Archives de catégorie : Bande dessinée

Michèle Gazier, Bernard Ciccolini, La Passionaria, Paris, Naïve, collection « Grands destins de femmes », 2015, 85 pages, 18 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Dans une collection de bande dessinée consacrée à des femmes remarquables, il était tout à fait logique d’y trouver un volume consacré à la figure de la Pasionaria. Pour mémoire, rappelons que cette dirigeante du Parti communiste espagnol durant la guerre civile fut l’auteur du célèbre slogan « No Pasaran » (Ils ne passeront pas, les franquistes), devenu mot d’ordre du camp républicain. Ce livre est donc la version en bande dessinée de sa vie.

D’origine très populaire, Dolorès Ibarruri est la huitième enfant d’une famille de onze, dont le père est mineur dans le pays basque. Elle connaîtra le sort douloureux des jeunes femmes, dont le destin de bonne élève est brisé par la pauvreté. Alors qu’elle aspire à devenir institutrice, elle travaille comme couturière à l’adolescence, puis se révoltant, comme femme de ménage. En 1915, elle se marie à un mineur, également militant syndical. Durant la première guerre, d’importantes grèves se déroulent, aboutissant à l’emprisonnement de son mari. Les maternités se succèdent (six enfants, dont deux seuls survivront). Au début des années trente, elle accède à des responsabilités au sein du minuscule Parti communiste espagnole, élue à son comité central. Elle se sépare de son mari, qui ne supporte pas l’engagement de sa femme. Elle déménage alors pour Madrid où elle travaille au journal Mondo Obrero, le journal du Parti. Stalinienne de choc, elle effectue un premier voyage en 1933 en URSS. Lors du pronunciamiento du général Franco, elle intervient à la radio le 19 juillet 1936, où elle prononce le fameux discours qui se conclut par « No pasaran ». Elle devient immédiatement une des figures du combat républicain. Après l’effondrement militaire de la République, elle s’exile en URSS (son unique fils mourra au combat lors de la bataille de Stalingrad) où elle reste jusqu’à la chute de Franco. Elle est alors élue députée durant la transition démocratique. Elle meurt en décembre 1989.

Si sa vie illustre la tragédie du peuple espagnol durant le XXe siècle, le moins que l’on puisse dire est que le dessin de Bernard Ciccolini, manquant d’originalité dans la construction, n’est pas à la hauteur de son destin. Sur le fond politique, le scénario de Michèle Gazier1 (auteur, critique littéraire et traductrice de Manuel Vasquez Montalban) ne questionne guère l’engagement stalinien de la Pasionaria. De ce point de vue, cette histoire dessinée de la guerre d’Espagne au miroir d’une de ses figures (communistes) emblématiques participe d’une vision à la fois traditionnelle/orthodoxe et mythique. Le lecteur pourra compléter par la lecture de la caustique biographie de Manuel Vasquez Montalban, La Pasionaria et les sept nains (Seuil, 1998) et de l’article de Yannick Ripa2 sur la construction du mythe, justement.

1Michèle Gazier et Bernard Ciccolini ont déjà réalisé un précédent album, Virginia Woolf, en 2011, également chez Naive, dans la même collection.

2Yannick Ripa, « Le mythe de Dolorès Ibarruri », Clio, n° 5, 1997, « Guerres civiles », sur https://clio.revues.org/414

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (couleurs), La Guerre des amants. 3 – Jaune Berlin, Grenoble, Glénat, 2015, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jaune Berlin – dont le choix de teinte s’explique par la volonté de compléter le spectre des trois couleurs primaires – conclut la trilogie entamée avec Rouge révolution1 et poursuivie dans Bleu Bauhaus2. Là où les deux premiers tomes se suivaient à quelques années d’intervalle seulement, Jaune Berlin se déroule vingt ans plus tard, en 1945. L’essentiel de l’intrigue suit Walter, cet idéaliste engagé au sein de l’armée des États-Unis, au sein du corps très particulier des « Monuments Men », récemment mis en lumière dans le film éponyme de George Clooney3. Comme ses camarades, il est donc chargé de protéger ou de retrouver les œuvres d’art, dont un bon nombre furent pillées par les dirigeants nazis. Il travaille d’abord dans ce but en France, puis dans l’Allemagne vaincue, désireux en particulier de mettre la main sur un chef d’œuvre d’Hubert et Jean van Eyck, L’Agneau mystique. Parallèlement, Natalia, ayant gravi les échelons au sein de l’Armée rouge, a été placée à la tête de la « Mission trophée », chargée par Staline de mettre la main sur le plus grand nombre d’œuvres d’art, en une forme de (très infime) dédommagement pour la saignée humaine et matérielle subie par l’URSS durant la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux itinéraires sont intercalés quelques retours en arrière, fort utiles pour découvrir le projet de musée envisagé par Hitler pour la ville de Linz (où il passa une partie de son enfance), dit Führermuseum, ou l’action résistante de Rose Valland4, qui collecta énormément d’informations sur les œuvres d’art confisquées par les nazis, permettant de retrouver la plupart d’entre-elles.

On l’aura compris, l’art est au centre de Jaune Berlin. Certes, c’était déjà le cas des précédents volets5, mais on assiste au fil de la trilogie à un affadissement du contexte politique au profit exclusif des considérations artistiques. Ici, la préférence va clairement aux Étatsuniens. Walter est le prototype de l’homme compréhensif et généreux (il protège et accepte sans difficulté la relation homosexuelle de Rose Valland, et sauve même sa maîtresse des tondeurs de la Libération), et sa mission consiste à rendre à leurs propriétaires, privés ou étatiques, les œuvres d’art subtilisées, là où les Soviétiques se saoulent sans complexe (p. 19) et témoignent d’un égoïsme national plus prononcé. Le principal regret, c’est de ne pas bénéficier d’éclairages substantiels sur les parcours de Walter et surtout Natalia de 1925 à 1945 : on aurait en particulier aimé apprendre comment cette dernière a réussi à traverser la Grande Terreur ou les débuts de la guerre avec l’Allemagne. En lieu et place, c’est la romance entre les deux personnages qui se conclut, sous la forme à la fois d’une désillusion, d’une impossibilité de retrouver le romantisme et la passion des origines (la mort de l’adolescente blonde, tué par Walter car elle dérobait un tableau de Rembrandt, symbolise la disparition de cette idylle de jeunesse6), mais également d’une réconciliation à travers l’art. Ce dernier est ainsi le seul capable d’exalter une beauté commune, tout spécialement les œuvres de Kandinsky, personnage transversal des trois tomes7 et dont le prénom est aussi celui du fils de Walter et Natalia.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

2Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4863

3Monuments Men, de George Clooney, avec George Clooney, Matt Damon, Bille Murray, Cate Blanchett, production États-Unis/Allemagne, couleur, 1h 59 mn, sortie en France le 12 mars 2014.

