Archives de catégorie : Sociologie

Alexis Escudero, La Reproduction artificielle de l’humain, Grenoble, Le Monde à l’envers, 2014, 230 pages, 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage d’Alexis Escudero se rapproche fortement des pamphlets écrits par le collectif Pièces et main d’œuvre, localisé, tout comme les éditions du Monde à l’envers, dans la cuvette grenobloise. L’objet de cette critique technosceptique volontiers sarcastique, c’est la PMA (procréation médicalement assistée), dont l’accès à tous les couples est considéré comme une nouvelle antienne de la gauche.

L’argumentation d’Alexis Escudero s’articule en plusieurs points, appuyés sur de nombreuses données factuelles et de fréquentes citations. Il constate d’abord la baisse de la fertilité (ainsi que le déséquilibre « naturel » des naissances en faveur des filles), due probablement à la présence croissante de produits industriels dans l’environnement, et présente ainsi la PMA comme une fausse solution, en lieu et place d’une éradication des dits polluants industriels1. Surtout, il l’analyse comme une nouvelle démonstration du caractère expansif du capitalisme, qui après le contrôle des semences paysannes, souhaiterait prendre le contrôle des semences humaines. Et il est vrai que les exemples choisis illustrent bien l’essor d’un véritable marché lucratif à part entière, de riches clients exploitant les ventres et/ou les ovules des plus pauvres. Par ailleurs, le principe du choix exercé par les parents sur leur futur enfant, à travers le DPI (diagnostic génétique pré-implantatoire) en particulier, qui ne cesse de s’étendre sans limites envisageables, contient le risque d’une standardisation de la « production » et d’une diminution de la diversité génétique2. Car selon l’auteur, à partir du moment où la PMA sera accessible à des couples homosexuels, elle le sera de facto pour des couples hétérosexuels non stériles…

Il y a là, selon Alexis Escudero, un nouvel eugénisme libéral en action, qui considère implicitement l’enfant comme propriété de ses parents consommateurs, fourrier d’un humain génétiquement modifié3, sans que l’on puisse anticiper, comme pour les OGM, sur les éventuelles conséquences à long terme de ces manipulations du vivant. Mais le fond métaphysique de la question, c’est le refus d’une égalité biologique des êtres humains4 et d’une transformation rationnelle de l’humain et de la nature, sous-tendue par une haine des corps5 et une fascination pour les machines. Alexis Escudero s’oppose de la sorte au courant transhumaniste, bien sûr, mais également au volontarisme moderniste du mouvement ouvrier, accusé implicitement d’hubris. La gauche libérale est une de ses cibles privilégiées, mais une bonne partie de la gauche de la gauche également, accusée de ralliement implicite à la première, et de ce point de vue, l’analyse est bien trop laconique. A l’inverse, il s’appuie sur les réflexions d’un Ivan Illich, mais également de Jurgen Habermas ou Sylviane Agacinski.

Incontestablement, il y a là des éléments de réflexion stimulants. A plusieurs reprises, toutefois, Alexis Escudero semble aller trop vite dans son raisonnement, recourant de temps à autre à l’amalgame6 ou à la simplification7. L’alternative proposée est quant à elle très claire : refuser la PMA, pour quelque raison que ce soit, même sous la forme d’un service public gratuit (on reconnaît là une défiance anarchisante vis-à-vis de l’État), et privilégier à la place l’adoption.

1 Une réflexion qui se rapproche entre autres de celles de l’Encyclopédie des nuisances.

2 Dans la plus grande banque de sperme d’Europe, Cryos Bank, le sperme des roux n’est plus accepté car pas assez rentable !

3 Alexis Escudero évoque d’ailleurs une des réponses envisagées par certains scientifiques à la crise climatique : élaborer des humains de taille plus réduite, consommant et polluant donc moins !

4 Égalité qu’Alexis Escudero perçoit comme une caricature, s’incarnant par exemple dans la capacité à tomber enceinte à des âges de plus en plus avancés, voire dans la possibilité de se passer de grossesse via un utérus artificiel qui mettrait sur le même plan hommes et femmes.

5 Assimilée de manière sans doute un peu rapide à un nouveau manichéisme (au sens propre du terme).

6 Amalgamant bolcheviques et nazis dans leur désir d’un homme nouveau, par exemple, alors que ces deux objectifs ont peu de choses à voir, le premier visant une amélioration morale et culturelle d’un individu plus épanoui, libéré des carcans archaïques, le second une différenciation raciale passant par l’élimination des plus faibles.

7 La classe ouvrière remplacée par une nouvelle classe de producteurs, « ingénieurs, cadres et techniciens » (p. 38), fait fi de l’accroissement à l’échelle mondiale du prolétariat industriel. 

Mérabha Benchikh, Femmes politiques : « le troisième sexe » ?, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques sociales », 2013, 272 pages, 28 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

L’ouvrage de Mérabha Benchikh est issu de sa thèse de sociologie soutenue à l’Université de Franche-Comté en 2011. Il traite des carrières politiques féminines. L’auteure entend expliquer ce qui détermine les femmes à devenir élues et présenter les expériences résultant de l’exercice de mandats électifs. Une hypothèse centrale guide le propos : les femmes éprouveraient une « frustration relative » en raison de leurs plus grandes difficultés à accéder à un mandat. C’est cette frustration qui serait le moteur de leur engagement puis, de leur maintien en politique. L’argumentation repose sur un matériau constitué principalement d’entretiens menés auprès de député-e-s et, marginalement, d’élus locaux des deux sexes. Ils appartiennent principalement à des partis politiques de gauche. Des observations de l’auteure réalisées en tant qu’assistante parlementaire d’une députée agrémentent le propos.

Le prologue de l’ouvrage permet de fixer le cadre d’analyse. Constatant l’usage « banalisé » du genre, l’auteure dresse un rapide historique du développement de la notion, aux États-Unis et en France, afin de cerner les enjeux de ce concept. Puisant leurs racines dans les différents courants féministes, les gender studies ont donné naissance à différents courants de recherche : gay and lesbian studies, queer studies ou encore men’s studies. Les réactions qu’elles engendrent (mouvement masculiniste ou, au contraire, hominisme luttant contre l’image traditionnelle de l’homme viril) attestent, selon l’auteure, d’une remise en cause des identités sexuelles traditionnelles.

Trois parties structurent la suite de la réflexion. Dans un premier temps, Mérabha Benchikh présente les modalités d’accès des femmes aux mandats politiques. Les obstacles sont d’abord évoqués. L’enchevêtrement des espaces sociaux (sphère familiale, professionnelle, politique) permet de comprendre le phénomène. La limitation de l’engagement politique féminin proviendrait de facteurs « psychoaffectifs » (autodévalorisation, culpabilité par rapport aux enfants et/ou au conjoint), entretenus par les partis qui maintiennent les femmes dans des « seconds rôles » politiques et les responsabilités domestiques majoritairement attribuées aux femmes. Le chapitre suivant érige la trajectoire d’une députée en idéal-type du parcours de l’ensemble des femmes. L’héritage familial, la transmission d’un « goût » pour la politique et l’insertion dans des réseaux constituent autant de préalables à l’engagement. Un militantisme multisectoriel (partisan, syndical et associatif) permettrait aux élues de maintenir leur position, voire de la développer, tout en subissant les normes masculines dominantes en politique et en cherchant à préserver leur vie de famille que les femmes se doivent de ne pas négliger. Elles sont davantage considérées à travers leur position de « mère de » ou « fille de » qu’à travers leur rôle politique. Enfin, l’auteure s’intéresse plus particulièrement aux charges domestiques reposant sur les femmes. Elles freinent leur engagement. Leur élection ne contribue pas à remettre en question ce partage inégal. Au contraire, le recrutement privilégié des femmes parmi les catégories sociales aisées permet à ces dernières de se « décharger » de leurs responsabilités domestiques sur d’autres femmes, moins favorisées socialement (par exemple, des aides ménagères).

La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à l’intégration des femmes en politique. Elle traite plus particulièrement de la différenciation des sexes qui s’y opère. La revendication de l’appartenance au genre féminin est considérée comme un moyen pour les femmes de « survivre » en politique à travers, d’abord, la solidarité féminine qui se développerait parmi les élues, puis, les mesures paritaires qui favoriseraient les femmes dans ce monde d’hommes. Mérabha Benchikh constate l’existence d’un engagement antérieur des élues en faveur de la condition féminine. Cet engagement perdure au fil de l’exercice des mandats. Certaines d’entre elles se revendiquent d’ailleurs féministes et affirment développer une vigilance particulière à l’égard des conditions de vie des femmes. Cette solidarité de genre dépasserait les clivages partisans, mais elle ne serait activée que face aux manifestations du sexisme. Cependant, la sous-représentation des élues de droite et des extrêmes dans le corpus ne permet pas de confirmer ces affirmations. Après avoir rappelé le principe d’égalité dans la différence à partir duquel procèdent les lois paritaires, l’auteure présente les limites de ces mesures. Les partis politiques semblent être les principaux obstacles à la réalisation de la parité dans les faits. Elle propose quelques recommandations pour parachever la féminisation de la vie politique : la formation au rôle d’élue, le redécoupage des cantons et des circonscriptions afin de limiter les territoires ruraux jugés plus hostiles aux femmes, la réforme du statut de l’élu pour éviter le cumul des mandats et la professionnalisation en politique. Le dernier chapitre de cette partie revient sur les considérations passées et actuelles des élues à l’égard de ces mesures. Si elles ont soulevé le débat dans les années 1990, elles semblent faire l’unanimité aujourd’hui parmi le personnel politique féminin.

La dernière partie est la plus stimulante dans le sens où elle s’émancipe d’une représentation binaire du genre (masculin ou féminin) et envisage la plasticité des identités genrées à travers l’émergence d’un « troisième sexe » en politique, notion justifiant le titre de l’ouvrage. Ce « troisième sexe » est incarné par des femmes qui ont adopté les pratiques masculines dominantes, sans avoir renoncé pour autant à leur féminité. L’auteure présente d’abord les réductions sexistes auxquelles sont confrontées les élues, avant de s’intéresser à certaines réactions conduisant à la construction d’identités féminines alternatives, plus éloignées des représentations de l’ « éternel féminin » (femme passive, malléable ou « potiche »). L’enjeu des carrières politiques féminines est de réussir à s’émanciper des assignations masculines. Dans ce cadre, la revendication d’une différence apparaît comme l’une des premières stratégies mobilisées. Certaines femmes se présentent comme de « bonnes élèves » de la politique. Plus sérieuses, responsables, volontaires que les hommes, leur comportement irréprochable permettrait de relégitimer un personnel politique soumis à la crise de la représentation. L’attention portée aux problèmes concrets contribue en revanche à leur mise en retrait lors des activités de représentation, nécessaires à la reconnaissance en tant qu’élues. D’autres femmes choisissent, pour leur part, de se conformer aux comportements masculins. Elles sont alors prises dans un double bind : rester féminines tout en adoptant les comportements masculins nécessaires à leur maintien en politique.

