Archives de catégorie : Lectures / Readings

Marc Ferro, Des Soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, Paris, Gallimard / Julliard, collection « Archives », 1980, 272 pages, 6,20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tout au long de sa carrière d’historien, le regretté Marc Ferro (1924-2021) est revenu à plusieurs reprises sur le sujet de sa thèse, la révolution russe. Outre La Révolution de 1917, donc, paru au moment du cinquantenaire de l’événement, il y eut quelques livres sur les derniers Romanov et cet ouvrage de l’excellente collection « Archives », dont l’Omnibus sorti en 2011, 1917. Les Hommes de la révolution, prolonge et élargit en partie la démarche1. Devenu un classique, il s’agit d’une grille de lecture de la révolution d’octobre, principalement, et de l’enchaînement d’événements ayant conduit à la mise en place d’un régime totalitaire (terme que Marc Ferro endosse), qui s’articule autour de trois idées centrales : l’abandon précoce de tout idéal démocratique « classique », l’absence d’une responsabilité unilatérale des bolcheviques, et le rôle joué par toutes les autres institutions concurrentes des partis, qui conduit à une superposition d’identités chez les individus. Un éloge de la complexité, donc, qui prend appui sur une sélection de documents relativement variés.

Dès la fondation du soviet de Petrograd, Marc Ferro souligne en effet la prédominance quasiment séminale des organisations, en lieu et place des masses anonymes et agissantes. Un des grands intérêts des documents choisis, c’est d’ouvrir à des situations locales, celle du soviet de Saratov en particulier. Ainsi, dans cette toile de comités de toutes sortes qui recouvre la Russie en cette année 1917, la formation de milices populaires suscite des discussions, sur la participation des femmes, le versement ou non d’une indemnité, ou le rejet des anciens membres de la police tsariste… De même, l’essor des mouvements coopératifs, des syndicats et des comités d’usine sont des caractéristiques fortes de la période, avec, tout au long de l’année 1917, une radicalisation de nombre de ces structures (comités d’usine, comités de quartier et gardes rouges) par rapport au soviet de Petrograd, devant le refus de concessions de la part des possédants, ce qui les pousse à incarner autant de « centres autonomes de pouvoir » (p. 80). Mais très vite, Marc Ferro souligne l’apparition d’un processus de bureaucratisation par en haut, du fait de l’action des partis, et par en bas, avec le choix de permanents rémunérés, qui accompagne (ou génère) l’étiolement de la vie démocratique dans ces structures de base. Un processus analysé et critiqué très tôt par certains, tels les communistes de gauche bolcheviques2, mais qui expliquerait en partie la victoire d’octobre, convergence entre les bolcheviques et ces comités divers en concurrence avec le gouvernement provisoire, et donc expression d’une majorité populaire.

Marc Ferro parle à ce sujet d’« un absolutisme à foyer double » (p. 138), présentant surtout des témoignages allant dans ce sens3, et n’illustrant pas suffisamment le positionnement bolchevique proprement dit ni le contexte allant dans le sens d’une dramatisation des événements. Absolutisme, en effet, dont la dimension moins connue concerne les soviets disséminés dans tout le pays. Le rapport fait par Georges Gurvitch, futur grand sociologue, devant le Comité exécutif du IIIe Congrès des soviets début 1918, est particulièrement passionnant pour comprendre le réseau des soviets qui couvre le territoire de l’ancien empire russe et les pratiques de chacun. Car ce sur quoi Marc Ferro insiste, c’est sur le manichéisme dont feraient preuve les prolétaires et paysans représentés dans ces soviets, favorables à un pouvoir absolu et parfois au rejet des socialistes-révolutionnaires et des mencheviques. Une fois les bolcheviques au pouvoir, apparaît un phénomène de dessaisissement progressif des comités d’usine au profit des syndicats, qui tient en grande partie au souci, de la part des nouveaux dirigeants, de rétablir un minimum d’efficience économique par le biais de la centralisation. Des poches d’autonomie peuvent toutefois subsister, ainsi que l’illustre le cas d’une usine de chevrotine et de cartouches de Moscou, dont un texte bilan de 1918 est reproduit (p. 201).

La dernière analyse d’importance du livre concerne l’évolution ultérieure du Parti bolchevique. Marc Ferro, en effet, privilégie une explication sociale au phénomène de bureaucratisation, qu’il attribue aux changements opérés dans le recrutement des membres du Parti : c’est la plébéianisation de ce dernier (allant de pair avec une ruralisation et une russification) qui aurait été la source principale d’une bureaucratisation conservatrice dans ses valeurs, loin de tout idéal socialiste. Il y a là, incontestablement, des réflexions stimulantes, incontournables afin de construire la compréhension la plus large qui soit de la révolution russe.

1Démarche qui est également reprise et résumée dans un de ses derniers livres, L’Aveuglement. Une autre histoire de notre monde, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6577

2Voir notre recension de Kommunist : https://dissidences.hypotheses.org/8877

3Conduisant parfois à quelques simplifications, ainsi de l’interdiction des menchéviques dès 1918, alors que la réalité est plus nuancée.

Michel Eltchaninoff, Lénine a marché sur la Lune. La folle histoire des cosmistes et transhumanistes russes, Arles, Solin / Actes Sud, 2022, 256 pages, 21 € pour l’édition papier / 15,99 € pour l’édition numérique.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans Lénine a marché sur la Lune, Michel Eltchaninoff, auteur par le passé d’un fort intéressant Dans la tête de Vladimir Poutine, s’intéresse au courant du cosmisme russe, qui enjambe la révolution russe tout en s’y mêlant. Le parti pris n’est pas absent de son récit, lui qui qualifie les cosmistes de « petite secte » ou d’illuminés » (p. 15), mais les éléments factuels sont nombreux. Les sources du cosmisme, qui projette l’humanité dans une destinée forcément cosmique, il les repère dans le christianisme orthodoxe, plus exactement sa tendance mystique, ainsi que dans la géographie russe elle-même, un espace infini poussant au nomadisme. Chez Dostoïevski et Soloviev, l’opposition à une modernité perçue comme aride conduit à retrouver une foi avec laquelle renouer. Mais c’est chez Fiodorov que le cosmisme trouve ses prolégomènes : il voit en effet la résurrection des morts non plus comme une attente, celle de l’apocalypse chrétienne, mais comme une action à mener en agissant sur les molécules afin de réunir fraternellement l’humanité, celle du présent comme celle du passé.

Il rattache également aux cosmistes les bolcheviques Bogdanov, Lounatcharski et Krassine, tout comme Gorki, ce qui nous semble quelque peu simplificateur. La dimension prométhéenne dont ils font preuve est en effet propre au marxisme sans besoin d’invoquer le cosmisme, la construction de dieu qui leur fut chère demeurant profondément laïcisée ; quant à l’embaumement de Lénine, sa motivation est avant tout politique – renforcer une forme de légitimité en se coulant dans les rites familiers à une population majoritairement paysanne – l’idée d’une possible résurrection du leader un jour n’étant présente qu’en arrière-plan lointain… Plus intéressant et convaincant est l’accent mis sur le courant certes marginal mais authentique du biocosmisme, apparu au début des années 1920 : des anarchistes individualistes épris de cosmisme – ils défendaient la liberté de ne pas mourir ou de rajeunir, ainsi que l’interplanétarisme (sic).

Pour la suite de l’histoire soviétique, il faut reconnaître que les exemples cités par l’auteur demeurent trop isolés pour réellement faire école. Le roman Tchevengour, d’Andreï Platonov, par exemple, contient bien des thèses cosmistes (émancipation de tous les êtres vivants conçus comme égaux, utilisation de l’énergie solaire), mais placés dans un livre volontairement ambigu. Le cas de Konstantin Tsiolkovski est également à part. Ce pionnier de l’astronautique défendait une philosophie atomiste propre, croisant le cosmisme par certains de ses thèmes, mais tenant aussi bien de Giordano Bruno que d’Auguste Blanqui. Citons entre autres l’idée que les combinaisons d’atomes, dans un univers marqué par l’infinité de l’espace et du temps, récréent inévitablement l’être que l’on a été à un moment donné, ou la volonté d’améliorer l’espèce humaine en appariant les combinaisons d’atomes les plus probantes…

Le cas de Vernadski est lui aussi tangent. L’inventeur de la biosphère plaçait la vie au centre de ses conceptions, insistant sur l’importance du soleil et des rayonnements cosmiques, mais il demeurait un scientifique éloigné du mysticisme d’un Fiodorov. Le chapitre consacré au cosmisme dans la Russie de Poutine s’avère plus intéressant, basé sur plusieurs entretiens directs. Si d’authentiques disciples de Fiodorov s’y rencontrent bien, ils s’inscrivent dans un contexte d’affirmation d’un nationalisme anti-occidental, irrigué d’idéologie eurasienne, faisant donc l’objet d’une récupération partielle et utilitaire de la part des sphères du pouvoir. Il n’est alors pas étonnant de voir certains cosmistes russes opposer leur cosmisme national, alliant science et foi dans une démarche collective, au transhumanisme étatsunien, marqué par la raison froide et l’individualisme.

Michel Eltchaninoff questionne d’ailleurs cette dichotomie supposée dans son ultime chapitre, dans lequel il s’efforce de lier cosmisme et transhumanisme : mais si certains rapprochements sont convaincants – l’influence cosmiste de Robert Ettinger, pionnier de la cryogénie, le rôle plus récent de Giulio Prisco et de son « modern cosmism » – d’autres sont nettement plus discutables – le parallèle entre l’esprit de la Sillicon Valley et l’effervescence des premières années de la Russie révolutionnaire, ou le new age vu comme passerelle entre États-Unis et URSS, voire même matrice de l’Internet.

L’essai de Michel Eltchaninoff apparaît au final comme discutable sur bien des points, s’autorisant des rapprochements abusifs ou appuyés sur de simples intuitions ou convergences superficielles ; au point de subsumer l’épisode bolchevique sous le cosmisme, entendu comme rêve de transformation du monde, sans qu’il ne tranche d’ailleurs entre son versant progressiste (radicalisation de l’humanisme technologique) ou réactionnaire (fourrier d’un nouveau totalitarisme).

Roger Ekirch, La grande transformation du sommeil. Comment la révolution industrielle a bouleversé nos nuits (Sleep we have lost : pre-industrial slumber in the British Isles / The modernization of western sleep : or, does insomnia have a history ?), Paris, éditions Amsterdam, 2021 (édition originale des articles en 2001 et 2015), traduction et préface de Jérôme Vidal, postface de Matthew Wolf-Meyer, 200 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Une découverte révolutionnaire : c’est par ces mots que Jérôme Vidal qualifie le résultat de l’enquête historique menée par l’historien britannique Roger Ekirch, jusqu’à présent peu connu chez nous. Et il est vrai que sa mise en évidence d’une dichotomie entre le sommeil pré-moderne, fractionné, et le sommeil de la modernité, plus resseré, a de quoi surprendre. Elle permet surtout de montrer que le sommeil, comme tout ce qui caractérise l’humain, est déterminé socialement. Cet ouvrage, inédit dans sa forme, est constitué de deux articles publiés à des moments différents dans les revues The American Historical Review et Past & Present.

Le premier article essaye donc de cerner les critères du sommeil ayant précédé la révolution industrielle. Partant du souci exprimé d’un bon lit et d’un sommeil profond, de 7 à 8 heures, Roger Ekirch insiste sur tous les éléments qui allaient à rebours de cet idéal. Car contrairement à ce que certains imaginent, en évoquant un sommeil d’antan plus apaisé et réparateur, bien des obstacles se dressaient contre lui : douleurs des maladies physiques moins bien soignées, peur vis-à-vis des risques d’incendie ou de vol, manque de confort des plus pauvres… Autant de données qui généraient une probable fatigue chronique, particulièrement chez les exploités. Surtout, Roger Ekirch, en s’appuyant sur de multiples traces, passages de livres, tableaux, reconstitue le modèle type du sommeil qui, selon lui, a prévalu depuis au moins l’époque antique (le christianisme ne fit que se couler dans ce moule, en instituant la prière nocturne). Un premier sommeil, de 3 à 3,5 heures ; un état de veille après minuit, pouvant durer une heure environ ; un second sommeil, d’une durée équivalente au premier. Pour expliquer cette fragmentation, Roger Ekirch incrimine l’absence de lumière artificielle, ou tout au moins sa force moindre, qui poussait les individus à se coucher plus tôt, ouvrant à cette fragmentation de leur sommeil. Une réalité d’ailleurs moins sensible, selon les traces historiques, chez les représentants des catégories aisées, qui avaient justement les moyens de disposer d’une lumière artificielle plus soutenue. Ce temps de veille en milieu de nuit était mis à profit pour fumer, faire l’amour, réfléchir, discuter, voire même travailler (y compris pour des activités de délinquance). Il permettait aussi, apparemment, de se saisir davantage de ses rêves, un révélateur de soi durant ce temps plus libre et détendu que pendant la journée et ses multiples contraintes. Il y aurait certainement beaucoup à approfondir sur cette question des rêves, leur appréhension, leur appropriation, et le recul avancé de ces derniers à notre époque.

