine aurait ainsi pu, selon lui, éviter le cauchemar du stalinisme, et on ne sera pas surpris de savoir que Stephen Cohen fut un soutien de Gorbatchev et de sa politique de réforme [4].

Sur les années 1930, celles de la marginalisation, le biographe montre que Boukharine, en plus d’exercer toujours des fonctions d’importance (rôle dans la direction politique de la recherche scientifique, responsable des Izvestia…), fut proche du groupe des « modérés » au sein des instances dirigeantes du Parti, avant la fin de la pause au milieu des années 1930 et l’assassinat de Kirov (que Cohen attribue explicitement à Staline). Le plus intéressant, à cet égard, outre des critiques masquées de Staline dans divers écrits ou interventions publiques, réside dans l’analyse du fascisme, que Boukharine voit comme un danger majeur avec lequel il n’est pas question de transiger ou de négocier ; à ses yeux, « La résistance au fascisme passe par une politique de « réformes » centrées autour de l’« élévation du niveau de vie » et de la « démocratisation ». (p. 438), afin de réunifier les masses, essentiellement paysannes, et le pouvoir.

Dans cet ouvrage majeur, l’ambition de son auteur, était de « repenser, à travers Boukharine la révolution bolchevique et la période où se forme la Russie soviétique. » (p. 10, introduction). Effectivement, restant au plus près des sources, l’auteur documente de manière précise et claire les grandes évolutions et les débats intenses qui ont traversé les organes du pouvoir. Nicolas Boukharine, en 1917-18, ne cesse de marteler que la Russie, profondément arriérée dans les immensités rurales, ne peut espérer s’en sortir que si, et seulement si le prolétariat mondial (européen en fait), en forçant lui aussi le cours de l’histoire, met l’énorme potentiel industriel de l’Europe au service de l’État soviétique. Pourtant, quelques années plus tard, il s’oppose violemment à l’offensive industrielle de Trotsky et Préobrajensky, entre autres, partisans d’un « transfert massif de plus-value de la paysannerie vers le secteur industriel d’État. » (p. 200), préférant « encourager l’accumulation paysanne privée », allant même jusqu’à proclamer en 1925, en direction des paysans, « enrichissez-vous, accumulez, développez votre économie. » (p. 212). Stephen F. Cohen nous met directement en contact avec le dilemme fondamental de la révolution bolchevique : à partir du moment où le prolétariat européen échoue à renverser ses gouvernants et où le régime soviétique se retrouve seul, emprisonné dans la cage de fer d’une « arriération semi-asiatique », « semi-barbare » (Lénine), en butte à l’hostilité féroce du monde paysan envers toute idée de modification de son mode de vie traditionnel (la Russie des « icônes et des cancrelats », selon l’expression de Trotsky) quelle était la solution ? Abandonner le pouvoir et se retirer sur une sorte de Mont Aventin ? Privilégier le pragmatisme, durer coûte que coûte au risque d’un renoncement à l’héroïsme révolutionnaire ? Nicolas Boukharine, comme tant d’autres, s’est retrouvé en quelque sorte pris dans les rets de ce dilemme.

[1]    Notons au passage que seuls six dirigeants bolcheviques ont fait l’objet de biographies scientifiques et documentées (nous ne comptabilisons pas ici les ouvrages partisans/militants ou les récits haineux), en français (langue originelle ou traduction), dont de très nombreuses pour Lénine, Trotsky et Staline. Sinon,, excepté cet ouvrage sur Boukharine, seuls Radek et Rakovsky ont eu droit à une étude historique chacun : Jean-François Fayet pour Karl Radek (1885-1939) : biographie politique (Berne, Peter Lang, 2004) et Pierre Broué pour son Rakovsky ou la Révolution dans tous les pays (Paris, Fayard, 1996). L’ouvrage d’Arkadi Vaksberg sur Alexandra Kollontaï (Paris, Fayard, 1996) manque, quant à lui, de sérieux.

[2]    Ce en quoi d’ailleurs il ne diffère guère de ses camarades, qui partagent tous le même espoir, quoique certains insistent sur l’imminence de l’explosion révolutionnaire, tandis que d’autres en diagnostiquent seulement les potentialités.

[3]    Nikolaï Osinsky (Obolensky), un des militants des communistes de gauche les plus radicaux, demandait dès 1917 la socialisation totale de la production (p. 96). Avec Vladimir Smirnov, Nikolaï Osinsky dirige en 1921 le groupe des Centralistes démocratiques ou « Décistes ».

[4]    « Boukharine, comme tous les bolcheviks, croyait que la transition vers le socialisme se ferait dans des modalités proches de celles de la N.E.P. La « révolution par en haut » (…) et tout ce que cela implique appartiennent au stalinisme, et non au bolchevisme ou au léninisme. » (p. 456).

Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, Révoltée. Récit, Paris, Seuil, collection « Fictions & Cie », 2017, 176 pages, avant-propos d’Olivier Rolin, postface d’Irina Fligué, 16 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un témoignage passionnant et singulier que celui qu’Olivier Rolin a choisi de mettre en lumière. Dans son avant-propos, il explique avoir découvert l’existence d’Evguénia Iaroslavskaïa-Markon lors d’un voyage en Russie, grâce à l’association Mémorial, au point de la citer dans son roman Le Météorologue [1]. L’essentiel du livre est en effet constitué de l’autobiographie (que l’auteure nomme avec ironie « autonécrologie », p. 61) qu’Evguénia Iaroslavskaïa-Markon rédigea au seuil de la mort, à destination des fonctionnaires du Guépéou, alors qu’elle était déportée dans les îles Solovki, au début des années 1930, document (re)découvert en 1996.