4Sur cette femme peu (ou pas assez) connue, lire ses mémoires : Rose Valland, Le Front de l’art, défense des collections françaises, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997 (1ere édition Plon, 1961). Deux bandes dessinées retracent son parcours, toutes deux parues en 2009 : Catel [Catel Muller], Emmanuelle Polack, Claire Bouilhac, Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts, tome 1, Paris, Dupuy, 48 p., et Emmanuelle Polack, Emmanuel Cerisier, Rose Valland, l’espionne du musée du Jeu de Paume, Paris, Gulf Stream Éditeur, 93 p. Voir également le catalogue d’une exposition qui lui est consacrée sur http://www.chrd.lyon.fr/static/chrd/contenu/pdf/presse/e_DP_Rose_Valland.pdf

5A ce titre, il est dommage que Rouge révolution soit le seul album dénué de cahier critique, rédigé par des spécialistes de chaque question, tant le constructivisme ou la vitalité artistique de la Russie révolutionnaire auraient mérité des développements.

6Natalia dans une lettre à Walter, écrite en esperanto : « Nos espérances de jeunesse sont en cendres, comme les villes que nous traversons. » (p. 33).

7Le code utilisé par Natalia pour permettre à Walter de la retrouver dans un Berlin en ruines est une référence directe au constructivisme évoqué dans Rouge révolution. De même, la discussion finale entre Walter et Natalia permet cette réflexion : « Lui seul a pleinement réussi sa mission… Changer notre monde à grands coups de pinceau… » (p. 48).

Wilfrid Lupano, Anthony Jean, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Wilfrid Lupano, Lucy Mazel, Communardes ! Les éléphants rouges, Grenoble, éditions Vent d’Ouest, 2015, 56 pages et 14, 50 € chaque album.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Et si on s’intéressait à la Commune de Paris par le biais de portraits de femmes qui y ont participé ? Telle est l’ambition de cet ensemble de bandes dessinées1, sous l’égide du scénariste confirmé Wilfrid Lupano, le dessin étant confié à chaque fois à un dessinateur (ou une dessinatrice) différent(e). Si l’ensemble de la série est à la hauteur des deux premiers volumes parus, le lecteur a toutes les raisons de se réjouir de cette initiative éditoriale. En effet, avec son style propre, chacun des deux illustrateurs remplit parfaitement son rôle de rendre compte de l’ambiance de cette Commune et du rôle que les femmes ont pu y jouer.

Dans L’aristocrate fantôme, c’est la figure de l’émissaire de Karl Marx, Élisabeth Dmitrieff qui est évoquée. Cette dernière, toute jeune aristocrate russe, devient l’organisatrice de la première structure féministe en Europe, l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés. Du fait de ses origines aisées, elle assoit rapidement son autorité sur cette association, dérangeant fortement les communards, peu habitués jusqu’alors à ce que leurs compagnes s’emparent elles aussi des affaires publiques. Après l’échec de la Commune, Élisabeth Dmitrieff parvient à fuir Paris et rentre dans sa Russie natale, y retrouvant son mari. Rompant avec tout engagement social, elle se remarie avec un aventurier qui fut rapidement condamné au bagne en Sibérie. Elle s’exile avec lui et y demeure durant deux décennies. Magnifiquement illustré (on songe notamment aux pages consacrées à la bataille dans Paris, dignes des plus grands récits en bande dessinée), ce premier ouvrage de la série est des plus recommandables.

Si les personnages de ce premier volume sont des personnages historiques réels, c’est l’option de la fiction qui a été retenu pour le second opus, Les éléphants rouges. L’illustration, d’une toute jeune graphiste, Lucy Mazel, est de la même qualité que pour l’Aristocrate fantôme. La Commune y est vue à travers les yeux d’une fillette, Victorine, qui fréquente assidûment le Jardin des Plantes, fascinée qu’elle est par Castor et Pollux, les deux éléphants. Alors que les animaux sauvages disparaissent au fur et à mesure que la faim grandit dans Paris assiégée, Victorine imagine un plan génial pour sauver la capitale. Comme Hannibal jadis, il s’agit d’utiliser les éléphants pour rompre l’encerclement de la Commune. On laissera le lecteur découvrir ce qu’il advient de ce plan démesuré, qui a germé dans le cerveau d’une fille de onze ans. Si le scénario se situe clairement du côté de l’imaginaire, il n’en reste pas moins que l’atmosphère, l’ambiance et l’environnent de la Commune sont parfaitement respectés, conférant une authenticité certaine à cet ouvrage. Grâce à son personnage, il permet en particulier d’offrir un point de vue, réel, mais relativement inédit, sur les conditions de vie de la population de la capitale (chauffage, nourriture, déplacement, place des enfants…).

Avec des scénarios tourbillonnants, sur fond d’une riche documentation, ces deux volumes font des Communardes des héroïnes. Belle réussite, à suivre donc.

1Plusieurs volumes sont prévus, le prochain, Nous ne dirons rien de leurs femelles est sorti en février 2016.

Jean-Pierre Pécau (scénario), Benoît Dellac (dessin), Morgann Tanco (couleurs), L’Homme de l’année 9. 1848. L’Homme qui publia le Manifeste du Parti communiste, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2015, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De la série de bande-dessinée « L’Homme de l’année », plusieurs titres émergent, en lien direct avec les thématiques qui intéressent Dissidences. Outre L’Homme de l’année 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, déjà chroniqué sur notre blog1, on peut citer L’Homme de l’année 1967. L’homme qui tua Che Guevara, et ce tout nouveau titre, donc. La figure historique et haute en couleurs de Jean Lafitte, corsaire français au parcours assez incroyable (dont les mémoires, découverts au milieu du XXe siècle, sont mises en cause par une majorité d’historiens), bien plus que celle de Karl Marx, est au centre de son intrigue. C’est sur un élément de ces mémoires, justement, que Jean-Pierre Pécau s’appuie, ce qu’il reconnaît d’ailleurs explicitement : le financement de la publication du Manifeste du Parti communiste dans sa première édition par Jean Lafitte, grâce à l’argent amassé au fil de ses expéditions.

