Archives de catégorie : Film documentaire

Bernard George, Il était une fois la révolution, documentaire, 85 minutes , France 3 le 18 octobre 2017, 20h 55 mn, produit par Cinétévé, Fabienne Servan-Schreiber, Lucie Pastor, avec la participation, entre autres, de France Télévisions, Radio-Canada, RTBF et la Fondation Jean-Jaurès. Disponible en DVD chez Zed éditions, 14, 99 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Le centenaire de la révolution de février avait principalement été marqué, à la télévision française, par la diffusion sur Arte d’un documentaire inédit, centré sur la figure de Lénine (Lénine, une autre histoire de la révolution russe, de Cédric Tourbe1). Pour la révolution d’octobre, Bernard George (né en 1960), déjà auteur de plusieurs documentaires historiques sur le XXe siècle en particulier2, a réalisé une vaste fresque couvrant l’ensemble de l’année 1917, empruntant son titre au célèbre film de Sergio Leone, Il était une fois la révolution (1971, avec un commentaire lu par l’acteur Philippe Torreton. Ce commentaire a été écrit par Bernard George, avec la collaboration d’Odile Berger et d’Olivier Wieviorka (spécialiste non de la révolution russe mais de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance), Nicolas Werth, le seul habilité à maîtriser vraiment le sujet de par ses travaux n’intervenant que comme conseiller. Sur le plan historique, la profusion d’images sert un propos chronologique, se permettant seulement quelques retours en arrière sur la situation de la Russie avant-guerre, exposant avec justesse la situation misérable de la paysannerie ou de la classe ouvrière, mais surévaluant la puissance militaire de l’empire (une armée « réputée invincible », ou la qualification de « colosse invulnérable »).

Quelques scènes relèvent davantage du docu-fiction, utilisant un plan légèrement en relief de Petrograd pour retracer les mouvements de foule, ou mettant en scène un acteur jouant le rôle de Claude Anet, journaliste présent sur place pour Le Petit parisien et dont le témoignage3 est largement utilisé et cité dans le commentaire. Les seules autres rares citations sont de Maxime Gorki, John Reed, deux témoins et de Léon Trotsky, à la fois dirigeant et mémorialiste de l’événement. On peut bien sûr trouver à redire à un récit finalement classique, mais somme toute respectueux de la véracité des faits, exposant avec justesse les étapes du renversement de la monarchie en février, la mise en place du double pouvoir4 gouvernement provisoire / soviets, avec la vitalité démocratique (floraison de comités, d’usines ou de quartiers, de syndicats, de milices ouvrières, éveil des revendications nationalistes), puis le raidissement de l’été, la répression des bolcheviques étant suivie par la tentative de coup d’État de Kornilov, soutenu par toute une série d’organisations patronales et de clubs d’officiers. Le chaos croissant, le désir puissant d’en finir avec la guerre et le blocage de l’économie (guère expliqué) débouchent sur la jonction entre les masses et les bolcheviques (présentés d’ailleurs comme toujours « minoritaires », ce qui fait fi de leur audience croissante dans nombre de villes, dans les comités d’usines, les soviets locaux ou régionaux et des effectifs conséquents gagnés par leur parti).

Des erreurs ponctuelles (ou des oublis) sont toutefois étonnants. Trotsky est ainsi qualifié de « pacifiste », le fameux décret (Prikaz) numéro 1 du soviet est attribué au gouvernement provisoire, les membres du dit soviet de Petrograd ne sont censés faire leur entrée au gouvernement que lors du premier remaniement (alors que Kerenski était déjà membre des deux institutions dès l’origine), la majorité au IIe Congrès des soviets serait opposée à l’insurrection d’octobre (alors que la majorité des délégués était bolchevique !), tandis que les différences de calendrier et donc de dates ne sont absolument pas évoquées. Deux éléments sont par contre plus gênants. D’abord, une tendance à rester parfois allusif (sur l’abdication de Nicolas II, par exemple, sans évoquer la transmission du pouvoir à son frère Michel, ou sur Lénine, sans suffisamment insister sur le profil du parti bolchevique) et à ne pas suffisamment tenir compte des acquis plus récents de l’historiographie5. D’autant que la large mise à contribution des chroniques de Claude Anet a tendance à introduire un biais, le journaliste français étant tout sauf un témoins impartial – ce qu’il reconnaissait d’ailleurs lui-même dans l’introduction de son récit6critiquant avec force les fraternisations, ainsi que les « extrémistes » Lénine et Trotsky. Bien entendu, de Claude Anet, les remarques les plus méprisantes sur le peuple russe, les insultes et un antisémitisme non dissimulé (« des fils d’Israël qui ont abandonné la synagogue pour l’assemblée du peuple »7) ne figurent pas dans l’usage de ses chroniques par Bernard George …