Après plus de dix années d’application des mesures paritaires, l’ouvrage apporte un bilan nécessaire. Il s’inscrit dans une perspective contemporaine du genre, tendant à remettre en question la pertinence de la bi-catégorisation comme outil d’analyse des comportements des hommes et des femmes à travers l’idée de « troisième sexe ». De nombreuses citations d’entretiens illustrent le propos, parfois au détriment des analyses. Cependant, trois limites principales apparaissent. Tout d’abord, une présentation détaillée du corpus fait défaut. Si l’on connaît le public ciblé par les entretiens, on ignore le nombre de personnes interrogées et leurs caractéristiques sociologiques, notamment l’expérience politique dont on sait, grâce à de précédentes études, qu’elle permet de relativiser l’effet du genre1. Une présentation des enquêtées en annexe aurait été bienvenue. Elle aurait permis de nuancer davantage certaines aspects de la démonstration, notamment la conscience des appartenances genrées développée par les enquêtées. La réalisation d’entretiens en lien avec les réseaux féministes, comme le suggère l’introduction du livre à travers les deux entrées sur le terrain (une députée engagée localement en faveur des femmes depuis de longues années et la secrétaire de l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes), peut conduire à une sur-représentation des élues partageant ces représentations. De même, si l’auteure a bénéficié d’une opportunité d’observation durant plusieurs mois en tant qu’assistante parlementaire, on ignore tout de la nature des activités politiques auxquelles elle a été confrontée. Par exemple, a-t-elle travaillé dans la circonscription en province et/ou à l’Assemblée nationale ? Quelles sont les activités politiques observées (réunions « officielles » ou moments informels tels que les « pots » de fin de réunion) ? Les comportements des femmes sont-ils toujours identiques lors de ces diverses manifestations ? L’analyse perd en précision en ne s’appuyant pas, ou du moins marginalement, sur une approche contextualisée de la construction des identités de genre.

Ensuite, l’emploi de la notion de « carrière », fil rouge de l’ouvrage, pose problème. Ses références à la sociologie interactionniste anglo-saxonne (Becker, Hughes, Goffman), également développée en France2 sont passées sous silence par Mérabha Benchikh qui préfère une analyse bourdieusienne du champ politique, à travers l’idée de « domination masculine » systématique. Ce positionnement est légitime, quoique les analyses de Bourdieu concernant la participation des femmes à leur propre domination – idée que reprend l’auteure en analysant l’« auto-dévalorisation » (p. 123) et l’ « auto-exclusion » des élues (p. 188) – puissent être nuancées3. Cependant, il aurait été pertinent de mobiliser d’autres notions telles que celles de « trajectoire » ou de « parcours », davantage adaptées au cadre analytique. En outre, une approche dans ces termes mobilise la dimension diachronique. L’auteure évoque une évolution des comportements féminins au fur et à mesure de l’exercice des mandats, mais les femmes semblent condamnées à rester dans des postures stigmatisantes, y compris lorsqu’elles tentent d’adopter les comportements dominants. Dès lors, on perçoit mal comment elles parviennent à « faire carrière ».

Troisième limite, le manque de mobilisation de variables explicatives. Les comportements féminins sont présentés comme relativement homogènes, ce qui tend parfois à les réifier. Les variations observées ne sont pas toujours commentées, ou alors, elles le sont de manière limitée. C’est le cas notamment lorsque l’auteure explique le féminisme des élues, débutant souvent avant leur entrée en politique, par leur appartenance partisane. L’argumentation peut difficilement tenir puisqu’il est affirmé par ailleurs que les élues adoptent une « couleur » politique au moment de leur élection. Autre exemple, aucune explication des causes de la masculinisation des comportements féminins n’est apportée : pourquoi certaines femmes parviennent-elles à adopter les pratiques politiques dominantes, notamment celles relevant de la politique politicienne, tandis que d’autres semblent ne pas pouvoir s’y résoudre ? Une analyse des caractéristiques sociales et des dispositions des femmes aurait pu éclairer ce phénomène. Plus globalement, l’étude souffre d’un manque de considération à l’égard des autres rapports sociaux (de classe, de « race », d’âge, etc.) contribuant à la co-construction de la domination masculine dans le champ politique.

En résumé, le travail de Mérabha Benchikh s’avère nécessaire compte-tenu des évolutions actuelles du champ politique. S’il apporte des conclusions prolongeant certaines orientations actuelles des gender studies, on ne pourra que constater la fragilité de la démonstration qui permet d’y parvenir. Le cadre analytique mobilisé ne permet pas d’envisager la co-construction des rapports sociaux, ni leur évolution au cours de la carrière politique, ce qui contribue parfois à une homogénéisation abusive des comportements féminins. L’ouvrage se veut davantage une analyse féministe, engagée dans l’objectif d’établir une égalité de faits entre les femmes et les hommes et contribuer ainsi à une « société du mieux-vivre ensemble » (p. 257), qu’une réflexion sur la notion de genre et ses apports pour la recherche.

1 Voir C. Guionnet, « Entrée des femmes en politique. L’irréductibilité du genre à l’heure de la parité », Politix, n° 60, vol. 15, 2002, p. 113-146.

2 Voir, entre autres : E. Agrikoliansky, « Carrières militantes, et vocation à la morale : les militants de la Ligue des droits de l’homme dans les années 1980 », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, p. 27-46 ; M. Darmon, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, n° 82, vol. 2, 2008, p. 149-167 ; O. Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, 2001, p. 199-217. Pour une synthèse de l’usage de chaque notion (carrière, trajectoire, parcours, …) et de leurs implications, voir O. Chantegros, S. Orange, A. Pégourdie et C. Rougier (dir.), La fabrique biographique, Limoges, PULIM, « Sociologie, sciences sociales », 2012.

3 Pour une critique de La domination masculine de Pierre Bourdieu : A. M. Devreux, C Marry, E. Fassin, E. Hirata, « La critique féministe et La domination masculine », Mouvements des idées et des luttes, mai 2007 [consulté en ligne] 

Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, Thomas Pierre, François Oudin, Sabrina Sinigaglia-Amadio, Jérémy Sinigaglia, Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques, Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2012, 193 pages, 15 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

Issu des journées d’études qui se sont tenues les 4 et 5 juin 2009 à l’Université de Lorraine, cet ouvrage a pour objectif de contribuer à la valorisation des études de genre en publiant des recherches de jeunes chercheurs (doctorant-e-s et docteur-e-s) et en proposant une réflexion critique sur les usages actuels du concept dans les sciences humaines. Il se structure en trois parties. Les deux premières présentent les résultats de recherches menées dans le domaine artistique ainsi que dans le milieu professionnel et militant. La troisième partie regroupe des contributions de chercheurs confirmés. Ces derniers expliquent leur positionnement théorique, à travers les diverses études qui les ont conduits à utiliser la notion de genre.

La première partie débute par la contribution originale de Nelly Quemener. Cette dernière analyse plusieurs générations d’humoristes français, à partir du milieu des années 1980, dans le but de saisir les représentations des femmes. On passe ainsi de la féminité vulgaire et stéréotypée, incarnée par Antoine De Caunes et José Garcia dans Nulle Part Ailleurs (Canal +) à partir de la fin des années 1980, à de nouvelles figures féminines à partir du début des années 2000, comme celle de Julie Ferrier ou Florence Foresti. Elles incarnent des formes d’empowerment dans la mesure où ce sont des femmes qui se livrent à la satire des femmes, et non plus des hommes. Cet humour au féminin conduit même à tourner en dérision certains regards d’hommes sur les femmes, par exemple, lorsque Armelle se déguise en Petite Sirène dans le célèbre talk show, T’empêches tout le monde de dormir, afin de caricaturer les fantasmes masculins de Philippe Lucas, l’entraîneur de Laure Manaudou dont les affaires sentimentales étaient particulièrement médiatisées à cette époque. Reguina Hatzipetrou-Andrnikou s’intéresse ensuite au parcours des femmes instrumentistes de musique traditionnelle en Grèce. Elle analyse leur socialisation dans ce milieu masculin. Puis, Irina Kirchberg propose une étude de la natation synchronisée. Elle montre comment les performances sportives des nageuses sont dévalorisées, voire tues, par les commentateurs de cette discipline olympique, au profit des dimensions esthétiques. Les normes de genre conduisent les nageuses à jouer des marqueurs de la féminité à travers leur tenue, par exemple, afin de correspondre aux attentes et à masquer la dimension « masculine » de leurs performances.

La deuxième partie se compose de quatre autres contributions relatives au monde professionnel et militant. Ève Meuret-Campfort revient sur les grèves des ouvrières de l’usine Chantelle dans les années 1980 et 1990. Elle montre que la dimension genrée est absente des registres argumentatifs des ouvrières, ces dernières mobilisant davantage leur appartenance de classe que celle de genre. La principale explication de ce phénomène émane du contexte industriel de l’époque, marqué par des fermetures de chantiers navals. Établir des liens entre les différentes mobilisations est ainsi un moyen pour les femmes en grève d’obtenir le soutien des syndicats locaux et des autres ouvriers mobilisés. Ce sont les spectateurs de ce mouvement qui perçoivent cette lutte à travers son caractère féminin. Suivent ensuite trois autres contributions d’Alban Jacquemart concernant les mobilisations féministes d’hommes, d’Édith Gaillard au sujet des squats anarcho-féministes français et allemands et de Mathieu Caulier qui s’intéresse aux usages politiques du militantisme sacrificiel de femmes dans des ONG mexicaines.

La dernière partie du livre propose une réflexion sur les usages du genre. Laura Leonardi dresse le bilan des études de genre en Italie. Puis Lilian Mathieu revient sur son positionnement théorique – controversé, notons-le – à l’égard de la prostitution. Il montre les limites des approches féministes concernant cet objet d’étude en raison principalement du caractère non-systématisé des enquêtes menées sur le sujet. Pour lui, ces analyses relèvent davantage de l’ordre de la propagande idéologique que d’une démarche scientifique. Virginie Vinel présente ensuite les différents enjeux de ses recherches : concilier une analyse des déterminants structurels des comportements féminins avec la « puissance d’agir » (agency) dont disposent les femmes ; étudier les rapports sociaux de sexe sans durcir les clivages entre masculin et féminin ; mener des analyses microsociales du genre en tenant compte des autres rapports sociaux qui le structurent, notamment ceux d’âge. Au final, l’approche en situation qu’elle développe, avec l’équipe de recherche dont elle fait partie, au sujet de la construction du corps selon le genre et les âges de la vie (jeunesse et vieillesse), permet de saisir les déterminants institutionnels et les stratégies individuelles. Dans le dernier chapitre, Roland Pfefferkorn livre une synthèse des travaux menés aux États-Unis et de leur réception en France.

L’ouvrage se termine par une conclusion organisée autour de trois remarques concernant les études de genre en France : leur récente, mais incontestable, institutionnalisation ; la nécessité de développer ce champ d’étude en parfaite autonomie au regard des positionnements féministes ne reposant pas sur une démarche analytique rigoureuse ; la prise en compte de l’intersectionnalité c’est-à-dire de l’imbrication des rapports sociaux de sexe avec ceux d’âge, de classe, de « race », etc. Ceci représente les conditions sine qua non à la reconnaissance institutionnelle de ce domaine d’étude, le solipsisme risquant de le maintenir dans une position marginale. Si les terrains analysés dans cet ouvrage présentent le mérite d’être relativement inédits, voire marginaux, ils souffrent toutefois d’un déficit d’articulation. Les deux premières parties, sans titre explicite, manquent de mise en lien, tâche forcément ardue, compte tenue du caractère hétéroclite des analyses présentées, mais nécessaire dans un ouvrage collectif. Ce n’est qu’à la lecture de la conclusion que le lecteur peut mieux saisir les logiques qui ont présidé à l’organisation de l’ouvrage. La troisième partie est sans doute la plus aboutie car elle soulève des questions théoriques et épistémologiques concernant le genre. La conclusion y apporte quelques réponses permettant de dessiner les stratégies possibles pour une institutionnalisation définitive des gender studies en France.