Cela nous vaut un album empli d’aventures2, et qui couvre toute la première moitié du XIXe siècle. Les événements de 1848 sont un fil rouge au sein duquel s’intercalent divers retours en arrière. Ces flash-back permettent de découvrir Lafitte et son équipage, prenant d’abordage des navires marchands (mais ne libérant pas pour autant les esclaves emprisonnés dans leurs cales), se faisant capturer au début du XIXe siècle par les Espagnols alors en guerre avec la France, nouant des liens d’amitié avec James Bowie (un des futurs combattants de Fort Alamo, en 1836 lors de la révolte des Texans contre le Mexique), prenant part à la guerre anglo-américaine de 1812, ou profitant de leur repère de Barataria, dans les bayous de Louisiane, véritable communauté libertaire. Cette vision de la piraterie semble être au moins en partie influencée par les travaux de Marcus Rediker3, même si aucune bibliographie ne figure à la fin de l’album.

Là où Jean-Pierre Pécau nous avait plutôt habitué à une certaine sympathie à l’égard des anarchistes, et une profonde défiance vis-à-vis des communistes – voir dans la série de BD uchroniques « Jour J » le diptyque Septembre rouge / Octobre noir –, il se révèle parfaitement objectif dans son portrait (assez bref, il est vrai) d’un Karl Marx encore en devenir4. Néanmoins, pour les besoins de son intrigue, il postule la présence de Marx à Paris au lendemain des événements de juin 1848, alors qu’à ce moment-là, il est en Allemagne, pour un an : ce n’est qu’en juin 1849 que de retour à Paris, il s’exile finalement de manière définitive pour le Royaume-Uni. La discussion entre Marx et Lafitte permet de replacer le coup de tonnerre du Manifeste communiste dans une longue lignée de luttes et de combats, et bien que le révolutionnaire allemand explique ici à Lafitte que le communisme est à venir, l’évocation par le corsaire de sa communauté utopique de Barataria, dans laquelle chacun est libre de son corps et où toutes les richesses sont partagées, peut être considérée comme un élément de réflexion qui réintroduit la notion de communisme primitif. Avec cette fiction dessinée, on assiste donc à la représentation d’une certaine vision du communisme, qui est extraite des conditions socio-économiques de son futur surgissement (la concentration industrielle et urbaine du prolétariat) afin d’en privilégier le côté utopique.

2Lafitte, qui aurait alors été âgé d’au moins soixante-dix ans en 1848, sait encore parfaitement se battre ! On situe généralement sa mort véritable dans la décennie 1820.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), Paris, Libertalia, 2008.

4Engels est par contre totalement passé sous silence, à l’exception de l’utilisation de son identité par Lafitte, à Paris, pour exfiltrer Marx.

Benoît Abtey (scénario), Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. La Fin des Romanov, Paris, Rue de Sèvres, 2015, 62 pages, 13,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Ces dernières années, la révolution russe semble en passe de devenir un sujet porteur pour ce secteur en expansion continue qu’est la bande dessinée. Après le second album de la série Mattéo. 1917-19181, la première partie de Taïga rouge2, le premier tome de La Guerre des amants3, l’uchronie de « Jour J » (Octobre noir)4 ou le diptyque du Baron fou5, voici donc le premier tome d’une nouvelle série, baptisée Kamarades (s’inspirant de la première lettre du mot communisme tel qu’il s’écrit en russe). En un peu moins d’une soixantaine de pages, le lecteur traverse les événements de Russie, de la veille du soulèvement de février 1917 jusqu’à l’exécution des Romanov en juillet 1918. Pour ce faire, les auteurs ont choisi de centrer leur intrigue sur trois personnages clefs. Le plus important de tous est assurément Volodia, soldat charismatique, qui représente d’une certaine manière les sentiments du peuple russe, une forme d’authenticité rêvée. Il est par ailleurs amoureux d’une jeune fille dont il ignore l’identité, et qui est en réalité Anastasia, une des filles de Nicolas II, qui avait choisi de se mêler à la foule des manifestants fin février 1917. Enfin, Staline représente les bolcheviques, autrement dit l’élément perturbateur de cette idylle, capable aussi bien de séquestrer Anastasia que de détruire la lettre qu’elle a écrite à Volodia.

L’album débute par un focus sur la situation pré-révolutionnaire dans les armées russes, avec la mise en scène d’exécutions de soldats agitateurs par leurs officiers, sous la forme de cases vues d’en haut, où le blanc de la neige (et de l’autocratie ?) est recouvert par le rouge du sang des condamnés (annonçant les torrents de sang à venir ?). D’abord symbole des foules de février, Volodia le mutin rallie ensuite Lénine et les bolcheviques. Refusant tout arrangement avec Kerenski, qui l’a sollicité, il est renvoyé sur le front, tombant sous le charme du général Kornilov avant de prendre part à la révolution d’octobre, puis de participer à la défense du nouveau pouvoir en affrontant les forces blanches dans le Caucase. C’est là qu’il se retourne contre ses camarades, mais racheté par Lénine, il est envoyé à Ekaterinbourg à l’été 1918…

Il est dès lors tentant de lire dans ce triangle narratif l’espoir torpillé par les bolcheviques d’une entente possible entre les masses populaires russes et leur souverain, l’idéal inabouti dans notre continuum d’une monarchie constitutionnelle et éclairée. Le problème, c’est qu’en plus d’être peu crédible, cette hypothèse se retrouve minée de l’intérieur par une prise de liberté étendue vis-à-vis de la réalité historique6. Ainsi, la famille impériale n’était pas à Petrograd lors des manifestations de février auxquelles Anastasia est censée s’être mêlée, Nicolas II étant au quartier-général militaire de Moghilev (Biélorussie), et son épouse et leurs enfants résident à Tsarskoïe Selo (aujourd’hui Pouchkine), à 25 km de distance de la capitale. En outre, faire de Nicolas II celui qui, sous l’influence d’Anastasia, dissout l’Okhrana, va à l’encontre de toute la politique réelle du tsar au cours de son règne. Kornilov n’a pas été tué par un tireur bolchevique isolé, mais par un éclat d’obus en tentant d’investir la ville d’Ekaterinodar (et non dans un village), et ce n’est qu’ensuite que les bolcheviques exhumèrent sa dépouille, afin de l’humilier et de la brûler, éléments effectivement repris dans la BD. Quant à l’exécution de la famille impériale, au-delà des débats quant à sa réalité, elle ne se déroula pas dans le jardin de la maison Ipatiev, mais dans son sous-sol.