Enfin, last but not the least, persiste cette récurrente et lancinante problématique des archives filmées utilisées par les documentaristes, et que trop de commentateurs traitent à la légère8. Dans ce travail de Bernard George, on a affaire à l’utilisation d’images tantôt colorisées, tantôt non, sans que l’on en connaisse les raisons exactes9, toutes ces vidéos, de plus, n’étant jamais référencées10. Or, parmi elles, on trouve des documents d’époque, certes, mais également des extraits de films soviétiques (seul le célébrissime Octobre d’Eisenstein est nommément cité et critiqué pour sa construction d’un mythe quant à la prise du Palais d’Hiver) ou des images antidatées (Lénine filmé en 1918, après la tentative d’assassinat de Fanny Kaplan, sert à le monter à l’annonce de la révolution de février, en Suisse, tandis que Trotsky élu au soviet de Petrograd est en fait filmé dans son train blindé de la guerre civile ou lors de congrès de la Comintern, fondée en 1919 !). Le résultat est un assemblage partiellement absurde, l’image ne servant une fois de plus que d’illustration d’un texte souverain, sans véritable approche analytique. Le documentaire s’arrête au soir de la prise du pouvoir par les bolcheviques et de la tenue du IIe Congrès des soviets, ce qui permet au réalisateur d’insister, comme en février, sur l’espoir porté par ce changement institutionnel et social, n’ouvrant que par une phrase de conclusion sur sa destruction ultérieure11.

1Nous en avons proposé une analyse détaillée sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/8320

2Dont L’Affaire Kravchenko, la guerre froide à Paris en 2009.

3Claude Anet, La Révolution russe. Chroniques 1917-1920, Paris, Phébus, 2007.

4Pour Nicolas Werth, « ce « double pouvoir » issu des « journées de Février » est davantage un foisonnement de pouvoirs » variés (N. Werth, « 1917. L’année où tout a basculé », L’Humanité hors série, « Que reste-t-il de la révolution d’Octobre ? », juin 2017, p. 17.

5Ces erreurs facilement repérables et ce déficit d’historiographie récente semblent indiquer que l’implication de Nicolas Werth dans le documentaire n’a du être que très passagère, sans droit de regard sur le montage final.

6Claude Anet, La Révolution russe, op. cit., p. 27.

7Ibidem, p. 564.

8Un chroniqueur du journal Le Monde, Antoine Flandrin (18/10/2017) ne fait, par exemple, que remarquer que les archives du documentaires sont « souvent exceptionnelles », sans se poser la question de leur usage (ou mésusage).

9Il en est d’ailleurs de même pour la sonorisation : des bruitages et surtout des voix ont ainsi été ajoutés à des enregistrements initialement muets, mais lorsque les voix s’expriment en russe, rien n’est traduit en sous-titre !

10Au risque de nous répéter, nous ne pouvons que reproduire ici ce que nous écrivions déjà il y a deux ans à propos d’un autre documentaire (Apocalypse Staline ! d’Isabelle Clarke et Daniel Costelle, 2015) : « ce type de traitement [la colorisation] appliqué à des documents historiques subit de vives critiques de quasiment tous les historiens spécialistes de l’image. Contrairement à une idée reçue (qui apparemment perdure, malgré les travaux déjà anciens de Marc Ferro, de Laurent Gervereau ou de Georges Didi-Huberman), une image ne véhicule pas de discours vrai. C’est une source historique qui répond à des logiques et à des enjeux de production, ainsi qu’à des règles d’interprétation. Comme l’archive papier, ni plus ni moins mais en respectant sa particularité, l’archive filmique nécessite donc un travail de contextualisation, y compris de sa production, une critique interne et externe et bien sûr une mise en perspective. » Lire notre recension critique sur https://dissidences.hypotheses.org/6376

11A l’inverse, le début du documentaire laissait entrevoir une opposition légèrement caricaturale, entre février ouvrant sur un autre destin possible pour la Russie qu’octobre aurait entravé.

Ni Dieu, ni maître. Une histoire de l’anarchisme. Première partie : la volupté de la destruction (1840-1914) – Seconde partie : la mémoire des vaincus (1911-1945), documentaire, auteur/réalisateur, Tancrède Ramonet, diffusé le mardi 12 avril 2017 sur Arte, narrateur Redjep Mitrovitsa, textes récités par Audrey Vernon, conseillers historiques Gaetano Manfredonia et Frank Mintz, musique originale Julien Deguin, production Temps Noir, France, coffret de deux DVD (les deux parties + des compléments, 3h 41 mn), Arte Éditions, 34,95 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration de Georges Ubbiali et Christian Beuvain)