Thierry Pillon, Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock, collection « Un ordre d’idées », 2012, 196 pages, 19 €

Compte rendu de Georges Ubbiali

Thierry Pillon est un sociologue, connu pour des publications, de très bonne facture, dans cette discipline (notamment un Traité de sociologie du travail écrit avec François Vatin). Dans cet ouvrage, il se livre à une très sensible analyse de la place du corps dans le monde du travail. Le point de départ de sa réflexion est des plus original. En effet, il se livre à une investigation reposant sur les récits des producteurs eux-mêmes. C’est donc en s’appuyant sur les témoignages d’ouvriers d’usine, de mineurs , d’ouvriers spécialisés, de travailleurs du textile, de salariés de la chimie, de métallurgistes, d’intérimaires, d’hommes et de femmes, de Français ou d’Italiens, de Belges ou de Hongrois qu’il raconte l’univers du travail. Le caractère autobiographique rend le regard extrêmement vivant et direct. Au plus près des sensations ressenties, Thierry Pillon fait vivre au lecteur l’expérience même du corps investi dans l’acte productif, dans la relation à l’espace de travail. Les sens sont immédiatement mobilisés. Que ce soit la chaleur du travail à la forge, le froid de l’atelier, l’alternance du souffle glacial et de l’étouffante brûlure du four dans la locomotive, l’intimité avec la matière, mais aussi les humeurs du corps collectif des travailleurs, Thierry Pillon sait s’appuyer avec délicatesse  sur cette matière riche et intime. Si les situations les plus extrêmes – notamment celle de la mine, le corps enfermé et pressuré dans la taille, toujours à deux doigts de l’accident – apparaissent désormais relever d’une organisation dépassée du travail, il n’en reste pas moins que l’exposition de ce corps du travailleur à la peine, à la blessure ou à l’accident, demeure toujours présent de nos jours. Ce rapport charnel au travail se vit, sous sa plume, à hauteur d’homme, individualisé. C’est là sans doute une des limites de l’ouvrage : ce corps à l’ouvrage se manifeste à travers des individus singuliers, sans que la dimension collective, agonistique[1], ne se manifeste. Si les ouvriers souffrent, rêvent, ou encore expriment la tension, ils ne luttent guère.  Bien sûr, l’expression de la solidarité affleure ici ou là, mais la grève, la manifestation, l’arrêt de travail ne sont guère présents tout au long de ces belles pages. Si le livre se conclut sur l’évocation de la littérature (ainsi François Bon ou Florence Aubenas sont cités), cette dimension proprement littéraire n’est pas incluse dans ce récit, ce que l’on peut regretter. C’est pourquoi il faut souligner d’autant la force d’évocation sensible de ce corps à l’ouvrage, et souhaiter un prolongement de la réflexion, enrichie d’une importante littérature publiée ces dernières années.

 

 


[1]    Qui concerne les conflits.

Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise, Paris, Zones, 2013, 265 pages, 22 €

Compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai interroge le concept – central par exemple chez Walter Benjamin – de fantasmagorie à travers l’histoire (de la fin du 18ème siècle à nos jours), la littérature (Le Moine de Lewis, Baudelaire et les surréalistes) et, surtout, l’urbanisme. Sont alors étudiés les Passages parisiens et l’œuvre de Haussmann à Paris au 19ème siècle, le Crystal Palace à la même époque à Londres, le développement puis l’expansion des parcs Disney et des shopping mall aux États-Unis et ailleurs dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Le Palais-Royal, bâti en 1628 à Paris, serait ainsi, selon l’auteur, un « Las Vegas avant la lettre » (p. 38), servant paradoxalement « de modèle à l’architecture « harmonienne » » (p. 48) pour Fourrier et ses adeptes. Il constituerait en outre un prédécesseur des Passages dont le Bon Marché, fondé en 1838, représente une phase de transition « entre la simple boutique et les grands magasins » (p. 64). Le dénominateur commun de ces diverses unités urbanistiques est de préparer la logique synthétique de privatisation de l’espace public, d’homogénéisation sociale et de production de fantasmagories, qui va tendre à se systématiser par la suite. Les pages concernant le Crystal Palace sont en ce sens éclairantes. L’exposition des objets, la mise en scène générale, corrigent et/ou recadrent l’analyse contemporaine par Marx et Engels de marchandises, qui seraient fétichisées par leur prix. En réalité, selon l’auteur – suivant en cela Benjamin –, la bourgeoisie produit une image-écran (p. 64), qui esthétise ou occulte les rapports sociaux de la production marchande, refoule « aussi bien la valeur d’usage que les logiques d’échange » et fait disparaître dans « un spectacle déconnecté des processus modernes » (p. 90) tout à la fois et dans le même mouvement, l’ouvrier, le colonisé et l’exploitation, afin de mettre en avant le fantasme d’objets « purs » et intacts s’offrant sans médiation aux consommateurs.

Un stade supérieur est atteint dans les fantasmagories post-modernes, fondée selon Marc Berdet par les parcs Disney, qui restructurent l’espace en fonction d’oppositions mythiques (la nature, le feu, le passé légendaire – Far West, monde de pirates, Orient enchanteur… – et le futur heureux, etc.). L’objectif de ce « monde de rêves » reste toujours le même : « il s’agit de vendre des marchandises, mais en les faisant passer pour ce qu’elles ne sont pas » (p. 176). Une place conséquente est consacrée au développement des mall, ces centres commerciaux gigantesques. Le parallèle que l’auteur fait entre les parcs Disney et les mall, dans leurs rapports à la nature et à l’histoire – ils vendent un rapport primitif à la nature (p. 200), liant celle-ci à un passé mythique et à un non-lieu pacifié et heureux – est d’ailleurs des plus stimulants. Au passage, le lecteur y apprend que ceux-ci s’inspirent de l’architecture d’un bâtiment commercial réalisé en 1956 par Victor Gruen (1903-1980), un Autrichien exilé, qui a voulu se baser sur Vienne-la-rouge qu’il admirait… avant de regretter que son idée ait été systématisée (on passe de 4.000 mall en 1963 à 22.000 en 1980 ; les plus grands se trouvent aujourd’hui en Chine, aux Philippines, à Dubaï), mais dégagée de sa « philosophie sociale ».

La triple expropriation – de l’espace public, des ouvriers et du processus marchand – déjà à l’œuvre lors du Crystal Palace, s’est encore intensifiée dans les mall. Et l’auteur de citer, à l’appui de sa thèse, cette déclaration édifiante de la directrice des relations publiques du Greengate Mall, en Pennsylvanie : « nous voulons simplement que rien n’interfère avec la liberté du consommateur de ne pas être ennuyé et de s’amuser » (p. 207). Et de donner également comme exemple, lui aussi caricatural, le West Edmonton Mall où « des mannequins qui interprètent des scènes de mendiants loqueteux, de drogués lascifs et de prostituées obscènes » (p. 210) ont été placés dans l’allée principale…

Ce livre, qui offre en outre de nombreuses illustrations et quelques schémas, évoque, en passant, « l’exacte antithèse des fantasmagories du capital » (p. 248) que représentent la Commune de Paris et le soulèvement de la place Tahrir en Égypte, marquant la tentative d’une « réappropriation politique, économique et symbolique de l’espace urbain » (p. 141). Si le rôle de Blanqui semble surévalué par l’auteur et qu’il est dommage que ne soient pas vraiment discuté les analyses situationnistes sur la ville-marchandise, cet ouvrage demeure foncièrement original et très stimulant à lire.

Pièces et main d’œuvre, Sous le soleil de l’innovation rien que du nouveau ! Suivi de Innovation scientifreak : la biologie de synthèse, Montreuil, L’Echappée, collection « Négatif », 2013, 208 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le collectif Pièces et main d’œuvre poursuit sa critique radicale et sans concession de ce qu’il perçoit comme l’« idole technologique » de notre présent, que l’on peut découvrir via les autres titres de leur catalogue (voir en particulier Aujourd’hui le nanomonde ou A la recherche du nouvel ennemi, chroniqués sur notre ancien site) et sur leur site Internet (www.piecesetmaindoeuvre.com). Ici, c’est l’innovation, cet autre nom du progrès, qui semble être leur cible privilégiée. En réalité, c’est la situation emblématique de Grenoble, terre d’origine du collectif, qui est interrogée, passée au crible d’une analyse historique qui vise à dévoiler la progressive construction du fameux complexe militaro-industriel et de la technocratie qui lui est pour ainsi dire consubstantielle.

Trois figures sont ici emblématiques : Aristide Bergès, entrepreneur qui s’investit particulièrement dans l’industrie de guerre avec la Première Guerre mondiale ; René Gosse, universitaire totalement immergé dans les structures scientifiques et éducatives nationales, éléments du complexe naissant ; Louis Néel, enfin et surtout, qui permit l’installation d’un centre du CEA à Grenoble et incarne cette « science militaro-industrielle », ou « Big science », ici dénoncée : « Ces obscures affaires de gros sous, de transactions bureaucratiques, de sourds rapports de force entre mandarins de la physique, de la science, et leurs homologues politiques et administratifs, ne sont pas des détails. Dans ces menées complexes et rebutantes se cache le secret de succès attribués d’ordinaire au seul mérite scientifique » (p. 113). La figure de proue de cet ensemble est actuellement Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dont Frédéric Gaillard (auteur de L’Industrie de la contrainte dans la même collection), dans le texte complémentaire de l’ouvrage, dissèque le rapport qu’elle rédigea en 2010 sur la biologie de synthèse, pierre supplémentaire apportée à ce constat qui résume bien un des axes de la réflexion des éditons L’Echappée : « Chaque avancée technologique prétend résoudre les problèmes créés par la vague précédente, et ce faisant répand à son tour une nouvelle génération de calamités » (p. 178).

Avec ce nouveau pamphlet, Pièces et main d’œuvre confirme la solidité de son argumentation contre la technoscience, mais donne également l’impression d’accentuer sa posture de « splendide isolement ». Les jugements définitifs, négligeant sans doute par trop les potentialités d’évolution, ciblent en effet aussi bien ce qui serait le réel « danger fasciste » d’aujourd’hui – le capitalisme vert – que pratiquement toutes les forces de gauche et d’extrême gauche, syndicales et politiques, accusées en bloc de faire le jeu de la technophilie. Même les révolutions française et russe sont implicitement considérées comme inutiles face au rouleau compresseur des révolutions industrielles. Ce qui pose, encore et toujours, la question de l’alternative à construire, et surtout avec qui : les caractéristiques que Pièces et main d’œuvre partage avec une partie de la mouvance dite ultra gauche mériteraient à ce titre d’être interrogées plus en profondeur.

Gabriel Tarde, Fragment d’histoire future, Biarritz, Séguier, 1998 (édition originale 1896), 152 pages, préface de René Schérer, postface de H.G. Wells.

Compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

A l’instar de la réédition de l’Histoire de quatre ans signée Daniel Halévy (chroniquée sur notre blog), les éditions Séguier, placées dans le giron d’Atlantica, ont décidé à la même époque de ressortir une autre vision utopique de l’avenir passée au filtre de la fin de siècle, celle de Gabriel Tarde, un des pères de la sociologie contemporaine. Ce texte, publié pour la première fois en 1896, a cependant été élaboré entre 1879 et 1884. Dans la lignée de la croyance au progrès, celui-ci décrit d’abord un apogée civilisationnel, non sans touches marquées d’humour (les décolletés féminins comme gage d’endurcissement face au froid, ou les « (…) troubles continuels causés par la tribu des sociologues, les plus insociables des hommes », p. 95). Le monde, après des guerres modernes et meurtrières – décrites aussi brièvement que pertinemment dans leur armement élaboré –, a finalement réussi à s’unifier sous un mode d’organisation socialiste. Les heures de travail n’excèdent pas les trois heures quotidiennes, les sources d’énergie sont toutes durables (vent, marées, cours d’eau), la beauté physique est désormais généralisée, et toutes les maladies ont disparu, à l’exception de la myopie, générée par la multiplication des supports de lecture. Gabriel Tarde dévoile d’ailleurs au détour d’un passage sa méfiance à l’égard des médias (l’absence de papier « (…) empêche les journaux quotidiens de reparaître, au grand profit des globes et des lobes cérébraux (…) », p. 86). Plus amusant, c’est le grec ancien qui est devenu la langue universelle, ce qui nous vaut de savoureuses anecdotes, comme une pique à destination des thuriféraires de l’enseignement des classiques…

Ce stade supérieur de l’évolution présente toutefois une face sombre, Gabriel Tarde estimant que le désir de pouvoir, partie prenante d’une nature humaine supposée, s’est déplacé de la sphère économique et sociale vers la sphère politique : les enjeux de délégation politicienne conduisant peu à peu vers la restauration d’un pouvoir impérial, dévolu d’abord aux scientifiques, puis aux artistes… Au passage, l’auteur témoigne de solides préjugés sexistes, puisqu’il envisage une réforme électorale accordant le droit de vote aux femmes et aux enfants… cette souveraineté étant déléguée aux pères et aux maris ! Mais comme pour insister sur l’idée de finitude des civilisations, au X XVe siècle, la menace provient de l’épuisement du soleil, qui provoque la diminution radicale des températures à la surface du globe. Gabriel Tarde se rapproche même du Blanqui de L’éternité par les astres, lorsqu’il évoque les autres mondes ayant déjà probablement vécu semblable évolution. Ce qui reste de l’humanité choisit en effet de trouver refuge à l’intérieur de l’écorce terrestre, un choix qui vaut contraction de la vitalité humaine, totalement opposé à une éventuelle dilatation dans l’espace (même si une philosophie évoquée prévoit un enfoncement toujours plus profond de l’humanité, jusqu’à une explosion de la Terre et une dispersion des gènes humains, vision précoce de la panspermie). Cela nous vaut de belles descriptions empreintes de poésie, ainsi des cavernes sculptées au cœur des mers gelées…

Un choix qui ressemble surtout à une volonté d’observation cliniquement pure de l’humaine société, les animaux et les végétaux ayant totalement disparu. Les comportements sociaux objectifs que Gabriel Tarde met alors en valeur sont éminemment positifs, puisque « Ce n’est plus, dès lors, sur l’échange des services encore une fois, c’est sur l’échange des admirations ou des critiques, des jugements favorables ou sévères, que la société repose » (p. 93), une société qui, débarrassée de l’essentiel des contingences matérielles, peut laisser libre cours à ses potentialités artistiques, les nouvelles cités rassemblant les individus par école et les nations par discipline, peinture, littérature, etc… A l’inverse de Daniel Halévy, Gabriel Tarde ne postule pas une langueur et une dégénérescence inévitables, pariant sur une créativité libérée de toute tutelle ; il se situe également en opposition aux socialistes, qui présentent selon lui le défaut de ne pas vouloir s’abstraire des préoccupations économiques. Si la démocratie qui règne reste fidèle au modèle de la délégation, ici les meilleurs étant désignés par leurs pairs, l’eugénisme qui s’impose est autrement plus aristocratique, puisque seuls les génies ont le droit de procréer. L’amour idéal est d’ailleurs platonique, ce qui achève de faire de ce Fragment d’histoire future un texte à la fois baroque et scientifique.

Odile Buisson, Sale temps pour les femmes, Paris, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, collection « Coup de Gueule », 2013, 236 pages, 18,90 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Que n’a-t-on dit sur la pilule et sur la « quatrième génération », puis la « troisième » avant de sauver in extremis celles de « première » et « deuxième » générations. Pour combien de temps 1 ?

Ce livre du docteur Odile Buisson peut s’inscrire dans la lutte contre un certain esprit anti-scientifique, que d’aucuns attribuent parfois aux Français. Situation paradoxale, en effet : 91 % des Françaises (de 15 à 49 ans) disent utiliser un moyen contraceptif mais pourtant 211 985 interruptions volontaires de grossesse (I.V.G.) ont été pratiquées en 2010 selon les chiffres de notre auteure (p. 180). Alors que les anti-IVG ne cessent de manifester et de financer parfois certaines associations, nous devons nous interroger sur la ou les causes de tels chiffres, les plus élevés d’Europe2. C’est précisément l’option choisie par Odile Buisson dans un chapitre complet. Elle constate, presque avec dépit, que les politiques en ce domaine sont bien trop timorées, que l’éducation sexuelle est complètement évincée des programmes scolaires (p. 183) par pudibonderie, ce qu’elle nomme des « résistances dignes de couventines » (p. 184). Du coup, beaucoup de jeunes gens découvrent la sexualité par la pornographie, ce qui n’est pas précisément le meilleur moyen d’appréhender la biologie ou le respect de l’autre. Et Odile Buisson de souligner avec vigueur : « Alors que l’IVG est gratuite… la contraception est payante voire vilipendée. Nos gamines n’ont pas fini de souffrir » (p. 187). Afin d’épargner au lecteur les cas que l’auteure met en avant au début de chaque chapitre, issus de son vécu médical, deux exemples suffiront : celui d’une adolescente de quatorze ans mise enceinte par un de ses camarades et qui finalement doit avorter outre-manche, car le délai légal est dépassé, et celui de cette femme faisant une fausse-couche dans la salle d’attente bondée des Urgences, et renvoyée manu militari chez elle.

Il faut s’accrocher parfois pour lire ce livre et à chaque fois, pour chaque thème, on voit la peur, l’angoisse, la douleur chez les femmes qui en peuplent les chapitres. Les scènes sont crues, parfois choquantes, son style percutant et le reproche lui en souvent été fait. Néanmoins, elle nous fait réfléchir. Le vrai coupable de ce « sale temps pour les femmes », il ne faut pas le chercher bien loin, il est désigné par Odile Buisson dès l’introduction, c’est bien le capitalisme, nous dirions plus justement le mode de production capitaliste qui « s’invite dans la santé de l’humain et industrialise la médecine…» (p. 18). Résultat : des gagnants «  ceux qui pensent faire de chaque morceau de corps humain, une petite entreprise » et des perdants « tous les assurés sociaux contraint de suivre le parcours fléché économique » (p. 19). Et encore un paradoxe français, car si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que la santé des femmes est vitale « dans l’intérêt de tous », « pour leur famille, pour leur communauté » (p. 19)3, que « Les femmes assurent la majeure partie des soins de santé, mais reçoivent rarement ceux dont elles ont besoin »4, la « nouvelle tendance française propose rigoureusement l’inverse » (p. 20). Mais que propose cette nouvelle tendance ? C’est fort simple : l’allaitement au sein, l’accouchement dans la douleur, chez soi ou dans son jardin, la sortie précoce de la maternité et ce que nous avons dit plus haut sur la contraception. Vaste et beau programme diraient certain-e-s … mais c’est un peu comme si les mouvements de libération des femmes n’avaient jamais eu de prise dans la société française et quand bien même l’auraient-elles eue, leur remise en cause s’affiche ouvertement aujourd’hui 5. En fait, les femmes sont prises dans une spirale dialectique morbide, d’une part les alternatives paramédicales à la science (maison de l’accouchement…) et le capitalisme médical (rentabilité des soins par la non-hospitalisation et les sorties précoces).

Une femme reste aujourd’hui en France environ 4,4 jours à l’hôpital après un accouchement, c’est beaucoup plus qu’en Grande-Bretagne (1,4) où la femme est renvoyée dans ses foyers le jour même, alors que les incidents post-accouchements augmentent de manière inquiétante par ailleurs (p. 132). La France y échappera-t-elle, grâce à son système de protection sociale ? Que nenni, le dispositif « PRADO », qui est un accord signé entre l’assurance maladie et les sages-femmes, permet déjà un « retour précoce », puisqu’il paraît que les femmes coûtent cher…

Enfin la thématique « anti-science «  est très présente dans un certain nombre de chapitres du livre. L’anti-science est soit institutionnalisée dans des collectifs (chapitre 2 du livre) où alors, lorsque la science devient le dernier recours, tout cela sert à s’assurer un discours social-darwinien du plus mauvais effet, qui confine à l’eugénisme (chapitre 3 « la folie trisomique »). Parfois la science est donc bien balayée au profit du ressenti et de l’affect, ainsi le chapitre 6 nous dévoile le discours prégnant autour de l’accouchement « normal » où une femme est censée devenir mère lorsqu’elle enfante dans la douleur, ce qui fait dire à l’auteure de manière certes ironique : « De vraies championnes olympiques à qui nous ne disputerons ni la médaille, ni la crise hémorroïdaire » (p. 115).

Les arguments antiscientifiques ne sont donc pas légions, ils sont de deux ordres :

  • Dire que l’accouchement n’est pas une maladie, que cela ne mérite donc pas la médicalisation et que les femmes qui se font aider sont finalement renvoyées à la sémantique des « mauvaises mères », « douillettes » et « immatures » (p. 158) bref « une morale conformiste et souvent bourgeoise de la sujétion de la femme à la douleur » (p.166) et

  • Faire de la femme un objet « qui doit servir l’écologie et l’économie », et Odile Buisson se fait un malin plaisir à recenser la propagande pour l’allaitement au sein par exemple, avec des slogans fulgurants sur une photo de poitrine « prêt en un instant ! moins de travail ! ». En somme, faire de la femme un empire dans un empire aurait écrit Spinoza, c’est-à-dire la chosifier, bref mettre en avant l’égomanie de l’être humain en sacralisant un acte biologique.

Les hommes sont aussi sur la sellette. En effet, si des femmes veulent devenir mère dans la douleur, ne pas oublier que« la majorité des Français ne sont pas comme les Suédois qui s’attaquent aux tâches domestiques avec leur même ardeur que leur compagne et ce, sans que le maniement de l’aspirateur ne vienne pour autant balayer leur virilité », puisque « les motivations des 63% de pères qui prennent un congé paternité ne sont pas bien connues » (p. 126-127). Il est vrai que les femmes françaises qui viennent d’accoucher ne sont pas aidées. Et finalement l’auteure résume tout en une phrase au sujet de la maternité: « …gueuler, gémir, pleurer, suffoquer et mordre les draps c’est une libération ?  » (p. 160).