Kamarades redonne également vie à la thèse d’un Staline agent de cette même Okhrana, thèse avancée par un historien étasunien, Roman Brackman, très largement controversée7, mais qui permet de souligner la duplicité et la perfidie des bolcheviques (la figure de Staline en un Raspoutine rouge, au-dessus des tours bulbeuses du Kremlin, sur la couverture de l’album, faisant ici office de symbole), qui se réduisent ici au trio Lénine-Trotsky-Staline (celui-ci étant pourtant loin en 1917 d’avoir la même stature que les deux premiers). Ces révolutionnaires sont en effet animés ici par la seule soif de pouvoir, de l’abdication de Nicolas II, visiblement obtenue par chantage, à la réactivation du mythe de Lénine agent allemand (il négocie explicitement son retour en Russie contre la future paix de Brest-Litovsk), en passant par l’organisation du sabotage des trains afin d’attiser le mécontentement du peuple à l’égard du gouvernement provisoire8

In fine, que retenir de cette fiction dessinée ? Le dessin de Mayalen Goust, un crayonné colorisé par des teintes franches et d’une variété limitée, se révèle d’une vraie beauté visuelle ; le choix de caractères informatiques pour les dialogues contraste d’ailleurs un peu trop avec cette dimension plus artisanale. Pour les scènes de combats, les cases abritent alors une frénésie d’action, un fouillis maîtrisé d’actions parallèles restituant avec vigueur l’énergie de ces moments, comme la mutinerie des soldats (p. 26) ; à l’inverse, la prise du palais d’hiver est directement inspirée des images de l’Octobre d’Eisenstein. La dimension proprement politique et prométhéenne de la révolution russe, elle, apparaît comme occultée, au profit d’une histoire romantique, tragique et complotiste, ce que devrait confirmer le second tome intitulé Tuez-les tous ! Peut-on rapprocher Kamarades du roman de Robert Littell, Requiem pour une révolution9, le personnage de Zander et celui de Volodia partageant bien des similitudes ? Si la fiction de Robert Littel emprunte également au registre romantique dans le déroulement de l’intrigue [mais quelle révolution ne comporte pas de passions romantiques ?], le background historique est heureusement bien mieux documenté. On peut aussi regretter qu’aucune bibliographie ne soit pour l’heure soumise à l’analyse des lecteurs de cette BD.

1Jean-Pierre Gibrat, Mattéo. Deuxième époque (1917-1918), Paris, Futuropolis, 2010.

2Armand Malherbe, Vincent Perriot, Taïga rouge, tome 1, Marcinelle (Belgique), Dupuis, 2008, histoire dans laquelle apparaît le baron Ungern von Ungern (le « Baron fou »).

3Voir la critique du premier tome sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

4Sur cette BD, voir mon article « La Grande pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 », à paraître dans Dissidences volume 16.

5Voir la chronique de ces albums, à paraître prochainement sur notre blog.

6On pourrait également citer d’autres détails secondaires erronés, ainsi du peintre Boris Koustodiev, chez qui Joseph et Volodia se rendent ensemble, mais qui est censé à l’époque être paraplégique, alors qu’il marche ici sur ses deux jambes sans aucune difficulté…

7Roman Brackman, Staline agent du tsar, Paris, L’Archipel, 2003. Un autre historien anglo-saxon, Simon Sebag Montefiore, que l’on ne peut guère soupçonner de complaisance envers le bolchevisme, a émis des doutes sévères sur cette thèse, qui plaît par contre au romancier Romain Slocombe (Avis à mon exécuteur, Laffont, 2014, p. 222-226, compte rendu à paraître prochainement sur ce blog).

8 On pourrait également citer l’opposition entre un Kornilov refusant le pillage des villages traversés, et un Sakhaline (général bolchevique) n’hésitant pas à bombarder les civils de ces mêmes villages (p. 51).

9Voir la chronique de ce roman, à paraître prochainement sur notre blog.

Coline Picaud, De l’autre côté, Grenoble, Le monde à l’envers, 2015, 252 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans ce nouvel opus, Coline Picaud poursuit, prolonge et amplifie le projet qu’elle avait initié avec sa précédente bande dessiné, Disgrazia !1 Alors que cette dernière portait sur l’immigration italienne, cette fois-ci Coline Picaud se penche sur l’immigration maghrébine, toujours dans sa ville natale de Grenoble. Sa méthode, oscillant entre le journalisme de terrain et l’ethnographie, consiste à rencontrer des acteurs de cette immigration, de leur donner largement la parole et d’illustrer leur propos. Au cœur de son travail : l’histoire. En effet, son ambition est de rendre compte du processus migratoire dans sa ville depuis l’après Seconde Guerre mondiale. Pour cela, elle a rencontré, longuement, tout d’abord de vieux Algériens, puis des Marocains et des Tunisiens Leur récit plonge dans la France coloniale puisque l’ère de l’indépendance n’avait pas encore sonné au moment où ils sont arrivés dans l’hexagone. Comme dans de nombreuses villes, les immigrés se fixent dans un quartier spécifique de Grenoble, quartier populaire et dégradé. Le lecteur découvre la réalité d’une vie aliénée, faite d’exploitation au travail, de conditions de vie urbaines difficiles, de racisme et de rejet latent de la part des populations locales. Les années passant, une vie familiale et communautaire s’organise, entrecoupée de luttes comme celle des foyers Sonacotra dans les années 1970. Puis le quartier est en prise avec la rénovation urbaine qui vient déstructurer l’environnement de travailleurs désormais vieillis et retraités.

Un second chapitre est centré sur le témoignage de Zahra, une jeune fille franco-marocaine qui a livré ses impressions et sentiments en échange de cours d’alphabétisation. Cette partie est très intéressante car elle donne largement la parole à l’expérience d’une femme pour qui les difficultés sont plus marquées encore que pour les hommes, leurs maris. L’histoire des conditions de passage du permis de conduire par Zahra est particulièrement éloquente. Enfin la dernière partie offre une perspective actuelle, à partir des témoignages variés de Maghrébins arrivés récemment dans l’hexagone. Cette nouvelle génération de migrants grenoblois se compose d’étudiants, de travailleurs précaires (parfois sans-papiers) ou de réfugiés politiques. Leur histoire est très loin d’être une « success story », certains se faisant renvoyer (le cas de Sousou), d’autres réussissant après bien des épreuves à obtenir des papiers.

Ces récits de vie, kaléidoscopiques, offrent au lecteur une riche et vivante perspective de l’expérience d’immigration, valable bien au-delà du territoire grenoblois et constituent un sévère réquisitoire contre toutes les volontés dominantes de restreindre les possibilités migratoires. De ce point de vue, De l’autre côté de Coline Picaud apparaît comme un plaidoyer pour combattre les préjugés sur les migrations, sujet d’une actualité brûlante en cet automne 2015.

1Coline Picaud, Disgrazia !, Grenoble, Le monde à l’envers, 158 pages, 2012.

