Archives de catégorie : Sociologie

Alberto Amo, Alberto Minguez, Podemos, La politique en mouvement, Paris, La Dispute, 2016, 223 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, on compte désormais (en français), quatre livres1 consacrés au nouveau mouvement politique espagnol, auxquels il faut ajouter la traduction des œuvres de Pablo Iglesias2, son principal dirigeant. Alors que les autres livres ont été écrits par une journaliste (Le Nez), un historien (Barret) ou sont constitués de traductions de textes des animateurs de Podemos (Dominguez/Gimenez), ce dernier est écrit par des militants du cercle Podemos de Paris, à l’aide de la presse en ligne espagnole.

Il se présente comme une introduction didactique sur le phénomène Podemos, pour des lecteurs français ne connaissant pas les arcanes de la vie sociale et politique de l’Espagne actuelle. Il s’agit en quelque sorte d’un « Podemos pour les nuls », destiné à un large public, grâce à la multitude de notes permettant de mieux saisir l’environnement dans lequel a émergé cette nouvelle formation politique. Le fil conducteur du propos est chronologique, depuis les conditions d’apparition de Podemos jusqu’au dernier épisode électoral des élections législatives de juin 2016.

Le premier chapitre dresse le portrait des mouvements sociaux qui aboutirent au phénomène des Indignés et à l’occupation des places des grandes villes du pays le 15 mai 2011. Ce chapitre est particulièrement développé (plus de 50 pages), car il restitue le cadre général social et politique qui aboutira au plus puissant mouvement social qu’ait connu l’Espagne depuis la transition démocratique, le 15-M. Le chapitre suivant présente le phénomène de « La Tuerka », émission de télévision qui précipite la construction du groupe dirigeant de Podemos, autour de la personnalité de Pablo Iglesias. En janvier 2014, au Tetro del Barrio se réunissent les initiateurs de ce qui va devenir Podemos, transformant l’indignation sociale massive en un mouvement politique susceptible de représenter une alternative électorale. D’éclairants développements sont consacrés aux discussions avec les autres partis se situant à gauche du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), comme Izquiedra Unida (IU, alliance à laquelle participent les communistes), Equo (écolo) ou le Partido X (réseau citoyen, issu également de la constellation du 15 mai). Comme l’écrivent les auteurs : « Podemos naît avec l’intention de produire un nouveau cadre électoral, un « nouveau sens », pour reprendre le terme d’Inigo Errejon, grâce auquel conquérir les institutions et générer un changement politique épaulé par les mouvements sociaux » (p. 100). Objectif réussi avec un résultat surprenant aux élections européennes du 25 mai 2015 (8%), dont les auteurs analysent longuement les conditions de réussite (forte participation citoyenne à travers le développement des cercles, substitut partidaire des collectifs d’occupation des places, une campagne inclusive, un discours de rupture : le populisme, en rupture avec l’axe gauche-droite et lui substituant une opposition caste/élite).

Le chapitre suivant (4) est consacré au mode de fonctionnement de Podemos. Les auteurs se montrent d’ailleurs assez critiques, montrant que deux orientations coexistaient dans l’organisation : une première, axée sur la participation électorale et un mode de décision assez centralisé et vertical (illustré par la direction du groupe Iglesias, Monedro, Errejon) ; une seconde, autour de Pablo Echenique et Teresa Rodriguez (elle-même membre d’une organisation d’obédience trotskyste, Izquierda Anticapitalista), beaucoup plus basiste et horizontale. Autour des débats sur l’organisation du parti à construire s’opposent vision d’un parti-élection et celle d’un parti-mouvement. Finalement, grâce à la centralité de la personnalité d’Iglesias (lequel n’hésite pas à menacer de se retirer si son projet n’est pas majoritaire), c’est la conception verticaliste qui triomphe et qui sera la base de fonctionnement de Podemos lors de l’Assemblée générale de fondation les 18-19 octobre 2014 à l’assemblée de Vistalegre.

Les deux derniers chapitres (5 et 63) sont sans doute les moins intéressants de l’ouvrage, car entièrement consacrés à l’analyse des différentes élections auxquelles Podemos se consacre dans les mois qui suivent : élections régionales et municipales (mai 2015), puis législatives (décembre 2015), puis nouvelles législatives (juin 2016). Si Podemos obtient des résultats assez mitigés aux élections régionales, en revanche, il parvient, dans le cadre de listes citoyennes, à obtenir de très bons résultats dans les principales villes du pays aux municipales, remportant la mairie à Barcelone ou Madrid (avec le soutien du PSOE).

Si aucun détail des soubresauts électoraux n’échappera au lecteur, en revanche, l’ouvrage ne développe pas vraiment le rapport que Podemos entretient avec le mouvement citoyen, ce qui persiste du 15M, voire du tissu associatif ou syndical plus classique. Dans la même veine, une discussion plus approfondie sur la notion d’hégémonie qui sature le discours des dirigeants de Podemos aurait mérité de plus amples développements qu’un simple rappel des travaux d’Ernesto Laclau. Peut-on limiter cette notion à « la création d’un cadre discursif avantageux » (p. 167), dans le strict cadre électoral ? Le phénomène Podemos a-t-il d’ailleurs, de manière plus générale, déjà épuisé ses potentialités que d’aucuns assurent subversives ? Autant de questions, parmi d’autres, amenées à alimenter de nouvelles études, plus problématisées.

1Héloïse Le Nez, Podemos, de l’indignation aux élections, Paris, Les Petits matins, 2015, Christophe Barret, Podemos. Pour une autre Europe, Paris, Cerf, 2015, Ana Dominguez, Luis Gimenez (dir.), Podemos, sûr que nous pouvons !, Paris, Indigène, 2015.

2Pablo Igleisas Turrion, Machiavel face au grand écran. Cinéma et politique, Lille, La Contre allée, 2016, et Les leçons politiques de Game of Thrones, Paris, Post-éditions, 2015.

3Notons d’ailleurs que le titre du 6e chapitre, « A l’assaut du ciel », consacré aux échéances électorales, paraît pour le moins un tantinet excessif.

Jonathan Crary, 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil (24/7. Late Capitalisme and the Ends of Sleep), Paris, La Découverte, collection « Poche », 2016 (2013 pour l’édition originale, 2014 pour la première édition française), 144 pages, 8 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un essai stimulant autant qu’exigeant que Jonathan Crary, spécialiste d’art moderne – qu’il enseigne à l’université Columbia de New York – livre ici, à partir de diverses conférences rassemblées et homogénéisées. Ce caractère composite se ressent à la lecture, tant les différents chapitres peuvent parfois apparaître radicalement différents dans leur angle d’approche.

Le premier chapitre pose les bases du sujet, au fil d’exemples divers, que l’on aurait aimé voir davantage approfondis. L’idée centrale, c’est la mise en conformité du sujet humain avec les rythmes actuels du capitalisme, fonctionnant en continu, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Sont ainsi évoqués les recherches de l’armée étatsunienne sur la possibilité d’agir sur le métabolisme des soldats afin de leur permettre un éveil augmenté sur plusieurs jours ; la privation de sommeil pratiquée sur les prisonniers de Guantanamo depuis l’offensive contre le terrorisme de ce début de XXIe siècle ; la baisse du temps de sommeil moyen constatée depuis le début du XXe siècle ; le passage du mode marche/arrêt des appareils au mode veille, ou encore l’éclairage continu des espaces urbains en lien avec le développement du commerce.

Jonathan Crary part de ces constats plutôt disparates pour aborder, dans les deuxième et troisième chapitres, des considérations plus théoriques touchant l’évolution du capitalisme et des technologies qui y sont directement liées. Selon lui, le temps dans lequel nous vivons est désormais un temps immobile, fixe, aux apparences d’éternité idéale, dénué de tout engagement contestataire1. Davantage que cette réflexion, trop réductrice à nos yeux – mieux vaudrait envisager une combinaison de temps emmêlés surplombée par l’absence/le rejet de toute alternative –, Jonathan Crary nous paraît toucher plus juste lorsqu’il replace cette évolution actuelle dans le déroulement du procès de modernité. Il présente en effet cette dernière comme s’étant efforcée de dévaloriser le sommeil au profit d’un temps de conscience et d’action, l’extension de l’éclairage des villes s’inscrivant parfaitement dans cette évolution.

Dans cette analyse de la modernité, Jonathan Crary ne pose pas suffisamment la question d’une ou de plusieurs modernités alternatives à celle portée par le capitalisme, et ce alors qu’il défend clairement une perspective d’émancipation fortement imprégnée de marxisme.

Dans ce stade du capitalisme qualifié souvent de néo-libéral, l’auteur insiste sur la mise en cause du progrès supposé incarné par les changements technologiques, particulièrement ceux du numérique, « (…) systèmes de management et de contrôle des êtres humains. » (p. 48). Il relativise donc leur nouveauté, et surtout évacue leur pseudo potentiel révolutionnaire. Au contraire, Jonathan Crary voit dans ces nouvelles technologies de l’information et de la communication, dans la mise en place de cette « vie électronique », pour reprendre le jargon dominant, un moyen d’effacement de la différence entre temps de travail et temps de loisir, jour et nuit, activité et sommeil.

Autant d’éléments générant une réification et une aliénation croissantes et brisant la vie quotidienne2, longtemps irréductible au processus de modernisation, puis grignotée peu à peu au cours de la seconde moitié du XXe siècle, avec la télévision comme étape capitale en tant que moyen disciplinaire par excellence (Jonathan Crary est nourri des analyses de Michel Foucault). Avec l’Internet et les entreprises qui le contrôlent, qui le gèrent, en effet, l’anonymat de la vie quotidienne disparaît, tout comme le temps réellement libre, et l’individu devient totalement privatisé, fuyant le monde réel et ses enjeux : « En ce sens, ces machines participent de stratégies de pouvoir plus vastes dont le but est moins de tromper les masses que de les neutraliser ou les désactiver en les dépossédant de leur temps. » (p. 100). Une dépossession qu’il relie également avec la destruction contemporaine des protections sociales, et avec la contre-révolution culturelle plus vaste visant à déconsidérer toute forme de vie collective, et par là tout germe de contestation sociale telle qu’elle a éclose dans les années 1960.

Le quatrième et dernier chapitre de l’essai débute par quelques analyses cinématographiques, pour déboucher sur une critique de Freud, renvoyant le rêve au désir individuel et à un passé survivant malgré tout à la modernité, et sur l’éloge complémentaire d’André Breton et de son rêve positif. Le sommeil est ainsi selon Jonathan Crary la « (…) seule barrière qui reste (…) » (p. 86) face à un capitalisme tout-puissant, et le possible point d’appui d’une résistance, voire d’une reconquête qu’il reste à définir.

1« Un monde sans ombre, illuminé 24/7, amputé de l’altérité qui constitue le moteur du changement historique, tel est l’ultime mirage de la posthistoire. » (p. 19).

2Entendu comme « (…) ce qui était laissé de côté, ou ce qui persistait face à la modernisation économique et à la subdivision croissante de l’activité sociale. Le quotidien était la constellation vague des espaces et des temps en dehors de ce qui était organisé et institutionnalisé autour du travail, de la conformité et du consumérisme. » (p. 82).

