Archives de catégorie : Trotskysme

Karl-Alexandre Zimmer, Débats et perceptions : « l’islam » au miroir du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale et de sa section française. Le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan, mémoire de Master 1 Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2011, 157 pages.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En guise de prélude à son mémoire de Master 2 sur La révolution islamique au miroir de la Quatrième internationale (chroniqué sur notre blog), Karl-Alexandre Zimmer s’était penché sur l’intervention soviétique en Afghanistan à compter de décembre 1979, afin d’y repérer les perceptions trotskystes d’un « islam au sens politique » (p. 32). Une problématique qui s’inscrit d’emblée dans une démarche comparatiste longue, courant de 1977 à 1985, appuyée principalement sur un corpus à base de presse et de bulletins intérieurs.

Pressé par le temps, Karl-Alexandre Zimmer n’a toutefois pas utilisé toutes les sources qu’il avait à sa disposition, présentées dans les copieuses annexes, spécialement les numéros d’Inprecor (revue de la Quatrième internationale) et de Rouge (hebdomadaire de la Ligue communiste révolutionnaire – LCR), pourtant tous dépouillés mais non mis à profit. Le lecteur reste donc en partie frustré, d’autant que certaines intuitions ou hypothèses ne sont pas développées, ainsi du trotskysme perçu comme histoire de nœuds… A travers les analyses proposées, on perçoit en tout cas la place d’abord secondaire d’un islam considéré essentiellement comme une arme de propagande (« (…) « l’islam politique » ne doit pas être interprété comme une authentique menace, même si elle peut le devenir », p. 57), et la vigueur du débat suscité par cette intervention de l’Armée rouge.

Au-delà de l’indiscipline au sein de la LCR qui en aurait résulté – qu’il conviendrait en réalité de relativiser et de mettre en perspective –, et que Karl-Alexandre Zimmer attribue à l’importance de la composante guévariste face à la tentative de greffe bolchevique (reprenant ainsi les termes de Jean-Paul Salles[1]), on retiendra l’idée selon laquelle la position initiale du Secrétariat unifié, qui n’appelait pas au retrait des troupes, s’expliquerait par une volonté de conciliation vis-à-vis d’un Socialist Workers Party (SWP) rendu d’autant plus important par la scission internationale de 1979. Ce dernier, de concert avec la section néo-zélandaise, s’opposait à un islam réactionnaire tel qu’il existait en Afghanistan, au Pakistan ou en Arabie saoudite, dans le même temps où il soutenait l’islam censément progressiste d’Iran. C’est à partir du CEI[2] de mai 1981 que le retrait est explicitement défendu, visiblement sous l’influence déterminante des militants Tariq Ali et Gilbert Achcar[3], selon lesquels un pouvoir musulman serait moins nuisible qu’une guerre longue…

En plus d’être partiel et donc insuffisamment abouti, ce travail souffre malheureusement d’un trop grand nombre de fautes d’orthographe et d’erreurs plus ou moins gênantes. Si celles concernant Dissidences sont secondaires[4], il est plus surprenant de voir la grande scission de 1952-1953 se voir attribuée comme cause le vol du matériel du Parti communiste internationaliste (PCI) majoritaire (p. 25), ou les spartacistes être qualifiés de tendance du SWP dans la seconde moitié des années 1970 (p. 50). Les perceptions de l’islam politique – au sein des organisations trotskystes mais aussi des autres familles de l’extrême gauche –, du mitan des années 1970/1980 à nos jours, méritent des travaux bien plus approfondis, précis et documentés que cette ébauche. Ils permettraient certainement de comprendre certaines recompositions idéologiques actuelles.


[1]              Jean-Paul Salles, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, PUR, 2005, 425 p.

[2]              Comité exécutif international, instance de direction du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale.

[3]              On lira certains textes concernant cette question dans le recueil de Gilbert Achcar, L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste, Lausanne, Éditions Page deux, coll. « Cahiers libres », 2003, 355 p. De cet auteur, nous avons chroniqué Les Arabes et la Shoah, sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#achcar

[4]              Le BLEMR devient BLERM sans d’ailleurs que la lettre M ne soit explicitée, Jean Vigreux se retrouve responsable fondateur de Dissidences (alors qu’il n’a jamais fait partie du collectif), et les principaux animateurs en seraient aujourd’hui Jean-Paul Salles et Jean-Guillaume Lanuque… (p. 16)

Karl-Alexandre Zimmer, La révolution islamique au miroir de la Quatrième Internationale, mémoire de Master 2, Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2012, 188 pages.

Compte rendu par Jean-Guillaume Lanuque

Les travaux universitaires consacrés aux trotskysmes ont tendance, ces dernières années, à marquer le pas, conservant malgré tout une certaine régularité. En attendant l’achèvement de la thèse de Jean Hentzgen, Karl-Alexandre Zimmer nous propose une contribution originale et fort intéressante sur une problématique d’actualité, celle de l’analyse déployée par les trotskystes de la IVe Internationale (Secrétariat unifié – SU) face à la prise du pouvoir par les fondamentalistes musulmans en Iran en 1979. Il avait déjà rédigé en 2011 un mémoire de Master consacré à Débats et perceptions de l’« islam », au sein du Secrétariat Unifié de la Quatrième Internationale et de sa Section française : le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan. L’étude court en fait de 1978 à 1985, et s’intéresse principalement aux instances de direction internationales, le XIe Congrès mondial ayant lieu en 1979 et le XIIe en 1985.

La première partie du mémoire porte sur les trotskystes iraniens, une mise au point d’autant plus utile que le manque de textes en langue française sur le sujet est patent. Tout semble débuter à l’orée de la décennie 1970, avec la création aux États-Unis de la Sattar League[1], une centaine de militants issus de la Confederation of Iranian Students, tandis qu’en Europe émerge l’Organisation des partisans iraniens de la IVe Internationale au Moyen-Orient (considéré par le SU comme section sympathisante). Un groupe militant semble également avoir existé dans l’Iran du Shah, à l’activité surtout propagandiste et axée sur la dénonciation de la répression gouvernementale. En janvier 1979, la Sattar League revenue en Iran fonde le Parti socialiste des travailleurs (HKS), dont une des activités est d’impulser un Comité pour la défense des droits des femmes. La nouvelle organisation subit toutefois rapidement la répression du nouveau pouvoir religieux et connaît également une scission : le HKS maintenu, comprenant surtout les anciens exilés européens, et le Parti révolutionnaire des travailleurs (HKE) autour de l’ancienne Sattar League ; la cause de l’éclatement, qui tournerait autour de la participation aux élections pour l’« Assemblée des experts », semble toutefois un peu courte. Aussi bien le HKS que le HKE sont reconnus par le SU, et tous deux soutiennent d’ailleurs la prise d’otages à l’ambassade américaine par anti-impérialisme. Mais le fossé ne cesse par la suite de se creuser, entre un HKE suivant un processus « d’acculturation » par rapport au pouvoir islamique (rattaché par l’auteur au « courant chaud du marxisme » d’Ernst Bloch), jusqu’à une défense inconditionnelle de l’Iran face à l’Irak, tandis que le HKS accentuait de plus en plus sa critique du régime, appelant même à son renversement. De toute manière, tous finissent par subir l’exil dans la première moitié des années 1980. Mais il faut bien reconnaître que dans l’ensemble, cette partie sur les trotskystes iraniens présente un certain flou (quid du silence sur les exécutions de trotskystes en Iran ?), de nombreuses absences ou incertitudes (le propos est bien trop lacunaire sur la propagande déployée dans la presse trotskyste iranienne ou sur les débats internes, et plus généralement sur le vocabulaire de la révolution islamique), voire quelques interprétations discutables[2], posant plus de questions qu’elles n’apportent de réponses ; un constat qui appelle d’autant plus impérativement une réelle étude de fond sur la question.

