Archives de catégorie : Iconographie politique

Xavier Vigna, Les Ouvriers. Dans la France des usines et des ateliers, Paris, Éditions Les Arènes, collection « L’histoire entre nos mains », 2014, 110 pages, 34,80 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un très bon livre de référence sur les ouvriers, en 20121, l’historien Xavier Vigna verse plus dans le récréatif avec cet ouvrage, sans que le sérieux du propos en pâtisse. En effet, cet ouvrage s’inscrit comme un nouvel opus dans une collection, « L’histoire entre nos mains »2, qui se propose de présenter des « livres-objets ». Le principe est simple : sur une double page est présenté un thème (exemple : Patrons tout puissants). Ce thème est accompagné d’un court texte de présentation. A ce texte s’ajoutent des extraits de documents variés, le confiteor récité par les ouvriers lors de la grève du 1er juin 1899 au Creusot, une notice sur le paternalisme, un extrait de discours de Jean-Baptiste Dumay, tourneur au Creusot, puis syndicaliste, ou encore la reproduction du discours lors de l’inauguration de l’Hôtel-Dieu. Ces courts documents sont agrémenté de nombreuses illustrations (ici, toujours pour les deux pages, 10-11, consacrées aux patrons, le lecteur découvre des photographies, par exemple d’Édouard Michelin au milieu de son personnel), des dessins (Eugène Schneider), la reproduction d’une carte postale, d’une publicité pour les articles de cuisine de Japy frères ou encore la reproduction d’un timbre sur le Creusot. Certains documents sont en noir et blanc, d’autres en couleur. A cela s’ajoute un document-objet supplémentaire, encarté entre les deux pages, sous la forme, ici, d’un plan des usines Schneider du Creusot, avec des photographies extraites de l’Économie sociale, valorisant les œuvres sociales de la famille Schneider. Les deux pages suivantes, consacrées au pays des corons, sont construites sur le même principe. Ici, le document supplémentaire, est une reproduction d’un manuscrit « Salut au mineur de 1909 » et un autre « Vieux corons », publiés en revue à l’époque.

Le livre, excellemment illustré donc, pourvu de textes de bonne qualité, permet d’éclairer les différentes facettes de la vie ouvrière du XIXe siècle à nos jours. Défilent ainsi l’évocation de Mai 68, du conflit Lip, des ouvriers de l’aviation, la vie de banlieue, le taylorisme, la maison du peuple, les ouvriers chrétiens, l’été 36 etc. A cette partie dominée par l’iconographie s’ajoute une partie « Textes et documents », composée d’extraits de documents d’une large palette. Sont ainsi évoqués les usines et ateliers, la place de la lecture et de l’écriture dans la lutte émancipatrice, les cultures d’ateliers, la représentation des ouvriers par les employeurs, le monde singulier des docks, la place des femmes au travail, l’heure du déjeuner, les conflits. Une très instructive bibliographie mêlant témoignages, œuvres littéraires, récits militants, travaux scientifiques, mais aussi films et documentaires (un regret :quid du théâtre ?) conclut ce volume méritant de figurer dans toutes les bibliothèques pour sa qualité et son érudition.

1Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, 2012, compte rendu sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/248

2On trouvera un compte rendu de La France rouge. Un siècle d’histoire dans les archives du PCF (1871-1989), publié dans cette collection, dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1924

Collectif Le seau et la colle, Le PSU s’affiche. Trente ans d’affiches politiques, Paris, Bruno Leprince, collection « Cahiers de l’ITS », 2013, 95 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Préfacé par Michelle Perrot, ce petit (mais néanmoins attrayant) livre offre un regard nostalgique sur un bel ensemble d’affiches éditées par feu le PSU entre 1962 (lutte contre l’OAS, la première reproduction) et 1982, l’ultime. A raison de 3 ou 4 reproductions par page, parfois moins, ce sont plus d’une centaine d’affiches de ce parti qui sont ainsi présentée. En conclusion, des notices sur les graphistes (pour ceux qui ont été identifiés) ayant contribué à l’image du PSU sur les murs. Chacune de ces affiches est datée, ce qui permet de percevoir assez exactement l’évolution du style et du graphisme. Le PSU se présente, en 1970 (p. 20) comme une force jeune et révolutionnaire, qui lutte « dans ton quartier, ton entreprise, ton école, ta caserne » (1976, p. 21). Bien sûr, la thématique de l’autogestion revient de manière récurrente, autogestion régulièrement accompagnée de l’adjectif socialiste, tant le PSU se présente comme « une gauche différentes, pour vivre, produire, travailler autrement, vers une société autogérée » (1977, p. 24). Les ouvriers (ou au moins les travailleurs) sont régulièrement présents dans l’iconographie, sous forme stylisée ou sous la forme d’individus au travail. Mais d’autres thématiques sont également présentes : la question de la ville et de l’écologie (« Le profit tue la vie, changeons la ville », 1976, p. 35) à partir de la fin des années 70 ; la question féministe (« Avortement. Contraception libres et remboursés », 1971, p. 51 ; la solidarité internationale (« Victoire pour le peuple vietnamien », 1971, p. 79) ou envers les immigrés (« Égalité des droits pour les travailleurs immigrés », 1980, p. 57). Les campagnes électorales figurent également dans cette communication : « Pour une majorité de gauche avec P. Mendès France, votez PSU », 1967 (p. 62) ou « Michel Rocard, candidat du socialisme », 1969 (p. 64). Ces affiches présentent des styles très différents, depuis le simple slogan sur fond de couleur, jusqu’à des bandes dessinées (1978, p. 66), utilisant le dessin, la photo, le symbole.