Anarchiste dans l’âme, et ce dès son enfance, passée dans une famille de la bourgeoisie juive éclairée, Evguénia Markon nourrissait alors un ouvriérisme la faisant rêver à un travail en usine et même à un mariage avec un prolétaire. Les traits de caractère sur lesquels elle insiste sont une véritable passion pour la sincérité (belle image de ces corps en verre, capables de laisser voir les pensées d’autrui), un fatalisme des événements (à ses yeux, les humains ne sont responsables de rien), qui se combine néanmoins avec une nécessité d’agir contre l’injustice. Enthousiasmée par la révolution, celle de février et surtout celle d’octobre [2], elle adhère un temps à l’organisation inter-rayons (appelé aussi inter-districts [3]), celle de Trotsky, et au mouvement du Proletkult, avant, poussée par la faim, de retourner vivre chez ses parents et de reprendre ses études. Sympathisante des révoltés de Cronstadt, elle exprime une vision révolutionnaire absolue : à ses yeux, la révolution ne peut exister qu’en luttant contre le régime en place, quel qu’il soit, ce qui lui fait dire que le communisme est conservateur en Russie, mais révolutionnaire dans les autres pays… Autre élément caractéristique de son idéologie personnelle, sa foi dans le lumpenprolétariat, classe de la révolution par excellence, ce qui la rapproche d’un Bakounine (jamais nommément cité dans son texte). Au début des années 1920, elle rencontre le poète Alexandre Iaroslav par le biais du mouvement biocosmiste, philosophie dérivée du cosmisme, proprement fascinante (Iaroslav fut d’ailleurs auteur de science-fiction, avec le roman Les Argonautes de l’univers). Débute alors une histoire d’amour passionnée, qu’Evguénia Iaroslavskaïa-Markon exprime avec énergie.

Tous deux donnent des conférences à travers toute l’Union soviétique, témoignant en creux de la liberté de circulation encore en vigueur à cette époque-là. Le couple parcourt même l’Allemagne et visite Paris, cette dernière clandestinement. Ils y rencontrent Voline, et Evguénia en profite pour fréquenter les milieux interlopes de la capitale. Alors qu’elle rêve d’une relance de la lutte révolutionnaire en Ukraine, contre le pouvoir bolchevique, pour laquelle elle s’associerait avec Makhno, Alexandre Iaroslav souhaite à toute force rentrer en Russie, fut-ce pour y mourir, tant il demeure solidaire de sa patrie révolutionnaire. Arrêté quelques mois après leur retour, en 1928, il laisse Evguénia seule, décidée à l’aider par l’envoi de colis. Pour ce faire, elle se met à vendre des journaux et à vivre dans la rue, versant ensuite dans le vol, action qui lui procure une excitation et une jouissance incomparables. Une reconversion d’autant plus incroyable qu’elle est le fruit d’une femme infirme, amputée des deux pieds suite à un accident de train, et équipée de deux prothèses… Elle gagnera même sa vie en tant que pseudo voyante, avant d’être finalement arrêtée et déportée. Ne perdant jamais de vue ses objectifs politiques, elle rêvait d’organiser les délinquants et de libérer tous les prisonniers, toujours dans l’optique d’une lutte révolutionnaire intégrale.

Ce témoignage passionnant, enrichi par un appareil de notes solide, témoigne d’un parcours relativement original, mais fait malheureusement silence sur certaines questions : les raisons profondes de son désamour vis-à-vis des bolcheviques, sa réaction aux événements vécus directement ou non de la guerre civile, ou sa vie quotidienne durant la NEP. Plusieurs documents administratifs complètent le texte d’Evguénia Iaroslavskaïa-Markon, témoignant de son courage en détention, capable d’agresser des responsables de l’encadrement pénitentiaire comme de faire plusieurs tentatives de suicide lorsqu’elle apprend l’exécution de son amour. La postface d’Irina Fligué, responsable de Mémorial, complète la biographie d’Evguénia et d’Alexandre, faisant encore davantage de Révoltée une pièce passionnante et bien particulière du puzzle que fut cette Russie révolutionnaire d’avant l’ère stalinienne.

[1]    On nous permettra néanmoins de relever une formule d’Olivier Rolin aussi définitive que réductrice : « Un écrivain ne doit être le spécialiste de rien. » (p. 8), ce qui invalide par principe tout historien souhaitant se frotter à la fiction littéraire… Dans son ouvrage de 2014, Le Météorologue (Paris, Seuil, collection « Fictions & Cie »), consacré à Alexeï Féodossiévitch Vangengheim, premier directeur du service hydro-météorologique de l’URSS, Olivier Rolin évoque Evguénia Iaroslavskaïa-Markon aux pages 104 et 189.

[2]    « Celle de Février semblait dire à chaque pas : « Permettez, je suis une jeune fille honnête ! » La révolution d’Octobre se mit tout de suite à poil : « Regardez tout ce que j’ai !… Vous avez la même chose, faites pas vos saintes-nitouches !… J’en ai envie et basta ! » » (p. 30-31).

[3]    Ce Comité inter-districts [Mezhraionka en russe] était une tendance autonome du POSDR, créée fin 1913, composé de militants se situant entre les bolcheviques et les mencheviques, regroupant à Petrograd environ 4 000 membres en 1917. Les leaders en étaient Léon Trotsky, Lounatcharsky, Riazanov, Ioffé, Ouritsky, Karakhan, Volodarsky etc. tous futurs dirigeants de la révolution. Ce comité fusionna avec le Parti bolchevique, lors de son VIe Congrès, en juillet 1917.

Louise Bryant, Six mois rouges en Russie. Récit d’un témoin direct en Russie avant et pendant la dictature prolétarienne (1917-1918), Paris, Libertalia, édition poche, préface et traduction de José Chatroussat, 2017, 372 pages, 10 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un témoignage inédit que les éditions Libertalia nous proposent en cette année du centenaire de la révolution russe : là où, en effet, Dix Jours qui ébranlèrent le monde, le reportage de John Reed, est universellement connu, celui de sa compagne Louise Bryant, publié en 1918, n’avait encore jamais été traduit en français. Et pourtant, ainsi que l’explique José Chatroussat dans sa préface, la série d’articles écrits sur le vif par la journaliste étatsunienne possède une singularité propre, un caractère plus direct, ouvrant autant de fenêtres sur des scènes pleines d’authenticité.