De la pilule, de l’accouchement, de la maternité, Odile Buisson ne nous épargne rien et sur chacun de ces points, le constat est sans appel, il y a régression et un véritable danger qui pointe et dont la controverse sur la pilule, que nous évoquions au début de cette recension, n’est que le sommet de l’iceberg. Cette controverse, justement, est désamorcée en un chiffre : L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dénombré 13 décès imputables aux contraceptions orales sur 27 ans. Les grossesses provoquent 70 décès en moyenne par an (p. 11). C’est ici aussi qu’il faut voir la mesure.

« Vu de l’extérieur, les femmes n’ont pas encore pris conscience du grand braquage qu’elles viennent de subir » écrit Odile Buisson à la fin de son introduction (p. 20). Cela est plus que vraisemblable. Sa conclusion est sans appel : « Mère de l’humanité et pourtant sexe second…il est grand temps de se faire respecter » (p. 233). C’est donc un ouvrage à lire d’urgence, avant que la réaction (patriarcat ambiant, retour en force du « naturel » et antiscience) ne gagne définitivement la partie.

1 Voici le communiqué de presse officiel du planning familial à ce propos : http://www.planning-familial.org/sites/internet/files/2013-01-29_cp_pilule_suite.pdf

2 Une brochure militante et intéressante sur les évolutions des mouvements anti-IVG : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/46/03/81/RS2F-LES-ANTI-IVG-ET-AUTRES-TEXTES-FEMINISTES-VERSION-1.pdf

4 Ibid.

Poupeau Franck, Les mésaventures de la critique, Paris, Raisons d’agir, 2012, 165 pages, 8,10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Quelle peut être la contribution spécifique des sciences sociales, et singulièrement de la sociologie, à une refondation théorique de la gauche, s’interroge Franck Poupeau dans ce stimulant essai. En fait, plutôt qu’un essai, s’agit-il d’une anthologie d’articles et chapitres divers, retravaillés et élargis pour la publication. Face aux nombreuses tentatives et contributions parues ces dernières années visant à redéfinir les contours d’une gauche de combat, l’angle retenu par le sociologue est celui d’une radicalité anticapitaliste, articulée sur la centralité du conflit de classes. Dans une roborative introduction, l’auteur s’en prend, hélas sans préciser exactement les noms des auteurs visés, à une certaine gauche qui refuserait à la fois les apports des sciences sociales et limiterait sa critique à la dimension culturelle, détachée des bases de classes et du capitalisme réel. C’est cette aporie de la pensée critique qui serait à la racine d’une absence de mobilisation des groupes dominés et des classes populaires. Pourquoi la radicalité telle qu’elle s’incarne actuellement à gauche n’est-elle pas en mesure de rompre avec les cadres de pensée de la gauche sociale-libérale ? C’est donc à une double interrogation que prétendent répondre les différents chapitres, à la fois au défi de la refondation d’une gauche de rupture, mais en même temps, de la pratique d’une science sociale articulée aux mobilisations sociales. Le premier chapitre donne la mesure de la bouffée d’air critique (voire même parfois polémique), puisqu’il porte sur l’essoufflement du mouvement altermondialiste, qui s’est limité à développer une dimension carnavalesque des institutions et du mouvement de mondialisation, calquant ses actions sur les attentes des médias. De ce point de vue, « la déroute est totale », manifestant la « duplicité structurale » de cette tentative critique, enterrée en quelques phrases grinçantes. C’est le même ton qui est déployé dans la contribution suivante, sur les communautés utopiques, ces tentatives champêtres de sortir du capitalisme, commentaire acerbe de quelques livres récents (Les sentiers de l’utopie ou Utopies américaines[1]), visant à recréer une rupture immédiate avec le capitalisme par la revivification et le développement des communautés alternatives. Ce faisant, les créateurs de ce type d’initiatives participent à un mouvement de dépolitisation des luttes en délaissant le principal ordonnateur du système, source de toutes les légitimités : l’État. Le troisième chapitre décentre la discussion puisqu’il évoque les luttes indigénistes en Amérique Latine, en se focalisant sur la Bolivie d’Evo Morales, pays sur lequel il a publié plusieurs contributions. Dans la veine de l’anthropologue Jean-Loup Amselle[2], Franck Poupeau critique le dérivatif indianiste, « cache-sexe » d’une accommodation du libéralisme et de la dérégulation la plus brutale des rapports économiques dans ce pays. Derrière l’indien et ses droits se cache en fait le capital, même si Poupeau admet que « les logiques indianistes et socialistes sont loin d’être incompatibles » (p. 72). Après cette « exécution » de différents mouvements sociaux, c’est vers sa discipline, la sociologie, que Franck Poupeau tourne son regard dans les deux chapitres suivants de l’ouvrage. Le chapitre quatre est consacré à une analyse de la manière dont la sociologie critique a analysé les émeutes urbaines de novembre 2005 en France. Franck Poupeau se propose alors d’analyser de manière réflexive la façon dont la critique sociale a pu mobiliser des schèmes d’analyse qui participent non d’une meilleure compréhension des phénomènes, mais, tout au contraire, de leur obscurcissement. A partir d’une analyse de la production livresque publiée dans le feu de l’événement, il conteste le trait grossier qui consiste selon lui à relier les états de pauvreté et de misère sociale au phénomène émeutier. Son hypothèse, assez stimulante, est que « les émeutes de novembre 2005 sont sans doute moins l’expression d’une « crise » – celle  de la pauvreté urbaine – que d’une recomposition des régimes de contrôle des populations, ou plus précisément, de médiations institutionnelles qui s’accommodent tout à fait d’un discours global sur les « causes sociales générales » (p. 89-90). Ce faisant, l’auteur a quand même tendance à passer rapidement par pertes et profits cette position sociologique mettant le social au premier chef, quand les médias et une bonne partie de la classe politique avançaient des critères d’ordre raciaux pour expliquer le phénomène. Quand au fait que finalement les sociologues plutôt que de se précipiter pour répondre aux injonctions médiatiques auraient mieux fait de passer plus de temps sur le terrain des quartiers de relégation pour armer la scientificité de leurs analyses, c’est faire fi un peu rapidement des enquêtes préalables qui ont pu être publiés depuis de nombreuses années sur la déshérence des banlieues. La dernière partie est de loin la plus théorique. Elle porte sur la contribution qu’une certaine sociologie (et là est assez explicitement visée le courant de la sociologie dite pragmatique, fort en vogue dans les cénacles universitaires ces dernières années, illustrée par les réflexions de Luc Boltanski) à la reproduction de la domination symbolique. En digne épigone de Pierre Bourdieu, Franck Poupeau réhabilite la nécessité de la rupture épistémologique comme geste (théorique) inaugural de l’enquête sociologique à l’encontre de toutes les tentatives (qualifiées de « philosophie idéaliste », p. 123) qui prétendent laisser parler les faits par eux-mêmes. Il conclut son vigoureux plaidoyer par un appel à l’articulation nécessaire entre une sociologie réellement critique et les mouvements sociaux, dans le prolongement des recommandations de Bourdieu pour la création d’un intellectuel collectif. Mais, là encore, il passe un peu vite sur les espaces existants qui promeuvent cette ambition, tels la fondation Copernic ou Espaces Marx. Au final, ces positionnements sociologiques critiqués au long des pages des Mésaventures de la critique relèvent tous in fine d’une forme de populisme, penchant qui consiste à penser que « la parole des dominés exprimerait seule la vérité de la domination » (p. 137). Poupeau en conclut à la nécessaire production d’un savoir proprement sociologique à la lutte contre la domination symbolique. Un second volume est annoncé. On l’attend avec impatience


[1]              Isabelle Fremeaux, John Jordan, Les sentiers de l’utopie, Paris, La Découverte, 2011 ; Ronald Creach, Utopies américaines, Marseille, Agone, 2009.

[2]              Jean-Loup Amselle, L’ethnicisation de la France, Paris, Lignes, 2011. Compte rendu dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1784

Karim Hammou, Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, 2012, 302 pages, 22 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Qui n’a pas en tête, à l’évocation du rap, des images fortes de jeunes de banlieues ? C’est l’histoire de ce genre musical et, à travers lui, de cette association, puis identification, que ce livre nous invite à interroger. Ecrit à partir d’une thèse soutenue en 2009, à cheval entre histoire et sociologie, cet essai revient sur l’histoire et la définition du mot « rap » en France, depuis le début des années 1980 jusqu’à 2010. Pour ce faire, l’auteur s’appuie, d’une part, sur les travaux du sociologue Howard Becker1, et, d’autre part, sur un large corpus : des disques de rap, des entretiens, les émissions radios et télévisuelles, etc.

L’intérêt de la démarche de Karim Hammou est de mêler une analyse poussée des « chaînes de coopérations », avec une étude fine des éléments culturels – influence des États-Unis, lieux et rôles des DJ (disc-jockey), des radios, des associations, des refrains parlés, du featuring2 … – et une histoire micro et macro-sociale. Il met en perspective, dans la généalogie du mouvement, un morceau de 1981, comme Chacun fait (c’qui lui plaît) – « savant dosage de nouveauté (dont l’interprétation rappée) et de techniques habituelles dans l’industrie du disque à cette époque » (p. 22) –, la première émission télévisuelle (1984) consacrée au hip-hop – et aussi, le premier animateur noir à la télévision française –, l’importance de certaines discothèques ou le rôle de personnes charnières, comme Dee Nasty3. Hammou tente de montrer les interactions, rapports contradictoires et complexes entre les espaces médiatiques, les vecteurs de diffusion et la représentation du rap. Ainsi, selon lui, s’opèrerait, à partir de 1990, une médiatisation du rap, le redéfinissant comme « symptôme de problèmes publics » (p. 71), capturée par la « crise des banlieues ». Cette partie est d’ailleurs parmi la plus stimulante du livre. Il met en évidence une série de glissements, de rapports dialectiques entre « effets d’étiquetage », résistances, détournements et retournements des images et des thèmes. Fin des années 1980, les campagnes de la RATP, relayées par les médias, qui recodent la question de la propreté du métro en problème de délinquance, l’équivalence du « problème du tag » et du rap, les émeutes de banlieues en 1990-1991, la visibilité accrue des Français issus de l’émigration extra-européenne et la montée du racisme, tout cela converge au point de faire du rap une métaphore de la banlieue, entendue comme espace social et symbolique, héritière « du spectre des classes dangereuses ». Dès lors, la définition médiatique du genre rap « permet de préciser ces peurs sociales : elles prennent pour objet une classe d’âge (la jeunesse), une classe sociale (ouvrière) et une classe de « race » (non blanche). La figure emblématique du jeune de banlieue les condense en un même masque, que les rappeurs se voient imposer au début des années 1990 » (p. 85). Qu’ils le veulent ou non, les groupes de rap se voient donc poussés à répondre de et pour les jeunes (de banlieues) (p. 83-90), et à devoir se repositionner face à une idéologie dominante qui réduit et limite le rap « à une catégorie prédéfinie de la population », en faisant ce que Hammou nomme « une pratique minoritaire » (p. 83). L’auteur aurait pu esquisser une analyse comparative avec le rock (alternatif), le reggae et le punk, afin de vérifier ou non la reproduction des mêmes mécanismes « d’auto-défense » culturelle des groupes sociaux dominants.