La seconde partie du mémoire est plus solide. Elle est consacrée à une analyse détaillée des positions tenues par les instances de direction de la IVe Internationale sur la révolution iranienne et ses lendemains. Initialement, cette révolution, dont les causes premières sont perçues comme socio-politiques et non religieuses, est diagnostiquée comme l’ouverture d’un processus de révolution permanente, ce processus étant finalement considéré en 1985 comme avorté. Le constat que fait Karl-Alexandre Zimmer est celui d’une sous-estimation initiale, par la IVe Internationale, du facteur religieux, de l’hégémonie croissante du clergé, et d’une méconnaissance au moins partielle de l’islam. Khomeiny et le clergé chiite ont ainsi d’abord été perçus, par un théoricien comme Ernest Mandel (mais aussi par un chercheur comme Maxime Rodinson), en tant que « direction bourgeoise » contre-révolutionnaire mais du sein de laquelle pouvaient émerger des courants progressistes en lien avec l’évolution des luttes de classes ; l’influence de l’analyse marxienne de la double-face du phénomène religieux, à la fois forme de la misère et réaction contre elle, serait ici patente. Cet espoir illusoire, qui témoigne toutefois d’un souci de complexité dans l’analyse, s’articule en une critique du nouveau pouvoir combinée au soutien des masses face à l’impérialisme et à l’agression irakienne ; la similitude de l’attitude à l’égard de l’URSS est frappante, aussi nuancée et tout autant génératrice d’ambiguïtés. La position officielle du SU s’oppose à celle du SWP (Socialist Workers Party) étatsunien, qualifiée de « campiste »[3] dans la mesure où son soutien au nouveau régime voire à la religion musulmane est nettement plus inconditionnel, mais aussi au HKS. Ce dernier a en effet mis au cœur de sa réflexion la dimension contre-révolutionnaire du pouvoir des mollahs, appelant à une nouvelle révolution contre lui et demandant l’exclusion du HKE des rangs de l’Internationale (la proximité signalée de ce positionnement avec celui de la tendance Heredia-Hoffman[4] n’est malheureusement pas développée). Finalement, c’est la réflexion de Gilbert Achcar qui aura le plus d’influence sur l’infléchissement de la position de la direction internationale. Ce dernier, à travers ses « Onze thèses sur la résurgence de l’intégrisme islamique », perçoit en effet dans les événements iraniens une « révolution permanente inversée » et la mise en place d’une dictature petite-bourgeoise réactionnaire. Le Secrétariat unifié prend alors clairement partie, à compter de 1983, pour le renversement du régime, cet « aggiornamento », selon le terme de Karl-Alexandre Zimmer, étant définitivement validé au XIIe Congrès mondial[5].

On notera toutefois, outre de nouveau quelques analyses discutables ou déficientes[6], des défauts persistants dans la mise en forme qu’il s’agira de corriger : trop de fautes d’orthographe ou d’oubli de mots, et des citations en langues étrangères – principalement l’anglais – qui ne sont jamais traduites ! Il aurait également été utile de mettre davantage les analyses de la IVe Internationale en perspective, en particulier par rapport au reste de l’extrême gauche : une idée à approfondir parmi d’autres dans le futur travail de thèse !



[1]              Un patronyme inspiré de Sattar Khan, présenté comme un « héros » de la révolution constitutionnelle iranienne du début du XXe siècle, sans que davantage de précisions historiques ne soient malheureusement apportées.

[2]              La condamnation par le HKS du terrorisme individuel doit-elle conduire jusqu’à écrire qu’« ils refusent la violence des armes et prônent la force du verbe » ? (p. 36). De même, les scissions correspondent-elles vraiment au « paradigme trotskyste » ? (p. 53).

[3]              Les limites de l’étude sont toutefois fortes, dans la mesure où l’auteur reconnaît n’avoir utilisé que « des sources de seconde main » (p. 81).

[4]              La tendance Heredia (alias l’argentin Angel Fanjul)-Hoffman (alias Michel Lequenne) était une tendance de la IVe Internationale, active dans la première moitié des années 1980, qui s’opposait aux positions du SWP et défendait en particulier un centralisme véritablement démocratique comme mode de fonctionnement de l’Internationale.

[5]              « Ainsi, devant le « défi de l’islam », il a été observé que la QI a connu un processus dialectique de construction théorique. C’est dans ce sens qu’il est possible de parler « d’aggiornamento ». Toutefois, il paraît important de rappeler non seulement que les positions ne se sont pas consciemment et mécaniquement succédées, partant d’une thèse jusqu’à une synthèse, mais qu’au contraire elles ont coexisté et se sont sans cesse interpellées. » (p. 121-122).

[6]              La notion de défaitisme révolutionnaire visiblement mal maîtrisée, puisque datée seulement de la Conférence d’alarme de la IVe Internationale en 1940 (p. 103), ou un parallèle sidérant tracé entre l’idée d’organisations séparées de femmes ou de jeunes défendue par la IVe Internationale et son absence pour les musulmans (une idée aux antipodes de l’idéologie marxiste !).

Bernd Gehrke, Gerd-Rainer Horn (dir.), 1968 und die Arbeiter. Studien zum « proletarischen Mai » in Europa, VSA-Verlag, 2007, Hambourg, 334 p.

Un compte rendu de Michel Christian

En éditant ce recueil de contributions, fruit d’un séminaire financé par la confédération des syndicats allemands, Bernd Gehrke et Gerd-Rainer Horn ont voulu mettre en œuvre le projet à la fois scientifique et militant d’une histoire européenne des ouvriers et de leur action dans le contexte de ce qu’on appelle en France « les années 1968 ». Ils soulignent ce faisant que l’histoire de 1968 est très souvent restée concentrée sur les mouvements étudiants, quand elle n’a pas été ramenée à une simple étape de la « modernisation » de nos sociétés. Les éditeurs de ce volume veulent au contraire retrouver à la fois la dimension ouvrière de l’événement tout comme sa dimension contestataire, en mettant l’accent sur son caractère transnational souvent sous-estimé.

C’est pourquoi cet ouvrage se propose d’aborder le phénomène à l’échelle européenne, afin d’œuvrer à la confrontation et au rapprochement d’historiographies nationales formant un paysage européen très éclaté. Ces historiographies varient en effet beaucoup entre les pays qui ont connu des événements de grande ampleur (pays latins comme la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal) et ceux où la contestation ouvrière a été plus discrète (comme l’Allemagne), mais aussi entre pays capitalistes et pays socialistes, car la fin de la Guerre froide n’a pas homogénéisé les questionnements. Il y a ainsi un contraste entre une historiographie occidentale qui a exploré les questions de genres, le rôle des migrations et a réfléchi à la pertinence même de la notion de « classe ouvrière » et une historiographie des ex-pays de l’Est, dans laquelle les ouvriers sont appréhendés en bloc en tant que classe, dont tout ce qu’on souhaite savoir concerne sa contribution à la stabilité ou à l’instabilité des régimes.

La confrontation des points de vue nationaux – c’est l’un des mérites de l’ouvrage – conduit à abandonner la focalisation sur l’année 1968. Dans presque tous les pays étudiés (la France l’étant assez peu ici), la fin des années 1960 et le début des années 1970 sont une époque de combativité ouvrière accrue : dès 1962 en Espagne avec le mouvement des « comités ouvriers », au cours des années 1960 en Allemagne de l’Ouest, avec la multiplication diffuse des grèves sauvages qui aboutit à la grande vague de grève de 1969, entre 1969 et 1974 en Belgique, alors que l’année 1968 y avait été parfaitement paisible, mais aussi en Pologne avec les émeutes ouvrières de 1970.

Au-delà des décalages chronologiques, il y a donc bien un phénomène commun : la multiplication des conflits ouvriers organisés par le bas, souvent en marge des organisations syndicales et lourds de potentialités insurrectionnelles lorsqu’ils éclatent dans des contextes dictatoriaux. En France, cette spontanéité ouvrière rencontre un fort écho chez les théoriciens de l’autogestion, qui passe alors pour une alternative aux apories entre théorie et pratique comme entre socialisme et capitalisme. Si l’on fait l’effort de confronter les différentes contributions, on s’aperçoit que deux facteurs récurrents semblent avoir favorisé cette combativité : le facteur générationnel d’une part : ces mouvements semblent avoir été à l’Ouest comme à l’Est, particulièrement le fait de jeunes nés après 1945 ; le facteur social d’autre part : ce sont les secteurs traditionnellement les moins intégrés, où dominent ouvriers peu qualifiés et femmes, qui se signalent alors par leur plus forte combativité.

