Archives de catégorie : Sciences politiques

Hazem el Moukaddem, Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000, Marseille, éditions Al Dante, collection « Documents », 2013, 375 pages, 17 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Cet ouvrage de Hazem el Moukaddem, issu d’un Master en sociologie1 à Marseille, se construit autour d’une chronologie commentée, avec un ensemble fourni de documents (principalement des années 1970 et 1980), sur les groupes révolutionnaires armés français. Hazem el Moukaddem ambitionne de poursuivre ses recherches en vue de l’écriture d’une thèse.

Les sept chapitres de son développement sont précédés d’un avant-propos qui expose les principales raisons de son travail, à savoir briser ce qu’il appelle le « tabou » (p. 10), l’« amnésie » (p. 11) ou un « silence savamment entretenu » (p. 13), sur la violence révolutionnaire et sur les mouvements de lutte armée en France. De ce déni sont coupables, selon lui, journalistes, militants, sociologues et historiens (p. 14, 21). Ce projet, louable pour un étudiant qui se destine à la recherche scientifique, de vouloir « déjouer la négation et l’oubli » (p. 20) a conduit Hazem el Moukaddem, selon ses propos, à fouiller les archives et à croiser les témoignages (p. 14). Dans un entretien en mars 2013, il précise, à propos de documents d’époque « difficile [à] trouver (…) dans les bibliothèques et autres centres de documentations (…) », qu’il se les ait finalement procuré grâce à des militants « d’autres générations, qui avait gardé des journaux et des tracts de cette époque. À défaut de m’enterrer dans des médiathèques, j’ai écumé les bibliothèques de mes amis, et des amis des amis. Puis petit à petit, je me suis rendu compte que sur internet, il existait tout un réseau de blogs militants, qui donnait à lire des tracts, journaux, communiqués, textes politiques… de ces années-là. Et puis aussi dans des livres, mais surtout en langue étrangère : allemands, italiens, anglais… »2

II – Ces sept chapitres traitent d’abord de la Gauche prolétarienne et de la Nouvelle résistance populaire (100 pages), des GARI3 (environ 30 pages), des Brigades internationales et des NAPAP4 (une quarantaine de pages), d’Action directe (130 pages), pour terminer par quelques groupes autonomes et « antifa » (pour antifascistes). La Gauche prolétarienne et Action directe, groupes les plus médiatisés, occupent le plus d’espace dans le livre. Chaque chapitre se compose d’une brève présentation, d’une chronologie et d’un ensemble de documents, tracts, extraits de brochures, entretiens dans la presse etc. Les documents reproduits sont très courts (une dizaine de lignes) ou fournis (une trentaine de pages, par exemple, pour un texte de la Gauche prolétarienne). Au fil des pages, des reproductions de comics détournés suivant le principe situationniste5, des couvertures de journaux (Tout !, La Cause du peuple, Le Cri des murs, Rebelle, etc.), des affiches …

III – Dissidences devrait se réjouir et reconnaître effectivement comme louable cette entreprise. Ne correspond-elle pas aux présupposés de l’acte de naissance de notre collectif ? Pourquoi, alors, hélas, ne le pouvons-nous pas ? Tout simplement parce que ce travail souffre d’un manque de rigueur tant dans l’usage de la méthode historique que dans le traitement de l’information. C’est d’ailleurs cet étudiant lui-même qui, se prévalant, dès les premières lignes, de son intention de briser toutes les barrières dressées contre l’accès à la connaissance des mouvements révolutionnaires armés, prête ainsi le flanc à une lecture très critique de son travail. Mais comment, déjà, prendre au sérieux un ouvrage dit « novateur », lorsque aucun bilan historiographique n’est ne serait-ce qu’esquissé ? Nous voulons bien ne pas nous attarder sur l’absence de toute référence aux travaux de notre collectif Dissidences6, mais faire l’impasse sur les recherches d’Isabelle Sommier7, qui a démontré l’attrait et la légitimité de la violence politique chez les « gauchistes » français et italiens malgré le déni de beaucoup d’entre eux, comme sur les travaux récents à propos de la violence militante8, relève de l’amateurisme. Faut-il passer également sur le maniement d’une plume plus militante que scientifique, tant dans l’avant-propos que dans les présentations des différents groupes ? Nous ne le pensons pas. L’écriture de l’histoire, surtout celle des groupes révolutionnaires, marxistes ou anarchistes, requiert une langue dégagée de toute rhétorique partisane, car elle doit être « le produit d’un acte scientifique » (Michel de Certeau9). A propos des sources (dont les références, totalement absentes, ne permettent pas de les localiser) si difficiles à trouver dans les centres d’archives, si l’on en croit l’auteur, nous voulons bien le créditer de quelques trouvailles, bien qu’elles soient difficiles à identifier par suite de cette absence de références. Par contre, deux remarques s’imposent. Concernant uniquement les organisations maoïstes, dont la Gauche prolétarienne (GP), il existe à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre, 92001) le fonds Charnomordic avec entre autres dossiers, « Le maoïsme à Lyon » et « La Gauche prolétarienne », et surtout le fonds GP, constitué de 67 cartons, inventoriés tous deux par Sarah Varon10. Le CHT (Centre d’histoire du travail) de Nantes possède également des fonds déposés par d’anciens militants de différentes organisations marxistes-léninistes. Il existe donc bel et bien des archives. De plus, certains textes reproduits dans le livre sont depuis longtemps connus, et accessibles : « De la lutte violente de partisans » est entre autres en ligne sur un site militant11, tout comme la déclaration des NAPAP du 9 juin 1977 (p. 161-170)12 ou la majorité des textes (chronologie comprise) du groupe des Hooligans internationalistes (p. 326-345)13. Pour un historien, rendre accessible un document, après avoir vérifié son authenticité, n’est que la toute première partie de son métier. Viennent ensuite l’essentiel, la critique interne, celle qui lui donne du sens. D’où vient-il ? Qui en est le – ou les – auteurs ? Comment est-il transmis ? Dans quelles conditions est-il écrit ? etc. Confronter un document à lui-même n’est pas chose aisée. Ici, aucun de ces documents n’est mis en perspective, et l’appareil de notes est réduit au minimum. Ce qui, d’ailleurs, n’empêche pas les erreurs, factuelles14 ou de terminologie15, pas plus que les analyses extravagantes, comme d’affirmer qu’en France l’influence des anarchistes illégalistes est plus ancrée dans la mémoire du mouvement ouvrier que « la culture communiste » (p. 16) ! Des chronologies détaillées, comme celle sur les GARI, paraissent utiles, bien entendu sous réserve d’une comparaison serrée – qu’il n’est pas de mise d’entreprendre ici – avec d’autres documents sur cette organisation, en particulier l’ouvrage Les GARI16. Pour terminer ce bilan non exhaustif, on notera une utilisation tout à fait saugrenue des citations (non référencées) en exergue des chapitres, de Rudi Dutschke pour les GARI, de Bartolomeo Vanzetti pour les NAPAP et de Rosa Luxemburg pour Action directe ! Les images semblent également ajoutées au petit bonheur, souvent sans rapport direct avec les documents écrits qui les entourent, comme ces comics d’inspiration situationniste (p. 24, 115, 154), mais anonymes.

IV – On l’aura aisément compris, ce Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000 n’est – pas plus que Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013 de Jacques Leclercq17 – l’ouvrage attendu permettant de progresser dans une connaissance historicisée et contextualisée des usages de la violence révolutionnaire au sein des groupes d’extrême gauche. Les efforts des petites maisons d’édition qui prennent des risques en publiant des textes d’histoire du temps présent peu « vendeurs » en termes de rentabilité ont toute notre attention, mais encore faut-il que les ouvrages soient de bonne facture. Cet ouvrage, rempli de bonne volonté, dont l’auteur a sans doute des excuses18, reste celui d’un amateur. Nous souhaitons que ces remarques critiques soient prises comme constructives, dans la perspective d’éviter des déboires et de pallier, dans l’avenir, les insuffisances des uns et des autres.

1Hazem el Moukaddem a d’abord passé un Master Management Logistique et Stratégie.

3Groupe d’action révolutionnaire internationaliste.

4Noyaux armés pour l’autonomie populaire.

5Sur cette forme particulière de propagande, on se reportera avec profit à la contribution de Emmanuel Guy, « Vu leurs pratiques, leurs théories doivent être vachement radicales » : les situationnistes et la bande-dessinée », au Séminaire « Un siècle de formes brèves de l’imprimé politique, 1880-1980 », organisé par Vincent Chambarlhac et Julien Hage, le14 février 2013, Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne, Dijon, à écouter sur http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/12_13/13_02_14.html

6Rappelons le premier volume de notre revue, Dissidences, en 2005, sur « Révolution, lutte armée et terrorisme » (L’Harmattan), la notice « Violence révolutionnaire » (Christian Beuvain, Jean-Guillaume Lanuque, Jean-Paul Salles), in Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008, p. 818-829, ainsi que l’article de Jean-Guillaume Lanuque, « Action Directe. Anatomie d’un météore politique », Dissidences (revue électronique), n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2005

7Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 253 p., son article, « L’attrait de la guerre révolutionnaire », Sociétés & Représentations, juin 1998, p. 333-350 et sa synthèse, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de la FNSP, coll. « Contester », 2008, 164 p.

8François Audigier et Pascal Girard (dir.), Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve éditions, 2011, 244 p.

9Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 2002, p. 345. [Souligné par l’auteur].

10Fonds Gauche prolétarienne, côte F delta Res. 576/1-15, BDIC, Nanterre.

14Comme sur le Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF). Outre le fait qu’il est qualifié de « parti pro état [sic] chinois », ce qui ne veut rien dire, le PCMLF, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, est dirigé dès sa fondation (30-31 décembre 1967) par Jacques Jurquet, François Marty et Raymond Casas. Son journal est bien L’Humanité nouvelle, mais L’Humanité rouge (HR) n’est pas son nouveau titre mais celui de son journal légal, à partir du 20 février 1969, alors que le PCMLF est clandestin ; L’Humanité nouvelle reste donc l’organe (clandestin) du PCMLF, jusqu’en décembre 1977. Les scissions de ce parti n’interviennent pas en 1972, mais en février 1970 (pour le groupe qui fonde Le Travailleur) et en octobre 1970 (pour les groupes qui créent Front rouge et Rennes révolutionnaire). Toutes ces erreurs se retrouvent dans une seule note, page 33. Pour une chronologie détaillée des maoïsmes en France, se reporter à http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1550

15Hazem el Moukaddem évoque aux États-Unis les « Weatherman Underground » (p. 16), ce qui est inexact. Il y a d’abord une faction radicale du syndicat d’extrême gauche étudiant SDS (Students for a Democratic Society) qui prend le nom de Weatherman pour le congrès de l’été 1969. Le tournant clandestin du groupe se décide fin décembre 1969, et devient effectif en mars 1970 : le groupe signe alors du nom de Weather Underground Organization (WUO), communément raccourci en Weather Underground. Lire Dan Berger, Weather Underground. Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain, Paris, Éditions L’Echappée, coll. « Dans le feu de l’action », 2010 (2006).

16Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. 1974. La solidarité en actes. Enlèvement du banquier Suarez…, Toulouse, Éditions CRAS, 2013.

17Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013, Paris, L’Harmattan, 2013, 316 pages. Lire notre billet critique de ce livre sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3794

18Reconnaissons que les études de management ne sont pas la formation la plus adéquate au métier d’historien.

Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires, Paris, La Fabrique, 2013, 120 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Peu de temps après avoir livré une passionnante synthèse sur la Grande Révolution (Une Histoire de la Révolution française, livre chroniqué sur ce blog), Eric Hazan se penche sur la nécessaire révolution contemporaine, d’autant plus nécessaire, selon lui, que nous serions dans une époque de mue, d’où peut sortir, à défaut du changement révolutionnaire progressiste, des gouvernements de droite extrême ou, hypothèse plus notable, une dissolution des États constitués au profit des firmes, numériques en particulier1. Pour l’heure, le « capitalisme démocratique » est en mal de légitimité, ayant bien du mal à dissimuler le vrai pouvoir, celui de l’économie : il use donc de « la peur du chaos », du « chantage à la catastrophe », agitant les épouvantails de la crise et du terrorisme pour conjurer tout assaut contre lui. Constatant par ailleurs la décrédibilisation de l’idée de révolution, emportée dans la chute du socialisme « réel » et récupérée par la publicité, Eric Hazan appelle à régénérer celle-ci. C’est ce qui l’amène à prendre ses distances avec bien des pans des idéologies révolutionnaires du passé, et à rédiger une critique implacable de l’extrême gauche actuelle, que l’on ne peut s’empêcher de trouver excessive et simpliste2.