Alexandre Dézé, Comprendre le Front national, Paris, Bréal, collection « Thèmes & Débats », 2016,136 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Écrite par un des spécialistes du Front national, enseignant en Science politique à l’Université de Montpellier et co-auteur du récent Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique1, cette remarquable synthèse d’Alexandre Dézé mérite de figurer dans toutes les bibliothèques.

En cinq cursifs chapitres, l’auteur développe son analyse, articulée autour d’une idée simple : le « nouveau » FN, celui de Marine Le Pen, n’a rien de bien nouveau, manifestant au contraire une continuité importante avec celui de son père, Jean-Marie Le Pen.

Le premier chapitre, qui porte sur la nature du FN, permet à l’auteur de donner un cours accéléré sur les catégories de la science politique. Parmi les attributs généralement utilisés pour caractériser ce parti – droite radicale, nouvelle droite, néofascisme, populisme et extrême-droite – le dernier semble le plus à même d’éclairer la réalité du FN. C’est d’ailleurs pourquoi, loin des scénarios dramatiques et des analyses sommaires, le FN, selon Alexandre Dézé, n’est nullement un parti aux portes du pouvoir. En effet, « Pour l’heure, le FN ne bénéficie ni de l’implantation, ni du réseau d’élus, ni même du nombre suffisant de cadres pour prétendre à l’exercice du pouvoir au niveau national » (p. 27). Le second chapitre vise à retracer les six grandes étapes de l’histoire du FN, depuis sa création en 19732 jusqu’aux rebonds actuels suite à l’accession de Marine Le Pen à sa direction en 2011. Dans le troisième chapitre, Alexandre Dézé s’interroge pour savoir si le FN est devenu un « nouveau » parti, avec Marine Le Pen. A ses yeux, rien, dans son programme, sa stratégie, ou son organisation, ne permet de conclure en ce sens.

En revanche, ce qui a été fortement modifié, ce sont les perceptions (en particulier du point de vue des électeurs) de ce parti. C’est donc logiquement à l’analyse de la sociologie électorale, ainsi que des militants et de l’univers des sympathisants, qu’est consacrée la quatrième partie. Là aussi, l’auteur déconstruit quelques idées préconçues sur l’implantation du FN. Ce qui domine, c’est un vote interclassiste, qui n’a pas fondamentalement évolué depuis l’arrivée de Marine Le Pen. Notons au passage que l’auteur fait définitivement taire l’idée selon laquelle les ouvriers votant FN proviendraient de la gauche, qu’il y aurait transvasement entre le vote communiste et le vote d’extrême-droite. Le vote ouvrier pour le FN est en réalité un vote de radicalisation des « couches ouvrières de droite », milieu ouvrier particulièrement touché par la peur du déclassement social3. Cela ne signifie pas pour autant que tout est statique en matière d’électorat frontiste. Deux évolutions (fragiles à évaluer à ce stade) peuvent ainsi être notées : le ralliement croissant des catholiques, et le début d’un vote des fonctionnaires (en particulier des couches les plus humbles, catégorie C) vers le FN. Les études consacrées aux militants sont beaucoup moins nombreuses que celles orientées vers l’électorat. Le FN compte à ce jour un peu plus de 50 000 adhérents, ce qui en fait un petit parti, néanmoins marqué par des valeurs régressives fortes (antisémitisme, xénophobie, « islamophobie »).

L’ultime chapitre porte sur l’avenir du FN. En fait, selon Alexandre Dézé, le FN conjugue à la fois une volonté de « dédiabolisation » pour accroître sa surface électorale tout en étant contraint de conserver une dimension « rupturiste » par rapport aux autres partis afin de conserver son électorat. C’est dans cette contradiction que se situent les perspectives et les limites de la progression du FN. Bien que l’auteur n’y fasse pas allusion, la situation du FN dessine des traits (presque) similaires à ceux du fascisme historique ou du nazisme, ceux de son rapport aux forces classiques de droite. On le sait, ni Mussolini ni Hitler ne sont parvenus au pouvoir par la seule force de leurs partis, mais en tenant la rue et grâce à des « alliances » avec les forces traditionnelles du conservatisme. De ce point de vue, Marine Le Pen se situe (presque) dans la même configuration, la violence politique imposée dans la rue en moins.

Un seul regret dans ce très stimulant et didactique ouvrage, son angle d’analyse limité au FN stricto-sensu. Pratiquement rien n’est dit du contexte socio-économique qui porte celui-ci, ou de la politique du Parti socialiste au pouvoir depuis 20124 . En un format réduit, Alexandre Dézé offre aux lecteurs un très bon résumé des travaux les plus récents sur le phénomène frontiste, sans jamais tomber dans la caricature ou le simplisme.

1Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer (dir.), Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

2Réfutant au passage la « légende tenace » (p. 33) qui en attribue la paternité à Jean-Marie Le Pen.

3On peut légitimement penser que ces analyses, en particulier celle sur une « couche ouvrière de droite », risquent de provoquer de vives controverses.

4Même si une pique est adressée à Manuel Valls pour la porosité xénophobe de ses conceptions à l’égard des Roms.

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage est issu d’une thèse de science politique, De la LCR au NPA (1966-2009), sociologie des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, soutenue en 2011. Elle fait suite aux thèses de Jean Paul Salles (publiée sous le titre La Ligue Communiste révolutionnaire, 1968-1981. Instrument du Grand soir ou lieu d’apprentissage, PUR, 2005) et Stéphanie Rizet (demeurée inédite à ce jour), La distinction militante. Transformations et invariances du militantisme à la Ligue Communiste1. Si, globalement, les courants « situés à l’extrême-gauche du champ politique n’avaient été que peu étudiées » (p. 25), ainsi que le pointe l’auteure, le constat se doit d’être relativisé car la LCR est de loin l’organisation qui a suscité le plus d’intérêt de la part du champ académique2.

Revendiquant un point de vue interactionniste, à l’intersection de la sociologie de l’engagement et de celle des partis politiques, l’auteure a bénéficié d’un matériau d’analyse d’une richesse incomparable. En effet, dans la tradition du courant révolutionnaire, le militantisme ne se traduit généralement pas par la délivrance d’une carte de membre, comme il est d’usage dans la majorité des socialisations politiques. Or, après la présentation d’Olivier Besancenot aux élections présidentielles de 2002, les cartes d’adhérents furent introduites au sein de la LCR, mais inusitées. En effet, le NPA souhaitait fonctionner comme un parti classique, mais sans en avoir les moyens, ne serait-ce que l’utilisation des cartes qu’il diffusait et qui étaient entassées dans un carton au fur et à mesure de leur remontée. Ces milliers de cartes furent le matériau originel de la recherche, matériau auquel furent ajoutés des questionnaires distribués lors de plusieurs occasions (congrès notamment) ainsi que des entretiens (quarante-cinq au total, dont la liste figure en fin d’ouvrage). S’appuyant sur ce travail documentaire, Florence Johsua a également effectué des observations ethnographiques à l’occasion d’activités militantes, en particulier des réunions. On peut d’ailleurs regretter le caractère « parisiano-centré » de cette démarche, tant les réalités d’implantation en province auraient pu permettre de dresser un portrait plus diversifié de ce peuple militant.

L’analyse se déploie en trois temps Pour commencer, l’auteure s’intéresse aux transformations de la composition sociale de la LCR, à l’aune des modifications du champ socio-économique, de la fin des années 1960 à l’aube des années 2000. Issu principalement du champ de la jeunesse scolarisée, le corps militant de l’organisation subit un processus de vieillissement de son noyau demeuré actif politiquement, tout en continuant à attirer des jeunes, en particulier à partir de 2002. Avant le passage au NPA, plusieurs générations se côtoient donc au sein de la même organisation. Pour illustrer ces transformations, l’auteure utilise la technique, très riche, du portrait de militant (e) afin d’illustrer le processus qui conduit de l’engagement total au moment de Mai 68 à l’insertion sociale dans les années qui suivent (lire les parcours de militants développés par l’auteure). Mais c’est avec la candidature d’Olivier Besancenot en 2002 qu’une véritable rupture se manifeste. Le succès de ce dernier attire en effet des catégories nettement plus populaires, représentatives des difficultés qui se manifestent sur le marché du travail : précaires, déqualifiés, femmes… qui caractérisent une plus grande fragilité sociale de ces nouveaux adhérents. Ces couches nouvelles, fruits d’une forme de déclassement social (liée au décalage entre leur niveau de formation scolaire/universitaire et leur insertion professionnelle effective) montre assez clairement qu’il n’y a pas de fatalité pour que l’engagement se renouvelle, contrairement aux pronostics pessimistes (ainsi, celui de Jacques Ion qui envisageait une « fin des militants »3) sur l’épuisement des formes de mobilisations.

De ce point de vue, Florence Johsua manifeste une originalité importante dans le milieu de la recherche, dominé par la conception selon laquelle l’inadéquation entre la dotation scolaire et le rendement en termes d’insertion sur le marché du travail est producteur de déception4. Elle démontre, à partir de son cas d’étude, qu’au contraire, le passage par l’enseignement supérieur peut être un facteur de politisation et de dotation de ressources nouvelles pour les luttes, l’engagement. C’est un premier acquis fort de son analyse. La seconde partie du développement est plus particulièrement consacrée à la dimension idéologique de l’engagement. Pour cela, elle observe ce qui s’échange dans les cellules, sur le terrain parisien. Ce qu’elle enregistre, c’est une remise en cause du schéma stratégique originel, la croyance en la rupture révolutionnaire s’estompant largement dans le discours des nouvelles générations militantes. Cependant, ces évolutions ne sont pas exprimées en termes de « révisionnisme », mais plutôt comme l’expression d’un « droit à l’expérimentation » politique, tirant ces expressions du côté de la novation politique. Certains auteurs, attentifs aux discours portés par la gauche radicale, ont pu évoquer le caractère pragmatique du programme défendu par la LCR. L’identité marxiste révolutionnaire défendue par les plus aguerris des militants fait ainsi place à un questionnement sur la filiation politique chez les plus jeunes. Cette modification sensible est largement redevable à un certain effondrement des certitudes les mieux ancrées liées à la fin du système soviétique en 1989 et ses effets de ressac. Cependant, ces évolutions profondes des référents idéologiques n’empêchent pas le retour d’un certain refoulé orthodoxe, se manifestant en particulier dans le cadre du NPA. Ce dernier a été en effet depuis sa création en 2009 le terrain d’exercice et d’influence de luttes pour la définition d’une « véritable » identité révolutionnaire, aboutissant à une cartellisation de l’organisation.