Le second article, justement, se penche plus particulièrement sur le passage de ce sommeil ancestral au sommeil qui est le nôtre aujourd’hui. S’appuyant sur des publications diverses, étatsuniennes et britanniques, datant aussi bien du XIXe que du XXe siècles, Roger Ekirch montre que l’heure du premier coucher fut progressivement repoussée, dans le même temps où la durée du premier sommeil allait croissante (atteignant 5 à 6 heures). Cette double évolution entraina une réduction subséquente du second sommeil et du temps de veille. Les causes de ce changement, urbain d’abord, sont à chercher dans la vie nocturne accrue des villes, le fonctionnement de certaines entreprises 24 heures sur 24, et surtout dans le développement de la lumière artificielle. Parallèlement, un souci hygiéniste se fit jour, recommandant de se passer de second sommeil au profit d’un lever matinal, accompagné d’exercices physiques, une préconisation associée à la valorisation économique promue par le capitalisme (« le temps c’est de l’argent »). L’exemple de certaines innovations apparues au milieu du XIXe siècle, comme le « lit réveil-matin » (p. 99), censées faciliter ce lever matinal, a de quoi laisser songeur ! Cette mise en perspective historique amène Roger Ekirch à percevoir différemment la question de l’insomnie contemporaine. Autrefois, seules les difficultés d’endormissement étaient évoquées, avant que l’insomnie comme problème de réveil en milieu de nuit ne s’impose… alors même que les conditions de sommeil ont été radicalement améliorées par la modernité. Peut-être faut-il simplement voir dans l’insomnie un reliquat, une réapparition de la forme précédente de sommeil, notre sommeil consolidé étant très récent à l’échelle de l’histoire humaine.

Il y a là un champ encore à explorer, mais qui suscite indéniablement la réflexion. Matthew Wolf-Meyer, dans sa postface, en dresse d’ailleurs un tableau partiel, insistant sur ce qu’il nomme l’« impérialisme temporel » que le capitalisme industriel aurait imposé à l’humanité soumise à ses règles. De quoi approfondir la discussion, complexifier également les enjeux mis en avant par un Jonathan Crary dans 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil1, livre d’ailleurs critiqué par Jérôme Vidal pour son simplisme…

1

Il est chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/8438

Laurence de Cock, Ecole publique et émancipation sociale, Marseille, Agone, collection « Contre-feux », 2021, 216 pages, 16 € pour l’édition papier.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Au fil des ouvrages et des articles, Laurence de Cock apparaît comme une des spécialistes de l’histoire de l’éducation et de la pédagogie en France. Ce nouvel essai est aussi synthétique que roboratif, un excellent stimulant pour la réflexion. Son but ? Réfléchir à une école publique qui soit réellement démocratique et sociale, visant l’émancipation la plus large, et non seulement celle, individuelle, de certains. Prenant comme point de départ la situation singulière vécue suite à la pandémie de Covid 19, elle souligne le non-sens de l’enseignement à distance. Elle ne rejette toutefois pas, par principe, l’utilisation du numérique, mais à condition de se l’approprier par la base, en somme. Sont donc mis en cause la surveillance que les espaces numériques de travail permettent, la marchandisation dont ils s’accompagnent, également, ainsi que leur idéalisation par l’institution. Les conséquences sociales de cet enseignement bancal vont jusqu’au décrochage, surtout sensible dans les zones d’éducation prioritaire.

La pandémie joue alors le rôle de révélateur des limites d’un système éducatif. Et sur ce point, les constats faits par Laurence de Cock touchent généralement justes : effets de l’austérité budgétaire, mode de fonctionnement vertical… et un ministère Blanquer analysé comme application d’une véritable contre-démocratisation de l’école. La mise en place de Parcoursup et la fin du baccalauréat égalitaire, l’accent mis sur les neurosciences et la psychologie cognitive écrasant le facteur social (sans d’ailleurs afficher de résultats réellement convaincants !), la poursuite des cadeaux divers accordés au privé, la répression accrue vis-à-vis de la contestation également (qu’elle provienne des élèves ou des enseignants), ou tout simplement l’intimidation usant du devoir de réserve agité comme un mantra, tels sont les grands axes de cette contre-réforme en actes, du « libéralisme autoritaire » cher au président Macron.

Laurence de Cock effectue ensuite un retour vers le passé, partant de la Révolution et de son exigence affirmée d’un enseignement public et gratuit, défendue en particulier par le député Lepeletier de Saint-Fargeau. Elle revient également sur la fameuse école de Ferry, aux objectifs affirmés de maintien de l’ordre social (la Commune jouant ici le rôle de repoussoir) et conservant une structure distincte entre école populaire / école bourgeoise, en rappelant néanmoins que plusieurs personnalités de son entourage étaient de vrais progressistes (citons Ferdinand Buisson). Loin d’un manichéisme dualiste, elle montre bien l’imbrication des conservateurs et des progressistes, que ce soit au niveau des personnes ou au niveau des mesures et des méthodes. Pour la suite de l’histoire de l’éducation en France, l’importance du moment Jean Zay est rappelée – c’est lui qui établit les trois degrés d’une école unique – tout comme le plan Langevin / Wallon de l’après-guerre, rapidement enterré (il prévoyait entre autres un maximum de 25 élèves par classe !).

Car les objectifs de démocratisation de l’école, au sens large, furent généralement corrélés aux besoins économiques, entravant toute approche globale ambitieuse, et laissant persister les inégalités dénoncées dans les années 1960 par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron. Plus original, Laurence de Cock retrace également l’histoire des pédagogies dites nouvelles au cours du XXe siècle, qui vit la création dans l’entre-deux-guerres de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle. Là encore, le caractère bigarré de ses membres domine, avec une tendance à considérer l’enfant d’abord comme individu (marginalisant le social) et une nette influence de la théosophie. Célestin Freinet, qui était membre de la Ligue, critiqua d’ailleurs son caractère bourgeois et apolitique – une Montessori ne cherchant pas à s’opposer au fascisme, par exemple. L’intérêt de leurs réflexions pédagogiques reste entier, mais ces pédagogies actives furent en tout ou partie récupérées par l’institution, enrôlées dans une logique du mérite individuel, mérite de l’élève comme de l’enseignant innovant.

Un des développements les plus précieux de Laurence de Cock concerne les écoles dites alternatives, Summerhill – en vogue dans les années 1970, axée sur la liberté de l’enfant sans lien avec le social – ou Sudbury et les écoles « démocratiques », respectueuses de l’orthodoxie sociale capitaliste. Ces écoles, selon elle, sont fondamentalement élitistes, non axées sur des savoirs que les élèves acquièrent par d’autres biais (familiaux en particulier), constituant le moyen de « préserver » leurs enfants et seulement les leurs, à rebours de toute réelle ambition de démocratisation scolaire. C’est là que Laurence de Cock s’attaque au processus de massification scolaire, accéléré à compter des années 70 et de la mise en place du « collège unique ». Car la crise de l’école a surtout porté sur la baisse du niveau liée à la présence plus forte d’élèves issus de milieux plus défavorisés, plutôt que sur la nécessaire remise en cause des pratiques pédagogiques. Elle critique en particulier les essais de Jean-Claude Milner (De l’école en 1984) et de Jean-Claude Michéa (L’enseignement de l’ignorance en 2006), qu’elle relie à la mouvance Blanquer dans leur idéalisation de la République et de la citoyenneté comme remède à la crise (une posture partagée par la majorité de la gauche à compter des années 1980, justement).

On ne peut malgré tout s’empêcher de trouver la réflexion trop partielle concernant cette fameuse « baisse de niveau ». Car finalement, cette tendance à réduire les exigences fut la combinaison d’une pression venue de l’institution (se présentant justement comme démocratique), des parents et des enseignants eux-mêmes (comment être exigeant sans efforts collectifs de l’ensemble d’une équipe d’établissement ?), s’accompagnant de nouveaux moyens de sélection sociale, dont Parcoursup est un des derniers avatars. C’est justement sur les solutions à apporter à cette crise que les propositions de Laurence de Cock apparaissent trop modérées ou manquant de mesures de transition permettant de les faire aboutir. Garantir l’utilisation de l’argent public pour l’école publique exclusivement ne remplace pas la suppression pure et simple de l’enseignement privé ; la séparation de l’école et du néolibéralisme (entreprises, type de management) ressemble également à un vœu pieux ; réformer l’élaboration des programmes par l’élection et une importance accrue donnée aux organisations ne remplace pas, à mon sens, le tirage au sort d’enseignants chargés d’une élaboration soumise dans un second temps à la validation électorale par les pairs ; repenser l’architecture des établissements est un projet stimulant, mais irréaliste dans le système économique actuel. Et quid de la nécessaire séparation entre enfants et religions, ou de l’utilité éventuelle d’internats pour les collégiens ?

On ne peut en tout cas qu’être d’accord avec l’autrice lorsqu’elle écrit « Maintenir un haut niveau d’exigence, surtout avec les enfants qui ont le plus besoin de soutien scolaire, est une condition pour ne pas brader leurs attentes et les assigner à résidence sociale. » (p. 165), la réflexion devant alors porter sur les méthodes pédagogiques à utiliser, sans programmes aussi directifs et corsetés qu’aujourd’hui. Francisco Ferrer, Paulo Freire, Célestin Freinet sont quelques-uns des noms qui sont mis en avant par Laurence de Cock. Il est alors nécessaire de poursuivre la réflexion, d’autant que cet essai, forcément contraint, se centre sur le cas français, sans mise en perspective internationale.

Thierry Guthmann, Nippon Kaigi ou la vitalité du nationalisme politique dans le Japon contemporain, Paris, Les Indes savantes, 2021, 230 pages, 26 €.

 

Un compte rendu de Denis Andro

L’auteur, professeur à l’université de Mie, au Japon où il est établi depuis vingt-cinq ans, chercheur associé à l’Institut d’Asie orientale (CNRS, Lyon) est spécialiste du politique et du religieux (Shintô et politique dans le Japon contemporain, 2010 ; Précis de politique japonaise, 2011). Il aborde ici le lobby d’extrême-droite ou nationaliste (mais qui s’auto-désigne et est souvent désigné par les médias comme simplement conservateur) Nippon kaigi (« La Conférence du Japon »). Ce lobby fondé en 1997 par la fusion de deux organisations, dont l’objectif général est de redonner une fierté nationale supposée affaiblie, a fait l’objet de sept livres au Japon et de nombreux articles à l’étranger du fait notamment de son influence sur le Parti libéral démocrate au pouvoir de façon quasi ininterrompu depuis l’après-guerre. En 2014 par exemple, sur 720 parlementaires des deux chambres, 289 étaient affiliés à ce groupe (soit 40%), par conviction nationaliste et parfois, comme l’analyse Thierry Guthmann, par calcul politique ou opportunisme. Sous le gouvernement Abe (le profil et les choix politiques de l’ancien premier ministre de 2012 à 2020, assassiné en juillet 2022 sur fond d’une rancoeur anti-sectaire, donc après la parution du livre, fait l’objet d’une analyse détaillée), lui-même proche de Nippon kaigi, une partie des ministres y était également affiliée.

L’approche de l’auteur n’est pas polémique ou à la recherche d’une « tête pensante » (une interprétation faite par un journaliste japonais sur le rôle supposé d’une société secrète n’est pas reprise), mais sociologique, à partir d’une biographie en japonais et en anglais (il n’y a quasiment rien en français) et d’entretiens avec des cadres nationaux et locaux du Nippon kaigi. Il est néanmoins souligné qu’une forte culture du secret entoure l’organisation. Nippon kaigi se distingue soigneusement, par ailleurs, par son style et ses modes d’action (mais pas au fond véritablement par ses valeurs), de l’extrême-droite notamment dite des « camions noirs » que l’on voit aux abords des grandes gares, un haut parleur hurlant « de vieux chants militaires ». Si cette dernière est marginale, Nippon Kaigi vise et semble atteindre une certaine centralité.

Après avoir présenté les différentes campagnes par lesquelles depuis 1945 l’extrême-droite japonaise s’est manifestée (par exemple pour le rétablissement de la datation selon les ères impériales), l’auteur montre combien Nippon kaigi, l’organisation fédératrice la plus importante, se situe au premier plan ; il en fait la genèse en détaillant certaines composantes religieuses qui ont contribué à sa naissance et en en analysant la cohérence idéologique, puis le lobbying politique « entre fantasmes et réalités ». Dégageons succinctement quelques aspects.

Nippon kaigi présente une organisation nationale structurée de près de 40 000 membres avec une présence locale effective et capable d’initiatives dans les départements ; il est doté d’une revue mensuelle interne, Nippon no ibuki (Le Souffle du Japon), d’une puissante Amicale de parlementaires ; il intègre de nombreuses femmes. La prise de décision serait plutôt collégiale. Le lobby intervient notamment pour essayer de peser sur les décisions des législateurs et pour promouvoir ses valeurs auprès de la population, à travers des campagnes de mobilisation, des pétitions, à l’occasion des campagnes dites de « commentaires publics » – pratique par laquelle le gouvernement japonais sonde l’opinion lors de la phase de préparation d’un texte de loi –, des rassemblements, des caravanes traversant le pays, des ateliers que l’auteur qualifie d’ « éducation populaire ». L’objectif, entièrement assumé, de redonner fierté aux Japonais, conduit à décliner un certain nombre d’engagements et de prises de position que l’auteur passe en revue et dont il analyse les argumentaires, par moments confinant à une pensée qualifiée d’orwellienne (du type « la guerre c’est la paix » ). Nippon kaigi adopte des positions révisionnistes en matière historique, avec la minoration ou la négation des crimes de l’armée impériale, comme le Sac de Nankin de 1937, ou la prostitution forcée dans des régions conquises. Il réclame un changement de la Constitution pacifiste de 1947, tout particulièrement de son article 9 qui stipule que le Japon renonce à la guerre comme moyen de résoudre des conflits (même si le Japon a des forces d’auto-défense) ; il se prononce en faveur des intérêts de la nation japonaise conçue comme un corps homogène sur les différends territoriaux avec la Chine (archipel de Senkaku en mer de Chine orientale), la Corée du sud (îlots de Takeshima et île de Tsushima), et avec la Russie autour des Territoires du nord (comme on appelle au Japon les îles Kouriles au nord d’Hokkaido, prises par l’armée soviétique en 1945) ; il s’oppose au droit de vote des étrangers aux élections locales. Nippon kaigi défend des valeurs sociétales conservatrices, promouvant ainsi une relation entre sexes marquée par la « différenciation » : dans cette logique, les deux sexes ont leurs particularités propres ; les femmes sont censées être plus aptes à s’occuper des enfants – « les militants du lobby nationaliste en veulent pour preuve que ce sont elles qui les mettent au monde » (p. 102) ; l’individualisme d’origine occidental est critiqué ; le lobby nationaliste réclame que l’éducation nationale promeuve des valeurs comme le patriotisme (allant jusqu’à se référer au Rescrit impérial sur l’éducation de 1890 « qui mettait l’accent sur les devoirs du citoyen à l’égard du pays ») ; il projette l’image d’un âge d’or passé idéalisé, fondé sur la famille de trois générations vivant sous un même toit, telle qu’elle existait encore dans les années 1950/1960.

