Archives de catégorie : Syndicalisme

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 pages, 32 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

En ces temps de crise généralisée qui touche tous les secteurs y compris celui de l’édition, il demeure encore (et heureusement) de bonnes surprises et l’ouvrage, pour ne pas dire le pavé, dirigé par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky en fait assurément partie. En effet, réunir pas moins de soixante-dix contributeurs – et autant de chapitres – pour retracer deux siècles d’histoire des mouvements sociaux en France relève d’un véritable pari éditorial de la part de La Découverte. Historiens, sociologues, politologues, historiens de l’art et économistes participent de cette entreprise ambitieuse et proposent au lecteur un panorama exhaustif  des différents mouvements sociaux français du XIXe siècle à nos jours, sans ignorer les interactions étrangères et internationales.

La définition volontairement large donnée au mouvement social et adoptée en avant-propos par les deux directeurs de la publication – « interventions collectives destinées à transformer les conditions d’existence de leurs acteurs, de contester les hiérarchies ou les relations sociales et à générer pour cela des identités collectives et des sentiments d’appartenance » – permet d’embrasser tous les courants : mouvement ouvrier évidemment mais également mouvements de jeunesse, de chômeurs, de minorités sexuelles, écologistes, catholiques, paysans, immigrés, féministes, artistiques, altermondialistes, de (extrême)-droite  etc…

Quatre parties chronologiques (1814-1880 : Apparition ; 1880-1930 : Affirmation ; 1930-1970 : Institutionnalisation ; 1980 à nos jours : Recomposition) qui suivent une structuration similaire – « Repères et influences », « Temps forts » et « Émergences » – composent l’ensemble de cet imposant ouvrage et donnent à voir à la fois la diversité des mouvements ainsi que leur encrage national (voire local) et/ou leurs influences extérieures. Si les auteurs avertissent que ces découpages peuvent être discutés, à la lecture, il apparaît que ces choix s’avèrent au contraire très cohérents et justifiés dans la construction du propos dont on imagine les difficultés qu’il a fallu surmonter pour le rendre homogène.

Si les « incontournables » de la lutte sociale sont bien présents tels 1848, la Commune,1936 ou 1968, l’intérêt de ce livre réside d’une part dans l’étude de mouvements moins connus (le luddisme « à la française », les barricades de 1832, les adresses et pétitions, les mouvements xénophobes) ou plus récents (la Marche des « beurs », le mouvement des précaires, la grève des travailleurs sans-papiers, les nouveaux usages de la grève, la désyndicalisation) et d’autre part, dans le croisement des approches disciplinaires, des jeux d’échelles et des temporalités.

A l’exception de quelques contributions dont on peut douter de l’adéquation avec le titre du livre, telles les campagnes électorales sans mobilisation politique, la qualité de cette entreprise collective à valeur encyclopédique est indiscutable. Le défi est (brillamment) relevé et il est certain qu’il deviendra très rapidement l’ouvrage de référence sur la question, si ce n’est déjà fait.

Tertrais Laurent, La promesse syndicale. Quel syndicalisme pour le XXIe siècle ?, Paris, Michalon, 2012, 154 pages, 15 €.

 