Enfin, dans une dernière partie, l’accent est mis sur les évolutions de la vie militante. Le modèle léniniste du révolutionnaire professionnel, issu d’une lecture (sans doute) restrictive du Lénine de Que faire ?, est remis en cause. Florence Johsua se saisit des multiples dimensions de cette transformation, ainsi le fonctionnement du modèle du service d’ordre5. L’intégration (progressive) d’une perspective de genre, fruit du militantisme féministe des années 70 et suivantes, constitue un des facteurs mis en exergue par l’auteure pour saisir les transformations perçues. De même, la sensibilité de la LCR aux mobilisations des homosexuel-les (hélas trop vite abordée) participe de cette remise en cause d’un militantisme héroïque et masculin. Pourtant, note Florence Johsua, « si la LCR a peu à peu intégré les questions antisexistes à son agenda politique, rendant plus coûteuses qu’auparavant les remarques et attitudes ouvertement machistes, les pratiques et les représentations du militantisme ne se sont pas radicalement transformées, en tout cas, pas au point de bouleverser l’ordre de genre et les fondements de la division sexuelle du travail militant » (p. 205). Ce constat est d’autant plus vrai qu’il est difficile de promouvoir des attitudes empreintes des valeurs du féminisme quand l’absence de fortes mobilisations des femmes empêche d’exercer des pressions sur la vie sociale et sur le milieu militant. Ces remises en cause s’accélèrent après 2002, provoquant plus une coexistence qu’une réelle substitution des modèles de militantisme. A côté d’individus complètement immergés dans la vie partidaire vont s’ajouter des nouveaux nettement moins impliqués, illustrés une nouvelle fois par des portraits de militants, hommes et femmes.

De la lecture de cette analyse des permanences et des transformations du militantisme, le lecteur sort assez convaincu. Demeure une limite forte de ce travail, pour une appréhension plus générale des transformations de l’engagement révolutionnaire, le fait qu’il soit centré sur une seule tradition trotskyste, celle de la LCR, au détriment d’une approche intégrant, ne serait-ce que sous forme de questionnements, les autres composantes de la mosaïque de la gauche radicale. Le propos en eût été singulièrement enrichi. Reste l’approche systématique et riche d’un parcours d’utopie, qui se prolonge aujourd’hui principalement dans le NPA, mais aussi dans Ensemble6.

1Cette thèse de sociologie, soutenue à l’Université Paris VII en 2006, est curieusement absente de l’ouvrage de Florence Johsua.

2Cf. la recension des travaux conduits sur le trotskysme, Georges Ubbiali, « Les forces de la révolution. Bilan de presque quarante ans de recherche universitaire sur le trotskyme », Dissidences, n° 6, 2009.

3Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, éditions de l’Atelier, 1997.

4L’ouvrage le plus emblématique de ce type d’analyse est celui de Stépahne Beaud, 80% au bac… et après ?, Paris, la Découverte, 2003.

5On pleut ainsi citer, p. 166, le refrain du SO qui avait attaqué, au sens propre, le meeting d’Ordre Nouveau en1973, provoquant la dissolution de la Ligue Communiste :

« Dans la nuit noire brillent les mousquetons…

Les gardes mobiles nous barrent le chemin

Mais dans nos rangs il n’y a pas d’hésitation

Les gardes mobiles ça s’enfonce très bien

Au premier commandement

Nous chargeons gaiement

Nous frappons durement l’ennemi

Nous somme le bataillon

Du premier régiment

De la future armée ouvrière

Nous sommes le bataillon du premier régiment

Digne héritier du SO JCR »

6Ensemble, lancé fin 2013, est une des composantes du Front de gauche. Une grande partie de ses militants proviennent de l’ex-LCR et du NPA.

Julian Mischi, Le Bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, collection « L’ordre des choses », 2016, 400 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après avoir livré deux contributions majeures à l’histoire et la sociologie du Parti communiste français (Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, PUR, 20101 et Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Agone, 20142), Julian Mischi donne ici le fruit d’une enquête de terrain au long cours sur un atelier SNCF situé dans un bourg bourguignon. Dans l’esprit des grandes enquêtes ethnographiques américaines des années 60-70 (les blue collar community studies), l’auteur s’essaie à dresser le portrait d’un groupe ouvrier au-delà du strict domaine du travail, incluant également les espaces d’habitation. Par cet élargissement au-delà du cercle limité de la sphère productive, il s’agit donc de saisir également le terreau des relations sociales (familiale et/ou d’amitié) dans lequel s’enracine ce militantisme. L’enquête interroge donc les raisons (et les modalités) qui font que les ouvriers continuent de s’engager en intégrant les espaces de résidence. Le choix a été fait de limiter la perspective à la seule CGT, bien qu’ici ou là les autres organisations apparaissent au fil du propos. Le lecteur peut regretter cette limitation et les cécités qu’elles induisent (en effet, les couches populaires, y compris engagées, sont loin de se résumer à cette seule composante). Mais le choix est clair et le lecteur en est averti dès les premières pages, voire dès la photo de couverture. Entrer sur le terrain par le biais de la CGT, c’est également la possibilité pour l’auteur de prolonger ses préoccupations concernant l’évolution du PCF. Vingt-sept cheminots font ainsi l’objet de ce que l’auteur caractérise comme une « ethnographies des scènes sociales » (p. 13). L’auteur commence par présenter son terrain, un atelier SNCF implanté dans un bourg rural, atelier qui présente la particularité de fonctionner comme une PME, avec des dirigeants traditionnels dotés d’un fort capital d’autochtonie, encadrement concurrencé par l’arrivée de nouveaux qui ne présentent pas le même ancrage localisé, résidant parfois fort loin. L’appréhension des différentes dimensions « anthropologiques » des conditions d’existence permettant le maintien d’un engagement syndical est analysé au fil des chapitres, dans une perspective d’analyse des trajectoires sociales : résidentielle, parcours professionnel, ancrage familial ou encore rapport à l’école. Si la reproduction des parcours militants est possible, c’est aussi, analyse l’auteur, parce que ces ouvriers connaissent des conditions de travail (et de résidence) relativement stables, permettant une certaine continuité existentielle. Sur la base du matériau recueilli, Julian Mischi montre, avec attention, que cette élite syndicale que représentent les délégués est soumise à un contrôle assez étroit de la part de leur mandants, contredisant, sur la base d’une approche monographique localisée, est il utile de le rappeler, la tendance à l’institutionnalisation du syndicalisme, pointée largement dans la littérature sur ce sujet. Il insiste sur les processus différenciant fortement les partis politiques (en premier lieu le PCF), tendant à fonctionner en vase clos et s’appuyant sur d’autres ressources, en particulier institutionnelles, et les organisations syndicales, qui demeurent (en tous les cas, la CGT) en forte relation avec les couches populaires. Evidemment, en quittant ce livre stimulant et informé, le lecteur ne peut s’empêcher de s’interroger sur ce qui relève d’un constat ancré strictement sur le terrain qui lui a donné lieu et ce qui est vérifiable de manière plus englobante. En tous les cas, Julian Mischi livre ici une contribution tout à fait importante à la dynamique de l’engagement parmi les couches ouvrières et plus largement les milieux populaires contemporains.

1Lire notre compte rendu sur la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836

2Lire notre compte rendu sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/5141

 

Irène Pereira, Travailler et lutter. Essai d’auto-ethnobiographie, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques sociales », préface de Philippe Corcuff, 2016, 247 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La lecture de ce livre fait immanquablement surgir le parallèle avec ces artistes contemporains qui font de leur vie, de leur être, de leur corps, une œuvre. Telle une Sophie Calle débarquée dans le monde de la sociologie, Irène Pereira marque chacune des étapes de sa vie.

S’inscrivant dans un point de vue pragmatiste (explicité dans un premier chapitre), par le biais d’une approche auto-ethnobiographique, l’auteure sélectionne quelques séquences de son parcours : « (par ce) projet auto-ethnobiogragique il s’agit (…) de mettre en œuvre l’impératif pragmatiste de continuité existentielle de l’expérience » (p. 243). En arrière fond, il y a l’ouvrage de Pierre Bourdieu, Esquisse pour une socio-analyse, dont très rapidement l’auteure s’éloigne par la revendication explicite de la continuité expériencielle d’un sujet postulé, comme si tout n’était au final, comme écrit à plusieurs reprises, qu’un choix de décisions1 (exemple de ce décisionnisme, p. 49). Il y a aussi, indéniablement, du Tintin reporter, dans l’ouvrage, qui explicite des actions collectives, à partir des expériences de travail de l’auteure. Le statut de gardien de musées et ses insatisfactions, la construction d’une section syndicale, la difficile entrée dans l’Éducation nationale constituent autant de moments où Irène Pereira se livre à une auto-analyse située de son engagement. S’y ajoutent d’autres situations, comme sa participation à un débat (une dispute) sur la prostitution, la découverte du milieu de Bourges, ville dans laquelle elle est affectée comme professeur de philosophie stagiaire, son intervention en tant que consultante dans une mobilisation d’un syndicat CNT de la Région parisienne, lui permettant, au passage, de faire poindre un rapport social supplémentaire de domination, le rapport technocratique (largement documenté dans la littérature sous l’appellation de la bureaucratie).

Ce livre est tout entier sous tendu par l’idée de valoriser « la mise en œuvre d’une méthode qui accorde au faire et à l’expérimentation, un primat sur l’observation, fusse-telle participante » (p. 247), le tout teinté d’une défiance à l’égard de la hiérarchie (singulièrement dans l’Éducation nationale) et d’une inscription dans des valeurs libertaires. L’objectif de « faire de l’enquête sociologique une expérience existentielle (laquelle…) ne suppose pas un acte fondateur de rupture avec le sens commun, mais il s’agit d’un processus continu d’observation » (p. 54). A cette « démarche hérétique en sciences sociales » comme l’exprime Philippe Corcuff dans la préface, on rappellera néanmoins, avec Donna Haraway, auteure mobilisée par Irène Pereira, que « L’identité à soi-même est un mauvais système de décision » (p. 121, in Manifeste Cyborg et autres essais. Sciences, fiction, féminisme , 2007).

1Symptomatique apparaît ainsi son refus d’analyser un stage d’auto-défense mis en place pour des femmes car elle n’a aucun « désir d’investir sociologiquement cette pratique de loisir. Ainsi, en fonction des personnes, toutes les expériences sociales n’ont pas vocation à s’inscrire dans une enquête sociologique » (p. 52).

Marc Perelman, Smart stadium. Le stade numérique du spectacle sportif, Paris, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 96 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Marc Perelman, nous avions récemment chroniqué une étude sur Le Corbusier et son projet architectural1. Dans ce petit opuscule, il revient à son champ d’étude privilégié, celui du sport de compétition, dans la lignée de la théorie critique du sport fondée par Jean-Marie Brohm. On retrouve ainsi certaines des caractéristiques de cette analyse radicale, un travail particulier sur la langue, qui se veut à la fois scientifique et riche en chiasmes, et des conclusions parfois outrageusement catastrophistes (ainsi du sport télévisuel, effaçant le moi singulier).