Ces conflits produisent des effets communs dans tous les pays d’Europe de l’Ouest au début des années 1970 : augmentation significative du salaire réel et diminution du temps de travail. On pourrait ajouter que ces tendances ne sont pas sans faire écho au développement des politiques sociales dans les pays du bloc soviétique à partir des années 1970. A l’Ouest, on observe en outre une transformation des relations professionnelles par la remise en question de l’autorité établie. Pour Peter Birke, qui généralise à partir du cas allemand, il y a là une décomposition par le bas du taylorisme, dont il ne faut pas sous-estimer la dimension émancipatrice. On peut toutefois se demander si cette émancipation ne pose pas du même coup les bases de formes de domination nouvelles, plus affinées, personnalisées, impliquant non plus l’obéissance, mais la coopération des sujets qu’elle entend soumettre.

L’objectif de l’ouvrage est atteint dans la mesure où ses éditeurs précisent dès l’introduction qu’il ne s’agit pas de produire une histoire exhaustive des ouvriers et de l’action ouvrière au tournant des années 1970. Certaines questions revenant dans différentes contributions auraient cependant pu être abordées de manière plus directe. Pourquoi, par exemple, comme le constatent les éditeurs, les « mai prolétaires » caractérisent-ils les pays latins plus que les autres ? A quelle structure sociale ou à quelles pratiques de l’action politique cela renvoie-t-il, notamment dans le temps long ? Pourquoi également ne pas avoir inclus des pays où les mobilisations ouvrières n’ont a contrario pas été importantes ? Les facteurs d’une telle stabilité auraient aussi un sens. De plus, les tendances communes entre pays d’Europe de l’Ouest et pays d’Europe de l’Est, qui s’expliquent notamment par des matrices communes, sociales et générationnelles, devraient être mises en évidence de manière plus systématique. Cela pourrait contribuer à sortir d’une interprétation unilatéralement politique de l’histoire des groupes ouvriers dans les pays de l’Est. Enfin, par intérêt scientifique aussi bien que militant, les rapports et tensions entre « ouvriers » et « intellectuels » (étudiants, mais aussi cadres d’entreprise), abordés dans quelques-unes des contributions, gagneraient à être étudiés de manière plus systématique : ils renvoient à une perception mutuelle et à un différentiel de capital social qui se révèlent être à la fois un moteur et une limite de la mobilisation commune, à l’Est comme à l’Ouest, aujourd’hui comme hier.

Michel Christian

Grandizo Munis, De la guerre civile espagnole à la rupture avec la Quatrième Internationale (1936-1948). Textes politiques – Œuvres choisies. Tome 1, Paris, Editions Ni patrie ni frontières, 2012, 412 pages, 12 euros.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Parallèlement à la publication de sa revue Ni patrie ni frontières (régulièrement chroniquée dans notre Revue des revues), Yves Coleman s’est associé avec l’hispanique Comité d’édition des œuvres de G. Munis et propose un premier tome copieusement garni consacré aux écrits de cette figure révolutionnaire importante du XXe siècle, saluée comme un esprit libre et un communiste radical authentique. D’abord trotskyste, Munis effectue une critique de certains des fondements du trotskysme qui l’amène vers le communisme de gauche, courant politique plus communément appelé « ultra-gauche ». Si l’essentiel des textes proposés sont inédits et traduits de l’espagnol, on en trouve également quelques-uns issus des archives de Ngo Van[1], avec une certaine variété : articles, lettres, tracts ou textes de discussion interne[2]. Ils sont précédés par une présentation générale de Munis, de ses principales positions – contre le capitalisme d’État et le stalinisme, pour un parti révolutionnaire étroitement lié à sa classe et à sa liberté, et pour un État ouvrier ne contrôlant pas la production économique, aux mains des travailleurs auto-organisés – et une autre du trotskysme espagnol dans les années 1930 et 40, marqué par la division.

Un premier ensemble est constitué par des articles des bolcheviques-léninistes espagnols durant la guerre civile (rappelons que l’ouvrage de Munis sur cette période, Leçons d’une défaite, promesse de victoire, récemment réédité par les éditions Science marxiste, a été chroniqué sur notre ancien site). Sans surprise, ceux-ci s’affrontent au Front populaire, critiquent le POUM et dénoncent l’action criminelle du stalinisme[3]. Ils y opposent le front révolutionnaire du prolétariat, et loin d’idéaliser l’action des masses, soulignent « l’atomisation des pouvoirs » des comités à partir de juillet 1936 face à un État bourgeois en voie de reconstitution.

L’autre grand ensemble, le plus important quantitativement parlant, concerne la montée des divergences avec la ligne majoritaire de la IVe Internationale. On connaît en effet généralement l’acte de rupture de Grandizo Munis et Benjamin Péret après le IIe Congrès mondial de 1948, mais ce sont tous les principaux jalons de la polémique qui nous sont ici proposés (sans le versant contradictoire, toutefois). A cet égard, « Le Socialist Workers Party et la guerre impérialiste », daté de novembre 1944, est un des textes les plus intéressants. S’appuyant sur les déclarations de James P. Cannon[4] au procès de Minneapolis[5] (dont une partie fut publiée par la revue du Courant communiste internationaliste (CCI) du Parti des travailleurs (PT)[6], La Vérité), Munis critique l’interprétation de la politique militaire prolétarienne, l’absence de lutte effective contre la guerre de la part du SWP, le travail au sein de la Résistance armée et les illusions entretenues sur les capacités révolutionnaires du stalinisme. Se devine déjà sa critique radicale des syndicats, mais également une certaine tendance à avancer des certitudes bien tranchées (ainsi de la révolution qui serait nécessairement plus facile dans un pays vaincu par le fascisme[7]). La critique se fait plus globale et large dans « Les révolutionnaires devant la Russie et le stalinisme mondial » (1946), puisqu’un changement de la politique défendue par la IVe Internationale à l’égard de l’URSS est revendiqué. La puissance soviétique est analysée comme un capitalisme d’État tout aussi impérialiste que les autres, qui plus est agent contre-révolutionnaire encore plus dangereux que la bourgeoisie, et qui n’appelle donc aucune défense, même critique.

Le fossé se creuse encore avec les instances de direction de l’Internationale, accusées de bureaucratisme et d’opportunisme, en particulier dans la préparation du IIe Congrès mondial, non démocratique selon Munis (approuvé d’ailleurs par Natalia Sedova Trotsky). Son « Rapport sur le Congrès mondial », auquel il participe malgré tout, est un autre texte des plus intéressants, tout comme les diverses prises de position de l’Union ouvrière internationale, constituée après la scission d’avec la IVe Internationale, et membre d’un Comité international de la gauche marxiste. Le volume se clôt d’ailleurs de la sorte non en 1948, mais en décembre 1950. Le second tome est attendu par les spécialistes des marges et dissidences communistes.

Jean-Guillaume Lanuque



[1]              Ngo Van (1913-2005) est un militant vietnamien anticolonialiste, trotskyste puis communiste conseilliste, dans la mouvance de l’ultra-gauche. Son dernier ouvrage, Au pays d’Héloïse, est chroniqué dans notre revue électronique: http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=584

[2]              Seule inconnue dans la présentation, les « Amendements proposés par le camarade Munis » en décembre 1945, dont on ignore à quel texte ils s’appliquent.

[3]              « Si la Révolution fut vaincue, si la guerre est une déroute, et si Franco soumet aujourd’hui les travailleurs à l’esclavage et à la répression, l’unique responsable, le précurseur de Franco, est le gouvernement du Front populaire et son principal représentant, le stalinisme » (p. 120).

[4]              James Patrick Cannon  (1890-1974), militant étatsunien, est une des figures marquantes du trotskysme mondial. Il est le secrétaire national du Socialist Workers Party des États-Unis de sa fondation, début janvier 1938, à 1953.

[5]              Il s’agit d’un procès intenté d’octobre à décembre 1941 contre 28 dirigeants du SWP, dont James P. Cannon et les leaders de la célèbre grève des camionneurs de Minneapolis à l’été 1934. Ils sont jugés pour sédition par un tribunal fédéral.

[6]              Le Parti des travailleurs (novembre 1991-juin 2008) regroupe dans son courant principal, le CCI, une des trois grandes familles trotskystes en France, qu’on appelle de manière familière mais non historique, les « lambertistes ». Le PT devient en juin 2008 le Parti ouvrier indépendant (POI).

