Archives de catégorie : Lectures / Readings

A propos de :  Michel Onfray, Décadence. Vie et mort du judéo-christianisme, Paris, Flammarion, 2017, 656 pages, 22,90 €., et La Force du sexe faible. Contre-histoire de la Révolution française, Paris, Autrement, collection « Universités populaires et Cie », 2016, 224 pages, 18 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

Michel Onfray, ou les habits neufs de la réaction

Cela fait de nombreuses années que, dans Dissidences, nous suivons et recensons les parutions de Michel Onfray, tout au moins une partie d’entre-elles, tant l’auteur est prolifique. Avec la Contre-Histoire de la philosophie, dont nous avions chroniqué (sur notre ancien site) les différents tomes au fil de leur sortie, deux éléments nous avaient semblé essentiels : une incontestable volonté de réhabiliter des penseurs représentant un matérialisme radical, mêlée à une certaine forme de simplification ou de réductionnisme. Et plus le propos se rapprochait de notre propre époque, plus cette dernière tendance s’approfondissait. Parallèlement, la médiatisation accélérée dont Michel Onfray faisait l’objet – sans qu’il s’interroge sur celle-ci – le conduisait à surréagir à l’actualité, sans toujours sembler approfondir les problématiques en jeu.

Mais ces dernières années, le philosophe vulgarisateur donnait l’impression de s’éloigner de plus en plus des attaches qui le reliaient à la gauche plus ou moins radicale, au profit d’une vision binaire le rapprochant de certains milieux souverainistes ou de droite extrême. Sa récente participation au colloque consacré à Proudhon, sous-titré « l’anarchie sans le désordre », et organisé par la revue Eléments, pour le moins connotée, valide encore davantage ces liaisons dangereuses, puisqu’il y intervient aux côtés d’un Alain de Benoist. Nous avons donc choisi de développer une analyse conjointe de deux de ses ouvrages les plus récents, Décadence et La Force du sexe faible, particulièrement représentatifs de ce qui peut être diagnostiqué comme une dérive intellectuelle dangereuse, ce en quoi nous rejoignons d’autres critiques (Michael Paraire1, Jonathan Sturel2) ; nul doute que ce seront probablement les derniers titres de Michel Onfray à apparaître sur le blog de Dissidences

Une singulière vision de l’histoire

Avec Cosmos, Michel Onfray s’était lancé dans l’écriture d’une Brève encyclopédie du monde : après un exposé matérialiste de la nature, sujet du premier tome3, Décadence aborde la philosophie de l’histoire. Loin toutefois d’embrasser l’ensemble de la chronologie humaine mondiale, il a choisi de la centrer sur l’« Occident » et la civilisation judéo-chrétienne. Un postulat de départ qui s’avère d’emblée discutable : car en vrillant son propos sur les idéologies religieuses et politiques, ainsi que sur l’idée de choc des civilisations développée par Samuel Huntington, ces dernières conçues sur un mode métabolique, Michel Onfray nous semble s’éloigner considérablement d’une approche réellement matérialiste4.

Le récit débute par un sujet qui travaille Michel Onfray depuis plusieurs ouvrages (citons entre autres son Traité d’athéologie), le Jésus de papier, autrement dit la thèse mythique, selon laquelle Jésus n’a aucune existence historique. Mais c’est en abordant le personnage de Paul, qualifié d’impuissant, qu’il en fait le fondateur de la religion chrétienne et des violences qu’elle allait déployer. Et l’on retrouve là un des traits caractéristiques de l’écriture de Michel Onfray, son caractère binaire. Loin de toute complexité, il dresse des portraits au vitriol ; loin de toute nuance historiographique, il sépare la réalité en deux ensembles opposés. Dès lors, une simple idée peut demeurer intacte au fil du temps, l’antisémitisme chrétien de Paul générant de ce fait, presque naturellement, la solution finale des nazis ; et les concepts n’ont guère besoin d’être multipliés, ainsi du monothéisme et de la monarchie, couple indissociable, y compris pour les idéologies politiques…

La totalité de son récit reste fidèle à ces axes, et à la dimension contre-révolutionnaire du christianisme. Les éléments pertinents (la persécution limitée dont furent victimes les premiers chrétiens) voisinent ainsi avec des clichés (sur Charles Martel et Poitiers5) ou les fausses révélations (les origines juives de l’islam). Quant aux relations entre chrétiens et musulmans au Moyen Âge, elles ne sont abordées qu’à travers les guerres. Heureusement, après avoir supporté les supplices et les tortures de l’Inquisition ou les procès d’animaux, le lecteur débouche sur l’essor de l’humanisme, ici artificiellement opposé au christianisme, là où les premiers humanistes se réclamaient explicitement de la religion chrétienne. Les progrès du laïcisme, étudiés à travers la critique de la papauté, les réflexions engendrées par la découverte du Nouveau Monde ou la critique d’une royauté injuste dans le contexte des guerres de religions, donnent également l’occasion à Michel Onfray de reprendre des développements déjà présents dans sa Contre-histoire de la philosophie6, sur Lucrèce ou Montaigne en particulier.

Contre-histoire de la Révolution, ou contre-Révolution en histoire ?

Mais c’est assurément avec la Révolution française que les limites de l’exactitude historique sont allégrement transgressées. Il interprète en effet la période révolutionnaire au prisme du ressentiment, des « passions tristes ». Louis XVI, défendu face aux pamphlets qui le prirent comme sujet, s’oppose ainsi aux portraits noirs de Marat, Saint-Just, Robespierre, Mirabeau, Brissot ou Hébert. C’est une lecture psychologique qui prime ici, les vies censément médiocres de ces personnages avant la Révolution expliquant leur soif de sang ultérieure… Les racines de ce nouveau mal, qui a nom jacobinisme, sont les écrits de Rousseau, engendrant le rousseauisme, avatar du christianisme dans le rôle de méchant emblématique de l’histoire. Michel Onfray rejoint ainsi les analyses libérales les plus extrêmes, qui situent l’invention du totalitarisme (et du soi-disant génocide en Vendée7) dans la phase la plus intense de la Révolution, allant même jusqu’à tracer des parallèles entre les révolutionnaires français les plus radicaux et les nazis… Poursuivant cette logique, Marx est abordé en rêveur déconnecté du réel, et le prolétaire, avatar du Christ, en tant que fiction mobilisatrice. Le marxisme n’est alors plus qu’un décalque du christianisme, Lénine, « inventeur du totalitarisme moderne » (p. 442), jouant le rôle de nouveau Constantin : on saisit ici le raccourci de la pensée dont il est question.

Le petit ouvrage qu’il consacre spécifiquement à la Révolution française lui permet justement d’approfondir cette grille de lecture. Il est en effet tout entier bâti sur la dichotomie manichéenne entre les Girondins, plus exactement les femmes girondines, et les Montagnards. Ces derniers sont les « méchants » de l’histoire, là où les premières incarnent la révolution rêvée de Michel Onfray : un changement populaire sans violence, tout entier dominé par la raison et le féminisme8. Dans cette optique, il s’acharne tout particulièrement sur Robespierre, reprenant certaines légendes noires pour l’occasion : Robespierre tout esprit et assoiffé de sang « (…) tourne le dos à la vie et voue un culte au néant. » (sic, p. 13) ; habité par une rancœur d’enfance, il est totalement déconnecté de son temps et disciple fanatique de Rousseau… Des lectures à jour sur l’historiographie de « l’Incorruptible » auraient-elles permis à Michel Onfray d’éviter ce type d’erreurs et de jugements contestables et dépassés ? Il est permis d’en douter. Les seuls biographes qu’il cite, Joël Schmidt et Laurent Dingli, ont d’ailleurs fait l’objet de critiques détaillées dans l’ouvrage somme de Marc Bélissa et Yannick Bosc, Robespierre. La fabrication d’un mythe9. Ce parti pris assumé d’une vision très furetienne, celle qui construit Robespierre en ancêtre des dictateurs totalitaires du XXe siècle (comprenons Hitler, mais surtout, Staline, Mao ZeDong, Castro, etc.), poursuit même au-delà, défendant le travail d’un Reynald Secher (les attaques à son égard étant qualifiées d’« ignominie », p. 18, et Michel Onfray ose le terme de « négationnisme » !). Il prétend même que la vision historiographique « jacobine » est dominante dans la société comme à l’école10, ce qui révèle une forme de lecture de la réalité bien éloignée de tout matérialisme… Fidèle à sa pensée binaire, il ne voit que critiques ou thuriféraires de Robespierre, ce qui le conduit à une attaque à la limite du ridicule contre Jean-Clément Martin, spécialiste reconnu de la Révolution française, rangé dans la seconde catégorie.

Rarement Michel Onfray aura joué avec autant de vanité le rôle du penseur omniscient capable de juger et de condamner tout spécialiste de n’importe quel sujet… On pourrait encore évoquer l’appréhension de Robespierre comme un personnage monolithique, fondu d’une pièce et pour toujours, la reprise de la déclaration apocryphe au moment de l’exécution de Lavoisier, la complaisance à l’égard de Louis XVI et de sa famille (le premier coupable de rien, la seconde vivant une tragédie personnelle), ou l’explication monocausale et quelque peu complotiste visant à attribuer aux jacobins la responsabilité pleine et entière des massacres de la Révolution11. A ses yeux, d’ailleurs, la mort du roi marque la fin de la Révolution… On a là autant de présupposés viciés, qui font des Girondins des féministes pleins et entiers, mais ouvrent malgré tout sur des développements factuellement justes sur les itinéraires de certaines femmes d’importance. Olympe de Gouges, particulièrement productrice d’écrits, mais dont la fameuse « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » était adressée à… Marie-Antoinette, est toutefois qualifiée par Michel Onfray de « libertaire » « (…) parce qu’elle aime la liberté » (sic, p. 64).

Sont également présentées Charlotte Corday, à qui Michel Onfray avait déjà consacré un livre (La Religion du poignard. Eloge de Charlotte Corday), Manon Roland, Théroigne de Méricourt (l’occasion d’attaquer l’interprétation psychanalytique d’Elisabeth Roudinesco) et Germaine de Staël. Pas de chapitres spécifiquement dédiés aux Enragées, Pauline Léon ou Claire Lacombe, par contre. Il faut dire que Michel Onfray trouve l’analyse de Daniel Guérin12 trop communiste et marxiste à son goût, préférant se référer à Proudhon. L’idéal de Michel Onfray ressort sans doute clarifiée de cette lecture pénible : la liberté plus que l’égalité, « la réforme, c’est la révolution moins le sang » (p. 174).

Pour une révolution à rebours ?

Le « sommet » de cette réflexion historique, telle qu’exposée dans Décadence, est atteint avec la révolution russe. Armé d’une seule référence bibliographique affichée, celle des récents ouvrages de Thierry Wolton sur Une Histoire mondiale du communisme, il fait d’Octobre 1917 un « (…) petit coup d’État du genre république bananière » (p. 439), et enfile les contre-vérités quasiment à chaque phrase. En offrir un florilège serait fastidieux et guère utile, tant la mauvaise foi règne ici en maîtresse. Dans sa longue énumération de massacres, ceux de la guerre civile en particulier, Michel Onfray affirme tout de même que les juifs sont les « boucs émissaires de tous » (p. 445, y compris des rouges, donc), et renvoie systématiquement dos-à-dos communisme et fascisme, révolution et contre-révolution, ainsi au sujet des combattants de la guerre d’Espagne, tous responsables de tueries qu’il réprouve. Quant au fascisme (indistinctement antisémite), on appréciera la finesse de la définition qu’il en propose : « (…) dans sa forme pure, le fascisme, c’est le bolchevisme, moins la déchristianisation, plus la re-christianisation. » (p. 450)

La dernière partie de son essai se concentre comme les précédentes sur certains thèmes jugés emblématiques d’une « déliquescence » de la civilisation européenne judéo-chrétienne, ouvrant sur le nihilisme qui serait celui de notre temps. L’art contemporain, le concile Vatican II, la victoire islamique de 1979 en Iran ou Mai 68 signeraient ainsi l’acte de décès de ce qui reste du christianisme. Car aux yeux de Michel Onfray, Mai 68 est avant tout caractérisé par sa dimension déchristianisatrice, et sa principale conséquence est le triomphe du consumérisme. S’inscrivant dans une logique franchement postmoderne, le philosophe mêle des conceptions purement réactionnaires ou conservatrices à celles marquées à gauche, voire à l’extrême gauche, aboutissant à une « philosophie au hachoir », tétanisante et faisant fi de tous les acquis de la science historique. Les perspectives sont dès lors inévitablement sombres, que ce soit celle d’un islam guerrier triomphant (témoignant d’une tendance à surestimer le phénomène djihadiste contemporain13) ou d’un transhumanisme conduisant directement au néant.

Au fondement de cette traversée au pas de course de deux millénaires d’histoire, une philosophie fataliste, celle d’un déterminisme absolu d’origine cosmique, astrophysique, qui fait que les humains n’ont pas d’influence sur le déroulement des événements14. Dès lors, du fait de cette rigidité qui signe l’échec et la fin des idéologies émancipatrices, universalistes et/ou collectivistes, il ne reste à chaque individu, à sa modeste échelle, qu’à vivre le plus moralement et heureux possible15. Ou comment Michel Onfray aboutit à un personnalisme stérile, recroquevillé et rejetant toutes les avanies de l’histoire, confondues et réduites à un spectacle de désolation et de violence sous toutes ses formes, qui fait fi de ses considérants politiques et sociaux. A bien des égards, Décadence signe la fin d’une trajectoire intellectuelle : si ce n’est celle du philosophe, ce sera celle du critique, qui estime avoir suivi l’auteur dans une impasse. Deux des phrases de Michel Onfray peuvent dès lors s’appliquer idéalement à lui-même : « (…) les philosophes ne sont pas hommes à estimer que, quand le réel donne tort à leurs idées, c’est que leurs idées ont tort. Tous préfèrent conclure que le réel a tort et qu’il faut bien plutôt changer de réel que d’idées. » (p 541). Maintenant habitué à mêler réflexions progressistes (de moins en moins souvent) et considérations réactionnaires (par contre en hausse, elles), participant ainsi au confusionnisme ambiant, Michel Onfray fait figure de radeau intellectuel, navigant à vue en suivant une boussole simpliste ayant perdu toute attache à l’égard du mouvement ouvrier, de sa culture, de ses fondamentaux. Sans doute faut-il voir là, au moins en partie, le résultat d’un individualisme intellectuel cultivé avec soin, mais qui le prive de toute émulation collective, de tout débat interne et surtout de tout garde-fou pluriel. Fruit de ce contexte de recul de la pensée, Michel Onfray le nourrit et l’entretient par ses multiples travaux. Dès lors, le constat est accablant : « On enregistre un homme à la mer et on passe à l’ordre du jour »16.

1Auteur de Michel Onfray, une imposture intellectuelle, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3377 http://dissidences.hypotheses.org/3377

2Auteur de La Contre-histoire de Michel Onfray, Blois, Tatamis, 2014.

3Nous l’avions recensé sur ce même blog : https://dissidences.hypotheses.org/6327

4« L’économie compte pour rien dans la production d’une civilisation car toutes, sans exception, se sont construites à partir du capitalisme qui s’avère consubstantiel aux échanges humains » (p. 575). Michel Onfray invente ainsi le capitalisme transcendant…

5Sur ce sujet, voir la somme de William Blanc et Christophe Naudin, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/5834 Ce livre est absent de la bibliographie (très sélective) proposée en fin d’ouvrage, tout comme la biographie de Mahomet par Maxime Rodinson, d’ailleurs.

6Ce n’est qu’à partir du tome 8 que les recensions figurent sur notre blog (https://dissidences.hypotheses.org/3105) ; les tomes antérieurs ont été chroniqués, mais sur notre ancien site.

7Michel Onfray prend de sérieuses libertés avec les chiffres, en multipliant par deux ou trois les estimations du nombre de victimes de la Terreur. Il fait même de Fouché l’inventeur du communisme (p. 421).