Le cœur de l’étude menée dans ces pages, c’est l’évolution des stades en lien avec les progrès des technologies numériques. Face à la concurrence de la télévision ou de l’e-sport (les jeux vidéo, secteur économique d’ailleurs favorisé récemment par le gouvernement de Manuel Valls), les stades s’efforcent de proposer un spectacle total, le plus immersif possible, renforcement de sa dimension totalitaire, selon l’auteur. Outre qu’il dénonce l’abrutissement des foules de supporters et leur dépolitisation, le plus intéressant est sans doute dans les considérations économiques développées et les nombreux exemples cités. Utilisant les smartphones, les stades et les marques qui sont leurs sponsors s’efforcent d’encercler le spectateur, de se saisir de davantage d’occasions de dépenses. Cela va jusqu’à la matérialisation de publicités sur le terrain, invisibles sans le médium écran, ou la pratique d’un jeu vidéo en urinant dans les toilettes publiques d’un stade (celui d’Allentown, en Pennsylvanie), en plus de l’obtention de statistiques sur les joueurs, etc…

Marc Perelman voit ainsi dans ces stades connectés nouvelle génération, aux chantiers de plus en plus coûteux, les symboles de la société consumériste du XXIe siècle et les fourriers d’une aliénation exponentielle. Enfin, et c’est ce qui explique sa publication chez L’Échappée, il critique à travers ces exemples les nouvelles technologies numériques, qui procurent un sentiment de déification chez ses utilisateurs, là où en réalité les écrans réduisent le champ de vision et dissolvent les conversations et les dialogues.

Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Le sens social », 2015, 369 pages, 20 €.

Un compte rendu de Franck Gaudichaud

Pierre Bourdieu,  « le sociologue français le plus cité au monde » demeure marginal dans un champ de recherche sociologique essentiel, à savoir le travail : le constat de départ de cet ouvrage a en effet de quoi interpeller. Ainsi que le rappelle Maxime Quijoux, jeune sociologue, chargé de recherche au CNRS et maître d’œuvre de cet épais livre collectif, « cet ouvrage est issu d’un colloque organisé en décembre 2012 à Paris à l’occasion du dixième anniversaire de la disparition du sociologue Pierre Bourdieu. Financé par le conseil régional d’Île-de-France par l’intermédiaire du DIM-GESTES, cet événement a réuni sur deux jours plus d’une cinquantaine de contributeurs, revenant sur la place de Bourdieu dans la sociologie du travail, ou réfléchissant sur les vertus et les difficultés d’appliquer son modèle théorique aux mondes du travail. Ce livre réunit non seulement une vingtaine de contributions issues du colloque, combinant histoire, exégèse et enquêtes empiriques, mais propose un examen théorique de l’apport du sociologue à l’objet à travail. Bref, une réconciliation scientifique entre un chercheur et une discipline qui se sont si longtemps ignorés »1.

De fait, Maxime Quijoux – auteur d’une thèse remarquée sur les entreprises récupérées en Argentine, et qui revendiquait déjà l’œuvre de Bourdieu2– nous offre, en première partie de cette publication, une introduction-interprétation stimulante – souvent exigeante – de presque 90 pages sur Bourdieu et le travail, en décortiquant nombre de textes du sociologue disparu il y a plus de 10 ans. Il est certain qu’on ne saurait dire que le travail ait été la notion la plus travaillée ou la plus visible dans la production académique de Bourdieu, en comparaison avec d’autres domaines tels que l’école, l’État, la culture ou l’art. Néanmoins, ce livre cherche à montrer que cette constatation est en partie trompeuse, soulignant la présence du travail et de ses mécanismes de domination – parfois en filigrane – tout au long des recherches du sociologue français. En retour, le livre interroge aussi la faible incorporation de Bourdieu au sein de la sociologie du travail et nous propose en contrepoint – dans les chapitres trois, quatre et cinq – plusieurs études de terrain et éclairages plus théoriques qui démontrent tout l’intérêt que peut présenter une approche bourdieusienne des recherches sur un des processus centraux des sociétés capitalistes contemporaines : le travail salarié.

Dans son introduction, Maxime Quijoux souligne une donnée historique, ensuite mise en exergue par plusieurs auteurs : ce sont durant ses années algériennes et ses études sur le salariat de ce pays colonisé que Bourdieu centre ses investigations les plus clairement sur le travail. Ces écrits sont néanmoins fondateurs et marqueront de leur sceau l’ensemble de son œuvre. Dans ses textes algériens, Bourdieu montre à quel point « la rationalité économique relève de principes culturels situés, produits d’une histoire spécifique. Autrement dit qu’elle est un habitus. Le salariat apparaît alors à la fois comme l’effet et la condition de cet habitus économique » (p. 40). Un aspect d’importance est de rappeler que c’est précisément lors de ses recherches au cours des années 60 sur les paysans kabyles déracinés et la violente transformation coloniale de la société algérienne que Bourdieu établit plusieurs des concepts clefs qui lui donneront par la suite un écho mondial. Reproduction sociale, habitus, champ, violence symbolique, capital symbolique : « la fabrique du travailleur » passe précisément par ses grands paradigmes, au sein desquels le rapport salarial reste sous-jacent.

Ainsi, plutôt que suivre la segmentation arbitraire entre les « années algériennes » et celles de l’envol en tant que sociologue du Centre de sociologie européenne, au lieu de penser Bourdieu de manière compartimentée entre études sur l’école, l’art ou la culture, ce livre insiste sur les continuités avec pour fil conducteur le travail. Car si, par la suite, Bourdieu a semblé délaisser aussi bien l’Algérie que la socialisation salariale, ses futures recherches, notamment sur les étudiants, le système scolaire et les « héritiers », continueront finalement à débusquer et « dévoiler » les relations entre dispositions, domination et positions des agents, ceci de l’école jusqu’au poste de travail.

Cette entrée par le travail complexifie ainsi un peu plus notre connaissance de l’œuvre de l’auteur des Méditations pascaliennes et va à l’encontre d’un certain nombre d’idées reçues, y compris en ce qui concerne les critiques d’un Bourdieu jugé déterministe et misérabiliste (critiques émises entre autres par Boltanski et Passeron, avec des arguments de poids d’ailleurs). Pour Bourdieu, il existe une « double vérité au travail » et à ses mécanismes de domination, vérité objective mais aussi subjective, en ce sens que l’investissement des agents au travail fait partie des conditions réelles de l’(auto)exploitation : « les travailleurs peuvent contribuer à leur propre exploitation par l’effort même qu’ils font pour s’approprier leur travail »3. On retrouve ici une vision très pessimiste sur les conditions de l’émancipation et du changement social. Cependant, Maxime Quijoux insiste aussi sur le fait que face aux poids des déterminations socio-économiques, le travail peut représenter « l’une, sinon la seule, institution capable d’offrir des dispositions ‘nouvelles’, utiles aussi bien à une conduite réflexive que prospective, individuelle que collective » (p. 82).

Les divers articles de recherches qui constituent ce ouvrage poursuivent cet héritage et offrent une gamme plurielle d’approches aussi bien autour des activités intellectuelles et des professions artistiques, que sur les habitus professionnels et la division sociale (avec par exemple une étude étonnante de Thibaut Menoux sur la distinction au travail chez les concierges d’hôtel de luxe) et, enfin, sur les dominations et conflits au travail (à noter ainsi l’article de Laurence Proteau sur « être et paraître policier »).

Bien sûr, les exégètes de Bourdieu pourront certainement discuter cette nouvelle centralité du travail donnée par ce livre à son œuvre (Bourdieu s’est avant tout intéressé à certaines professions spécifiques et à la sociologie de l’emploi, délaissant de nombreux aspects fondateurs de la condition salariale) ; on pourra aussi regretter qu’il n’y ait pas davantage de textes de discussion plus critiques des limites de Bourdieu dans sa conception même du travail ou encore en ce qui concerne ses jugements souvent à l’emporte-pièce quant au marxisme, pourtant théorie critique fondamentale pour qui veut aborder le travail en régime d’accumulation capitaliste. En ce sens l’article – qui ferme le livre – du sociologue britannique Michael Burawoy est bienvenu car il comble en partie cette lacune : Burawoy y raille d’ailleurs le style de rédaction « alambiqué » de Bourdieu… mais, surtout, regrette comment le sociologue français « combine les deux perspectives opposées » de sujet et objet, volontarisme et déterminisme, agent et structure, homo habitus et homo ludens, passant de l’un à l’autre de manière pas toujours évidente ou les fusionnant selon les textes, mais sans « transcender véritablement cette antinomie » (p. 344).

Au final, nous sommes face à un livre important, érudit et original, qui pourrait même commencer à réconcilier en partie la sociologie du travail avec Pierre Bourdieu, y compris dans des domaines et objets d’études largement dédaignés par le sociologue. C’est le cas des syndicalismes et des luttes au travail : le texte de la politiste Sophie Béroud sur la « pertinence heuristique du concept de champ syndical » montre que la théorie des champs peut encore ouvrir des pistes de réflexions critiques tout à fait pertinentes, bien au-delà des centres d’intérêts de Bourdieu lui-même. Raison de plus pour lire ce livre.

2Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine, Paris, Éditions de l’IHEAL, 2011, 280 p.

3Pierre Bourdieu, « La double vérité du travail », ARSS, septembre 1996, n° 114, p. 89-91.

Hervé Le Bras, Atlas des inégalités. Les Français face à la crise, Paris, Éditions Autrement, collection « Atlas/Monde », 2014, 96 pages, 19,90 €.

 

Un compte rendu de Jonathan Louli

Directeur de recherche émérite à l’INED, Hervé Le Bras mène depuis plusieurs décennies des travaux multidimensionnels où sont mêlées notamment géographie, histoire et démographie. A travers l’atlas qu’il a proposé l’an dernier, Le Bras poursuit l’analyse des disparités régionales internes à la France qu’il a travaillée avec Emmanuel Todd1.

L’ouvrage est court mais très dense, et propose une vision particulièrement ambitieuse des phénomènes sociaux d’inégalité : dans une approche dynamique, l’auteur mobilise des perspectives démographiques, historiques, géographiques, mais aussi sociologiques, voire anthropologiques. Découpé en quatre grandes parties, le livre s’avère un outil très intéressant, d’une prise en main aisée, notamment à travers des explications claires et concises, illustrées par une multitude de cartes fabriquées par l’auteur à partir de données diverses. Ce format sert parfaitement la volonté de l’auteur d’une approche globale de l’inégalité, qui rejoint un refus de la spécialisation disciplinaire à outrance2, et permet de coller au mieux à « l’enchevêtrement des inégalités » (p. 6). En effet, comme le montre l’introduction, l’inégalité est loin d’être simplement économique ou « monétaire », et se trouve plutôt être un phénomène multidimensionnel, multicausal et cumulatif, d’où l’intérêt d’un atlas pour tenir ensemble une multiplicité d’angles d’analyse.

La première partie du livre tente de situer quelques disparités régionales en termes de fécondité et de mortalité, Le Bras commençant par montrer que du point de vue de la densité de population, depuis le XIXe siècle, les campagnes françaises ont été « désertées » au profit des villes, vallées, zones fluviales, côtes atlantiques et méditerranéennes. Ce phénomène de longue durée est nuancé par certaines variations relatives à la croissance démographique, qui s’est avérée importante entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fin du XXe siècle, presque partout en France mais, depuis les années 2000, dans les zones rurales surtout. Avec ce dynamisme, la France a vécu « une spectaculaire inversion » (p. 14) de sa position dans le palmarès des pays européens les plus féconds, passant du bas du tableau avant la Seconde Guerre mondiale, à la tête de celui-ci à partir du « baby-boom » des années 1940. Le Bras avance quelques facteurs explicatifs d’ordre « anthropologique » à ces mouvements démographiques, notamment l’évolution des structures familiales et des mœurs religieuses. Ces facteurs sont encore plus prégnants en ce qui concerne les mariages tardifs et naissances hors mariage, dont l’augmentation devient un « indicateur de modernité » (p. 16). Le Bras achève cette première partie en pointant les écarts de mortalité, qui « demeurent importants en France » (p. 20) en fonction du genre, de la condition socioprofessionnelle, de la région, notamment.