[7]              Il en est de même par la suite au sujet de l’inévitable guerre mondiale entre les deux blocs, ou de l’étatisation généralisée du capitalisme.

 

Yannick Blanc, Les esperados. Une histoire des années 1970, Montreuil, éditions L’échappée, collection « Négatif », 2012, 218 pages, 14 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les esperados est un docu-fiction littéraire paru initialement en 1984, qui se conçoit comme un anti Génération[1]. Sa réédition dans la collection dirigée par le collectif Pièces et main d’œuvre s’explique sans doute par le regard porté sur ces « Années 68 » vécues par l’auteur, un temps maoïste, un regard amer et sans illusions sur ces espoirs échoués, critique de l’extrême gauche organisée (seuls les situationnistes ont droit à des éloges appuyés), des opportunistes, des drogues, du communautarisme[2] ou de la récupération des mythes d’une époque. Tous éléments qui transparaissent bien dans le texte inédit ajouté en complément au livre originel, « Le troupeau par les cornes », au-delà d’un accord sur les dangers véhiculés par la techno-science.

Car Yannick Blanc pointe du doigt ce qui, selon lui, explique la faillite des soixante-huitards, leurs propres tendances à l’autodestruction. Il a choisi de porter son regard sur l’exemple d’une communauté paysanne du fin fond de l’Ardèche, et plus particulièrement sur son leader, Pierre Conty dit Pierrot, qui finit par tuer trois personnes en 1977 des suites d’un braquage ayant mal tourné. Yannick Blanc a mené pour ce faire une enquête longue et fouillée, rencontrant un très grand nombre d’acteurs et de témoins de cette tranche de vie (on y croise même quelques figures comme Jean Ferrat ou Paul Barril, ami d’enfance de Pierre Conty). Si le sujet n’est pas sans évoquer le récent Osons l’utopie ! de Christian Dupont (chroniqué dans notre revue électronique[3]), l’éclairage est plus sombre, la prose plus vivante et empathique, véritablement prenante.

Yannick Blanc nous plonge ainsi dans l’enfance grenobloise de Pierre Conty, né en 1946 d’un père communiste, ancien résistant et ouvrier. Faisant le choix de la rébellion à l’adolescence, et éprouvant de grandes difficultés à accepter les contraintes d’une hiérarchie subie dès l’enseignement technique, il voyage jusqu’en Israël pour participer à un kibboutz, avant de faire le choix d’une vie rurale. Enfant de 68 et du gauchisme ambiant, il s’oppose alors au PCF, et finit par fonder une communauté vivant principalement de l’élevage en 1969, à Rochebesse, subissant l’hostilité chronique des locaux, jusqu’à des poursuites judiciaires autour des questions de propriétés foncières. Cette communauté connaît nombre de changements, entre nouvelles arrivées et départs plus ou moins volontaires.

En effet, Yannick Blanc, au-delà de réelles notes d’humour (le règlement des tensions internes grâce aux maximes du Petit livre rouge !), montre bien les difficultés de la vie en commun, les conflits issus de cette promiscuité recherchée et des relations sexuelles afférentes. La violence contenue en Pierre Conty s’exprime alors de plus en plus, accentuant l’ambiance délétère.  Le mythe de la guérilla en arrière-plan, les vols de marchandises présentées comme des réappropriations sont bientôt suivis par des vols d’armes puis d’argent, jusqu’au tragique braquage final. Un regard sur ces « Années 68 » qui ne peut laisser indifférent, vision alternative à celle, plus médiatisée, de Pierre Goldman, et totalement à l’écart, en effet, de celle codifiée par Hamon et Rotman.


[1]              Il s’agit de l’ouvrage de Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération (tomes I et II), Paris, Seuil, 1987, 1988.

[2]              « Les communautaristes identitaires sont l’extrême droite de l’extrême gauche (…) », p. 235, Yannick Blanc affirmant par ailleurs sa fierté d’être simplement Français.

Alain Cuenot, Clarté 1919-1928, 2 tomes (tome I. Du pacifisme à l’internationalisme prolétarien ; tome II. Du surréalisme au trotskisme), Paris, L’Harmattan, 2011, tome I, 255 pages, 25 € ; tome II, 259 pages, 25 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Sujet passionnant, naguère étudié par Nicole Racine1, Clarté fut à la fois une mouvance intellectuelle (du moins à ses débuts) et une revue dans laquelle écrivirent Victor Serge, les surréalistes, Paul Vaillant Couturier, Barbusse, … C’est ce dernier d’ailleurs, avec Raymond Lefebvre, qui en est le fondateur. Née au lendemain de la guerre, la revue connaît un parcours à la fois original et accidenté, avant de disparaître en 1928, et céder la place à La lutte de classes, se voulant le représentant de l’Opposition de gauche en France.

En réalité, dès le départ, Clarté est né sur un compromis entre deux générations, deux idées de son rôle et pas plus l’engagement communiste de Barbusse et son éloignement de la revue que la disparition prématurée de Lefebvre ne résoudront entièrement les difficultés. Alain Cuenot, spécialiste de Pierre Naville, suit pas à pas l’itinéraire de la revue. Il souligne son originalité, qui se manifeste par son action antimilitariste et anticolonialiste, les débats autour de la question de la femme et de la pédagogie Freinet, et s’inscrit dans l’objectif général de fonder une culture révolutionnaire. Ce que peut et/ou doit être une telle culture, la mise en avant de ses manifestations font débat et même polémique, recherchant simultanément ou tour à tour les signes prometteurs du côté de la culture prolétarienne, d’un certain classicisme ou des avant-gardes. Il est d’ailleurs dommage que l’auteur n’ait pas analysé de façon plus conséquente les contours de ces débats politico-culturels, en les réinscrivant plus finement dans le contexte d’alors ; notamment par rapport à la conception de la culture prolétarienne de Marcel Martinet, et au surréalisme en 1924-1925. Ainsi, affirmer qu’aux yeux de Breton, « la révolution prolétarienne et la résurrection de l’esprit ne font qu’un, conception pour le moins étrange et équivoque » (tome II, p. 55) témoigne d’une compréhension limitée du sujet : les surréalistes parlent de la révolte de l’esprit et non d’une résurrection. De même, les illustrations, couvertures de la revue, à peine commentées, auraient mérités une analyse plus approfondie.

Outre l’abondance d’informations, l’éclairage sur le tournant que représente l’échec de la révolution allemande en 1923, l’un des intérêts majeurs de cet essai est de mettre en évidence, dans les débats et courants politiques qui se disputent Clarté, le rôle de passeur de plusieurs personnalités comme Victor Serge ou Jean Bernier. Cependant, le livre souffre de défauts importants. Tout d’abord, le souci d’empirisme et d’exhaustivité, qui se traduit par de longues digressions et de multiples répétitions, alourdit considérablement la lecture. Ensuite, les sous-titres trahissent la tentation d’une vision téléologique, aggravée par une analyse quasi positiviste, qui présente l’itinéraire de la revue comme le chemin de croix d’une clarification marxiste orthodoxe de la révolution. Ainsi, dès l’introduction, l’auteur parle du « redressement idéologique » (p. 9) et il égrène à la fin des chapitres de nombreux jugements sur l’insuffisance, l’hétérodoxie, la confusion des conceptions clartéistes. Une telle orthodoxie oriente la lecture en connotant systématiquement et négativement le romantisme ou mysticisme révolutionnaire, l’élan spontané, etc. sans voir que ce mélange chaotique fait l’originalité de Clarté, préserve un espace d’échanges au croisement d’importants et riches débats politiques et culturels. En ce sens, malgré mais aussi grâce à cette confusion, Clarté offre plus d’intérêt que La lutte de classes. Il a manqué à Cuenot les outils forgés par Nicole Racine – « le communisme lyrique » à propos de Clarté – et par Robert Sayre et Michael Löwy – « le romantisme révolutionnaire »2 à propos du surréalisme et de certains courants marxistes – pour développer une analyse plus dynamique et complexe.

1Nicole Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : Clarté (1921-1928) », Revue française de science politique, n° 3, vol. XVII, juin 1967, p. 484-519.

2Lire Michael Löwy, Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Paris, Payot, 1992.