8Á cette occasion, Michel Onfray déplore l’humiliation subie par le roi et sa famille lors des journées d’octobre 1789, délestant son argument de tout le contexte social ayant pourtant poussé les femmes, celles-là même qu’il est censé célébrer, à se rendre à Versailles.

9Paris, Ellipses, collection « Biographies et mythes historiques », 2013. Cet ouvrage sera bientôt chroniqué sur notre blog. Signalons également le portrait à charge de Marat, tout aussi contestable car unilatéral et partisan.

10Robespierre, Marat ou Saint-Just seraient ainsi considérés comme des héros (p. 67).

11Dans la même logique, l’éviction des Girondins de la Convention, en juin 1793, est qualifiée de « coup d’État de Robespierre » (p. 96) ; il n’est donc guère étonnant de voir Michel Onfray réutiliser la même grille explicative s’agissant de la révolution d’octobre 1917…

12Voir Daniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la révolution française, 1793-1795, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3573

13Voir sur le sujet de l’islam la recension de son Penser l’islam : http://dissidences.hypotheses.org/7358 Quelques pistes d’approche du phénomène djihadiste et du retour du religieux sont proposées dans notre dossier de Dissidences : « Du djihadisme et de la confessionnalisation du politique : au fil de quelques écrits et travaux », http://dissidences.hypotheses.org/parcours/du-djihadisme-et-de-la-confessionnalisation-du-politique-au-fil-de-quelques-ecrits-et-travaux

14« (…) la puissance élit un destin et en écarte un autre dans la plus aveugle des fatalités. » (p. 576).

15Ce sera le sujet du troisième tome de cette trilogie, provisoirement intitulé Sagesse.

16Trotsky, s’exprimant au sujet de son ami Rakovsky finalement rallié à Staline.

Isaac Asimov / Robert Silverberg, A voté (Franchise) / Traverser la ville (Getting Across), Paris, éditions Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2016, 60 / 92 pages, 4 / 5 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec ces deux nouveaux titres de la collection Dyschroniques, vingt-et unième et vingt-deuxième, ce sont deux géants de la science-fiction étatsunienne qui sont à l’honneur. Isaac Asimov (1920-1992) est un des auteurs phares de ce que l’on a appelé l’âge d’or (les années 1940 et 1950), au cours desquelles il a élaboré les fameuses lois de la robotique, livré des romans d’importance (Les Cavernes d’acier, Sous les feux du soleil) et posé les bases du cycle de Fondation (Fondation, Fondation et Empire, Seconde Fondation)1. Cette nouvelle, publiée en 1955, est un choix qui peut paraître étonnant, dans la mesure où elle a connu de nombreuses éditions en français : citons le volume Histoires de demain de « La Grande anthologie de la science-fiction » (1975 pour la première édition) et le recueil Sociales fictions. Les androïdes rêvent-ils d’insertion sociale ? (2004). Le récit prend place au début du XXIe siècle, alors que le système électoral des États-Unis a subi depuis plusieurs décennies un changement majeur. Désormais, ce ne sont plus les citoyens qui votent, mais un individu unique issu de leurs rangs, censé être représentatif de l’ensemble de la population. Derrière ce fonctionnement singulier, un ordinateur géant, Multivac. On retrouve dans cette courte histoire l’idée d’une dépendance démesurée à l’égard des machines, ainsi qu’une extension du rôle des instituts de sondage, déjà important à l’époque de la rédaction. Néanmoins, l’argument avancé dans la nouvelle concernant l’adoption de ce nouveau système de vote – le temps pris par le dépouillement de tous les bulletins de vote – est d’une telle faiblesse qu’on s’étonne qu’Asimov l’ait conservé.

La nouvelle de Robert Silverberg est plus substantielle2. Elle a surtout été écrite dans une période extrêmement fertile pour la science-fiction et pour la carrière de l’auteur en particulier, celle des années 60 et 70, marquées par un ancrage plus engagé, plus critique du genre. Robert Silverberg (né en 1935), c’est un monstre d’écrivain, dont on ne compte plus les nouvelles et les romans tellement ils sont nombreux. Parmi ses livres les plus marquants, tous concentrés dans la séquence chronologique que nous évoquons, citons L’Oreille interne, sur le calvaire vécu par un mutant, L’Homme dans le labyrinthe, revisitation de la mythologie grecque, ou Les Monades urbaines, chef d’œuvre dystopique sur le thème de la surpopulation. A bien des égards, d’ailleurs, on peut considérer Traverser la ville comme une variation sur ce même thème (les images de SDF dormant à même les rues et les places évoquent le film Soleil vert3). Le personnage mis en scène, prototype d’un petit bourgeois lambda, vit dans une commune étatsunienne comme les autres, jusqu’au jour où le programme informatique assurant l’équilibre de celle-ci est dérobé par sa femme-du-mois. Le narrateur est alors contraint de se lancer dans un voyage à travers d’autres villes pour espérer le récupérer. Dans ce monde de l’avenir, les États-Unis sont devenus une seule et gigantesque ville, séparée en plusieurs entités, un peu comme si des communes anarchistes avaient échoué à instaurer des relations fraternelles et s’étaient isolées les unes des autres. Outre cette anticipation des gated communities, le texte de Silverberg vaut par l’implicite (quel est ce système de la femme-du-mois ? Une forme nouvelle de prostitution ? Un contrat d’association plus libre que le mariage ? D’où vient cette nourriture insipide ?) et par la dimension critique plurielle. La dépendance vis-à-vis des automatismes, et donc du conformisme de la société moderne, est clairement mise en accusation, tandis que l’alternative, présentée sous la forme de Walden 3, penche clairement du côté des communautés rurales, ouvertes sur la nature, et respectueuses d’une vie plus authentique4. Entre les deux titres, la dichotomie qualitative est donc marquée, le Silverberg étant nettement plus profond que le Asimov.

1Sur Isaac Asimov, nous ne pouvons que conseiller la lecture du récent essai d’Anthony Vallat, Utopie et raison dans le cycle de Fondation d’Isaac Asimov, Paris, ActuSF, 2014.

2On peut également la trouver dans le second tome de l’intégrale sélective des nouvelles de Robert Silverberg, Les Jeux du capricorne, Paris, Flammarion, collection « Imagine », 2002.

3Soleil vert, de Richard Fleischer (1973), avec Charlton Heston.

4On reconnaît là l’influence du mouvement des communautés hippies de la côte ouest des États-Unis à cette période.

Dominic Rousseau, Le Curé rouge. Vie et mort de Jacques Roux, Paris, Spartacus, 2013, 220 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le livre de Dominic Rousseau est la plus récente étude1 consacrée à celui qui fut souvent considéré comme le « leader » des Enragés, un comble pour un mouvement se situant aux antipodes de celui de Babeuf en terme d’organisation. Les Enragés de la Révolution française ont été largement étudiés par Daniel Guérin2, Claude Guillon3 et par de nombreux autres spécialistes (Walter Markov, Albert Soboul, Serge Bianchi), dans des articles, en particulier dans les Annales historiques de la Révolution française, mais l’intérêt de l’approche de Dominic Rousseau réside dans son parcours biographique extrêmement détaillé. Le récit débute par le lien tracé avec Jean Meslier, autre curé précurseur du socialisme mais contraint à pousser « un cri dans la nuit », pour reprendre la jolie formule de Dominic Rousseau4, là où Jacques Roux fut homme d’action et non théoricien.

Né en 1752, en Charente, et issu d’une famille bourgeoise, le jeune Jacques Roux fut destiné à des études ecclésiastiques, l’amenant à exercer un temps le professorat de philosophie et de physique pour des élèves du séminaire d’Angoulême. Occupant par la suite divers postes en tant que vicaire itinérant, il fut témoin de la misère rurale. Dominic Rousseau s’interroge avec pertinence sur les possibles lectures de Jacques Roux en cette époque précédant la tourmente révolutionnaire, retenant principalement Jean-Jacques Rousseau (celui de Profession de foi d’un vicaire savoyard en particulier) et Gabriel Bonnot de Mably ; il reste néanmoins bien des zones d’ombre sur la formation de sa pensée politique et sociale. Les défauts de son caractère ne sont pas négligés, lui qui se révéla souvent autoritaire, ayant une haute opinion de lui et une certaine ambition d’incarner les exigences du petit peuple ; un caractère complexe, volontiers fabulateur, mais entier dans ses engagements. En 1790, avant son départ pour Paris, il prononce en son église de Saint-Thomas un discours qui permet de faire un point d’étape sur ses idées : il s’y révèle attaché à la foi en Dieu, tout en critiquant la religion ; il y exalte surtout l’engagement du peuple et la liberté, saluant le rôle de monarque éclairé joué par Louis XVI. C’est donc bien le bouillonnement parisien qui allait contribuer à l’approfondissement majeur de sa pensée et à sa radicalisation. Il y devient prêtre jureur, membre du club des Cordeliers, et habite le quartier du Marais, l’un des bastions des sans-culottes. Dans cette Révolution dont il fréquente désormais le cœur et le cerveau, il voit un retour à l’esprit de l’Évangile originel, du christianisme primitif, plus à l’écoute des pauvres.

Au début de 1792, il héberge quelques jours un Marat alors menacé, personnage qu’il admire énormément, mais avec lequel, malgré ses efforts, il finira par se brouiller et entrer en conflit. A la fin de l’année, Jacques Roux subit plusieurs échecs électoraux, en particulier lors des élections pour la Convention. Il devient néanmoins le représentant de sa section à la Commune de Paris, et acquiert une certaine célébrité en étant un des deux hommes à accompagner Louis XVI à l’échafaud le jour de son exécution, après avoir prononcé un discours important en faveur de sa condamnation à mort. Dans les premiers mois de 1793, Jacques Roux s’implique dans les émeutes populaires conduisant à l’instauration de la loi sur le maximum. Il faut dire que la dénonciation des spéculateurs et des accapareurs, des riches de manière plus générale, constitue le cœur du discours du « curé rouge ». Il s’engage également avec force dans la lutte contre les Girondins, qui connaît un triomphe en juin 1793, avec l’éviction de leurs députés de la Convention (action que semble regretter en partie l’auteur, soucieux d’une certaine légalité formelle sur ce point). Toutefois, lorsqu’il prononce son discours le plus fameux devant l’assemblée, fin juin 1793, ce discours passé à la postérité sous le surnom de « Manifeste des Enragés », il s’attire nombre d’inimitiés, les Montagnards en faisant une cible d’importance. Cela n’empêche pas Jacques Roux, en froid avec Marat, de revendiquer sa succession après son assassinat, relançant un Ami du Peuple. Sur le sujet des fréquents appels à la violence de Roux comme de Marat, justement, Dominic Rousseau se montre souvent compréhensif (ces déclamations n’ayant pas conduit leurs auteurs à avoir directement de sang sur les mains), tout en leur reprochant de préparer le champ à la Terreur à venir, dont Jacques Roux allait être une des premières victimes. Mais est-il vraiment judicieux de séparer revendications sociales radicales et usage de la violence en période révolutionnaire ?

Jacques Roux est emprisonné à plusieurs reprises dès août 1793, et, finalement renvoyé devant le tribunal révolutionnaire, il choisit de mettre fin lui-même à ses jours. En conclusion de son récit tout à fait passionnant, Dominic Rousseau insiste, nous semble-t-il avec justesse, sur ce qui différencie Jacques Roux de Gracchus Babeuf5, ce dernier véritable précurseur du socialisme, là où le premier apparaît davantage comme un continuateur de Rousseau, ne remettant pas réellement en cause la propriété privée dans ses fondements.

1Une des plus anciennes est de Maurice Dommanget, Jacques Roux, le curé rouge. Les « Enragés » contre la vie chère sous la Révolution, Paris, Spartacus, 1948.

2Voir notre recension de la réédition de Bourgeois et bras-nus sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3573

3Nous avions chroniqué son Notre Patience est à bout sur notre ancien site.

4On notera toutefois une certaine indulgence à l’égard de Voltaire, qui certes fit connaître le « testament » de Jean Meslier, mais en l’amputant de bien de ses passages les plus radicaux…

5Sur Babeuf, voir la recension d’un ouvrage paru aux éditions libertaires : http://dissidences.hypotheses.org/518

François Bordes, Kostas Papaïoannou (1925-1981). Les idées contre le néant, Paris, Éditions La Bibliothèque, collection « Les Cosmopolites », 2015, 172 pages, 14 €.

Un compte rendu de Patrick Marcolini

Il manquait jusqu’ici une biographie intellectuelle de cette figure méconnue de l’anti-stalinisme de gauche que fut Kostas Papaïoannou, philosophe grec qui vécut la majeure partie de sa vie à Paris, et qui fut tenu en haute estime par des personnalités aussi différentes que Raymond Aron ou Guy Debord. L’essai de François Bordes, nourri de ses recherches dans les fonds de l’IMEC, vient combler cette lacune. Il nous replonge dans les années de Guerre froide, à l’époque où la déstalinisation du bloc soviétique et des partis communistes, vite interrompue, permit toutefois l’émergence d’une première génération de penseurs qui entreprirent d’extraire l’œuvre marxienne des glaces de l’idéologie. Kostas Papaïoannou en fait partie, lui qui permit à beaucoup de lire Marx dans le texte, et de comprendre comment on était passé du projet communiste aux systèmes d’oppression existant en Russie, en Chine et ailleurs. Mais François Bordes ne rend pas seulement hommage à la lucidité du philosophe. En bon historien des idées, il rappelle que le moment anti-totalitaire français a commencé vingt ans avant la publication de L’Archipel du Goulag en 1974, et que « c’est précisément à ce moment-là que Kostas Papaïoannou joue un rôle qui mérite d’être réévalué car il montre la richesse et la complexité de ces années foisonnantes » (p. 106) – par contraste avec le simplisme et le clinquant des « nouveaux philosophes » qui viendront plus tard.

Le souvenir qu’a laissé Kostas Papaïoannou dans la vie intellectuelle française est peut-être d’abord celui d’un vulgarisateur, en la circonstance de la meilleure espèce. Ses ouvrages les plus diffusés, et d’ailleurs régulièrement réédités jusqu’à aujourd’hui, furent un choix de textes de Hegel, traduits et commentés par ses soins, d’abord publiés par Seghers en 19621, ainsi qu’une anthologie, Les Marxistes, publiée en 1965 dans une collection de poche destinée au grand public, qui donnait à lire l’essentiel des textes fondamentaux de cette tradition intellectuelle, tout en soulignant leur intrication avec l’histoire sociale et politique2. Le premier fut salué à sa parution par des personnalités aussi différentes que Jean Wahl, Brice Parain et Louis Althusser. Quant au second, Guy Debord lui-même le recommandait à ses correspondants soucieux de s’instruire en théorie marxiste3. Dans la même perspective, Papaïoannou traduira plus tard chez 10/18, avec le souci d’éviter tout jargon, des textes aussi exigeants que La Raison dans l’Histoire ou les écrits de jeunesse de Marx et d’Engels.

Mais François Bordes rectifie cette image finalement assez subalterne du vulgarisateur de talent, pour nous rappeler que Kostas Papaïoannou fut aussi un philosophe authentique et un polémiste hors pair. L’un n’allait pas sans l’autre en ce temps-là, car délivrer Marx de l’idéologie n’était possible qu’en se lançant dans un combat acharné contre les marxistes, qu’ils soient hommes d’État à Moscou ou philosophes en chaire à Paris (les seconds se bornant le plus souvent à emballer de spéculations sophistiquées la doctrine rudimentaire des premiers). L’originalité de la méthode du philosophe grec a consisté, selon les mots de François Bordes, à « utiliser Marx pour critiquer le marxisme » (p. 91). En effet, bien qu’excellent commentateur, Kostas Papaïoannou ne se bornait pas à gloser sur un corpus théorique dont il soulignait selon les cas les vues lumineuses ou les angles morts. Il fit du concept marxien d’idéologie un outil de compréhension du marxisme-léninisme ; il observa la réalité soviétique au prisme du concept d’aliénation ; il étudia la géopolitique de l’URSS à la lumière des textes de Marx sur la question russe ; et il entreprit de croiser la collectivisation agraire avec le concept de despotisme asiatique. Tout au long des années 1960 et 1970, de cet affrontement sont nés de multiples articles, publiés dans des revues telles que Diogène, Preuves ou Le Contrat social, et recueillis après sa mort dans le volume De Marx et du marxisme, publié en 1983 chez Gallimard à l’initiative de Raymond Aron, dont il fut proche. Or, comme le révèle François Bordes, Kostas Papaïoannou avait posé les bases de cette analyse critique de Marx, du marxisme et du communisme dès les années 1950, dans ses textes publiés en grec, à l’époque où, ayant fui la guerre civile, il espérait encore pouvoir revenir dans son pays natal et réintégrer le monde universitaire.