Arrivée en Russie au moment de la tentative de coup d’État menée par Kornilov, Louise Bryant en repart à la veille de l’offensive allemande devant conduire au terrible traité de Brest-Litovsk. Elle assiste à la Conférence démocratique de septembre voyant dans le divorce entre bolcheviques et les socialistes-révolutionnaires (SR) de gauche d’un côté, partisans de la coalition gouvernementale de l’autre, les débuts de la guerre civile. Sensible à des détails rarement mis en lumière, ainsi des vêtements bigarrés de la population, ou des taxes mises en place par les bolcheviques sur les jeux de cartes afin de financer l’aide sociale, elle insiste également beaucoup sur les tensions de classes, flagrantes. Outre les massacres d’officiers par leurs soldats, on peut relever l’obligation imposée en septembre 1917 pour des voyageurs en train de se débarrasser de leurs produits de beauté, ou le tableau d’une famille de spéculateurs moscovite, pleine d’arrogance et de supériorité. Elle a également pu assister à quelques sessions d’un tribunal révolutionnaire, aux funérailles des morts de l’insurrection moscovite, et mena une enquête sur les bataillons de femmes qui défendirent le Palais d’Hiver (beaucoup ayant été selon elle trompées par les anti-bolcheviques). Bien sûr, Louise Bryant ne cache pas ses sympathies pro-bolcheviques, les voyant en train de « chevaucher la tornade » populaire (p. 63) [1] ; pour autant, elle s’efforce d’être objective dans ses descriptions de Lénine et Trotsky, trouvant d’ailleurs ce dernier plus humain. Ses articles adoptent souvent la technique du portrait, comparant par exemple la comtesse Panina et Alexandra Kollontaï, toutes deux ayant dirigé l’assistance sociale (avec davantage d’éloges pour la seconde), ou présentant à ses lecteurs Maria Spiridonova [2], son charisme et l’admiration profonde qu’elle suscita chez elle. Son objectif principal reste en effet de témoigner, pour ses lecteurs américains, du fait que la Russie, même bolchevique, reste fréquentable, et un allié possible contre l’impérialisme allemand, afin d’enrayer toute intervention de son pays contre la Russie des soviets. Émaillé de quelques erreurs bien compréhensibles à l’époque (elle fait par exemple du père de Trotsky un riche marchand moscovite), voilà un témoignage précieux, même si lacunaire, sur les premiers mois du nouveau pouvoir.

[1]     Constatant également la perte de religiosité traditionnelle, elle estime que « Les masses simples et mystiques ont transformé leur ferveur en enthousiasme révolutionnaire et l’ont investi dans les idées d’internationalisme et de liberté mondiale. » (p. 307).

[2]     Maria Spiridonova était une socialiste-révolutionnaire de gauche, célèbre dans les milieux révolutionnaires russes. Lire son portrait par Jean-Jacques Marie dans François Bonnet (dir.), Des Vies en révolution, Paris, Don Quichotte éditions /Seuil, 2017, p.  99-112. Cet ouvrage fera bientôt l’objet d’une recension.

Louis de Robien, Journal d’un diplomate en Russie. 1917-1918, Paris, la Librairie Vuibert, préface de Jean-Christophe Buisson, 2017, 368 pages, 22,50 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Précédemment publié pour le cinquantenaire de la révolution russe par Albin Michel (1967), ce témoignage de Louis de Robien, en poste auprès de l’ambassade de France en Russie [1], à Petrograd, se révèle suffisamment intéressant pour mériter d’être signalé, quand bien même les éloges de Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Figaro Magazine, sont excessifs (il insiste en particulier sur un point commun les rapprochant, l’anti-bolchevisme). Il est par ailleurs regrettable que celui-ci n’ait pas fourni un appareil critique digne de ce nom, à l’aide de notes explicitant les nombreux noms de personnalités cités. Débutant à l’aube de la révolution de février, le journal de Louis de Robien suscite d’abord une certaine réticence : l’auteur semble en effet surtout intéressé par la vie mondaine, et face aux manifestations à l’ampleur croissante, il n’a de cesse d’espérer une répression digne de ce nom. Car au fil des mois, il constate l’ampleur montante de l’anarchie, témoignant d’un pessimisme dominant. Son récit est également parsemé de préjugés et d’idées reçues, d’un antisémitisme ordinaire à un sexisme décomplexé, avec une insistance toute particulière sur la mentalité russe, soi-disant peu portée à l’action. Les soldats révoltés en février sont ainsi qualifiés de couards, et plus encore de « brutes ». Souvent, d’ailleurs lorsqu’il décrit certains épisodes violents, ainsi du mauvais sort fait à un couple de Français en avril 1917, suite à l’éclatement du pneu de leur voiture, il ne les analyse pas, s’appuyant dessus pour en tirer des conclusions à l’emporte-pièce (il aurait fallu, dans ce cas, insister sur le contexte de tension croissante au sein des forces « révolutionnaires » et de la peur d’une contre-révolution). Surtout, son appartenance nationale le conduit à rejeter cette « stupide révolution » (p. 69), qui risque d’obérer la possible victoire française dans la guerre.

Pour autant, Louis de Robien est néanmoins capable d’analyses fines et pertinentes. Sans illusion aucune sur Kerenski, qu’il a rencontré, il cerne avec justesse, en septembre 1917, le durcissement de l’opposition entre le gouvernement provisoire et les soviets (même s’il évoque « les bolcheviks de Tchernov » sic, p. 144). Il est également doué pour les descriptions, insistant sur le jeu des couleurs : son évocation de la manifestation du 1er mai et de l’omniprésence du rouge atteint une certaine poésie (p. 73). Son journal redouble d’intérêt à partir de la prise de pouvoir par les bolcheviques. Il faut dire que l’on découvre la dimension la plus idéaliste de Louis de Robien. Déjà sensible à l’appel à la paix émis par le pape Benoît XV, il manifeste un certain attachement pour les espoirs et les rêves de fraternité universelle des bolcheviques, caressant l’idée d’un arbitrage international et d’une Première Guerre mondiale se terminant sans annexions susceptibles de nourrir un prochain conflit… Il insiste d’ailleurs régulièrement sur l’utilité que la France aurait à reconnaître le nouveau pouvoir soviétique, et critique dans les premiers mois la presse française et sa dénonciation des prétendues atrocités bolcheviques. Ce qui est particulièrement appréciable, ce sont certains épisodes ou lieux dégageant un profond parfum d’authenticité : il en est ainsi pour l’attaque d’un domaine rural par des paysans (p. 162), la description de l’Institut Smolny où il se rendit à plusieurs reprises pour obtenir certaines autorisations, le fonctionnement d’un tribunal populaire (p. 215) ou ses exemples de pillages divers ou de marché noir. Le chaos régnant dans la capitale, même une fois les bolcheviques parvenus au pouvoir, l’amène à imaginer que l’assassinat de deux anciens ministres Cadets (KD) [2] pourrait être une provocation des socialistes-révolutionnaires (SR). Ses propos sur la violence des soldats, liée à la société paysanne comme à la longueur de la guerre, anticipent en partie sur les analyses de la « brutalisation » (p. 201).