Delphine Le Lay, Marion Boé, Alexis Horellou, 100 maisons. La cité des abeilles, Paris, Éditions Delcourt, 2015, 144 pages, 15,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Un autocollant apposé sur la couverture indique le contenu de cette BD, dont les auteurs étaient déjà réunis pour Plogoff 1, publié quelques temps auparavant : « Une mobilisation populaire face à la crise du logement ». L’action se déroule à Quimper, au début des années cinquante. Comme partout en France, la question du logement est une question particulièrement cruciale : le parc immobilier est insuffisant et date souvent du début du siècle, voire de la fin du XIXe siècle. Pour les travailleurs et leur famille, les taudis et l’insalubrité sont bien trop souvent la règle générale. C’est bien entendu le cas à Quimper. S’inspirant du mouvement castor, mouvement d’autoconstruction issu des courants du catholicisme social populaire, de jeunes ménages décident de prendre leurs affaires en main. Ils fondent une association pour mettre en œuvre un ambitieux plan de construction de maisons individuelles, auto-construites. Le projet, nommé la cité des Abeilles, met trois ans à se réaliser, au prix d’efforts et d’ importantes difficultés. Se croisent ainsi dans une tentative prométhéenne des couples d’ouvriers et de petits employés, communistes pour certains, catholiques pour d’autres, qui mettent à profit leur loisirs et temps libre pour bâtir pierre à pierre cette cité.

Ce livre de bandes dessinées constitue un hommage à leur courage, leur ténacité et à leur combativité pour mener à bien ce projet. Le scénario est écrit par Delphine Le Lay et Marion Boé, tandis que les dessins sont d’Alexis Horellou. Le choix du noir et blanc, étant donnée la période, s’imposait naturellement. Basé sur des faits réels, ce scénario permet de bien saisir à la fois l’ambiance de l’époque, le sens de la mobilisation, ainsi que la mise en valeur de la forte solidarité qui prévalait malgré les obstacles. Chacun est libre d’apprécier le style et le tracé du dessin, mais sans doute n’est-ce pas tant pour cet aspect là que cet ouvrage mérite d’être lu, mais plutôt pour l’évocation réaliste d’une prise en charge collective des problèmes dans la construction d’un projet. Il est cependant dommage que les concepteurs de l’ouvrage n’aient pas profité de l’occasion pour prolonger un peu leur travail par une partie documentaire de présentation du mouvement castor, qui reste aujourd’hui largement méconnu, malgré quelques études de-ci de-là2.

1Lire notre compte rendu sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/4475

2Citons, outre quelques mémoires de maîtrise ou DEA, un court ouvrage de Maurice Vilandrau, L’étonnante aventure des Castors. L’autoconstruction dans les années 50, Paris, L’Harmattan, 2002 et une BD reportage de Didier Teste, Nicolas Rouhaud et Laurent Lefeuvre (dessinateur) sur le quartier des Castors à Rennes, en ligne sur http://metropole.rennes.fr/actualites/education-vie-sociale-sante/vie-sociale/l-epopee-des-castors-rennais-en-bd/

Eddy Vaccaro, Maximien Le Roy, Anne-Claire Jouvray, Espana la Vida, Paris, Casterman, 2013, 119 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son titre et la couverture l’indiquent, le thème de cette bande dessinée est la guerre d’Espagne. L’histoire commence à Paris, en 1937, par les exécrables relations que Léo, jeune étudiant de bonne famille mais anarchiste, entretient avec sa mère. Ne se trouvant guère plus à l’aise avec sa fiancée, Louise, il décide, finalement, de rejoindre l’Espagne après la lecture d’ un document sur la colonne Durutti, que Victor Serge, venu faire une conférence à Paris, lui confie. Le voyage jusqu’en Espagne est tout sauf une partie de plaisir, en particulier pour franchir la frontière. Finalement, il parvient à rejoindre le groupe Durutti à Bulajaraloz. Il est témoin des premiers combats et de la politique antireligieuse menée par les anarchistes, présentée par les auteurs comme opposée aux aspirations des paysans. Puis, c’est le départ pour le front, et la guerre, la vraie, contre les troupes marocaines de Franco, les fameux Maures. Accidentellement blessé, tandis que sa compagnie compte plusieurs morts après de sévères affrontements, il est temporairement éloigné du front. Remis sur pied, il participe finalement à la dernière grande bataille, celle de l’Ebre, échec supplémentaire de l’armée républicaine. La décision du gouvernement républicain de faire partir les Brigades internationales et les volontaires étrangers le contraint à revenir en France, quelques semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Léo décide alors de reprendre le chemin de l’exil, pour l’Angleterre, pour y poursuivre son combat contre les fascistes, combat qu’il avait entamé en Espagne. Si l’on peut discuter l’influence de l’appel du 18 juin du général de Gaulle sur sa décision de rendre en Angleterre, la partie du récit portant sur la guerre en Espagne est parfaitement contextualisée (la non-intervention, l’armement soviétique, la fermeture des frontières, etc.). A la fiabilité documentaire du récit s’ajoute un réel plaisir de lecture. Le dessin est soigné, le trait, le jeu sur les cadrages ou l’usage de la couleur sont parfaitement maîtrisés. Si l’on y ajoute un scénario subtil, faisant intervenir les relations de Léo à son père, on obtient une bande dessinée d’excellente facture où le plaisir des yeux rejoint celui du texte.

Loïc Locatelli Kournwsky, Maximilien Le Roy, Ni Dieu, ni Maître. Auguste Blanqui, l’Enfermé, Paris, Casterman, 2014, 208 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette bande dessinée historique s’ouvre par une scène assez méconnue de la Commune de Paris. Tandis qu’on se bat dans les rues de la capitale, une délégation est reçue par Adolphe Thiers pour lui proposer la libération d’Auguste Blanqui contre celle des otages détenus par la Commune. Refus logique de Thiers : il ne souhaite évidemment pas donner à la Commune un dirigeant tel que Blanqui. C’est dire l’importance que le gouvernement de Versailles accorde à la figure de celui-ci. Si nombre des textes de Blanqui sont disponibles grâce à des rééditions constantes, son influence sur certains militants contemporains attestée1, en revanche sa vie demeure généralement mal connue. Il existe bien entendu des biographies, déjà bien anciennes néanmoins2, mais cela n’invalide en rien une présentation des principales étapes de sa vie sous forme de bande dessinée. Auguste Blanqui a passé l’essentiel de sa vie emprisonné, assigné à résidence ou en exil, soit au total 43 années sur les 75 qu’il vécut, d’où son surnom de l’Enfermé. Le prétexte à cette narration est la venue d’un journaliste venu enquêter sur Blanqui alors qu’il est emprisonné. L’interview initiale se transforme alors en récit autobiographique. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir aussi bien les aspects politiques de la réflexion développée par ce révolutionnaire, que ses actes ou des éléments de sa vie privée, le tout occupant plus de 200 pages. Le dessin est volontiers naïf et peu élaboré, entremêlant sépia de la mémoire et couleur pour le récit en cours. On notera d’ailleurs qu’aucune indication n’est fournie (sauf erreur) sur la responsabilité de chacun des contributeurs quand au scénario ou au dessin. Ce livre se présente bien comme une œuvre collective.