La clef de voûte du lobby est la révérence à l’empereur et à la Maison impériale. Dans la version littéraliste du shintoïsme d’État tel qu’il a été construit avec la Restauration de Meiji et démantelé par l’occupant américain, l’empereur est supposé être le descendant d’une lignée ininterrompue de 126 souverains remontant au premier empereur Shinmu, lui-même supposé être le descendant de la déesse du soleil Amaterasu. Ce mythe n’est pas, semble-t-il, à proprement parler professé, mas il n’est pas non plus déconstruit (un interlocuteur de l’auteur établit habilement une comparaison avec le thème de la virginité de Marie dans le christianisme). En matière de relation avec les États-Unis, Nippon kaigi fait preuve de suivisme : il ne prône pas une opposition à l’Amérique ; la menace, qui était auparavant pour la droite et l’extrême-droite japonaises le communisme, est aujourd’hui la Chine continentale, plus encore que la Corée du nord et la Russie. Dans la continuité de ce positionnement au moins tactique (l’auteur parle d’un « pis-aller ») le lobby nationaliste ne réclame pas le démantèlement des bases militaires américaines qui suscitent, à Okinawa, une importante opposition.

La place du religieux, tel qu’il se présente dans le contexte historique japonais, est particulièrement frappante dans la structuration du lobby (même si des associations non religieuses en sont également membres). Thierry Guthmann aborde cet aspect dans son historique du lobby et y consacre ensuite un chapitre entier : « Religion et nationalisme ». D’une part, la colonne vertébrale de l’organisation et l’une de ses sources structurantes est l’association des sanctuaires shinto (« Jinja honchô »), qui regrouperait 79 000 sanctuaires sur les 85 000 sanctuaires shinto que compte le Japon , même si seule une partie des sanctuaires est mobilisable dans les faits par l’organisation; on note aussi la présence de représentants des plus grands sanctuaires du shintoïsme (Ise, Meiji, grand sanctuaire très touristique inauguré en 1920 à Tokyo, qui a également eu un rôle dans la naissance du lobby, et lui fait des dons) ou le sanctuaire de Yasukuni. Ce dernier, dédié aux esprits des Japonais morts à la guerre, et où figurent des criminels de guerre, suscite des polémiques intérieures et des tensions avec les voisins anciennement colonisés lors de visites des politiciens – visites (telle celles de premiers ministres) que Nippon kaigi soutient pleinement. D’autre part, Nippon kaigi intègre, y compris dans son conseil d’administration, des représentants de « nouvelles religions » (shinshûkyô). L’histoire du lobby témoigne de cette imbrication : des étudiants appartenant à l’une de ces nouvelles religions, Seishô no ie (« Accueil des progrès infinis ») fondée en 1930 par Taniguchi Masaharu (qui soutenait le militarisme, et dont les Américains ont interdit après-guerre la publication des textes) ont créé à partir de 1967, en s’inspirant des modes d’action de leurs adversaires d’extrême-gauche (la Zengakuren) alors hégémoniques sur les campus, des syndicats d’étudiants d’extrême-droite qui remplirent la prouesse de remporter les élections étudiantes à Nagasaki. Une organisation issue de la dynamique de ce milieu, la Commission pour la concertation de la jeunesse japonaise, ou encore l’ancien adepte de Seishô no ie et ex-leader étudiant d’extrême-droite Kabashima Yûzô (devenu secrétaire général de Nippon kaigi) illustrent cette imbrication. Seishô no ie s’est, depuis, mis en retrait de la politique (même si plusieurs anciens de cette secte étaient dans l’entourage d’Abe) mais douze nouvelles religions, dont l’auteur fait la liste et présente les croyances, participent au lobby nationaliste. Toutes, au-delà de leurs différences (certaines se rattachent au bouddhisme du Sûtra du Lotus, d’autres aux croyances shinto, il y a même une religion chrétienne d’origine japonaise : Makuya (« Tarbernacle »)) vouent un profond respect à l’empereur et à la Maison impériale. On notera parmi ces sectes de plus ou moins grande envergure (les chiffres du nombre d’adeptes sont gonflés et invérifiables) Sûkyô Mahikari (« Religion suprême de la véritable Lumière »), fondé en 1978, qui a une présence à l’étranger parfois non négligeable (ce fut le cas, indiquerons-nous ici, aux Antilles françaises, et actuellement au Brésil, où Bolsonaro a en 2019 décrété une « journée nationale de Sûkyô Mahikari) » et dont, selon les observations de Tamotsu Sugano, auteur en 2016 d’un livre sur Nippon kaigi, des cars entiers d’adeptes fournissent parfois la clientèle des spectateurs (et à l’occasion des électeurs) à des rassemblements de Nippon kaigi dans des grandes villes japonaises. On a là, probablement, une des clefs de compréhension des relations entre hommes politiques de droite, sectes (« nouvelles religions ») et Nippon kaigi. De nature quasiment religieuse est enfin, comme on l’a indiqué, la clef de voûte idéologique du Nippon kaigi : la référence (et révérence) absolue à l’empereur et à la Maison impériale.

L’approche de Thierry Guthmann, méthodique et précise sur les différentes dimensions historiques, sociologiques et idéologiques de ce lobby, permet de mieux se repérer dans des aspects parfois peu connus de la politique intérieure et de la société japonaises, y compris dans le domaine religieux. La place de Nippon kaigi se situe dans un cours historique plus large Sans doute des pôles critiques demeurent : c’est le cas du syndicat enseignant de gauche Nikkyôso, « vieil ennemi » de Nippon kaigi, qui le qualifie de « cancer » ; le manga historique hostile à l’empereur Gen d’Hiroshima, de Keiji Nakazawa, qui avait été retiré en 2013 de l’accès libre dans les écoles de la ville de Matsue, a été à nouveau autorisé à la suite d’une plainte. Mais globalement l’opinion s’est, au Japon, droitisée ces dernières décennies. Un ancien militant d’extrême-droite le remarque : « Lorsque nous autres étions étudiants et que nous parlions d’ « indépendance de la défense » ou de « nucléarisation des forces armées », on nous traitait immédiatement et systématiquement de « fascistes » ou de « militaristes ».(…) aujourd’hui (…) les revues qui sans complexe publient ce genre de prise de position remplissent les rayons.  Les choses sont complètement différentes d’il y a 40 ou 50 ans ».

Anouchka Vasak, 1797. Pour une histoire météore, Paris, Anamosa, 2022, 426 pages, 26 € pour l’édition papier / 17,99 € pour l’édition numérique.

 

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans cet essai historique, Anouchka Vasak, maître de conférences à l’université de Poitiers et spécialiste en histoire du climat, s’essaye à une histoire buissonnière : en se concentrant sur une année, 1797, elle cherche à repérer de manière volontairement éclatée des éléments illustrant un entre-deux, entre deux époques, une manière de fixer des mutations profondes. Une exploration d’une certaine synchronicité, aussi.

Elle se penche d’abord sur le cas de Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron, mais en le mettant en parallèle avec la bête du Gévaudan. Dans ces deux découvertes, il y a, selon elle, tentatives

de rationalisation des phénomènes et surtout une approche plus ouverte de l’altérité. Il en est d’ailleurs de même pour les débuts de la psychiatrie moderne, 1797 possédant à cet égard une signification symbolique, avec le renoncement aux chaînes pour contraindre les aliénés, remplacées par les camisoles. Le cas de Philippe Pinel et de sa classification médicale, ou nosographie, illustre à cet égard des hésitations, celle d’une pensée qui se cherche, autour des notions de mélancolie, de nostalgie : si l’idée de classification est caractéristique du XVIIIe siècle (pensons à Linné), Pinel s’approche progressivement d’une compréhension moins anatomique de certaines affections.

Lamarck est également retenu, davantage pour son essai de typologie météorologique – une typologie des nuages. Bien qu’elle ait échoué à gagner la postérité, contrairement à celle de Luke Howard, toujours utilisée de nos jours, le fait qu’elle ait connu des inflexions au fil des éditions saisit là aussi une pensée hésitante, plus dynamique que statique. Un symptôme, selon l’autrice, d’un glissement du scientifique le portant du fixisme vers le transformisme. Encore en lien avec la psychiatrie balbutiante, le cas de Sade intéresse surtout Anouchka Vasak au moment de son séjour à Charenton. Elle insiste sur ses œuvres théâtrales, qu’il montait d’ailleurs dans l’asile de Charenton, à la fois empreintes de modernité (la démesure en particulier) et de tradition. Tout un chapitre est consacré à ce qu’elle nomme la « langue-tempête », autant de moyens de retravailler la langue, ici sous sa forme écrite, agitée elle aussi par les convulsions de la Révolution. Ce sont les métaphores du Chateaubriand de l’Essai sur la Révolution ou du de Maistre des Considérations sur la France, textes dans lesquels on peut repérer une influence là encore de la météorologie.

La peinture est un autre terrain d’exploration arpenté par Anouchka Vasak. Si Turner s’impose pour elle comme LE peintre météore, il est un révélateur parmi d’autres de l’ouverture vers le ciel commune à l’époque (Thomas Jones, lui, illustre plutôt la volonté de montrer de près ce qui ne se voit pas de loin), concomitante avec une tendance au repli sur soi, à la fuite vers un ailleurs en réaction aux bouleversements du temps ; vers les ténèbres de l’âme également. S’appuyant sur la célèbre oeuvre de Goya « Le sommeil de la raison engendre des monstres », dont le dessin préparatoire date justement de 1797, elle y repère une inflexion, sensible aussi dans les illustrations d’un William Blake pour Nuits. Plus étonnant, les éclairages sur des nouveautés techniques comme les transparents de Carmontelle inspirés de la lanterne magique (les quatre saisons, projection du monde d’avant) ou les fantasmagories d’Etienne-Gaspard Robertson (une manière d’exorciser les cauchemars de la terreur, fantasmée ou non).

Bien d’autres thèmes sont également abordés. Trois femmes, Mary Wollstonecraft, Théroigne de Mirécourt et Madame de Staël, sont autant d’illustrations de destins brisés, de vies en marge, aliénées au sens large. Goethe, lui, est convoqué de par son voyage en Suisse datant de 1797, dont sa relation écrite est typique d’une « écriture-météore » : par la perception de paysages en fragments, mais aussi dans leur complexité, leurs différentes strates, il est à mi-chemin entre le regard encyclopédique du XVIIIe siècle et le romantisme.

1797. Pour une histoire météore est un essai exigeant, dense, qui aurait certainement gagné à davantage d’explicitations, et s’avère inégalement convaincant. Les rapprochements effectués prêtent parfois le flanc à la critique, de par leur caractère en partie artificiel (Mary Shelley né en 1797). Nombre de réflexions n’en demeurent pas moins stimulantes, et ce livre vaut également par ce qu’il révèle de l’historiographie actuelle : une mise à distance d’une scientificité radicale (pensons à l’histoire quantitative d’antan), des grands récits à vocation globalisante également, au profit d’une écriture de l’histoire plus personnelle, plus littéraire surtout (on pense à L’histoire est une littérature contemporaine d’Ivan Jablonka). Les figures tutélaires invoquées sont significativement des philosophes – Diderot, Bergson – plus que des historiens. Les liens avec la météorologie alors en pleine élaboration possèdent en particulier une réelle charge poétique, et cette posture historienne plus humble transmute le chercheur en tisseur de fils entremêlés… La confection d’une histoire impressionniste.

Ateliers de l’Antémonde, Bâtir aussi, Paris, Cambourakis, collection « Sorcières », 2018, 256 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Si la collection de science-fiction engagée des Éditions libertaires, « Nos futurs », semble désormais appartenir au passé, des collectifs militants n’en poursuivent pas moins l’élaboration de rêves d’avenir, usant de l’anticipation dans ce qu’elle peut avoir de plus constructif, de plus mobilisateur. C’est le cas des Ateliers de l’Antémonde, qui se sont lancés dès le début de la décennie dans ce projet d’écriture collectif finalisé en 2018.