Si De Marx et du marxisme reste un sommet en termes d’herméneutique et d’histoire de la pensée marxiste, la pointe polémique de l’œuvre de Kostas Papaïoannou reste toutefois L’Idéologie froide, son pamphlet publié chez Jean-Jacques Pauvert en 1967, dans la célèbre collection « Libertés » au format oblong et aux couvertures couleur papier kraft, dirigée par Jean-François Revel. Véritable soufflet à la face des marxistes orthodoxes, ou pour reprendre les mots de François Bordes, « missile philosophique », le livre rassemblait de manière percutante les principaux arguments de la critique du stalinisme qu’on retrouvera un an plus tard sur les murs et dans les assemblées de Mai 68. Un missile de longue portée même : le propos de L’Idéologie froide résonnant familièrement avec l’actuel retour en grâce du marxisme dans l’intelligentsia, les éditions de l’Encyclopédie des Nuisances ont jugé utile en 2009 de rééditer ce pamphlet pour faire pièce aux divagations qu’on peut parfois entendre du côté de Vincennes ou de la rue d’Ulm.

Mais à l’énoncé des noms d’Aron, de Revel, et peut-être aussi de la revue Preuves (organe de la guerre froide culturelle menée par les États-Unis contre les communistes)4, le lecteur aura peut-être tiqué : des années 1950 aux années 1970, ce sont là les fleurons français de la pensée libérale et atlantiste. De fait, Kostas Papaïoannou a aussi participé en 1978 à la fondation de la revue Commentaire, connue pour ses penchants néolibéraux. Il ne faudrait pas cependant faire de déductions trop hâtives. L’auteur rappelle que Papaïoannou avait commencé sa trajectoire politique dans la gauche socialiste grecque, comme membre de l’ELD, l’« Union démocratique populaire », un petit parti fondé par son père, proche des pivertistes français, et qui finit par rejoindre l’EAM, le Front de libération nationale formé sous l’égide du Parti communiste grec. Le philosophe participa à ce titre à la résistance antifasciste, tout en acquérant une connaissance directe de la mécanique du stalinisme. François Bordes montre bien, aussi, son mépris à l’égard des anti-totalitaires des années 1970 (Bernard-Henri Lévy, Bernard Glucksmann et les autres). Il souligne la proximité de Papaïoannou avec Cornelius Castoriadis et Kostas Axelos, qui firent avec lui la traversée de la Grèce vers la France à bord du mythique Mataroa, et dont la démarche post-marxiste était tout sauf une reddition devant l’ordre des choses. Il évoque également l’attitude ambivalente de Kostas Papaïoannou en 1968, trouvant des interlocuteurs chez les situationnistes, mais participant ensuite à la manifestation de soutien à de Gaulle, ou en 1981, à la veille de sa mort, lorsqu’il espère voir François Mitterrand gagner les élections. Enfin, comme pour achever de brouiller les cartes, François Bordes rappelle que deux des derniers livres de Papaïoannou furent publiés par des maisons d’édition d’ultragauche : Lénine ou l’utopie au pouvoir, chez Spartacus en 1978, et La Consécration de l’histoire, chez Champ libre en 1983 (François Bordes soulignant la haute tenue philosophique de ce dernier ouvrage passé relativement inaperçu).

On pourrait dire que cette équivoque n’en est pas une : après tout, les libéraux et l’ultragauche avaient l’anti-stalinisme pour point commun, et c’est peut-être cet anti-stalinisme qui fut la ligne directrice de Kostas Papaïoannou en politique. Il est dommage que François Bordes ne se penche guère sur les équivoques qu’impliquait une telle position, et qu’il ne mette pas en discussion les analyses de Michael Scott Christofferson sur les liens entre le néolibéralisme et les critiques de gauche et d’extrême gauche du stalinisme5. Mais cette lacune est peut-être volontaire, car cet historien a tendance à voir dans les adversaires intellectuels du Parti communiste et du marxisme orthodoxe, fussent-ils sincères, des « alliés objectifs » de la bourgeoisie – le genre de biais que Kostas Papaïoannou avait précisément en horreur. François Bordes, pour sa part, semble être plutôt de ceux qui pensent que la vérité est toujours révolutionnaire. Et dans la mesure où Papaïoannou a passionnément cherché la vérité sur le marxisme sans trop se préoccuper des forces sociales ou politiques que son travail pouvait ainsi favoriser, la question qui sous-tend l’essai de François Bordes devient celle, malheureusement récurrente dans l’histoire, des points d’ancrage d’une pensée libre dans une époque qui ne l’est pas.

C’est pourquoi Kostas Papaïoannou fut un intellectuel périphérique, marginal non par vocation mais du fait de sa lucidité. Bien qu’entouré d’amis, sa situation fut toujours précaire : privé de passeport pendant près de dix ans, ne devant son poste de chargé de recherche au CNRS qu’au soutien de quelques-uns, oscillant entre les cultures (à côté de la philosophie occidentale, l’art grec et la peinture byzantine firent aussi partie de ses objets d’étude), il resta un « éternel étudiant » (p. 19) auquel les institutions du savoir ne firent pas bon accueil. Pour ne citer qu’un exemple de cette marginalité à la fois subie et assumée, son obstination à utiliser Marx pour critiquer le marxisme, qui aurait pu le rapprocher de son contemporain Maximilien Rubel dont le projet intellectuel était semblable, l’en éloigna au contraire. Rubel, tout en reconnaissant la qualité des travaux de Kostas Papaïoannou, ne pouvait se résoudre à sortir de la tradition marxienne. C’était au contraire le pas suivant dans la démarche du Grec : considérer Marx comme un représentant de la tradition philosophique occidentale, à l’image de Descartes ou de Kant – et le traiter en conséquence, ni plus ni moins.

Il y a bien sûr quelque chose de tragique dans cette marginalité consentie, mais aussi une étrange poésie, qui filtre à travers le sourire et la légèreté apparente de ce bon compagnon que fut Kostas Papaïoannou pour ses proches – au premier rang desquels Octavio Paz. C’est aussi le mérite du petit livre de François Bordes que de laisser le dernier mot à cette poésie et cette amitié-là, sans rage de conclure.

1Disponible aujourd’hui aux Belles Lettres, dans la collection « Le goût des idées » de Jean-Claude Zylberstein, dans une nouvelle édition préparée par François Bordes et Laurie Catteeuw.

2Augmentée et remaniée, elle est devenue en 1972 Marx et les marxistes, aujourd’hui disponible chez Gallimard dans la collection « Tel ».

3Cf. Guy Debord, Correspondance, volume 2, septembre 1960-décembre 1964, Paris, Fayard, 2001, p. 315. Debord qualifiait aussi son Hegel d’« excellent » (Correspondance, volume 4, janvier 1969-décembre 1972, Paris, Fayard, 2004, p. 541).

4 Cf. « Preuves » : une revue européenne à Paris, présentation, choix de textes et notes de Pierre Grémion, Paris, Julliard, 1989. Sur cette revue et son rôle dans la « guerre froide culturelle », Pierre Grémion, Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris, 1950-1975, Paris, Fayard, 1995, et Frances Stonor Saunders, Qui mène la danse ? La CIA et la guerre froide culturelle, trad. D. Chevalier, Paris, Denoël, 2003.

5Michael Scott Christofferson, Les Intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France, 1968-1981, trad. A. Merlot, Marseille, Agone, 2009.

Jean-Numa Ducange, Jules Guesde. L’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017, 247 pages, 22,90 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Enfin, serait-on tenté de dire ! En effet, depuis la publication des livres témoignages d’Adéodat Compère-Morel (Jules Guesde, le socialisme fait homme, 1937) ou d’Alexandre Zevaès (Jules Guesde, 1929), et des travaux de Claude Willard portant plus sur le guesdisme que sur Jules Guesde lui-même1, très peu d’auteurs se sont penchés sur la vie et l’œuvre de ce personnage, largement méconnu par ailleurs de nos jours. Pourtant, en son temps, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, avant l’unification socialiste de 1905, le nom de Guesde incarnait l’idée socialiste. C’est seulement à partir de la création de la SFIO2 et l’affirmation croissante de la figure de Jean Jaurès que le renom de Jules Guesde a décliné. C’est tout l’intérêt de ce livre de rappeler la centralité et le parcours de cet « apôtre » du courant socialiste. Sans modifier fondamentalement les connaissances déjà accumulées sur ce dirigeant, l’ouvrage de Jean-Numa Ducange3 examine à nouveaux frais la place et le rôle qu’il a pu jouer dans la création et le développement du socialisme au sein de l’hexagone.

L’historien s’intéressant au rôle politique de Jules Guesde, les vingt premières années de sa jeunesse sont exécutées en quatre pages. En devenant journaliste à 20 ans, il se situe d’abord dans le courant républicain. C’est d’ailleurs un ardent patriote, trait à retenir, car il constitue une constante de son attitude politique jusqu’à la fin de sa vie. On sait en effet qu’il participa, durant la Première Guerre mondiale, à l’Union sacrée, et sans doute ce positionnement relève-t-il plus d’une continuité politique que d’une « trahison » de l’idéal internationaliste dont il a été qualifié à l’époque. Son soutien à la Commune de Paris relève également d’un patriotisme ardent, la Commune représentant la lutte intransigeante contre l’occupant allemand. Il connaîtra d’ailleurs une période d’exil (Suisse, Italie) suite à ses prises de position.

En 1876, il est de retour à Paris où il participe au lancement du journal L’Égalité (puis Le Socialiste, à partir de 1885), publication centrale de son courant et du socialisme en France. A ses côtés pour cette aventure, Gabriel Deville, un de ses plus proches collaborateurs, jusqu’à sa disparition en 1911. L’Égalité (dont un reprint a été assuré par le Parti communiste français dans les années 1970) représente l’organe de développement du marxisme en France. Certes, les analyses proposées apparaissent assez simplistes, pour ne pas dire caricaturales. Il n’empêche, c’est dans ses colonnes que les principaux textes de Marx sont diffusés. D’entrée, l’Égalité permet au courant de Jules Guesde de s’inscrire dans le mouvement socialiste international (allemand au premier chef) puisque les dirigeants de la social-démocratie, Wilhelm Liebknecht ou August Bebel, en sont des contributeurs réguliers. Jean-Numa Ducange s’intéresse de manière précise aux passeurs4 de cette social-démocratie, personnages méconnus, comme Karl Hirsch ou José Mesa, noms découverts au fil de la lecture. En 1879, à l’occasion du congrès de Marseille, Jules Guesde crée le Parti ouvrier (PO5), « probablement l’œuvre la plus durable de Guesde à l’histoire de la France contemporaine, plus exactement sa contribution à l’élaboration du programme » (p. 30).

Dans la décennie qui suit, Jules Guesde se transforme en véritable missi dominici, parcourant la France pour y développer, par la parole, au cours de multiples réunions publiques, le message du socialisme. Entre 1882 et 1890, il aurait ainsi tenu plus de mille réunions à travers le pays. Ses interventions orales sont ensuite traduites en brochures et connaissent une diffusion de masse. Certaines de ces brochures représentent une élaboration théorique plus conséquente, ainsi Services publics et socialisme, publié en 1883, durant un séjour en prison. Cette brochure illustre d’ailleurs assez bien le grand écart qui existe entre le programme de réformes défendu par Jules Guesde et le discours eschatologique sur le socialisme à venir. Discours qui ne l’empêche pas, et cela l’amènera à s’opposer à la CGT de manière constante, de critiquer le rôle central de la grève, conçue comme une simple gymnastique en vue du développement de l’influence socialiste. Le PO étant le correspondant français de l’Internationale (fondée en 1889), c’est le camarade de Jules Guesde, Paul Lafargue, par ailleurs gendre de Marx, qui joue un rôle de premier plan dans les activités internationales. Jules Guesde, lui, en cette année 1889, se présente à la députation à Marseille, et il doit attendre 1893 pour être élu, mais dans le Nord, à Roubaix. Durant cinq ans, il représente le socialisme à l’Assemblée, développant en ce lieu inédit la propagande. Désormais, ce sont ces discours au parlement qui sont édités en brochure (après la fin de sa mandature néanmoins). En fait, ce passage sera bref, car à l’élection suivante, bien que Roubaix apparaisse comme la « Manchester » française, il est battu.

Dans les années qui suivent, et qui se concluent par l’unification du mouvement socialiste, Jules Guesde est l’homme du refus des compromis. Alors que Jean Jaurès s’engage à fond dans l’affaire Dreyfus, le refus dogmatique de Jules Guesde conduit à la perte d’hégémonie du courant guesdiste sur le mouvement socialiste. Bien que Jules Guesde soit lui-même hostile à l’antisémitisme, certains de ses affidés développaient des positions plus ambiguës. Ce positionnement de Guesde s’explique, selon l’argumentation de Jean-Numa Ducange, par des facteurs internes au mouvement socialiste. En participant aux alliances avec les républicains, Guesde aurait craint de laisser à la seule CGT l’hégémonie sur le monde ouvrier. CGT avec laquelle, ainsi qu’on a déjà eu l’occasion de l’exprimer, les rapports étaient particulièrement tendus, Jules Guesde affirmant la prépondérance du parti sur le syndicat, dans une conception importée de la social-démocratie allemande. Pourtant, sa position antidreyfusarde n’était pas partagée par tout son entourage. Paul Lafargue par exemple s’est opposé à Jules Guesde sur l’affaire, sans succès. En revanche, les conséquences politiques de l’affaire et la participation ministérielle d’Alexandre Millerand verront l’accord se renouer entre les deux compagnons.

En 1904, l’histoire du socialisme en France s’accélère car s’affrontent désormais deux partis se réclamant du socialisme (PSdF, Jules Guesde-Edouard Vaillant ; PSF, Jean Jaurès). Le PSF prend l’ascendant (électoral) sur le PSdF, renforcé par le crédit international que Jean Jaurès conquiert au sein de l’Internationale. Cet aller-retour que Jean-Numa Ducange propose entre la scène nationale et l’arène internationale constitue d’ailleurs un aspect tout à fait stimulant et original de l’ouvrage. A la veille de l’unification de 1905, l’historien propose même un bilan des multiples évolutions et contradictions du mouvement socialiste incarné par Jules Guesde, fruit selon lui « d’une tension permanente du socialisme entre deux sensibilités héritées de l’histoire (…) Tantôt l’héritage des rébellions révolutionnaires de 1789 à 1871 prévaut, tantôt il s’éloigne au profit d’une approche plus gradualiste et réformatrice (…) Guesde (est une figure) plus ambivalente qu’il n’y paraît » (p. 121). Alors que la création de la SFIO (1905) affirme la prépondérance politique du marxisme, dans les faits, la réalité est beaucoup moins à l’avantage du courant guesdiste.