Leonardo Padura, L’homme qui aimait les chiens, Paris, Métailié, 2011 (2009 pour l’édition originale), 672 pages, 24 €.

 

Compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Vincent Chambarlhac)

1 – La surveillance, la traque puis l’assassinat de Léon Trotsky le 28 août 1940 à Coyoacan (Mexique) par les services secrets de l’État soviétique et du Komintern suscitent, dès ce moment, de nombreux ouvrages, de qualité fort inégale, reconnaissons-le. En 1949, déjà, le militant révolutionnaire Alfred Rosmer dénonce dans un article[1] les mensonges de deux livres, celui de Julian Gorkin et de Sanchez Salazar[2], et celui d’un renégat communiste étatsunien bien connu à ce moment là, Louis F. Budenz[3]. Il faut attendre les recherches de Pierre Broué, historien majeur de l’historiographie des communismes et spécialiste de Trotsky, pour avoir, enfin, un premier récit historique détaillé de ces événements[4]. Depuis, si les « révélations » d’un haut dirigeant du NKVD, Pavel Soudoplatov[5], viennent confirmer pour l’essentiel ce que l’on savait déjà, la biographie de Trotsky par Robert Service[6] n’apporte quand à elle rien absolument rien d’inédit, et pour cause : son chapitre sur l’assassinat ne comporte que 9 pages ! Et puis, en ce début d’année 2011, dans les librairies, ce livre du Cubain Leonardo Padura sur les trajectoires croisées de Léon Trotsky et  de son assassin, Ramon Mercader. Pour nous parler, une fois encore, de ce monde là, se peut-il que la fiction littéraire fasse preuve d’un efficace plus redoutable ? L’histoire est-elle devenue cette science si fragile[7] ? Le roman noir peut-il renouveler et enrichir cet espace délimité un peu trop hâtivement « stalinisme » ? Leonardo Padura est-il, comme l’écrivain italien Erri de Luca, un « persécuteur d’absents » [8] ou comme l’auteur mexicain Paco Ignacio Taibo II, mène-t-il un combat « contre le territoire des ombres »[9] ?

2 – Leonardo Padura, auteur jusque-là surtout connu pour ses romans noirs mettant en scène son héros le policier Mario Conde[10], nous livre donc ici un roman historique dont la sortie en langue française au début de l’année 2011 s’est révélée marquante, aussi bien du fait de ses critiques positives et élogieuses que de son apparent succès commercial. Il faut dire que L’homme qui aimait les chiens est à la fois incarnation et révélateur de l’actualité toujours renouvelée de l’histoire avec un grand H. Révélateur également des questionnements actuels sur les rapports,  « orageux » parfois, entre histoire et fiction, entre le politique et la littérature. En effet, beaucoup d’historiens datent cette « offensive majeure de la littérature [venue] camper en plein sanctuaire historien »[11] de la sortie du roman de Jonathan Littell, Les Bienveillantes (2006),  en insistant principalement sur les romans qui empruntent au nazisme et à la Seconde Guerre mondiale : Les Bienveillantes, donc, mais également Jan Karski de Yannick Haenel (2009) et HhhH de Laurent Binet (2010). C’est omettre, pourtant, l’histoire des communismes révolutionnaires des années 1920-1930,  vue sous l’angle de la fiction noire (avec ses codes), tant cette histoire peut se révéler comme lieu de tous les possibles, de tous les excès aussi. Le moment kominternien, en particulier, possède une puissance d’évocation capable de séduire de nombreux auteurs. Leonardo Padura est l’un d’eux.

3 – Son récit se compose en fait de trois trames personnelles, dont deux sont directement parallèles tandis que la dernière est une quasi mise en abyme de l’auteur lui-même. Simultanément, le lecteur suit donc le parcours géographiquement erratique de Trotsky dans la période de sa vie la plus tragique, de la fin de son exil soviétique jusqu’à son assassinat au Mexique en 1940 et celui de son assassin, Ramon Mercader, de son enfance à sa mort. Ce dernier est également le lien avec le Cubain Ivan, écrivain frustré, dont la vie est à jamais marquée par la rencontre, à la fin des années 1970, sur une plage, de l’homme qui aimait les chiens…

La prose de Leonardo Padura est à chaque fois profondément empathique, brossant des personnages à l’humanité éclatante, y compris Ramon Mercader, un homme grandi à l’ombre étouffante de sa mère Caridad, amoureux de son pays, révolté par la réaction et le fascisme, qui finalement se retrouve hypnotisé par sa foi dans le communisme version stalinienne. Sur un plan strictement historique, on ne peut que reconnaître l’important travail de documentation de l’auteur, qui fait rechercher par Ivan (p. 280) la fameuse trilogie d’Isaac Deutscher sur Trotsky[12], car c’est avec ce livre qu’il a le plus travaillé, comme il le confirme dans les  multiples entretiens qu’il accorde en 2011[13].  Lui ont été utiles, aussi, livres et documentaires portant sur la guerre d’Espagne[14]. Toute cette documentation lui permet d’insérer ici et là quelques formules emblématiques comme  la fameuse « planète sans visa »[15]  ou la phrase de Natalia Sedova à propos des « fantômes aux fronts troués » qui entourent Trotsky depuis quelques années[16].

4 – C’est en fait le personnage de Ramon Mercader qui laisse la plus grande part à la fiction. En effet,  puisque celui-ci « reste un grand mystère », la documentation amassée au fil des ans a « fourni le squelette » et « la peau et les muscles sont de ma création » (Padura)[17]. Les détails sur son enfance, sa relation passionnée avec la militante communiste Africa de las Heras, ou son entraînement très « cinématographique » en URSS pour faire de lui un agent d’exception, sont fruits de l’imagination de l’auteur, et se révèlent d’ailleurs plutôt bien intégrés à l’ensemble. Il choisit également d’accentuer son rôle, en le faisant participer à l’enlèvement du leader du POUM Andrès Nin, afin qu’il apparaisse comme l’archétype du bras armé du stalinisme ; un archétype sujet au doute puis aux regrets, ce qui est assurément l’élément le plus fragile de la construction romanesque. Les autres personnages qui apparaissent au fil de cette opération « Canard » (nom de code donné par la hiérarchie des services du NKVD à l’assassinat de Trotsky) ont tous, plus ou moins, une épaisseur romanesque qui (re)construit leur rôle historique dans les enjeux du moment. Leonid Eitingon, le maître d’œuvre soviétique, sur le terrain, de l’opération, est présenté comme un homme capable de lire un ouvrage de cinq cent pages en une nuit, de réciter tout Pouchkine par cœur et de s’exprimer en huit langues (p. 134-135). Ce portrait fait de lui un autre archétype, celui de ces militants communistes, cosmopolites, cultivés, brillants et « athées débarrassés de la compassion » (p. 328), ayant fait leurs preuves pendant la guerre civile comme tchékistes, capables de travailler à la sécurité de la « patrie du socialisme » sur toute la planète, sans (se) poser aucune question. Quand à Africa de las Heras, elle n’a sans doute pas été la seconde femme importante dans la vie de Ramon Mercader, après sa mère. Néanmoins, sa carrière comme agente hors-pair du NKVD à l’étranger[18] (c’est la seule Espagnole à recevoir le grade de colonel du KGB) ou comme combattante clandestine à l’arrière du front allemand en URSS dès 1941-1942 sont bien ce qu’on pouvait attendre d’une militante décrite comme quelqu’un qui « semblait s’être cousu un livre de marxisme sous le bras » (p. 96). Manipulateurs (Louis Budenz, Ruby Weil) ou manipulés (Sylvia Ageloff, qu’un auteur d’une récente BD place au centre de sa propre reconstruction du meurtre de Trotsky[19]) tiennent leurs rôles dans le complot. L’adjonction du personnage cubain, Ivan, certes justifiée par la fin de la vie de Mercader à Cuba, est surtout l’occasion pour Leonardo Padura de porter un regard éminemment critique sur la période castriste, fruit de ce stalinisme dont l’hypocrisie, la peur et le mensonge ont eu raison des espoirs d’une révolution plus humaine incarnée dans le roman, de manière ambiguë et partielle, par Trotsky. Ce troisième récit peut se lire comme le point de vue d’Ivan, ce dernier représentant, selon l’auteur, non pas une personne, mais « la synthèse d’une génération ». Ce personnage « représente tous les problèmes que nous avons vécu à Cuba », « les illusions, les désillusions, les défaites et les peurs de ma génération »[20]. Le point de vue d’Ivan est également celui d’un Cubain sur une histoire européenne.