Tout débute par une véritable uchronie, l’Haraka, autrement dit la propagation des mobilisations des printemps arabes au continent européen, d’abord les pays méditerranéens, avant que la France de Sarkozy ne soit touchée à son tour. Le basculement se décline alors en une grève générale, transformée ensuite en combats de rue, décrits au lecteur à travers l’exemple des barricades de Lyon. La narration alterne en effet entre flash backs sur la situation révolutionnaire du début de la décennie et situation de la France métamorphosée, dix ans après ; de même, pour mieux présenter la mosaïque de situations nouvelles, chaque chapitre s’intéresse à un personnage différent. Les détails manquent cependant sur le déroulement de cette quasi guerre civile, en dehors de la situation marseillaise, qui voit le ralliement des nationalistes locaux aux insurgés, et partant d’une partie de l’armée. Des milices d’extrême droite sont également évoquées, et si le tableau présente de larges brèches qui permettraient de mieux comprendre la victoire d’une insurrection en proie à l’intervention – limitée – de l’Union européenne, il est appréciable de voir les auteurs prendre à bras le corps la question de la violence révolutionnaire (la question des armes à feu, pouvant conduire à devenir semblables aux ennemis que l’on combat, mais dont l’utilisation reste envisageable) et de l’inévitable guerre civile.

La vie d’après se déploie à échelle humaine, dans de petites communautés, bâties sur les décombres du vieux monde. Sont ici privilégiées les discussions et prises de décision en assemblées, le caractère crucial de l’alimentation (pratiquée dans des restaurants collectifs) et les luttes des minorités ou majorités opprimées, femmes, homosexuels, etc… Ce qui explique leur usage de l’écriture inclusive. Sont également esquissés les nouveaux rites sociaux, voire la spiritualité de cette nouvelle société qui demeure curieusement isolée par rapport au reste du monde, guère abordé. Une question particulièrement scrutée concerne le rapport à la technologie. Si les industries semblent avoir été abandonnées, et le principe de la croissance délaissé, les machines sont toujours utilisées, ainsi des laveries pour le linge, de l’électricité produite par la force des pédales (avec une rotation des tâches pénibles, justement) ou de celles qui permettent, sur le modèle coopératif, d’usiner des pièces indispensables à la fabrication de vélos, par exemple ; on est ici plus proche d’un artisanat à la William Morris, et du principe du Do It Yourself, avec l’apport de FabLab mis au service de tous.

Clairement, les Ateliers de l’Antémonde rejettent les illusions du primitivisme, au profit d’une forme de pragmatisme militant. En postface, les auteurs explicitent ainsi leurs présupposés, les apports de Murray Bookchin, mais aussi le refus d’idéaliser la nature et d’une lutte anti-technologique qui surdéterminerait toutes les autres.

Moshe Lewin, Russie / URSS / Russie (1917-1991), Paris, Syllepse / Page 2 / M éditeur, 2017, 264 pages, 21 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Syllepse ont choisi ces dernières années de remettre en avant l’œuvre d’un historien important de l’histoire soviétique, Moshe Lewin, en rééditant son Dernier combat de Lénine, en proposant également un recueil de textes inédits, Les Sentiers du passé1. Il en est pour l’essentiel de même quant à Russie / URSS / Russie. Denis Paillard a en effet repris un recueil d’articles éponyme, paru aux États-Unis en 1995, en extrayant six des seize textes, les deux autres étant initialement parus dans l’ouvrage collectif La Russie post soviétique : la fatigue de l’histoire et dans un autre seulement disponible en allemand. Il est toutefois dommage que Denis Paillard ne fournisse pas davantage d’éléments sur ce qui l’a poussé à écarter les autres textes du recueil d’origine.

Dans sa longue introduction, Denis Paillard revient sur quelques points clefs de l’apport de Moshe Lewin à l’historiographie soviétique, dont la division croissante entre la bureaucratie et la société, la clef d’interprétation de l’étatisme, ou les résistances sociales au pouvoir et à ses directives (proposant au passage une riche bibliographie anglo-saxonne). Avec « Russie/URSS dans le mouvement de l’histoire : essai d’interprétation », Moshe Lewin insiste sur le fait que l’URSS ne fut à aucun moment socialiste, son échec ne signifiant donc pas la fin de cette idéologie. Il revient également sur les idées forces de son analyse, en particulier l’importance de la composante paysanne sous le tsarisme, durant lequel l’État lui greffe un capitalisme moderne, ou à l’issue de la guerre civile, générant une véritable « archaïsation » du pays. L’opposition entre Lénine et Staline est un autre point clef, le premier favorable à un capitalisme d’État dans ses dernières années de vie, là où le second incarnerait un absolutisme bureaucratique, renouant en partie avec la logique tsariste.

« La guerre civile : dynamique et conséquences » est un des textes les plus intéressants. Moshe Lewin y insiste à la fois sur le succès des bolcheviques dans l’édification d’un nouvel État et la saignée que représenta la perte sèche de forces vives (sauf pour le monde du crime, ironiquement), engendrant ce qu’il qualifie de « primitivisation » de la société2. Dans « Ego et politique dans l’autocratie stalinienne », l’historien tente de décrypter le pouvoir de Staline, dans un contexte de « paranoïa systémique » au cours des années 1930, qui virent une volonté à l’œuvre d’effacement du passé révolutionnaire et un retour partiel à l’autocratie tsariste, en particulier sous la forme du nationalisme russe, celui des Cent noirs inspirant même la dernière phase du stalinisme (de 1945 à 1953). Pour Moshe Lewin, le stalinisme pourrait ainsi être défini comme un despotisme oriental enrichi d’une volonté farouche d’industrialisation. Par contre, « Les ouvriers en quête d’une classe entre « personnalité » et « classe » » possède un caractère inachevé, ce texte ayant été élaboré dans le cadre d’un colloque, sans que les communications auxquelles il fait référence ne soient pleinement résumées. On en retiendra le principe d’une décomposition / recomposition de la classe ouvrière russe à travers la révolution – guerre civile, ou l’idée de classes mythifiées à travers des statistiques arrangées, ainsi des contours du prolétariat selon les autorités soviétiques.

« Rapport d’autopsie » aborde à chaud la fin de l’URSS, mettant l’accent sur l’incapacité de la bureaucratie à gérer toute la vie du pays et à s’adapter à ses évolutions ; non seulement la planification ne fut jamais réellement efficiente, refusant d’utiliser le marché (sauf sous ses formes déformées, marché noir et ajustements officieux entre entreprises), mais la surcentralisation du système provoqua paradoxalement une fragmentation du pouvoir en même temps que le parti se dépolitisait. Les années 1960 furent ainsi le dernier moment, selon Moshe Lewin, où les choses auraient encore pu être infléchies, ainsi que le montre à sa manière Francis Spufford dans Capital rouge. Les deux derniers textes se penchent davantage sur la Russie post-soviétique. « Nationalisme de notre temps : le cas de la Russie », très critique à l’égard du nationalisme en général, vaut surtout pour l’éclairage qu’il propose sur un courant nationaliste existant au sein même des sphères de pouvoir de la période stalinienne jusqu’aux derniers jours de l’URSS (même si cette thèse mérite d’être discutée, la caractérisation de Souslov comme « mentor » de ce courant paraissant contestable).

Quant à « La Russie entre réformes et marginalisations », c’est un essai de synthèse dont on retiendra ce résumé explicite de l’histoire de l’URSS post-léniniste : « Le stalinisme, considéré comme un modèle de dictature despotique, a en effet perdu (…) la capacité de gérer les affaires du pays au lendemain de sa plus grande gloire, la victoire contre l’Allemagne nazie. Ce régime, qui avait commencé à pourrir de l’intérieur, a été remplacé par un modèle assez différent : celui d’un « absolutisme bureaucratique ». (…) Le remplacement du régime stalinien par un système bureaucratique a permis une redynamisation a priori prometteuse (…) Ce régime-fossoyeur a finalement succombé au même sort que son prédécesseur : (…) l’un comme l’autre se sont révélés incapables de gérer les bouleversements sociaux qu’ils avaient engendrés. » (p. 241). Plus que d’une initiation à l’œuvre de Moshe Lewin, Russie / URSS / Russie peut être davantage vu comme un complément à un de ses livres majeurs, Le Siècle soviétique.

1Voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/7096

2« Du fait de la destruction de tant d’avancées culturelles, économiques et politiques intervenues auparavant, le pays et le nouvel État sont devenus plus sensibles et vulnérables à certaines des caractéristiques les plus archaïques de la tradition historico-politique russe, et plus fermés au renforcement des aspirations progressistes tournées vers l’avenir. » (p. 127).

Dimitri Manessis, Les secrétaires régionaux du Parti communiste français (1934-1939). Du tournant antifasciste à l’interdiction du Parti, Préface de Jean Vigreux, Dijon, EUD, 2022, 336 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Décidemment, 2022 est une année riche en publications pour Dimitri Manessis. Après la biographie de Rino Della Negra1 avec Jean Vigreux en février, il publie aujourd’hui un ouvrage, issu de sa thèse soutenue en décembre 2020 sous la direction du même Jean Vigreux.

Ce travail doctoral s’appuie sur un impressionnant corpus archivistique issu des fonds du Komintern2 (disponibles sur https://pandor.u-bourgogne.fr/), des questionnaires biographiques, des archives publiques de surveillance, des mémoires de militants ainsi que la presse locale et nationale. Complétant ainsi l’étude pionnière de Bernard Pudal sur les membres du Comité central3, Dimitri Manessis nous offre un portait collectif de ces cadres thoréziens intermédiaires pendant le Front populaire, période où le PCF devient un parti de masse et où la « nationalisation » du parti renforce son encrage local en donnant une importance nouvelle et considérable à ses secrétaires régionaux.

L’ouvrage s‘articule autour de trois parties permettant de mieux connaître ces responsables (origines sociales, parcours scolaires et professionnels, expériences militantes) ; d’appréhender quelles sont exactement leurs fonctions et leurs missions (dans et hors de l’appareil) et enfin de comprendre comment ces responsables locaux, interfaces entre la base et le sommet du parti, font face aux bouleversements de la période à commencer par le tournant antifasciste de 1934 après la ligne « classe contre classe », puis la victoire du Front populaire et évidemment aux crises de la période : de la guerre d’Espagne aux Accords de Munich et de la chute du Front populaire à l’interdiction du parti au début de la Seconde Guerre mondiale.

L’approche prosopograhique opérée par l’auteur, grâce à un travail de recensement /identification de près de 200 secrétaires régionaux, éclaire d’un jour nouveau ces responsables politiques. Sans rentrer dans le détail de tous les aspects traités dans l’ouvrage (nous encourageons le lecteur à s’y plonger), nous souhaitons surtout mettre en avant les aspects les plus marquants des résultats obtenus. Tout d’abord Dimitri Manessis nous révèle que seul 1/3 des secrétaires régionaux de la période sont des permanents, aux appointements limités voire aléatoires, loin donc de l’image d’apparatchiks, sans compter les réticences exprimées par nombre d’entre-eux au moment de leur passage vers le statut de « militant professionnel », exprimant alors un refus de parvenir hérité du syndicalisme révolutionnaire d’avant-guerre encore largement partagé dans le mouvement ouvrier d’alors.

La seconde image, non pas battue en brèche mais renforcée cette fois-ci, est celle du responsable communiste d’origine ouvrière : 70% d’entre eux en sont en effet issus. Cela permet alors une représentation politique jusqu’alors inégalée de la classe ouvrière, leur permettant à la fois d’accéder pour beaucoup à des responsabilités inenvisagées/inenvisageables, de suppléer aux carences d’une scolarité souvent interrompue aux alentours de 12 ans (même si l’auteur révèle une instruction des responsables communistes supérieure à la moyenne avec 30% d’entre-eux ayant obtenu le CEP) grâce aux différentes écoles mises en places par le PCF (régionale, centrale voire internationale). Cette culture ouvrière est d’ailleurs heurtée par la transformation du parti en organisation de masse : d’abord par un recrutement plus large des adhérents, ensuite par le souci de respectabilité engendrant pour les responsables l’abandon de la traditionnelle casquette pour le costume et le chapeau (les témoignages sur le passage à ce nouvel habit(us) sont très parlants). Cette mutation textile ne touche pas les femmes qui restent extrêmement minoritaires à ce stade de responsabilité (seulement 2 recensées) mais renforce par contre la vision très masculine et virile de la fonction et de l’éthos ouvrier.

Enfin pour ce qui touche aux mutations politiques cette fois, Dimitri Manessis montre comment les responsables du PCF parviennent à s’adapter aux changements stratégiques (antifascisme, Front populaire, main tendue aux catholiques), aux prix parfois de compromis mais sans omettre les oppositions qui ont pu s’exprimer. Il aborde également le rôle du Centre et de ses instructeurs qui, s’ils exercent un contrôle certain, peuvent aussi être sollicités en recours/secours ou en soutien. Car les missions des responsables régionaux s’avèrent extrêmement nombreuses, en plus de leur activité professionnelle que la grande majorité conserve, alliant travail d’organisation, électoral, voire illégal dans le cadre de l’aide à l’Espagne républicaine, à tel point que le surmenage militant n’est pas un phénomène anecdotique.

A l’issue de la lecture, on ne peut que féliciter l’auteur pour son travail alliant le collectif et le singulier, le Centre et la périphérie, le local et le national (voire l’international), le public et le privé. Il nous donne à voir le portait-type du secrétaire régional communiste du Front populaire tout en montrant la pluralité ou les exceptions de situations qui peuvent coexister à l’intérieur de ce corps politique intermédiaire. En dehors de la pluralité des engagements (syndical, associatif, organisations de masse de la galaxie communiste), abordée dans l’ouvrage mais qui aurait pu être développée davantage, rien ne manque à cette étude prosopographique brillante. Et cette limite n’est peut-être d’ailleurs qu’un clin d’œil adapté au mot d’ordre de juin 1936 du cadre communiste par excellence, Maurice Thorez : c’est à dire qu’il faut savoir terminer une thèse quand les principaux objectifs ont été atteints !