C’est un documentaire d’importance que la chaîne franco-allemande Arte a diffusé récemment, avant de le proposer en DVD (au prix malheureusement prohibitif de 35 euros !). En un peu plus de deux heures et vingt minutes, Tancrède Ramonet1 a décidé de retracer l’histoire de l’anarchisme et des anarchistes, un peu sur le modèle de l’ouvrage de Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’anarchie2. Ce chercheur de référence est d’ailleurs un des conseillers scientifiques du documentaire, et un de ses nombreux intervenants. A cet égard, la qualité et la richesse du panel de chercheurs mis à contribution est à souligner : on y trouve, parmi les francophones, Normand Baillargeon (Québec), Eric Aunoble, Anne Steiner, Edouard Waintrop ou Marianne Enckell (Suisse), ainsi que plusieurs chercheurs espagnols, russes, italiens ou anglo-saxons. La problématique de départ est également pertinente, puisqu’il s’agit de s’interroger sur la nature et l’actualité de l’anarchisme, avec un parti pris de sympathie clair, cherchant à dissiper sa légende noire et à évaluer son apport dans les conquêtes sociales.

Le récit de la première partie débute par un exposé sur l’âge industriel et la misère sociale qu’il engendra. La première figure abordée est assez logiquement celle de Proudhon, l’accent étant mis sur son livre Qu’est-ce que la propriété ?, au détriment de positionnements plus contestables (son sexisme ou son hostilité aux grèves, par exemple). Suit ensuite Bakounine et la nécessité de la révolution, mais des personnalités majeures comme Kropotkine ou Elisée Reclus, seulement citées, n’ont malheureusement pas droit à des développements particuliers. Plusieurs épisodes scandent le documentaire, à commencer par la Commune de Paris, l’éloge de son action s’accompagnant d’une insistance particulière sur la violence de la répression dont elle fut victime. L’organisation de l’Internationale anti-autoritaire, les événements du 1er mai 1886 à Chicago et la propagande par le fait sont les étapes suivantes, et nous nous appesantirons spécialement sur cette dernière. Cette séquence historique est en effet remarquablement expliquée et analysée, opposant l’idée d’une action d’éclat anarchiste au mythe bâti par la police. Surtout, l’impact de ces actions demeura limité (moins de 200 morts, à une époque où la répression étatique ou coloniale était sans commune mesure avec ce chiffre : pour rappel, environ 9 000 communards furent fusillés ou moururent sur les pontons-prisons), et un de ses résultats en fut surtout la naissance d’une psychose policière et les efforts d’organisation conduisant entre autre à la genèse d’Interpol (la Conférence internationale pour la défense sociale contre les anarchistes en 1898 à Rome).

L’essor du syndicalisme au début du XXe siècle a également droit à de larges développements, des bourses du travail à la CGT en passant par la grève générale (avec des archives exceptionnelles sur le premier mai 1906 et la crainte d’une grève générale insurrectionnelle) et la charte d’Amiens, ou le féminisme (aspect seulement entrevu). Il en est de même pour le courant individualiste et les milieux libres, la pédagogie libertaire (insistant sur la figure de Francisco Ferrer en Espagne ou sur l’expérience de La Ruche en France), Marius Jacob et les « bandits tragiques » (la « bande à Bonnot »), séquence replacée dans un contexte répressif et là encore analysée avec nuance. Cette première partie se clôt avec l’échec de l’antimilitarisme en 1914. De ce point de vue, le ralliement des plus importants des dirigeants anarchistes européens à l’Union sacrée (illustré par le Manifeste des seize, évoqué dans le documentaire) ne distingue guère ce courant du reste du mouvement ouvrier, aspect que le réalisateur n’analyse pas. Si d’autres reproches peuvent d’ailleurs être faits, ainsi de la sous-estimation des marxistes dans l’AIT comparativement aux anarchistes, du silence sur la fraction secrète fondée par Bakounine au sein de l’Internationale, ou de l’absence de distinction entre anarcho-syndicalisme et syndicalisme révolutionnaire3, ils ne remettent nullement en cause la qualité de l’ensemble. Il faut à cet égard souligner la richesse de la documentation présentée, provenant de sources et fonds d’archives internationaux rarement mobilisés ensemble.

La seconde partie, qui reprend le titre du fameux roman de Michel Ragon (La Mémoire des vaincus), débute avec la révolution mexicaine, épisode souvent méconnu, avec une attention toute particulière portée au Parti libéral mexicain des frères Florès Magon. Il est cependant dommage qu’au-delà de l’idée d’appropriation des terres par les paysans4 et de la solidarité internationaliste en actes, anticipant la guerre d’Espagne, la complexité de cet épisode révolutionnaire ne soit pas suffisamment prise en compte5. La révolution russe a logiquement droit à un large éclairage, évoquant Makhno, l’opposition croissante entre anarchistes et bolcheviques (avec des exemples de propagande bolchevique reprenant les poncifs de la propagande « bourgeoise »), les funérailles de Kropotkine et Cronstadt. Malheureusement, outre quelques erreurs (« Tout le pouvoir aux soviets » n’est pas lancé en février 1917, et ce n’est pas Trotsky qui mena pas la répression contre la forteresse de Cronstadt mais Toukhatchevsky), bien des aspects de l’anarchisme de cette période ne sont pas abordés : le séjour d’Alexandre Berkman et Emma Goldman, le ralliement de nombreux anarchistes au bolchevisme (Victor Serge n’étant qu’un des plus célèbres, la place et le rôle des syndicalistes révolutionnaires dans la fondation du jeune Parti communiste/SFIC6 en constituant une autre illustration), ou le mouvement des communes, justement étudié par Eric Aunoble7… C’est ensuite la répression qui vient à nouveau sur le devant de la scène, dans la suite de la répression bolchevique : celle des mouvements et des militants révolutionnaires en Bavière, en Chine, au Japon, en Italie, ou, épisode quasiment méconnu évoqué en une courte allusion, les soulèvements populaires en Bulgarie en 1923 ; cette séquence culmine dans la symbolique affaire Sacco et Vanzetti, longuement évoquée.