5 – Roman sombre et en grande partie désenchanté, L’homme qui aimait les chiens peut-il s’inscrire dans le droit fil de ces œuvres dénonciatrices du stalinisme, dont une des premières et des plus marquantes est S’il est minuit dans le siècle, de Victor Serge ? Cette dimension,  dans le meilleur des cas intemporelle et dans le pire datée, tient sans doute au décalage de la découverte du stalinisme réellement existant entre Cuba et l’Occident. Elle est toutefois loin d’être dominante. A contre-courant de la doxa historiographique dominante, Leonardo Padura ne renvoie pas franchement dos à dos Staline et Trotsky, dont il différencie clairement les idéologies et les comportements, en accentuant sans doute leurs rôles personnels respectifs au détriment de l’analyse des forces sociales souterraines. On lui sait d’ailleurs gré, comme nous l’avons déjà remarqué, de s’efforcer de coller au plus près des faits[21] et de l’idéologie de ses personnages[22]. Toutefois, là où il s’en écarte, il se fait davantage le reflet et l’écho de son époque. Son Trotsky est ainsi régulièrement sujet à des assauts de découragement politique, et manifeste surtout une sorte de repentance concernant la militarisation des syndicats à la fin de la guerre civile (proposition qui faisait pourtant suite, rappelons-le, à une sorte de pré-NEP qui, elle, avait été refusée par les instances de direction du Parti bolchevik) et le fameux épisode de la répression de Cronstadt. Les pensées que Leonardo Padura prête sur ce sujet à Trotsky (p. 75) sont en effet à la fois contraires à la réalité (il suffit de lire Leur morale et la nôtre[23] pour s’en convaincre) et dépassées sur le plan des faits[24]. De même, les allusions qui sont faites à la IVe Internationale nouvellement  créée témoignent d’un pessimisme excessif manifesté par son fondateur : un simple « cri dans les ténèbres » ? (p.414) ou une « pauvre fiction » ? (p.517). Les rares manifestations d’optimisme de la part de Trotsky nous semblent pourtant autrement plus justes[25]. Les seules remarques sur les problèmes internes et les graves dissensions des organisations trotskystes sont en outre réduits à une « fièvre séparatiste » ou à des « rivalités de personnes », ce qui, bien que contenant une indéniable part de réalité[26], ne recouvre pas toute la réalité. Probablement peut-on y déceler l’influence de la biographie d’Isaac Deutscher, d’ailleurs nommément citée dans le roman, puisque recherchée et lue avec avidité par Ivan (p. 280). Bien sûr, on peut invoquer le fait qu’il s’agit d’une fiction romanesque, et qu’en tant que telle, la liberté de l’auteur est absolue (ce que fait d’ailleurs Leonardo Padura dans ses remerciements). Néanmoins, en choisissant de mettre en scène des personnages historiques, souvent de premier plan, avec un parti pris d’écriture réaliste, l’auteur ne s’expose-t-il pas à la difficulté d’une reconstitution historique la plus crédible possible et aux critiques qu’elle est susceptible d’engendrer ? Dans une démarche fantastique[27], par exemple, ce n’aurait pas été le cas. Questionnement ultime (sacrilège ?) : peut-on romancer Léon Trotsky ?

6 – Ce pessimisme, que l’on retrouve à plusieurs reprises[28], semble être un des apports les plus personnels de l’auteur, pouvant laisser voir dans L’homme qui aimait les chiens, en plus d’une puissante fresque du passé communiste, un roman de la désillusion, du découragement, de l’impuissance idéologique face au cours implacable des choses… Le primat affirmé, à contrario des grands engagements collectifs, de l’importance des individus, voire d’un humanisme personnel (défendu par Ivan), ne risque-t-il pas de conduire chacun d’entre-nous à se renfermer dans l’entre-soi ? L’image du chien est peut-être à cet égard emblématique : animal apprécié par les trois protagonistes (Trotsky, Mercader, Ivan) victimes, à des degrés très différents, du stalinisme, celui de Ramon Mercader est abattu sous ses yeux par Caridad Mercader, sa  mère, comme signe d’un point de non-retour : « A partir de cet instant, mets-toi dans la tête que le renoncement à tout (…) est une forme de vie. » (p. 48). Aimer les chiens est-il, pour Leonardo Padura, une métaphore de l’humanisme ? Ne sont-ils à nos côtés que dans la défaite et l’exil (Trotsky), dans l’inaction (Mercader) ou dans le désenchantement (Padura lui-même possède deux de ces animaux) ? Si les titres d’œuvres sont rarement innocents, celui-ci l’est d’autant moins que Padura  l’a adopté en hommage à l’inventeur du roman noir américain, Raymond Chandler, auteur d’une nouvelle intitulée justement L’homme qui aimait les chiens[29]… Si l’on en croit certains spécialistes du roman noir[30], celui-ci nait effectivement comme conséquence sociale de l’écrasement des espoirs révolutionnaires qui, un temps, firent « craquer l’écorce du vieux continent »[31]… Pourtant, in fine, il nous semble bien que par sa puissance de restitution des enjeux de l’idée communiste et d’évocation des absents et des ombres, dans ces tumultueuses années trente, le roman de Leonardo Padura s’inscrit pleinement dans ces fictions, à la charnière de l’histoire, qui répondent du XXe siècle, qui expliquent notre temps.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Vincent Chambarlhac)

 


[1]              Alfred Rosmer, « A Fictionized Version of Trotsky’s Murder », Fourth International, vol. 10, n° 3, mars 1949, p. 91-94.

[2]              Julian Gorkin est un ancien leader du POUM espagnol qui par anti-stalinisme dérive dans le camp anticommuniste pendant la guerre froide : il participe alors aux activités du Congrès pour la liberté de la culture. Avec l’aide du général Salazar, qui dirigea l’enquête sur le meurtre de Trotsky, il rédige en 1948 How they Murdered Trotsky, publié en français la même année sous le titre Ainsi fut assassiné Trotsky, aux éditions Self, spécialisées dans les ouvrages d’auteurs anticommunistes et d’extrême-droite. Modifié, cet ouvrage est publié par le seul Gorkin chez Julliard en 1970 sous le titre L’assassinat de Trotsky.

[3]              Louis F. Budenz est un militant communiste étatsunien des années trente, qui participa, bien que de manière indirecte, au projet d’assassinat de Trotsky, et qui devient un témoin privilégié contre le Parti communiste américain pendant la « chasse aux rouges » des années 1950. Il écrit en 1940 The Assassination of Léon Trotsky, puis en 1947 This is my Story, qui est l’ouvrage auquel fait référence A. Rosmer dans son article. Étrangement, la veuve de Trotsky, Natalia Sedova, avait accordé du crédit à ce livre de Budenz, dans la même revue : Fourth International, vol. 8, n° 5, mai 1947, p. 144-146.

[4]              Si le dernier chapitre de sa biographie de Trotsky (Fayard, 1980), intitulé « L’hallali » résume la préparation et l’exécution de celui-ci, un ouvrage est spécifiquement consacré au sujet : 1940 : L’assassinat de Trotsky, Bruxelles, Complexe, 1980.

[5]              Pavel Soudoplatov, Anatoli Soudoplatov, Missions spéciales. Mémoires du maître- espion soviétique Pavel Soudoplatov, Paris, Le Seuil, 1994.

[6]              Robert Service, Trotski, Paris, Perrin, 2011; voir notre note de lecture de cet ouvrage dans le n° 11, mai 2012, de la revue Dissidences, « Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », p. 145-149, et dans le n° 3, printemps 2012, de notre revue numérique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

[7]              Nous empruntons ici cette notion au titre de l’article du médiéviste Patrick Boucheron, « On nomme littérature la fragilité de l’histoire », Le Débat, n° 165, mai-août 2011, « L’histoire saisie par la fiction », p. 41-55

[8]              Erri de Luca, entretien, Le Monde, « Dossiers et documents », n° 386, mai 2009.