1Voir notre compte-rendu : https://dissidences.hypotheses.org/14816

2Ces archives sont disponibles sur https://pandor.u-bourgogne.fr/

3Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie politique du PCF, Paris, PFNSP, 1989.

Norbert Truquin, Mémoires d’un prolétaire, préface de Paule Lejeune, Marseille, Les mots et le reste, collection « Attitudes », 2006, 293 pages, 18 €.

 

 

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Norbert Truquin émerge de la nuit des prolétaires, moins connu que Martin Nadaud, Constant Malva. Pourtant ses mémoires valent le détour. Né en 1833, Norbert Truquin vit la répression de juin 1848, succombe momentanément au mirage colonial en Algérie avant de déchanter. De retour en métropole, il côtoie la Commune de Lyon en 1870, choisit l’émigration pour l’Argentine, le Paraguay où l’on perd sa trace en 1877. Autodidacte, l’homme entreprend de se raconter. L’histoire événementielle importe peu dans ce récit ; ni même la question de la littérature réaliste et / ou naturaliste qu’aborde en préface Paule Lejeune, ferraillant avec le statut d’Emile Zola, traquant l’actualité de ce témoignage. Ces mémoires échappent à ces questionnements toujours construits dans l’après-coup. Norbert Truquin n’est pas un héraut ; importent ses mots pour saisir l’objectif des mémoires :

J’espère qu’en considération des sentiments que je viens d’exposer le lecteur se montrera indulgent pour l’auteur, qui n’a pas de prétentions au beau style mais qui a simplement voulu contribuer, dans la mesure de ses forces, et quoique illettré, à une œuvre de propagande (p. 290).

Une vie se conte donc pour constituer une œuvre de propagande, une archive du rêve ouvrier selon l’expression de Jacques Rancière1. La force propagandiste du livre se construit au fil des lignes, dans l’évidence d’une narration où émerge peu à peu la volonté de l’auteur de partager ses vues, de comprendre et transmettre. Passée l’évocation d’une jeunesse prolétaire, ballottée entre différents patrons et un père toujours impécunieux, l’écriture se resserre à l’adolescence sur la prise d’autonomie du jeune homme. L’âpreté des relations familiales, les vicissitudes entre compagnons de misère ne se colorent d’aucuns filtres, qu’ils soient idéaliste, misérabiliste. Il décrit les Ateliers nationaux, la répression de juin 1848 avec toute la fraîcheur d’un témoin au ras des événements. S’il n’est pas exactement Fabrice à Waterloo (il n’a pas de prétention au beau style), il n’est pas Gavroche non plus : la signification politique des événements lui apparaît dans l’après coup de juin 1848. Sa conscience ouvrière se construit au fil des crêtes de son parcours. Le lecteur suit ce processus pas à pas. De la colonisation algérienne, il semble rien ne dire sauf une méditation sur l’impossibilité de l’agriculture. Dans les milieux canuts, où il prendra femme et fonde une famille, il acquiert sur le fil des relations entre l’ouvrier, le maître et le négociant, une première connaissance des mécanismes capitalistes. Sa réflexion politique s’affine avec la Commune, quand les communards tombent sous les balles républicaines pour patriotisme. Ses pérégrinations épousent les aléas de l’économie. Empruntant sans cesse pour s’établir, il ne possède finalement que ses bras. Prolétaire donc au sens du XIXe siècle, prolétaire jusque d’ailleurs dans les mirages de l’exil sud-américain où il fuit la France des spéculateurs et retrouve finalement des mécanismes économiques trop connus. Le monde de Norbert Truquin est un monde dont on ne s’évade pas individuellement. Ce constat fonde la portée propagandiste qu’il attribue in fine à ses mémoires.

L’utopie paraît au cœur de ses réflexions. Elle s’entrevoit d’abord par une fiction contée pour ses compagnons de voyage. Celle d’un naufrage et d’une société fondée sur une île par un prêtre –vite défroqué- et des bonnes sœurs : l’âge d’or qu’ils réinventent est vite brisé par la venue des jésuites. L’utopie se soumet ensuite à la question. Pour Norbert Truquin, l’organisation devient le maître mot. Outre-mer, en Algérie comme en Amérique du Sud, c’est elle qui décide des réussites ou des échecs. Les colonies argentines sont pour lui vouées à l’échec car fondées sur l’individualisme des colons, proies rêvées pour les commerçants bientôt fondateur des latifundia. Norbert Truquin s’attache ainsi au réel de l’utopie, ce jusque dans la discontinuité de son récit où alterne de longs développements sur la nécessité de l’organisation et de brèves descriptions sur le vif.  Une colonie russe au Paraguay lui inspire de nombreuses réflexions. Structurée par un travail communautaire qui rappelle le mir (inconnu du narrateur), elle lui paraît seule capable d’affronter la jungle, les fourmis, et de plier les spéculateurs à la volonté des producteurs. Norbert Truquin peut ainsi conclure sur l’individualisme des européens. Il apparaît ainsi fils de son siècle jusque dans le regard singulier qu’impose l’autodidaxie sur les questions utopiques et sociales. Toutes deux se soumettent au vif du réel, et peu à peu les réflexions se lestent du politique. En pérégrinant Norbert Truquin se construit, comme les intellectuels saisis par Jacques Rancière2, dont il diffère radicalement parce que fils du peuple. Certes à l’opposé de l’idéalisme de ceux qui vont à sa rencontre, il ne s’éloigne pour autant jamais de ses racines. Empruntant à l’enquête de Jules Michelet (Le peuple), ses dernières pages fustigent la promotion des enfants du peuple par l’Ecole de la IIIe République, promotion dans laquelle il devine tous les maux, toutes les trahisons républicaines :

« Ces jeunes gens, dans les écoles, fréquentent les fils des bourgeois. De quoi s’entretiennent ces derniers, si ce n’est de leurs parties de plaisir et de leurs maîtresses ? Cet exemple est contagieux pour le fils de l’ouvrier, qui ne vient plus visiter ses parents qu’avec répugnance, parce qu’il y manque tous les avantages qu’il trouve chez les parents de ses camarades. Ce jeune homme, muni de son bagage d’instruction, ne peut plus reprendre le marteau et la lime ; s’il est fils de cultivateur, il craint l’odeur du fumier, qui est la base de la fécondité. C’est pour cela qu’il convoite un emploi : mais, pour l’obtenir, il faut des protections et les protecteurs n’accordent leur appui qu’à bon escient ; leur protégé ne fait qu’augmenter le nombre des exploiteurs » (p. 276).

Un écho donc à Michelet, qui écrivait, trente ans auparavant :

“Presque toujours ceux qui montent, y perdent, parce qu’ils se transforment ; ils deviennent mixtes, bâtards ; ils perdent l’originalité de leur classe sans gagner celle d’une autre. Le difficile n’est pas de monter mais en montant de rester soi3.”

Plus tard d’autres, davantage inscrit dans la sphère pédagogique (Albert Thierry, le Péguy de Jean Coste…) reprendront cette tradition qui finalement s’agrégera aux topiques des littératures du peuple chères à Henry Poulaille, puis Michel Ragon. Norbert Truquin est l’un de ces maillons. Le lire saisit un autre XIXe siècle, un autre rapport à l’utopie et la culture : celui de ceux qui s’y frottent individuellement avec la conscience d’être un irrégulier, un marginal, parce qu’autodidacte. Mais aussi avec l’orgueil de eux qui pensent que ces mémoies peuvent servir à propagander.

1 Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981.

2 Jacques Rancière, Courts voyages au pays du peuple, Paris, Seuil, 1990.

3 Jules Michelet, Le Peuple, Paris, Garnier-Flammarion, 1974, p. 72.

Charles Piaget, On fabrique, on vend, on se paie. Lip 1973, Paris, Éditions Syllepse, 2021, 86 pages, 5 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Dans ce court essai, préfacé par Georges Ubbiali (membre de notre collectif Dissidences et qui se trouve être son neveu) Charles Piaget ne nous propose pas une nouvelle histoire de la lutte des LIP ; n’attendez pas non plus de révélation sur le trésor de guerre des LIP… Mais peut-être plus intéressant, Charles Piaget (âgé maintenant de 90 ans) nous livre, un demi-siècle après, un témoignage personnel de son expérience de « leader » et porte-parole de ce mouvement social historique de 1973.

Dans un style direct et toujours engagé, Charles Piaget revient sur l’histoire de l’usine et surtout sur la constitution d’un « collectif » au sein de l’usine, patiemment construit par les luttes antérieures et par une unité d’action exemplaire, engagée depuis des années, entre la CFDT et la CGT de l’usine. Lorsque éclate la grève des LIP en 1973, pour s’opposer à la fermeture de leur usine, les conditions militantes sont ainsi réunies pour que cette expérience d’autogestion devienne exemplaire. Même si les LIP ont pu être surpris par l’impact médiatique (national et international) de leur lutte.

Pourtant Charles Piaget, qui insiste à juste titre sur le rôle primordial du collectif dans cette bataille, sur les principes d’autonomie et de liberté, n’évite pas les contradictions qui ont pu se manifester, dans les débats des Assemblées générales ou à titre personnel :

* Sur le rôle des syndicats dans la lutte des LIP, en soutien mais non aux commandes du mouvement

* Sur son propre rôle de leader et de délégué vis-à-vis du collectif : « Personnellement j’avoue avoir eu du mal à me plier à ce que nous préconisions », écrit-il.

Charles Piaget nous livre un témoignage plein de sincérité – qui ne s’interdit pas quelques analyses sur la situation économique actuelle ainsi que sur celle du syndicalisme – agrémenté d’illustrations, d’affiches, de tracts et de photographies dont celle de l’usine occupée avec le drapeau des LIP et ce slogan accroché au fronton et resté dans les mémoires : « C’est possible. On fabrique, on vend, on se paie ».

Philippe Buton, Histoire du gauchisme. L’héritage de Mai 68, Paris, Perrin, 2021, 560 pages, 26 € pour l’édition papier, 17,99 € pour l’édition numérique, suivi d’un entretien avec l’auteur.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Philippe Buton, qui avait d’abord travaillé sur le PCF, s’est intéressé depuis deux décennies à l’extrême gauche, écrivant de nombreux articles ou contributions à des ouvrages collectifs sur le sujet, qu’il réutilise logiquement ici. D’emblée, il tient toutefois à préciser : ce qui l’intéresse, ce n’est pas l’extrême gauche, mais bien le « gauchisme », un moment chronologiquement défini – principalement entre 1968 et 1981 – qu’il définit comme la « (…) rencontre entre une ancienne offre politique et une nouvelle demande sociale (…) » (emplacement 161 de l’édition numérique). Un moment conjoncturel, donc, qui est analysé à l’aide d’un solide travail sur les archives. Philippe Buton a interrogé plusieurs anciens militants, mis à contribution des archives personnelles (sur Lutte ouvrière, entre autres), des dépôts divers parmi lesquels une large part d’archives des forces de l’ordre, police, gendarmerie ou armée… sans oublier les écrits des membres du collectif Dissidences !

Son travail alterne entre un récit chronologique de la décennie, débutant par le moment 68, et des éclairages plus thématiques ; mais si le tableau politique des diverses organisations et courants (incluant le PSU) occupe un chapitre, ce n’est pas ce qui retient l’essentiel de son attention. Sur Mai 68, il montre bien ce que l’on savait déjà, que le mouvement ne résulte pas de l’action militante de l’extrême gauche, même si les CAL (Comités d’action lycéens) ou l’implantation trotskyste à Sud Aviation ont joué un rôle. Il insiste surtout sur la nature franco-française de la séquence, qu’il attribue à l’existence d’une jeunesse en quête de sens, et qui l’aurait trouvé dans le « gauchisme » politique en raison du mythe, propre à notre pays, de la fin de la guerre froide. Plus convaincant apparaissent ses développements sur la vie militante. Il décrit avec sérieux les profils – davantage d’hommes, de jeunes et d’enseignants –, les effectifs – environ 30 000 militants et sympathisants dans la première moitié des années 70, les apogées distincts suivant les organisations étant soulignés –, l’habitus – activisme, rites, sans aller jusqu’à la mise en place d’une authentique contre-société –, tout en mettant l’accent sur la notion de sectarisme : la discipline, les relations conflictuelles entre organisations rivales, la tendance à agir en vase clos seraient autant de symptômes de cet état de fait, ce qui nous semble pour le moins simplificateur et réducteur. Plus utiles sont les typologies qu’il avance, classant les organisations en fonction de champs magnétiques variés : patience / impatience quant à la révolution à faire advenir ; rapport aux réformistes (PS et PCF) ; inclination autoritaire ou libertaire, et ouverture subséquente aux libertés de l’époque. La réception différenciée, suivant les organisations, des revendications féministes, homosexuelles ou écologiques, est un de ces développements bienvenus (même si dans le cas de l’écologie, la réticence de la plupart des courants marxistes à son égard vient à mon sens principalement du logiciel industriel prégnant depuis au moins un demi-siècle à l’époque, sensible entre autres dans la gestion bolchevique de la Russie). Il traite également plus spécifiquement de certains secteurs d’intervention, parmi lesquels la classe ouvrière, avec un focus consacré à Peugeot-Sochaux ; sans surprise, l’implantation ouvrière de LO est la plus profonde et la plus pérenne, et le travail en direction des OS et des travailleurs immigrés est souligné.