Premières mesures révolutionnaires s’inscrit assez logiquement dans le prolongement de L’Insurrection qui vient, du Comité invisible, également publié par La Fabrique, et s’inspire à la fois de l’anarchisme et de certaines thèses « ultra gauches », dans une volonté de renouvellement qui se veut rajeunissement, voire résurrection, de l’idée de révolution. Le scénario qu’il imagine écarte donc tout rôle d’une organisation d’avant-garde, au profit d’un spontanéisme populaire ayant pour précédents l’été 1789 et Mai 68, c’est-à-dire des moments de vacance du pouvoir, Eric Hazan allant jusqu’à parler, non sans grossissement, d’« évaporation » du pouvoir. Partant d’une telle situation de vide politique, il refuse l’idée d’un gouvernement provisoire ou de l’élection d’une Constituante, perçus comme des fourriers de la réaction. Il leur préfère, dans une vision très libertaire, des assemblées d’individus souples et variables, fonction des intérêts et des envies de chacun, où le vote (public, aux yeux de tous) ne s’exercerait qu’en dernier ressort, à défaut d’un consensus idéal. Une hypothèse qui se rapproche du vœu pieu, même sans être pessimiste sur la nature humaine, ainsi que les auteurs le défendent à juste titre. Souhaitant en finir avec ce qu’il nomme le « centralisme bureaucratique », Eric Hazan privilégie l’échelle locale, avec un risque majeur, celui d’une diversité devenant source d’antagonismes, voire permettant l’apparition de communautés régressives. L’exemple de l’éducation nationale est significatif, sa critique aussi brève qu’injuste (p. 60) oubliant ce qu’elle peut apporter comme garantie d’égalité entre les enfants.

De manière plus générale, d’ailleurs, un optimisme appuyé, voire outrancier, anime l’opuscule, que ce soit dans le refus de toute période de transition, la facilité supposée à rendre les anciens dirigeants inoffensifs (via une amnistie qui ferme les yeux sur toute tentative sérieuse et probable d’offensive contre-révolutionnaire3). Sur le plan économique, terme rejeté de par son essence4, seront supprimés salariat, obligation du travail, sans imposition en lieu et place d’un revenu universel garanti : il est seulement question de transférer les revenus et les patrimoines des plus riches, mais sans en expliciter les modalités concrètes. On relève également une critique du lobby pharmaceutique, certes logique, mais également de celui de l’imagerie médicale, autant de techniques à se réapproprier de manière critique, vers des médecines possiblement plus douces. De même, face au réchauffement climatique, la principale alternative proposée tient dans une formule déjà avancée par Karl Marx en son temps, celle de la disparition de l’opposition entre (grande) ville et campagne, les exemples avancés étant ici le désormais célèbre village de Tarnac et la commune andalouse de Marinaleda5. Série d’affirmations que l’on ne peut s’empêcher de trouver péremptoires, manque d’hypothèses concrètes et détaillées, d’embranchements possibles du cours des choses, à ces diverses limites s’ajoutent l’absence de certaines problématiques, telle la question du retour actuel des religions ou la prise en compte de l’environnement politique international. Cet ouvrage est à inscrire dans le registre des tentatives actuelles de reformulation de stratégies émancipatrices, basées sur le refus (largement consensuel aujourd’hui) du bolchevisme et des principes léninistes – parti d’avant-garde, centralisation, internationalisme pratique, violence, rôle de l’État – si présents au XXe siècle. La redécouverte de secteurs hétérodoxes du communisme (comme l’ultra gauche ) se fait toutefois, ici, dans la confusion.

1 L’exemple développé est celui de la Somalie (p. 105), et en privilégiant un scénario de ce type, Eric Hazan est assez proche des analyses défendues par les éditions L’Echappée. Il en est de même avec son refus d’idéaliser Internet et ses éventuelles potentialités démocratiques, auxquelles il préfère l’authenticité des rapports et des échanges humains…

2 « On ne peut rien attendre de l’extrême gauche dont la rhétorique est depuis longtemps inaudible, la vitalité éteinte et l’idée du bonheur parfaitement sinistre. » (p. 21).

3 « Ce que doit instaurer la révolution victorieuse, c’est l’exact inverse d’une punition collective : la liberté réelle. » (p. 89).

4 Le contrôle des dominants sur les dominés, déjà sensible dans L’Economique de Xénophon, analysé d’ailleurs par le collectif Quelques ennemis du meilleur des mondes dans le récent Sortir de l’économie.

Simon Luck, Stéphanie Dechezelles (dir.), Voix de la rue ou voie des urnes. Mouvements sociaux et partis politiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Res Publica », 2011, 212 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Encadré par une introduction générale et un épilogue, dix chapitres se proposent d’explorer les liens qui existent entre les partis politiques et les mouvements sociaux. Il s’agit donc d’un ensemble, en trois parties, de mises en perspective variées qui sont proposées dans cet ouvrage. L’idée centrale qui les unit est qu’il est préférable, plutôt que d’opposer les engagements dans ces deux sphères, d’essayer de comprendre comment s’organisent les transactions entre ces deux univers. La voie des urnes ne s’oppose donc pas nécessairement à la voix de la rue, et réciproquement, comme l’indique le titre du recueil. La première partie, « Interdépendances et instrumentalisations », rassemble trois contributions assez dissemblables. La première, de Frédéric Sawicki est la plus conceptuelle, visant à présenter les enjeux des interdépendances entre partis et mouvements sociaux. Elle s’accompagne de deux textes, le premier sur la manière dont le Parti socialiste (PS) et l’Union pour un mouvement populaire (UMP) gèrent leurs relations avec les mobilisations, la seconde sur le SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) face au mouvement étudiant, relation particulièrement heurtée. La deuxième partie s’intitule « Des mouvements au parti : les transformations organisationnelles et leurs résistances ». On passe de la Pologne post -communiste (le mouvement Samoobrona) à l’Amérique du sud (le cas du Parti des travailleurs à Brasilia) et centrale (Mexique). La contribution qui retient le plus l’attention est celle de Simon Luck, consacrée au mouvement anarchiste français (en fait à la seule Fédération anarchiste). L’auteur essaie de dépasser le positionnement antiparlementaire de cette organisation, pour montrer que l’on peut tout à fait utiliser le cadre convenu et les outils d’analyse des partis politiques pour comprendre le rôle et la fonction de la FA. Malgré qu’elle s’y refuse, la FA peut s’analyser comme un parti politique, dans la mesure où cette organisation s’est institutionnalisée grâce à un long travail de définition de règles organisant son fonctionnement. Enfin, la troisième partie de l’ouvrage aborde cette question des relations entre partis et mouvement par le biais des individus et des carrières militantes. Lilian Mathieu livre l’article programmatique sur les tensions et reconversions entre ces deux univers, tandis que deux articles sont plus descriptifs. Le premier porte sur l’entrée des femmes en politique au Togo et au Bénin, le second analyse la réactivation des mobilisations syndicales dans le Chili contemporain, manière d’illustrer la vivacité toujours présente du communisme dans ce pays, après les dures années de dictature de la Junte. Si ce livre suggère de nombreuses pistes de réflexion, il aurait néanmoins gagné à être resserré dans son propos et surtout dans les exemples qu’il mobilise. C’est souvent la limite des livres collectifs, à laquelle cet ouvrage n’échappe pas.

Anne Guérin, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980), Marseille, Agone, 2013, 391 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

La photo de couverture montre quelques hommes, sur le toit d’une prison, assis ou debout, mangeant ou fumant. L’un d’eux, à l’air goguenard, fait mine de porter sur sa tête la casquette dérobée certainement à un gardien, provoquant ainsi les rires de ses compagnons. Image exceptionnelle par la force qu’elle dégage, mais plus encore par son irruption, par le simple fait de donner à voir ces hommes sortir de leur enfermement et prendre la parole. C’est au plus près de cette prise de parole, dans le prolongement de cette irruption qu’Anne Guérin a voulu écrire son livre.

1970 n’est ni une année charnière ni une date indifférente, mais elle est le marqueur d’une situation explosive et du décalage entre l’administration pénitentiaire et le reste de la société. Et elle annonce le cycle de révoltes de 1971-1974. L’auteur commence par un large panorama de ce qu’était alors la prison : le froid (le chauffage central ne sera généralisé qu’en 1978) ; les douches – pourtant obligatoires – sont au mieux hebdomadaires ; les détenus portent l’uniforme carcéral ; le travail est obligatoire (mais entre 22 et 40% ne travaillent pas), mais sans contrat ; les journaux interdits… En ce début de décennie, la population carcérale connaît des transformations sociologiques : elle se rajeunit, provient surtout de milieux populaires et la condamnation principale est le vol. Et puis, mai 68 est passé par là, même si, selon Anne Guérin, « finalement, la principale cause des révoltes carcérales des années 1970 est peut-être moins 1968 que les vingt et quelque « glorieuses » qui l’ont précédé et ont permis à la population générale d’atteindre un niveau de vie inconnu jusqu’alors, alors que celui des prisonniers n’avait guère évolué » (p. 64).

Le lecteur suit une décennie de révoltes et de réformes à travers leur traitement médiatique et policier, et autour de quelques figures de prisonniers (Agret, Bauer, Knobelspiess…) comme de politiques (Dorlhac, Pleven…). L’auteur s’attarde également sur le rôle des maos, du CAP. Journal des prisonniers (né en 1972) et du GIP, le Groupe d’information sur les prisons, né le 8 février 1971, à l’initiative de Michel Foucault, qui entendait enquêter selon sa belle formule, non pas « pour accumuler des connaissances, mais pour accroître notre intolérance et en faire une intolérance active » (p. 92). Aux mutineries – relayées par un climat de contestation politique – qui ont scandées la première moitié des années 1970, a suivi une réforme en termes de donnant-donnant d’après Anne Guérin : « il faut que les avantages accordés soient suffisamment nombreux et importants – et ils le sont, sur le papier – pour que les bénéficiaires leur sacrifient leur résistance à l’Ordre carcéral. Avantages que résume Bauer [un prisonnier, auteur de Fractures d’une vie, Paris, Agone, 2004] en évoquant ces « carottes qui transforment le prisonnier en son propre maton » » (p. 222-223). Le contournement des problèmes, l’usure d’une réforme qui ne fut que très partiellement et contradictoirement appliquée semblent caractériser une forme d’immobilisme toujours d’actualité. De manière générale d’ailleurs, l’auteur fait l’hypothèse que le principal facteur de changement de la prison est l’impulsion externe : « Quitte à forcer le trait, avançons cette hypothèse : dans un monde qui change à une vitesse vertigineuse, l’institution prison paraît ne pas changer, ou si peu. (…) Si, sur le long terme, la prison bouge, c’est par un mouvement de pendule qui, à plus ou moins brève échéance, la ramène régulièrement à son point de départ après une courte avancée vers un point d’arrivée » (p. 346).

Les prises de parole des prisonniers, à travers les courriers, articles et livres, ne sont pas représentatifs rappelle l’auteur. Ils constituent déjà le souci de témoigner, de réfléchir et de construire un lien politique avec les autres – au dedans comme au dehors de la prison – ; lien qui faisait largement défaut, dans un univers très hiérarchisé et divisé, sinon dans le bref éclat des mutineries. Ainsi, selon Anne Guérin, seuls « ont été solidaires avec constance les occupants des QHS, les « politiques » et ceux que rassemblaient un objectif, une origine, une culture communes » (p. 290). Les prisonniers représenteraient majoritairement une population marginale, qui pourrait être qualifiée de « sous-prolétariat », réfractaires à la discipline du travail en usine (p. 87). D’où, dès lors, la difficulté de créer des liens avec les organisations ouvrières (partis et syndicats), réticentes – pour ne pas dire plus – et qui renvoient les prisonniers à la figure honnie du lumpen prolétariat. Quelques photos et reproduction se trouvent au milieu du livre. Un chapitre traite des QHS – Quartiers de haute sécurité ; sorte de prison dans la prison – tandis qu’un autre aborde la question des femmes en prison. Celles-ci, sous la garde de surveillantes et de religieuses, sont doublement culpabilisées : de sortir de la légalité, d’une part, de leur rôle traditionnel de femme et de mère, d’autre part (p. 305). L’essai se clôt par un entretien avec l’avocat Henri Leclerc, qui s’étonne de l’absence de révoltes en prison ces dernières années.