Le récit se conclut de fort belle manière. A peine libéré, Auguste Blanqui publie un nouveau journal, dont le mot d’ordre est promis à un bel avenir : « Ni Dieu, ni Maître ». Si tout le monde connaît ce slogan, ceux qui liront cette bande dessinée sauront qu’il en est l’auteur.

1Parmi d’autres, citons Daniel Bensaïd qui a écrit de belles pages dans son ouvrage, Une radicalité joyeusement mélancolique, Paris, Textuel, 2010.

2Maurice Dommanget, Blanqui, Paris, EDI, 1970, pour une version ramassée ; Samuel Bernstein, Auguste Blanqui, Paris, François Maspero, 1970, pour une version plus étoffée.

Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013, 130 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette belle BD relate l’histoire de la catastrophe de Courrières, en 1906. Le 10 mars de cette année-là, à 6 h 30, avait lieu la plus grande tragédie minière de tous les temps : 1 099 mineurs perdent la vie. Parmi eux, on compte 242 enfants. Dans un magnifique noir et blanc teinté sépia, ce livre relate les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette catastrophe. L’explosion dans la mine n’avait rien de naturelle, mais était le fruit du manque d’investissement dans les infrastructures et les mesures de sécurité pour les ouvriers. Cette catastrophe provoque une grève, à la suite des obsèques des mineurs morts. Le mouvement s’étend dans les cités minières à proximité de Courrières. La grève scinde en deux le camp des ouvriers, entre le vieux syndicat (dirigé par Emile Basly), un des plus anciens de la jeune CGT, très puissant mais parfaitement modéré et le courant syndicaliste révolutionnaire emmené par Benoît Broutchoux, nettement plus radical1. Confronté à la durée de la grève, à sa radicalité, Georges Clemenceau, ministre de l’Intérieur, fait appel à la troupe. Dans L’Humanité, Jean Jaurès prend la défense des mineurs. Alors que la grève se poursuit aussi dans les débats au Parlement, un fait inouï se produit : treize mineurs qui avaient été comptés parmi les victimes ressortent du puits après 19 jours, preuve éclatante que la compagnie n’a pas non plus fait tous les efforts pour retrouver les survivants. Le ton monte encore un peu plus entre les grévistes ulcérés par ces nouvelles et les non-grévistes. Des affrontements ont lieu sur le carreau de la mine, des militaires sont attaqués. Georges Clemenceau hausse le ton et fait intervenir 25 000 soldats qui envahissent littéralement le Nord-Pas-de Calais. La grève est finalement vaincue et quelques mois plus tard, le tribunal de Béthune prononce un non-lieu contre la compagnie minière, dégagée de toute responsabilité pour cet accident. C’est cette histoire tragique que raconte cet ouvrage. Une partie documentaire complète la bande dessinée. Y est notamment reproduit un éditorial « Justice ! » de Jaurès, du 11 mars 1906, monument de l’art journalistique. Des références bibliographiques et cinématographiques permettent de prolonger la connaissance de ce passé. Sang noir, bande dessinée historique, est une réussite de part en part, à verser au dossier des luttes ouvrières.

1Sur le personnage de Benoît Broutchoux, il existe une bande dessinée, dans le style des Pieds nickelés de Forton, de Phil Casoar et Stéphane Callens, Les aventures épatantes et véridiques de Benoît Broutchoux, Paris, Le Dernier terrain vague, 1979.

Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, 96 pages, 17,95 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Sur la tristement célèbre Affiche rouge que les nazis apposent sur les murs de Paris pour dénoncer le caractère étranger de l’« armée du crime » – puisque c’est ainsi qu’ils qualifient la résistance communiste organisée par les FTP-MOI [Francs-tireurs partisans-Main d’œuvre immigrée] – Marcel Rayman figure juste au dessus, à gauche, du chef du groupe, Missak Manouchian. La photo du résistant est affublée d’une cartouche indiquant : « Rayman, juif polonais, 13 attentats ». Cette bande dessinée se propose d’évoquer la figure d’un de ces étrangers magnifié dans de fameuses Strophes pour se souvenir, celles du poème d’Aragon (1955) plus couramment appelé L’Affiche rouge, mis en musique par Léo Ferré (1959) puis Catherine Sauvage, Monique Morelli, Leni Escudero et plus récemment Bernard Lavilliers.

La famille de Pierre Rayman, d’origine polonaise, émigre en France pour fuir les conditions de vie faites aux juifs, pensant trouver dans la France le pays des droits de l’homme. Pourtant, ce sont bien les autorités dudit pays qui déportent le père à Drancy, avant la déportation et la mort à Auschwitz, sort que subissent également Anna Rayman, sa mère ainsi que Joseph, Hélène et Régine Peltin, oncle et tante de Marcel Rayman. Seul son frère, Simon Rayman, déporté à Buchenwald, survivra à la guerre. Celui-ci n’avait pas attendu le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique en juillet 1941 pour distribuer de la propagande antifasciste. Car ce qui anime les frères Rayman, c’est tout autant la défense de la terre des droits de l’homme et de 1789 que la lutte contre le capitalisme dans sa version nazie. Après avoir pris contact avec la résistance communiste, Marcel plonge dans la clandestinité et la lutte armée : sabotages, attentats, exécution de traîtres ou d’officiers allemands (dont le général SS Julius Ritter, le responsable du Service du travail obligatoire (STO), etc. Dans son combat, il est trahi par une amie d’enfance, qui livre la totalité du réseau à la police française. Avec ses camarades, ceux qui figurent sur l’Affiche rouge, il est torturé puis fusillé. Marcel Rayman avait vingt ans. Parmi ses 24 camarades fusillés en même temps que lui, on compte trois Français. Ils ne figureront pas sur l’Affiche, afin de renforcer l’effet propagandiste sur un « complot international judéo-bolchevique » voulu par les forces nazies d’occupation.