Une des indéniables originalités de l’approche de Philippe Buton, c’est d’ouvrir sur la perception des autorités quant à la menace « gauchiste », concrétisée avant 1972 par la Gauche prolétarienne, et après par la Ligue communiste. Il fait plus généralement de la violence un sujet cardinal, estimant qu’elle est au centre de l’eschatologie et du millénarisme « gauchistes ». Toutefois, si nombre de données sont précieuses, ainsi de la comparaison de la violence iconographique des différents journaux « gauchistes » (de faible intensité pour Lutte ouvrière à un maximum pour La Cause du Peuple, Rouge se situant dans une position intermédiaire), le propos se concentre sur la Gauche prolétarienne, et dans une moindre mesure sur la Ligue communiste. Cet accent mis sur la violence révolutionnaire, incontestable, n’est cependant pas suffisamment mis en relation, selon moi, avec la violence internationale de la période, celle des luttes révolutionnaires mais aussi celle des États (Opération Condor au Chili, interventions françaises en Afrique, etc…). Les organisations d’extrême gauche jouent alors un rôle de prisme, reflétant la violence tout en la légitimant à certaines conditions. La différence entre la France et l’Italie quant au basculement dans la lutte armée est d’ailleurs longuement traitée par Philippe Buton. En France, selon lui, c’est une révolution symbolique qui aurait surtout prévalu, et il avance plusieurs facteurs explicatifs : le traumatisme supposé (et inconscient) du judéocide chez de nombreux dirigeants, une extrême droite moins puissante et offensive qu’en Italie, un rôle tampon d’une police là aussi moins violente que dans la péninsule… Sans oublier un point qui me semble décisif : l’analyse de la situation, qui conclut, chez la plupart des organisations, à une maturité révolutionnaire non atteinte, lié à un refus du substitutisme. Le lien tracé par l’auteur entre processus de sectarisation et spirale violente apparaît par contre peu efficient, le sectarisme politique pouvant parfaitement s’accommoder d’une forme de « splendide isolement », à l’ultra-gauche en particulier (une composante hélas globalement négligée par l’étude).

Sa conclusion ressemble fort à une ruse de la raison : le « gauchisme » politique n’aurait finalement été qu’un vernis sur un mal être générationnel, un attelage principalement marxiste d’une révolte d’abord libertaire, le principal résultat de ce militantisme acharné consistant en une démocratisation accrue de la société, sa pacification et sa modernisation. Des considérations plus contemporaines sont alors apportées, sur le devenir des anciens militants, sur la conversion démocratique de nombre d’organisations également (même si le sujet mériterait d’être approfondi, la démocratie ne se réduisant évidemment pas à celle aujourd’hui pratiquée en France). Histoire du gauchisme est ainsi une synthèse importante, riche entre autres de ses nombreuses annexes, mais qui demeure incomplète (peu de chose sur les positionnements géopolitiques, sur les discussions autour de la nature de l’URSS et les querelles idéologiques de manière plus générale, sur le « gauchisme » dans la littérature, polar ou science-fiction, pour ne prendre que quelques exemples) et peut susciter la discussion quant à certaines de ses thèses. La lecture que Philippe Buton fait d’ailleurs de Marx prête à plusieurs reprises le flanc à la critique : la classe ouvrière unique créatrice de richesse ? Un Marx des dernières années adepte du passage pacifique au socialisme ?

« Cinq questions à… Philippe Buton » (Entretien réalisé par voie numérique en mars 2022)

Dissidences : Cela fait plusieurs années que vous travaillez sur l’extrême gauche, comme le prouvent les articles ou les contributions à des colloques et des ouvrages collectifs que vous avez écrits. Qu’est-ce qui vous a amené à passer à la réalisation d’un ouvrage à part entière, et pourquoi sur les années 68 en particulier ?

Philippe Buton : Dans un premier temps, ce fut par une sorte d’amusement, une curiosité autobiographique, que j’ai réalisé des premières recherches sur l’extrême gauche. Dans un deuxième temps, je me suis pris au jeu et, comme pour tout sujet, j’ai trouvé des questions auxquelles j’avais envie de répondre. Puis, troisième temps, j’étais insatisfait des ouvrages que je lisais sur ce même sujet ; je me suis donc décidé à tenter moi-même une synthèse. Or cette synthèse ne pouvait porter que sur la seule période pendant laquelle l’extrême gauche a cessé d’être une simple réalité idéologique pour devenir une véritable force sociale capable de transformer le monde existant.

Dissidences : Vous avez mobilisé un large choix d’archives pour votre étude, écrits comme oraux. Une des spécificités de vos sources tient à la forte utilisation d’archives militaires ou policières. A-t-il été difficile d’y avoir accès ? Cela a-t-il modifié votre regard sur la période, ou simplement confirmé des conclusions préalables ?

Philippe Buton : Je suis parti d’une simple exigence : la volonté de croiser les regards et, si possible, tous les regards. Donc recueillir les témoignages de militants, aussi bien de ceux étant demeurés fidèles à leur organisation à l’image d’Alain Krivine, ou de ceux ayant rompu avec leur engagement initial. Consulter les archives des organisations d’extrême gauche, mais aussi des organismes chargés de les surveiller (préfectures, police, armée), sans oublier les archives du grand adversaire qu’était alors le Parti communiste. Muni de cette exigence, le hasard et la persévérance ont fait le reste. Le plus aléatoire demeure la consultation des archives policières. Qu’elles soient d’origine parisienne ou départementale, la consultation de ces archives, soumise à dérogation, demeure incertaine. Ainsi, je me suis vu refuser tous les documents conservés aux AD de Reims, où je réside, mais accepter tous ceux des AD de Maine-et-Loire, alors même que j’apparaissais dans quelques-uns des documents conservés dans ce dépôt. Aucune règle précise ne régit cette quête difficile. A l’inverse, j’ai eu la bonne surprise de constater la grande libéralité des conservateurs des archives de la Défense, aussi bien pour les archives de l’Armée de terre que pour celles de la Gendarmerie. Quoi qu’il en soit, malgré toutes ces lacunes, il fut infiniment plus facile de récolter des archives sur l’extrême gauche qu’il l’était, quarante ans auparavant, lorsque je travaillais sur le PCF. Pour quels résultats ? Plutôt que de trancher des questions complexes (à la différence de mon précédent travail, dans les archives de Moscou en 1992-1993, concernant le PCF), la consultation de ces archives d’origine diverse m’a permis de poser de nouvelles questions, par exemple sur la densité sociale des organisations gauchistes, sur leur composition socio-professionnelle ou sur l’intensité du danger ressenti par l’armée ou la police.

Dissidences : Vous traitez de certains thèmes, la violence en particulier, mais aussi le travail ouvrier, l’habitus militant… en en laissant d’autres de côté : je pense en vrac aux discussions des organisations autour de l’URSS (sa nature, sa politique), ou au « gauchisme » culturel dans la littérature (le polar ou la science-fiction). Comment avez-vous opéré vos choix ? Envisagez-vous d’autres études pour approfondir et élargir la focale ?

Philippe Buton : Effectivement, j’ai laissé de côté un certain nombre de sujets. J’ai voulu insister sur ce qui me semblait mystérieux lorsque j’ai commencé ma recherche. En revanche, j’ai délaissé tout un tas de choses qui me semblaient bien balisées, notamment toutes les grandes controverses idéologico-politiques, que ce soit la nature de l’URSS et le problème de la révolution politique pour les trotskystes, ou bien la nature du PCF et le problème du capitalisme d’Etat pour les maoïstes. La littérature, académique ou militante, de même que les sources primaires étaient largement abondantes sur ces thèmes. Mais je regrette de n’avoir fait que survoler l’imprégnation du terrain culturel par le gauchisme. Je l’aborde par le principal biais de la réception (quelles étaient les pratiques culturelles des militants ?) et très secondairement par celui de la création. C’est un manque même si cela ne bouleverserait sûrement pas mes conclusions.

Dissidences : Votre Histoire du gauchisme tend à faire de la situation française un moment bien particulier de convergence entre des envies libertaires et des organisations politiques au logiciel idéologique plus traditionnel. Pensez-vous que le cas français est unique, ou ce type de convergence se rencontre-t-il dans les mêmes configurations en d’autres temps et en d’autres lieux ? Selon vous, une telle convergence est-elle susceptible de se reproduire en France ?

Philippe Buton : L’aventure gauchiste en France est effectivement la rencontre entre deux phénomènes qui ne sont pas spécifiquement français. D’une part, ce que j’appelle le « gauchisme politique » – ce qu’on appelle usuellement l’extrême gauche – et qui est l’héritier des très anciennes (anarchiste), ancienne (trotskyste) ou récente (maoïste) dissidences radicales, dissidences historiquement marginales, redevenues marginales dans les dernières décennies, mais qui sont devenues socialement influentes après 68 parce qu’elles servirent de porte-voix à ce que j’ai appelé le « gauchisme culturel », les aspirations libertaires d’une nouvelle génération en crise existentielle. Ce phénomène est international. En revanche, cette génération était polarisée dans deux directions antagonistes : la recherche spirituelle individuelle ou la transgression politique collective. Savoir où s’établirait le curseur – du moins sa position dominante parce que toutes les options étaient possibles et toutes s’observaient – dépendait avant tout de la culture politique nationale dominante. En France, la domination de la culture marxiste a fait pencher la balance vers le millénarisme révolutionnaire collectif. Une telle convergence est-elle à nouveau possible ? Sûrement pas sous la forme dominante du néo-léninisme, dont l’attractivité a été mise à mal par la mort des mythes qui le nourrissaient, ceux du socialisme, du marxisme, de la révolution, de la classe ouvrière et du peuple. En revanche, qu’une nouvelle utopie radicale surgisse, et qu’elle fasse de nombreux émules, c’est bien entendu possible. Le malheur est qu’aujourd’hui les mythes eschatologiques porteurs sont totalement (et non plus partiellement) antagonistes envers la démocratie et même l’humanisme, que ce soit les mythes islamistes ou nationalistes.

Dissidences : Dans votre conclusion, vous considérez que le « gauchisme » a eu comme principal résultat de faire évoluer la société française vers davantage de démocratie, de modernité. N’avez-vous pas l’impression que la droitisation actuelle met fin à cette séquence ?

Philippe Buton : La droitisation actuelle n’est qu’un aspect de l’évolution récente. Un autre trait remarquable est, à l’inverse, l’extrémisation d’une partie des agents politiques sous le sceau de la cancel culture ou de l’islamo-gauchisme. Mais, dans les deux cas, ces deux éléments ne sont pas au fond reliés au phénomène achevé de la convergence des deux gauchismes dans les années 1968. Malgré le phénomène que vous désignez sous le terme de droitisation, les Françaises et les Français, dans leur masse, ont définitivement accepté les acquis de la révolution culturelle des années 68. Quant à l’islamo-gauchisme, il n’est que très marginalement le prolongement du gauchisme politique mais, fondamentalement, le rejet du gauchisme culturel, de cette aspiration de l’époque à rejeter les identités astreignantes pour conquérir l’égalité réelle entre les genres et les groupes divers, à conquérir la liberté de tous par la liberté de chacun, et à enchanter le monde par l’amour et la fraternité.

Catherine Samary, Octobre 1917-2017. D’un communisme décolonial à la démocratie des communs, Vulaines-sur-Seine, éditions du Croquant, 2017, 294 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Comme bien d’autres intellectuels de l’extrême gauche actuelle, Catherine Samary (née en 1945), trotskyste historique, membre du courant représenté en France par la Ligue communiste, la LCR puis le NPA, s’inscrit dans le processus d’aggiornamento visant à répondre aux exigences d’un contexte nouveau et à remettre en valeur la nécessité du communisme et de la révolution. Avec ce petit opuscule, qui part du centenaire de la révolution russe d’octobre, elle se situe entre le classicisme de Michel Lequenne (Contre-révolution dans la révolution) et l’infléchissement libertaire d’un Olivier Besancenot (Que faire de 1917 ?).

Dans son analyse du processus révolutionnaire dont surent se saisir les bolcheviques, elle insiste sur le soutien majoritaire des masses ouvrières au contrôle ouvrier et aux nationalisations, que les bolcheviques estimaient nécessaires face au risque de dispersion anarchiste de l’autogestion. La légitimité de la prise de pouvoir d’octobre est donc totale. Elle relève aussi, de façon plus traditionnelle, le substitutisme qui se mit progressivement en place, en soulignant l’influence, dans les conceptions économiques des dirigeants bolcheviques, du capitalisme de monopoles et d’un mode de production scientifique, ce qui témoigne d’une forme d’« étapisme économiste » (p. 39) rigide que Lénine, dans ses derniers écrits, semblait amender au profit d’une plus grande place souhaitée pour les coopératives. Un bilan contrasté, donc, qui impose aux révolutions futures d’accorder toute sa place à la démocratie (Catherine Samary considère la répression de Cronstadt comme une erreur), tout en conservant l’idée d’une coordination centralisée et d’une planification d’ensemble.