On aurait aimé, pour une meilleure compréhension, que soient plus frontalement interrogés le rôle et statut des étrangers en prison, l’économie de l’institution pénitentiaire – abordée brièvement ici sous l’angle du travail des prisonniers et de la construction des prisons –, la forme particulière qu’a prise la littérature des prisons (Agret, Bauer, Knobelspiess, Livrozet, Mesrine, Lucas) – surtout questionnée par l’auteur comme source légitime et non sa dynamique – et, enfin, le positionnement des divers syndicats des surveillants de prison, tant celui-ci paraît déterminé. Cependant, ce livre constitue une somme sur la prison durant les années 1970 et jette un regard éclairant sur ses multiples aspects.

Enzo Traverso, La Fin de la modernité juive. Histoire d’un tournant conservateur, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2013, 192 pages, 19,50 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec cet essai, Enzo Traverso prolonge nombre de ses travaux antérieurs, en particulier Les Marxistes et la question juive. Histoire d’un débat, 1843-1943, ou, plus récemment, La Pensée dispersée. Figures de l’exil judéo-allemand. Car de figures intellectuelles, il est principalement question ici, ce qui nous vaut de passionnants tableaux, plus convaincants d’ailleurs dans leur spécificité propre que dans leur globalité revendiquée. La problématique choisie est en effet délicate, symbolisée en outre par des « archétypes » choisis légèrement outrés, en les personnes de Trotsky et Kissinger (ce dont Enzo Traverso est d’ailleurs conscient) : le but est de montrer qu’après « avoir été le principal foyer de la pensée critique du monde occidental – à l’époque où l’Europe en était le centre –, les juifs se trouvent aujourd’hui, par une sorte de renversement paradoxal, au cœur de ses dispositifs de domination. » (p. 8)

Cette transition de la dissidence à la normalité se serait donc opérée durant la modernité juive, qui court en gros de 1750 à 1950, une longue période marquée d’abord par les progrès de l’émancipation, de l’intégration et de la sécularisation, et qui se clôt par la combinaison du rejet, de la destruction et de l’émigration. Les juifs incarnent en effet l’abstraction même de la modernité1, ce qui explique l’hostilité à leur égard des forces conservatrices et du « modernisme réactionnaire »2. Initialement, donc, le cosmopolitisme est un marqueur identitaire fort de la judéité, et cette dernière connaît une véritable « explosion de créativité » au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe, s’incarnant entre autre dans des personnalités de « juifs non juifs » (dixit Isaac Deutscher), dont un des premiers représentants fut Spinoza. La situation des communautés juives est d’ailleurs très variable selon les sphères de l’espace européen. En Allemagne et plus largement dans la mitteleuropa, les juifs font leur la langue allemande, leur assimilation à l’identité nationale allemande étant essentiellement d’ordre culturel ; cette impossible assimilation plus large génère d’ailleurs une « forme radicale de cosmopolitisme qui rejetait en même temps le nationalisme allemand et la judéité (…) » (p. 42), dont Karl Marx est un des représentants. A l’inverse, à l’est de l’Europe, en Russie surtout, le fort rejet dont les juifs sont victimes conditionne la construction d’une culture nationale yiddish et nourrit un internationalisme révolutionnaire3.

Par contre, à l’ouest, l’intégration plus poussée, telle qu’elle exista en France ou en Italie, vit l’apparition d’une catégorie particulière, celle des « juifs d’État », dont l’identification à l’État qui les avait assimilés instaure un certain conformisme politique. On a là un des linéaments du basculement vers le conservatisme. Il convient également de convoquer le transfert culturel réalisé dans les années 1930 et 1940 entre la mitteleuropa et les États-Unis par l’émigration juive, qui expliquerait l’essor du libéralisme juif, ainsi que la cristallisation d’une identité nationale forte autour d’Israël et le déclin de l’antisémitisme suite au judéocide, facilitant des convergences entre juifs et conservatismes (« (…) l’intelligentsia juive néoconservatrice a transformé l’universalisme en occidentalisme. », p. 72). Cette « fin du peuple paria » (p. 25) coïncide avec la rupture entre les juifs et la gauche qui se serait alors opérée en trois temps principaux, les années 50 avec le passage de l’antistalinisme à l’anticommunisme (ainsi du trotskyste Felix Morrow), la guerre des Six jours, et l’accélération des années 80.

Hannah Harendt fait office de figure jointive de la réflexion, son propre itinéraire personnel s’inscrivant dans ce basculement du juif non juif au juif conservateur. Dans les années 1930, elle redécouvre ainsi le peuple juif en tant que peuple paria, à la charge critique prononcée4, critique le sionisme incarné en Israël, et offre une approche des origines du totalitarisme ouvrant sur une responsabilité forte de l’occident. Une fois installée aux États-Unis, toutefois, sa pensée s’infléchit, refusant le lien entre liberté et émancipation sociale, survalorisant la première au détriment de la seconde. Enzo Traverso va d’ailleurs sans doute un peu trop loin lorsqu’il fait d’Hanna Arendt une libertaire quant à sa conception de la politique5.

La seconde partie du livre qui débute ensuite apparaît moins homogène, voire éclatée avec des chapitres plus individualisés. Dans le traitement de la thématique du rejet de l’autre, intitulée « Métamorphoses », Enzo Traverso manifeste un souci bienvenu de la nuance quant aux réalités actuelles de l’antisémitisme, de la judéophobie et de l’antisionisme. Il est donc d’autant plus étonnant de le voir acter l’utilisation du terme d’islamophobie sans le même recul critique, alors que ce mot-valise nourrit l’ambiguïté dans son essence même ; il estime d’ailleurs qu’en tant que « Pratique discursive susceptible de connaître un transfert d’objet, l’antisémitisme a donc transmigré vers l’islamophobie. » (p. 123). On a là assurément la composante la plus polémique de l’ouvrage, d’autant que Enzo Traverso estime également qu’il n’existe plus de fascisme traditionnel en Europe de l’ouest…

Concernant l’État d’Israël, dont Enzo Traverso fait de la fondation un des marqueurs de sa Fin de la modernité juive, le caractère conjoncturel de ce contexte favorable est souligné, tout comme la violence qui a présidé au phénomène : violence à l’égard des Palestiniens, bien sûr, victimes d’une véritable « épuration ethnique » à l’occasion de la première guerre israélo-arabe de 19486, mais également violence culturelle vis-à-vis des juifs orientaux, contraints de s’occidentaliser. De ce chapitre, ce sont certainement les considérations sur la construction du récit national israélien qui s’avèrent les plus précieuses, vantant d’abord le « juif nouveau », fort, à l’opposé de l’image des victimes du judéocide, et déconsidérant l’existence diasporique, avant que le traumatisme de la « Shoah » ne soit plus explicitement revendiqué à compter du procès Eichman : « A partir des années 1960, cette vision eschatologique d’Israël comme destin providentiel du peuple du Livre s’est combinée avec une nouvelle identité centrée sur la Shoah qui décèle dans la souffrance juive la légitimité d’un État rédempteur. » (p.146) C’est d’ailleurs ce même judéocide qui est au cœur de l’ultime chapitre du livre, en tant que « religion civile »7 adoptée par l’occident, figeant un événement emblématique du passé et débouchant sur une vision victimaire de l’histoire8, « (…) énorme dispositif conçu pour protéger la mémoire d’une minorité qui n’est plus menacée, dans l’indifférence collective à l’égard des formes d’oppression réellement existantes dans le présent. » (p.165).

Le risque de ce genre d’essai à thèse est évidemment de survaloriser une composante particulière de l’évolution historique, mais en l’état, La Fin de la modernité juive est, comme souvent avec Enzo Traverso, un ouvrage critique stimulant, qui appelle la discussion, d’autant qu’en conclusion, l’auteur considère implicitement que le flambeau de l’ancienne modernité juive a été au moins en partie repris par le postcolonialisme…

1 « Au fond, ils ont incarné la modernité dans ses différentes dimensions, puisqu’ils en ont été à la fois les précurseurs, les acteurs, les critiques et les victimes (…) » (p. 50).

2 Celui des nazis, voir du même auteur La Violence nazie. Une généalogie européenne, chroniqué dans notre revue électronique

3 « D’une certaine manière, le cosmopolitisme juif a été un substrat de l’internationalisme. » (p. 43).

4 « (…) les parias sont, depuis toujours, ennemis du pouvoir, anticonformistes, rebelles, créateurs, incarnation de l’esprit critique. » (p. 86). Dans son recueil d’articles, chroniqué sur ce blog, L’Histoire comme champ de bataille. Interpréter les violences du XXe siècle, Enzo Traverso abordait déjà cette problématique du paria à travers la figure de l’exilé…

5 « Fondé sur une conception agonale de l’action, le républicanisme arendtien fait preuve d’une grande méfiance à l’égard de toute forme de représentation politique, ce qui accentue la dimension libertaire de sa pensée tout en l’éloignant des engagements de type partisan. » (p. 103).

6 Voir Arno Mayer, De leurs socs, ils ont forgé des glaives. Histoire critique d’Israël, Paris, Fayard, 2009, cité par Enzo Traverso et chroniqué sur notre ancien site.

7 « Cette modernité [juive] a été anéantie à Auschwitz ; la religion civile [souligné par nous] de l’Holocauste en constitue l’épitaphe. » (p. 166). Un concept que l’on peut d’ailleurs trouver ici par trop extensif, puisque sont aussi concernés le pacifisme de l’après Première Guerre mondiale ou l’antifascisme des années 1930 (p. 151).

8 « Les victimes étant désormais reconnues comme les vrais héros du passé, les acteurs de l’histoire doivent, pour gagner leur place dans les représentations collectives, se transformer en victimes. » (p.158). Ce qui n’empêche pas « (…) la religion civile de l’Holocauste [de] possède[r] ses propres vertus. Elle révèle une sensibilité nouvelle à l’égard des droits de l’homme et exprime une conscience historique partagée du passé criminel de l’Europe. » (p. 157), ce que l’on peut tout de même à bon droit trouver éminemment partiel. 