Très bien documentée et de bonne facture graphique cette bande dessinée s’inscrit dans la longue liste des adaptations, films (L’Affiche rouge de Frank Cassenti, 1976, où M. Rayman est interprété par Pierre Clémenti, L’Armée du crime de Robert Guédigian, 2009, Robinson Stevenin jouant M. Rayman) ou romans (dont les récents Le tombeau de Tommy, de Raymond Blottière, centré lui sur Thomas Elek et Missak, de Didier Daeninckx, tous deux de 2009) qui racontent, chacun à leur manière, cette épopée résistante et anti-fasciste, dont la mémoire et l’histoire restent (et doivent rester) vivaces.

Laurent Galandon, Damien Vidal, Lip, des héros ordinaires, Paris, Dargaud, 2014, 168 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Le conflit sans doute le plus popularisé de France (et bien au-delà) a fait l’objet de la publication de multiples livres, films (le dernier en date est celui de Rouaud, LIP. L’imagination au pouvoir. Disponible en DVD) ou téléfilms, d’une pièce de théâtre (Les yeux rouges), émissions radiophoniques… A l’ exception de Piotr et Wiaz (Les hors la loi de Palente, 1974), personne n’avait encore eu l’idée d’en proposer une adaptation en bande dessinée. C’est désormais chose faite avec cet ouvrage, préfacé par Jean-Luc Mélenchon1. Le récit de Galandon et Vidal se fait pédagogique, pour rappeler l’histoire de cette fantastique mobilisation durant plus d’une année. Les grandes étapes de cette lutte exemplaire sont évoquées ici, par le biais du destin singulier d’une jeune ouvrière de chez Lip. Cette dernière, Solange, est une OS (ouvrière spécialisée) de l’horlogerie, en couple avec un compagnon peu engagé, ni même progressiste. Le déroulement du conflit fait éclater ce couple mal assorti et lui fait découvrir, par le biais d’un journaliste venu couvrir le mouvement, une autre possibilité de réaliser sa vie. C’est autour de ces faits, purement fictifs, que viennent se greffer les éléments traités de manière quasi documentaire. Ce scénario permet à la fois d’évoquer, clairement et avec concision, pour les plus jeunes générations le déroulement d’une importante riposte ouvrière au développement du chômage de masse, en même temps que de ne pas limiter l’enjeu du conflit au strict terrain économique. Par l’évolution par strates successives de l’héroïne, de son implication dans le mouvement collectif, c’est en fait aussi l’histoire d’une libération de son statut de femme qui est en jeu. De ce point de vue, le scénario se révèle assez subtil et convaincant, de même que le traitement du récit en noir et blanc, qui s’imposait naturellement. L’option prise par les dessinateurs est tout à fait conforme au temps de l’histoire. Néanmoins, la dimension proprement bande dessinée n’est pas ce qui séduit dès l’abord. Donc, ce n’est sans doute pas par le caractère du trait que ce livre entrera dans la postérité, mais pour la fidélité à l’esprit d’un conflit atypique et pour son caractère mémoriel2.

1 A l’époque, Jean Luc Mélenchon était militant d’une organisation trotskyste (OCI) qui dénonçait violemment un mouvement animé par des « papistes ». Il affirme se reconnaître aujourd’hui dans ce combat. Captation d’héritage ?

2Cette bande dessinée se prolonge par un texte de Claude Neuschwander (PDG de Lip de 1974 à 1976, avant le second dépôt de bilan de l’entreprise) et quelques photos, peu connues. 

Laurent Maffre, Monique Hervo, Demain, demain. Nanterre. Bidonville de la folie, 1962-1966, Paris, Actes Sud BD/Arte éditions, 2012, 160 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce récit s’inspire largement du séjour qu’effectua Monique Hervo de 1956 à 1971 (date à laquelle le lieu fut rasé) dans le bidonville de Nanterre. Ce témoignage fut publié dans deux ouvrages, Bidonvilles : l’enlisement, La Découverte, 1971 et Chroniques du bidonville : Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962, Seuil, 2001, dont on peut lire des extraits et des photographies dans un ajout à la fin du livre, permettant de visualiser ce que le dessin ne fait qu’esquisser. Le bidonville de Nanterre fut un des hauts lieux de la guerre d’Algérie en France, la lutte pour son contrôle entre les deux organisations nationalistes rivales, le Mouvement national algérien (MNA) de Messali Hadj1 et le Front de libération nationale (FLN) produisant des affrontements sanglants. Il témoigne par son existence même des conditions dans lesquelles le colonisateur envisageait dans la métropole l’accueil des populations ouvrières, poussée à l’exil et à l’immigration par les conditions de vie en Algérie. Certes, tous les travailleurs algériens n’ont pas transité par le bidonville, mais (très, trop) nombreux furent celles et ceux qui y sont passés en région parisienne. Mais l’histoire racontée ici se déroule juste après les dernières semaines du conflit, puisqu’elle commence le 1er octobre 1962 (la guerre finissant officiellement en juillet), par l’arrivée de la femme et des enfants de Kader, travailleur célibataire jusqu’alors et résident du bidonville. C’est donc à travers la vision de cette femme et de ses enfants que le récit est porté. Bien que l’on puisse regretter que le graphisme soit un peu rudimentaire, la dimension documentaire du récit retient toute l’attention du lecteur. Aller à l’école, à travers les flaques d’eau et la boue, constitue une épreuve quotidienne pour les enfant, victimes par ailleurs d’un ostracisme bien appuyé à l’école. Se soigner quand on est malade devient un calvaire pour la mère, tandis que le père s’épuise au travail. Dans un tel contexte, tenir propre son intérieur devient la hantise de Soraya, tandis que le toit fuit à la moindre averse. Dans cet environnement malsain, humide et froid en hiver, surchauffé en été, les conditions de vie représentent chaque jour une épreuve. Et le dossier de demande d’HLM n’avance guère. Année après année, les mêmes réponses, négatives à chaque fois, se répètent. Heureusement, la famille bénéficie de la solidarité de son voisinage, ainsi que des quelques contacts que le père a noué au travail. Finalement, les demandes finissent par aboutir, au bout de quatre très longues et épuisantes années. Si l’histoire s’arrête là pour la famille de Kader, elle se poursuit jusqu’en juillet 1971 pour d’autres familles algériennes. Ce n’est qu’à cette date que le bidonville est définitivement rasé.

De ce point de vue, cette émouvante bande dessinée constitue un solide et salutaire rappel des conditions déplorables d’accueil que la République française a réservé à celles et ceux qui ont été obligés d’émigrer dans l’espoir d’une vie meilleur. Un web-documentaire accompagne ce livre : wwww.bidonville-nanterre.arte.tv.fr. , pour les lecteurs qui souhaitent prolonger leur découverte de ce passé pas si lointain que cela.

1Lire Benjamin Stora, Messali Hadj (1898-1974), Paris, Hachette, 2004.