Dans la période qui va jusqu’à la guerre, les socialistes se montrent plus pragmatiques que dogmatiques, ainsi que l’illustre le système d’alliances avec les radicaux au moment des différentes élections. Élections qui permettent d’ailleurs le retour de Jules Guesde à l’Assemblée à partir de 1906, dans sa circonscription de Roubaix, dont il sera le représentant jusqu’à sa mort. Dans le parti unifié, la figure la plus influente se nomme Jean Jaurès, et c’est autour de lui que se reconfigure la majorité du mouvement socialiste. « Le décalage entre un verbe demeuré révolutionnaire et les positions pratiques s’accentue » (p. 136), expliquant le déclin du courant incarné par Jules Guesde6. La discussion sur les retraites ouvrières et paysannes en 1910 constitue une nouvelle illustration du recul des guesdistes, dont, paradoxalement les positions sont rejointes par celles de la CGT. Néanmoins, affaiblissement ne signifie pas disparition. Le déclenchement de la guerre de 14-18 et la période qu’elle ouvre marquent une double rupture pour Jules Guesde par rapport à ses positionnements passés. D’une part ce dernier intègre le gouvernement7 et se fait le héraut de la politique d’Union sacrée (avec la quasi-totalité de la SFIO et de ses ennemis de la CGT), puis la guerre finie, il s’oppose à la révolution russe et se fait le chantre de l’unité socialiste (contre la création du Parti communiste/SFIC8). Jules Guesde finit par quitter le gouvernement en 1916, aspect qui aurait d’ailleurs mérité un plus ample développement. Finalement, il meurt en juillet 1922.

Le dernier chapitre, désormais assez classique dans sa construction, porte sur la mémoire du personnage. Au final, l’ouvrage de Jean-Numa Ducange replace la personnalité et l’action d’un personnage dont l’influence fut décisive à un moment donné de la course du courant socialiste, patrimoine commun de toute la gauche en France. Au moment même où le Parti socialiste, principal héritier, semble en voie d’implosion, c’est, fortuitement, une autre manière de souligner l’actualité du propos de ce stimulant ouvrage.

1Claude Willard est l’auteur du travail de référence, en français, sur ce courant : Le mouvement socialiste en France (1893-1905). Les Guesdistes, Éditions sociales, 1965, ainsi que d’une très succincte biographie (une centaine de pages), Jules Guesde. L’apôtre et la loi, Éditions Ouvrières, 1991.

2Section française de l’Internationale ouvrière.

3Jean-Numa Ducange, spécialiste du marxisme et de la social-démocratie allemande, est membre du collectif Dissidences.

4Cette notion de transmission n’est pas neuve pour cet auteur : Lire par exemple Jean-Numa Ducange, Michel Biard (dir.), Passeurs de révolution, Paris, SER, 2013.

5 Le Parti ouvrier devient, en 1893, le Parti ouvrier français (POF), manifestation supplémentaire du poids du nationalisme dans le mouvement ouvrier hexagonal. On peut regretter que Jean-Numa Ducange n’accorde pas plus d’attention à cette évolution, parallèle par ailleurs à l’élection de Jules Guesde à la Chambre.

6Notons au passage que ce verbe révolutionnaire n’empêche pas Jules Guesde de s’opposer à toutes mobilisations antimilitaristes, au moment où les diverses crises internationales laissent entrevoir la guerre qui vient ou qu’il est, au mieux, indifférent à la lutte anticoloniale, voire même défenseur, lors d’un projet de loi, de la perspective d’un colonialisme socialiste.

7Cette position institutionnelle lui permettra par exemple de financer Mussolini afin que le PSI (Parti socialiste italien) soutienne l’effort de guerre, ce contre quoi il s’était positionné.

8Section française de l’Internationale communiste.

Alberto Amo, Alberto Minguez, Podemos, La politique en mouvement, Paris, La Dispute, 2016, 223 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, on compte désormais (en français), quatre livres1 consacrés au nouveau mouvement politique espagnol, auxquels il faut ajouter la traduction des œuvres de Pablo Iglesias2, son principal dirigeant. Alors que les autres livres ont été écrits par une journaliste (Le Nez), un historien (Barret) ou sont constitués de traductions de textes des animateurs de Podemos (Dominguez/Gimenez), ce dernier est écrit par des militants du cercle Podemos de Paris, à l’aide de la presse en ligne espagnole.

Il se présente comme une introduction didactique sur le phénomène Podemos, pour des lecteurs français ne connaissant pas les arcanes de la vie sociale et politique de l’Espagne actuelle. Il s’agit en quelque sorte d’un « Podemos pour les nuls », destiné à un large public, grâce à la multitude de notes permettant de mieux saisir l’environnement dans lequel a émergé cette nouvelle formation politique. Le fil conducteur du propos est chronologique, depuis les conditions d’apparition de Podemos jusqu’au dernier épisode électoral des élections législatives de juin 2016.

Le premier chapitre dresse le portrait des mouvements sociaux qui aboutirent au phénomène des Indignés et à l’occupation des places des grandes villes du pays le 15 mai 2011. Ce chapitre est particulièrement développé (plus de 50 pages), car il restitue le cadre général social et politique qui aboutira au plus puissant mouvement social qu’ait connu l’Espagne depuis la transition démocratique, le 15-M. Le chapitre suivant présente le phénomène de « La Tuerka », émission de télévision qui précipite la construction du groupe dirigeant de Podemos, autour de la personnalité de Pablo Iglesias. En janvier 2014, au Tetro del Barrio se réunissent les initiateurs de ce qui va devenir Podemos, transformant l’indignation sociale massive en un mouvement politique susceptible de représenter une alternative électorale. D’éclairants développements sont consacrés aux discussions avec les autres partis se situant à gauche du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), comme Izquiedra Unida (IU, alliance à laquelle participent les communistes), Equo (écolo) ou le Partido X (réseau citoyen, issu également de la constellation du 15 mai). Comme l’écrivent les auteurs : « Podemos naît avec l’intention de produire un nouveau cadre électoral, un « nouveau sens », pour reprendre le terme d’Inigo Errejon, grâce auquel conquérir les institutions et générer un changement politique épaulé par les mouvements sociaux » (p. 100). Objectif réussi avec un résultat surprenant aux élections européennes du 25 mai 2015 (8%), dont les auteurs analysent longuement les conditions de réussite (forte participation citoyenne à travers le développement des cercles, substitut partidaire des collectifs d’occupation des places, une campagne inclusive, un discours de rupture : le populisme, en rupture avec l’axe gauche-droite et lui substituant une opposition caste/élite).

Le chapitre suivant (4) est consacré au mode de fonctionnement de Podemos. Les auteurs se montrent d’ailleurs assez critiques, montrant que deux orientations coexistaient dans l’organisation : une première, axée sur la participation électorale et un mode de décision assez centralisé et vertical (illustré par la direction du groupe Iglesias, Monedro, Errejon) ; une seconde, autour de Pablo Echenique et Teresa Rodriguez (elle-même membre d’une organisation d’obédience trotskyste, Izquierda Anticapitalista), beaucoup plus basiste et horizontale. Autour des débats sur l’organisation du parti à construire s’opposent vision d’un parti-élection et celle d’un parti-mouvement. Finalement, grâce à la centralité de la personnalité d’Iglesias (lequel n’hésite pas à menacer de se retirer si son projet n’est pas majoritaire), c’est la conception verticaliste qui triomphe et qui sera la base de fonctionnement de Podemos lors de l’Assemblée générale de fondation les 18-19 octobre 2014 à l’assemblée de Vistalegre.

Les deux derniers chapitres (5 et 63) sont sans doute les moins intéressants de l’ouvrage, car entièrement consacrés à l’analyse des différentes élections auxquelles Podemos se consacre dans les mois qui suivent : élections régionales et municipales (mai 2015), puis législatives (décembre 2015), puis nouvelles législatives (juin 2016). Si Podemos obtient des résultats assez mitigés aux élections régionales, en revanche, il parvient, dans le cadre de listes citoyennes, à obtenir de très bons résultats dans les principales villes du pays aux municipales, remportant la mairie à Barcelone ou Madrid (avec le soutien du PSOE).

Si aucun détail des soubresauts électoraux n’échappera au lecteur, en revanche, l’ouvrage ne développe pas vraiment le rapport que Podemos entretient avec le mouvement citoyen, ce qui persiste du 15M, voire du tissu associatif ou syndical plus classique. Dans la même veine, une discussion plus approfondie sur la notion d’hégémonie qui sature le discours des dirigeants de Podemos aurait mérité de plus amples développements qu’un simple rappel des travaux d’Ernesto Laclau. Peut-on limiter cette notion à « la création d’un cadre discursif avantageux » (p. 167), dans le strict cadre électoral ? Le phénomène Podemos a-t-il d’ailleurs, de manière plus générale, déjà épuisé ses potentialités que d’aucuns assurent subversives ? Autant de questions, parmi d’autres, amenées à alimenter de nouvelles études, plus problématisées.

1Héloïse Le Nez, Podemos, de l’indignation aux élections, Paris, Les Petits matins, 2015, Christophe Barret, Podemos. Pour une autre Europe, Paris, Cerf, 2015, Ana Dominguez, Luis Gimenez (dir.), Podemos, sûr que nous pouvons !, Paris, Indigène, 2015.

2Pablo Igleisas Turrion, Machiavel face au grand écran. Cinéma et politique, Lille, La Contre allée, 2016, et Les leçons politiques de Game of Thrones, Paris, Post-éditions, 2015.

3Notons d’ailleurs que le titre du 6e chapitre, « A l’assaut du ciel », consacré aux échéances électorales, paraît pour le moins un tantinet excessif.

Giles Milton, Roulette russe. La guerre secrète des espions anglais contre le bolchevisme (Russian Roulette), Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2015 (2013 pour l’édition originale), 352 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

C’est un pan plutôt méconnu de l’histoire de la Russie révolutionnaire en ses premières années que Giles Milton nous éclaire, celui de l’action des services secrets britanniques, le fameux MI6 (né juste avant la Première Guerre mondiale, sous la houlette de Mansfield Cumming), en terre russe. Pour ce faire, l’auteur a mis à profit des sources généralement inédites en langue française, mémoires écrits des agents et documents d’archives. Le tout est présenté comme un roman, sans notes de bas de page (les références sont concentrées en fin d’ouvrage), et si la lecture en est d’autant plus aisée, un sentiment gênant se dégage assez rapidement : Giles Milton prend en effet le plus souvent pour argent comptant tout ce que lui apprennent ses sources – alors que des témoignages, d’agents secrets qui plus est, demandent au minimum une critique interne poussée – et ne fait pas l’effort de les croiser de manière systématique1 ; il fait également sienne la prévention des dirigeants britanniques à l’égard des bolcheviques, systématiquement présentés ici sous un jour négatif, gestionnaires incompétents, violents et barbares (le terme de terrorisme revient aussi à plusieurs reprises)2.

En dehors de ce parti pris pesant, le livre de Giles Milton se présente comme une synthèse, bien qu’incomplète. Elle débute avec la participation des services secrets britanniques à l’assassinat de Raspoutine (sans d’ailleurs approfondir le sujet en détail), et se poursuit avec la mission de Somerset Maugham – agent secret, romancier célèbre, dramaturge – chargé d’apporter le soutien (y compris financier) des anglo-saxons à Kerenski, par crainte de la défection russe dans la guerre. Avec l’arrivée au pouvoir des bolcheviques, le Royaume-Uni dispose déjà d’un homme dans la place : Arthur Ransome, journaliste occupant une position privilégiée car proche des nouveaux dirigeants (dont Karl Radek, qui le présenta à Lénine et Trotsky), sympathisant de la révolution d’octobre, mais qui, selon l’auteur, aurait joué un rôle d’agent double (en renseignant le sous-secrétaire du Foreign Office, Lord Robert Cecil), tout en se mettant en couple avec Evguenia Chelepina, secrétaire de Trotsky (p. 90-93). Mansfield Cumming, dans le même temps, déplaça son bureau russe à Stockholm, et envoya en Russie même deux agents, Sidney Reilly et George Hill. Les détails sur les identités multiples à bâtir, les précautions à prendre ou les méthodes à utiliser afin de transmettre des messages sont ici dignes d’un roman d’espionnage. Le réseau monté par Sidney Reilly, en particulier, comprenait des individus bien introduits dans le système de pouvoir, ainsi du colonel Aleksandr V. Friede, un Letton qui travaillait au Commissariat du peuple à la guerre, sans compter Boris Bajanov, qui selon ses mémoires, sur lesquelles s’appuie l’auteur3, fut un agent double dès son adhésion au parti, en 1919. Même si Giles Milton n’aborde pas les choses sous cet angle, on a là autant d’éléments, impliquant les Britanniques, qui permettent de comprendre, au moins en partie, la méfiance croissante des nouveaux dirigeants face à un cercle d’ennemis bien réels, et le rôle exponentiel dévolu à la Tcheka.

Avec le début de l’intervention étrangère en Russie, afin d’aider les forces anti-bolcheviques, Hill et Reilly basculent complètement dans la clandestinité. Leur action se concentre alors sur le renseignement et le sabotage. Reilly va jusqu’à concevoir un projet de coup d’État visant à renverser le pouvoir bolchevique. Pour ce faire, Giles Milton prétend qu’il se serait attiré la complicité d’Édouard Berzine4, commandant du premier régiment letton de fusiliers (sous un prétexte tellement léger – le souhait de rentrer au pays – qu’il frise sans doute la manipulation), ainsi que des financements français et étatsuniens ; un gouvernement provisoire avait même été élaboré, avec la participation de Ioudenitch. Toutefois, ce plan ambitieux ne rentra jamais en application, devancé à quelques jours près par les assassinats (ou tentatives) perpétrés sur Moisséi Ouritski5 et Lénine, le 30 août 1918. Il fut également dénoncé par René Marchand, correspondant du Figaro rallié aux bolcheviques6, ce qui entraîna la prise de contrôle de l’ambassade britannique à Moscou et toute une série d’arrestations, parmi lesquelles celle du diplomate Robert Bruce Lockhart, plus tard échangé (avec George Hill) contre Litvinov, alors représentant des Soviets en Grande-Bretagne, arrêté pour espionnage ; Reilly, lui, réussit à fuir la Russie. Cela n’empêchera pas Hill comme Reilly de repartir en Russie, auprès de Denikine, tout comme Paul Dukes, expert en grimages et déguisements, affecté à Petrograd (il y réussit à adhérer au Parti et à devenir brièvement délégué au soviet). On reste toutefois quelque peu décontenancé par la qualité des informations que ces derniers ou Arthur Ransome recueillent, tout au moins telles que Giles Milton nous les présente (la volonté d’une révolution mondiale est loin d’être un secret !). Par contre, les pages évoquant Churchill sont nettement plus intéressantes. On apprend en effet que le secrétaire d’État à la guerre, fervent anticommuniste et partisan d’une lutte soutenue contre le pouvoir bolchevique, poussa à l’emploi d’armes chimiques dernier cri, effectivement utilisées à la fin de l’été 1919 dans le nord de la Russie ; le même était d’ailleurs prêt à les employer également contre les Indiens en révolte…

Parallèlement à la situation à Moscou et Petrograd, Giles Milton évoque également largement l’Asie centrale. Le Royaume-Uni s’inquiétait en effet d’une possible contagion révolutionnaire dans les zones à la frontière nord de l’Inde, risquant de menacer le fleuron de son empire, ce qui explique l’envoi d’une mission de renseignements au Turkestan russe, composée principalement de Frederick Bailey et Stewart Blacker. Mais sur la situation à Tachkent – centre administratif du Turkestan, où les bolcheviques, majoritaires au Soviet de cette ville de 200 000 habitants, ont pris le pouvoir le 1er novembre 1917 – le propos est laconique, évoquant surtout l’isolement, la mauvaise situation économique et les efforts de recrutement de prisonniers autrichiens dans l’Armée rouge… Très vite menacé, Bailey change d’identité et prend celle d’un prisonnier autrichien, alors qu’au printemps 1919, une révolte secoue l’Afghanistan. S’engageant dans la Tcheka, Bailey parvient finalement à regagner les terres britanniques au prix d’une traversée du désert de Karakoum. La main est alors reprise par le général Wilfrid Malleson, qui, grâce à tout un réseau et à un vaste travail de désinformation, parviendra à faire se dégrader les relations russo-afghanes. Le révolutionnaire indien M.N. Roy est également évoqué, chargé qu’il fut d’un projet de formation militaire, à compter de la fin 1920, afin de préparer le soutien à l’insurrection en Inde, un projet finalement abandonné à l’occasion de l’accord anglo-soviétique de mars 1921. Mais là encore, le parti pris de Giles Milton nous empêche d’en apprendre davantage sur ce sujet, le parcours ultérieur de Roy étant plus que laconique sous sa plume7.