Emmanuel Bellanger, Julian Mischi (dir.), Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Paris, Armand Colin, collection « Recherches », 2013, 302 pages, 27, 50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage rassemble quatorze contributions d’historiens, sociologues et politistes, dans le prolongement à la fois de journées d’études tenues en 2009 (les contributions sont accessibles sur le site du Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I) et du séminaire en cours « Territoire et militants communistes : approches plurielles et comparées », tenu dans la même université. Contrairement au pronostic très enthousiaste des éditeurs de cet ouvrage qui envisagent le Parti communiste français comme un objet d’études toujours florissant, on peut se demander si ce recueil ne représente pas plutôt un chant du cygne des études sur un parti en voie de disparition quand on constate que la plupart des contributions s’arrêtent au début des années 1980. Néanmoins, cette interrogation n’invalide pas le fait que nombre d’entre-elles sont fort riches et intéressantes. L’ambition des concepteurs du livre est de présenter une série de travaux monographiques, en insistant sur la dimension localisée de l’ancrage du communisme sur le territoire national. Il s’agit donc d’appréhender et d’éclairer « le PCF par le bas » (p. 21). Ce programme se déploie au long de trois parties distinctes. La première porte sur les communistes et le pouvoir local et rassemble quatre contributions. Emmanuel Bellanger, auteur d’une thèse sur le sujet, présente une belle synthèse sur la longue durée, tendant à montrer que cet enracinement municipal s’est accompagné d’un fort conformisme gestionnaire des « villes rouges », participant à la fois à une autonomisation d’une élite ouvrière au sein des municipalités et d’une intégration croissante dans le dispositif politique français : « Bien avant ses expériences gouvernementales, à la Libération (1944-1947) et durant les premiers septennats de François Mitterrand (1981-1984) et de Jacques Chirac (1997-2002), les élus locaux communistes ont montré la voie du compromis et du réformisme graduel appliqué à la gestion locale qui a certainement amorti l’effritement du Parti communiste au point de s’interroger si, aujourd’hui, ce dernier ne s’est pas « municipalisé » en se repliant sur ses derniers bastions » (p. 52). Interrogation qui parcourt l’ensemble des contributions et qui est d’ailleurs reprise, sous une forme affirmative dans la contribution conclusive de Julian Mischi, constatant que les années 1980-90 ne sont pas seulement des décennies de décrue, mais aussi d’une réorganisation profonde des modes d’engagement dans le PCF, avec un rôle croissant des élus. Son chapitre s’intitule d’ailleurs « Vers un parti d’élus », participant donc à une professionnalisation croissante de l’engagement communiste : « Les cadres de la fonction publique territoriale forment désormais un groupe central au sein du PCF » (p. 285). La seconde contribution, de Remi Lefebvre, porte sur Roubaix et la SFIO qui précède ce mouvement de notabilisation des élus, soumis à la critique de la minorité communiste, qui ne parviendra jamais à ébrécher la politique clientéliste menée par les élus socialistes durant l’entre-deux-guerres. Néanmoins, en raison de leur rappel à l’ordre incessant, les élus et militants communistes roubaisiens représenteront une sorte de surmoi militant pour des élus socialistes. Les contribution de Paul Boulland (sur la banlieue parisienne de la Libération à 1965) et de Thibault Tellier (sur le mouvement de décentralisation mis en place par les différents gouvernements entre 1971 et 1983) confirment ce diagnostic d’une autonomisation des élus communistes par rapport à l’appareil central du PCF. La seconde partie, « Réseaux militants et enjeux urbains » apparaît beaucoup plus éclectique que son titre ne le laisse à penser de prime abord. Deux contributions (celle de Benoît Trepier et celle de Françoise de Barros) portent sur la situation coloniale. Tandis que Benoît Trepied analyse le cas de la Nouvelle Calédonie dans l’entre-deux-guerres, pour constater que le PC calédonien n’évoque pas la question de l’indépendance, à l’instar d’un PCF favorable à l’Union française, Françoise de Barros s’essaie à saisir les spécificités de l’action communiste dans des espaces politiques au moment de la guerre d’Algérie. Elle est amenée à conclure que les élus communistes de Nanterre ont tenté de faire « (des Algériens politiquement organisés) des alliés politiques dès les années 1940, ce qui les amène ensuite, lorsque la violence physique de la guerre d’indépendance s’étend à la population « métropolitaine » au travers des appelés du contingent, à leur dénier un statut non seulement d’acteur politique mais également de cause et de victimes légitimes » (p. 149). Emilie Biland s’intéresse pour sa part aux élus PCF comme employeurs et patrons (« Recruter et gérer les fonctionnaires « à gauche » : du municipalisme à la banalisation ? »), à partir d’une municipalité fictive, marquée par son tissu industriel. Sa conclusion est assez balancée, montrant que si les pratiques distinctives du PCF n’ont plus cours, c’est d’une part parce que la gestion communiste s’est banalisée, mais aussi en raison de marges de manœuvre toujours plus étroites laissées aux élus par l’Union européenne. Sébastien Jolis analyse l’impossible autonomisation de la Confédération nationale des locataires de l’orbite PCF, oubliant de prendre en compte dans son approche les interactions avec les mairies socialistes, et surtout les liens avec les autres associations de locataires. Pour conclure cette seconde partie, Violaine Girard se penches sur « Les programmes urbains d’une mairie communiste de la banlieue lyonnaise (années 1970-2000) : promouvoir l’accession ouvrière ou revaloriser la ville ? », pour dresser le constat d’une action de la mairie centrée sur la stabilisation des ouvriers qualifiés par l’accession à la propriété pavillonnaire. La municipalité de Pierre-Bénite espère ainsi maintenir son audience électorale en la recentrant sur les catégories supérieures des milieux populaires. Dans une troisième partie, c’est la thématique des démobilisations et recompositions communistes qui est abordée. En plus du texte conclusif de Julian Mischi évoqué plus haut, cette section compte trois autres contributions. Jean-Luc Deshayes offre un aperçu du processus de désindustrialisation dans le bassin sidérurgique de Longwy. Si ce délitement des institutions du salariat est bien évoqué, le lecteur reste en revanche légèrement déçu sur l’analyse de réaction du PCF et des associations ou des mairies qu’il influence. Ce qui aurait dû constituer le cœur de cette communication reste un peu vague et suspendu. David Gouard propose un chapitre clair, bien informé et charpenté sur « Les recompositions contemporaines de l’affiliation au communisme en banlieue parisienne », à partir du cas d’Ivry, mairie communiste depuis 1925. Son analyse recoupe celle de Violaine Girard, exposée plus haut. A savoir que le développement d’un sentiment d’identité « ivryenne », fortement exprimé au cours de l’enquête de terrain, renvoie en fait à un ancrage à partir des couches moyennes, voire supérieures de la population. Ce qui survit, c’est la reproduction d’une identité communiste provenant de l’ancienne aristocratie ouvrière, directement bénéficiaire de la politique développée par la mairie. L’auteur rappelle ainsi que la mairie est à la fois le premier logeur et premier employeur de la ville. C’est donc par le maintien et l’entretien de ses réseaux municipaux que le PCF continue d’assurer sa dynamique d’implantation. Enfin, Nicolas Bué et Fabien Desage abordent pour leur part la manière dont le PCF, pourtant officiellement hostile, se rallie à l’intercommunalité. Leur contribution, sur un aspect peu connu de la politique du PCF, représente un éclairage tout à fait stimulant et inédit. En effet, c’est un véritable « cercle vicieux » qui se met en place à ce niveau là, car plus ils se rallient en pratique au développement de l’intercommunalité, plus leur gestion se banalise et moins ils parviennent à politiser ces enjeux et à développer une gestion alternative. De ce point de vue « ce ralliement à l’intercommunalité alimente en même temps qu’il accompagne la crise idéologique, organisationnelle et identitaire que connaît l’institution communiste » (p. 246). Si ce diagnostic est exact, il y a de fortes probabilités que les « citadelles municipales communistes » ne résistent guère aux transformations du système politique français. En tous les cas, les prochaines élections municipales de 2014 constitueront une épreuve grandeur nature de cette capacité du Parti communiste français à préserver son ancrage local. Tout dans les analyses de ce livre laisse entrevoir un combat particulièrement délicat pour ces territoires communistes, qui recèlent quelques potentialités, mais surtout d’immenses fragilités.

Jacques R. Pauwels, Le mythe de la bonne guerre. Les États-Unis et la Deuxième Guerre mondiale, Bruxelles, Aden, 2005, 333 pages, 22 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Jacques R. Pauwels est un historien canadien d’origine belge. Son livre est traduit de l’anglais. Comme il l’explique clairement dans son introduction, ce livre n’est pas une monographie supplémentaire sur le thème retenu. Par conséquent, il ne vise pas à étendre notre connaissance du phénomène étudié, mais à en proposer plutôt une nouvelle lecture. Pas d’archives originales ou de documents nouveaux analysés, mais un angle qui prolonge celui développé par les historiens révisionnistes américains. Par révisionniste, il faut entendre cette catégorie d’historiens nord-américains (inconnus en France car non traduits) qui proposent une approche radicalement critique du rôle de leur pays dans la lutte contre le nazisme, et par conséquent dans la Seconde Guerre mondiale. Pour faire court, la thèse développée dans ce livre peut se résumer ainsi. L’ennemi des États-Unis dans l’entre-deux-guerres, ce ne sont ni l’Italie mussolinienne, ni l’Allemagne nazie, ni le Japon impérial, mais l’URSS. Toute la politique intérieure et extérieure des États-Unis est tournée contre l’Union soviétique. Ce n’est que contraint et forcé que les États-Unis font de l’URSS un pays allié dans la lutte contre le nazisme (les développements sur l’Italie et le Japon ne sont qu’adventices dans la démonstration). A travers les vingt-deux chapitres que compte le livre, trois temps peuvent être repérés. Premier moment, des années 1920 à la Seconde Guerre mondiale. Pour les États-Unis, le nazisme n’est pas un problème. Comme l’exprime un historien cité, le nazisme (à l’instar du fascisme mussolinien) n’est qu’une forme possible du capitalisme. De ce point de vue, les élites économiques américaines ont accueilli sans aucun trouble particulier l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Les grandes entreprises américaines continuent à faire des affaires avec l’Allemagne nazie, que ce soit par le commerce extérieur ou par les filiales allemandes des multinationales américaines. Selon Pauwels l’effort de guerre nazi n’aurait même pas été possible sans l’apport décisif d’entreprises comme ITT ou Standard Oil. On connaît par ailleurs le rôle capital que la filiale allemande d’IBM a joué dans le fichage des juifs, préalable à leur extermination. Coca Cola, Kodak, Du Pont, Exxon, Ford, Union Carbide et tout le fleuron industriel étatsunien ont développé fortement leurs investissements après l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Bref, « l’élite au pouvoir aux États-Unis (…) appréciait le fascisme pour la (…) raison qu’il favorisait les affaires » (p. 45). Second temps, la guerre. Après l’opération Barbarossa, la première réaction des États-Unis est de penser que les Russes allaient capituler. Washington projetait la création de régimes non communistes dans les territoires soviétiques échappant à l’occupation allemande. Des contacts sont pris avec Kerenski afin qu’il en prenne la direction. Ce scénario s’effondre rapidement. Mais méfiant, les Américains n’acceptent de livrer des armes à l’URSS qu’à une condition, le paiement à la livraison. C’est plus tard qu’un système de crédit-bail similaire à celui mis en place avec l’Angleterre est créé. Notons d’ailleurs que cette aide étatsunienne n’a pas joué le rôle qu’on lui attribue généralement, puisqu’elle ne correspond qu’à 4 à 5% de la production de guerre totale de l’URSS. De surcroît, cette aide n’est devenue significative qu’en 1942, c’est-à-dire après que l’avance de la Wehrmacht ait été brisée. Pourtant, l’argument avancé par l’auteur pour expliquer l’entrée en guerre des États-Unis contre les nazis apparaît assez faible. En effet, selon Pauwels, si ils choisissent (tardivement) d’entrer en guerre contre l’Allemagne nazie, c’est pour préserver les profits pharamineux des grandes entreprises de l’économie de guerre. La victoire allemande sur l’URSS aurait en effet ruiné tout espoir d’un remboursement des crédits-bails accordés aussi bien à l’Angleterre qu’à l’URSS. Toujours est-il que du point de vue économique, toujours en suivant le raisonnement proposé, c’est grâce à la guerre que les États-Unis sont sortis du cauchemar de la Grande dépression. Cet argument sert en quelque sorte de ligne de développement tout au long du livre, puisqu’il vaut toujours actuellement. C’est ainsi, on y reviendra, que l’auteur explique la guerre actuelle en Irak. L’économie étasunienne est fondamentalement depuis la Seconde Guerre mondiale une économie de guerre, qui a besoin en permanence du conflit ou en tous les cas de sa menace (par exemple, la guerre froide) pour fonctionner. Les États-Unis ne font rien pour hâter la fin de la guerre, tant que les affaires générées par l’économie de guerre fonctionnent de manière satisfaisante. Il démontre ainsi que dès 1942 un débarquement militaire en France ou en Europe de l’Ouest était stratégiquement possible. Cela vaut un développement sur la tentative de débarquement à Dieppe en août 1942, condamné à l’échec et pour cela réalisé par des troupes canadiennes. Au lieu d’un débarquement, les forces anglo-américaines choisirent la stratégie des bombardements massifs, lesquels eurent des résultats très discutables puisque jusqu’à la fin la production industrielle allemande ne fut jamais atteinte et que les populations éprouvèrent une haine des Alliés. Pauwels rappelle au passage ce que les recherches historiques, à défaut de l’opinion publique large, admettent, à savoir que c’est sur le front de l’Est que la guerre fut gagnée. 90% des pertes allemandes durant toute la guerre sont le fait des Soviétiques. Pour chaque soldat américain tué ce sont 53 soldats soviétiques qui le sont. Il est impossible dans le cadre de ce compte rendu de rentrer dans le détail des multiples décalages qu’apporte Pauwels dans notre compréhension des différents aspects de cette guerre. Retenons trois aspects, le traitement réservé aux territoires libérés par l’armée anglo-américaine, avec le cas de l’Italie ; la discussion sur Yalta et le partage du monde ; la capitulation finale des forces allemandes. En Italie, les forces alliées ont pesé de tout leur poids pour réintégrer dans le jeu politique (et économique) les anciennes couches sociales, celles-là même qui furent le soutien le plus marqué du fascisme, au détriment des forces antifascistes. La chute du fascisme en Europe ne devait en aucun cas signifier la mise sur pied de régimes progressistes, mais le retour au statu quo ante. Ce sera la même attitude qui prévaudra en France, notamment ou en Grèce (cas à peine évoqué).C’est cette attitude profondément conservatrice qui, nous explique Pauwels, a conduit finalement Staline à se conduire de manière similaire dans les pays libérés par l’Armée rouge. On retrouve là une attitude, qui parcourt tout le livre, de sympathie à l’égard des positions soviétiques. Yalta et le partage du monde seraient donc d’inspiration américaine. Ce sont les Alliés, face à l’avance inexorable des troupes russes en Allemagne, qui formulèrent expressément la demande de Yalta. Laquelle conférence peut être considérée comme un succès pour les Alliés, au vu de ses résultats (en particulier le découpage de l’Allemagne) au regard des réalités militaires. « Les accords de Yalta n’accordèrent donc pas à l’Union soviétique le monopole de l’influence en Europe de l’Est, c’est à dire le genre d’influence exclusive dont les Américains et les Britanniques jouissaient déjà, avec l’approbation silencieuse de Staline, en Europe de l’Ouest. Seule une « influence prépondérante » en Europe de l’Est fut accordées à l’URSS » (p. 151). L’attitude « réaliste » de Staline à Yalta trouverait son origine dans la menace d’une potentialité de paix séparée des Alliés avec les nazis et se justifierait par « la survie du socialisme » (p. 153). On conviendra que l’interprétation renverse le point de vue communément admis, tout en manifestant une approche de type realpolitik empreinte de philosoviétisme. L’attitude des forces alliées au moment des combats finaux constitue la troisième illustration de la démonstration de l’auteur. Loin de chercher à détruire les forces allemandes, les troupes alliées firent tout leur possible pour préserver la structure de l’armée allemande. C’est ainsi que des bataillons allemands entiers furent autorisés par les troupes alliées à se glisser derrière les lignes américaines pour éviter l’emprisonnement par les soviétiques. Selon certaines indications, près de la moitié de troupes de la Wehrmacht se battant sur le front de l’Est échappèrent à la capture par l’Armée rouge. Cette possibilité ne relève naturellement pas de bons sentiments mais de l’éventualité de conserver une structure armée allemande face aux communistes, certains généraux envisageant la poursuite d’une croisade anti-soviétique, avec l’aide des restes de l’armée hitlérienne. Cette option étant très clairement affirmée avec la disparition de Roosevelt et la succession de Truman, ainsi d’ailleurs que l’évolution de la guerre en Asie. Les cinq derniers chapitres de ce livre passionnant concernent les années d’après-guerre. Le point de vue se décentre fortement de l’Europe vers l’Asie et envisage la question de la bombe atomique, qui apparaît moins dirigée contre les Japonais que contre les Soviétiques. Son usage à Hiroshima visait moins à faire plier le Japon qu’à éviter l’intervention de l’URSS dans la guerre américano-japonaise. Le Japon n’abdiquant pas, les Soviétiques, comme prévu déclarent la guerre au Japon le 8 août 1945. Le lendemain, la seconde bombe atomique était lancée sur Nagasaki. Les Américains ne souhaitaient absolument pas l’intervention soviétique dans leur territoire d’Extrême-Orient ! Les ultimes chapitres portent sur l’absence de dénazification en profondeur de l’Allemagne par les forces alliées, sur l’usage des prisonniers de guerre par les filiales allemandes des entreprises américaines et sur la manière dont les profits de ces dernières ont été préservés durant la guerre ou encore sur le fait, troublant, qu’aucune de ces filiales n’ait subi de bombardements majeurs. Après 1945, l’économie américaine fonctionne dans une guerre permanente. Finalement, conclut Jacques Pauwels, la destruction du système soviétique que les nazis n’ont pas réussi durant la Seconde Guerre mondiale, va être réalisée par la guerre froide et la course aux armements permanent qu’elle génère. Offrant une relecture d’événements qui nous sont familiers, ce livre se lit avec un grand intérêt. Il est cependant dommage que l’auteur ne se montre pas aussi critique à l’égard de l’Union soviétique et du stalinisme, qu’il a tendance à magnifier comme système alternatif.

