Archives mensuelles : mai 2013

Victor Serge, Les hommes dans la prison, Paris, Flammarion, 2011, collection « Climats », 266 pages, 18 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Tout est fiction dans ce livre et tout est vrai » annonce d’emblée l’auteur à propos de ces pages écrites à la première personne et dont il tient, dans le même temps, à souligner le caractère romanesque. Basé sur sa propre expérience – Victor Serge fut condamné, en 1912, à cinq ans de prison dans le cadre du procès de la « Bande à Bonnot » – dont il entend dégager le contenu général, ce livre est déjà dans son titre. Il s’agit de parler à partir d’une collectivité dont l’humanité est mise à mal : « La minute était passée. J’avais franchi la limite invisible. Je n’étais plus un homme, mais un homme dans la prison. Un détenu » (p. 50). S’en suit alors le récit d’une lutte cachée, rusée, de tous les instants entre « l’énorme machine-prison et moi » (p. 136).

Récit de l’intérieur, horizontal, reprenant les multiples voix contradictoires des condamnés, empruntant les chemins de l’administration, de la cantine, des rondes, et révélant autant de figures de l’aumônier, du gardien… de toute une société en miniature, qui compose cette « machine à broyer ». Le lecteur ne peut d’ailleurs qu’être surpris de l’étonnante modernité de ce texte, qui constitue un pendant romanesque – et non moins fouillé – aux études de Michel Foucault. Il y a également, dans ce livre, une kyrielle de portraits, depuis Latruffe jusqu’à cet octogénaire qui se prétend innocent, en passant par ceux de quelques « affranchis ». De même qu’une condamnation radicale de la peine de mort et de la discipline de l’enfermement, qui prend parfois une tournure ironique. Ainsi, à propos de la Conciergerie, Serge écrit : « On donnait autrefois la question dans les caves de cette même tour. Aujourd’hui, on bertillonne en haut. C’est l’escalier du progrès » (p. 55). Et le roman, qui s’achève par la libération du prisonnier, vient buter sur la première rencontre ; celle de « l’homme des tranchées ».

L’une des qualités des livres de Serge est d’inscrire l’action dans une durée déterminée, sensible, de matérialiser le temps à l’œuvre dans la succession des pages. Et cela d’une manière non linéaire. Quand durer est aussi une manière de combat. C’est le cas dans Ville conquise (voir le compte-rendu) et ce l’est aussi ici, où le temps, arrêté, se confond avec celui de la peine, « tandis que venait doucement le soir sans espoir » (p. 64).

 

Victor Serge, Carnets (1936-1947), Marseille, éditions Agone, 2012, 837 pages, 30 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ces Carnets constituent, comme l’affirme la préface, un « journal de bord en prise directe sur la réalité » (p. VII) et « la première couche de son [Serge] œuvre littéraire et historique » (p. X). Ces pages, accompagnées d’un important appareil critique – glossaire, index des noms et des lieux –, couvrent douze années de la vie (celles de 1936-1940 sont les plus maigres, tandis que les années 1943 et 1944 sont les plus prolixes) de Victor Serge, qui nous le montrent sous un angle plus immédiat et intime à la fois.

Les pages écrites à bord du Capitaine Paul-Lemerle (le même bateau où se trouvent André Breton et Claude Lévi-Strauss), quittant la France occupée, puis dans les Caraïbes, sont traversées de déclarations d’amour pour Laurette Séjourné, sa compagne, qui ne pourra le rejoindre avec leur fille que plus tard. « Je me couche avec ton ombre » écrit-il le soir du 31 mars 1941 (p. 67). Et il est vrai que l’ombre de ses proches – Laurette, comme ses enfants Vlady et Jeaninne – est plus visible dans ces pages. Elle resitue également son combat au plus près de sa vie de tous les jours. Ainsi, apprenant le suicide de Stefan Zweig et de sa femme au Brésil, il écrit : « Je le comprends et l’approuve. Moi je t’aime et t’attends et tu m’aideras à garder une envie acharnée de travailler et de me battre. Cela vaut mieux, quelle que soit l’époque. La solution de l’en-avant est toujours la meilleure, tant qu’elle est disponible » (p. 179).

L’intérêt de ces Carnets est multiple. Victor Serge y dresse de nombreux de portraits de contemporains qu’il fréquente : André Breton, Julían Gorkin, Alice et Otto Rühle, Natalia Sedova (la veuve de Trotsky)…  D’autre part, il décrit longuement, en partie sous l’influence de Laurette, archéologue, les sites historiques et, tel un ethnologue, la culture et la vie quotidienne en ces années là au Mexique et au sein du milieu des exilés. Il nous informe également de l’ambiance dans laquelle il évoluait et écrivait. Et le terme « ambiance » est bien léger pour dire la charge de menace, de précarité et de désespérance qui pesait sur lui. Ainsi, il note à la date du 22 janvier 1943 : « j’existe trop fortement et [que] je suis en ce moment complètement isolé, matériellement vaincu, sans argent, sans tribune, sans parti, sans appuis » (p. 268). Et quelques semaines plus tard, à propos de la difficulté de trouver un éditeur pour Mémoires d’un révolutionnaire et, plus globalement, pour tout livre critiquant le régime soviétique, alors dans le camp des alliés : « Cela changera sans doute, et peut-être bientôt, mais comment vivre en comptant sur ce bientôt qui peut contenir une époque, alors que chaque semestre pèse son poids de loyer et de pain quotidien ? » (p. 281).