La date de 1926 permet d’aborder les débats entre anarchistes autour de ce qu’on appelle « la Plate-forme d’Archinov », et également, élément fort intéressant, d’évoquer le fascisme et la récupération de certains marqueurs anarchistes par l’Action française, fondatrice d’un Cercle Proudhon. Mais un des chapitres les plus consistants de cette seconde partie concerne bien évidemment l’Espagne. Le récit du coup d’État est très raccourci, le propos s’appesantissant davantage sur la mobilisation anarchiste et l’autogestion généralisée mise en place en Catalogne, l’occasion de démontrer que l’anarchisme est viable si la majorité de la population y adhère. Le tournant de l’entrée de la CNT au gouvernement est suivi par l’évocation des journées de mai 1937 à Barcelone et de la répression anti-anarchistes qui en découla (le POUM, qui en fut également victime, n’est toutefois pas trotskyste, contrairement à ce qui est énoncé). Là aussi, la dimension du récit souffre d’un point de vue unilatéral (largement partagé dans la culture libertaire), car l’attitude de la direction de la CNT-FAI a suscité d’immenses interrogations et critiques au sein même du mouvement libertaire international, au moment même des événements8. La répression à l’égard du clergé est également abordée, relativisée comparativement à la répression fasciste. Contrairement à ce que la césure chronologique annoncée pourrait faire penser, cette seconde partie du documentaire s’arrête à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Le documentaire est pourvu d’une iconographie abondante, peut-être trop, car comme à l’accoutumée, les images ne sont généralement pas référencées avec précision. Les transformations de photographies 3D ou les planisphères animés sont en tout cas très réussis. Certains documents sont également précieux. Il en est ainsi d’un film d’Edison sur l’exécution de Léon Czolgosz, assassin du président étatsunien McKinley, servant à promouvoir le cinéma 35 mm et la chaise électrique. Les images filmées par les anarchistes d’un Barcelone en révolution, en 1936, sont également fascinantes. En ce qui concerne la bande son, outre des chansons classiques du mouvement ouvrier, la musique privilégiée par Julien Deguin a ceci de pertinent qu’elle mêle orchestrations symphoniques légèrement rétro et sonorités de synthétiseur, à la Steve Moore, comme un moyen de relier passé et présent, et ainsi de rendre l’anarchisme toujours actuel. Le principal regret tient donc à l’absence d’une troisième partie, qui s’intéresserait à l’anarchisme pendant la Seconde Guerre mondiale9 et poursuivrait le récit jusqu’à aujourd’hui. Les quelques images qui accompagnent le générique de fin (sur mai 68, sur le mouvement LGBT, etc.) montrent qu’une documentation est disponible pour cela. Quoi qu’il en soit, en l’état, on tient là un des meilleurs documentaires sur le sujet10.

1Un long entretien de ce documentariste se trouve dans la revue Ballast en ligne. On notera une étrange question des rédacteurs (« Ce titre [Ni dieu ni maître] montre l’intransigeance du courant anarchiste contre la foi. Est-ce que l’athéisme et l’anticléricalisme militants de ce mouvement anarchiste n’expliquent pas en partie son isolement dans les milieux populaires, parfois, sinon souvent, croyants ? »), indice que les positions anticléricales classiques des mouvements révolutionnaires européens, libertaires ou marxistes, sont dorénavant envisagées par certains secteurs de la « gauche radicale » comme une entrave à la « fédération » des luttes. La réponse de Tancrède Ramonet n’est d’ailleurs elle-même non dépourvue d’ambiguïté ; sur http://www.revue-ballast.fr/tancrede-ramonet/

2Voir notre recension de cet ouvrage sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/5216

3Voir le livre de Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5405

4A cet égard, l’affirmation selon laquelle les anarchistes seraient les seuls, au sein du socialisme international, à accorder un rôle moteur à la paysannerie, est excessive : quid en effet des socialistes-révolutionnaires russes, par exemple, pour ne rien dire de la conception de Mao Zedong à la même période. D’un point de vue général, la théorie marxiste est très loin des caricatures en circulation. Ainsi Amadéo Bordiga (1889-1970) et son courant se sont particulièrement intéressés à la question agraire [lire http://classiques.uqac.ca/classiques/bordiga_amedeo/textes_question_agraire/question_agraire_intro.html, et pour le continent sud-américain, lire par exemple Mariategui José Carlos/Linera Alvaro Garcia, Indianisme et paysannerie en Amérique latine. Socialisme et libération nationale, Paris, Syllepse, 2013.