[9]              Paco Ignacio Taibo II, Archanges. Douze histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 10. Cet ouvrage sera bientôt chroniqué sur ce blog.

[10]             Tous les romans noirs de Leonardo Padura sont publiés chez Métailié, et réédités en collection de poche (Points/Policier), entre autres son cycle « Les quatre saisons ».

[11]             Pierre Nora, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le Débat, n° 165, op. cit., p. 11.

[12]             Isaac Deutscher, Trotsky. Le prophète armé, le prophète désarmé, le prophète hors-la-loi, Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1962-1980.

[13]             Lire en particulier celui qu’il accorde à la revue Contretemps, n° 11, septembre 2011.

[14]             Entre autres, Ronald Radosh, Mary R. Habeck, Grigori Sevostianov, Espana traicionada, Editorial Planeta, 2005, est une compilation de documents envoyés à Moscou par les militants kominterniens en Espagne, et Asaltar Los Cielos [L’assaut des cieux, devenu en français Ramon Mercader. L’assassin de Trotsky] documentaire de Javier Rioyo et José Luis Lopez Linares, Espagne, 1996, 94 mn., couleur, passé sur Arte le 26/11/2001, traite essentiellement du personnage de R. Mercader.

[15]             Il s’agit du titre donné par Léon Trotsky au dernier chapitre de son autobiographie Ma Vie, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973.

[16]             Cette phrase évoque tous les militants de l’opposition de gauche, trotskystes ou prétendus tels, assassinés en URSS ou en Europe. En 1993, Jean-François Vilar, auteur de romans noirs et ex-militant de la LCR, donne ce titre à un  livre remarquable : Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués, Paris, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie ».

[17]             Leonardo Padura, Contretemps, n° 11, op. cit.

[18]             La romancière argentine Alicia Dujovne-Ortiz,elle-même fille d’un agent du Komintern, construit son roman historique L’étoile rouge et le poète (Métailié, 2009, bientôt chroniqué sur ce blog) autour d’une des missions de Africa de las Heras en 1947, la séduction  d’un poète uruguayen anticommuniste afin de monter un réseau d’agents aux Amériques.

[19]             Gani Jakupi, Les Amants de Sylvia, Paris, Futuropolis, 2010. Une courte recension de cette BD se trouve sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/litterature%20sociale_fictions.htm#jakupi

[20]             Entretien de Leonardo Padura (en anglais) au Danemark, en septembre 2011, sur http://www.marxist.com/interview-with-leonardo-padura.htm

[21]             Les erreurs ne sont que de détail : on peut ainsi citer une erreur d’orthographe dans le nom de « Marie Crapeau » (en réalité Craipeau), l’existence d’un préfet de région lors du séjour de Trotsky à Domène (ils n’apparaissent qu’en 1964), un usage un peu trop systématique du terme de génocide (sur la Révolution culturelle chinoise, par exemple), voire même une tendance à sous-estimer les responsabilités de Trotsky dans le processus ayant conduit au suicide de sa fille Zina (voir à ce sujet Jacquy Chemouni, Trotsky et la psychanalyse, Paris, éditions In Press, 2004, chroniqué dans le n° 2, automne 2011 de notre revue numérique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1309 . Enfin, plus anecdotique, il imagine une tentative de séduction de la sœur de Frida Kahlo, Cristina, par Trotsky, et semble largement amplifier sa propre aventure avec la même Frida.

[22]             Rien à voir avec le traitement de Trotsky dans la récente bande-dessinée Octobre noir, de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau, Florent Calvez, quatrième tome de la série uchronique « Jour J » (Paris, éditions Delcourt, 2012), où il est présenté comme partisan du terrorisme individuel…

[23]             Léon Trotsky, Leur morale et la nôtre, Paris, éditions de la passion, 2003.

[24]             Voir à cet égard Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#marie2

[25]             L’exemple le plus patent, et un des seuls, se trouve page 521 : « Lev Davidovitch faisait cependant confiance aux générations futures, libérées du joug des totalitarismes, pour rendre justice à ce rêve et peut-être à l’obstination avec laquelle il l’avait soutenu. Parce que le plus grand combat, écrivit-il, celui de l’histoire, ne s’achèvera pas à ma mort sur la victoire personnelle de Staline : il commencera dans quelques années, quand les statues du Grand Leader seront renversées de leur piédestal. »

[26]             Les rivalités parmi les trotskystes français de 1929 à 1931, par exemple, ressortent à la lecture des lettres échangées entre Léon Trotsky et Alfred Rosmer et Pierre Naville, respectivement. Lire Alfred et Marguerite Rosmer, Lev Davidovitch Trotsky, Correspondance, 1929-1939, Paris, Gallimard, 1982, et Léon Trotsky, Pierre Naville, Denise Naville, Jean Van Heijenoort, Correspondance, 1929-1939, Paris, L’Harmattan, 1989.

[27]             Comme exemple de cette démarche, on peut citer la nouvelle de Jonas Lenn, « Le mausolée de chair », qui fait survivre l’esprit de Trotsky après son assassinat grâce à un prélèvement d’ADN et une méthode scientifique mêlée de mythes aztèques (in André-François Ruaud (dir.), Passés recomposés. Anthologie uchronique, Aix-en-Provence, Nestiveqnen, 2003). Signalons également un ouvrage de Richard Hoyt, Trotski se fait la paire (Gallimard, Série noire, 1983) dans lequel le futur président des États-Unis, une « taupe » du KGB recrutée dans les années 1970 sur les campus, est atteint de schizophrénie et se prend pour Léon Trotsky !

[28]             Ainsi, en évoquant la conclusion de La révolution trahie, il laisse échapper cette phrase extrêmement contemporaine : « L’Union soviétique léguerait aux temps futurs son échec et la peur de plusieurs générations en quête d’un rêve d’égalité qui, dans la vie réelle, était devenu le cauchemar de la majorité » (p.226). De même, page 353, après sa rencontre avec l’espagnol Josep Nadal, « en effet, il ne savait pas ce qui subsisterait du pauvre rêve communiste » (souligné par nous).

[29]             Cette nouvelle de Raymond Chandler se trouve dans le recueil Les ennuis c’est mon problème, Paris, Omnibus, 2009, 1216 p.

[30]             On pense ici à Jean-Patrick Manchette, auteur de romans noirs et analyste critique du genre : lire ses Chroniques, Paris, Rivages, coll. « Ecrits noirs », 1996,ainsi que son Journal (1966-1974), Paris, Gallimard, 2008, prochainement chroniqué sur ce blog.

[31]             L’expression exacte (« Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ») est celle de l’auteur américain John Dos Passos, utilisée dans son texte d’hommage à Isadora Duncan, dans sa trilogie USA, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002.

La présentation de Léonardo Padura

Marcel Gerber, Une passion méconnue d’Henri Guillemin : Léon Trotsky, Paris, Favre, 2012, 136 pages, 19 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Henri Guillemin (1903-1992) est un normalien, historien non académique, auteur d’une pléthore d’ouvrages, conférencier prolixe, qui s’est souvent fait remarquer, en particulier dans ses émissions pour la radio ou la télévision suisses, par un regard critique sur certaines figures historiques comme Napoléon Ier. Dans ce petit opuscule, à la mise en page particulièrement aérée, Marcel Gerber, qui l’a connu de 1978 à sa mort, évoque les échanges qu’il a pu avoir avec lui, reproduisant les lettres reçues d’Henri Guillemin (y compris les versions originales manuscrites). Il y a ajouté quelques photographies reprises des livres de référence proposés par David King.

Au-delà de l’évocation de ce chrétien social, ouvert aux espoirs révolutionnaires (ceux de la révolution sandiniste sont ainsi évoqués) et aux remises en cause de ses certitudes apparentes (sur la nature de la guerre d’Espagne et ses enjeux révolutionnaires, sur l’opposition Staline/Trotsky, vue comme un affrontement personnel aux enjeux politiques similaires), Marcel Gerber, ingénieur et membre de la Ligue marxiste révolutionnaire[1] en profite pour (ré)affirmer une vision trotskyste de l’histoire (les livres de Jean-Jacques Marie sont abondamment cités). Dans ce cadre, parler de passion à l’égard de Trotsky est sans doute excessif, quand bien même Henri Guillemin s’intéressa un temps au personnage, jusqu’à envisager la possibilité de lui consacrer un livre[2].