Jean-Michel De Waele, Daniel-Louis Seiler (dir.), Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Paris, Economica, collection « Politiques comparées », 2012, 322 pages, 29 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il faut saluer la parution de cet ouvrage. En effet, si la bibliographie sur l’extrême gauche française est appréciable, en revanche, les aspects comparatifs sont déjà anciens1. Il existe certes une littérature anglo-saxonne sur le sujet, mais moins accessible (voir en particulier, Daniel Bensaïd, Alda Sousa, Alan Thornett, et alii, New Parties of the Left. Experiences from Europe, London, IMG Publications, 2011). Dans leur introduction, Jean-Michel de Waele et Daniel-Louis Seiler expliquent comment ils définissent cette gauche anticapitaliste. Trois critères sont retenus : se situer à gauche de la social-démocratie, s’opposer au libéralisme et enfin, participer aux processus électoraux (ce qui élimine les courants libertaires, entre autres). Deux parties, d’inégale importance, structurent le propos. Dans un premier temps, sont réunis trois articles portant sur la méthode de l’analyse comparative. D.-L. Seiler livre tout d’abord un essai de typologie de cette gauche anticapitaliste. Esquissant une approche conjuguant à la fois la dimension proprement politique, les dimensions spatiales ainsi que la temporalité, il dessine les trois matrices constituant l’espace de la gauche anticapitaliste. Tim Bale et Richard Dunphy insistent sur l’apparition relativement récente de cette gauche dans les agendas politiques nationaux puisque dans la plupart des pays, ces partis ont d’abord été considérés comme des parias, avant de pouvoir être considérés comme des partenaires, y compris dans des coalitions gouvernementales ou de pouvoirs locaux (Italie, Finlande, France, Chypre etc.) Enfin, Jean-Michel de Waele et Mathieu Vieira concluent cette approche conceptuelle par une tentative de définition de la famille anticapitaliste, recoupant sur de nombreux points les analyses de Daniel-Louis Seiler. Cet ultime chapitre est nourri par de nombreux tableaux fournissant d’intéressants éléments de comparaison sur les résultats électoraux à différents types d’élection. La seconde partie, beaucoup plus étendue, porte sur les analyses de cas, soit onze pays abordés. On regrettera que l’Espagne (IU)) ait été omise dans cet ensemble, au profit de pays comme Chypre (AKEL) ou la Tchéquie (Parti communiste tchèque), dont l’intérêt apparaît nettement moindre. Par ailleurs, en ce qui concerne le Portugal, il semble hautement discutable de réduire la gauche anticapitaliste au seul Parti communiste portugais au détriment du Bloc de gauche. Enfin, trois communications portent sur la France, soit successivement, le Parti communiste français, Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire. Le cas du Parti ouvrier indépendant, issu du courant trotskyste, aurait également mérité un peu d’attention. Ces manques étant pointés, il faut reconnaître que chacun des chapitres constitue une somme rare d’information pour les pays retenus. Il ne sera pas possible de rentrer dans le détail de chaque chapitre, portant successivement sur la Scandinavie (Finlande, Norvège, Suède, Danemark), les Pays-Bas (le PS néerlandais) et les évolutions du maoïsme, die Linke en Allemagne, produit de la radicalisation d’une fraction de la social-démocratie et de l’évolution d’un ex-parti communiste ; le Parti de la refondation communiste en Italie, le PCP portugais, ultime exemple d’un parti maintenant son identité communiste traditionnelle ; aux deux branches issues du PC grec, le KKE (orthodoxe) et Synaspismos, d’origine eurocommuniste ; du Parti du travail belge, du PC et des différents courants trotskystes en Belgique2, avec une partie assez inédite sur les différentes tentatives de regroupements qui ont été conduites par ces courants. Il faut saluer cette contribution, informée et exprimant une grande sensibilité politique pour son objet, ce qui n’est pas le cas de toutes. Le chapitre de Thierry Choffat sur LO repose sur la documentation disponible sur cette organisation et n’apporte aucun élément nouveau. Il en va de même de la contribution de Didier Bonnemaison sur la transformation de la LCR, lequel courant s’est fondu dans le NPA, qui constitue une bonne synthèse, mais sans grand relief. Le chapitre de Dominque Andolfatto et Fabienne Greffet, consacré au PCF, ébauche des analyses plus fines, où, pour une fois, l’anticommunisme primaire est absent. On le constate, malgré des omissions criantes, des choix contestables (privilégier certains courants au détriment d’autres) et des questionnements (qui ne manqueront pas de se produire) sur les critères retenus, ce livre demeure néanmoins une source précieuse et même unique sur l’objet analysé.

1Lire en particulier le numéro de Grande Europe. La revue sur les pays du continent européen, « Les gauches radicales en Europe », n° 16, janvier 2010, et surtout Christine Pina, L’extrême gauche en Europe, Paris, La Documentation française, 2005, dont Dissidences rendit compte en son temps : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=553 

2Sur ce pays, on consultera avec profit le volume 7 de Dissidences, « La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », octobre 2009.

Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise, Paris, Zones, 2013, 265 pages, 22 €

Compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai interroge le concept – central par exemple chez Walter Benjamin – de fantasmagorie à travers l’histoire (de la fin du 18ème siècle à nos jours), la littérature (Le Moine de Lewis, Baudelaire et les surréalistes) et, surtout, l’urbanisme. Sont alors étudiés les Passages parisiens et l’œuvre de Haussmann à Paris au 19ème siècle, le Crystal Palace à la même époque à Londres, le développement puis l’expansion des parcs Disney et des shopping mall aux États-Unis et ailleurs dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Le Palais-Royal, bâti en 1628 à Paris, serait ainsi, selon l’auteur, un « Las Vegas avant la lettre » (p. 38), servant paradoxalement « de modèle à l’architecture « harmonienne » » (p. 48) pour Fourrier et ses adeptes. Il constituerait en outre un prédécesseur des Passages dont le Bon Marché, fondé en 1838, représente une phase de transition « entre la simple boutique et les grands magasins » (p. 64). Le dénominateur commun de ces diverses unités urbanistiques est de préparer la logique synthétique de privatisation de l’espace public, d’homogénéisation sociale et de production de fantasmagories, qui va tendre à se systématiser par la suite. Les pages concernant le Crystal Palace sont en ce sens éclairantes. L’exposition des objets, la mise en scène générale, corrigent et/ou recadrent l’analyse contemporaine par Marx et Engels de marchandises, qui seraient fétichisées par leur prix. En réalité, selon l’auteur – suivant en cela Benjamin –, la bourgeoisie produit une image-écran (p. 64), qui esthétise ou occulte les rapports sociaux de la production marchande, refoule « aussi bien la valeur d’usage que les logiques d’échange » et fait disparaître dans « un spectacle déconnecté des processus modernes » (p. 90) tout à la fois et dans le même mouvement, l’ouvrier, le colonisé et l’exploitation, afin de mettre en avant le fantasme d’objets « purs » et intacts s’offrant sans médiation aux consommateurs.

Un stade supérieur est atteint dans les fantasmagories post-modernes, fondée selon Marc Berdet par les parcs Disney, qui restructurent l’espace en fonction d’oppositions mythiques (la nature, le feu, le passé légendaire – Far West, monde de pirates, Orient enchanteur… – et le futur heureux, etc.). L’objectif de ce « monde de rêves » reste toujours le même : « il s’agit de vendre des marchandises, mais en les faisant passer pour ce qu’elles ne sont pas » (p. 176). Une place conséquente est consacrée au développement des mall, ces centres commerciaux gigantesques. Le parallèle que l’auteur fait entre les parcs Disney et les mall, dans leurs rapports à la nature et à l’histoire – ils vendent un rapport primitif à la nature (p. 200), liant celle-ci à un passé mythique et à un non-lieu pacifié et heureux – est d’ailleurs des plus stimulants. Au passage, le lecteur y apprend que ceux-ci s’inspirent de l’architecture d’un bâtiment commercial réalisé en 1956 par Victor Gruen (1903-1980), un Autrichien exilé, qui a voulu se baser sur Vienne-la-rouge qu’il admirait… avant de regretter que son idée ait été systématisée (on passe de 4.000 mall en 1963 à 22.000 en 1980 ; les plus grands se trouvent aujourd’hui en Chine, aux Philippines, à Dubaï), mais dégagée de sa « philosophie sociale ».