La seconde partie restitue les « deux grands axes » (p. 23) géographiques de l’inégalité en France : la « métropolisation » des richesses et des compétences, d’une part, l’impact des particularismes familiaux et religieux des régions, d’autre part. Le Bras commence par montrer qu’à la concentration urbaine des cadres supérieurs – dans une moindre mesure, des « cadres moyens et techniciens » – répond la relégation des populations ouvrières dans des zones périphériques ou non-urbaines. Les artisans, petits commerçants et professions manuelles ont d’ailleurs rejoint ces dernières, surtout dans la moitié sud de la France, où ils supplantent les agriculteurs. Si les taux de chômage et les écarts d’âge, de genre ou de profession ont fortement variés depuis les années 1980, la géographie de ces taux a semble-t-il peu varié : les territoires qui souffrent le plus du chômage sont le Nord, les villes et les régions déchristianisés où les solidarités familiales sont moins fortes. Les jeunes et les moins diplômés sont les plus souvent dépourvus d’emploi, tandis que l’emploi à temps partiel concerne surtout les femmes, qui sont en outre touchées par les inégalités en termes de salaires et de « fonctions économiques » (p. 33). A ces données, Le Bras adjoint de précieuses hypothèses explicatives qui puisent dans les histoires régionales, les caractéristiques qu’il appelle « anthropologiques » (implantation du catholicisme, formes des solidarités familiales, modes d’héritage, etc.) L’auteur étudie ensuite les inégalités de revenus, qui sont les plus criantes dans les villes et zones urbanisées, tandis que les zones rurales, globalement plus défavorisées, sont sensiblement moins inégalitaires. Après la fin des Trente Glorieuses, ce sont surtout les jeunes et les femmes seules qui ont été touchés par la pauvreté, tandis que la situation des retraités s’améliorait quelque peu. En outre, si depuis les années 1990 le nombre de bacheliers a tendance à stagner, les disparités régionales et la rivalité entre Bac général et Bac technique se sont accrues, non sans effet sur les salaires et le risque de chômage, bien que les femmes soient en moyennes plus diplômées que les hommes. La deuxième partie du livre se clôt sur quelques pages qui constituent « le cœur de l’atlas » (p. 42), et sont relatives à des inégalités géographiques dues à la « métropolisation » de la société. Si les cadres supérieurs, les hauts revenus et les professions intermédiaires les plus diplômées se concentrent dans les grandes zones urbaines, les « classes populaires diplômées », quant à elles, sont plus attirées par des « régions périphériques », par ailleurs rurales ou urbaines.

La troisième partie du livre examine les inégalités en matière de « solidarité » et de liens sociaux. Ainsi, si depuis les années 1980, soit pour leurs études supérieures, soit en guise d’« épreuve initiatique », les jeunes se sont concentrés dans les zones urbaines, c’est, pour ainsi dire, l’inverse pour les personnes âgées de plus de 65 ans, bien que ce soit groupe soit très hétérogène. Malgré une concentration des personnes âgées dans le Sud-ouest pour des raisons démographiques, il semble que les couronnes des grandes villes soient également concernées par le vieillissement. Le Sud-ouest est en outre marqué par des « traces de complexité familiale » (p. 54), c’est-à-dire que les anciens rapports familiaux dus au modèle « complexe » – dans lequel plusieurs familles ou personnes apparentées cohabitent – ont encore une forte influence sur les modes de solidarité, malgré la régression « empirique » de ce modèle en tant que tel. C’est ainsi dans le Sud-ouest, par exemple, qu’on trouve le moins de ménages avec trois enfants ou plus, mais le plus de couples sans enfant vivant avec une autre personne, et le plus de ménages constitués par plusieurs familles. Pour montrer comment ces « structures familiales » et « solidarités de voisinage » puisent loin dans l’histoire de France, Le Bras présente des cartes remontant au XIXe siècle, figurant l’opposition entre, grossièrement, le Sud-ouest et le reste de la France, en matière de « coutumes d’héritage », de « statuts agricoles », d’alphabétisation de la population, de divorce… Par ailleurs, c’est parmi les jeunes, les urbains et les ouvriers qu’on trouve le moins de propriétaires de leur logement, ces catégories étant notamment concernées par le logement social. Les zones non-urbaines sont d’ailleurs les principaux « territoires où l’on vit » (p. 64), tandis que les villes drainent les emplois et suscitent beaucoup de déplacements à leurs abords (mobilité domicile-travail). L’auteur consacre également quelques pages particulièrement intéressantes sur l’immigration, replacée dans une longue durée. Dès le XIXe siècle, des étrangers et immigrés s’implantent dans les régions frontalières et méditerranéennes, et travaillent beaucoup dans l’agriculture, désertée par les jeunes français en partance pour le secteur industriel. Après les deux guerres mondiales, hormis un ralentissement du à la crise de 1929, l’immigration est dynamisée par la forte demande de main d’œuvre du patronat industriel, qui envoie des « rabatteurs » en Afrique chercher des ouvriers. C’est avec la crise économique des années 1970 que l’immigration ralentit, montrant qu’elle « répond à des incitations économiques plutôt qu’à des mesures politiques ou sociales […] Lorsque l’économie plonge, comme en 1974 ou en 2008, le solde migratoire diminue. Lorsque l’économie redémarre, l’immigration redémarre à son tour » (p. 67). L’auteur rappelle que dès le premier recensement de population compilant les origines des étrangers, en 1851, des migrants belges et allemands représentent 5 à 7 % de la population dans les départements du nord-est, et les migrants italiens jusqu’à 6 % dans les départements du sud-est. Les migrants s’implantent donc en France à partir des territoires frontaliers à leurs pays d’origine, comme le montre également le cas des Espagnols, qui s’implantent, à partir des années 1930, dans le Sud-ouest. Le Bras reprend au sociologue américain Samuel Stouffer sa théorie de la « compétition » entre migrants pour mettre en valeur le fait qu’à leur arrivée, les Portugais n’ont pas pu s’implanter dans les mêmes territoires que les Espagnols, avec lesquels ils étaient en « concurrence ». Phénomène similaire avec les migrants en provenance d’Afrique du Nord à partir des années 1960 : Algériens et Marocains semblent contourner l’implantation des Espagnols, Portugais et Italiens, et s’implantent plus au nord ; cependant Le Bras attire l’attention sur le fait qu’Algériens et Marocains ne s’implantent pas pour autant dans les mêmes zones les uns et les autres. Comme a également pu le montrer, dans divers travaux, Abdelmalek Sayad à propos des migrants algériens notamment, Le Bras pointe que les migrants originaires « d’une même petite région, voire d’un village » (p. 69), se rassemblent là où, en France, leurs anciens compatriotes se sont implantés. La troisième partie du livre s’achève sur une analyse des religions présentes en France, à commencer par la « cristallisation » du pays à partir de la Révolution française, autour du rapport au catholicisme. Très grossièrement, l’est (Alsace-Lorraine), l’ouest (Vendée), une partie du sud (autour du Puy-de-Dôme), et le Nord dans une moindre mesure, constituent la France catholique, celle dans laquelle les prêtres ont refusé de prêter serment à la Constitution en 1791, et celle, quasiment trait pour trait, dans laquelle les catholiques pratiquants sont encore les plus nombreux au début des années 2010. Protestantisme, Islam et « autres religions » y sont également modérément implantées, ainsi qu’en Île-de-France. Les autres régions, postule Le Bras, à travers leurs contacts plus fréquents avec Paris, ont tendance à « accorder plus de confiance à l’État » (p. 70), et sont moins marquées par le catholicisme. L’auteur fait alors observer que la carte de cette deuxième France, où l’on compte 30 à 40 % de personnes se déclarant « sans-religion », semble largement recouper la carte de « l’ancienne zone communiste du centre de la France » (p. 73).

La quatrième partie de l’ouvrage prend donc pour thème cette géographie politique de la France, que Le Bras aimerait plus ambitieuse que la géographie électorale traditionnelle, en l’alimentant des perspectives anthropologiques et historiques qu’il a évoquées dans les pages précédentes. Il observe ainsi qu’au cours du XXe siècle, la vie politique française s’est structurée autour de l’opposition entre les bastions communistes et ceux du centre-droit « démocrate-chrétien ». La carte des premiers est presque l’exact inverse de la carte des seconds, cette dernière recoupant « presque exactement celle de la pratique catholique » (p. 76) à partir des années 1960. Les années 2000 connaissent cependant une transformation considérable, comme en témoignent les élections de 2002, qui sont suivies par une nouvelle stabilisation. En effet, les comportements politiques se sont presque inversés, des régions catholiques votant massivement à gauche, et des régions déchristianisées votant maintenant à droite ; c’est même dans le Sud-ouest que François Hollande a fait ses meilleurs résultats, c’est-à-dire « presque exactement la région la plus vieillie et la moins ouvrière de France » (p. 78), qui est également une des plus catholiques. Le vote pour la droite apparaît aussi « versatile » et « opportuniste », fluctuant entre centre et extrême droite de façon assez équilibrée : en 2007, Sarkozy fait ses meilleurs scores là où Le Pen père avait eu du succès en 2002, mais, parallèlement, les régions plus « chrétiennes-démocrates » ou centristes ont boudé le candidat de l’UMP. En 2012, c’est quasiment l’exact inverse : les régions où le FN était bien implanté abandonnent Sarkozy, ce qui peut expliquer sa défaite. C’est ainsi que l’extrême droite apparaît à Le Bras comme un « refuge des exclus », depuis l’émergence du FN dans les années 1980 jusqu’à 2012 : la carte électorale varie peu sur ce point, mis à part le fait que le vote FN se déplace des villes vers les campagnes. Contrairement aux autres partis, le FN incarne donc aux yeux de Le Bras « des craintes et des déceptions » (p. 83). C’est ce qu’indiquent les élections européennes de 2014, au cours desquelles le FN a connu un succès important dans certains territoires éloignés des grands centres, dans la continuité de son implantation des années 2000. C’est dans « les régions les plus dynamiques » et les « régions de tradition catholique » que l’extrême droite a le moins progressé (p. 84). Le Bras invite donc à revoir la théorie de la « porosité » de l’électorat d’extrême-gauche avec celui d’extrême-droite : entre 2012 et 2014, les régions où le vote pour le Parti de Gauche a régressé ne sont pas celles où le FN a progressé.

Dans sa conclusion, Le Bras rappelle que les disparités entre régions sont bien plus anciennes que les crises économiques des années 1970, et que les inégalités qui se déploient ont tendance à « faire boule de neige » (p. 86), l’inégalité de revenus étant par exemple une cause autant qu’une conséquence du système formé par les diverses inégalités. Si l’on compile plusieurs indicateurs, on peut avoir l’impression que l’inégalité est plus forte en ville mais c’est inexact ; c’est d’ailleurs dans les cantons entourant les grandes villes que les inégalités sont les moins fortes. En dehors des villes, « la carte des zones les plus inégalitaires se rapproche de celle du Front National au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 » (p. 88). Ce constat amène Le Bras à mettre en cause le traitement égalitaire des territoires réalisé par les autorités, qui ne tient pas compte de la diversité et de la complexité des « mentalités » et des facteurs anthropologiques et historiques qui distinguent les territoires français : « pour progresser vers l’égalité des individus, il faudra sans doute passer par une politique inégale des territoires » (p. 88).