L’exposé se poursuit ensuite par une présentation du stalinisme, phénomène contrasté, en partie réformiste, en partie fidèle à l’idéologie socialiste (on reconnaît là l’ombre portée de « l’État ouvrier bureaucratiquement dégénéré »), et de la décolonisation. A cet égard, Catherine Samary place au premier plan, non la conférence de Bandoung, mais celle de la Tricontinentale, incarnant une décolonisation plus profondément révolutionnaire. Mais ce qui retient davantage l’attention de l’auteure, c’est l’évolution des économies de transition au socialisme, radicalement distinctes selon elle du capitalisme : elle met l’accent sur l’absence de rôle autonome de la monnaie, la marginalisation des rapports marchands et la place des bureaucrates comme gestionnaires et non comme propriétaires des moyens de production. Elle revient par exemple sur le débat mené à Cuba au début des années 1960, valorisant les positions d’Ernest Mandel sur la nécessité d’insuffler plus de démocratie dans le système économique de la planification.

Elle développe particulièrement le cas de la Yougoslavie titiste, issue d’une véritable révolution durant la Seconde Guerre mondiale, et qui, à la suite de la rupture avec l’URSS en 1948, imposa l’autogestion d’en haut comme modèle alternatif et moyen d’acquérir une nouvelle légitimité. Mais ce que Catherine Samary estime déterminant, c’est que ce modèle économique eut un impact majeur sur la croissance, et rencontra l’adhésion de la population. La phase, dans la seconde moitié des années 1960, où la planification centrale fut abandonnée au profit d’un socialisme de marché entraina d’ailleurs de nombreuses oppositions à la base, conduisant à un modèle alternatif qui aurait pu déboucher sur une autogestion plus radicale, nonobstant le contrôle maintenu du Parti communiste et l’autonomie plus grande donnée aux Républiques, germes de l’éclatement futur.

L’impression dominante de cet essai reste celle d’une volonté de transmettre un héritage, celui du trotskysme de la IVe Internationale dite du Secrétariat unifié et de ses propres recherches concernant la Yougoslavie, tout en s’intégrant à un discours actuel pour le moins polémique. Comment expliquer autrement, sinon, le choix de faire sien les termes de « décolonial », de « communs », et surtout de « pluriversalismes », et ne pas y voir une concession à l’approche post-coloniale et relativiste, le terme d’universalisme n’étant en son essence nullement contradictoire avec la prise en compte d’une multiplicité d’oppressions diverses ? De même, Catherine Samary souligne la nécessité, au-delà de résistances locales, municipales ou d’entreprises, de prendre en compte la stratégie de prise du pouvoir, mais cela reste une simple intention, sur laquelle le silence tombe ensuite totalement.

Marc Belissa, Yannick Bosc, Le Consulat de Bonaparte. La fabrique de l’État et la société propriétaire. 1799-1804, Paris, La Fabrique éditions, 2021, 288 pages, 15 €, suivi d’un entretien avec les auteurs.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marc Belissa et Yannick Bosc, tous deux universitaires confirmés et spécialistes de la Révolution française, avaient par le passé retenu toute notre attention grâce à leur passionnante somme consacrée à Robespierre. La fabrication d’un mythe (https://dissidences.hypotheses.org/8618). Depuis, ils ont signé deux synthèses complémentaires aux éditions La Fabrique, l’une consacrée au Directoire (Le Directoire, la république sans démocratie), l’autre au Consulat, dont il sera plus spécifiquement question ici. Partant du constat d’un consulat globalement mal connu du grand public, ils évoquent aussi bien les mythes qui l’ont entouré au XIXe siècle que les renouvellements historiographiques dont il a profité. Surtout, remarquant que la Ve République refuse d’appuyer sa propre mythologie sur lui au lieu des premières années de la Révolution, ils notent que « (…) le Consulat fonde la société « moderne », celle des propriétaires, des industriels, des « experts » et des hauts fonctionnaires qui nous gouvernent. » (p. 16).

En revenant sur cette période, ils cherchent à se situer à distance des principaux courants historiographiques, qu’ils soient favorables ou défavorables à Napoléon et à son œuvre. Ils opposent ainsi une première phase révolutionnaire, allant de 1789 à 1795, correspondant à une volonté décentralisatrice et surtout démocratique, élargissant de manière croissante les droits du peuple, à une seconde phase, reliant Directoire et Consulat, poursuivant la centralisation de l’État au service d’une République de propriétaires. Toutefois, bien qu’il se situe dans le prolongement des objectifs du Directoire, le Consulat possède une originalité propre, qui réside dans la construction politique qu’il initie : celle d’un « despotisme de l’exécutif » (p. 26), pour reprendre les mots des auteurs.

Après un exposé de la chronologie de la période, sont ainsi abordés différents thèmes, en insistant sur les divergences internes des Brumairiens, pour beaucoup court-circuités par un Bonaparte plus hégémonique que prévu. L’installation du nouveau régime cherche d’ailleurs à renouer avec le projet initial de la Révolution, celui de la majorité des députés de la Constituante. La figure de Sieyès est à cet égard symbolique, lui qui élabore un premier projet de nouvelle Constitution : il y reprend la distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs qu’il avait défendu en 1789. L’objectif est clairement de faire refluer toute idée d’égalité entre dirigeants et dirigés, d’émasculer le peuple, en somme. Cette nouvelle constitution, que Bonaparte va largement retravailler en faveur de l’exécutif, est d’ailleurs la première à ne pas être issue des travaux d’une Constituante, tout comme celle de la Ve République, ainsi que le rappellent malicieusement Marc Belissa et Yannick Bosc.

On assiste donc conjointement à un renforcement et à une concentration accrue du pouvoir exécutif, et à une « confiscation de la souveraineté » (p. 65) populaire. Les fonctionnaires sont désormais nommés, et non plus élus, aucune Déclaration des droits n’étant cette fois adjointe à la nouvelle Constitution (au grand dam des Idéologues, partisans initiaux de Brumaire). La consultation qui valida la constitution dite de l’an VIII fut pour le moins discutable : non seulement les votes étaient nominatifs (les registres sont toujours consultables aux archives !), mais le ministère de l’Intérieur gonfla considérablement les chiffres du oui. Au lieu de laisser le peuple se diriger lui-même, l’objectif était de l’administrer dans l’ordre et la soumission verticale. C’est dans ce cadre que s’expliquent les efforts de centralisation, là où les Jacobins en particulier s’efforçaient de déléguer du pouvoir aux communes. Des préfets aux échelons inférieurs, tous les fonctionnaires, comme les juges, sont désormais nommés, chargés d’être de simples exécutants. Au sommet de cette pyramide administrative, Bonaparte bien sûr, et le Conseil d’État, cumulant des fonctions législatives et judiciaires. L’exemple des biens communaux illustre bien la nouvelle logique à l’œuvre : alors qu’ils avaient été affectés aux habitants des différentes communes de France par la Convention montagnarde, c’est désormais les municipalités qui les ont en charge.

Un chapitre se penche plus spécifiquement sur le Code civil. Une insistance toute particulière est faite sur le droit de propriété, considéré comme un droit naturel supérieur au droit à l’existence, contrairement à ce que réclamaient les luttes de la première moitié des années 1790. De cette propriété individuelle est censé découler l’intérêt général. En l’occurrence, il s’agit avant tout de la propriété immobilière, commune à la fusion des élites bourgeoise et noble souhaitée par Bonaparte. On peut encore citer la réglementation visant les ouvriers – les industriels revendiquant la liberté pour eux, mais pas pour leurs employés – ou le retour de la puissance paternelle dans la famille (les enfants naturels, à titre d’exemple, perdent tous les droits qu’ils avaient acquis avec les Montagnards).

La dépolitisation de la société française passe bien sûr par la lutte contre les oppositions politiques à Bonaparte. On remarque cependant un traitement particulier réservé à la gauche, l’attentat de Saint-Nicaise, perpétré par des royalistes, offrant le prétexte d’une vague répressive visant les « jacobins » ! Contrepoint logique, le retour des émigrés est explicitement favorisé, culminant avec l’amnistie de 1802. C’est également le moment où la préfecture de police de Paris est créée, le moment également de séparation nette entre la police civile et la gendarmerie militaire. L’opinion publique et l’espace démocratique florissant qui fut son cadre dans les premières années de la Révolution cèdent la place à « l’esprit public », voulu par le gouvernement (le nombre de journaux supprimés est impressionnant, quant ils ne sont pas rachetés par des fidèles de Bonaparte).

Un chapitre est par ailleurs consacré à la politique étrangère, l’objectif de la paix extérieure allant de pair avec celui de paix intérieure. Sans oublier, bien sûr, la réaction anti-universaliste vis-à-vis des gens de couleur. Dans un récit national orchestré par le pouvoir et faisant la part belle à la gloire militaire, on notera des parallèles tracés d’abord entre Bonaparte et Washington, puis, dans la monarchisation de la culture politique, à César et Charlemagne. Le Consulat de Bonaparte est un indispensable, une synthèse historique parfaitement maîtrisée et problématisée, qui rend justice à une période et à ses constructions politiques dont nous sommes encore captifs aujourd’hui.

« Cinq questions à… Marc Belissa et Yannick Bosc » (Entretien réalisé début février 2022 par Jean-Guillaume Lanuque)

 

Dissidences : Vous aviez signé précédemment une synthèse sur le Directoire, puis à présent ce nouvel ouvrage sur le Consulat. Qu’est-ce qui vous a amené de votre somme de référence sur Robespierre et ses mythes à ce parcours de la « République des propriétaires » ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Ces trois ouvrages ont en commun de déconstruire la catégorie de « Terreur », forgée après Thermidor. D’abord avec la figure de Robespierre et ses usages (de sa mort à aujourd’hui), puis avec Le Directoire et Le Consulat de Bonaparte, cette fois sous l’angle des contre-modèles politiques et sociaux qui sont mis en œuvre en réaction à la République démocratique et sociale de l’an II. De 1795 à 1804, l’urgence est d’endiguer la souveraineté populaire telle qu’elle s’est affirmée au moment de la dite « Terreur ». Le fait que les hommes qui sont alors au pouvoir dénoncent dans la « Terreur » et le « robespierrisme » un moment « d’anarchie », où le pouvoir exécutif était faible et le peuple « constamment délibérant » nous en donne une autre représentation, comme lorsqu’ils expliquent que le langage de la « Terreur » est dans la Déclaration des droits de 1789, un texte qu’ils jugent subversif de la « république des propriétaires », alors qu’il est commun aujourd’hui de considérer que la Déclaration jette les bases juridiques du capitalisme et que la « Terreur » est la négation des « droits de l’homme ».

Que ce soit pour la période du Directoire comme pour celle du Consulat, il y avait également un double constat : ces deux périodes sont peu connues du grand public et les trente dernières années ont vu un nombre conséquent de travaux historiques universitaires souvent réalisés par des spécialistes de la Révolution française, travaux qui ont largement renouvelé nos connaissances sur bien des domaines. Une synthèse grand public de ces travaux était donc la bienvenue. Il se trouve par ailleurs que la dynamique commémorative — 2021 pour l’anniversaire de la mort de Napoléon Bonaparte — pouvait rendre intéressante la publication d’une synthèse sur la période consulaire qui ne soit pas un énième ouvrage « napoléonolâtre » sur la vie et l’œuvre du « grand homme », mais plutôt une analyse des changements fondamentaux qui se sont produits entre le coup d’État de Brumaire an VIII et le début du Premier Empire, notamment dans le domaine de la construction de l’État et celui de la constitution de ce que nous avons appelé la « société propriétaire ». Enfin, et sans vouloir forcer les analogies toujours périlleuses, il nous a semblé que la période politique que nous vivons pouvait également entrer en résonance avec un certain nombre de thématiques de la période : la verticalité du pouvoir, la confiscation de la souveraineté populaire, le gouvernement par les « experts », les problématiques (néo)coloniales, etc. Ce qui a été autant de raisons supplémentaires d’écrire ces deux ouvrages…

Dissidences : À plusieurs moments, justement, vous soulignez – non sans malice, j’imagine ! – les créations du Consulat dont la Ve République est tributaire. Est-ce à dire que les différents régimes politiques qui se sont succédé en France (à l’exception de la Commune de Paris) sont demeurés fidèles à cet État administrateur et élitiste bâti à cette époque ? Comment à votre avis solder cet héritage si pesant ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : La constatation d’une continuité structurelle entre l’État exécutif et centralisé construit par Bonaparte et la Ve République était déjà faite par la gauche en 1958, lors du coup d’État de De Gaulle. Par ailleurs, on sait bien que dans le monde des « droites », le « gaullisme » est une variété de « bonapartisme ». Nous n’avons rien inventé de ce point de vue… De même, la pérennité de certaines institutions (le Conseil d’État, la Légion d’Honneur, les préfets, etc.), même si elles ont évolué depuis deux siècles, est souvent évoquée par ceux-là mêmes qui en occupent les places. Lors de la chute du Premier Empire en 1815, les Bourbons, de retour d’exil, ont conservé pour l’essentiel l’architecture de l’État exécutif tel qu’il avait été construit d’abord sous le Consulat et l’Empire (ils ont même souvent gardé les mêmes hommes). Malgré les critiques et les attaques du « parti républicain » tout au long du XIXe siècle contre la puissance du pouvoir exécutif et administratif, la Troisième république a, elle aussi, conservé en grande partie cette structure comme l’a montré notamment l’ouvrage de Nicolas Rousselier La Force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France XIXe-XXIe siècle (Gallimard, 2015). Le pouvoir présidentiel, exécutif et administratif, s’est construit progressivement comme une force qui a renversé le rapport de force avec le pouvoir législatif, jusqu’à la caricature de la Ve République, qui est une « monarchie » exécutive, élective tous les cinq ans, flanquée d’un pouvoir législatif d’une rare faiblesse dans les « démocraties » actuelles.