Ceci étant, Louis de Robien demeure fidèle à lui-même. Il considère toujours que l’empire russe ne peut tenir que par un pouvoir autocratique, et toute l’indulgence qu’il éprouve pour les bolcheviques et leurs idées de changement du monde ne lui fait pas oublier la lutte que la civilisation bourgeoise doit mener contre eux ; il trace à cette occasion un parallèle avec l’empire romain, qui devait lutter contre un christianisme encore en devenir (« Pour sauver la société et la civilisation telles qu’elles sont établies, il ne faut jamais hésiter à étouffer la sympathie que l’on peut ressentir devant certaines idées généreuses car leur réalisation ne peut être acquise qu’au prix de deuils et de ruines. Aussi, tant qu’une idée nouvelle n’a pas triomphé, elle est criminelle. », janvier 1918, p. 242-243). A la veille de la paix de Brest-Litovsk, Louis de Robien pense les bolcheviques sur le point de s’effondrer. Le personnel de l’ambassade entame d’ailleurs une migration, d’abord vers Vologda au printemps (l’occasion d’un point sur la situation économique catastrophique, p. 291), avec un bref séjour de Louis de Robien à Moscou, puis à Arkhangel, ultime étape avant le retour en France, tout début 1919. Il défend alors résolument une intervention alliée contre les bolcheviques, abandonnant toute indulgence à leur égard à compter de l’exécution de la famille impériale et de la mise en place de la terreur rouge : ils ne sont dès lors, à ses yeux, que des « fous furieux ».

[1]     Il rencontre à plusieurs reprises le journaliste Claude Anet, lui-même auteur de nombreux articles sur la révolution russe, et d’un livre de souvenirs : Claude Anet, La Révolution russe. Chroniques, 1917-1920, Paris, Phébus, collection « Essais et documents », 2007.

[2]     Cet épisode est évoqué par Isaac N. Steinberg, Quand j’étais commissaire du peuple, Paris, Les nuits rouges, 2016, qui sera prochainement chroniqué sur ce blog.

H.G. Wells, La Russie dans l’ombre (Russia in the Shadows), Paris, Métailié, 1985 (édition originale en 1920), 204 pages.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce livre s’inscrit dans la lignée des réflexions suscitées par un voyage en Russie soviétique, telles celles de Bertrand Russell [1]. L’écrivain Herbert George Wells, considéré comme l’un des pères de la science-fiction contemporaine, effectue son premier voyage en Russie au début de l’année 1914, en retirant une image plutôt positive du tsarisme. Son second voyage prend place à l’automne 1920, quelques mois après la délégation travailliste dont fit justement partie Bertrand Russell. L’essentiel de son séjour se déroule à Petrograd, l’écrivain logeant chez Maxime Gorki – d’où une influence décisive sur ses analyses, selon la présentation de Michel Niqueux – avec un bref passage à Moscou, afin de rencontrer Lénine.

Le récit proprement dit insiste sur l’état de dénuement de l’ancienne capitale tsariste, le désastre économique touchant plus généralement le pays, et la présence visible du marché noir. Quelques détails s’avèrent à cet égard particulièrement révélateurs, ainsi du manque d’objets manufacturés, privant les habitants de la possibilité de remplacer leur vaisselle ou leurs couverts… De cette situation, H. G. Wells exonère les bolcheviques au pouvoir, portant son accusation sur le capitalisme, responsable de la poursuite de la guerre et de l’existence prolongée d’un blocus. Il en tire la conclusion finalement logique d’une nécessité de rétablir des relations normales et apaisées avec la Russie soviétique. Il décrit également avec beaucoup de précisions les efforts de Maxime Gorki pour défendre la culture (ainsi du projet réalisé de Maison des savants). Dans son tableau de la révolution proprement dite, H.G. Wells met l’accent sur le chaos qu’elle généra, en 1917 et 1918 principalement, saluant le retour à l’ordre mené par les bolcheviques. Car si Wells n’épargne pas ses coups contre la théorie marxiste, à laquelle il n’adhère absolument pas, il voit dans les bolcheviques des dirigeants sincères et honnêtes ; leur exercice du pouvoir, marqué par l’improvisation et non exempt de lourdeurs administratives, se distingue en particulier par de réels efforts portés sur l’éducation. Cette appréhension du réel l’amène également à défendre la Tchéka et la terreur rouge, qualifiée elle aussi d’« honnête » (p. 67), sans taire pour autant un certain nombre de critiques. Ce qui ressort de ce témoignage, c’est la prédilection de Wells pour une élite, ici les savants, dont il déplore qu’ils ne soient pas toujours suffisamment favorisés, et le dédain pour des masses jugées ignorantes ou anarchiques [2]. Une peur transparaît également, celle du « péril jaune », exposée à l’occasion de développements sur le Congrès des peuples de l’Orient de Bakou (septembre 1920), H. G. Wells voyant dans les bolcheviques le rempart contre une possible déferlante des masses asiatiques.

L’appareil critique accompagnant cette dernière édition française du témoignage de Wells est impressionnant : en dépit d’une tonalité sensiblement anticommuniste, les notes qui accompagnent, précisent et éclaircissent les descriptions de l’écrivain britannique sont d’une grande utilité. Le récit du voyage de 1920 est complété par celui du dernier voyage en URSS réalisé par Wells, en 1934, au cours duquel il put s’entretenir avec Staline durant quelques heures. Si son espoir d’un rapprochement possible entre les États-Unis et l’URSS, afin de créer les bases de l’État mondial qu’il appelle de ses vœux, peut paraître naïf, il s’avère tout à fait lucide sur les limites de la liberté d’expression dans le pays, ne sombrant pas dans un panégyrique plat [3].

[1]    Pratique et théorie du bolchevisme, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8278

[2]    Il critique également le relâchement des mœurs de la jeunesse, ce qui, pour qui connaît l’appétit sexuel de l’écrivain, ne manque pas de sel ! (voir par exemple le roman de David Lodge, Un Homme de tempérament).

[3]    « (…) j’ai l’impression que la Russie restera le pays des promesses à moitié tenues, et des éternelles errances vers de nouveaux départs. » (p. 186).

Marylie Markovitch, La Révolution russe vue par une Française, Paris, Pocket, collection « Agora », préface d’Olivier Cariguel, 2017, 352 pages, 10,70 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Remis en lumière grâce au documentaire Lénine, une autre histoire de la révolution russe [1], qui la citait à plusieurs reprises, le témoignage de Marylie Markovtich, de son vrai nom Amélie Néry, a été réédité pourvu d’un solide appareil critique, œuvre d’Olivier Cariguel. Ce dernier propose une biographie détaillée en ouverture, et les chapitres successifs du livre, initialement édité en 1918 chez Perrin après avoir été publié en articles pour La Revue des deux mondes, sont abondamment enrichis par des notes de bas de page ; les passages originellement supprimés par la censure sont en outre signalés par des italiques.