 Compte rendu : Georges Ubbiali

 L’auteur n’est pas particulièrement connu pour ses travaux sur le syndicalisme et la laconique présentation qui en est proposée en quatrième de couverture, « 41 ans, diplômé de sciences politiques », ne permet guère d’en savoir plus.  Dans ce court essai, il livre là ses réflexions sur l’avenir du syndicalisme. Il part du postulat que le syndicalisme constitue un acteur nécessaire au bon fonctionnement d’une démocratie. Et, contrairement à ceux qui envisagent ou souhaitent la disparition des organisations syndicales, il propose au contraire de leur accorder une place plus importante dans les mécanismes de régulation sociale. A condition que le syndicalisme accepte de tourner le dos à la perspective révolutionnaire (p. 13), un grand avenir (la « promesse syndicale » du titre) l’attend. En effet, dans une société complexe et de plus en plus différenciée, il est nécessaire (fonctionnel pourrait-on dire) que la représentation des compétences humaines soit pensée et organisée. Inspiré des réflexions de Pierre Rosanvallon (La question syndicale, 1988, mais aussi ses travaux plus récents sur la démocratie, La contre démocratie, 2006), Laurent Tertrais développe son analyse au long de trois chapitres. Dans un premier temps, partant de la notion de travail, il invite à ce que le syndicalisme se saisisse des transformations de l’entreprise contemporaine pour que la dimension du travail soit prise en compte au niveau social. Le syndicalisme apparaît en effet comme « un inimitables intermédiaires entre l’employeur et le salariés ». Bref, contre la toute puissance de l’actionnaire (ou du consommateur), il est nécessaire que s’exerce un contre pouvoir. Lequel doit se manifester comme une capacité, proche d’une philosophie relevant du travail social, à « accompagner chacun à son niveau et dans son parcours » (p. 63). Il est logique alors, que le chapitre deux, consacré à l’adhésion, s’intitule « Épauler l’actif ». Deux propositions fortes structurent le propos : désacraliser l’acte d’adhérer (idée derrière laquelle se niche une conception du syndicalisme de service) et revaloriser le parcours et la responsabilité des militants. Dans la veine d’une valorisation du capital humain, il considère en effet comme un gâchis pour l’entreprise (et la société) de ne pas se saisir de la richesse sociale que constitue le capital militant. Bien entendu, il ne s’agit pas d’envisager le syndicalisme comme relevant d’une fonction de mobilisation et de lutte, mais d’éviter la solitude des salariés en « systématisant des rendez-vous réguliers offerts à chaque actif pour prendre de la hauteur et quelques décisions sur son parcours. Une sorte de veille permanente d’évaluation du travail et des compétences » (p. 90). Enfin, le dernier chapitre, le plus directement inspiré par la perspective rosanvallonienne, porte sur l’investissement de la République. En sus de la forme républicaine portée par les institutions de la Ve République, il est nécessaire d’instiller des modalités permettant d’aller vers plus de démocratie sociale. A côté de l’hyperprésidentialisme, la présence d’intermédiaires est nécessaire pour la saine respiration sociale. Le syndicalisme doit se saisir de cet enjeu afin que vive une société civile forte, marquée par la puissance du processus délibératif, « la République devant produire de la performance publique » (p. 113). La légitimité syndicale s’inscrit dans une philosophie sociale clairement exprimée : « Gouverner, c’est ainsi composer avec la société, rechercher l’équilibre, faire preuve de modération et obtenir la durée » (p. 125).  Parti d’une interrogation sur la place du syndicalisme, l’ouvrage se conclut ainsi, avec un certain lyrisme, sur un appel à une version renouvelée de la social-démocratie.

Jocelyne George, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989), Paris, Editions Delga, 2011, 236 pages, 19 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Un an après la parution des actes du colloque Autour de l’histoire du magazine Antoinette[1], Jocelyne George propose un second ouvrage sur l’histoire d’un organe de presse singulier : Antoinette, le magazine féminin de la CGT. Le livre, articulé autour de dix chapitres (trop) chronologiques retrace, de sa création à sa disparition, les trente-quatre années d’existence de « l’ovni » Antoinette, expérience journalistique unique au croisement du syndicalisme et du féminisme.

S’appuyant sur les expériences pionnières antérieures, de l’entre-deux-guerres, de la Résistance puis du Bulletin confédéral des femmes de l’après-guerre, Antoinette naît en 1955 pour renforcer l’action de la commission féminine de la CGT, réinstituée en 1945 après vingt ans d’absence. Journal à destination des femmes salariées (et ouvrières en particulier), réalisé par des femmes syndiquées, Antoinette est à ce titre un organe de presse à part, chargé de diffuser les idées cégétistes et favoriser la syndicalisation des travailleuses. L’ambition du magazine est cependant confrontée à plusieurs obstacles, et d’abord, celui de la barrière financière.

En effet, tout au long de son histoire, Antoinette demeure en déficit même aux meilleurs moments de ses ventes (85 000 exemplaires en 1975) et ne bénéficie jamais de la manne publicitaire de ses concurrents. Sans le soutien de la confédération (qui considère Antoinette comme l’une de ses réalisations les plus emblématiques en faveur de la main d’œuvre féminine), le magazine aurait certainement eu une existence éphémère, malgré le dévouement des militantes-diffuseuses.

La seconde difficulté rencontrée est d’ordre interne. En dehors de l’amateurisme des débuts, inhérent à toute nouvelle expérience, le journal doit attendre onze ans avant de se voir doter d’une véritable rédactrice en chef. Cette professionnalisation du journal est paradoxalement la cause de tensions et l’objet de critiques, entre ligne confédérale et identité du magazine, entre discipline militante et autonomie journalistique. Les changements d’équipes rédactionnelles qui suivent sont à chaque fois sources de difficultés supplémentaires et finissent par conduire à l’agonie du journal.