La deuxième partie de votre question est plus difficile : comment solder cet héritage ? On entre là non plus dans le travail d’historien mais dans l’opinion du citoyen. Il est évident, et cela n’a échappé à personne, que la « démocratie » prétendument parlementaire — en réalité « exécutive » — ne repose que sur le vote quasi censitaire d’une minorité de citoyens. Le suffrage universel, censé être l’alpha et l’oméga de la « démocratie », ne garantit plus une forme de légitimité aux élus, compte tenu des taux d’abstention records de ces dernières années. La « représentation » est en crise. Pourtant, peu de forces politiques « institutionnelles » prennent position pour un changement de constitution et pour en finir avec la monarchie exécutive élective. Vous avez fait allusion à la Commune, elle a indiqué un certain nombre de pistes auxquelles on pourrait sérieusement réfléchir : suppression de la fonction présidentielle, fonctions électives à tous les échelons de « l’État », révocabilité des mandants, « surveillance » des agents publics par les assemblées communales, etc., etc. Là encore, l’histoire peut nous aider à élaborer une manière d’en finir avec la monarchie présidentielle et l’État exécutif autoritaire qui dépossède les citoyens.

Dissidences : En préambule à votre exposé du Consulat, vous revenez sur les débats historiographiques qu’il a engendrés, en vous situant explicitement à distance des principaux courants. Pourtant, ne peut-on voir dans votre démarche, qui valorise les moments révolutionnaires d’expression du peuple, une filiation en partie marxiste ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Nous ne dirions pas que nous nous situons à distance des différents courants historiographiques, car (presque) tous ont eu leurs mérites que nous reconnaissons mais nous critiquons ce que Jean-Pierre Faye a appelé le « récit standard » de la Révolution bourgeoise, récit partagé par les « libéraux » comme par les « marxistes ». Cette « grille » interprétative conçue par Germaine de Staël et développée par les historiens libéraux comme Thiers et Mignet (qui étaient les sources principales de Marx et d’Engels) a été reprise et « retournée » par le « marxisme » tel qu’il a été fixé dans les années 1930-1970. En schématisant : la Révolution française a été une révolution purement bourgeoise dans laquelle les paysans et les couches populaires urbaines servaient de chair à canon pour renverser la noblesse. Les classes populaires n’avaient pas de programme qui leur était propre. La bourgeoisie était la classe révolutionnaire montante qui combattait l’Ancien Régime pour lever les entraves au développement du capitalisme. Or cette « grille » ne permet pas, selon nous, de comprendre les processus en cours pendant la période révolutionnaire et ne correspond pas à ce que nous lisons dans les archives. C’est encore plus caricatural pour la période du Consulat dont l’historiographie a été marquée pendant deux siècles par la tradition que nous avons appelée « apologétique », celle qui voit la période à travers « le destin » d’un seul homme : Bonaparte-le-sauveur-qui-met-fin-à-la-Révolution. Une certaine tradition « marxiste » (par exemple chez Albert Soboul) le voit certes, comme celui qui a liquidé la République, mais aussi comme le « fils de 89 » qui aurait rendu possible la consolidation des « acquis de la Révolution ». Cette vision téléologique nous semble inadéquate, car la Révolution française ne peut se limiter à ces prétendus « acquis bourgeois », elle a aussi été une révolution paysanne et populaire dotée de ses « programmes » propres et une révolution des droits de l’homme et du citoyen que l’on ne peut réduire à une « idéologie bourgeoise ». Sans compter que la constitution de la « bourgeoisie » en classe « en soi » et « pour soi », pour reprendre la terminologie marxiste, est un processus long qui est à peine commencé en 1789 et qui est loin d’être achevé en 1804. En ce qui concerne notre rapport au marxisme, nous n’avons pas forcément tous les deux le même et le marxisme est une grande maison hébergeant beaucoup d’hôtes différents ! Mais s’il fallait caser dans une « tradition » notre travail d’historien, ce serait dans celle d’Edward Palmer Thompson, le grand historien anglais… La force de l’approche marxiste — contrairement à ce qu’en disent ses détracteurs — est qu’elle est en réalité en constante évolution depuis Marx lui-même.

Dissidences : Sur la Révolution française, justement, si vous deviez conseiller quatre ou cinq lectures indispensables d’œuvres d’histoire, lesquelles citeriez-vous ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Question difficile vu l’immense masse bibliographique sur la période ! Tout dépend de ce que l’on recherche, une synthèse ou des travaux plus spécialisés. Pour le « grand public » et pour mes étudiants débutants, je [MB] conseillais souvent la synthèse déjà assez ancienne mais toujours pertinente de mon « maître » Jean-Paul Bertaud parue chez Perrin. Pour ma part [YB], et en dehors des manuels, je recommande la lecture d’Albert Mathiez (1874-1932) – encore plus ancien que Bertaud ! – dont j’ai réédité plusieurs ouvrages avec Florence Gauthier. Sa Révolution française est un grand classique, très agréable à lire, et Mathiez un historien qui a très tôt rejeté cette catégorie de « révolution bourgeoise » dont nous parlions. Il a mis en avant la portée démocratique et sociale de la république de l’an II qu’il conçoit comme un socialisme. Si l’on entre dans l’historiographie un peu plus spécialisée, nous pensons au livre de Florence Gauthier, Triomphe et mort du droit naturel en Révolution, récemment réédité, qui a beaucoup influencé notre approche de la Révolution française, de même que ses travaux sur la paysannerie. Sur la Révolution paysanne il y a également Anatoli Ado, Paysans en Révolution, 1789-1794 qui est une référence fondamentale. Le Thermidor de Françoise Brunel, qui permet de saisir les enjeux du « moment thermidorien », fait lui aussi partie des ouvrages importants. Le livre d’Yves Bénot, La Révolution française et la fin des colonies, a été fondamental pour intégrer les problématiques de l’esclavage et de la question coloniale, qui ont été longtemps négligées. Il faudrait citer de nombreux classiques, comme les travaux de Jacques Godechot (un élève de Mathiez), en particulier sa Prise de la Bastille et sa Grande Nation

Dissidences : On comprend bien, à lire votre ouvrage, que vous n’allez pas poursuivre par l’étude spécifique de l’Empire de Napoléon. Quels sont alors vos projets d’écriture en commun, si vous en avez ? Qu’est-ce qui vous séduit tant dans ce travail en binôme que vous privilégiez ?

Marc Belissa / Yannick Bosc : Nous ne sommes, ni l’un ni l’autre, particulièrement spécialistes du Premier Empire, et notre familiarité avec les sources de cette période est plus limitée que notre connaissance de celles du « grand » XVIIIe siècle jusqu’en 1804. Donc pas de « suite » chronologique en prévision ! Mais un retour en arrière sur la période 1774-1795 n’est pas exclu. Nous y réfléchissons… Nous travaillons déjà ensemble avec quatre autres collègues, américains, anglais et français, sur une nouvelle édition des Œuvres de Thomas Paine, le grand révolutionnaire anglo-américano-français. Il s’agit d’un projet ambitieux et de longue haleine qui donnera lieu à une publication en anglais en six volumes dont l’objectif est de fournir une édition de référence à destination des chercheurs et des universitaires. Une édition de textes choisis de Saint-Just sur la République pourrait aussi être un autre de nos projets de publication en commun, mais pour le « grand public » cette fois-ci.

Travailler à quatre mains permet de n’écrire que la moitié du bouquin ! Moitié moins de travail, ce qui nous convient bien ! Plaisanterie mise à part, nous nous complétons parce que nous n’avons pas les mêmes thématiques de spécialité, parce que nous nous connaissons bien et que nous travaillons ensemble depuis fort longtemps (nous participions déjà ensemble au séminaire de recherche dirigé par Françoise Brunel, Florence Gauthier et Jacques Guilhaumou à la fin des années 1980). Écrire à deux donne une autre dynamique à l’écriture qui permet de mettre en avant nos qualités respectives et de marginaliser nos défauts respectifs. Cela dit, nous avons aussi nos ouvrages personnels et nos recherches propres. Elles concernent par exemple le républicanisme aux États-Unis entre 1789 et 1800 et la dimension coloniale de la Révolution française [MB] ou la notion de « communs » dans les pratiques révolutionnaires [YB].

Alain Krivine, Ça te passera avec l’âge, Paris, Flammarion, 2006, 400 pages, 19,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Contrairement à son camarade Daniel Bensaïd, Alain Krivine, plus porté sur l’action que sur la théorie, a relativement peu manié la plume, en dehors de la presse de la LCR, ses seuls ouvrages étant La farce électorale en 1969, Questions sur la révolution en 1973, Les chemins de la révolution en 1977 (en fait des entretiens avec Fred Zeller) et Mai si ! en 1988, avec Daniel Bensaïd, justement.

Comme son camarade générationnel Gérard Filoche voici quelques années1, il livre ici ses souvenirs, et reconstitue son itinéraire avec un objectif clair : apporter sa contribution aux réflexions actuelles2 quant à la nécessité de la révolution et du renversement du capitalisme, et fournir un bagage intellectuel aux nouvelles générations militantes. C’est ainsi que l’on trouve des passages très vulgarisateurs sur la trahison de la révolution russe et le stalinisme, la révolution portugaise, la lutte contre le projet de Constitution européenne, le soutien de la LCR aux luttes du peuple kanak3, les nouveaux mouvements de gauche en Amérique latine depuis une dizaine d’années ou la IVe Internationale, dont Alain Krivine salue l’apport tout en espérant la création d’une Ve.

Né dans une famille juive – il raconte son émotion en découvrant, enfant, le matricule tatoué sur l’avant-bras de sa tante Zina, rescapée d’Auschwitz et nous fait part de son enthousiasme pour les exploits des FTP-MOI – Alain Krivine passe d’abord par la nébuleuse du PCF avant de rallier le mouvement trotskyste via Jeune Résistance. Outre des doutes sur la réalité soviétique lors d’un voyage à Moscou, l’élément décisif de sa mutation fut le désir de lutter concrètement pour l’indépendance de l’Algérie, alors que la direction du PCF expliquait le vote des pouvoirs spéciaux à Guy Mollet en 1956 par la volonté « de ne pas se couper des socialistes et de la gauche, pour leur donner toutes les chances de faire la paix ». Malheureusement, passés les événements de 68, Alain Krivine s’attarde moins sur son itinéraire, son action précise au sein de la LC puis de la LCR, préférant braquer le projecteur sur certains terrains de lutte qu’il juge particulièrement importants : la lutte au sein de l’armée, la dissolution de la Ligue en juin 1973, la révolution portugaise, l’aventure de Rouge quotidien ou les différentes élections présidentielles, sans oublier l’essor d’Olivier Besancenot…

On apprend toutefois quelques informations sur ses deux passages en prison, lui-même n’ayant échappé aux procès que grâce aux amnisties présidentielles ; de même, ses descriptions des coulisses du fonctionnement du Parlement européen sont savoureuses ! Par ailleurs, il évoque certaines figures qui l’ont particulièrement marqué, Pierre Goldman, François Maspero, Gilles Perrault ou Simone Signoret4, ainsi que certaines rencontres, celle avec Lionel Jospin à la veille du succès de la gauche en 1997 étant sans doute une des plus intéressantes au vu de la réaction de l’intéressé, témoignant de la prégnance de son passage à l’OCI…

Alain Krivine fait même quelques retours critiques sur le passé de son organisation : ainsi, au sujet du Programme commun, il trouve « très sévère » la condamnation d’alors de la Ligue. Il pense que si les mesures proposées «avaient été appliquées dans leur totalité, elles auraient conduit, obligatoirement, à une épreuve de force avec le patronat » (p.186). Sur Lutte ouvrière (LO), sans taire ses critiques, il ne pense pas que l’organisation puisse être qualifiée de secte5. Jugement sincère ou volonté de préserver la possibilité de certaines alliances futures ? Par contre, rien n’est dit sur l’OCI-CCI du PT6, à peine cité au détour d’une page…

Un livre qui sert avant tout de moyen de transmission d’un héritage aux jeunes générations, comme le prouve amplement toute la dernière partie sur l’actualité des luttes, à la manière des ouvrages d’Olivier Besancenot, avec qui il partage un style simple et sans fioriture.

  • 1Gérard Filoche, 68-98, une histoire sans fin, mémoires, Paris, éditions Flammarion, 1998.

2C’est à dire au début des années 2000 (note de Christian Beuvain, avril 2022).

3On apprend au passage « qu’il n’y a jamais eu un seul kanak membre de la LCR ou de la IVe Internationale », même si dans certaines tribus, des articles de Rouge sont parfois affichés.

4 Il donne quelques renseignements précis sur la proximité de nombreux artistes avec ce milieu militant, la garantie financière apportée par Michel Piccoli [décédé le 12 mai 2020] ayant permis à la LCR de se doter d’une imprimerie pour publier le quotidien Rouge en 1976.

5Comme l’affirmaient de nombreux commentateurs à cette époque (note de Christian Beuvain, avril 2022).

6Le CCI (Courant communiste internationaliste) est la composante clé, dite « lambertiste », de la famille trotskyste française issue de l’OCI (Organisation communiste internationaliste, créée en 1965) et principale composante du PT (Parti des travailleurs) créé en 1991. Ces sigles, familiers des militants d’extrême gauche et des historiens du mouvement révolutionnaire des années 60 aux années 90, sont, avec d’autres (GP, PCMLF), devenus depuis quelques années soit abscons soit tombés dans l’oubli [note de Christian Beuvain, avril 2022].