Au final, l’ouvrage brasse une grande diversité de thématiques et d’angles d’analyse, qui peuvent être lus ensemble ou séparément. On appréciera que l’ouvrage ne s’adresse pas à des spécialistes de la géographie sociale ou de la démographie, et reste ouvert à de multiples débats politiques et scientifiques, tout en conservant rigueur, intelligence et simplicité dans l’argumentation. Un outil précieux pour tous celles et ceux qui sont intéressés par la France actuelle.

1Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, L’invention de la France, Paris, Hachette, 1981 ; Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, Le mystère français, Paris, Le Seuil, 2013.

2Hervé Le Bras, « Les trois démographies », in Socio, n° 2, 2013, p. 273-290.

Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian, Craig Calhoun, Le Capitalisme a-t-il un avenir ? (Does Capitalism have a Future ?), Paris, La Découverte, collection « L’horizon des possibles », 2014 (2013 pour l’édition originale), 336 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le Capitalisme a-t-il un avenir ? s’inscrit a priori dans la lignée de ces ouvrages réflexifs que furent Y a-t-il une vie après le capitalisme ? (sous la direction de Stathis Kouvelakis) ou Postcapitalisme (sous la direction de Clémentine Autain)1, à ceci près qu’à la différence de ces deux titres, clairement militants et engagés, celui-ci privilégie une démarche scientifique, basée sur la macro-sociologie historique, l’étude systémique de la réalité passée, présente et à venir. Immanuel Wallerstein est assurément le plus connu de ce panel d’auteurs en France, les autres ayant été peu ou pas traduits, mais loin d’une ligne éditoriale commune, tous ces chercheurs, bien qu’usant de méthodes semblables, ne partagent pas nécessairement les mêmes analyses et les mêmes conclusions. Néanmoins, leur objectif partagé était d’isoler, de repérer les « dynamiques structurelles profondes » (p. 10) de l’évolution du capitalisme, sans verser dans des scénarii de politique fiction détaillés. L’écriture de l’introduction et de la conclusion est commune, chacun d’entre eux signant individuellement sa propre contribution.

Immanuel Wallerstein pose d’emblée un diagnostic clair : le capitalisme est, pour lui, entré dans la « phase terminale de sa crise structurelle » (p. 20). Pour aboutir à ce constat, il croise les apports des cycles de Kondratiev et des cycles d’hégémonie (celle des États-Unis ayant été opposée l’Allemagne entre 1873 et 1945, avant de connaître un statu quo avec l’URSS, toutes affirmations que l’on pourrait discuter), insistant particulièrement sur la crise structurelle du capitalisme initiée à partir des années 1970. A ses yeux, la hausse constante des coûts de production est irréversible, et elle se double d’une instabilité politique, initiée par la « révolution-monde » de 1968 et par la réaction néo-libérale qu’elle suscita au sein des classes dirigeantes du monde capitaliste. Le résultat, en ce début de XXIe siècle, est une instabilité et une incertitude chroniques, car la « (…) combinaison d’austérité, de répression et de recherche d’argent à court terme entraîne une aggravation générale de la situation mondiale. » (p. 55) Dès lors, l’alternative se situe désormais, selon lui, entre conservateurs et réformateurs, « horizontalistes » (décentralisateurs et décroissants) ou « verticalistes » (favorables à une organisation politique verticale et à une croissance ciblée), ayant en commun l’objectif de davantage d’égalité et de démocratie. On saisit, avec cette première contribution, toute l’ambiguïté de l’exercice : une volonté de prendre de la hauteur, un recul utile et un esprit de synthèse acéré, mais une tendance à simplifier les choses, à tailler à coup de serpe dans la complexité des phénomènes.

Randall Collins, pour sa part, bâtit sa prospective personnelle sur l’hypothèse d’un chômage de masse croissant, lié à l’informatisation généralisée2, grimpant jusqu’à 50 voire 70% (sic) de la population active, et laissant des classes moyennes en déshérence. Cette vision relativement catastrophiste des choses, qu’il s’efforce d’argumenter longuement, conduirait à une alternative tranchée entre révolutionnaires et néo-fascistes, la crise structurelle du capitalisme étant en outre renforcée par la crise écologique. Ce scénario nous semble toutefois l’un des plus fragiles. La paupérisation des classes moyennes qu’il imagine ne s’articulerait pas obligatoirement avec une absence totale d’activité, et surtout, c’est là une vision qui semble surtout convenir aux pays les plus développés. D’autant qu’on imagine mal les gouvernements naviguer complètement à vue dans cette configuration, sans pour autant croire qu’« Une révolution institutionnelle pacifique est possible. » (p. 102) Enfin, sa vision d’une possible oscillation, à l’échelle séculaire, entre systèmes capitalistes et systèmes socialistes (qui sont excessivement tributaires ici de ceux du « socialisme réellement existant » du XXe siècle), voire de « nouvelles formes » (p. 111), peine à pleinement convaincre, sans doute par son caractère trop généraliste3.

Michael Mann se distingue de ses deux collègues par un optimisme plus net. Il voit en effet les deux crises majeures du capitalisme, la « Grande Dépression » de 1929 et la « Grande Récession » de 2008, comme conjoncturelles plus que structurelles. C’est ce qui l’amène à considérer que l’avenir du capitalisme est celui d’un monde multipolaire, sans guerre mondiale, engendrant de nouvelles « destructions créatrices » (Schumpeter) afin de trouver des sources de profit toujours renouvelées (comme le capitalisme vert). Nulle surprise, en suivant ces considérations, de déboucher sur des sociétés certes inégales mais stables, un capitalisme conduit par une faible croissance mais d’où tout horizon révolutionnaire est évacué (« S’il est un phénomène pour lequel la fin semble vraiment proche, c’est bien le socialisme révolutionnaire. », p. 153).

Georgi Derluguian adopte un parti pris fort différent de ses coauteurs. Revenant sur les prévisions d’une chute de l’URSS avancées dans les années 1970 par Immanuel Wallerstein et Randal Collins, il fait un retour sur l’expérience soviétique, analysée avant tout sous un angle géopolitique. Il replace ainsi l’URSS dans la continuité impériale de la Russie, les bolcheviques partageant avec des tsars comme Pierre le Grand un même souci de modernisation du pays4. Loin de toute critique unilatérale de ces derniers, il leur reconnaît également une prise en compte des nationalités diverses, de l’acculturation du peuple et d’une promotion sociale inédite à l’égard de couches sociales jusqu’alors marginalisées. Par ailleurs, il considère la guerre, Première Guerre mondiale et guerre civile enchevêtrées, comme la matrice de ce « socialisme de forteresse » et de l’État bureaucratique qui fut la constante de l’histoire soviétique, avec une oligarchie qui, selon Georgi Derluguian, paralysa le système économique5. C’est ce qui explique, selon lui, la volonté de cette oligarchie bureaucratique de passer à un capitalisme d’État, transition qu’aurait effectué Beria (une uchronie contestable) et que Gorbatchev échoue à mener à bien6, là où la Chine a connu un succès plus net, en particulier parce qu’elle était alors placée – à la fin des années 1970 – dans une position éloignée de la guerre froide soviéto-américaine. Il en tire la conclusion selon laquelle, pour le XXIe siècle, le scénario d’une révolution sera – et devra être, même – radicalement autre que celui de 1917 (« Si la guerre a pu être évitée, alors les révolutions violentes et les dictatures d’extrême gauche et d’extrême droite pourront sans doute elles aussi être évitées au XXIe siècle. », p. 215). Enfin, Craig Calhoun rejoint en partie les positions de Michael Mann. Plutôt qu’un effondrement, il voit la chute d’un certain capitalisme comme une période longue, à l’image de la transition entre féodalisme et capitalisme. Le problème principal, qui explique la crise mondiale de 2008, c’est la financiarisation croissante du système capitaliste depuis une quarantaine d’années. Dès lors, ce qui risque de se produire, c’est une conjonction de crise économique – caractérisée par une stagnation ou une croissance faible – et de crise politique, liée au caractère jugé de plus en plus insupportable et de la croissance des inégalités, et de l’externalisation des coûts de production (comme sur les ponctions faites à la nature, par exemple). L’avenir, selon lui, appartient donc davantage à un nouveau capitalisme d’État qu’à un néo-libéralisme de plus en plus décrédibilisé.

La conclusion revient sur ces différentes analyses, tentant de tirer des leçons de chacune des cinq contributions. L’alternative se jouerait ainsi entre une crise finale du capitalisme comme systèmemonde, un déplacement de l’hégémonie des puissances traditionnelles, et la catastrophe climatique encore en gestation. Un tel contexte pouvant encourager « une dynamique d’auto-organisation » (p. 312), autrement dit un regain d’activité notable pour le courant libertaire. Là où les auteurs semblent d’accord, c’est sur la nécessité de combiner, sur le plan économique, entre public et privé, État et marché. Bien qu’un tel effort de synthèse ait toujours tendance à émousser la force de certaines analyses, celles-ci, de surcroît, ne s’inscrivant que dans le cadre limité de la macro-sociologie, Le Capitalisme a-t-il un avenir ? contient néanmoins en lui-même suffisamment de réflexions stimulantes pour réfléchir encore et encore à cet avenir qui vient…

2Randall Collins montre au passage qu’il ne maîtrise pas réellement la culture science-fictive, étant resté sur l’hypothèse d’une révolte des robots, alors que la littérature de science-fiction tout particulièrement avait envisagé le remplacement des travailleurs et la domination d’une « caste de capitalistes » (voir entre autres Philippe Curval et sa Chère Humanité).

3Elle n’est pas sans rappeler l’idée avancée au début des années 1950 par Michel Pablo, alors secrétaire de la IVe Internationale, de « siècles de transition » pour parvenir au communisme.

4« (…) le marxisme nourrissait également chez eux un puissant rationalisme scientifique qui en faisait une variété inédite de visionnaires idéologiques modernistes épris de science et d’industrie. Dès le départ, ces marxistes révolutionnaires anticapitalistes étaient prêts à s’emparer des armes de leurs ennemis : la discipline militaire et la planification industrielle promues par l’État allemand et les chaînes de montage chères à Henry Ford. » (p. 177).

5« L’économie de commande a besoin d’un chef suprême qui prenne les décisions concernant l’affectation des ressources. En son absence, le gouvernement central est réduit à l’inertie bureaucratique, paralysée par le lobbying et les querelles d’influence des divers ministères et administrations locales. » (p. 190).

6« Au lieu d’une stratégie rationnelle mettant à profit les atouts de la superpuissance soviétique pour négocier une inclusion collective plus honorable au sein de la hiérarchie capitaliste mondiale, la nomenklatura a dilapidé et cannibalisé les actifs soviétiques dans une fuite en avant visant à protéger ses positions oligarchiques individuelles tant face à la purge gorbatchévienne que face au danger de rébellions populaires. » (p. 206).