Eloi Valat, La semaine sanglante de la Commune de Paris, Paris, Bleu autour, 2013, 158 pages, 28 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Eloi Valat est l’auteur d’un triptyque, le Journal de la Commune de Paris, L’enterrement de Jules Vallès et La Semaine sanglante de la Commune de Paris, ce dernier album constituant, hélas, le seul ouvrage que nous ayons pu consulter. Difficile de trancher la catégorie dans laquelle ranger cet ouvrage magnifique et singulier qui hésite entre le beau livre illustré et la bande dessinée. A partir d’extraits de textes de l’époque, essentiellement issus de la plume de Jules Vallès, mais aussi de Lissagaray ou, tout simplement de lettres de mouchards, de rapports de police, d’ordres de la Commune, etc., bref un matériau historique disparate et parfois bouleversant, l’auteur propose, en contrepoint, une illustration. Eloi Valat conjugue les qualités de dessinateur et de peintre, capacités qu’il met à profit pour fournir des images d’une rare intensité tout au long du récit. Parfois l’illustration, richement colorée fait face, à droite ou à gauche du texte, parfois, elle occupe une ou deux doubles pages. Autant dire que l’effet est saisissant. La sidération saisit ainsi le lecteur quand, après avoir lu un récit sur les affrontements sur les barricades (p. 44) et que tournant la page, il découvre soudain, en gros plan le soldat fauché par la balle. Toute chose étant égale par ailleurs, le dessin permet le même rendu que la fameuse photo de Capa d’un milicien se faisant tuer sur le front de Madrid. A l’appel des communards aux soldats versaillais (p. 58), répond un dessin d’un brave homme, muni d’un bandeau Bleu Blanc Rouge, qui évoque irrésistiblement le trait de Georg Grosz quand il caricature les bons bourgeois allemands. La mort de Dombrowski (général de la Commune) est évoquée par les sept balles qui atteignent son cheval, créant un effet de réel absolument bouleversant. Ainsi en va-t-il également pour le dessin de la danse macabre des fusillés, suite aux lettres de dénonciation anonymes, (p. 86 et suivantes) qui soulèvent le cœur.

On le voit, l’usage du texte, de facture très variée, joue un rôle aussi important que l’iconographie, accompagne, exemplifie, amplifie. D’ailleurs, avant de sombrer dans la bassesse des courriers anonymes, le dernier texte mobilisé est celui de la déclaration du Maréchal Mac-Mahon, duc de Magenta du 28 mai 1871, pour annoncer que l’ordre règne à Paris : « L’armée de la France est venue vous sauver. Paris est délivré. Nos soldats ont enlevé, à quatre heures, les dernières positions occupées par les insurgés. Aujourd’hui, la lutte est terminée : l’ordre, le travail et la sécurité vont renaître ». Ce livre, par sa composition autant que par ses illustrations, rend compte de manière très sensible de la dimension du combat, de la mort et de la défaite de ceux qui ont instauré la première République ouvrière de l’humanité. A cette grande œuvre correspond un livre qui ne l’est pas moins. Il ne reste plus au lecteur qu’à compléter cette superbe lecture par la découverte des deux autres composantes de la trilogie.

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (coloriste), La Guerre des amants. 2 – Bleu Bauhaus, Genoble, Glénat, collection « Grafica », 2014, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après Rouge révolution1, Bleu Bauhaus suit le couple formé de la russe Natalia et de l’étatsunien Walter en Allemagne. A l’invitation de Walter Gropius, Kandisky a en effet proposé ses deux élèves pour intégrer l’école nouvelle du Bauhaus, à Weimar. Tous deux poursuivent leur relation passionnée et houleuse, suivant les cours de certains des maîtres de l’école, Johannes Itten, puis Laszlo Moholy-Nagy. Très didactique, Bleu Bauhaus permet au lecteur de découvrir la nature de cette école aux pédagogies particulières, ainsi que certaines des tendances et des créations de cette avant-garde artistique, en particulier celles concernant ce qu’on appelle aujourd’hui le design, ainsi que l’architecture (la maison témoin de Georg Muche, qui sert d’ailleurs d’écrin à l’amour charnel de Natalia et Walter). On y assiste également à l’évolution du Bauhaus, qui mute d’une démarche souhaitant renouer avec l’artisanat d’antan, à la manière des Arts and Crafts de William Morris, à un partenariat étroit avec les industriels, que d’aucuns pourraient qualifier de récupération par le système capitaliste (les planches des pages 32 et 33 sont éminemment représentatives de cette transformation). Un cahier rédigé par Lionel Richard, historien spécialiste de l’Allemagne, proposé en annexe, approfondit la découverte à travers un exposé synthétique sur le sujet.

Walter et Natalia sont ici, plus que jamais, les incarnations de deux évolutions divergentes, voire antinomiques, des révolutionnaires, voire de la modernité elle-même, symbolisées par l’opposition chromatique entre le bleu et le rouge : Walter, habité par le doute, a en effet tendance à se réfugier dans des tendances individualistes, à la limite du sectarisme, faisant siennes les velléités contemplatives, végétariennes et teintées de spiritualité orientale (le zoroastrisme), de Johannes Itten ; Natalia, elle, forte de ses certitudes2, se rallie à Staline – même si les enjeux ne sont pas aussi personnalisés en 1924, comme le laisse sous-entendre la page 46 –, et sa vigilance initiale à l’égard de la menace fasciste va de pair avec un dogmatisme croissant. Il est ainsi logique, bien que tragique (les quatre dernières pages de l’album sont certainement les plus émouvantes), d’assister à la séparation des deux amants, chacun retournant dans son pays au moment où le Bauhaus se voit contraint de déménager de Weimar à Dessau, huit ans avant que l’Allemagne ne bascule pour de bon dans la dictature nazie. Au-delà de nombreuses allusions à d’autres éléments du contexte – le dadaïsme avec Théo van Doesburg en particulier, le militantisme du KPD –, Bleu Bauhaus, comme Rouge révolution, du reste, souffre du caractère superficiel des idées et des événements politiques tels qu’ils sont présentés ici3, clairement sous-employés comparativement au domaine artistique.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847.

2« Pour moi l’art est politique, ce n’est qu’un moyen de la lutte des classes ! » (p. 18).

3On est souvent dans le domaine de l’implicite comme pour cette manifestation de mutilés de guerre au début du volume, ou l’affrontement entre communistes et nazis page 41. Une des dernières formules utilisées par Walter dans sa lettre mort-né à Natalia se rapproche toutefois furieusement de celle de Trotsky, parlant d’Hitler et de Staline comme des « étoiles jumelles » (p. 48).