La triple expropriation – de l’espace public, des ouvriers et du processus marchand – déjà à l’œuvre lors du Crystal Palace, s’est encore intensifiée dans les mall. Et l’auteur de citer, à l’appui de sa thèse, cette déclaration édifiante de la directrice des relations publiques du Greengate Mall, en Pennsylvanie : « nous voulons simplement que rien n’interfère avec la liberté du consommateur de ne pas être ennuyé et de s’amuser » (p. 207). Et de donner également comme exemple, lui aussi caricatural, le West Edmonton Mall où « des mannequins qui interprètent des scènes de mendiants loqueteux, de drogués lascifs et de prostituées obscènes » (p. 210) ont été placés dans l’allée principale…

Ce livre, qui offre en outre de nombreuses illustrations et quelques schémas, évoque, en passant, « l’exacte antithèse des fantasmagories du capital » (p. 248) que représentent la Commune de Paris et le soulèvement de la place Tahrir en Égypte, marquant la tentative d’une « réappropriation politique, économique et symbolique de l’espace urbain » (p. 141). Si le rôle de Blanqui semble surévalué par l’auteur et qu’il est dommage que ne soient pas vraiment discuté les analyses situationnistes sur la ville-marchandise, cet ouvrage demeure foncièrement original et très stimulant à lire.

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants . PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2013, 423 pages, 25 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

Issu d’une thèse de doctorat1, cet imposant ouvrage de science politique de Vanessa Codaccioni interroge les conditions d’émergence des procès « politiques » intentés aux militants et dirigeants du Parti communiste français lors de deux périodes troublées, celle de la guerre froide et celle de la guerre d’Algérie. L’auteure définit d’abord, en introduction, cette notion difficile à cerner de « procès politique », au « cœur des luttes entre l’État, les anticommunistes et les membres du PCF » (p. 23), avec les institutions étatiques qui utilisent le droit pénal et les atteintes à la sûreté de l’État pour criminaliser leurs opposants les plus résolus, et la direction communiste mettant en place, en retour, une stratégie de politisation des très nombreux procès auxquels le PCF doit faire face. Ces procès sont donc « le résultat d’une construction collective, étatique et militante » (p. 8), et leur étude précise et documentée doit contribuer, c’est du moins l’objectif de Vanessa Codaccioni, à une meilleure connaissance du communisme français.

I – Dès l’entrée de la France en guerre froide, c’est-à-dire à partir des grandes « grèves rouges et insurrectionnelles »2 de 1947-1948, les pratiques communistes se durcissent, et le PCF connaît une radicalisation progressive qui se manifeste par le recours à la violence politique, en particulier lors de son opposition à la guerre d’Indochine qualifiée de « sale guerre ». Le « capital de haine » accumulé pendant la période de l’Occupation contre les nazis et les collaborateurs (p. 57-59) fidélise les militants et légitime les pratiques violentes contre un État et sa police en « voie de fascisation », par la réactivation d’un antifascisme renouvelé. Le Parti valorise les affrontements avec la police (ou l’armée), exalte les militant-e-s révolutionnaires et met en scène, afin d’obtenir un impact militant maximum, les centaines de manifestations de cette période, suivant le cycle activisme militant/répression. Danielle Tartakowsky a calculé, en effet, que sur 457 manifestations qui se déroulent entre 1949 et 1952, le PCF en organise 437 !3 Rien que ce chiffre symbolise la puissance militante de ce parti, pourtant ostracisé dans l’espace institutionnel (et menacé, parfois, d’interdiction), après la « rupture » de 1947. Les passages à l’acte, qui s’effectuent sous le double signe de la lutte pour la paix et contre la guerre d’Indochine, provoquent la répression et construisent des « affaires ». Le peintre Fougeron est inquiété en 1948 pour une affiche, saisie et détruite sur ordre du pouvoir, contre la bombe atomique4 et Eugénie Cotton, dirigeante de l’Union des femmes françaises (UFF) est inculpée en mai 1950, également pour une affiche exigeant la fin de la guerre du Vietnam. L’affaire Henri Martin, bien étudiée par Alain Ruscio5, les procès des « 16 de Roanne », des « 12 de Saint-Brieuc », des « 10 de la Bocca », des « 9 de Nantes » tous militants, hommes et femmes, plus ou moins chevronnés, du PCF, de l’UFF ou de la CGT, inculpés pour des violences contre du matériel de guerre, se succèdent devant les tribunaux militaires. Ces affaires collectives permettent au Parti communiste, d’abord d’utiliser l’enceinte judiciaire comme tribune politique pour populariser ses objectifs partisans, et surtout d’héroïser un certain type de militant, tous les inculpés n’étant pas jugés dignes d’être valorisés. Ne sont sélectionnés que des militants-e-s ouvriers-ères, ayant l’esprit de sacrifice, de don de soi, ne pouvant donner aucune prise aux attaques de l’État ou de la presse dite « bourgeoise ». Seuls les communistes obtenant cet imprimatur d’ « homme de marbre » bénéficient « de grandes campagnes de solidarité dont l’ampleur varie en fonction de la gravité de leur « crime » et des peines encourues, de leur degré de conformité au rôle de l’emprisonné politique et de leur trajectoire sociale et militante » (p. 243). Les analyses de Vanessa Codaccioni montrent également que toutes ces affaires sont maîtrisées par la direction du Parti, qui assigne à chaque fois un cadre expérimenté pour superviser tel ou tel procès (ainsi André Marty est-il chargé de l’affaire Henri Martin). Néanmoins, cette stratégie du Parti communiste, qui peut apparaître cynique ou machiavélique, doit évidemment être mise en perspective avec la politique répressive de l’institution judiciaire et en particulier des tribunaux militaires, décidés à criminaliser toute opposition communiste. Les gouvernements successifs font leur le vieux cri d’Albert Sarraut en 1927 : « Le communisme, voilà l’ennemi ! »6. Cet anticommunisme virulent devient l’une des priorités des ministères de l’Intérieur et de la Défense nationale, même si la répression ne va pas « à l’encontre des principes de légalité républicaine » (p. 181). Ainsi, l’Assemblée nationale refuse toutes les levées d’immunité parlementaire de députés communistes, exigées par les cercles les plus ultra de la droite. Le soi-disant « complot des pigeons » et l’arrestation du dirigeant communiste Jacques Duclos après la violente manifestation contre le général Ridgway (28 mai 1952) marquent en fait le début de la « déradicalisation » du PCF (p. 182-183).

II – Lors de la guerre d’Algérie, le flou des positions théoriques du PCF (nation algérienne ou pas ?), l’absence de continuité quant à sa stratégie d’opposition à cette guerre, son double langage (il y a ce qui est officiel et ce qui se décide en interne) et sa volonté de contrer les militants partisans d’actions radicales, franches et ouvertes, de soutien à la lutte anticolonialiste des Algériens rendent quasiment impossibles des actions semblables à celles des années 1949-1953. S’il existe néanmoins des manifestations de rappelés dans les gares ou autour des casernes, en 1955 et 1956, le Parti communiste se garde bien de les valoriser ou de les encourager. Concernant le vote des pouvoirs spéciaux par les députés communistes (12 mars 1956), il s’inscrit, selon Vanessa Codaccioni, dans une stratégie d’intégration au sein du champ politique, dans une période de décrue des effectifs et de remous internes liés à la question de la déstalinisation. En retour, pourtant, cette stratégie suscite des oppositions, éparses, mais qui se focalisent sur la ligne anticoloniale. Par exemple, les communistes en rupture « occupent une part relativement importante dans les réseaux d’aide au FLN (…), le réseau Curiel et celui de Francis Jeanson (…) » (p. 270), mais le PCF n’exclut pas ces militants, pour autant qu’ils restent dans l’ombre, et ne risquent pas, ainsi, de le faire accuser de collusion avec le terrorisme. Après l’affaire du canal de Suez, le PCF évolue et suscite (timidement, officieusement) des actes de désobéissance : en septembre 1957, à une réunion de secrétaires fédéraux, décision est prise de diffuser le mot d’ordre de refus de porter les armes contre le peuple algérien. Mais cette décision reste interne à l’organisation, elle ne franchit pas l’espace public communiste. Seuls des « recruteurs », issus des Jeunesses communistes et fils de cadres (comme Pierre Guyot, fils de Raymond Guyot ou Serge Magnien, fils de Marius Magnien) conseillent à des militants, futurs appelés, de refuser de partir. Mais outre que ces actions ne concernent qu’une infime minorité, le retour en 1959 d’un strict légalisme stoppe net ces velléités. Durant toute cette période, l’armée continue de criminaliser les militants communistes qui se retrouvent, en Algérie, impliqués de près ou de loin dans l’aide aux insurgés ou même dans la critique de la guerre. Le manque d’engagement officiel du PCF aux côtés de ces militants rend évidemment la tâche plus aisée à l’armée, qui n’hésite ni à les torturer dans la sinistre villa Susini ou au centre d’El-Biar (le journaliste d’Alger républicain Henri Alleg ou Alfred Gerson, un responsable d’un réseau clandestin qui diffuse La Voix du soldat dans les casernes) ni à les faire disparaître (le mathématicien Maurice Audin). Pourtant, en ce qui concerne les militants FLN, le Parti communiste met assez rapidement (1955) en place des structures collectives d’aide judiciaire, dans lesquelles s’impliquent entre autres de jeunes avocats communistes (Pierre Stibbe, Pierre Kaldor, Henri Douzon, Nicole Dreyfus ou Michel Bruguier) qui politisent les procès.

In fine, cet ouvrage de Vanessa Codaccioni, dont les sources proviennent des archives du PCF, du Secours populaire, de la presse communiste, des archives judiciaires, du Service historique de la Défense et de la Préfecture de police de Paris, appuyées sur une cinquantaine d’entretiens avec des communistes, dont beaucoup inconnus ou peu connus à ce jour, remplit son objectif : une connaissance accrue et renouvelée du communisme français, dans des périodes de fortes tensions nationales et/ou internationales. Son travail permet, comme elle l’indique en conclusion, « d’apporter une contribution au débat sur le processus de déclin » du PCF. Celui-ci entre dans un « processus de normalisation politique » par abandon et « dévalorisation de la radicalité » et des « illégalismes militants », qui lui fait perdre, selon l’auteure, son identité d’avant-garde (p. 402-404), identité récupérée à la fin des années soixante par les groupes marxistes-léninistes (dits maoïstes) et en particulier par la Gauche prolétarienne. Le débat reste ouvert …

 1Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. Une sociologie des « procès politiques » en temps de crise : les interactions répressives entre le PCF et l’État (1947-1962), Thèse pour le doctorat de science politique, sous la direction de Frédérique Matonti, université Paris I Panthéon-Sorbonne, novembre 2011, 699 pages.

2Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948, Paris, Éditions Syllepse, 1998.

3Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, cité par Vanessa Codaccioni, p. 74.

4Cette célèbre affiche est reproduite dans l’ouvrage de Romain Ducoulombier, Vive les soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012, p. 62. Elle fait également l’objet d’analyses croisées (par Philippe Button, Alain Deligne, Sarah Wilson) dans le n° 21-22 de Matériaux pour l’histoire de notre temps, octobre-décembre 1990/janvier-mars 1991, p. 98-116.

5Voir notre article Les guerres coloniales françaises au miroir communiste : quelques livres et deux ou trois choses que l’on sait d’elles sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/documents/guerre_coloniale.pdf

6C’est lors d’un discours d’Albert Sarraut, alors ministre de l’Intérieur, à Constantine (Algérie), le 23 avril 1927, que cette phrase lapidaire est prononcée.