Qu’en est-il du témoignage lui-même ? Arrivée en Russie en 1915, Marylie Markovitch était aux premières loges lors du déclenchement de la révolution de février. Elle décrit donc de près des scènes de manifestations, d’affrontements et de confusion, conduisant à la chute de la monarchie (l’appartement où elle réside fut d’ailleurs sur le point d’être visité par des révolutionnaires à la recherche de policiers dissimulés). Son récit évoque également la vitalité démocratique sensible au cœur de la population (le lyrisme de la page 64), la mise en place de milices puis de la garde rouge, ou le sort réservé à nombre d’officiers (l’auteure ayant une sympathie marquée pour ceux-ci). Certaines de ses réflexions sont pertinentes, à l’image de son constat sur les masses paysannes : « (…) la patrie, c’était son isba, son mir, et par-delà, son tsar. Le tsar tombé, la Russie apparaît comme un grand corps sans âme prêt pour la décomposition. Si la Révolution ne lui rend pas cette âme dont le tsarisme l’a dépossédé peu à peu, s’il ne se rencontre pas un être assez puissant, assez inspiré pour lui insuffler le sentiment du devoir commun, pour lui forger une âme collective, rien ne peut plus la sauver désormais. » (p. 184).

Les commentaires de la journaliste sont toutefois majoritairement engagés, partisans, et affectent son récit de la révolution. Profondément germanophobe, Marylie Markovitch souhaite que la Russie poursuive la guerre aux côtés de ses alliés. C’est au point qu’elle affirme que les désirs pacifistes manifestés aux lendemains de février sont apportés de l’extérieur par des espions allemands, vision complotiste en vogue à l’époque. Elle considère également que le cours normal de la révolution est modéré, rejetant dans l’impossible le programme des bolcheviques et les actions des anarchistes (assimilés à des vandales), ou critiquant le célèbre ordre [Prikaz] n°1 du Soviet. Kerenski ou Milioukov, qu’elle a pu interviewer, représentent à ses yeux des hommes politiques respectables, incarnation de ces dirigeants dont a besoin la Russie nouvelle ; mais le peuple, bon, cède trop facilement à la démagogie manipulatrice des « maximalistes ». Là où la couverture choisie pour cette réédition est trompeuse, c’est qu’elle met l’accent sur Lénine, alors que Marylie Markovitch rentra en France à l’automne, avant donc le déclenchement de l’insurrection d’octobre.

L’édition originale est toutefois enrichie de deux chapitres supplémentaires, écrits et publiés à l’époque dans la presse : le premier, dans La Revue des deux mondes, évoque le conflit ayant éclaté entre Kerenski et Kornilov, qui donne surtout l’occasion à Marylie Markovitch de faire l’éloge du second, véritable héros selon elle ; le second, dans Lectures pour tous, se consacre au récit du retour en navire vers la France.

[1]     Voir la recension critique que nous en avons faite : http://dissidences.hypotheses.org/8320

Nadejda Teffi, Souvenirs. Une folle traversée de la Russie révolutionnaire, Genève, éditions des Syrtes, 2017, 288 pages, 19 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est dans l’entre-deux-guerres, de son exil parisien, que la dramaturge et journaliste russe Nadejda Alexandrovna Lokhvitskaïa, alias Teffi, couche par écrit les souvenirs de son équipée au long cours, l’ayant mené de Moscou, fin 1918, jusqu’à Novorosiisk, dernière étape avant le départ définitif pour l’étranger. Ayant réussi à quitter la capitale bolchevique sous couvert de l’organisation d’une tournée d’artistes, elle se retrouve dans Kiev alors sous la domination de l’Hetman Skoropadsky, homme lige des Allemands. Abandonnant la ville au moment de son invasion par les troupes du nationaliste ukrainien Simon Petlioura, elle rallie Odessa, puis Sébastopol, avant-dernière étape de son périple.

Parmi les éléments les plus intéressants de son témoignage, on notera l’insistance sur la question de la nourriture, manquant cruellement dans la Russie bolchevique, ou la couverture d’artiste arborée par de nombreuses personnes cherchant à fuir les Rouges, sans oublier ses touches d’humour (ainsi des remerciements qu’elle adresse à la loutre, sa pelisse de fourrures de cet animal étant un des seuls vêtements qui l’accompagna presque tout du long). Mais ce qui transparaît également de manière sensible, c’est son sentiment de classe. Membre de l’intelligentsia, l’auteure regrette assurément sa vie d’antan, insouciante et favorisée, et démontre à plusieurs reprises son attachement à la religion orthodoxe. Elle illustre d’ailleurs cette conscience de classe exacerbée, par l’exemple de certains de ses compagnons de voyage qui refusent de travailler de leurs mains sur le bateau traversant la Mer Noire.

Lors de son voyage vers l’Ukraine, elle fait également preuve d’un mépris affirmé à l’égard du petit peuple, qualifié de « fripouilles » (p. 66) lorsqu’ils assistent à une représentation théâtrale. Ces éléments font de son récit un parcours avant tout égocentré, dont émerge parfois une certaine poésie de la mélancolie, à l’image de ces scènes dans une Odessa sur le point d’être conquise par les bolcheviques, où les tirs lointains ponctuent le silence d’un hôtel presque entièrement déserté.

Alexandre Berkman, Le Mythe bolchevik. Journal 1920-1922, Paris, Klincksieck, collection « Critique de la politique », 2017 (édition originale en 1925), préface de Miguel Abensour et Louis Janover, 288 pages, 23,90 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un témoignage important que celui de l’anarchiste étatsunien Alexandre Berkman, arrivé en Russie soviétique au tout début de l’année 1920, suite à son expulsion du territoire américain en décembre 1919, avec Emma Goldman et 247 radicaux (socialistes, anarchistes, syndicalistes) lors de la première « Red Scare ». Son journal porte essentiellement sur l’année 1920, où, parmi d’autres activités, il accompagna la délégation travailliste dont faisait partie Bertrand Russell [1], refusa de traduire la brochure de Lénine sur le communisme de gauche [2] (à moins de pouvoir y adjoindre une préface critique), et traversa l’Ukraine pour le Musée de la révolution, afin d’y collecter le maximum de documents. Le récit se termine par le choc de Cronstadt, et la désillusion supplémentaire et définitive représentée par la NEP. On peut mettre Le Mythe bolchevik à côté du témoignage d’Alfred Rosmer, Moscou sous Lénine, à cette différence près que le second fut écrit a posteriori, là où Alexandre Berkman rédigea des notes sur le vif.