5Voir par exemple la recension du livre d’Alexandre Fernandez, Le Mexique des insoumis : http://dissidences.hypotheses.org/6426 La lecture du livre de John Reed, Le Mexique insurgé, Paris, Maspero 1975, constitue également une contribution moins univoque.

6Section française de l’Internationale communiste.

7Voir la recension de cet ouvrage sur le blog de Dissidences, http://dissidences.hypotheses.org/7011

8Lire, pour la France, le livre de Daniel Aïache, La Révolution défaite. Les groupements révolutionnaires parisiens face à la révolution espagnole, Paris, Noir et rouge, 2013, et son compte rendu, https://dissidences.hypotheses.org/4429 et pour l’Espagne le coffret Les Fils de la nuit, Paris, Libertalia, 2016, et son compte rendu, http://dissidences.hypotheses.org/8424

9Sujet entre autre d’un article de David Berry dans le n° 12-13 de notre ancienne série de Dissidences-BLEMR.

10Les deux parties de ce documentaire sont disponibles en ligne sur https://www.youtube.com/watch?v=vcEZbItAkrs et https://www.youtube.com/watch?v=xjcSbbuyMZ8

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Pas moins de trois documentaires et une fausse « soirée spéciale » (voir ci-dessous) se succédaient, pour un total de diffusion de près de six heures. Les commentaires de la journaliste faisant le lien entre les différentes parties du programme étaient émaillées de quelques remarques témoignant de l’influence de l’école totalitaire, revivifiée en France avec Le Livre noir du communisme (une « poignée de communistes fomente la révolution mondiale »), mais l’essentiel n’était pas là.

Le premier documentaire, Lénine, une autre histoire de la révolution russe, est le plus directement centré sur les événements de 1917, le plus classique aussi dans sa forme. Réalisé par Cédric Tourbe, il a été écrit par ce dernier, le politiste et sociologue Michel Dobry (qui n’est un spécialiste ni du communisme/léninisme ni de la Russie) et l’historien Marc Ferro, sans que l’on sache comment le travail entre les trois hommes a été organisé. Néanmoins, un article du Monde de 20141, consacré à un précédent documentaire de Cédric Tourbe, Révolte, donne des indications précieuses sur la façon de travailler de ce documentariste. En 2013-2014, le producteur de Yami 2, Christophe Nick – bien connu des historiens spécialistes de l’extrême gauche pour avoir écrit en 2002, alors qu’il n’était encore que journaliste et documentariste, un ouvrage de plus de 600 pages, Les Trotskistes (Fayard), salué par les médias bien que truffé d’erreurs, d’approximations et de jugements de valeurs péjoratifs2 – imagine et produit une série, Révolte, dont il confie la réalisation à Cédric Tourbe3. Celui-ci, lors de ses recherches sur ces révoltes sans lien historique ou idéologique entre elles, se serait « heurté à un problème de définition et de méthode », ce qui paraît effectivement logique. Sur les conseils de Christophe Nick, il se plonge alors dans l’ouvrage de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles (Presses de la FNSP, 1986). Cet argumentaire sociologique devient « la matrice narrative de Révolte »4 tandis que Michel Dobry endosse le rôle de conseiller technique. Cédric Tourbe a donc fait de nouveau appel à lui pour ce documentaire, mais comme co-rédacteur cette fois-ci.

L’exposé des faits suit un déroulement chronologique, débutant par le contexte de guerre, étonnamment optimiste (« Rien ne semble menacer l’ordre établi »), alors que l’on sait le tsar et son gouvernement assis sur du sable… Le commentaire revient ensuite aux événements révolutionnaires de 1905, présentant des images filmées du Dimanche rouge ne manquant pas d’étonner. Le problème, qui revient de manière récurrente à propos de quasiment tous les documentaires de ce type, c’est que les images d’archives, qui pour beaucoup sont extraordinaires, sont loin d’être systématiquement référencées, à l’exception des extraits de films soviétiques5. Sur 1905, l’accent est mis sur la duplicité de Nicolas II quant à l’instauration d’une Douma, et sur l’ampleur et la dureté de la répression qui suivit les événements. Le déroulement de la révolution de février, très fidèlement retracé, en utilisant de façon didactique un plan de Petrograd dynamisé afin d’illustrer le parcours des manifestants, et en insistant sur l’importance du Prikaze n° 1 adopté par le soviet de Petrograd, alterne ensuite avec des vues de Zurich, lieu d’exil de Lénine (la musique traditionnelle qui accompagne les images suisses est par contre à la limite de la caricature), et l’évocation de la vie de ce dernier. Si certaines analyses s’avèrent discutables, ainsi de l’impact de l’exécution de son frère Alexandre (la profonde haine de classe qui en aurait résulté est finalement bien proche du mythe de la vulgate soviétique) ou de son supposé « dogmatisme »6 (on pourrait au contraire souligner son empirisme), le plus gênant est ailleurs.