Si les guerres secrètes, l’utilisation d’agents clandestins et les entreprises de désinformation/manipulation ne doivent pas être négligées, surtout dans les périodes de révolutions politiques et de ruptures sociales, encore faut-il que leur histoire soit abordée d’une manière scientifique, encore plus rigoureusement que d’autres événements, eu égard au caractère spécifique et mystérieux de cet objet historique. L’ouvrage de Giles Milton ne répond guère à ces critères. On lui préférera la biographie de Reginald Teague-Jones, un de ses hommes de l’ombre des services secrets britanniques en Russie soviétique, par l’historienne Taline Ter Minassian8.

1On peut ainsi citer un « Conseil suprême militaire bolchevique » (p. 113), présenté comme le cœur de l’organisation bolchevique, ou Trotsky ayant dirigé l’assaut contre Cronstadt…

2C’est au point que Giles Milton accuse implicitement les bolcheviques d’être responsables du déclenchement des hostilités une fois les premières forces britanniques débarquées au nord du pays ! (p. 147).

3Boris Bajanov, Avec Staline dans le Kremlin, Paris, Les Éditions de France, 1930, 263 p. Réédité en 1979 sous le titre Bajanov révèle Staline. Souvenirs d’un ancien secrétaire de Staline, chez Gallimard. A lire Giles Milton, Bajanov fut dès 1920 « secrétaire de l’appareil principal du parti » (p. 312), alors qu’il ne devient Secrétaire du Politburo [Bureau politique] qu’à l’été 1923. D’ailleurs, quel crédit accorder aux récits de transfuges, quels qu’ils soient ?

4Par la suite, Édouard Berzine participa à la création du Goulag. Ne pas confondre avec Ian Berzine, un des meilleurs spécialistes du renseignement de l’Armée rouge. Tous deux sont exécutés lors des purges de 1937-38.

5Moisséi/Mikhaïl Ouritski (1873-1918) est abattu par le socialiste-révolutionnaire (SR) Leonid Kanegisser en tant que dirigeant de la Tcheka de Petrograd. D’abord menchevique, puis membre de la Mejraïonka (un groupe internationaliste aussi nommé « inter-district » ou inter-rayons ») avant de rejoindre les bolcheviques. La tentative d’assassinat sur Lénine est l’œuvre de Fanny Kaplan, ancienne anarchiste devenue membre de l’organisation de combat SR. Auparavant, elle avait prévu de tuer Léon Trotsky. Avant d’être exécutée, elle partagea la cellule du diplomate Robert Bruce Lockhart (Orlando Figes, La Révolution russe, Paris, Denoël, 2007, p. 775).

6En 1919, il publie à Petrograd Pourquoi je soutiens le bolchevisme.

7Sur M. N. Roy, on lira avec bien plus de profit l’étude de Jean Vigreux, « Manabendra Nath Roy (1887-1954), « représentant des Indes britanniques » au Komintern ou la critique de l’impérialisme britannique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°111, 2010, p. 81-95, sur https://chrhc.revues.org/2075

8Taline Ter Minassian, Reginald Teague-Jones. Au service secret de l’Empire britannique, Paris, Grasset & Fasquelle, 2012. Lire le compte rendu de cet ouvrage dans ce dossier.

Victor Loupan, Une Histoire secrète de la révolution russe, Monaco, Éditions du Rocher, 2017, 196 pages, 17,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le centenaire de la révolution russe, qui est assurément un événement éditorial, voit les maisons d’éditions publier quelques ouvrages inédits ou reproposer d’anciens titres épuisés. Comme pour les anniversaires décennaux de Mai 68, aucune maison ne souhaite rester à l’écart, et les choix faits à cette occasion ne peuvent manquer d’être parfois hasardeux. C’est particulièrement le cas de ce livre de Victor Loupan, chantre de la religion orthodoxe et auteur de plusieurs ouvrages sur L’Argent de Moscou (1994), Nicolas II, le saint tsar (2001) ou même en réponse aux romans de Dan Brown, le Da Vinci Code et Anges et Démons. Dans son nouveau livre, il revendique un souci de réalité, souhaitant dévoiler la vraie nature de la révolution russe, « l’horreur » (p. 164). Ce que l’on découvre surtout, c’est un auteur peu soucieux de véracité historique et de déontologie historienne.

D’abord, la relecture est clairement déficiente, laissant des erreurs élémentaires : le sens du sigle URSS (p. 8), énoncé dans un ordre erroné, Trotsky signant le traité de Brest-Litovsk, ou Lénine n’étant jamais retourné en Russie entre 1898 et 1917, alors qu’il était revenu dans l’empire à l’occasion de la révolution de 1905. On peut également citer une théorie du « remplacement » énoncée par Trotsky et Parvus, consistant dans l’arrivée au pouvoir du prolétariat, mais qui n’a jamais existé… Mais le plus grave n’est pas là. Victor Loupan, en effet, non content de citer des déclarations ou des citations jamais référencées avec précision1, colporte des ragots, des rumeurs, comme sur Alexandra Kollontaï maîtresse de Lénine. Surtout, il privilégie une vision souvent complotiste des événements. Il met d’abord l’accent sur Trotsky, davantage que sur Lénine, et derrière la figure du premier, il voit surtout l’influence d’Alexandre Parvus (1867-1924), dont il fait le « vrai patron du mouvement révolutionnaire européen » (p. 52) au début du XXe siècle. Les manœuvres géopolitiques et les intérêts économiques sont également avancées, puisque Trotsky, ayant bénéficié de l’argent allemand2 et étatsunien (celui du banquier Jacob Schiff, fantasme de nombreuses thèses complotistes et antisémites, en particulier), aurait mené une action rejoignant dans sa finalité les buts des milieux politiques et d’affaire capitalistes : la mise en place d’un « mondialisme ». La révolution de février 1917 est d’ailleurs explicitement présentée comme le résultat d’un complot des puissances occidentales contre le tsar (p. 69). On est ici dans les mêmes eaux que la pseudo étude d’Anthony Sutton, Wall Street et la révolution bolchevique3. Trotsky, toujours, est aussi le responsable des journées de juillet 17 à Petrograd (il aurait été le chef des bolcheviques de la capitale durant cet été), le véritable père de la prise du pouvoir en octobre 17, Lénine étant finalement « davantage spectateur qu’acteur » (p. 80)4. C’est lui, encore et toujours, qui aurait inventé le communisme de guerre. Ce rôle d’incarnation du cynisme et de l’amoralisme révolutionnaire endossé bien malgré lui par Trotsky ne s’embarrasse donc d’aucune limite, puisqu’il aurait même organisé, avec la complicité de sa femme Natalia, un trafic d’œuvres d’art russes, pillées puis revendues aux frères Armand et Victor Hammer… sans que l’on ne sache, d’ailleurs, où serait passé l’argent ainsi gagné. Autre perle savoureuse, l’affirmation d’un testament de Lénine écrit par sa veuve afin de favoriser Trotsky, ce dernier s’étant tenu à l’écart des funérailles de Lénine dans l’espoir qu’on ferait appel à lui comme l’homme providentiel : on sait qu’en réalité, le « testament » fut bien dicté par Lénine, en plusieurs étapes, et que l’absence de Trotsky résulta d’une manœuvre de Staline autour de la date prévue pour les obsèques. Inutile de dire que pour la totalité de ces affirmations, aucune preuve tangible ou déterminante n’est avancée, et pour cause.

En dehors de la révolution russe et de la guerre civile, Victor Loupan aborde également le stalinisme, concluant à la vanité d’un Trotsky convaincu de son accession prochaine à la tête de l’État après la guerre civile5, et finalement « doublé » par Staline. La dernière partie du livre se penche sur la terreur, et si les témoignages cités sont intéressants (mais quelle fiabilité leur accorder, sous la plume d’un tel auteur ?), la conclusion est prévisible : la responsabilité bolchevique est entière, sans contextualisation approfondie (il idéalise la société russe tsariste, p. 188, « si pieuse et si décente » – sic), et les actes des Blancs sont aussi rejetés (il en fait des précurseurs du fascisme). De manière plus générale, les masses laborieuses ont surtout été victimes de la propagande d’agitateurs dangereux, à commencer par Gapone, qui endosse sous sa plume la responsabilité des morts du « dimanche rouge », et c’est du cerveau de Trotsky, épaulé par Parvus (encore !), que serait issue l’idée des soviets ! Victor Loupan, qui en conclusion n’hésite pas à tracer un parallèle entre bolchevisme et islamisme, prétendument unis dans l’amour de la mort (!), déplore l’existence de cette fièvre révolutionnaire, mais fataliste, pense qu’elle est inévitable6.

Alors que tant d’études pionnières, d’histoire sociale ou culturelle, attendent d’être traduites, comment ne pas rester pantois devant l’édition de tels ouvrages ?

1La bibliographie utilisée est essentiellement russe, sous le prétexte discutable que les auteurs russes seraient les mieux placés pour travailler sur ce sujet (ils sont qualifiés de « seuls véritables spécialistes de la question », p. 177), alors que la production anglo-saxonne, prolifique, est totalement délaissée.

2Il aurait été un agent au service de l’Allemagne déjà à l’époque des guerres des Balkans, dans le cadre de son statut de correspondant de presse…

3Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8005

4Nous nous permettons de citer ces lignes, significatives du sérieux de l’approche : « En un clin d’œil, le palais d’Hiver où siège le gouvernement provisoire est pris d’assaut, tout comme les bâtiments clefs de la capitale : ministères, gares, télégraphe, postes de polices, casernes, etc. Trotski est seul aux commandes. Quand Lénine arrive enfin à Petrograd, tout est terminé. Le pouvoir est entre les mains des bolcheviks et des soviets qu’ils contrôlent. Ni Lénine ni Staline ne joue [sic]de rôle dans l’avènement victorieux de la révolution d’Octobre. Ou, du coup d’État bolchevik, ce qui revient au même. » (p. 124).

5Il est d’ailleurs « Plongé dans une vie de repos et de loisirs (…) » (p. 132) : la lecture des biographies d’Isaac Deutscher ou Pierre Broué suffit à faire justice d’une telle affirmation gratuite autant que stérile.

6On pourrait là tracer un parallèle avec la vision de Luc Mary dans ses uchronies autour de la révolution russe. Voir mon article « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) », in Dissidences volume 16 « L’extrême gauche saisie par les lettres », Latresne, Le Bord de l’eau, 2017, à paraître.

Claude Renard, Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge, préface de Jean Puissant, Arquennes/Bruxelles, 2017, Éditions Memogrames/Éditions du CarCoB, 160 pages, 19 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le Parti communiste de Belgique (PCB) est officiellement constitué début septembre 1921. C’est la généalogie de ce Parti, ainsi que, de manière plus globale, l’impact de la révolution russe sur le mouvement ouvrier belge, que Claude Renard (né en 1926), historien, membre alors des instances dirigeantes du PCB, analyse. Publiée en 1967, cette « étude incontournable »1, devenue introuvable depuis, est, à l’occasion du centenaire de 1917, rééditée grâce à l’initiative du Centre des archives du communisme en Belgique (CarCoB)2, et accompagnée d’une postface de l’auteur et d’une préface de l’historien Jean Puissant. Le livre, qui plus est, reprend une série de documents – par exemple, la brochure de la Jeune Garde Socialiste de Gand (p. 52) – et de photos – notamment une étonnante photo du dirigeant socialiste Émile Vandervelde (1866-1938) haranguant les soldats (p. 34) – qui contribuent à son intérêt.

La spécificité belge

« L’attrait exercé par l’Internationale communiste fut-il moins vif en Belgique que dans les grands pays voisins », s’interroge l’auteur. Et de répondre directement : « L’IC manqua certainement de porte-parole aussi autorisés qu’ailleurs, et il est évident que la diffusion de ses idées, l’organisation d’un débat démocratique autour d’elles, fut particulièrement difficile dans les conditions existantes. Les ouvriers belges ne restèrent pas pour autant insensibles au souffle des événements mondiaux » (p. 113). Dès lors, l’enjeu est de suivre au plus près les cheminements de ce « souffle », pris dans les conditions particulières du plat pays ; conditions qui tiennent d’abord et avant tout à l’occupation du territoire national et à la spécificité du Parti ouvrier de Belgique (POB).

Claude Renard y insiste à plusieurs reprises : l’occupation par les troupes allemandes entrava la résistance au nationalisme, l’émergence « d’une couche nouvelle de militants avertis », la diffusion de l’information, si bien qu’« à de rares expressions près, les idées soulevées par la révolution d’Octobre et l’essor révolutionnaire en Allemagne furent recueillies dans des cercles dispersés, sans relation entre eux et souvent sans lien avec les organisations ouvrières essentielles » (p. 48-49). Pour ces mêmes raisons, comme l’analyse finement l’auteur, « le sentiment national flamand put être jusqu’à un certain point un antidote contre les ravages du nationalisme dominant et, dans la mesure où il se combina avec des revendications sociales, quelque chose de plus : la source particulière d’une évolution vers des positions internationalistes conséquentes » (p. 57).

Mais la situation particulière de la Belgique était inextricablement liée à la place et au rôle du POB. Celui-ci avait clairement opté pour une pratique politique réformiste et pragmatique, qui avait épousé, en 1914, le nationalisme du gouvernement3. Selon Renard, « l’impréparation théorique et politique de la IIe Internationale (…) ne résidait pas, fondamentalement, dans la méconnaissance du caractère impérialiste de la guerre ; elle résidait dans une propension générale à se soustraire, par toutes sortes de biais, aux conclusions pratiques qui en découlaient » (p. 16).

L’emprise du POB sur le mouvement ouvrier allait s’étendre à partir de sa participation gouvernementale et, surtout, en fonction de l’émergence de la puissance syndicale après-guerre. Le nombre d’adhérents passa ainsi de 125 000, en 1914, à 688 000, en 1920. Mais cet appareil syndical était organiquement lié au POB et s’inscrivait dans son idéologie réformiste, cherchant « plutôt à asseoir son influence par des moyens administratifs » (p. 104).

Le POB face à la révolution

Le 8 mars 1917, les ministres socialistes du gouvernement belge installé au Havre envoient au Comité socialiste de Petrograd un télégramme saluant la victoire du peuple russe. « Cet enthousiasme n’était pas affecté, car l’alliance de Nicolas II avait constitué jusque là un handicap politique certain pour la crédibilité des thèses qui identifiaient la cause de l’Entente à celle de la démocratie et du droit des peuples » (p. 66). La destitution du Tsar mettait ainsi fin à « l’équivoque » d’une guerre que les socialistes belges prétendaient mener au nom de la démocratie et de la civilisation, alors même qu’ils étaient alliés au régime tsariste.

Il y eut une mission socialiste belge en Russie du 7 mai au 25 juin 1917, à laquelle participaient les dirigeants Émile Vandervelde (1866-1938), Louis de Brouckère (1870-1951) et Henri De Man (1885-1953). Au cours de leur séjour, ils appelèrent la Russie à poursuivre la guerre. Ainsi, ils diffusèrent une brochure conjurant les soldats russes « d’aider les travailleurs belges à se libérer »… en continuant à se battre contre l’Allemagne (p. 68). Lors d’un discours prononcé à Petrograd le 12 mai 1917, De Man alla même jusqu’à se comparer avec Karl Liebknecht, en fonction d’une « dialectique » nauséeuse : « Nous avons les mêmes idées anti-militaristes. Nous sommes restés tous les deux fidèles à nos convictions. Mais cela nous a conduit en des endroits différents : l’antimilitarisme allemand en prison ; l’antimilitarisme belge aux tranchées » (p. 68-69). Ces pages sont cependant l’occasion d’évoquer, en passant, le « groupe bolchevik belge » – et, en son sein, Frédéric Legrand, qui a participé à la prise du Palais d’Hiver –, ouvriers belges employés dans les usines d’armement de la capitale russe au moment de la révolution (p. 93).