Lionel Richard (dir.), Avant l’apocalypse. Berlin 1919-1933, Paris, Autrement, 2012, 253 pages, 22 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Lionel Richard est connu pour ses travaux sur l’Allemagne et la culture allemande au XXe siècle (il est notamment l’auteur de Le nazisme et la culture, Complexe, 2006). La réédition de cet ouvrage (publié à l’origine en 1991, soit déjà plus de vingt ans), est entièrement consacré à Berlin, de la fondation de la République à l’accession d’Hitler au pouvoir. En trois grandes parties, de courtes contributions d’auteurs allemands et français permettent de se faire une idée assez précise de la situation de la capitale de l’Allemagne durant ces quelques années. L’ensemble dresse un excellent portrait de la ville et de ses habitants. La première partie s’articule à la période de l’immédiat après-guerre (1919-1924), autour du thème des rapports entre les crises politiques, la misère sociale et l’art d’avant-garde. Un texte d’époque de l’écrivain Joseph Roth permet de visualiser exactement les difficultés de vivre dans la métropole. En effet, un des intérêts des contributions rassemblées ici consiste précisément à faire ressentir aux lecteurs le fossé qui existait entre le mode de vie prolétarien, marqué par la misère, l’étouffement dans des taudis sans nom, une vie dégradée et l’envol créatif que cela a contribué à susciter. Mais les prolétaires n’étaient guère les destinataires de cet art d’avant-garde, ce que rappellent là aussi de manière particulièrement bien argumentée les contributions de la seconde partie : « Modernisation, rationalisation, médias : à l’image de l’Amérique (1914-1929) ». On retiendra l’excellente contribution de Marianne Walle sur les Berlinoises et leurs combats, rappel des conditions des ouvrières, chair à travail pour les bagnes industriels. Le théâtre, la musique, la presse sont réservés à une étroite élite, tandis que les médias que sont la radio et la presse diffusent un message hostile non seulement aux forces progressistes, mais également à l’esprit républicain. Derrière la façade de la stabilisation économique permise par le plan Dawes, les questions de vie quotidienne demeurent irrésolues pour les grandes masses. Dans les universités, les « mandarins » expriment à visage ouvert leur détestation de l’ordre républicain, tandis que des expériences et des pratiques innovatrices se mettent en place autour des questions sexuelles. Mais en ce domaine également, la coupure est radicale entre les besoins des masses prolétariennes (développement des maladies vénériennes, rejet des homosexuels, prostitution, absence d’éducation sexuelle, multiplication des avortements périlleux, etc.) et les pratiques d’avant-garde, développées par Magnus Hirschfeld, bien que Wilhelm Reich et la Sexpol (sous l’égide d’un KPD parfois réticent) aient tenté de combler cet écart, au début des années trente. Bien que Berlin soit une « ville rouge », le KPD (Parti communiste allemand) y obtenant ses meilleurs scores de toute l’Allemagne, faisant jeu égal, voire la devançant, avec la social-démocratie, jamais les partis de gauche ne purent exercer une réelle hégémonie sur cette ville-archipel profondément hiérarchisée (et là, les cartes reproduites prennent tout leur sens). La dernière partie, 1929-1933, est celle qui intéresse le plus directement la question politique, puisqu’elle aborde les conséquences de la crise de 1929 et le développement de la violence politique. Les communistes, avec leurs groupes armés (le Rote Kampfbund) et les sociaux-démocrates également, mais avec moins d’intensité, se livrent à une véritable guerre de rue avec les nazis qui souhaitent s’implanter physiquement dans les quartiers ouvriers (à Moabit, par exemple). Les morts se comptent par dizaines, les arrestations par milliers. Les très belles contributions des meilleures spécialistes, ainsi Jürgen Kuczynski sur les effets de la crise au quotidien. C’est une véritable guerre civile quotidienne qui oppose jour après jour les militants de gauche avec les SA. Jean-Michel Palmier1, autre éminent chercheur de cette période, fournit un portrait saisissant du propagandiste John Heartfield, militant communiste de premier plan connu pour ses photomontages dans la revue AIZ2. On retiendra également le témoignage du surréaliste Philippe Soupault, présent à Berlin en 1932, et qui rend compte d’une réunion hitlérienne à laquelle il a participé et qui fut publiée dans le magazine de Lucien Vogel, Vu, en avril 1932. Il revient à Alain Brossat de conclure cet ensemble par un très émouvant texte « Scènes de la fin du monde », qui écarte quelques clichés sur l’accès final d’Hitler au pouvoir. Selon sa lecture, la période proprement démocratique de la République s’était achevée dès 1930, c’est-à-dire, au moment où les sociaux-démocrates sont écartés du pouvoir. C’est donc par une relecture nettement plus cruelle de cette histoire, rendant au passage un hommage aux capacités prémonitoires de Trotsky, que Alain Brossat conclut ce très stimulant recueil. Lequel propose encore en annexe, non seulement une chronologie, mais également des éléments biographiques (Brecht ou Thomas Mann, bien sûr, mais aussi Flechtheim ou Kirdorf, pour n’évoquer que quelques noms), ainsi qu’un glossaire et une courte, mais précieuse bibliographie permettant d’approfondir le sujet. Le lecteur aurait évidemment apprécié quelques illustrations tant les œuvres citées l’auraient mérités, mais en l’état, c’est un livre plus que recommandable que les éditions Autrement offrent au public. Regrettons quand même qu’il n’ait pas été possible d’y inclure, par exemple, des travaux (ou des traductions) de recherches plus récentes sur cette période cruciale de l’histoire de l’Allemagne.

1Spécialiste de l’histoire culturelle de l’Union soviétique et de la République de Weimar, Jean-Michel Palmier a écrit de nombreux ouvrages qui restent encore aujourd’hui des classiques, comme son Lénine, l’art et la révolution. Essai sur la formation de l’esthétique soviétique, Payot, 2006, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#palmier

2Il s’agit d’une revue illustrée du KPD, l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (AIZ, Journal illustré des ouvriers), fondée en 1924.

Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (2011 pour l’édition originale), 288 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec cet ouvrage collectif aussi dense que synthétique, les auteurs, tous enseignants et membres de l’Institut de recherches de la FSU1, apportent un complément bienvenu, sinon même indispensable, à l’étude d’Angélique del Rey consacrée A L’école des compétences (chroniquée sur notre blog), en la replaçant dans un contexte d’ensemble. De par le choix de leur titre, Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément et Guy Dreux se situent dans la lignée de L’Ecole capitaliste en France de Christian Baudelot et Roger Establet, publié en 1971 chez Maspero, même si les deux auteurs sont désormais considérés comme des complices de l’évolution en cours…

Leur propos se concentre sur les changements vécus par les systèmes éducatifs depuis une trentaine d’années, qui peuvent se résumer dans l’imposition progressive des attendus du néo-libéralisme. Essentiellement, cela passe par une réduction de l’autonomie de l’école vis-à-vis des impératifs économiques, la culture « gratuite », se suffisant à elle-même, étant battue en brèche par un strict utilitarisme, la nécessité affirmée d’une « économie de la connaissance » performante et d’un gage de meilleures rémunérations pour les individus. Le rôle de l’OCDE et de l’Union européenne dans cette marchandisation de la connaissance est utilement détaillé, la première ayant initié l’élaboration de compétences clefs dans les années 19902, tandis que la seconde s’efforce d’appliquer cette réforme essentiellement à compter du traité de Lisbonne. Ce nouveau cap débouche sur la mise en concurrence accrue des établissements scolaires qui demeurent supervisés par l’État, la science elle-même étant passée d’une recherche étatique ouverte à une science de plus en plus privatisée, source de profit potentielle3 ; les brevets sur les richesses du patrimoine naturel sont ainsi judicieusement qualifiés de « nouvelles enclosures ». Les Universités se retrouvent alors soumises à une logique entrepreneuriale, et à une culture du résultat qui risque de marginaliser certaines disciplines moins « rentables » (lettres et sciences humaines en particulier). En étudiant ces transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, les auteurs les relient aux mutations plus globales de la main d’œuvre, que les logiques actuelles souhaitent plus flexible, plus adaptable via des compétences standardisées. Le stage, dans ce cadre, apparaît comme une variable d’ajustement cruciale, véritable sas pour cette vie professionnelle d’un nouveau type.

Sur le terrain de l’enseignement secondaire, les auteurs reprennent les analyses émises par la sociologie critique des années 1960 et 70, qui voyaient en l’école un lieu de reproduction des inégalités sociales, mais en insistant sur l’accentuation de ce rôle du fait du développement d’un marché scolaire, pour l’heure encore partiel et inachevé. Sont ainsi démontrés l’inanité d’un choix rationnel des parents pour inscrire leurs enfants dans des établissements censément plus performants (les critères du choix étant plus complexes et relevant surtout de l’idée de « bonne fréquentation », p. 125) et le caractère contre-productif de ce relâchement de la carte scolaire (« (…) plus il y a de mixité sociale, plus le niveau d’ensemble est bon ; plus il y a de ségrégation, plus le niveau d’ensemble se dégrade », p. 133)4. Comme dans le livre d’Angélique del Rey, la logique que véhicule le socle commun de connaissances et de compétences est exposée, celle d’une évaluation généralisée, voire obsessionnelle, des élèves, mais également à terme des enseignants et des établissements5.

A plusieurs reprises, néanmoins, le propos solide et argumenté des quatre auteurs souffre d’un manque d’exemples concrets, de terrain, voire d’une absence d’humanité (des témoignages auraient pu se révéler utiles). De même, on aurait apprécié de bénéficier d’analyses plus détaillées des nouveaux programmes du primaire et du secondaire, moins bref que cette allusion à la nouvelle image de l’entreprise, unilatéralement positive, dans les programmes de SES, par exemple. Certaines des tendances qu’ils décrivent ne sont pour l’heure que des idéaux pour les architectes du néo-libéralisme, leur impact réel sur les établissements scolaires réellement existants, confronté à la résistance active ou passive des enseignants, demandant à être précisé. Il en est ainsi de la nouvelle fonction dévolue à l’orientation, puisque pour les pédagogues, « Il s’agira (…) de déterminer et de préconiser, en dépit de tous les risques d’approximations et d’erreurs, le « parcours scolaire optimal », c’est-à-dire le mieux adapté, selon eux, aux débouchés professionnels possibles » (p. 193). Malgré ces quelques bémols, La Nouvelle école capitaliste est un véritable vade mecum pour réfléchir aux évolutions des systèmes éducatifs. La postface, ajoutée pour l’édition de poche, possède en outre le mérite de ne pas nourrir d’illusions sur les nouvelles orientations éducatives du gouvernement socialiste, affirmant son espoir dans une nécessaire rupture anticapitaliste et annonçant d’ores et déjà un prochain ouvrage sur l’école nouvelle à bâtir.

1La Fédération syndicale unitaire (FSU) est la première fédération syndicale de l’enseignement.

2 On apprend d’ailleurs qu’aux côtés de représentants du patronat européen, des chercheurs s’associèrent à ce travail, l’anthropologue Jack Goody (auteur de Le Vol de l’histoire, chroniqué sur notre blog) étant le seul cité à avoir refusé.

3 « Les mécanismes d’incitation, de récompenses et de punitions prennent ainsi le relais des « esprits de corps » et des éthiques professionnelles qui sont maintenant la cible de mesures visant à les décomposer. Le modèle bureaucratico-managérial repose sur l’anthropologie de l’homme économique mû par son seul intérêt personnel » (p.39). Cette opposition entre deux époques de la recherche scientifique grossit toutefois en partie les différences en négligeant une convergence majeure, celle de l’intégration déjà ancienne de la science dans le système économique. Voir Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, chroniqué sur notre blog.

4 Dans le même ordre d’idée, l’exemple du soutien scolaire privé, soutenu par l’État à l’aide de réductions d’impôts, coûte en réalité plus cher que si des postes supplémentaires étaient créés dans le public avec la même intention.

5 « En ce sens, le socle commun ne représente pas un instrument pédagogique démocratique, mais bien un outil managérial, fondé sur le développement massif de l’évaluation. Les pédagogues et les progressistes qui ont soutenu cette réforme n’ont pas toujours compris, ou n’ont peut-être pas voulu voir, que le socle ne pouvait être envisagé en dehors de la problématique du New Public Management et de l’obligation de résultat qui en est le principe opératoire » (p.238).

Francis Dupuis-Déri (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme, Montréal, Ecosociété, collection « Actuels », 2012, 264 pages, 19 €.

Compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage collectif regroupe principalement les communications d’un colloque tenu à l’Université du Québec en 2010 autour du thème gémellaire « capitalisme / anticapitalisme », quelques textes supplémentaires y ayant été ajoutés. La démarche, clairement assumée, est militante, les divers auteurs étant par ailleurs tous universitaires. Si les huit contributions ont été regroupées en trois ensembles – L’économie de marché en question, L’État et les autres systèmes d’exploitation, Capitalisme et culture –, nous préférons les traiter en suivant une autre démarche.