Le texte brosse en effet le portrait d’un Lénine à la fois ballotté par les événements révolutionnaires, qui « navigue à vue », et ne poursuit qu’un seul objectif : l’insurrection organisée par son parti. Ce Lénine monomaniaque est bien loin de toute appréhension de ses évolutions stratégiques et tactiques, telles qu’elles apparaissent par exemple dans le livre d’Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd7. Car ce n’est qu’après les journées de juillet que Lénine considère l’insurrection comme une option valable, l’écartant un temps en septembre avant d’y revenir et de s’y tenir jusqu’au bout. Au lieu d’un analyste politique scrutant le fil de l’actualité, l’évolution des rapports de force et les actions des uns et des autres, le documentaire invente ainsi un Lénine tout à la fois arc-bouté sur une « idée fixe » (sic) mais néanmoins impuissant à la mettre en œuvre. Cette vision paradoxale et fantasmatique s’accompagne d’une perception pour le moins ambiguë du parti bolchevique. Lénine était censé le diriger de façon autoritaire (« exclure, « diviser »), mais au moment de son retour en Russie et des célèbres thèses d’avril, la distance prise par ses camarades avec ses nouvelles positions fait dire à la voix off « Comme avant-garde discipliné, on a vu mieux » ; pourtant, en peu de temps, il « impose son programme au parti ». Il y a, dans ces quelques phrases contradictoires, l’aveu d’une incompréhension du mode de fonctionnement de l’organisation bolchevique, traversée de tendances divergentes et lieu de confrontation démocratique d’idées.

Le récit évoque ensuite fidèlement l’accentuation progressive de la crise, par l’incapacité du pouvoir à faire la paix, induisant désertions massives au front et radicalisation des soldats et des ouvriers dans les villes, insiste sur l’opposition entre Lénine et Kerenski, et expose avec justesse la violence de classe et la répression dirigée contre les bolcheviques après les journées de juillet. Par contre, à compter de la tentative de coup d’État de Kornilov (dont les prolégomènes sont hélas négligés), l’exposé est trop rapide, et son laconisme ne permet pas de comprendre le divorce croissant et bientôt irréparable, tel qu’il s’exprime au IIe Congrès des soviets, entre les mencheviques et les socialistes-révolutionnaires d’un côté, les bolcheviques de l’autre. A l’inverse, le transfert de légitimité qui, à l’automne, va du gouvernement provisoire aux soviets, est bien illustré. Mais la conclusion du documentaire pêche par son simplisme et sa brièveté : car immédiatement, « La démocratie soviétique vient d’être confisqué par un seul parti » (le processus, on le sait, fut nettement plus progressif et complexe)8, et, de la guerre civile qui s’ouvre, le commentaire ne retient que l’interdiction des autres partis, les réquisitions et les famines. Les témoignages mis à contribution – principalement ceux de Nicolas Soukhanov9, mais également de la journaliste et écrivain Marylie Markovitch ou de Léon Trotsky –, la richesse de l’iconographie10 et l’accent mis à plusieurs reprises sur les mobilisations populaires et les enjeux de classe qui se dessinent font de ce documentaire une contribution précieuse au récit de l’année 1917. Sauf en ce qui concerne Lénine et son parti… ce qui n’est pas rien, surtout si l’on se fie au titre du documentaire. Et sauf également en ce qui concerne, par exemple, les autres organisations révolutionnaires (quid des anarchistes, des mencheviques, des socialistes-révolutionnaires, réduits ici aux figures d’un Kérenski ou d’un Tchernov) ou les comités d’usines, la situation dans les autres villes de l’empire (Moscou, Kiev, Kazan, Bakou, Toula, Saratov, etc.) ou les mille et unes manières dont des ouvriers11 mais aussi des femmes, des jeunes éduqués, des artistes perçoivent, comprennent et s’approprient dans leur vie quotidienne les idéaux révolutionnaires12. Ainsi, ce documentaire, et c’est logique, n’est que la mise en images d’une historiographie ancienne, politiste, idéologique et partidaire, ignorante des dernières recherches anglo-saxonnes (voire russes) comme des nouveaux chercheurs français13. Son sous-titre – Une autre histoire de la révolution russe – ne tient pas, lui non plus, ses promesses.