Ces tensions s’accentuent particulièrement à la fin des années 70, amplifiées par la crise du syndicalisme, celle de la presse et par l’évolution du salariat à laquelle la CGT a du mal à s’adapter. La génération féminine post-68 à la tête du journal veut alors faire d’Antoinette un magazine qui ne soit pas strictement à usage syndical et l’ouvrir aux enjeux de société hors travail, comme la sexualité ou la contraception (de surcroît de manière provocatrice au niveau de certaines « unes » comme celle de septembre 1979 sur l’avortement avec un dessin représentant une femme en forme de chaise, dont le ventre rouge sert de coussin pour s’asseoir). Ajouté à d’autres dissensions d’ordre plus politiques – guerre d’Afghanistan, situation en Pologne, affaire Georgette Vacher (responsable de l’UD du Rhône dont l’éviction la conduira au suicide) – la CGT finit par exclure toute l’équipe rédactionnelle en 1982 qui, passée dans l’opposition à la direction confédérale, refuse le renforcement du contrôle du syndicat sur le journal. Cette décision qui marque la difficulté pour la CGT d’accepter l’autonomisation du secteur féminin amorce également le déclin du magazine, dont la fin intervient en 1989.

Au-delà de ces grandes lignes directrices qui jalonnent la vie de cet organe de presse, l’ouvrage intègre Antoinette dans la sphère plus vaste de la main d’œuvre féminine au sein de la CGT. Cette double ambition louable peut cependant égarer le lecteur qui, au fil d’une construction assez répétitive, ne sait plus forcément quel est l’objet principal du livre.

Toutefois, on apprend beaucoup des militantes qui portent le journal, grâce aux biographies distillées tout au long de l’ouvrage. Elles laissent d’ailleurs apparaître une particularité inattendue : la présence continue dans l’équipe rédactionnelle de militantes venues à la CGT par la voie du catholicisme social (culture familiale, passage par la JOC etc.).

Une série de tableaux retraçant l’évolution des tirages et la diffusion du journal tout au long de la période complètent l’ouvrage. Du coup, on peut regretter l’absence d’une même approche au niveau lexical ou tout au moins thématique. Car si le contenu du magazine est effectivement présenté à chaque chapitre, une synthèse longitudinale en annexe aurait permis de mieux mettre en valeur les évolutions des registres abordés par le journal durant trente ans.

 

Morgan Poggioli



[1]               Elyane Bressol (dir.), Autour de l’histoire du magazine Antoinette, Montreuil, Éditions IHS CGT, 2010, 166 p.

Jean Charles, Besançon ouvrier. Aux origines du mouvement syndical, 1882-1914, Besançon, Presses universitaires de Franche-comté, 2010, 406 pages, 17 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage avait connu une première édition en 1962 aux Éditions sociales. Il est réédité aujourd’hui avec une postface d’environ 80 pages, qui permet d’actualiser l’analyse par le biais des travaux et recherches conduits depuis un demi-siècle. L’ouvrage se décompose en trois parties chronologiquement déclinées. Dans une première période (1870 à 1895) les trois chapitres développent sur la naissances des organisations syndicales, en lien avec les mouvements revendicatifs. Dans cette première phase les ouvriers de l’horlogerie, corporation très qualifiée, jouent un rôle central. Particularité, ces horlogers sont également étrangers, puisque la Suisse voisine fournit son contingent de travailleurs horlogers à une fédération ouvrière qui se créée officiellement en 1891. Du point de vue politique, cette fédération se trouve sous l’influence du POSR (Parti ouvrier socialiste révolutionnaire) de Jean Allemane, branche très modérée du socialisme naissant. A la fin de cette première phase, en 1894, se pose la question des moyens à développer pour soutenir les mouvements de grève. C’est ainsi qu’est mis sur pied une caisse de grève. Durant ces première années, on assiste donc à une période d’organisation du mouvement ouvrier, à travers la fédération ouvrière. Cette fédération est surtout marquée par les questions locales, ignorant les débats stratégiques qui agitent le mouvement ouvrier au niveau national. Mais en 1895 une nouvelle étape s’ouvre pour la fédération. Pendant cette seconde période (1891-1905), la fédération est dominée par le réformisme. En effet, face à la crise économique qui sévit, les dirigeants de la fédération se montrent très sensibles à la conjoncture : « Les dirigeants fédéraux deviennent des éléments modérateurs, ceci au nom de l’intérêt général du mouvement ouvrier bisontin » (p. 80). Sous l’égide de son dirigeant, Adrien Graizely, permanent de 1894 à 1924, la fédération développe ses services (enseignement, bureau de placement, coopérative de consommation). Pour ce dirigeant, « la bonne marche de l’organisation se mesure à la quantité d’argent qu’elle possède en caisse et sur son livret de caisse d’épargne » (p. 101). Dans ces conditions, on comprend la centralité de la caisse de grève dans l’orientation et l’imaginaire syndical. La puissance syndicale, c’est une caisse en excédent. Le syndicalisme qui se développe se situe à l’opposé du syndicalisme d’action directe, car la Fédération, en versant des secours aux grévistes, juge en dernier ressort de l’opportunité ou non d’un mouvement gréviste.  Conséquence, les grèves sont proscrites, car elles tendent à vider les caisses. Quant à la grève générale, elle est bannie car… elle coûte trop cher ! D’outil en faveur de la grève, la caisse de grève se révèle en pratique un obstacle à son développement, «  une entrave à l’action collective » (p. 109). Cette orientation clairement réformiste de la fédération explique la faiblesse des liens qui la relie aux organisations syndicales nationales. Cherchant à comprendre les raisons de cette domination du réformisme, Jean Charles en attribue la paternité à trois dimensions : l’influence du syndicalisme suisse, les conditions politiques locales (place du POSR) et enfin la composition sociale du mouvement ouvrier bisontin, en clair, la prépondérance d’une aristocratie ouvrière, illustrée par les horlogers. Résultat, la fédération semble bien malade en 1904, lorsqu’une nouvelle équipe dirigeante promeut une orientation différente, de nature plus anarcho-syndicaliste, en phase avec l’évolution de la CGT au niveau national. La troisième partie, qui court de 1905 à la guerre, aborde cette nouvelle phase. Suite à une grève dans un atelier horloger, puis à la grève des soieries en 1908 (grève dans laquelle intervient Gabrielle Petit[1] ), un puissant courant de radicalisation s’empare du mouvement syndical bisontin. La symbiose avec les pouvoirs publics locaux (dominés par les radicaux) se brise. La défiance envers le mutualisme et la coopération s’installe au profit d’une affirmation des minorités agissantes. Un véritable « aristocratisme ouvrier », pointé depuis les travaux fondateurs de Jean Maitron, s’affirme (on laisse le soin aux lecteurs de découvrir les savoureuses et hautaines citations consacrées aux ouvriers non syndiqués, pages 174 et suivantes). Cependant, cette flambée de radicalisme est de courte durée, car les grèves sont défaites. Dès 1908, la phase anarcho-syndicaliste de la Fédération ouvrière se referme. Elle aura duré à peine trois ans. De 1909 à la Première Guerre mondiale, la Fédération demeure atone, avec un déclin marqué des effectifs et des problèmes internes d’organisation qui accaparent les dirigeants. Le mouvement ouvrier local réagi peu à la menace de la guerre qui s’affirme pourtant de plus en plus clairement à mesure que les années 10 s’avancent. A la déclaration de guerre, la Fédération ouvrière s’effondre. Quelles conclusions tirer de cette monographie locale ? Selon l’auteur, le syndicalisme qui s’est affirmé à Besançon ressort plus d’une succursale du syndicalisme helvétique que d’une émanation du syndicalisme parisien. Au final, l’anarcho-syndicalisme, qui domine dans les rangs de la CGT, s’affirme dans le bassin bisontin plus comme une contrepartie du réformisme profond, une soupape de sécurité d’un syndicalisme marqué par la gestion.