Plusieurs textes, en effet, sont des synthèses introductives à la pensée d’un auteur, sans réel apport théorique personnel. C’est le cas de Martin Petitclerc, qui s’intéresse à « Karl Polanyi, historien des mondes possibles », exposant les conceptions de cet intellectuel incontournable inspirées en partie du marxisme, parmi lesquelles on peut mettre en exergue la dénonciation du capitalisme comme antihumain, où l’économie s’aliène la totalité de l’existant, aux antipodes de l’idéal démocratique que Karl Polanyi défend. Un capitalisme qu’il ne considère absolument pas comme une étape inévitable, une nécessité historique, ce qui invite à des scénarios uchroniques, et n’est d’ailleurs pas nécessairement si opposé à la vision d’un Karl Marx (pensons à son hypothèse d’un passage du féodalisme au socialisme en Russie via le mir ou obchtchina c’est-à-dire la commune rurale ancestrale[1]), moins en tout cas que la sphère de la production perçue comme n’étant pas le déterminant principal avant l’avènement du capitalisme. Une approche intéressante mais qui, en l’état, laisse au lecteur un sentiment d’inachevé. Mélissa Blais et Isabelle Courcy, pour leur part, présentent les thèses du féminisme matérialiste, essentiellement celui de Christine Delphy. Apparues dans les années 1970 mais n’ayant connu un réel regain d’intérêt qu’en ce début de XXIe siècle, elles sont loin de faire l’unanimité, principalement du fait du caractère pour le moins audacieux de certains concepts, les « classes de sexe » ou le « mode de production domestique » en particulier. Anouk Bélanger, enfin, s’intéresse de manière bien trop brève à un théoricien de la culture, contemporain et compatriote de E.P. Thompson et Eric Hobsbawm, à savoir Raymond Williams, défenseur d’un « matérialisme culturel » au sein duquel la culture, représentation de la société, est une véritable force matérielle.

Les autres contributions sont plus originales en ce sens qu’elles apportent une réflexion inédite sur des sujets variés. Parmi les plus intéressantes, celle de Marcos Ancelovici est une réflexion autour du slogan des Indignés « Nous sommes les 99% » (repris d’ailleurs par le NPA). Le propos est centré sur l’Amérique du nord, et l’auteur montre bien que derrière l’efficacité médiatique et mobilisatrice de la formule, il y a bien une réalité, celle de l’enrichissement d’une minorité, qui est d’ailleurs encore plus sensible pour les 0,1%. Marcos Ancelovici insiste également sur les silences de ce slogan, les classes sociales, la question de la « race » (la sur-représentation des « blancs » dans le mouvement Occupy est-elle vraiment une donnée pertinente ?) et celle des sexes, témoignant au passage de la forte influence de ces problématiques outre-atlantique[2]. Son hypothèse d’un succès de ce slogan en Amérique du nord en rapport avec la marginalité du discours de classe mérite que l’on s’y attarde. Pour sa part, le coordinateur de l’ouvrage propose une analyse anarchiste renouvelée sur l’État[3]. Fidèle à la tradition historique dont il se réclame, il présente le système étatique comme une forme à part entière de domination et d’exploitation (non sans une certaine ambiguïté, en parlant de « classe gouvernante »), allant jusqu’à accuser l’État providence de jouer contre l’autonomie populaire et l’autogestion.

Moins novateur, David Mandel livre toutefois une très bonne synthèse sur le thème de la transition au capitalisme en Russie après la fin de l’URSS. Le tableau de cette Russie livrée à la Stratégie du choc est en effet terrible, le pouvoir politique y gardant toujours la première place. C’est lui, en effet, qui impulsa la constitution d’une bourgeoisie au prix d’une expropriation frauduleuse gigantesque des biens collectifs, conservant sous sa dépendance cette classe parasitaire en la protégeant de l’éventuelle colère d’un peuple grand perdant du changement. Eric Pineault livre une longue réflexion sur les crises financières vues comme normes du capitalisme actuel. L’occasion de rappeler des fondamentaux de l’analyse marxiste et d’insister sur l’hégémonie d’un capital financier d’un nouveau type, articulé sur une nouvelle forme d’exploitation des salariés via la dette (celle des ménages et celle des États). On retiendra en outre son relatif pessimisme (ou réalisme, c’est selon) qui le conduit à ne pas qualifier la crise actuelle d’anticapitaliste, à la différence de celle des années 1930. Luc Bonenfant, enfin, se livre à une critique du slam à travers l’artiste québécois Ivy, qualifiant ce genre de réactionnaire, du fait de son caractère pleinement intégré à la société de marché et de la prédominance de la forme sur le fond. Son échantillon pour le moins restreint limite toutefois drastiquement l’impact de son analyse.

Par-dessus le marché ! est donc un recueil quelque peu disparate, à l’image de ces autres ouvrages collectifs (chroniqués sur notre ancien site) que sont Y a-t-il une vie après le capitalisme ? et Postcapitalisme, dont le principal mérite semble être une invitation à le dépasser, le transcender.

 

 


[1]              Sur cette question, on peut se reporter à un article très documenté de Maximilien Rubel sur http://www.marxists.org/francais/rubel/works/1947/rubel_19470500.htm

[2]              Remarquons également les tentatives éditoriales pour acclimater en France ces problématiques, en particulier autour de la « race », dans les sciences humaines : voir sur ce blog les contributions de Dissidences sur Race et capitalisme, http://dissidences.hypotheses.org/982 et http://dissidences.hypotheses.org/979 et Les féministes blanches, http://dissidences.hypotheses.org/2849

[3]              Francis Dupuis-Déri laisse d’ailleurs à cette occasion passer une erreur importante, en faisant de tous les trotskystes des défenseurs de l’URSS analysée comme un capitalisme d’État… (p.132)

Sébastien Fontenelle, Les briseurs de tabous. Intellectuels et journalistes « anticonformistes » au service de l’ordre dominant, Paris, La Découverte, collection « Cahiers Libres », 2012, 184 pages, 14 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sébastien Fontenelle est un habitué des critiques au vitriol de figures intellectuelles ou médiatiques considérées comme garantes de l’ordre en place, voire comme des « fourriers de la réaction ». On se souvient en particulier de sa Position du penseur couché, consacré à Alain Finkielkraut, et de sa participation au recueil Editocrates, salutaire remise à niveau de ces experts auto-proclamés ayant leur tribune attitrée dans les médias1.

Avec Les briseurs de tabous, Sébastien Fontenelle poursuit dans cette veine pamphlétaire, réutilisant au passage certaines données reprises des deux ouvrages ci-dessus. Il s’intéresse cette fois à la stigmatisation des musulmans orchestrée depuis une large dizaine d’années, rejoignant des travaux comme ceux de Thomas Deltombe (L’islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France (1975-2005)) ou Pierre Tevanian (Dictionnaire de la lepénisation des esprits). Il dénonce ainsi les discours, tendant à avaliser une supposée progressive islamisation de la France, tenus par Renaud Camus, relevant le soutien apporté à ce dernier par Alain Finkielkraut en 2001. On touche toutefois là à une des limites de l’essai : Sébastien Fontenelle semble déduire de ce soutien ponctuel un accord constant implicite entre les deux hommes, mais il ne cite jamais d’autres preuves pouvant laisser penser à une défense permanente de Renaud Camus (c’est d’ailleurs un problème similaire que l’on retrouve avec la défense d’Oriana Fallaci par Pierre-André Taguieff en 2002…).

Sébastien Fontenelle touche par contre plus juste lorsqu’il évoque les écrits ou déclarations d’un Michel Houellebecq ou d’un Eric Conan, à travers lesquels il retrouve un antisionisme de gauche qui ne serait que le masque de l’antisémitisme, ou un antiracisme paravent d’un véritable racisme. Le parallèle avec l’inversion du sens des mots chère à la « novlangue néolibérale » analysée par Alain Bihr est patent2. Sébastien Fontenelle relève également avec ironie que ces pseudo-rebelles – ainsi de Pascal Bruckner dénonçant la tyrannie de la repentance et de la culpabilisation – se posent généralement en victimes du discours dominant… dont ils sont en réalité partie intégrante ! Il souligne enfin que certains médias ont amplement relayé les clichés3 ou les raccourcis sur l’islam comme danger pour la France, sans jamais effectuer d’autocritique4, mais il le fait en reprenant ce terme d’islamophobie que l’on peut trouver inadéquat. Certes, Sébastien Fontenelle se plaît à rappeler que le terme a été inventé par des intellectuels dès le début du XXe siècle, et non au moment de la révolution islamique en Iran, mais c’est quand même bien cette dernière qui l’a remis au goût du jour alors qu’il avait pratiquement cessé d’être utilisé. De plus, ce terme pour le moins ambiguë, car susceptible de toutes les instrumentalisations, permet trop souvent de rapprocher racistes anti-arabes et anticléricaux adversaires de toutes les religions…

Les briseurs de tabous condense donc des rappels nécessaires sur un discours médiatique de plus en plus souvent réactionnaire et/ou conservateur, mais son manque d’analyses élargies et sa prose parfois quelque peu simplificatrice5 ont tout de même de quoi susciter une frustration légitime.

1Ces deux ouvrages sont chroniqués sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/situation%20politique%20en%20france.htm#fontenelle et http://www.dissidences.net/divers.htm#chollet

2 « La subversion de la réalité et des mots qui la désignent devient une norme, et fait dès lors un abri sous lequel maintes détestations peuvent être dites, et maintes vilenies exprimées » (p. 36). Lire Alain Bihr, La novlangue néolibérale, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_epistemologie.htm#bihr

3 Le magazine Marianne, en 2011, évoque « ce qui sépare l’Européen moyen, qui feuillette vaguement un magazine people ou un quotidien gratuit dans le métro, et son voisin psalmodiant sur le Coran » (p.93).

4 Ainsi d’Eric Zemmour et Ivan Rioufol, qui s’étaient laissé prendre à la manipulation du Bloc identitaire sur l’organisation du premier « apéro saucisson-pinard » prétendument appelé par une Française lambda…

5 Difficile de soutenir que la totalité de l’UMP soit à classer à l’extrême droite…

Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, Paris, BDIC/ Gallimard, 2012, 140 pages, 24 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Catalogue d’exposition, l’ouvrage est aussi le manifeste d’une recherche collective : quand le politique s’écrit dans la rue.

Le pari est d’abord celui de déconstruire le sens commun de l’objet : ici l’affiche est moins image que texte. Elle est le politique de la rue, se comprend en réseau dans l’affrontement partisan des affichistes. Elle informe, mobilise, communique plutôt que de n’être que propagande. L’affiche est là une de ces formes brèves de l’imprimé depuis peu investie par les historiens[1]. Selon l’avocat Henri Ballot, en 1916, « l’affiche fait parler les murs, (…). Le journal est un imprimé, l’affiche est un acte. Un acte vaut mieux que l’écrit ».

Après une courte présentation des collections d’affiches de la BDIC et de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, l’ouvrage se structure classiquement en trois ensembles. L’affiche se présente d’abord comme un outil « d’affirmation de la démocratie et de l’urgence politique ». Six articles éclairent ce caractère, présent dès les placards et affiches politiques de la Révolution (J.-L. Chappey), mais essentiel pour se saisir du mode de gouvernement de la Commune à suivre (J. Rougerie). Dès la Révolution, l’affiche s’impose comme une forme démocratique de conquête de l’espace public : l’affiche est là texte, forme immédiate de communication politique par l’écrit (les journaux s’affichent, se « placardent » d’ailleurs) : l’affiche texte « Les trois urnes ou le salut de la patrie » vaut la guillotine à Olympes de Gouges, considérée comme « un attentat à la souveraineté du peuple » (M. Gouiran). Outil essentiel des gouvernements, elle est un lien direct avec l’opinion publique pour Auguste Comte (D. Reynié), accélérant le temps de la communication politique quand celui-ci mute sous l’effet des dépêches télégraphiques, créant du lien dans une société atomisée par l’occupation prussienne aux lendemains de la Commune. A ce premier parcours de l’affiche politique, la seconde partie du volume ajoute une lecture davantage centrée sur la matérialité de l’affiche dans la ville : « imprimer, diffuser, lire ». L’approche est novatrice, usant pour l’affiche de catégories analytiques déjà utilisées pour l’histoire de l’édition, de la presse. L’affiche est bien là texte plus qu’image, et les notions de chaînes d’écritures, de réseaux d’affichistes utilisées ne peuvent qu’enrichir l’histoire politique. Plus attendue, mais tout aussi éclairante, la troisième partie s’intitule « Action ! Voter, résister, militer, agir » et propose de courtes focales sur le XXe siècle, s’intéressant à la rupture graphique de Mai 68, gage de renouvellement de l’affiche politique. Si l’article consacré à « La Résistance, une parole libre, éclairante et mobilisatrice » (G. Krivopissko) convainc, on regrettera qu’il ne fut pas précédé de pages dédiées à l’antifascisme de front populaire où l’affiche joua un rôle important. Le regret signale tout l’intérêt de compléter ce premier tour d’horizon de l’affiche-action, d’investir les collections au titre de recherches sur une écriture du politique.


[1]              http://dissidences.hypotheses.org/2727