Il est clair, pour ses concepteurs, que ce livre possède avant tout une valeur mémorielle : faire que la communication de leur parti, aujourd’hui transmué dans Les Alternatifs, soit accessible au plus grand nombre, en particulier aux jeunes générations. De ce point de vue, l’édition est plutôt réussie puisqu’à travers les reproductions, c’est tout le climat d’une époque, de ses luttes (Lip, les luttes des soldats, du Chili, de la lutte contre l’extrême droite, déjà (1985, p. 60, « Extrême droite, danger », avec un nazillon le bras tendu) qui remontent le cours du temps. Comme l’écrit Michelle Perrot en introduction, « Ce recueil témoigne d’un temps révolu, le temps où les murs parlaient ». Cet ouvrage vient utilement compléter l’album photographique Archives d’espoir. 20 ans de PSU. 1960-1980, Syros 1980.

Pierre Borhan, La volonté de bonheur. Témoignages photographiques du Front populaire, 1934-1938, Paris, Hazan, 2013, 24,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Les photos d’une vingtaine de photographes, dont quelques célébrités, rassemblées dans cet ouvrage proviennent d’une exposition présentée au Pavillon populaire, espace d’art photographique de Montpellier, de mars à juin 2013. Pierre Borhan, commissaire de l’exposition signe une intéressante présentation, « S’unir, lutter, être plus, vivre mieux » qui resitue l’enjeu du Front populaire et le rôle des photographes dans la construction de son image, de sa pérennité. Si certaines de ces photos, toutes en noir et blanc, sont connues, en particulier celles signées de photographes de renom à l’instar de Willy Ronis, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, pour ne donner qu’un aperçu, d’autres, en particulier d’auteurs anonymes, sont tout à fait originales. L’ouvrage est également parsemé de Une de journaux, Vu, Regards le grand hebdomadaire illustré du Parti Communiste, mais aussi L’Humanité, incontournable, Le Populaires, organe de la SFIO ou encore Le Petit parisien, de quelques affiches ou de reproduction de quelques archives, ainsi la brochure programme éditée par le Comité du Rassemblement populaire à l’occasion du serment prononcé le 14 juillet 1935. Quelques cartouches, de couleur rouge, permettent également d’offrir des éléments de contextualisation aux œuvres reproduites. Si la geste gréviste se situe au cœur du propos, avec là encore de belles découvertes et surprises en matière de photographies, d’anonymes en particulier, d’autres chapitres sont consacrés avec brio à des aspects moins attendus. Bien sûr la conquête des congrès payés donne droit à un bel ensemble de photographies, mêlant photographes célèbres immortalisant les joies du camping ou pique-nique au bord de la Marne, mais aussi des photographies de jeunes en Auberge de jeunesse de Pierre Jamet. Une sélection de quelques œuvres de ce formidable photographe, méconnu, laisse transparaître le formidable élan que furent ces centres de vacances pour une partie de la jeunesse populaire. Des chapitres sont consacrés également à la chanson (hélas, trop cursif et résumé à Charles Trenet), aux écrivains ou aux artistes (Picasso, le cinéma de Jean Renoir ou encore l’exposition internationale des Arts et techniques de 1937) de la période du Front populaire. De ce mélange entre photographes consacrés, moins connus ou encore anonymes, on retiendra que la qualité des photos de ces derniers ne souffre pas de la comparaison avec les premiers, faisant de ce recueil un bel ouvrage, un vibrant et vivant hommage au moment Front populaire. Un objet d’histoire et de mémoire à mettre entre toutes les mains.