Les qualités de son récit sont nombreuses. Il y a d’abord la sincérité de son enthousiasme pour la révolution russe, qui ne se refroidit que progressivement, une fois sur place. On peut également relever les différents exemples qu’il cite d’engagements et de positionnements individuels, illustrant l’écartèlement de l’anarchisme entre pro et anti bolcheviques, sans oublier diverses situations intermédiaires. Ses pérégrinations au cœur de la Russie soviétique opposent une Petrograd mourante et une Moscou pleine de vitalité, les deux villes souffrant clairement de la faim et du blocus. Les tableaux qu’il décrit, faits de scènes de la vie quotidienne, avec l’omniprésence du marché noir, la bureaucratie croissante, l’enthousiasme profond de certains voisinant avec la fatigue d’une partie de la population, les confusions dans la base paysanne (distinguant entre communistes et bolcheviques, mauvais et bons), ou les témoignages glaçants sur les pogroms blancs, possèdent une incontestable authenticité, tout comme ses échanges avec le couple Lounatcharsky, éloignés de toute langue de bois, la situation du système scolaire y étant exposé sans fard, avec ses apports et ses limites. Il put même visiter un camp de concentration, près de Kharkov, photographiant une réalité encore contrastée, bien loin du Goulag industriel (et revivant son propre séjour en prison, aux États-Unis). Néanmoins, ce qui éloigne Alexandre Berkman du bolchevisme en actes, c’est à la fois la persistance d’inégalités (dans les différences de rations alimentaires ou de traitements à bord des trains) et les limites imposées à la liberté d’expression des militants révolutionnaires. S’il salue bien la destruction du capitalisme, il critique le manque de confiance à l’égard des initiatives populaires de la part des nouveaux dirigeants, ainsi que l’espoir large placé dans la révolution internationale, lui-même estimant que la Russie doit se reconstruire seule. La conclusion de sa réflexion, telle qu’il l’écrit avec quelques années de recul, incrimine le communisme d’État et la dictature des bolcheviques, qu’il estime donc être un anti-modèle à suivre.

Si cette édition est soigneusement mise en page, on peut lui reprocher un manque d’appareil critique – pas de notices biographiques, par exemple – et surtout une préface discutable. Elle aurait pu en effet s’intituler « Tombeau pour le bolchevisme », et, selon nous, pêche par trop de simplisme caricatural : un engagement militant, davantage qu’une mise à distance critique. Miguel Abensour et Louis Janover s’y livrent en effet à une attaque, guère inédite, contre le bolchevisme, réduit à son culte de l’État, qui aurait de la sorte rempli le rôle d’une bourgeoisie inexistante. Au vu des nombreux apports historiographiques de ces dernières décennies, il est regrettable que davantage de nuances n’aient pas été insufflées à un tel jugement ; contre-révolution, stalinisme comme développement logique du léninisme, totalitarisme, il y a là comme des échos d’une certaine vulgate anti-communiste du temps de guerre froide [3], en lieu et place d’une appréhension plus mesurée et équilibrée du phénomène bolchevique, ayant nourri la révolution tout en l’étouffant par d’autres aspects, l’orientant au fil d’une suite de choix souvent de pure survie, de bifurcations historiques… Par contraste avec cette préface, le journal d’Alexandre Berkman et sa valeur testimoniale n’en ressortent que plus éclatants.

[1]    Voir son analyse dans Pratique et théorie du bolchevisme sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8278

[2]    La Maladie infantile du communisme (le « gauchisme »).

[3]    On retrouve ce type d’analyses chez d’autres libertaires, Alexandre Skirda, par exemple.

Anselm Jappe, La société autophage. Capitalisme, démesure et autodestruction, Paris, La Découverte, 2017, 248 pages, 22 €.

Un compte-rendu de Stéphanie Roza

Dans son dernier ouvrage, Anselm Jappe tente de rendre compte en marxiste d’un faisceau de tendances sociologiques, psychologiques et anthropologiques inquiétantes, repérées depuis quelques décennies par certains observateurs perspicaces de notre postmodernité : d’une part, la « dérive suicidaire » du capitalisme avec le ravage contemporain des liens sociaux, de la diversité culturelle, de l’environnement naturel ; d’autre part, la montée en puissance de pulsions individuelles destructrices et autodestructrices, qui semblent la reproduction à l’échelle subjective d’une funeste logique sociale.

Les principaux éléments empiriques évoqués ne paraîtront sans doute pas neufs aux lecteurs avertis : déclin des structures autoritaires traditionnelles au profit de la montée en puissance d’une société « démocratique » de consommation dont la logique aliénante est plus insidieuse ; appauvrissement des rapports humains et familiaux, causé entre autres par l’arrivée des nouvelles technologies d’information et de communication ; invasion des sphères privée comme publique par un narcissisme généralisé et hautement délétère.

Toutefois, ce qui s’avère particulièrement stimulant réside dans l’hypothèse explicative qui permet de donner du sens à cette évolution globale. Anselm Jappe fait de la critique de la valeur formulée dans Le Capital le fondement de sa lecture du monde contemporain. On sait que, selon Marx, la particularité historique du capitalisme tient à la généralisation de la forme-marchandise, c’est-à-dire de l’échange de biens qui valent moins pour les besoins ou les désirs qu’ils permettent de satisfaire, que pour la quantité de valeur (c’est-à-dire de travail abstrait, exprimé en argent) qu’ils renferment. Parmi les principales conséquences du règne de la marchandise, une première est la nécessité absolue de la croissance de la valeur : les échanges ont pour objectif principal de s’enrichir ; une deuxième est l’indifférence relative aux « contenus de la production » ainsi qu’aux « besoins de ceux qui doivent les produire et les consommer » (p. 16). C’est ainsi que la croissance matérielle, désormais considérée comme un but en soi indépendamment de tout besoin humain et plus généralement de toute limite, finit par dévorer irrémédiablement les ressources naturelles.