Richard Mèmeteau, Pop culture. Réflexions sur les industries du rêve et l’invention des identités, Lisieux, Zones, 2014, 253 pages, 18,50 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce livre, Richard Mèmeteau tente de développer une compréhension interne de la pop culture, celle-ci étant définie comme une stratégie alimentée par l’obsession de « savoir ce que veulent les masses » (p. 6), et centrée sur les principes de réappropriation ou de récupération – contrairement à la contre-culture (p. 15). L’auteur nous invite dès lors à un voyage à travers notamment les comics, la musique pop, la chanteuse Lady Gaga, les séries Lost ou Game of Thrones, les films Star Wars, Harry Potter, Matrix

Cet essai s’intéresse à la structure narrative des blockbusters, les rapprochant de l’élaboration des mythes (ou « monomythe »), ancrée dans une tradition romantique (p. 120) et la conception d’un monde invisible immergé (p. 123). La reprise de l’analyse de David Brin des grandes maximes conservatrices, voire réactionnaires, du scénario de Star Wars est particulièrement illustrative (p. 133). Cependant, le recours à l’étude du romantisme par Michael Löwy et Robert Sayre (Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Paris, 1992) aurait permis de développer cette dimension.

Le livre est facile et agréable à lire – même si parfois, le ton léger de l’auteur peut lasser –, offrant ici ou là d’intéressantes réflexions. Mais il tend à réduire le champ des positions à une logique binaire de refus critique de la culture de masse (à l’exemple de Theodor Adorno par exemple) ou à une empathie pour celle-ci, qui suppose une compréhension interne – au risque sinon de renvoyer « la pop culture à un air du temps aussi indescriptible qu’intangible, et on désespère » (p. 158). Il est pourtant possible de dégager une critique autrement complexe, qui tienne compte du charme de ces récits… sans forcément y céder complètement. Ainsi, de manière générale, l’étude proposée ici, par sa sous-estimation des mécanismes marchands qui sont à l’œuvre, et par le cadre trop général de la « pop culture », manque quelque peu de critique et de radicalité.

Véronique Brocard, Au cœur des prud’hommes, Paris, Stock, 2014, 191 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

En 2000, Virginie Linhart avait publié une enquête journalistique, Enquête aux Prud’hommes (Stock), dressant un portrait inquiétant de la justice du travail. Dans la même veine, sans citer sa consœur, Véronique Brocard procède de même. Durant plusieurs années, elle a tenu un blog sur le suivi des audiences de la justice prud’hommale, qui constitue le cœur de son témoignage. Précédé par un avant-propos sur les éléments historiques essentiels de cette justice des travailleurs (origine, évolution, principe de fonctionnement) et d’une postface sur le devenir de cette institution fortement menacée1, le cœur de son livre est constitué de comptes rendus d’audiences. Le résultat est à la fois sidérant, passionnant et alarmant. Sidérant car le lecteur découvre la réalité d’une pratique de la justice totalement méconnue, même si elle concerne des centaines de milliers de cas chaque année. Passionnant, car par petites touches, l’auteure dessine le portrait contrasté d’un monde du travail plus cruel et inégal que jamais. Alarmant, enfin, car la multiplication des situations finit par laisser entrevoir un univers exprimant la violence des rapports sociaux. C’est bien d’un monde profondément malade que Véronique Brocard donne à percevoir. On y rencontre, parfois, des personnages connus, tel l’humoriste Didier Porte, licencié de France Inter. Son cas illustre à merveille l’adage qui veut que selon que l’on soit puissant ou misérable, on est jugé en conséquence. Didier Porte gagne son procès contre son employeur, touchant au passage 500 000 € d’indemnités. Mais que dire de cette femme, immigrée, qui vient pour réclamer rien moins que son salaire qui ne lui a pas été versée ? Sa plainte porte sur la somme de 815,56 €. Elle finit par les obtenir, sans un centime supplémentaire. Tel autre se bat pour le principe, puisque son contrat d’enseignant a été modifié, contre son gré. Il réclame donc 1 712 €, qu’il obtiendra lui aussi. D’autres histoires sont nettement plus alarmantes. Ainsi ces 750 cheminots d’origine marocaine qui ont travaillé toute leur vie à la SNCF, sans bénéficier des avantages conférés durant leur vie de travail réservé aux nationaux, avec une retraite réduite. Engagée depuis 2077, la procédure suit son cours pour ces travailleurs marocains concernés, victimes de discrimination d’une société de service public. Certaines affaires étonnent (mais en même temps, le lecteur manque parfois cruellement d’informations sur les cas précis). Ainsi cet agent de sécurité qui bricole durant ces heures de service (au lieu de surveiller les bâtiments pour lesquels il est payé), licencié par son employeur, mais qui gagne finalement son procès. Telle autre, licenciée pour avoir refusé de céder aux avances de son employeur qui l’avait envoyé en mission en Russie, perd son procès aux prud’hommes et se voit condamnée au dépens. Parfois, le récit approche de la cour des miracles ou l’ambiance des tableaux de Jérôme Bosch. Ainsi ces femmes de ménages payées 4,51 € brut de l’heure, soutenues par un militant du syndicat CNT (secteur du nettoyage), qui finalement abandonneront la procédure, ayant réussi à trouver un accord à l’amiable avec leur employeur. C’est aussi le cas, avec cette situation, assez inattendue (pour ne pas dire cocasse) d’une bonne de curé venue porter plainte contre l’association des prêtres l’employant et dont l’affaire est renvoyée en départage. On y croise aussi, au fil des audiences, un mari venu défendre sa femme (et qui perd), une plaignante qui vient déclarer une affaire sept ans après les faits, ou le combat collectif très médiatisé des 680 « Contis » (de l’usine Continental de Clairoix, dans l’Oise) venus contester le motif économique de leur licenciements et qui gagnent face à un employeur particulièrement cupide. Cependant, si l’on croise, ici ou là, des cas de luttes collectives, prédominent néanmoins les histoires de petites ou très petites entreprises, avec des patrons qui confinent parfois à la folie pure et simple.

A l’issue de ce livre, il est assez probable que le lecteur aura découvert (ou confirmé) que l’univers du travail se situe loin, très loin, du monde enchanté des contes de fées. Et que la justice prud’hommale, bien que ne constituant qu’une très mince protection contre abus et injustices criantes, mérite d’être connue et défendue.

1Que l’on songe que le taux d’abstention aux élections prud’hommales se monte à 70%, et que celles prévues en 2013 ont été reportées en 2017…

Chris Ealham, Barcelone contre ses habitants. 1835-1937, quartiers ouvriers de la révolution, Toulouse, Collectif des métiers de l’édition, collection « Les réveilleurs de la nuit », traduction de Elsa Quéré, 2014, 97 pages, 11 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre se compose de la traduction de deux articles de Chris Ealham, historien, auteur de Anarchism and the City : Révolution and Counter-Revolution in Barcelona, 1989-1937 (AK Press), non traduit à ce jour. Il propose une vision plutôt novatrice du processus révolutionnaire espagnol, inspiré par la perspective de la sociologie urbaine du marxiste hétérodoxe Henri Lefevbre (auteur du classique Le droit à la ville, chez Anthropos, 1968). Le premier texte, « Géographie imaginaire. Idéologie, espace urbain et contestation dans la création du Barrio Chino de Barcelone, 1835-1936 » porte sur la naissance de ce quartier populaire et ouvrier, le Barrio Chino ou Raval, quartier des bas-fonds barcelonais, concentrant à la fois la population la plus pauvre et la plus rebelle à l’ordre urbain bourgeois. Ce quartier, lié au développement capitaliste de la ville, devient rapidement synonyme d’immoralité et de criminalité. C’est aussi dans ce quartier que se concentrèrent les plus fortes résistances au développement urbain pensé par les modernisateurs de la ville, inspirés par la politique haussmanienne menée à Paris. Mais, derrière la volonté de rationaliser la ville se cachait en fait un projet politique, celui d’éradiquer les formes d’un ordre ouvrier, révolutionnaire. Selon l’auteur, s’est développé au fil des années, et singulièrement au début du XXe siècle, une sphère publique prolétarienne1 reposant sur une intense sociabilité (contrainte, certes, par les conditions déplorables de la structure de l’habitat), une profonde identité locale et une place décisive pour les organisations syndicales. C’est ainsi au sein du Barrio Chino (quartier chinois) qu’au moment du développement du « pistolerismo » (bandes gangstérisées financées par le patronat) se sont développés les formes d’auto-défense promues par la CNT, les Groupes d’action. Ce quartier du Barrio Chino s’inscrivait ainsi comme une volonté de lutte populaire pour contrôler l’espace et y exercer une forme d’hégémonie populaire. D’où la volonté d’assainissement de ce quartier, qui s’est en particulier concrétisé par le projet Macia, du nom de son instigateur, visant à détruire le Raval. Marcia s’inspirait notamment de la conception architecturale de Le Corbusier, qualifié par l’auteur d’architecte de l’ordre. Ce plan ne se concrétisa jamais, mais il montrait de manière claire comment les élites barcelonaises étaient obsédées par la volonté de purifier cet espace de ses éléments de résistance. Si ce premier article dresse en quelque sorte le portrait du Barrio Chino, il en constitue l’arrière plan du second article, en lien direct avec la perspective révolutionnaire ouverte par la lutte contre le soulèvement factieux de 1936. Intitulée « Le mythe de la foule enragée. Classe, culture et espace dans le projet urbanistique révolutionnaire à Barcelone, 1936-1937 », cette partie analyse « les aspects socio-temporels, symboliques, pratiques et spatiaux de l’urbanisme révolutionnaire à Barcelone » (p. 51). S’est mis en place, de juillet 1936 jusqu’en mai 1937 (date du soulèvement de Barcelone, qui sera un échec) le projet d’une ville anticapitaliste du point de vue de son ordre urbain. Chris Ealham passe en revue les multiples aspects de cet ordre nouveau. Ainsi, par exemple, la multiplication des barricades dans la ville. Pour bon nombre d’entre elles, leur rôle était essentiellement symbolique, affirmation du pouvoir ouvrier sur l’espace barcelonais : « les barricades étaient l’outil spatial d’un pouvoir naissant constitué de myriades de comités révolutionnaires armés locaux ou de quartier qui contrôlaient les déplacements vers, depuis, et à l’intérieur de la ville, et qui formaient la cellule de base par excellence de ce pouvoir révolutionnaire » (p. 56). L’auteur se montre par ailleurs fort critique à l’égard de la CNT, dont la pratique visait à s’intégrer dans la politique de défense républicaine, de manière très rapide. Ainsi, la multitude de comités ont vécu leur vie, indépendamment de l’organisation anarchiste, laquelle était engagé dans la reconstruction de l’État qui visait à leur éradication, ce que ce dernier parvint à obtenir en mai 1937. De nombreux autres aspects de ce pouvoir urbain révolutionnaire sont abordé, la nouvelle dénomination des rues, le port du mono, la salopette instituant un nouveau code vestimentaire, la destruction des biens de l’Église, la diffusion de la presse murale, ou, aspect sans doute le plus troublant, le refus de l’automobile. Selon Chris Ealham : « La destruction des voitures reflétait aussi l’idée esthétique de la révolution espagnole : un iconoclasme prolétarien anticonsumériste dirigé contre un élément important du système capitaliste naissant » (p. 72). L’auteur évoque également les éléments de conservatisme qui ont continué à rythmer la vie de l’espace révolutionnaire barcelonais, ainsi le rôle dévolu aux femmes, les militants et miliciens s’accommodant forts bien du maintien de la prostitution, par exemple.