Le Traité de Brest-Litovsk, le 3 mars 1918, qui met fin aux combats sur le front de l’Est entre la Russie et l’Allemagne, est dès lors perçu comme une trahison par le POB – et par la majeure partie de la population belge, toujours sous le joug allemand. Il conforte et aggrave encore l’anti-bolchevisme du POB, dont « on imagine mal aujourd’hui la violence et la constance », comme en témoignent les divers extraits de discours que l’auteur cite (p. 112). Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple – et non le plus agressif – de Brouckère assimilait, en 1921, le bolchevisme à une « déformation asiatique et barbare d’une conception européenne et civilisée » du socialisme (p. 71)4.

La naissance du PCB

En 1917, les membres des Jeunes Gardes socialistes (JGS) – la section jeune du POB – qui avaient quitté le POB ou en avaient été exclus, ainsi que les groupements anarchistes constituèrent les premiers noyaux d’où émergera, quatre ans plus tard, le PCB. À ceux-ci vient s’ajouter l’aile gauche du POB, autour du journal L’Exploité et de la figure de Joseph Jacquemotte (1883-1936), Secrétaire régional du Syndicat des employés (socialistes). Et Claude Renard de remarquer le paradoxe : ce sont le plus souvent les groupes libertaires qui ont les premiers soutenus la révolution russe et cherché à rééditer son exploit en Belgique. Par ailleurs, l’anarchisme constituait une tendance toujours vivace au sein des JGS (p. 136).

Un noyau de JGS à Gand, exclu du POB – accusé d’avoir partie lié avec les Allemands – en 1916, fut « le premier et pour un certain temps le seul groupe zimmerwaldien [du nom de la conférence socialiste, soutenant l’internationalisme et opposée au chauvinisme, tenue en septembre 1915 à Zimmerwald, en Suisse] » (p. 51). À la fin de la guerre – événement peu connu –, il y eut des manifestations de soldats allemands en Belgique, qui accompagnèrent la révolution allemande à Bruxelles. « Un certain nombre de militants de la gauche du POB, de JGS et d’anarchistes se joignirent spontanément à eux ». Cependant, lorsque le Conseil révolutionnaire des soldats allemands fit appel à la collaboration des syndicats, ceux-ci, y compris Jacquemotte, tinrent leur distance (p. 86).

C’est à Bruxelles – la Fédération socialiste bruxelloise était l’une des plus à gauche du POB – que naquit, en février 1920, le plus important de ces noyaux communistes. Celui-ci était sorti, quelques mois plus tôt, du POB. Issu des JGS, ce Groupe communiste de Bruxelles, réunissant une soixantaine de membres, fît paraître à partir du 15 février 1920, le journal L’Ouvrier Communiste, organe bi-mensuel (p. 134). Il chercha à fédérer les divers noyaux éparpillés dans tout le pays, d’abord en Wallonie, en créant la Fédération communiste de Wallonie – selon les estimations, elle comptait quelque 200 membres –, puis au niveau national. À la fin de cette même année, s’opéra la fusion de tous les groupes au sein du Parti communiste belge, section belge de l’Internationale Communiste. La principale figure de ce nouveau parti était War Van Overstraeten (1891-1981). Artiste-peintre, ancien Secrétaire régional des JGS, il avait participé, au nom de la la Fédération communiste de Wallonie, au IIe Congrès de l’Internationale communiste (IC), à Moscou, en juillet-août 1920.

Entre-temps, fin de l’année 1920, la tendance autour de Jacquemotte, qui s’était constituée en fédération des « Amis de l’Exploité » au sein du POB, fut, au nom de la discipline du Parti, poussée à la scission. Le 29 mai 1921, elle décide dès lors la création d’un parti communiste, et Jacquemotte ainsi que Van Overstraeten, participèrent au IIIe Congrès de l’IC (le second à titre d’observateur). C’est l’IC qui imposa la fusion des deux groupes – Van Overstraeten était particulièrement critique envers le « centrisme » de Jacquemotte, qui avait mis tant de temps à rompre avec le POB –, qui se réalisa les 3 et 4 septembre 1921. Le PCB était né. Au départ, le nombre d’adhérents fut d’un millier environ, pour retomber très vite à cinq ou six cents (p. 143).

Le prisme d’une lecture

Dans sa postface, l’auteur rappelle dans quel contexte ce livre fut écrit ; ou plutôt dans lequel il ne le fut pas, à savoir Mai 68 et l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes russes, qui en aurait modifié la conclusion (p. 147). Jean Puissant, quant à lui, corrige l’interprétation donnée quant aux réformes mises en place sous les gouvernements à participation socialiste dans les années d’après-guerre. Seule une partie de la bourgeoisie soutenait alors les réformes ; il distingue ainsi les secteurs capitalistes intensifs en main d’œuvre et ceux intensifs en capitaux. De plus, la crainte de troubles visait d’abord les soldats allemands, encore en Belgique, plutôt que la (lointaine) révolution russe (p. 7).

Mais aucun d’eux ne revient sur le biais de lecture, où transperce pourtant la vision propre au PCB. Celle-ci se donne à voir dans la mise en avant de Jacquemotte – le « bon » chemin vers le communisme –, au détriment de Van Overstraeten. Les deux hommes représentaient en effet des courants divergents, en désaccord sur la question du parlementarisme et du syndicalisme. Cependant, alors que le premier est considéré comme un « expérimenté et habile tacticien » (p. 123), dont la stratégie – ne pas se couper de la classe ouvrière organisée, en quittant (trop tôt) le POB – est légitimée, le second est largement discrédité. Il compenserait son « peu d’expérience du mouvement ouvrier » par une « propension certaine au verbalisme révolutionnaire » et « une fougue qui n’était pas exempte de ferveur mystique » (p. 137). Il ferait dès lors « preuve dans l’interprétation des documents de l’Internationale communiste de plus de bonne volonté que de sens politique » (p. 136). Et la sentence de tomber : « Leur attitude [les jeunes militants communistes regroupés autour de Van Overstraeten] devant les difficultés du moment illustre bien le caractère de « fuite en avant » qui est le caractère général de tout gauchisme » (p. 137).

Une telle interprétation ne participe-t-elle pas autant du refus structurel du PCB de « l’aventurisme gauchiste » – et, à partir des années 1930, de sa stratégie conséquente de « coller » aux socialistes, pour les « tirer » à gauche5 – que de l’analyse historique ? S’il ne fait aucun doute que le courant autour de War Van Overstraeten s’apparentait au gauchisme – antiparlementarisme, appui aux soviets, dénonciation des syndicats comme organisations d’« embrigadement des masses » (p. 140) –, la critique de celui-ci relève bien d’une lecture politique, et non d’un prétendu « réalisme ».

De plus, il convient d’interroger le poids des parcours ultérieurs des deux hommes dans la compréhension de leur action, au sortir de la guerre de 1914-1918. Van Overstraeten fut en effet accusé d’avoir adopté une attitude ambiguë au cours de la Seconde Guerre mondiale. Sans compter qu’il a été exclu du PCB en 1928 en raison de son appui à l’Opposition de gauche, alors que le Parti a, par la suite, organisé et entretenu l’hagiographie de Jacquemotte, demeuré fidèle au PCB jusqu’à sa mort. Jusqu’à quel point un tel traitement contradictoire ne pèse-t-il pas sur la manière d’appréhender les différences entre les deux hommes ?

Enfin, le crédit accordé à la stratégie poursuivie par Jacquemotte pose question. Celui-ci ne quittera, forcé et contraint, le POB qu’à la fin de l’année 1920. Quelque regard que l’on porte sur cette stratégie, force est de constater son échec : Jacquemotte entraîna très peu de militants avec lui. Il convient dès lors de nuancer pour le moins la tendance à opposer son expérience, son « réalisme » et sa stratégie à la fougue libertaire de Van Overstraeten. Et ce d’autant plus, qu’a posteriori, le pari de Jacquemotte n’a pas tant échoué sur les manœuvres de l’appareil politique du POB que sur la structuration (matérielle et idéelle) même de celui-ci. Marcel Liebman explique ainsi cet échec, en le rapportant aux spécificités du POB : la primauté du « réflexe unitaire », entretenue et catalysée par « les données de fait, le souci de pragmatisme », le caractère accessoire des « discussions doctrinales et [d]es controverses théoriques ». Et de conclure : « Dans ces conditions, la considération du divorce idéologique entre communistes et socialistes pesa d’un bien maigre poids dans la balance. Le désir de conserver à la classe ouvrière l’arme de l’unité l’emporta aisément »6.

Pour conclure

Ces réserves n’enlèvent rien à l’intérêt de cet essai. Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge offre une lecture synthétique, fouillée et riche, d’un pan de l’histoire du communisme en Belgique, encore trop méconnue. Les cinquante ans qui nous séparent de sa première édition démontrent tout à la fois la qualité de l’analyse, l’actualité des questions qu’elle soulève, et, enfin, la rareté des publications consacrées à l’histoire du mouvement ouvrier belge.

1Jules Pirlot, Président du CarCoB, dans sa présentation, page 9.

2Voir http://www.carcob.eu/ . Notons également l’entretien entre Jean Lemaître (journaliste, essayiste et romancier) et Claude Renard, mis en ligne le 3 mai 2017 sur https://www.youtube.com/ . Jean Lemaître est l’auteur de C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, (Bruxelles, Aden, 2012), dont on peut lire un compte-rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/490

3De manière provocante, Marcel Liebman affirmait : « Le socialisme belge de 1918 à 1921 se situant à l’extrême-droite du mouvement ouvrier international ». Marcel Liebman, « Les origines et la fondation du Parti Communiste de Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP 1963/17 (n° 197), p. 1-15. DOI 10.3917/cris.197.0001.

4Jules Destrée (1863-1936), qui effectua une mission diplomatique en Russie en 1918, ira pour sa part, jusqu’à affirmer : « Un Russe peut se dire socialiste, il n’en est pas moins le fils d’un alcoolique, le petit-fils d’un esclave, et le descendant d’un barbare d’Asie », Jules Destrée, Les Fondeurs de neige. Notes sur la révolution bolchevique à PETROGRAD pendant l’hiver 1917-1918, Bruxelles, G. Van Oest, 1920.

5Lire à ce propos le long entretien mené par Jean Lemaître avec Louis Van Geyt, président du Parti communiste de Belgique (PCB) de 1972 à 1988. Louis Van Geyt, La passion du trait d’union. Regards croisés sur le Parti communiste de Belgique (1945-1985). Libres entretiens avec Jean Lemaître, Bruxelles, Carcob, Memogrames, 2015, dont le compte rendu sur notre blog se lit sur http://dissidences.hypotheses.org/490

6Marcel Liebman, « Les origines et la fondation du Parti Communiste de Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP 1963/17 (n° 197), p. 1-15. DOI 10.3917/cris.197.0001.

Dominique Venner, Les Blancs et les Rouges. Histoire de la guerre civile russe, 1917-1921, Monaco, éditions du Rocher, 2010 (1997 pour la première édition), collection « Document », 528 pages, 26,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En langue française, les travaux consacrés à la guerre civile russe sont nettement plus rares que ceux dédiés à la prise du pouvoir d’octobre 17, comme nous l’avons déjà souligné. En dehors des synthèses dans des ouvrages plus généraux – comme par exemple chez Orlando Figes, La Révolution russe1 – et des écrits d’acteurs de la période, on peut seulement citer deux ouvrages de Jean-Jacques Marie, La Guerre civile russe (Tallandier, 2015) et La Guerre des Russes blancs. L’échec d’une restauration inavouée (1917-1920) (Tallandier, 2017), celui d’Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe (1917-1922) (Perrin, 2017), et celui de Dominique Venner (initialement publié chez Pygmalion), dont l’appartenance aux milieux de l’extrême droite païenne n’était un mystère pour personne2. Cela leste malheureusement son étude d’un parti pris très appuyé, et d’un manichéisme prononcé.

Dominique Venner cite en effet à foison les massacres et autres horreurs perpétrés par les Rouges, tandis que celles des Blancs sont curieusement gommées : rien par exemple sur la répression blanche menée en Finlande, début 1918, et il faut attendre la page 364 (sic !) pour en voir listés un certain nombre, et ce pour souligner la volonté d’éradiquation manifestée par Wrangel. Il y a là un biais prononcé qui gêne évidemment l’appréhension de l’ensemble du livre, d’autant que des erreurs de faits sont bien repérables : ainsi, Trotsky ne séjourna pas aux États-Unis sous Stolypine, et les gardes rouges n’émanent pas du soviet de Petrograd3. Autre défaut majeur, l’absence de référencement systématique des citations, ce qui jette un doute sur la plupart d’entre elles. Lorsque Lénine, par exemple, est supposé avoir déclaré que « La Révolution n’a pas besoin d’historiens… » (p. 231), la parenté est forte avec la réplique assénée pendant la Révolution française à Lavoisier (« La Révolution n’a pas besoin de savants ») ; on sait en outre que cette dernière est finalement apocryphe. Autre caractéristique du livre de Dominique Venner, une préférence marquée pour l’armée tsariste (négligeant le poids de sa discipline d’ancien régime), ses officiers en particulier, ainsi que pour les idées slavophiles. Les premiers chapitres de son livre, qui précèdent donc le déclenchement de la guerre civile, sont surtout consacrés à l’armée, à ses opérations durant la Première Guerre mondiale, et à la fragilité du pouvoir impérial. Mais sur son renversement, c’est la vision complotiste qui l’emporte chez l’auteur, les manœuvres des libéraux étant d’après lui à la source de la révolution de février, comme plus tard les bolcheviques derrière les jacqueries de 19174. Il n’est donc guère surprenant de voir que son image des foules révoltées est surtout négative, dans la plus pure tradition du discours réactionnaire sur les révolutions ; certains passages ressemblent même à des reconnaissances d’un discours antisémite (p. 118-119 par exemple).

Pour autant, sur l’exposé des opérations militaires, sur les différences, forces et faiblesses des Rouges et des Blancs (la vigueur des premiers opposée à la résignation de bien des seconds, entre autres), la formation de l’armée rouge (le talent militaire de Trotsky est souligné), voire certains éléments contextuels5, le travail de Dominique Venner n’est pas dénué d’intérêt. Parmi les points qu’il met en valeur, le plan imaginé par le général allemand Hoffman, début 1918, visant à écraser le pouvoir bolchevique et à instituer un nouveau gouvernement dont le Reich pourrait se faire un allié en lui accordant de meilleures conditions de paix qu’à Brest-Litovsk, est fort intéressant. Son récit de la guerre civile proprement dite débute avec la formation, dès la fin 1917, d’un premier noyau blanc dans la région cosaque du Don, réunissant Alexeiev, Kornilov et Kaledine, et aboutissant à la prise temporaire de Rostov (reprise par les rouges dès février 1918). Il se clôt par la capture du baron Ungern et son exécution, fin 1921, après l’essai, visiblement insensé, de former une Grande Mongolie comme barrage au bolchevisme ! Sur la question des interventions alliées, Dominique Venner tend à relativiser leur importance, tandis que ses descriptions sur la complexité de la situation en Sibérie sont précieuses (pages 290, 312 et 313), et son évocation de la retraite blanche à la fin de l’année 1919, au cours de laquelle énormément de civils trouvèrent la mort, est saisissante. Parmi les chefs blancs, sa préférence va clairement à Wrangel et à sa République blanche de Crimée, qui à ses yeux incarnait une véritable alternative au pouvoir bolchevique. On aurait toutefois aimé qu’un ultime chapitre soit consacré à l’impact de la guerre civile sur le long terme, en URSS et dans le monde, ainsi qu’aux parcours ultérieurs de ses principaux acteurs, au lieu d’un nouveau réquisitoire anti-communiste, faisant de la guerre civile russe la matrice de la « guerre totale moderne » (p. 425). Dernier défaut du livre, l’absence de cartes, une aberration pour une histoire de ce type.

1Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €, dont on peut lire notre compte rendu sur ce blog de Dissidences, https://dissidences.hypotheses.org/8146

2Dominique Venner, après avoir appartenu à l’OAS, puis au groupe d’ultra droite Europe action, participe à la création du GRECE, laboratoire d’idées de la Nouvelle droite. Il est l’auteur de nombreux livres d’histoire sur les Corps francs, le fascisme, la Collaboration, les armes, etc., dans une perspective de remobilisation du « monde blanc européen ». Il se suicide en 2013.