En fait, cet opuscule à l’intérêt limité, qui souffre de quelques fautes de relecture et erreurs de dates (Mitterrand élu président en juin 1981 !), vaut surtout par la liste des livres que Marcel Gerber prêta à Henri Guillemin afin qu’il affine sa vision de Trotsky et de la révolution russe, autant de fondamentaux bibliographiques utiles à rappeler. Citons entre autres Moscou sous Lénine d’Alfred Rosmer, Le dernier combat de Lénine de Moshe Lewin, Le léninisme sous Lénine de Marcel Liebman, les Mémoires d’un révolutionnaire de Victor Serge ou Révolution et contre-révolution en Espagne du trotskyste étasunien Felix Morrow.


[1]    Benoît Challand, La Ligue marxiste révolutionnaire en Suisse romande (1969-1980), Université de Fribourg, 2000, chroniqué dans Dissidences/BLEMR (ancienne série), n° 8, mai 2001 .

[2]    Il écrit ainsi le 13 décembre 1980 : « J’ai renoncé à mes recherches sur Trotsky. Un découragement. Ces monceaux de notes accumulées, je les abandonne (…) Je ne suis pas prêt, décidément, pour ces sortes de recherches. (…) Il me faudrait un tel travail d’investigations que je n’y puis plus songer à mon âge. » (p. 61).

Chris Harman, Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire (A People’s History of the World. From the Stone Age to the New Millenium), Paris, La Découverte, 2011 (2008 pour l’édition originale la plus récente), 736 pages, 29,50 €.

Le travail d’Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, qui a connu un vaste succès, a suscité bon nombre d’émules. Outre Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde de Vijay Prashad et Histoire populaire des sciences de Clifford D. Conner (tous deux chroniqués dans notre revue électronique), Chris Harman a eu l’ambition d’étendre cette démarche à l’histoire de l’humanité dans son ensemble. Rappelons que Chris Harman, récemment décédé, était une des figures intellectuelles majeures du SWP britannique[1]. L’entreprise était risquée, un seul homme pouvant désormais difficilement embrasser la totalité de l’histoire universelle sans la collaboration d’une véritable équipe de spécialistes. Mais la principale limite de l’ouvrage tient en fait à ce que, davantage qu’une histoire du peuple, il s’agit d’une histoire marxiste du monde, qui plus est d’un marxisme que l’on peut qualifier, souvent, de strictement « orthodoxe ». Vertébrée autour de la base matérielle des civilisations, elle apparaît en effet quelque peu désincarnée, sans pleinement aborder la vie quotidienne des grandes masses de population, justement, ni l’histoire des arts. La traduction témoigne également d’un certain manque de connaissances précises, tout au moins dans leur version française : monachisme devient « monasticisme », les royaumes combattants chinois des États guerriers, et l’école légiste celle des « légalistes ». Enfin, les références bibliographiques ne sont pas toujours à jour en ce qui concerne leurs éditions françaises les plus récentes.

Pour autant, le vaste travail de Chris Harman apporte des éléments utiles et stimulants pour la réflexion, bien que son exposé verse à plusieurs reprises dans un certain mécanisme. Refusant toute idée d’une nature humaine fixe ou d’une histoire finie (bon exemple page 422), il embrasse plusieurs millénaires d’aventure de l’humanité, dans une synthèse qui a de quoi susciter le respect. Passons rapidement sur le communisme primitif, que l’auteur a tendance à idéaliser sans tenir compte des analyses les plus récentes – et plus nuancées – sur la question (Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était, chroniqué dans notre revue électronique), avant de s’arrêter sur ce premier bouleversement majeur qu’est la révolution néolithique. L’apparition des chefs de villages et des guerres y précéderait le développement urbain, l’existence de surplus liée aux progrès de la productivité entraînant la division en classes, la naissance de l’État et des idéologies religieuses afin de les justifier et de les pérenniser. Les premiers âges sombres qui suivraient cette première longue phase de croissance s’expliqueraient alors par la trop grande avidité de classes dominantes également rigides et conservatrices. Parmi les développements sur la période antique les plus intéressants pour un lecteur européen, ceux sur la Chine amènent Chris Harman à imaginer la possible émergence d’un capitalisme avant l’unification du pays par Qin Shi Huangdi, un possible enrayé par l’accroissement de la main-mise de la bureaucratie étatique ; on n’est pas loin du scénario uchronique envisagé par Aldo Schiavone pour Rome quelques décennies avant la fondation du Principat (Aldo Schiavone, L’histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique). Concernant la pensée grecque, il attribue sa vitalité aux luttes de classes qui agitent le monde hellène, et relativise correctement l’opposition entre les sénateurs romains et certains empereurs, simple lutte entre possédants. On appréciera également sa vision nuancée du christianisme, dont il ne fait pas une religion prolétarienne, même si son explication de l’essor du monothéisme – une religion convenant mieux aux urbains et aux marchands – n’emporte aucunement l’adhésion. Se retrouvent par ailleurs sous sa plume des analyses de l’islam qui sont une des caractéristiques polémiques du SWP : selon lui, dans son chapitre justement nommé « Les révolutions islamiques », la dissidence chiite est également subversion sociale, une vision subjective qui néglige la prise en compte du noyau réactionnaire de toute religion. Les ancêtres des prolétaires, Chris Harman les voit dans les artisans royaux égyptiens, ce qui est également pour le moins discutable, au vu du statut éminemment privilégié et particulier de ceux-ci.

Face à des civilisations ayant échoué à se transformer en un mode de production plus efficient, telle la Chine ou l’empire musulman, où le parasitisme des classes supérieures brida tout développement, Chris Harman oppose l’Europe, dont « l’arriération même (…) lui permit de se projeter au-delà des grands empires » (p. 165). Dans cette phase de « Grande transformation » (titre inspiré de Karl Polanyi[2]), ouverte au XVe siècle – où l’on note au passage la reprise par l’auteur de la légende noire de Christophe Colomb, qui lui attribue un rôle précurseur dans les massacres qui ont suivi sa découverte des Amériques – les XVIe et XVIIe siècles sont ceux du « féodalisme de marché », tandis que le protestantisme incarnerait une tentative de révolution de la part des classes moyennes… Aux époques modernes et contemporaines, les développements sur les révolutions, en particulier anglaise et française, sont d’ailleurs particulièrement détaillés. Toutefois, Chris Harman conclut bien trop rapidement sur la présence d’un parti révolutionnaire organisé pour expliquer la venue au pouvoir de la bourgeoisie (la New Model Army de Cromwell ou les Jacobins). Certains manques sont également là aussi à noter, ainsi de Jean Meslier ou des réflexions pourtant cruciales de Christopher Baily, sur les révolutions industrieuses entre autre (voir La naissance du monde moderne, chroniqué dans notre revue électronique). Pour le XXe siècle, l’exposé est plus conforme à la vision trotskyste traditionnelle, que ce soit sur la révolution russe et ses suites, ou sur le Front populaire comme collusion avec la bourgeoisie et donc trahison ; plusieurs raccourcis ou simplifications sont là encore de mise (ainsi sur le 6 février 1934). La singularité du SWP se retrouve dans la caractérisation de l’URSS comme un capitalisme d’État, avec une accumulation primitive du capital opérée sous Staline et une URSS renvoyée dos à dos avec les États-Unis. Bien sûr, nous n’avons proposé là qu’un aperçu critique de cette vaste fresque, aux inévitables manques, simplifications ou survols trop succincts (les civilisations africaines, ou la résolution de la crise du bas Moyen-Âge), qui impressionne par son ambition littéralement démesurée, pour tout dire inaccessible à un chercheur isolé. Pour mener à bien une telle histoire, d’une manière aussi complète que possible, et même en demeurant dans une optique vulgarisatrice, la nécessité d’un collectif se révèle, ici, en creux, patente.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]    Chris Harman est une figure d’une des familles trotskystes mondiales, celle qui considère l’URSS comme une société « capitaliste bureaucratique d’État » et non comme un « État ouvrier dégénéré ». C’est un auteur prolifique : voir http://www.marxists.org/archive/harman/

[2]    Karl Polanyi, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 (édition originale en 1944). Polanyi est un historien de l’économie, influencé par le marxisme.