Ce premier documentaire était suivi par une Édition spéciale : l’abdication du tsar Nicolas II. Il s’agissait de traiter les événements de février-mars 1917 de la manière dont les médias d’aujourd’hui le feraient, tout particulièrement les chaînes d’informations en continu. Outre la journaliste principale sur le plateau, et une soi-disant experte invitée14, un bandeau en bas d’écran énumérait diverses informations, tandis que des envoyés spéciaux à Petrograd, Moscou, Berlin, Paris, New York ou Washington étaient régulièrement sollicités. Internet se voyait également mis à contribution, le grand-duc Michel annonçant son refus de la couronne par Tweeter, tandis qu’un lanceur d’alerte anonyme diffusait sur la toile les documents témoignant des négociations entre Lénine et les autorités allemandes pour son retour en Russie. Les images d’archives utilisées étaient par ailleurs colorisées, et certaines reconstitutions avec acteurs s’apparentaient au principe très contemporain du docu-fiction. Le résultat est assurément dynamique, mais, second degré de la part des journalistes ou intégration des tendances très actuelles du traitement de l’information, les événements russes étaient traités sous trois axes principaux : politique, bien sûr, mais aussi économique (les intérêts de la France seront-ils lésés ?) et people. Parmi les reportages diffusés, l’un traitait du cas Raspoutine, un autre de Darmstadt et de la famille de la tsarine Alexandra, un dernier enfin des produits de luxe achetés par la cour à travers l’exemple de Fabergé (dont le directeur est faussement interviewé) ; l’ensemble représente tout de même la moitié des dits reportages ! Moins flagrante, la dimension que l’on pourrait qualifier de sécuritaire, de rejet de la violence populaire, est présente à travers les inquiétudes des journalistes quant au sort réservé aux collaborateurs de l’Ancien Régime, la présentatrice évoquant même « la terreur dans les rues » (de Petrograd).

Le dernier point fort discutable tient à l’anachronisme non de la forme, mais du fond. La soirée spéciale consacre en effet une large place à Lénine et à ses positions, à un moment où le leader révolutionnaire ne bénéficie d’aucun écho sur place, alors que ni les mencheviques, ni les socialistes-révolutionnaires ne sont cités une seule fois. Il y a là une projection des événements à venir par des journalistes que l’on pourrait croire véritablement omniscients. C’est au point que les inquiétudes du gouvernement français à l’égard des bolcheviques sont évoqués… Outre un reportage qui lui est consacré (avec des images prétendument filmées dans un café suisse où il avait ses habitudes, alors qu’elles sont plus tardives, datant d’un congrès d’après la prise du pouvoir), on assiste à une pseudo conférence de presse de Fritz Platten, lisant une déclaration de Lénine. Les autres reportages abordent l’état des campagnes russes15, ou convoquent des artistes, le peintre Chagall et le photographe Prodoukine-Gorski, mais rien, absolument rien n’est dit sur le soviet de Petrograd, la soirée spéciale étant pourtant datée du 17 mars 1917 !! Si l’expérience peut de prime abord évoquer le travail de réactualisation de la Commune de Paris mené en son temps par Peter Watkins16, le résultat est surtout symptomatique de l’état du journalisme télévisuel en 2017.

La soirée se poursuivait avec un documentaire allemand en deux parties, plus éloigné du cœur du sujet, « de l’URSS à la Russie. Chronique d’une hégémonie », de Maarten van der Duin. Il fut d’ailleurs réalisé en 2015, en lien direct avec la crise ukrainienne. « De la naissance à la chute » débute par des entretiens avec différents individus d’aujourd’hui habitant dans ce qui fut autrefois l’URSS cosmopolite, un moyen d’insister sur les divisions actuelles, entre religieux orthodoxes et « femen », nostalgiques de l’Union soviétique ou pro-occidentaux… Toutefois, c’est une rétrospective historique au pas de charge qui est menée, puisque sur une heure et demi, la dissolution de l’URSS intervient à la cinquante-huitième minute. Il ne faut donc pas attendre d’analyses trop poussées, d’autant que le retour en arrière nous permet d’apprendre que Lénine et les bolcheviques « chassent le tsar » (sic). Plusieurs des intervenants choisis insistent d’ailleurs sur le prisme du totalitarisme pour comprendre l’URSS appréhendée comme un tout, un bloc, basée sur une idée – le communisme – mauvaise en elle-même, tout comme son application, un système soi-disant impossible à réformer (il conviendrait de s’interroger sur la Chine dite « communiste »). Les éléments d’adhésion de la population à l’idéal soviétique sont par ailleurs limités à la propagande et à la victoire fédératrice de 1945, ce qui est juste mais un peu court. L’accent est davantage mis sur les facteurs conduisant à la crise finale : baisse du prix du pétrole, intervention en Afghanistan, opposition croissante en Pologne. Il est donc relativement logique que la période durant laquelle Gorbatchev dirigea l’URSS soit plus particulièrement développée, de Tchernobyl (présenté comme symbole de la faiblesse du pays, ce qu’infirme totalement la catastrophe de Fukushima) à la contestation visant l’armée (les maltraitances à l’égard des conscrits), en passant par l’interdiction de l’alcool (une terrible erreur, selon le documentaire) ou la crise dans les pays baltes, les premières républiques soviétiques à proclamer leur indépendance. Dans cette dissolution de l’URSS, l’accent a tendance à être mis sur les revendications de démocratie, de justice, de liberté, en particulier pour ce qui est du rôle joué par les États-Unis, ce qui témoigne d’une appréhension pour le moins superficielle de la géopolitique.