3Voir sur ce point la recension du livre de Marc Ferro, Des Soviets au communisme bureaucratique : On pourrait en citer d’autres, ainsi de la simplification éhontée des positions bolcheviques sur Brest-Litovsk, qui confine à la déformation (p. 142-143).

4De même, il attribue implicitement la mort du général Doukhonine aux bolcheviques, là où son exécution semble plutôt relever d’une initiative de soldats suite à des inquiétudes dont Dominique Venner ne fait aucune mention.

5« C’est un monde où toutes les règles morales et sociales ont été pulvérisées par le cataclysme de la guerre et de la révolution. Les limites imposées aux pulsions par la culture et les conventions ont sauté, libérant des passions à l’état brut, haussant toute chose à l’exceptionnel, faisant de chaque soldat tour à tour un bourreau ou un martyr. » (p. 432).

Jean-Jacques Marie, La Guerre des Russes blancs. L’échec d’une restauration inavouée (1917-1920), Paris, Tallandier, 2017, 528 pages, 24,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Jacques Marie, historien confirmé de la Russie et spécialement de la période soviétique, avait déjà livré il y a douze ans un ouvrage sur La Guerre civile russe, récemment réédité en format poche. Cette fois, c’est au versant blanc qu’il s’intéresse tout particulièrement, composante du camp anti-bolchevique qu’il distingue, en préambule, des socialistes-révolutionnaires ou des mencheviques. L’exposé se concentre donc principalement sur les armées menées par Denikine, Koltchak, Ioudenitch et Wrangel. Le qualificatif de « Blanc », qui proviendrait de la tradition monarchiste, constitue une sorte de fil rouge du livre, la revendication formelle de Constituante avancée par tous ces leaders dissimulant en fait des préférences personnelles pour un retour à un système monarchique, en lien avec la restauration d’une Russie traditionnelle « une et indivisible ».

La préhistoire de la guerre civile débute lors de la Première Guerre mondiale, à travers la défiance, dès les premiers jours de la mobilisation générale, entre les appelés et les autorités ainsi que leurs officiers. Des considérations utiles, qui ne constituent qu’un élément d’une généalogie plus profonde, ce que Jean-Jacques Marie rappelle en évoquant régulièrement la vigueur des haines sociales dans l’empire russe. La guerre civile proprement dite émerge selon l’auteur à l’été 1917, ce qui nous semble tout à fait justifié1. Le récit est factuel, solide et classique, usant de témoignages souvent saisissants. L’accent est mis, à partir de la constitution de l’Armée des volontaires dans la région cosaque du Don, fin 1917, sur la férocité déployée par les Blancs durant ces premiers mois d’affrontement contre les Rouges (de la déclaration de Kornilov refusant de faire des prisonniers à la terreur exercée en Finlande révolutionnaire), supérieure à celle des bolcheviques, à ce moment-là tout au moins (le décret sur les otages, pris par ces derniers, est d’ailleurs relativisé, exemples concrets à l’appui). Cette violence vient donc de loin, même si Jean-Jacques Marie n’utilise pas le concept de « brutalisation » élaboré par l’historien George L. Mosse. Elle s’avère véritablement séminale, y compris lors des moments souvent présentés comme les plus héroïques de la geste blanche (la campagne de glace, plutôt de boue, en réalité), avec l’exécution systématique des bolcheviques capturés. Ainsi que l’écrit le jeune Sidorine, « Tous les bolcheviks que nous prenions les armes à la main étaient fusillés sur place : un par un, par dizaines, par centaines. C’était une guerre d’extermination. » (p. 95). L’antisémitisme des troupes blanches fait l’objet d’un chapitre spécifique, les efforts ponctuels d’un Denikine pour l’enrayer n’ayant que bien peu d’effet.

Le grand nombre de révoltes « ni blanches ni rouges » fut également un élément affectant directement les armées blanches, d’autant que ces dernières, dépourvues d’un vrai système d’intendance, se servaient directement sur le pays, pillant villes et villages sur leur passage.

Si l’on peut considérer que l’apogée des armées blanches débuta avec le coup d’État de novembre 1918, qui renverse le Directoire provisoire de Sibérie à majorité socialiste-révolutionnaire, faisant de l’amiral Koltchak le Régent suprême de la Russie, c’était un climax bien fragile : le tiers du territoire de l’empire sur lequel il exerçait son contrôle s’avérait peu peuplé, et sa prise de pouvoir marqua la rupture, à bien des égards cruciale, d’avec les socialistes-révolutionnaires (SR), dont une partie finit par rejoindre l’Armée rouge. Enfin, le socle sur lequel Koltchak pouvait s’appuyer se révélait bien fragile, l’ataman Semionov ne le reconnaissant pas, les Français et les Anglais ne s’entendant pas non plus sur le sujet, sans parler de la bureaucratie vénale de son « appareil d’État ». Jean-Jacques Marie insiste d’ailleurs beaucoup sur l’incapacité des Blancs à édifier, en tous points du pays, un appareil étatique digne de ce nom, gangrené par le bureaucratisme et l’affectation de bien plus d’officiers à l’arrière que sur le front… C’est à l’été et à l’automne 1919 que les Blancs s’approchèrent au plus près de la victoire : les offensives de Ioudenitch sur Petrograd et de Denikine-Wrangel visant Moscou se combinèrent en effet, la première devant de surcroît être renforcée par une insurrection dans l’ancienne capitale même (des Blancs étant en effet infiltrés jusque dans l’Armée rouge). L’échec se transforma en véritable déconfiture, Ioudenitch subissant l’humiliation d’un désarmement, parfois même d’un emprisonnement, de ses troupes restantes, une fois de retour dans les pays baltes.

Le pouvoir de Koltchak fut pour sa part sapé par les nombreuses révoltes paysannes, ce qui nous vaut des pages très fortes, aux descriptions dantesques, sur la retraite des militaires et des civils vers l’est. Durant cet épisode, les légionnaires tchèques firent preuve d’un égoïsme forcené, livrant Koltchak contre quelques wagons de charbon, et réinvestissant le fruit de leurs pillages au pays, en créant la Legiobank… Le dernier acte de la guerre civile blanche se déroule en Crimée, bastion du baron Wrangel durant l’année 1920. A cet égard, Jean-Jacques Marie discute le roman uchronique de Vassili Axionov, L’Île de Crimée, qui imaginait le maintien d’une société libérale sur une Crimée devenue île, au large de la Russie soviétique2. Il insiste ainsi sur les doutes manifestés par Wrangel sur la possibilité de se maintenir sur place, et les difficultés considérables qu’il doit y affronter (spéculation effrénée, inflation galopante, révoltes, réforme agraire partielle et insatisfaisante…). Fort intéressant également, le chapitre consacré aux évolutions ultérieures des combattants blancs, certains s’exilant en Amérique latine, là où d’autres s’engagèrent aux côtés de Franco durant une autre guerre civile. Il est seulement dommage que l’écriture d’une histoire « blanche », ainsi que le regard porté sur eux, en Russie et hors de Russie, au fil des décennies, n’aient pas également fait l’objet d’une étude à part entière.

De ce tableau de la guerre civile, on retiendra en particulier une certaine méfiance à l’égard des chiffres avancés par certains témoins ou acteurs, et l’importance de la dimension sociale, première selon Jean-Jacques Marie dans la défaite des Blancs, eux qui ne cherchèrent jamais véritablement à comprendre la politique bolchevique, l’enthousiasme sincère qu’elle a pu susciter, ainsi que le soutien, malgré tout, des paysans, attachés à une « révolution agraire » permise par Octobre. Demeurant prisonniers d’un ordre ancien dont ils souhaitaient, envers et contre tous (les paysans surtout, justement), le rétablissement, leur horizon d’attente n’existait tout simplement pas.

1Voir sur ce point et pour une autre histoire de cette période cruciale, notre recension d’Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe, 1917-1922, dans ce dossier du blog de Dissidences.

2Sur les uchronies centrées sur la révolution russe, nous nous permettons de renvoyer à notre article du volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe (1917-1922), Paris, Perrin, 2017, 688 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les ouvrages en langue française sur la guerre civile russe ne sont guère nombreux : aucune traduction de livres étrangers, et deux études seulement, celle de Jean-Jacques Marie et celle de Dominique Venner1. Le travail d’Alexandre Jevakhoff est donc d’autant plus intéressant s’il apparaît pouvoir transcender ces deux titres. Pourtant, première source d’étonnement, ni Jean-Jacques Marie ni Dominique Venner n’apparaissent dans la bibliographie pourtant copieuse publiée en annexe. Second constat, Alexandre Jevakhoff, précédemment auteur d’un ouvrage sur Les Russes blancs, développe davantage l’analyse du camp des Blancs, au risque de déséquilibrer son propos, par exemple en se focalisant souvent plus sur la terreur rouge que sur celle du camp adverse.

On ne peut en tout cas dénier à Alexandre Jevakhoff un certain talent d’écriture. Le prologue de son récit, relativement original, est ainsi construit autour d’une revue sur Saint-Pétersbourg créée en 1913 par Vladimir Krimov à destination d’un public aisé. L’occasion d’évoquer par la bande les inégalités sociales prononcées, la vivacité des haines de classes, particulièrement depuis l’abolition du servage, ou l’isolement complet du pouvoir impérial généré par la Première Guerre mondiale. Si l’incapacité du gouvernement (malgré un rapport prémonitoire de l’Okhrana sur les bouleversements à venir, daté d’octobre 1916) ou le désir de changement manifesté par les élites est bien restitué, il est dommage que les mouvements et les opinions de la base soient délaissés, contrairement à la somme d’Orlando Figes sur la révolution. L’évocation de l’année 1917 se distingue, outre l’atmosphère de déliquescence et d’anarchie croissante au sein de la société, par des critiques à l’égard de Kerenski (sa personnalité vaniteuse, ou son entourage franc-maçon, donnée à visée complotiste, qui pourrait laisser entendre que …. n’est-ce-pas …), des autres membres des gouvernements provisoires (dont Lvov, « (…) qui a de l’homme d’État ce qu’un percheron a du pur-sang arabe », p. 102) ou de Lénine (à qui il est implicitement reproché de s’être accordé avec l’Allemagne pour revenir en Russie). Alexandre Jevakhoff retrace avec précision la manœuvre ayant conduit Kerenski à pousser Kornilov vers un coup d’État, mais fait sienne la thèse de l’école « totalitarienne », ne voyant dans les événements d’octobre qu’un simple coup d’État, et dans les bolcheviques les artisans d’un système totalitaire dès son origine (en ne proposant malheureusement pas un récit complet des semaines qui suivirent)2. De la même manière, il tend à rendre les bolcheviques, et Lénine surtout, responsables de la guerre civile3. Il y aurait pourtant matière à s’interroger sur le réel début de celle-ci : plutôt que de la prise du pouvoir par les bolcheviques, ne peut-on déjà la voir à l’œuvre à compter des journées de juillet et de l’extension croissante des soulèvements paysans contre les propriétaires terriens ?

Le premier noyau sérieux d’opposition militaire aux bolcheviques prend place dans le Don, un des territoires cosaques, fin 1917 et début 1918, mais déjà, la mésentente profonde entre les chefs (Kornilov, Alexeïev), les effectifs limités et les financements alliés réduits (contrairement à ceux dont bénéficient Savinkov et Semenov) posent de graves problèmes. Autre épisode crucial retracé en détails, celui de l’affaire de la rébellion tchèque, attisée et utilisée par les Français dans le cadre de l’intervention étrangère contre les bolcheviques. Par contre, on reste dubitatif, pour le moins, quant aux hypothèses soulevées par Alexandre Jevakhoff concernant la situation de l’été 1918 : son idée d’un soulèvement SR (Socialistes-révolutionnaires) de gauche voulu par les bolcheviques demeure très fragile, et c’est encore davantage le cas quant à la tentative d’assassinat de Fanny Kaplan sur Lénine (comment en effet imaginer une seule seconde Dzerjinski, ou Sverdlov, véritable ombre de Lénine, comploter afin d’évincer ce dernier du pouvoir ?)4. Certains développements sont moins connus, ainsi des tentatives de Milioukov pour collaborer avec les Allemands afin de restaurer une Russie débarrassée des bolcheviques, une position qui ne dura qu’un temps, et qui n’était pas partagée par la majorité du parti des Cadets (KD). De manière générale, d’ailleurs Alexandre Jevakhoff, s’il concentre le gros de ses accusations de violence5 et de duplicité sur les Rouges, n’épargne pas ses critiques à l’égard des Blancs, non sur leurs atrocités6, mais sur leurs divisions ou leurs programmes, souvent inaudibles (le cas de Denikine est particulièrement développé). Le tournant de la guerre civile, il le situe en juin 1919, lorsqu’après la reconnaissance par les chefs blancs de l’autorité suprême de l’amiral Koltchak et l’offensive réussie des forces de Denikine s’approchant de Moscou comme jamais, ce dernier décide d’un plan d’attaque désavoué par Wrangel, et qui allait signer l’échec de cette dernière attaque d’ampleur contre les territoires contrôlés par les bolcheviques.

Si La Guerre civile russe d’Alexandre Jevakhoff est précieux par les nombreux témoignages qu’il invoque et cite abondamment7, ainsi que par certains éclairages ponctuels, offrant une série non exhaustive de tableaux de cette période, il souffre, outre d’une tendance à privilégier les Blancs sur les Rouges8, d’une approche trop centrée sur les manœuvres diplomatiques, les divisions au sommet, au détriment de la réalité sociale9. L’ouvrage donne par ailleurs l’impression d’avoir été achevé dans l’urgence, tant le gros du livre porte sur 1918 et, dans une moindre mesure, 1919. La guerre russo-polonaise, le soulèvement de Cronstadt, le front extrême oriental (le baron Ungern n’est pas cité une seule fois !), celui du Turkestan ou les mouvements verts sont traités avec brièveté dans le meilleur des cas, la guerre civile donnant l’impression de s’achever avec l’évacuation de la Crimée par les forces du baron Wrangel. Ce constat, énoncé avec beaucoup de justesse par Alexandre Jevakhoff lui-même, donne une idée de l’ampleur des travaux encore possibles et à venir : « Moins que tout autre conflit la guerre civile russe n’est une suite de vérités incontestables. » (p. 341). Ces études devront en tout cas, pour restituer toute l’épaisseur humaine de cette guerre, ses cruautés ainsi que sa complexité, éviter le fil directeur manichéen du récit d’Alexandre Jevakhoff, abruptement énoncé ici (p. 622) : « Les chefs bolcheviques sont des metteurs en scène de la guerre civile, les chefs blancs (…) des hommes contraints à la guerre civile. ».

1Du premier, La Guerre civile russe, Paris, Autrement, 2005, réédité en 2015 chez Tallandier ; du second, Les Blancs et les rouges, Monaco, éditions du Rocher, 2010 (ce dernier chroniqué sur ce blog). Jean-Jacques Marie vient de publier cette année (2017) La Guerre des Russes blancs, également chez Tallandier, dont nous rendons également compte.

2Dans les négociations qui eurent lieu avec les autres forces socialistes afin de mettre en place un gouvernement de coalition, il omet la revendication d’une exclusion de Lénine et Trotsky, condition difficilement acceptable pour le Parti bolchevique…

3Tout en évoquant pourtant (p. 221), le réseau d’officiers mis en place par le général Alexeïev avant même la prise du pouvoir par les bolcheviques afin de s’y opposer…

4Cette hypothèse est énoncée en note, pages 361 et 362. Pour le reste, Fanny Kaplan n’aurait été qu’un bouc émissaire.

5Dans ses développements sur la Tchéka d’Ukraine, il met à profit le travail de Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev (chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6805), mais ne s’interroge pas en profondeur sur la surreprésentation des juifs au sein des tchékistes.