C’est également, loin d’une image simpliste, manichéenne ou statique, tout un jeu complexe de rejet, reformatage, compromis entre les radios jeunes commerciales (NRJ, Fun radio, Skyrock, toutes, au début, opposées au rap), les majors, les associations, les labels indépendants et les groupes de rap, que Hammou met en lumière. Les rapports évoluent en fonction de la diffusion du rap, des stratégies de marketing, du marché du disque, des générations successives de rappeurs, de la loi Carrignon de 1994 obligeant une part minimum de chansons françaises, de l’usage polémique des textes, etc. L’évolution, entre autres, de Skyrock est symptomatique. Utilisant le rap comme outil promotionnel et commercial place cette radio dans une position paradoxale fin des années 1990, puisque son audience croît de manière significative, alors que ses recettes publicitaires chutent, les annonceurs ne voulant pas, selon un responsable de la radio, « investir sur la radio des Arabes et des Noirs » (p. 196). Des dynamiques endogènes – la rivalité voire la compétition entre divers groupes, et la critique d’un rap « qui ne veut rien dire » – et exogènes – le regard de la presse généraliste – se conjuguent dans une représentation duale du rap, clivé moralement. À une version supposée cool – symbolisée par Benny B et MC Solaar – s’opposerait une version hardcore, à savoir, par exemple, les « diatribes militantes de NTM » (Télérama du 18 août 1993, cité par l’auteur, p. 161).

Même exigence et précision de l’analyse pour éclairer la tension entre pratique minoritaire – ce genre étant cantonné et renvoyé par l’industrie culturelle à une forme musicale exotique pour un groupe sociologique, sinon ethnique précis (« les jeunes de banlieues »), que les rappeurs reprennent partiellement à leur compte ou rejettent (l’auteur rappelle l’affirmation de NTM) – et affirmation « que c’est adressé à n’importe qui », selon NTM, qui répond sur le plateau télé de Mille Bravos en novembre 1990, à l’animatrice Christine Bravo, leur demandant si « c’est pas seulement à une jeunesse défavorisée » (p. 88). Ou lorsqu’il s’agit de démontrer la polysémie de la référence quasi mythique à « la rue ». Celle-ci, au sein des pratiques du hip-hop, est certes un lieu privilégié, mais pas le seul, et, dans les premières pages du livre, Hammou a insisté sur le rôle de plusieurs « boîtes » parisiennes. « Généalogie mythique, rhétorique commerciale, répertoire esthétique et expérience sociale prescrite, « la rue » est une référence à la fois polysémique et omniprésente dans le monde du rap des années 2000 » (p. 223). Il est dommage d’ailleurs que l’auteur ne se soit pas appuyé sur cette partie sur la déconstruction de ce mythe par les rappeurs eux-mêmes, notamment Keny Arkana et sa chanson La mère des enfants perdus.

Le dernier chapitre évoque « l’illégitimité paradoxale du rap dans les années 2000 » puisque sa « normalisation culturelle et économique s’accompagne d’une dénonciation politique sans précédent » (p. 239). L’auteur rappelle le rôle de premier plan joué dans la pénalisation du rap par Nicolas Sarkozy, d’abord comme ministre de l’Intérieur, puis comme président. La plainte pour diffamation envers la police nationale déposée en avril 2002, entre les deux tours électoraux, par Sarkozy contre un article de Hamé, l’un des membres du groupe La Rumeur est certainement l’exemple le plus marquant. L’État ayant fait appel à trois reprises, il faut attendre le quatrième procès en 2010 pour que Hamé soit définitivement acquitté. Il est bon, à ce sujet, de rappeler une partie des phrases incriminées, pour se rendre compte que les attaques verbales envers la police ne constituent que la part la plus visible « des grilles de lecture » en dispute :

« Aux humiliés l’humilité et la honte, aux puissants le soin de bâtir des grilles de lecture. A l’exacte opposée des manipulations affleure la dure réalité. Et elle a le cuir épais. La réalité est que vivre aujourd’hui dans nos quartiers c’est avoir plus de chance de vivre des situations d’abandon économique, de fragilisation psychologique, de discrimination à l’embauche, de précarité du logement, d’humiliations policières régulières, d’instruction bâclée, d’expérience carcérale, d’absence d’horizon, de repli individualiste cadenassé, de tentation à la débrouille illicite… c’est se rapprocher de la prison ou de la mort un peu plus vite que les autres… »4.

Seuls quelques légers regrets demeurent après la lecture de ce très intéressant livre. L’analyse des rappeuses – et la manière dont elles remettent ou non en question le caractère fortement majoritaire des jeunes hommes urbains dans le monde du rap – n’est pas abordée, et l’ancrage des lectures policières et politiques des émeutes de banlieues insuffisamment développé, alors que l’auteur a montré par ailleurs qu’elles servent de catalyseur à la médiatisation du rap. Dans un contexte marqué par une « normalisation culturelle » où s’affirme le triple éloge de l’argent, de la force et du sexe, les textes et clips de rap auraient pu eux-mêmes être plus souvent mis à contribution
afin d’étudier la part ou le mélange de contestation réelle, de provocation et de « marketing de la marge » (p. 194) qui s’y manifeste… ». Enfin, ici où là apparaissent les limites d’une certaine méthode sociologique. Cela n’empêche pas Une histoire du rap en France d’offrir une approche originale, fouillée et plurielle de 30 ans de rap en France, et par ce biais, un regard complexe sur l’évolution de la culture, de l’espace musical et, plus largement, de la société française elle-même.

1Howard Becker (1928-) est un sociologue américain, héritier de l’École de Chicago.

2Le featuring est le fait d’inviter d’autres groupes à intervenir sur un disque et/ou une chanson.

3Dee Nasty est un disc-jockey (DJ) français.

4Voir http://www.acontresens.com/contrepoints/societe/29.html. Ce qui est souligné dans cet extrait fait partie des phrases incriminées.

Jean-Claude Seine, Lionel Bourg, Un prolétariat rêvé. Photographies de Jean-Claude Seine, Grenouilleux (01190), La passe du vent, 2010, 125 pages, 19 €.

Compte rendu de Georges Ubbiali

Préfacé par Michel Onfray, ce formidable ouvrage de photographies permet de découvrir le travail d’un journaliste reporter-photographe, Jean-Claude Seine, qui a surtout travaillé pour la presse communiste et syndicaliste : L’Humanité, La Vie ouvrière, France nouvelle par exemple. C’est un ensemble de 84 photographies d’une extraordinaire richesse[1], accompagné par les textes de l’écrivain Lionel Bourg, qui est offert dans ce livre. Couvrant une période d’une dizaine d’années environ, depuis le début des années 1970, l’ouvrage s’ouvre sur une image qu’on pourrait croire issue de l’ex-URSS des plans quinquennaux. En fait, il s’agit d’une fonderie à Caen en 1970, qui se découvre au détour d’un paysage bucolique. Choc extraordinaire d’une période où la vision d’usines géantes faisait partie du paysage quotidien, d’un environnement présent et immédiat. Les photographies qui suivent sont celles de l’usine Chausson de Gennevilliers et montrent un affrontement entre des CRS et des ouvriers en grève. C’est toute une époque marquée par la centralité ouvrière qui soudain se révèle page après page. Un ouvrier mineur en 1973 succède à une une ouvrière des filatures en 1974, un ouvrier de Peugeot-Sochaux en 1970, un intérieur ouvrier dans la région du Nord en 1974 ou une file d’attente à l’ANPE de Gennevilliers en 1976 sont ainsi immortalisés par ces photographies noir et blanc, pleine page. Bien souvent, ce sont des groupes qui sont ainsi donnés à voir. Un piquet de grève à l’usine Gobin-Daudé à Asnières en 1968, des ouvrières de la confection en train de débrayer à Lens en 1969, une réunion syndicale dans un hôpital en 1972 ou encore un groupe de femmes, en mai 1968, unies sous une banderole qui proclame : « Trust Bourjois-Chanel, Barbara Gould. Augmentation de nos salaires. CGT »[2]. C’est l’émotion qui saisit le lecteur page après page. Comment ne pas être submergé par la photographie d’un meeting d’éboueurs à la Bourse du travail de Paris en 1973 ou encore, en vis-à-vis, un quai de gare en 1966 sur lequel s’agglutinent des groupes de travailleurs immigrés dont on ne sait s’ils arrivent, ou s’ils embarquent pour les vacances ? Les textes de Lionel Bourg accompagnent avec sensibilité cette évocation d’un passé très proche, mais qui semble désormais ne plus exister que par la magie de la photographie. Acte de foi dans le prolétariat, ce livre ne se contente pas d’évoquer le passé. Comme l’indique l’une des dernières phrases du livre : « La classe ouvrière doit toujours se défendre. Elle n’a pas le choix. On ne le lui donne pas : elle doit le prendre ! ». Ouvert par la photo de la fonderie à Caen, l’ouvrage se ferme par celle d’un ouvrier, de dos et dans le brouillard, qui part « au chagrin » à cinq heures du matin à Merlebach en 1971. Magnifique image de fidélité à la classe.

 

 


[1]    On peut voir ces photos, parmi es centaines d’autres, sur http://www.journaliste-reporter-images.com/

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Angélique del Rey, A l’école des compétences. De l’éducation à la fabrique de l’élève performant, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2010, 288 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

L’ouvrage d’Angélique del Rey, enseignante en philosophie et collaboratrice de Michel Benasayag, peut sans hésitation être considéré comme une référence sur la question de l’introduction de l’idéologie des compétences au sein du système éducatif. Car il s’agit bien d’une idéologie, ou plus exactement, pour citer l’auteure, d’un « processus néolibéral tendant à placer, plutôt que l’éducation au service de l’homme, le petit d’homme à éduquer au service des besoins de l’économie » (p. 9). Confrontée directement à l’imposition par en haut de cette nouvelle doxa, Angélique del Rey a décidé de mener sa propre enquête, fouillée, en s’intéressant principalement à trois situations nationales. Outre celle de la France, il s’agit du Québec, où le « Renouveau pédagogique » (sic) a conduit dès les années 1990 à l’abandon d’un véritable enseignement des savoirs, et de l’Argentine, où les compétences ont principalement été appliquées dans l’enseignement technique.

Selon elle, la mise en place de cette idéologie résulte de la conjonction de trois phénomènes. Le premier est le développement de la psychologie cognitive dans les années 1950 et 1960, promue par des organismes internationaux comme l’UNESCO, et qui conduit à évaluer non plus seulement l’acte, mais l’être, sur le modèle du QI[1]. Autre tendance de fond, l’émergence d’une véritable économie de l’éducation après la Seconde Guerre mondiale, dont la prise en compte du capital humain (un détournement singulier de l’analyse marxiste du capital !) vise à investir au mieux pour alimenter la croissance économique, dans un contexte de généralisation du salariat ; la finalité économique de l’école finit donc par l’emporter[2]. Enfin, le phénomène le plus récent est l’émergence du nouveau management des entreprises suite à la crise des années 1970, qui voit le remplacement de la qualification, basée sur un diplôme et gage d’un statut collectif, par les fameuses compétences, individualisant le salarié ; dans ce contexte, l’entreprise a tendance à prendre le pas sur l’école, à qui sera dévolue la transmission des compétences de base (le socle). Angélique del Rey consacre également un chapitre entier à la fabrication de « récits », autrement dit de mythes visant à justifier cette généralisation des compétences. Outre le caractère illusoire de la primauté supposée de l’économie de la connaissance face à l’économie productive, on soulignera le discours mystificateur sur le travail comme source d’épanouissement et sur l’idée que chacun est en réalité son propre patron, gérant au mieux ses compétences[3].