Conscient du caractère daté de certaines analyses de sa période d’écriture, Jean Charles revient ensuite, dans une solide postface de plus de 75 pages, sur les acquis de la recherche depuis la première édition de son travail. Ces acquis lui permettent de passer en revue les travaux publiés, sur les thèmes de l’émergence du syndicalisme, des forces politiques locales (anarchistes, socialistes et radicaux), des liens de la Fédération avec l’Université populaire. Mais surtout, dans un second et ultime chapitre, l’historien se penche de manière plus épistémologique sur la question des liens entre composition sociale de la classe ouvrière bisontine et développement du réformisme. En bref, il s’interroge sur l’articulation entre les bases sociologiques et leur expression idéologique, concluant par un hommage appuyé aux libertaires, évolution notable puisqu’au moment de la rédaction de l’ouvrage Jean Charles est un membre éminent du PCF. Quelle distance, à presque 60 ans d’écart, entre des conceptions marxistes plutôt rigides et le constat d’une pluralité d’approches au sein du mouvement ouvrier !

On le voit, l’intérêt pour ce livre ne réside pas uniquement dans son aspect monographie locale, puisque des questions d’ordre plus théorique sont abordées, notamment la place de la dimension culturelle (vs le déterminisme socio-économique). On voudrait citer pour achever ce compte rendu une partie du raisonnement qui conclut l’ouvrage : « C’est, nous semble-t-il, l’environnement politique – au sens large du terme – qui est déterminant : la faiblesse du socialisme, surtout du fait de ses divisions, et plus encore la forte empreinte du radicalisme. Ce cadre lui-même est certainement en rapport avec la stratification sociale, mais à travers quelles médiations ? » (p. 290). Interrogation particulièrement féconde, on en conviendra, qui excède largement l’objet localement situé.


[1]    Voir le compte rendu du livre de Madeleine Laude, Une femme affranchie. Gabrielle Petit l’indomptable, Paris, Éditions du Monde libertaire, 2011, dans la Bibliothèque des comptes rendus de septembre 2011, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1372