Aux yeux de l’auteur, la logique de la valeur constitue le paradigme à partir duquel on peut non seulement comprendre la structure générale de notre société, mais également l’économie psychique de ses membres. C’est cette dernière qui constitue l’enjeu principal de son enquête, où l’on croise Freud, bien sûr, mais également Fromm, Marcuse, Lacan, et plusieurs psychanalystes contemporains comme Melman. Se dégage de ces analyses, depuis les hypothèses sur les différentes phases de l’évolution infantile jusqu’à l’étude des tueries de masse contemporaines, l’idée d’une récente mais profonde évolution anthropologique qui ressemble fort à une régression collective. Longtemps obligé de coexister avec des formes de relations sociales, familiales et politiques héritées de sociétés plus anciennes, le capitalisme n’acquiert sa forme « chimiquement pure » qu’après la Seconde Guerre mondiale. A ce prisme, le narcissisme exacerbé qui caractérise le citoyen postmoderne apparaît comme l’expression du type spécifique de subjectivation inhérent à la société bourgeoise dans sa plus pure expression. Ce narcissisme maintient globalement les individus dans une petite enfance éternelle où seule compte la jouissance immédiate, formatée et souvent résumée par la consommation, et à laquelle les activités d’imagination, d’acculturation, d’appropriation individuelle du monde, qui ne peuvent être que le fruit d’un certain renoncement pulsionnel, demeurent fermées. Ainsi les individus n’accèdent plus à l’autonomie d’un adulte qui tracerait sa trajectoire propre en acquérant progressivement de l’expérience et des compétences particulières : leur valeur intrinsèque devient, à l’image de celle de la marchandise en général, abstraite, purement formelle, et néanmoins toujours désireuse de s’accroître aux yeux du monde. Leur moi appauvri, en quête perpétuelle d’une reconnaissance par les autres qu’aucune qualité spécifique ne justifie plus, sera donc plus facilement tenté de se livrer à des déchaînements de violence « autophages », quelles qu’en soient les justifications idéologiques, par lesquels il gagnera souvent son heure de célébrité au prix du sang.

Les conclusions de cette traversée, nécessairement partielle, des logiques contemporaines permettent d’affirmer une thèse importante : il n’y a pas de « forme-sujet » opprimé de l’extérieur par la « forme-marchandise », comme par un carcan dont il suffirait de sortir pour se libérer. Au contraire, il y a eu historiquement, comme l’affirme Jappe, un « développement parallèle et conjoint de la forme-sujet et de la forme-marchandise » (p. 220). Cette idée conduit à rien moins qu’à un changement dans le paradigme traditionnel de l’émancipation à gauche, car elle oblige chaque militant qui souhaite un changement radical à repenser l’action politique également dans les termes d’une nécessaire déconstruction de « sa propre constitution psychique narcissique ». Ambitieux programme, que celui pour lequel la sortie de la société marchande passe au préalable par une importante transformation individuelle ! D’ailleurs, l’auteur n’a pas la prétention de donner la marche à suivre : le chemin reste à trouver, à tel point que son indétermination peut paraître un peu décourageante. Il n’en reste pas moins que l’ouvrage présente l’immense intérêt, par rapport à d’autres analyses contemporaines par ailleurs convergentes, de ne pas tomber dans l’ornière de l’invocation nostalgique de formes d’organisation sociale ou de rapports humains hérités du passé, ou même d’une « nature » de l’homme qui laisserait bien peu de place à l’invention historique.

Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle), Paris, La Découverte, 2016, 232 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans ce nouvel essai, qui s’apparente pour partie à un assemblage de plusieurs articles relativement distincts, Enzo Traverso, penseur et chercheur à qui l’on doit des livres aussi importants que La Violence nazie. Une généalogie européenne [1], L’Histoire comme champ de bataille [2] ou La Fin de la modernité juive. Histoire d’un tournant conservateur [3], se penche sur un thème oh combien captivant, celui de la mélancolie de gauche, celle du mouvement ouvrier, pour faire simple. Un thème vaste, aux contours difficiles à fixer, et pour l’exploration duquel l’auteur fait une large place aux productions de l’imaginaire, qu’il estime plus à même de receler en leur sein cette mélancolie, double caché de l’espoir et de la combativité révolutionnaires porté vers les vaincus plus que vers les victimes de l’histoire. Enzo Traverso insiste beaucoup, dans son travail, sur le tournant majeur qu’a représenté la séquence 1989-1991 [4], la lutte révolutionnaire manquant depuis, selon lui, d’une direction solide ; il insiste d’ailleurs sur les révolutions de 1989 en Europe de l’est comme tournées vers un passé national davantage que vers un avenir universel, ou sur les révolutions dites arabes, dépourvues de boussole politique.

Le premier chapitre porte sur des figures importantes de l’histoire du mouvement ouvrier, dont la position de vaincu a finalement été plus favorable à une histoire saisissant le vif, d’une pertinence exacerbée. Karl Marx, Auguste Blanqui [5], Louise Michel et sa mélancolie combattante ou Jules Vallès sont mis en parallèle dans cette optique avec Schmitt ou Tocqueville, quand la défaite devient source d’espoir. Chez Rosa Luxemburg, Léon Trotsky ou Che Guevara, c’est le doute qui cohabite avec une confiance maintenue dans l’avenir. Une des approches les plus originales concerne Gustave Courbet, dont sont analysées les allégories picturales de la défaite, celle de juin 1848 comme celle de mai 1871. Ce chapitre est également l’occasion d’un retour en arrière sur la mélancolie en général, ponctué là aussi d’œuvres artistiques. D’abord liée au deuil, à la mort, la mélancolie est, à partir de la Renaissance, associée à l’introspection, avant que Freud n’y voit un impossible deuil. Enfin, dans le contexte de la fin du « communisme », qui a brisé la gémellité utopie/mélancolie, « (…) on peut la voir comme une prémisse nécessaire du processus de deuil, une étape qui le précède et le rend possible au lieu de le paralyser ; et qui aide ainsi le sujet à redevenir actif. » (p. 58-59)

Le second chapitre, consacré aux rapports entre marxisme et mémoire, est celui qui me semble présenter le plus de fragilités, aussi bien dans les présupposés de départ (le marxisme, pilier de la culture de gauche ? quid de l’anarchisme ou du syndicalisme révolutionnaire ?) que dans certaines des dates [6], des références [7] ou des analyses proposées [8]. Outre une tendance un peu rapide à mettre en parallèle christianisme et communisme, en négligeant les vues de la propagande, cherchant à toucher une population paysanne majoritairement croyante, voire bigote, en usant de codes connus, la science-fiction en tant que manifestation d’un telos soviétique n’est pas mise à profit dans toute sa richesse (seule L’Étoile rouge d’Alexandre Bogdanov est citée). Enzo Traverso, cependant, montre bien qu’en dépit de l’insistance mise par les théoriciens marxistes sur le futur, non sans tentations téléologiques, la mémoire demeure prégnante dans la façon d’éclairer les événements des nouvelles révolutions à l’aune des anciennes.