Angélique del Rey montre bien que cette évaluation systématique par compétences, mécaniste, outre qu’elle révèle l’absence de fonctionnement réellement démocratique de nos sociétés même développées[4], correspond aussi à une déterritorialisation (concept emprunté à Gilles Deleuze) radicale de l’individu néolibéral, sommé de s’adapter et d’être flexible[5]. Selon elle, cette normalisation par les compétences, vision abstraite de l’élève ne tenant pas compte des situations diverses et des déterminants sociaux, sonne comme le triomphe du biopouvoir selon Michel Foucault[6]. Toute la question est de savoir si réussir sa vie se résume à réussir professionnellement dans la vie, le critère d’employabilité devenant l’unique parangon. Il manque toutefois à l’exposé d’Angélique del Rey des approches plus fines par matières, qui montreraient de quelle manière cette idéologie des compétences s’infiltre dans chaque discipline, avec sans doute des compromis face aux anciennes préoccupations (les programmes d’histoire de collège contiennent ainsi de réelles connaissances factuelles ou d’enchaînement causal, bien qu’éclatées en un ensemble qui peine à faire sens).

Face à ce rouleau compresseur des compétences, Angélique del Rey ne cultive pas de nostalgie d’un pseudo âge d’or éducatif, mais ne propose pas non plus de changements globaux (la formule de John Holloway « changer le monde sans prendre le pouvoir » risquant alors de voir s’effacer la première partie, au risque de verser dans l’absurde[7]). L’alternative passe pour elle par le travail en situation, l’ouverture aux autres, l’importance d’assumer les conflits[8], et la nécessité d’une reterritorialisation de l’école, à travers l’inventivité locale et la multiplicité des approches. Bien que quelques exemples plus concrets soient cités, le propos n’en demeure pas moins par trop flou voire abscons, cédant parfois à des illusions dangereuses[9].

Jean-Guillaume Lanuque



[1]              Toutefois, en analysant à cette aune la démarche par compétences, Angélique del Rey semble négliger la possibilité de faire évoluer l’acquisition ou la non acquisition des dites compétences, rendant poreuses la frontière entre gagnants et perdants pour la vie…

[2]              « Autrement dit : premièrement, l’éducation serait le résultat d’un choix individuel ; deuxièmement, choisir de s’éduquer équivaudrait à saisir une opportunité d’investissement sur soi ; et, troisièmement, être éduqué reviendrait à valoriser un capital propre susceptible d’être exploité pour un profit individuel » (p. 66), un résumé d’une effrayante froideur !

[3]              « Le récit des compétences est celui d’un monde dans lequel chaque individu serait en compétition avec ses semblables pour des postes et des salaires. Dans ce monde, il faudrait développer des savoir-agir adaptables afin d’être plus performant dans la lutte, dans la compétition. Dans ce monde, il ne suffirait pas de savoir des choses, il faudrait être capable d’apprendre en permanence de nouvelles choses : « savoir apprendre » y serait plus important que savoir des choses, parce que savoir s’adapter y serait l’essentiel. La nouvelle nature, la vie au sens le plus neutre, y serait la vie « active », le monde du travail, la vie déterminée par l’économisme » (p. 93).

[4]              Le rappel de la palinodie de débat national sur l’école, pratiqué en 2004 en France, et dont les conclusions avaient été fixées d’avance, est à cet égard particulièrement explicite !

[5]              Comme si le problème du chômage tenait simplement à un manque de certaines compétences, et non à un contexte plus général de crise…

[6]              Doit-on pour autant aller jusqu’à estimer qu’en « additionnant des compétences, au mieux on ne fait rien, au pire on fabrique des fous » ? (p. 145) On retiendra davantage cette remarque : « L’intelligence n’est pas une somme de compétences, mais un ensemble complexe, dans lequel certaines potentialités se développent au prix d’en atrophier d’autres », p. 148 (en lien avec cette réflexion, voir Nicholas Carr, Internet rend-il bête ?, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1986 ).

[7]              « Faire dépendre notre désir d’émancipation de la croyance en un autre monde possible, c’est un peu comme faire dépendre l’avenir de la terre des extra-terrestres » (p. 217).

[8]              Angélique del Rey est l’auteure, avec Miguel Benasayag, d’un Eloge du conflit, Paris, La Découverte, 2007.

[9]              Outre le fait que « l’école ouverte » est un des axes de la réforme en cours, on ne peut qu’être sidéré par l’idée selon laquelle « (…) une école idéale finit par ne plus avoir besoin de ses enseignants… » (p. 251).

Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2012 (édition originale 2010), 280 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire britannique Stephen Graham s’inscrit dans la lignée de celles de David Harvey, Naomi Klein ou Mike Davis, en démontrant la volonté d’omniscience du contrôle technologique manifestée par la Triade à l’égard du terrorisme, réel ou fantasmé ; cette volonté se déclinant dans les villes occidentales via l’accroissement de la surveillance sécuritaire, et dans les champs de bataille urbains du Sud via le contrôle des ressources, manifestation d’un « capitalisme par dépossession »[1]. Autant de marques d’une militarisation globale des sociétés, voire d’une « métaguerre », dans la lignée du concept de guerre totale, surtout sensible depuis le 11 septembre 2001, militarisation qui ouvre des marchés particulièrement lucratifs pour certaines entreprises, testant leurs techniques en guerre avant de les transférer dans des villes en paix.

Se dévoile alors, selon l’auteur, un véritable complexe, plus large que le traditionnel militaro-industriel, regroupant « armée-industrie-médias-divertissement » ; l’industrie bénéficiant du soutien des États dans un secteur porteur mais concurrentiel, tandis que les médias se chargent de faire de la guerre un spectacle. Le propos de Stephen Graham porte essentiellement sur les États-Unis, au risque de manquer de données comparatives (ainsi du recrutement de plus en plus rural de l’armée étatsunienne, qui irait dans le sens d’un rejet de la grande ville vue comme cosmopolite). Les changements de doctrine militaire sont particulièrement analysés, le rêve de suprématie militaire totale sans pertes s’incarnant, suite à l’impasse irakienne, dans des projets de robotisation des interventions létales, allant jusqu’à des insectes robots dotés d’armes biologiques et/ou génétiques. Stephen Graham précise toutefois qu’il n’existe pas d’unanimité au sein de l’armée étatsunienne sur ce fétichisme de la machine, d’autant qu’en plus du risque d’erreurs de cibles, se dessinerait une dilution des responsabilités en cas de crimes de guerre.

S’y ajoutent certains développements sur Israël, dont la gestion des territoires palestiniens, et en particulier de la bande de Gaza, fait office d’expérience modèle, que ce soit pour les assassinats ciblés ou pour la destruction des infrastructures urbaines. Ces dernières, cibles privilégiées, seraient selon l’auteur davantage détruites par les États-nations que par les groupes terroristes, au mépris du droit humanitaire international qui interdit théoriquement de s’en prendre aux populations civiles[2]. Assurément, les exemples convoqués par Stephen Graham ont de quoi faire réfléchir, voire carrément saisir le lecteur : on découvre en effet que certains jeux vidéo de guerre ont été directement commandés par l’armée, offrant une vision de la mort aseptisée, avec en retour l’inspiration des commandes de console PlayStation pour les tableaux de commande de drones étatsuniens. De même, les fausses villes du Sud conçues par l’armée étatsunienne, réelles (Paris est un leurre est dépassé !) ou virtuelles, et qui transposent les « clichés orientalistes », ont un caractère proprement sidérant. Ce « réenchantement » de la guerre contraste avec la réalité sur le terrain.

Toutefois, cette version française du livre laisse un profond goût d’inachevé : n’ont en effet été traduits que la moitié des chapitres de l’édition originale, sans qu’aucune justification n’apparaisse, faisant du même coup disparaître la conclusion ! On est ainsi privé de probables développements sur les systèmes de sécurité utilisés dans les villes occidentales, capables de repérer des déviances par rapport à une normalité préétablie[3]… Les autres limites de l’étude, un prisme colonial un peu trop systématique (l’idée de colonisation interne des pays développés, ou l’exploitation des villes du Sud par celles du Nord, trop indifférenciée), une tendance ponctuelle à la simplification (la stigmatisation des Arabes après le 11 septembre  visible dans la production hollywoodienne, sans exemples…) ou le concept d’urbicide, qui peine à convaincre totalement, sont peu de choses face à cette amputation incompréhensible.



[1]              David Harvey, Le nouvel impérialisme, chroniqué dans notre revue électronique.

[2]              Stephen Graham prend l’exemple de la première guerre d’Irak, pour laquelle ce genre de cibles serait responsable de plus de 100 000 morts.

[3]              Voir à cet égard Frédéric Gaillard / Pièces et main d’œuvre, L’industrie de la contrainte, chroniqué dans notre revue électronique.

 

Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée (Buda’s Wagon. A Brief History of the Car Bomb), Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (édition originale 2007), 248 pages, 11 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Mike Davis, historien étatsunien auteur de livres surtout consacrés aux villes contemporaines (citons entre autre l’ouvrage collectif qu’il a coordonné, Paradis infernaux : les villes hallucinées du néo-capitalisme, chroniqué dans notre revue numérique), s’est également intéressé à des sujets plus originaux. Avec Génocides tropicaux, la Petite histoire de la voiture piégée figure parmi ceux-là.

En une vingtaine de chapitres qui sont autant d’éclairages sur des lieux et des époques différentes, nous sommes plongés dans le parcours de ce que Mike Davis qualifie assez justement de « bombardier du pauvre ». Tout commence aux États-Unis, en septembre 1920, dans un contexte de répression anticommuniste (la célèbre Red Scare] lorsque l’anarchiste Mario Buda fait sauter un chariot chargé d’explosifs à New York, près de Wall Street, causant la mort de quarante personnes. Mais c’est surtout en 1947 que le véhicule piégé devient une arme d’utilisation massive, en Palestine, d’abord avec les actions du groupe sioniste Stern, suivies, en réaction, par celles de leurs adversaires.

Par la suite, il est utilisé dans des conflits coloniaux (l’OAS en Algérie ou le Vietcong au mitan des années 1960 à Saïgon, véritables modèles du genre), par la Mafia en Sicile, les nationalistes en Corse, au Liban au début de la décennie 1980 (le Hezbollah y ajoutant le chauffeur suicide), en passant par la Colombie ou l’Afghanistan, en un véritable aperçu de géopolitique mondiale. Mike Davis souligne en effet les nombreux avantages de cette technique de combat : sa vaste contenance d’explosifs, le peu de traces identifiables qu’elle est susceptible de laisser, son caractère bon marché qui la rend utilisable par les forts comme les faibles. La voiture piégée devient d’ailleurs encore plus destructrice à partir des années 1970, grâce à un mélange de nitrate et de fioul. Dans les années 1990, la voiture piégée suit l’extension de la mondialisation, le pic de son utilisation récente étant l’Irak sous occupation étatsunienne.