Les lendemains difficiles de la fin de l’URSS, avec l’apparition de conflits régionaux, comme en Transnistrie ou dans le Caucase, ainsi que l’échec de la transition démocratique et économique, en Russie avec l’émergence des oligarques ou en Biélorussie, conduisent directement à la seconde partie du documentaire, « La renaissance russe ? ». Au-delà d’une chronique des événements touchant l’ancienne zone soviétique dans les années 2000, cette partie insiste sur les efforts de Vladimir Poutine pour renforcer son pays, son pouvoir politique et militaire, sa symbiose avec l’Église orthodoxe, son capitalisme d’État, qui demeure toutefois axé sur la vente d’hydrocarbures. Sont également largement abordées les relations avec les pays que sont la Biélorussie, l’Ukraine et les États du Caucase, la Russie s’opposant aux efforts de l’OTAN de s’élargir au détriment de sa sphère d’influence. L’opposition à l’Occident et le regain des traditions conservatrices s’inscrirait dans cette évolution politique. Mais dans ce tableau, il est dommage que la vision ne soit que partielle, voire partiale (rien n’est pas exemple dit, dans le cadre de la crise ukrainienne, sur le rôle joué par l’extrême droite locale, et absolument rien sur les anciennes républiques asiatiques) : la problématique conclut tout de même à une volonté de reconquête de l’influence perdue par la Russie, vouée à l’échec face à un rapprochement des anciennes Républiques avec l’Union européenne.

1Christine Rousseau, Le Monde Télévision, 17 janvier 2014.

2A l’époque, l’équipe de Dissidences en avait produit une recension critique.

3Cédric Tourbe, Révolte, série documentaire (3h 28 mn) sur une série de révoltes (Mai 68, Iran 1979, Tunisie 2010, etc.), janvier 2014, France 5. Si l’on en croit Le Monde, une « série de référence ».

4Christine Rousseau, Le Monde Télévision, op. cit.

5Parmi eux, outre le célébrissime Octobre de Serguei Einsenstein (1927), on trouve Les Derniers jours de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Poudovkine (1927), Lénine en octobre de Mikhaïl Romm (1937), ou La Mère de Vsevolod Poudovkine (1926).

6La fin du documentaire est tout aussi caricaturale en prétendant que Lénine « (…) a passé sa vie à exclure et à diviser ».

7Voir sa recension sur notre blog, à paraître.

8Voir par exemple Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, prochainement chroniqué sur ce blog.

9Menchevique de gauche, Nicolas Soukhanov est d’ailleurs le seul de tous les personnages, en dehors de Lénine, à être évoqué par quelques lignes projetées à l’écran sur la suite de son parcours (il se rallia au nouveau régime au début des années 1920, travaillant dans le domaine économique avant d’être jugé une première fois au début des années 1930 – événement non cité dans le documentaire – puis d’être exécuté en 1940). Il est l’auteur d’un remarquable témoignage (La Révolution russe. 1917, Stock, 1965), hélas jamais traduit entièrement, puisque l’ouvrage paru en anglais et en français n’est qu’une version largement abrégée de l’original en sept volumes !

10Une erreur est au moins à noter : lorsque les portraits des dirigeants du Comité militaire révolutionnaire sont présentés, Trotsky, Antonov-Ovseïenko et Dybenko, la photo du second est en réalité celle de Jacob Sverdlov…

11Lire de Stephen Anthony Smith, Red Petrograd : Revolution in the Factories, 1917-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, en ligne sur https://libcom.org/files/Red_Petrograd_Revolution_in_the_Factories,_1917-1918.pdf . Une traduction de cette importante étude est à paraître aux éditions Nuits rouges à la mi-avril 2017, et une recension sera faite.

12Lire d’Andy Willimott, Living the Revolution, Oxford (UK), Oxford University Press, 2017.

13Sur ces points, se reporter à notre Avant-propos de ce dossier sur les révolutions russes.

14Il s’agit de Frédérique Neau-Dufour, dont on se demande pourquoi elle a été invitée, puisqu’elle est spécialiste du gaullisme, après avoir fait sa thèse sur Ernest Psichari, certes mort durant la Première Guerre mondiale…

15Avec un petit clin d’œil au passage, l’un des journalistes responsables du dit reportage étant Larissa Reisner, célèbre bolchevique…

16Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 2003.