Le cinéma des vaincus, en films épitaphes, est également une thématique explorée, à travers La Terre tremble de Luciano Visconti, qui « (…) marquait la fin des espoirs suscités par la Résistance et rendait hommage aux paysans vaincus qui s’étaient battus pour la réforme agraire. » (p. 109) ; Queimada, de Gilles Pontecorvo, sur la lutte anti-coloniale ; Le fond de l’air est rouge de Chris Marker, qui « (…) transmet la fraîcheur de l’engagement des années 1960 et 1970, mais d’un autre côté, (…) en signe la nécrologie. » (p. 125) ; Land and Freedom, de Ken Loach, centré sur un vaincu du socialisme, ou Rue Santa Fe de Carmen Castillo, épouse d’un des responsables assassinés du MIR chilien [9].

Plus déroutant apparaît le quatrième chapitre, presque hors sujet. Il est en effet consacré au rapport entre marxisme et anticolonialisme, entre lesquels Enzo Traverso repère un « rendez-vous manqué » (p. 145). Les développements sur l’eurocentrisme de Marx, son occidentalisme, combinés avec une empathie pour les vaincus du processus de civilisation mondial et l’émergence, au fil du temps, d’une vision nettement moins téléologique du développement, sont présentés avec précision et finesse, mais ne surprendront pas les lecteurs familiers de l’histoire du marxisme. C’est avec l’aperçu brossé sur l’héritage de Marx que Enzo Traverso affine son idée d’un rendez-vous manqué. Distinguant un marxisme classique, un marxisme occidental (celui que Perry Anderson mit en évidence dans les années 1970) et un marxisme « noir » (C.L.R. James [10], entre autres), il met en évidence le hiatus entre les deux derniers courants, symbolisé par l’impossible dialogue lors de la rencontre entre Adorno et James durant la Seconde Guerre mondiale, postulant l’hypothèse très hasardeuse d’un « inconscient colonial » présent chez la plupart des représentants du marxisme occidental.

Le dernier chapitre de cet essai débute par de très beaux passages sur la dernière escale de l’exil de Walter Benjamin, « carrefour des mémoires », mais constitue avant tout une ode à Daniel Bensaïd. Logiquement, c’est le Bensaïd de la dernière période de sa vie, hanté par la maladie et le spectre de la mort, en un redoublement de la mélancolie individuelle et collective, qui intéresse surtout Enzo Traverso. Daniel Bensaïd est là un passeur, un visiteur du passé, également, qui relit l’œuvre de Marx au regard du court XXe siècle et insiste sur une histoire discordante, arborescente, loin de tout déterminisme téléologique. Son dialogue avec Benjamin concrétise la rencontre de ces deux figures de la mélancolie agissante. De la relecture de Benjamin par Bensaïd, « (…) « arche » (…) permettant de transborder la théorie critique d’un siècle à l’autre. » (p. 196), Enzo Traverso retient particulièrement l’affirmation du messianisme contre l’historicisme : « Acte séculier d’émancipation sociale et politique, la révolution avait besoin d’un élan que seules l’expérience et l’inspiration religieuses pouvaient lui donner. » (p. 211)

C’est un beau voyage en mélancolie en vue de reconstruire une utopie mobilisatrice et unificatrice qui nous est ainsi proposé, où sujets et fulgurances se succèdent, à travers lequel se retrouvent nombre de figures étudiées et appréciées d’Enzo Traverso : les exilés, les marranes, Siegfried Kracauer ou Walter Benjamin. Ce qui est le plus souvent regrettable, c’est que bien des analyses, bien des décryptages d’œuvres, ne sont qu’esquissés, alors qu’ils auraient largement mérité de substantiels développements. Pensons par exemple à La Nouvelle planète de Konstantin Yuon, ou aux statues de Lénine doigt levé, pouvant évoquer Moïse tout aussi bien qu’Auguste.

[1] Voir la recension dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471

[2] Voir la recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/833

[3] Voir la recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4031

[4] Non sans exagérer en partie le traumatisme que cette séquence a représenté pour les courants du mouvement ouvrier (je pense en particulier aux anarchistes, ou même à certains trotskystes comme Gérard Filoche).

[5] De L’Eternité par les astres, Enzo Traverso retient surtout une forme de pessimisme, tandis que j’y vois plutôt une affirmation d’un matérialisme riche de promesses et de possibles infinis. Voir ma recension : http://dissidences.hypotheses.org/2579

[6] L’obélisque du tricentenaire des Romanov, transformé en obélisque des penseurs socialistes, le fut non en 1921, mais en 1918.

[7] L’absence de l’étude majeure de Richard Stites, Revolutionary Dreams. Utopian Vision and Experimental Life in the Russian Revolution, Oxford University Press, 1989, ne manque pas de surprendre. Les références bibliographiques souffrent d’ailleurs d’un défaut global : certains titres, qui bénéficient pourtant d’une édition française, ne sont cités que dans leur version anglaise (Kevin Anderson, Marx aux antipodes, ou Mike Davis, Génocides tropicaux, en sont quelques exemples).

[8] La fameuse préface d’Engels à la réédition des Luttes de classes en France, en 1895, dans laquelle Enzo Traverso voit une conversion à une évolution lente et sûre en lieu et place de la rupture révolutionnaire, ce qui est contesté par d’autres analyses. Quant au parallèle entre la tour de Babel et le projet de la tour de Tatline, monument à la IIIe Internationale, il me semble extrêmement fragile : la première vise les cieux, la seconde la victoire de la révolution mondiale ; la première répond au modèle religieux de la ziggourat mésopotamienne, là où la seconde invente un modèle nouveau, tourné non vers la transcendance mais vers l’immanence pure…

[9] L’analyse proposée du superbe film de Patricio Guzman, Nostalgie de la lumière, souffre par contre d’un aspect par trop partiel et partial. Au-delà de l’illustration d’un « deuil impossible » (p. 141), ce documentaire, par le parallèle qu’il dresse entre travail des astronomes et recherches de ces mères privées de leurs enfants, regard vers les astres du cosmos ou les pierres du sol, se rapproche de L’Eternité par les astres en cela qu’il pose des linéaments d’une spiritualité matérialiste : au-delà des tragédies de l’histoire, l’échelle de l’univers nous invite à replacer les événements dans une vision plus large, et à dilater ainsi l’espoir.

[10] Sur cette figure majeure, voir la recension de la biographie récente qui lui a été consacrée chez le même éditeur : http://dissidences.hypotheses.org/6981