Petite histoire de la voiture piégée n’est pas sans se rapprocher du livre de Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement, par son sujet mais également par l’engagement de son auteur, dont on sent bien la charge critique à l’égard du terrorisme d’État d’Israël ou des États-Unis, coupables entre autres d’avoir transmis les techniques de la voiture piégée aux combattants islamiques en Afghanistan et au Pakistan dans les années 1980. De même, qualifiant la voiture piégée d’« (…) arme fondamentalement fasciste (…) » (p. 20), il différencie bien de simples criminels comme Pablo Escobar et des organisations comme le Hezbollah ou ETA, plus légitimes, sans pour autant verser dans le simplisme (les FARC ou le Sentier lumineux n’ont ainsi droit à aucune circonstance atténuante).

Toutefois, en dépit de son caractère solidement documenté, et malgré une vision légèrement trop extensive (les avions du 11 septembre 2001 donnant l’impression d’être vus comme une variante de la voiture piégée), le livre de Mike Davis donne parfois l’impression de manquer d’une réflexion plus approfondie sur la signification symbolique de ce détournement d’un des artefacts les plus emblématiques et les plus idéologiques de la modernité industrielle, analysé il y a maintenant 50 ans par Roland Barthes dans Mythologies.

Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Édition Page 2, collection « Empreinte », 2012, 138 pages, 9 € 50.

   Un compte rendu de Maud Navarre

Alors que fleurissent les ouvrages concernant le genre1, Roland Pfefferkorn propose dans cet opus synthétique une analyse critique de ce concept à la mode. Le livre se découpe en quatre chapitres dans lesquels l’auteur dresse la genèse des Gender Studies puis analyse les apports respectifs des concepts de « genre » et de « rapports sociaux de sexe ». Fidèle à la thèse soutenue dans ses précédents ouvrages2, Roland Pfefferkorn développe dans celui-ci un véritable plaidoyer en faveur de la notion française de « rapports sociaux de sexe », issue des analyses féministes matérialistes3.

Le premier chapitre s’intéresse à la volonté de rompre avec le naturalisme qui préside à l’émergence des Gender Studies. Celle-ci est illustrée par les travaux des féministes matérialistes des années 1970, à l’instar de ceux de Christine Delphy qui théorise à cette époque les rapports entre les hommes et les femmes grâce à la notion de « patriarcat ». Se fondant sur la prise en charge du travail domestique par les femmes, cette dernière analyse les rôles sexués à partir de la dialectique production/reproduction. Mais, rapidement, comme le rappelle l’auteur, ces analyses s’avèrent limitées par le développement du travail salarié des femmes. C’est pourquoi, dans les années 1980, les chercheurs féministes adoptent la notion de « division sexuelle du travail » transposable aussi bien dans l’espace domestique que dans le monde professionnel.

En parallèle, aux États-Unis, un autre concept destiné à appréhender les relations entre les hommes et les femmes se développe : le « genre ». Roland Pfefferkorn en synthétise, dans le deuxième chapitre de son ouvrage, les différentes significations prises par ce terme. Le genre désigne initialement la part sociale (ou culturelle) du sexe, suivant les analyses qu’en livre Ann Oakley. Cette dernière est la première chercheuse à en donner une définition, parachevant ainsi les travaux pionniers de John Money ou encore du psychanalyste Robert Stoler, sur les « gender identities » et « gender roles » destinés à rompre eux aussi avec l’idée de nature. Dans la deuxième acception du terme évoquée par Roland Pfefferkorn, le genre fait référence à un processus social à travers les travaux de Gayle Rubin ou encore Judith Lorber et Joan Acker. Ces chercheuses introduisent l’idée d’un système de genre produisant des organisations elles-mêmes « genrées ». Le genre devient alors une structure sociale garantie par des institutions. Par exemple, ces auteures montrent que dans les organisations, un ensemble de règles a priori neutres favorise toutefois les hommes et exclut les femmes. En France, à cette même période, Colette Guillaumin évoque pour sa part la notion de « sexage » pour désigner, un peu comme l’esclavagisme, le processus d’appropriation des femmes par les hommes dans la sphère privée et, plus globalement, dans l’ensemble de la société. Le genre renvoie également, dans une troisième acception, à la construction sociale du biologique (le sexe), notamment sous la plume de la philosophe Judith Butler, au début des années 1990. L’auteure prend de la distance quant aux thèses de l’assignation sexuée de Gayle Rubin en introduisant l’idée de performativité des rôles de genre : s’il y existe des contraintes sociales générant le masculin et le féminin, chacun dispose d’une relative liberté lui permettant de respecter plus ou moins les répertoires sexuels préconisés par la société. Ce travail pour contrer l’essentialisation des identités genrées ouvre alors la porte aux théories Queer qui présentent la classification binaire en masculin et féminin comme une construction sociale. Cependant, et c’est surtout cette dernière dimension qui intéresse Roland Pfefferkorn, le genre désigne aussi des rapports de pouvoir dans les travaux de l’historienne Joan Scott. Au milieu des années 1980, cette auteure analyse le genre comme un système d’antagonismes. Le masculin et le féminin sont définis de manière relationnelle et suivant les contextes spatio-temporels. Cette acception contribue alors à rapprocher sensiblement le genre de la notion de « rapports sociaux de sexe ».

Avant de présenter les enjeux théoriques de ce concept français, Roland Pfefferkorn se livre, dans le troisième chapitre, à quelques critiques concernant la notion anglo-saxonne de genre. La polarisation sur le discours amène tout d’abord à s’intéresser davantage au symbolique et aux représentations du masculin et du féminin qu’à leurs aspects matériels. L’oubli du contexte et, plus globalement, de l’historicité des relations entretenues par les hommes et les femmes risquent par ailleurs de conduire à une nouvelle essentialisation, d’autant plus lorsque persiste l’idée d’un sexe biologique imperméable aux rapports sociaux. Enfin, l’évacuation de la dimension antagoniste du genre générant une relation asymétrique conduit, selon Roland Pfefferkorn, à des analyses erronées, notamment dans le domaine de la sociologie du couple et de la famille. Dans certaines de ces études, en effet, les hommes et les femmes sont considérés comme des contractants égaux alors qu’il n’en est rien.

C’est pour cette raison que Roland Pfefferkorn défend, dans un dernier chapitre, la notion de « rapports sociaux de sexe » afin d’appréhender les relations entre les hommes et les femmes. Refusant la thèse du « retard français » en matière d’adoption du concept de genre, l’ouvrage défend plutôt l’idée d’une autre voie empruntée par les études féministes : celle de l’analyse des « rapports sociaux de sexe », s’inscrivant dans la droite lignée des analyses marxistes. Ainsi, très tôt, des études sur les femmes se sont développées à l’instar des travaux pionniers de Madeleine Guilbert sur les fonctions des femmes dans l’industrie en 1966. Et si l’on ne parle pas – ou très peu – de « genre » jusqu’à la fin des années 1990, c’est parce qu’un autre angle d’approche domine, s’inspirant de la notion de division sexuelle du travail : l’analyse des « rapports sociaux de sexe ». Elle place le travail au cœur du système des inégalités entre les hommes et les femmes. Ce dernier est à la fois le levier de la domination masculine et, en même temps, de l’émancipation des femmes. Par ailleurs, la notion permet de ne pas essentialiser le féminin et le masculin en postulant une tension entre les êtres humains, constructrice de la vie en société et capable de reproductions comme de changements. Ainsi, l’idée de contingence est inhérente au concept de « rapports sociaux de sexe ». Ce dernier invite à la comparaison historique et spatiale (d’une société à l’autre). En outre, il permet de prendre en compte à la fois les déterminants structurels et les libertés individuelles. Face aux contraintes sexuées, tous les individus ne réagissent pas de la même manière. Certains les acceptent et d’autres les refusent, voire essaient de les changer. Les individus sont à la fois les agents et les acteurs des « rapports sociaux de sexe », ce qui invite donc à s’intéresser aux modalités de construction des marges de liberté et d’action individuelles. Enfin, la notion de rapports sociaux de sexe permet de faire le lien avec d’autres rapports sociaux sévissant dans la société, à l’instar de ceux de classe et de « race », et de s’y intéresser. Les rapports sociaux sont consubstantiels : ils agissent les uns sur les autres, structurent ensemble la totalité du champ social et tenir compte de leur imbrication dans la construction de l’ordre social fait toute l’originalité du concept aux yeux de l’auteur. Cet entrecroisement est d’autant plus important en ce qui concerne les rapports sociaux de sexe que, contrairement aux autres groupes dominés, les femmes sont moins ségréguées dans l’espace social.

Cet ouvrage de synthèse apporte ainsi un point de vue critique sur les Gender Studies. Contre l’omniprésence du genre et les déformations que la notion subit, Roland Pfefferkorn rappelle l’intérêt historique de certains concepts tels que celui de « rapports sociaux de sexe ». L’ouvrage, facile d’accès, intéressera les novices, comme les plus avertis, de ces questions. Il soulève toutefois quelques interrogations, par exemple, celle de la pertinence actuelle de la distinction des notions de genre et de « rapports sociaux de sexe ». En effet, la notion de genre telle qu’elle est définie par Joan Scott à partir des années 1980 finit par recouvrir une acception similaire à celle de « rapports sociaux de sexe ». Et si, effectivement, le second terme semble plus explicite que le premier, on peut cependant se demander dans quelle mesure il est encore pertinent d’établir une distinction aujourd’hui. Certaines études semblent d’ailleurs avoir dépassé ce clivage en proposant des analyses en termes de « rapports sociaux de genre »4. De plus, la notion de « rapports sociaux de sexe », inspirée des rapports sociaux de classes, telle qu’elle est analysée dans cet ouvrage, ne prend pas en compte la question, pourtant cruciale pour les analyses d’inspiration marxiste, relative à la conscience d’appartenir à un groupe social déterminé. Dès lors, on peut se demander s’il est nécessaire d’utiliser ce vocable dans la mesure où l’unité et l’antagonisme des groupes « femmes » et « hommes » ne sont pas nécessairement avérés. Ne serait-il pas plus pertinent d’employer un vocabulaire plus « apaisé » à l’instar des approches dites « relationnelles » du genre, sans retomber toutefois dans le piège de l’essentialisation à travers l’idée de complémentarité des sexes5 ? Enfin, ces définitions relativement proches du genre et des rapports sociaux de sexe invitent à s’interroger en même temps sur les influences réciproques des deux traditions de recherche, notamment dans la période précédant l’adoption en France du concept de genre. Autant de questions auxquelles il est de toute façon difficile de répondre dans un ouvrage qui se veut, avant tout, une synthèse brève et originale des Gender Studies.

1 Voir par exemple Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, collection « Ouvertures politiques », 2008, 246 p. ; Guionnet C., Neveu E., Masculin/féminin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, collection « U », 2009 (2004), 430 p. ; et, plus récemment, Clair I., Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2012, 128 p.

2 Notamment Pfefferkorn R., Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007, 413 p.

3 Notamment les études de Danièle Kergoat dont on pourra trouver un panorama dans son dernier ouvrage, Kergoat D., Se battre disent-elles, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2012, 353 p.

4 Entre autres, voir Fillieule Olivier et Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po., 2009, 361 p.

5 Telle est l’ambition par exemple d’Irène Théry : Théry I., La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob, 2007, 688 p. ; Théry I., « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? », Revue française de pédagogie, n° 171, avril-mai-juin 2010, p. 103-117.