6Le témoignage du blanc Mamontov, page 542, est valable aussi bien pour les rouges que pour les blancs, lui qui explique que l’exécution des prisonniers s’expliquait souvent par le manque de médicaments et de médecins pour les soigner…

7Cette remarque d’un fils de koulak prisonnier d’un camp de concentration bolchevique, destinée au KD Izgoev qu’il a aidé physiquement et qui en témoigne, est ainsi terriblement symptomatique : « S’il n’y avait pas de gens cultivés, faibles mais honnêtes, ce serait bien ennuyeux. Mais il ne faut pas vous donner le pouvoir. Vous ne savez rien faire… » (p. 449-450).

8On peut ainsi citer un dédain manifesté à l’égard de John Reed, « le révolutionnaire communiste déguisé en journaliste » (p. 194), la reproduction sans commentaire critique d’un rapport du MI5 britannique faisant d’Alexandra Kollontaï une ancienne maîtresse de Lénine, l’attribution aux bolcheviques de l’effondrement économique dès 1918, ou la terreur rouge vue seulement à travers les déclarations vindicatives de Lénine, en négligeant la violence et la terreur par en bas, phénomènes pourtant analysés et documentés tant par Marc Ferro que par Orlando Figes.

9Alexandre Jevakhoff estime pourtant que « deux guerres civiles se superposent » (p. 271), entre blancs et rouges, et entre affamés (urbains, principalement) et non affamés (ruraux). Rien non plus n’est dit de la fondation de la Comintern, pourtant capitale dans ce contexte agité.

Frédéric Lordon, Les affects de la politique, Paris, Seuil, collection « Débats », 2016, 194 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Arthur Guichoux

Politique des affects, affects de la politique

Après le substantiel Imperium, l’économiste et philosophe Frédéric Lordon signe un nouvel ouvrage, moins ésotérique mais toujours aussi vif, dans lequel il poursuit sur sa lancée d’une philosophie politique critique spinoziste. En dehors de toute prétention à l’exhaustivité, il y est question d’une mise en situation des concepts-clefs. Cette confrontation à l’actualité part du postulat selon lequel la politique fonctionne à la dynamique des passions.

Prenant comme point de départ une « ontologie spinoziste des modes finis » (p. 29), le « structuralisme passionnel » revendiqué par Lordon met en exergue le rôle central et moteur des affects dans la vie sociale et politique. En tant que partie de la nature, les hommes n’échapperaient pas à la chaîne des causes et des effets qui gravite autour des affects : « une chose exerce sa puissance sur une autre, cette dernière s’en trouve modifiée : affect est le nom de cette modification », écrit-il (p. 20). Dans une critique acérée du sujet souverain, Lordon avance que les hommes sont avant tout des corps qui prennent consistance à partir de complexions diverses d’affectabilités, d’un ingenium qui prend relief au gré des traces laissées par les trajectoires sociales et des idiosyncrasies individuelles. C’est au prisme de ces dispositions, tant individuelles que collectives, que les affects déterminent le conatus et orientent sa persévérance dans l’être autour de désirs nouveaux.

La politique se laisse alors saisir à partir des flux immaîtrisables d’affects, qui se télescopent et s’entrelacent. Cet « ars affectandi » dépassionné ne fait cependant pas fi des idées pour autant que celles-ci se rattachent à des images qui leur donnent une certaine puissance. C’est par le ressort de l’imagination, comme capacité à former des images liées à des affects, qu’advient la palpation du monde. Cette « économie de la visibilité » (p. 65) trace les contours d’un espace conflictuel où se livrent bataille les mouvements sociaux, le pouvoir bureaucratique et la « méta-machine affectante » des médias, qui portent des représentations antagonistes du social. La politique ne serait donc pas une affaire de rationalité pure, d’une transparence communicationnelle supposée domestiquer l’effervescence des passions, pas plus qu’elle ne serait l’apanage d’émotions irrationnelles tout azimut, esprit et corps n’étant que les deux faces indissociables d’une même pièce.

La géométrie variable des affects soulève la question des affects communs, qui proviennent de la « sympathie générique » ou « idéologique » éprouvée envers les semblables. Ce mimétisme à double-tranchant pousse Frédéric Lordon à opter, contre le repli éthique et individuel, pour une voie politique qui consiste à produire les « images manquantes » qui pourraient s’imprimer au creux de la multitude et éclairer les points aveugles de l’ordre établi. La puissance de l’État (au sens large que lui confère l’auteur) n’étant que l’auto-affection de la multitude par elle-même, il lui revient d’ôter le soutien qu’elle apporte au statu quo et de subvertir collectivement les passions. Identifier le point de basculement de la peur paralysante à la colère émancipatrice serait donc un des principaux défis pour qui veut tenter de penser l’émancipation. Frédéric Lordon insiste une nouvelle fois sur le rôle-clef des images capables d’abaisser les « seuils de l’indignation » (p. 174) et d’exprimer la plasticité des plis de l’ingenium. La servitude passionnelle entre alors en tension avec la voie escarpée de « l’entendement fini », qui se dégage au fur et à mesure que s’accroissent les puissances d’agir et de penser, à rebours du mythe du libre-arbitre que rien n’affecte, sinon sa raison. L’ouvrage se conclut par une charge contre « l’État crétin », trop occupé à vitupérer une prétendue sociologie de l’excuse, alors que sa tâche serait plutôt, d’après Frédéric Lordon, de cultiver la liberté et l’agentivité pour que la cité tienne debout et ne s’effondre pas.

Cependant, Les affects de la politique semble présenter plusieurs angles morts. Deux points critiques peuvent être relevés en tant qu’ils ouvrent à la discussion. D’abord, l’interprétation de Spinoza mise en œuvre par Frédéric Lordon ouvre la voie à un déterminisme « radical » et « universel » (revendiqué comme tel), mais surtout intégral, dans lequel l’homme devient le point d’imputation de passions qui le traversent et le mettent en mouvement. La question porte donc sur le point de savoir si ce déterminisme exclusif n’occulte pas d’autres modes d’êtres, s’il ne se ferme pas à un « autrement qu’être » pour reprendre l’expression de Levinas, à ce qui échappe justement aux ficelles du causalisme ? Que faire alors du désir d’utopie, de ces fêlures presque imperceptibles du réel qui émergent à travers les tumultes contemporains, comme les mouvements d’occupation des places ? D’autre part, le geste socio-anthropologique, dont se réclame l’auteur, semble tellement ancré dans une ontologie de la puissance qu’il en deviendrait presque aveugle à toute ontologie du sens, pour reprendre la distinction du socio-anthropologue Stéphane Vibert1. En bon spinoziste, il tend à se focaliser exclusivement sur les rapports de forces au détriment du champ d’articulations symboliques qui pourtant soutient et structure l’épaisseur du social. Nul doute donc que la pensée stimulante et discordante de Frédéric Lordon gagnerait à être mise en regard avec un autre versant de la philosophie politique critique contemporaine, moins médiatisé mais non moins fécond, qui rassemble des auteurs aussi divers que Claude Lefort, Miguel Abensour (récemment décédé) ou Cornelius Castoriadis. Une des principales avancées de ce courant minoritaire et hétérogène, tient en effet à ce qu’il tente de sortir l’expérience démocratique de l’orbite étatique et insiste sur sa dimension an-archique2, au sens d’une absence d’arkhè, de principe directeur incontestable. Au lieu de fonder la politique sur une anthropologie fermée des affects, reconnaître l’absence de fondements de l’ordre social oblige la philosophie à prêter attention à la texture des phénomènes politiques et à l’ouverture que représentent les foyers de désordre et d’inventivité démocratique.

1Stéphane Vibert, « Les enjeux du politique : démocratie plurielle et critique du libéralisme », in Linda Cardinal et Pascale Devette (dir.), Autour de Chantal Mouffe – Le politique en conflit, Ottawa, Invenire, 2015, p. 9-34.

2Sur le rapport de l’an-archie et de la démocratie, nous renvoyons à Miguel Abensour, La démocratie contre l’État, Marx et le moment machiavélien, 2003, (1997), Éditions Le Félin.

François Coadou et Philippe Sabot, Situations, dérives, détournements, Paris, Presses du réel, 2017, 128 pages, 13 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre réunit les interventions issues d’une journée d’étude organisée par François Coadou et Philippe Sabot à l’Université de Lille, au mois de juin 2016. Les articles sont précédés et suivis des photos que Léo Dohmen (1929-1999) avait prises, en 1962, lors de la sixième conférence de l’Internationale situationniste (IS) à Anvers, en Belgique.

Philippe Sabot interroge la place paradoxale de la situation dans les écrits de l’IS : « à la fois sur-exposée (…) et sous-déterminée » (p. 22), en la mettant au miroir de l’ontologie sartrienne. Par-là même, il dégage des « zones de convergence entre Sartre et Debord » (p. 23-24). En fin de compte, la divergence entre les deux résiderait dans les « modes différenciés d’appréhension de la liberté » (p. 37). Pierre Macherey, pour sa part, notant l’importance de l’espace, « sur un plan à la fois esthétique, éthique et politique » (p. 40), chez Guy Debord, affirme, qu’en conséquence, la pratique révolutionnaire a consisté, pour lui, « au moins pour commencer, à se réapproprier l’espace, à « retrouver » l’espace « perdu », activité dont les moyens ont été fournis par la dérive et le détournement » (p. 41). Il s’agissait dès lors de rompre avec la spatialisation du capitalisme, qui opère en séparant, pré-formatant, spoliant et figeant – bref, en « spectacularisant » – pour réinjecter du passage et de la mobilité par le biais « d’un autre mode de spatialité » (p. 42). Cet article très dense conclut qu’il y a chez Debord « une culture systématique de l’échec » (p. 53) ; ce qui demande à être plus amplement discuté.

François Coadou, rappelant que le premier article théorique sur le détournement – Guy-Ernest Debord et Gil J. Wolman, « Mode d’emploi du détournement » – est paru dans la revue surréaliste belge de Marcel Mariën, Les Lèvres nues (dans le n° 8 de mai 1956), et l’importance de la réécriture chez Paul Nougé, pose la question « s’il y eut, sur ce point, influence du groupe surréaliste bruxellois sur Debord et Wolman » (p. 61). Au passage, il cerne les ressorts de la réécriture chez Nougé : « démontage et [du] remontage conscient du discours, dans un but d’intensification et de libération de la langue et, par là, d’intensification et de libération de la vie, [qui] ne se pose pas seulement dans la littérature, puisqu’aussi bien elle n’a pas de dedans, mais aussi et surtout dans la langue courante. Slogans publicitaires, chansons, proverbes, formules toutes faites et habitudes » (p. 59). Et de supposer qu’il y a bien eu quelque influence ; les échanges entre Bruxelles et Paris auraient ainsi « permis de repenser la théorie et la pratique du détournement », en en faisant une arme éthique et politique contre le spectacle. « La rencontre, du reste, était heureuse, et tout y prédisposait » (p. 71). François Coadou avance par ailleurs une hypothèse intéressante, à savoir que « les collages de Mariën, dans Les Lèvres nues, apparaissent de fait comme un chaînon manquant » (p. 77)1 entre les premières expériences lettristes de détournements et la formulation théorique et pratique qu‘elle acquiert à partir de 1956.

Vanessa Theodoropoulou insiste, pour sa part, sur le « recours systématique de Debord à la pratique de la critique et de l’historicisation, plus spécifiquement dans le domaine des arts » afin de valoriser, voire de légitimer, ses propres projets (p. 99). Enfin, l’article de notre collaborateur, Patrick Marcolini clôt cet ouvrage. Sa réflexion porte sur la contradiction entre le dépassement de l’art, prôné par Debord, et sa production continue d’œuvres, au point qu’à partir de la fin des années 1970, ce dernier se consacre à « la construction d’une œuvre personnelle, une œuvre littéraire et artistique, à rebours du dépassement de l’art et du refus de faire œuvre qu’il avait mis en avant pendant la période situationniste » (p. 112). Cette évolution devrait se comprendre, selon Patrick Marcolini, en fonction d’un « repli stratégique » – le choix assumé de l’art et de la

littérature –, en raison de l’effacement des luttes révolutionnaires dans les années d’hiver (p. 116). L’intérêt d’une telle démarche est de resituer le classicisme de Debord dans une perspective ayant « intégré les acquis de l’avant-garde » (p. 114) et s’inscrivant dès lors en faux par rapport au consumérisme culturel de la société du spectacle.

Encore convient-il d’insister sur la reconfiguration – au revers de l’abandon de la critique marxienne et, plus généralement, des courants critiques de l’ultra-gauche – qu’opère cette réorientation stratégique. Ainsi, les Commentaires sur la société du spectacle (1988) sont moins des « commentaires » qu’un recodage, passant à la trappe, dans le livre de 1967, la réflexion originale, à partir du chapitre sur le fétichisme de la marchandise du Capital. De même, la trace qui est laissée n’est plus celle de l’aventure collective que fut l’IS – dont l’histoire est devenue par ailleurs sa chasse gardée –, mais bien celle du « génie » que fut Debord. Si bien, qu’au bout du compte, la réception de l’IS passe par le prisme de la « radicalité debordienne » et la critique de l’aliénation par celui des Commentaires.

1François Coadou est le responsable de l’édition des lettres entre Debord et Mariën, parues à La Nerthe, en 2015 : voir le compte-rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/5757

Jean-Marie Durand, 1977 Année électrique, Paris, Robert Laffont, 2017, 282 pages, 18,50 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Histoire fragmentaire, entrecoupée de souvenirs personnels, ce livre revient sur 1977, « année perdue et coincée entre des seuils historiques décisifs » (p. 20) ; Mai 68 ou la crise économique de 1973, en amont, l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir, en 1981, en aval. L’hypothèse qu’y développe l’auteur, Jean-Marie Durand, rédacteur en chef adjoint des Inrockuptibles, est que ces quelques mois constituent une « scène primitive de notre époque actuelle ». Dès lors, le livre passe en revue une série d’événements : l’ouverture de Beaubourg, le Larzac, le lancement (encore circonscrit à l’architecture) du concept de postmoderne (p. 115 et suivantes), la sortie sur les écrans de cinéma de Star Wars – soulignant, au passage, son attention accordée aux effets spéciaux et son caractère sériel –, la mise en place d’Apple – concentrant à lui seul le mythe de la société nord-américaine –, l’apparition des « Nouveaux philosophes » – qui consacre, selon l’auteur, « la mainmise de la télévision » sur la circulation de la pensée (p. 165) –, l’entrée en scène fracassante du punk et de son « No future »… D’ailleurs, malgré l’esthétique de sa couverture, l’auteur ne s’attarde guère sur ce mouvement – même s’il s’arrête au révélateur « Blank Generation » de Richard Hell – et adopte un style bien plus « sage ».

À plusieurs reprises, ces pages reviennent sur l’émergence et la collusion entre néolibéralisme et néoconservatisme. Au passage, Jean-Marie Durand note que le coup d’État au Pakistan de 1977 (p. 187 et suivantes) annonce déjà, deux ans avant la révolution iranienne, la montée en puissance du fondamentalisme islamiste. Mais la succession des dates et des faits, l’entrelacs de productions, l’abondance de matière souffrent quelque peu d’un manque de mise en relation et de mise en perspective. Sans compter que les pages consacrées au terrorisme reprennent largement les analyses superficielles et convenues à ce sujet, même si l’auteur s’attache à montrer les réactions divergentes entre Jean Genet, Michel Foucault et Gilles Deleuze. Plus pertinent : l’hypothèse d’un esprit du temps – « où la culture s’enchevêtre à la politique » (p. 253) –, marqué par le désenchantement, la démoralisation et l’enterrement des révolutions et même celui de l’espoir d’un changement. Un état d’esprit qui n’est pas sans rappeler le « Nous célébrons tous quelque enterrement » de Baudelaire, tentant de définir la vie moderne en 1846.

Si ce livre n’apporte guère d’éléments nouveaux et se perd quelque fois dans l’énumération des événements, qui auraient mérité d’être plus fouillés, insérés dans un montage plus significatif, il demeure sans prétention et agréable à lire, interrogeant 1977 au miroir de la nouvelle bifurcation que constituerait 2017.