Si ce livre, et plus particulièrement la seconde partie, pétille d’intuitions, certaines déjà connues néanmoins (le développement sur le mono repose sur la lecture de l’Hommage à la Catalogne d’Orwell), d’autres plutôt novatrices (la place de la voiture), il n’en reste pas moins que la taille du volume ne peut que constituer une première esquisse d’un travail plus systématique, que le lecteur est en droit d’attendre pour juger véritablement en quoi cette approche renouvelle la connaissance du processus révolutionnaire espagnol. En tous les cas, ces quelques pages en constituent indubitablement une excellente introduction..

1C’est ce que le sociologue allemand Oskar Negt, non mobilisé ici, a appelé un espace public oppositionnel : Oskar Negt, L’espace public oppositionnel, Payot, 2007.

Julian Mischi , Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, collection « Contre-feux », 2014, 332 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un premier volume1 consacré à l’ascension du PCF dans la période d’après la Seconde Guerre mondiale, le sociologue Julian Mischi livre un second tome, consacré cette fois-ci à son déclin. Son premier ouvrage était consacré à expliquer, sur la base d’une approche localisée sur plusieurs départements avec des archives très variées, comment les responsables du Parti communiste français avaient réussi à faire accéder les couches populaires (au moins une fraction de celles-ci) à l’engagement politique, contrecarrant (partiellement) la logique de sélection sociale sévissant dans le monde politique. Ce présent ouvrage explique pourquoi et comment, dans un mouvement dialectique, le parti et les classes populaires décrochent l’un de l’autre, aboutissant au résultat de Marie Georges Buffet, sa secrétaires générale, aux élections présidentielles de 2007 (1,93%), dépassée, horresco referens, par les candidatures de l’extrême gauche, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller. Julian Mischi s’attelle donc à examiner les éléments qui peuvent expliquer le passage, rapide, du « grand parti de la classe ouvrière » au plus petit des petits partis. Certes, les conditions socio-économiques d’une société française en crise profonde pèsent sur ce phénomène. A cette fragilisation du statut salarial s’ajoutent des phénomènes de grande ampleur, comme la recomposition de la classe (liée à la salarisation des femmes et au développement de l’emploi tertiaire), mais aussi la massification scolaire qui se joue à partir du début des années 70, incluant une partie non-négligeable des classes populaires. Cependant, ces transformations, pour explicatives qu’elles soient selon l’auteur, ne sauraient expliquer réellement l’ampleur de la rupture entre le parti et les classes populaires qu’il représentait plus ou moins jusque là. C’est donc vers l’appréhension des modifications internes au PCF lui-même que l’auteur se tourne, là encore, en utilisant avec intelligence un ensemble de ressources archivistiques extrêmement précieuses. Face à cette différenciation interne des classes populaires, le PCF infléchit son discours, dans le sens d’une rupture avec l’idiome ouvrier. Le discours classiste, ouvriériste cède peu à peu la place à un discours plus consensuel, brassant large, mêlant une rhétorique humaniste à une approche liée à « l’air du temps ». En se débarrassant du stalinisme après la chute du Mur, le PCF abandonne aussi en chemin le discours ouvriéro-centré. Cela s’accompagne d’une modifications importantes des pratiques. Parti orienté vers l’entreprise et le monde du travail ou les lieux de vie (voir le rôle des municipalités), le Parti cède peu à peu à un mode de fonctionnement qui ne lui est pas spécifique et ne l’identifie pas comme parti lié au mode de vie populaire. La cellule d’entreprise se rétracte, c’est par le biais du syndicat (la CGT) que s’effectue la liaison avec l’univers du labeur, tandis que s’affirment de manière croissante des structures liées au territoire (cellule de quartier, de ville). Ces évolutions dans les modes d’organisation se doublent également d’un changement dans le profil social des dirigeants et responsables. La figure de l’élu tend de plus en plus à occuper une place centrale dans le dispositif communiste, y compris d’un point de financier. Les militants sont cantonnés aux tâches d’animation quotidienne, tandis que la politique du parti se joue dans les instances élues. De ce fait, les militants issus des couches populaires sont relégués au second plan, tandis que le personnel entourant les élus se voit, au contraire, accorder un rôle toujours plus croissant. Les liens noués avec les fractions populaires et la politisation de ces couches se trouvent délaissées au profit d’individus qui peuvent mettre en avant des compétences gestionnaires ou techniques, liées à l’exercice des mandats. Certes, le PCF, continue à se singulariser par rapport aux autres partis de l’échiquier (en particulier par rapport au PS), mais au fil des années, ces différences tendent à être de moins en moins perceptibles, conduisant finalement à le banaliser. Banalisation d’autant plus marquée que le parti communiste participe à plusieurs occasions aux gouvernements de gauche, qui développent des politiques toujours plus orientées vers ce qu’on nomme le social-libéralisme. De tous les points de vue, les années 80 et suivantes sont marquées par une profonde rupture entre l’univers communiste et les aspirations des classes populaires. Non seulement le changement n’a pas été au rendez vous, mais les dirigeants communistes ont largement participé à cette décrédibilisation des attentes de transformations sociales.

Le bilan que dresse Julian Mischi se révèle au final terrible pour les équipes dirigeantes communistes. S’il n’aborde que très marginalement la question de l’attrait du Front national sur les classes populaires, l’auteur n’en conserve pas moins l’espoir que le PCF puisse espérer un avenir moins sombre que le déclin dans laquelle il est engagé. Le développement de la stratégie de Front de gauche et de rassemblement lui semble constituer de ce point de vue un aspect plutôt encourageant. En tous les cas, Julian Mischi conclut sa pénétrante analyse par un appel à une certaine dose de « volontarisme politique » (p. 293). Pour lui, au nom du passé glorieux qui fût le sien, le PCF conserve un avenir et une capacité à renouer avec les milieux ouvriers et populaires.

1Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, compte rendu sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836

Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, traduction française de Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, 285 pages, 25 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

La traduction française des travaux de Raewyn Connell entend contribuer à une perspective d’étude encore peu développée en France : les men’s studies. En effet, si la plupart des études sociologiques prennent pour objet les hommes, au point d’oublier les femmes comme le dénoncent les travaux féministes, elles tendent à considérer cette catégorie sociale comme universelle en ne traitant pas ce qui constitue souvent son corollaire : la singularité de la masculinité. Les travaux de Raewyn Connell, regroupés dans l’ouvrage, invitent à étudier cette dimension du genre, tout en tenant compte des contextes dans lesquels elle se construit et, de ce fait, des multiples formes qu’elle peut prendre.

Les deux premiers chapitres de l’ouvrage exposent la théorie de Raewyn Connell sur les structures de genre et les masculinités qui en résultent. La chercheuse australienne essaie de dépasser les approches catégorielles (la classique dichotomie hommes/femmes) et symboliques (les approches discursives et performatives du genre) à travers la notion de masculinité. Il ne faut pas réduire celle-ci à sa seule dimension identitaire désincarnée. La définition que Raewyn Connell en donne est ancrée dans la matérialité des pratiques sociales et, surtout, des corps. La masculinité se définit non seulement par rapport aux pratiques et représentations du féminin, conformément à la définition relationnelle du genre retenue, mais aussi selon les contextes. Elle peut revêtir de multiples formes. Raewyn Connell en identifie quatre : les masculinités hégémonique, subordonnée, complice et marginalisée. La masculinité hégémonique est caractéristique des hommes blancs socialement dominants. Celle-ci peut-être soutenue, voire renforcée, grâce à d’autres formes de masculinité à l’instar des subordonnées (par exemple, la masculinité homosexuelle) ou complices. L’approche de Raewyn Connell révèle toute la complexité des rapports de pouvoir à travers la notion de masculinité marginalisée représentée, par exemple, par les jeunes sportifs noirs. Pour Raewyn Connell, il s’agit bien d’une forme de masculinité dominante, mais qui ne permet ni de renverser la masculinité hégémonique ni de la subvertir. La domination est circonscrite à un groupe social spécifique, d’où l’appellation « masculinité marginalisée ».

Après avoir présenté les principaux points théoriques, l’ouvrage se poursuit par une partie plus empirique, extraite de l’ouvrage Masculinities de 1995, tout comme les deux premiers chapitres. Parmi les quatre exemplifications initiales, les responsables de l’édition n’en ont retenu que deux : l’analyse des masculinités des jeunes de milieu ouvrier et celle d’homosexuels. Les deux chapitres donnent à voir des applications concrètes de la théorie de Raewyn Connell, en cherchant à rendre compte systématiquement des multiples rapports sociaux (âge, sexualité, origine sociale, ethnique) traversant les masculinités. L’ouvrage se poursuit ensuite par trois articles publiés entre 1990 et 2012, consacrés à une question largement étudiée par la chercheuse : les effets du genre sur la santé. On retrouve dans chaque article la théorie de Raewyn Connell, plus ou moins développée, appliquée à des questions de santé concrètes (le sida, les politiques destinées spécifiquement à améliorer la « santé des hommes ») ou essayant de systématiser les applications possibles de cette théorie du genre au domaine de la santé (dernier chapitre).

L’introduction des traducteurs et la postface d’Éric Fassin viennent ponctuer le propos en apportant les éléments de cadrage nécessaires pour saisir la spécificité des analyses de la chercheuse australienne. L’intérêt des men’s studies est rappelé dans cette postface, tandis que l’introduction est l’occasion de présenter les critiques adressées à l’analyse de Raewyn Connell, notamment le manque d’articulation et d’explicitation des liens entre les différents types de masculinité ; le caractère trop « figé » des formes de masculinité identifiées ; la nécessité de déconnecter le sexe du genre car la masculinité n’est pas qu’un attribut des hommes. Elle peut aussi être appliquée aux comportements de certaines femmes. L’ouvrage représente sans nul doute un apport non négligeable pour les men’s studies et une tentative aboutie d’articulation des multiples rapports sociaux. Cependant, à l’issue de sa lecture, une question demeure : en quoi les différentes formes de masculinité identifiées sont-elles spécifiques aux hommes ? N’existe-t-il pas également, chez les femmes, des formes de féminité hégémonique ; des féminités qui lui sont subordonnées ou qui la renforcent, comme les masculinités complices ; ou enfin, des féminités marginalisées, à l’instar des femmes qui gèrent leur foyer d’une main de maître, tout en demeurant subordonnées dans les autres sphères sociales ? Comment ces formes de féminité s’articulent-elles aux masculinités, voire se confondent-elles, comme dans le cas de l’accession de femmes aux plus hautes sphères sociales du pouvoir politique et/ou économique ? Bref, si la théorie de Raewyn Connell permet de saisir les rapports sociaux entre les hommes, elle n’aborde pas la question des rapports sociaux entre les groupes sexués.