Si, globalement, les réflexions sur ses propres romans sont peu nombreuses, il revient à plusieurs reprises sur les raisons et la difficulté d’écrire, sur son propre parcours – « … C’est à Leningrad, à l’hôpital Marie, en 1928, mourant (je l’étais réellement et le savais), que je pris la résolution d’écrire et si possible des choses durables, en tout cas des choses méritant au moins une certaine durée » (p. 525) –, et, de façon plus générale, sur le rôle, la place de l’art et de la littérature. Cela nous vaut des pages incisives sur Le Procès de Kafka – « Ce pourrait être la satire visionnaire d’une époque à venir. Kafka semble avoir pressenti les machineries totalitaires, leur écrasement parfait de l’homme, leurs égorgements et c’est en ce sens que son roman est d’un visionnaire-prophète » (p. 494-495) – et le film Superman (p. 342), en passant par une longue et répétée confrontation avec le surréalisme. En effet, Serge est un critique attentif de ce mouvement. Non seulement, il a croisé ou connu plusieurs de ses protagonistes – André Breton, Benjamin Péret, Victor Brauner, Pierre Mabille, Leonora Carrington… –, lu ou vu nombre de leurs ouvrages et de leurs tableaux, participé aux jeux surréalistes – notamment, avec Breton sur le bateau quittant la France, au jeu des questions-réponses, donnant à la question « Qu’est-ce que le matérialisme historique ? », l’étonnante réponse : « Une défaite que nous transformerons en victoire lumineuse » (p. 85) –  et en discute régulièrement dans ces pages. Son jugement, très sévère, mériterait d’être plus nuancé. Il n’en demeure pas moins pertinent. Il parle d’une rébellion « entièrement manquée » (p. 156) et d’une « découverte intéressante, dans le domaine de l’art, faite dans les plus mauvaises conditions, dans les cafés de Paris et l’atmosphère déliquescente du lendemain de la Première Guerre mondiale » (p. 159). Mais de rajouter et de conclure plus d’un an plus tard : « Et il y avait, il y a pourtant quelque chose de profond, de vivant, une sorte de révélation douloureuse et audacieuse dans le surréalisme. Seulement, les surréalistes sont bien petits à côté de leur découverte » (p. 376-377).

 Mais ces Carnets sont aussi, évidemment, le lieu d’intenses réflexions politiques, où Serge tente de dégager les contours de la défaite contre laquelle il se bat. Il revient sur sa rupture avec Trotsky et ce qu’il nomme le « bolchévisme de la décadence » (p. 259) : « La IVe Internationale a quelques groupes aux États-Unis et de faibles noyaux dans le monde. Sa doctrine reste celle du bolchévisme de 1917-1927, gravement déformée par la persécution et appauvrie par le manque d’hommes ; sclérosée et dépassée » (p. 249). Et d’arrêter que « le vrai drame en tout ceci est celui de la perversion d’une mentalité révolutionnaire » (p. 259). Il est d’ailleurs possible de déceler dans la reprise du terme « totalitarisme » une légère inflexion. Confronté à la censure, aux falsifications et aux menaces bien réelles des stalinistes, Serge tend parfois à donner du régime de l’URSS une description trop unilatéralement policière, et à proposer des pistes en-deçà de ce qu’il dénonce. « Un totalitarisme collectiviste éclairé, avec forte tendance à la technocratie » (p. 340) comme alternative à la bureaucratie stalinienne dans les années 1920, et le militantisme au sein des organisations socialistes modérées après 1945. En tous les cas, Serge appelle à un renouvellement du marxisme au vu des transformations économiques et des avancées de la psychologie.

Dur métier que celui de vaincu note Serge, dont le combat a des affinités avec ce que Walter Benjamin – dont Serge apprend le suicide sur le Capitaine Paul-Lemerle et dont il a lu le « remarquable » essai sur Baudelaire – analysa dans ses thèses sur la tradition des vaincus. Serge n’en demeure pas moins inflexible, attaché à une éthique dont il a fait son code de conduite : « Où prendre, il est vrai, un critérium, dans les époques confuses ? Il n’y faut point, je crois, trente tomes de dialectique. Les occasions de comprendre ne nous ont pas manqué depuis une trentaine d’années et elles exigent moins de l’intelligence que du simple courage. Au fond de la défaite, il nous reste encore le non-consentement à l’inhumain, le refus de fermer les yeux, le refus de désespérer de nous-mêmes et dès lors de tout. Lâchée cette dernière corde, l’on tombe au domaine de la putréfaction » (p. 618).

 En mai 1946, malade du cœur, il évoquait la mort, s’affirmant tout à la fois en « état de disponibilité tranquille » et marqué d’« un attachement sensuel à la vie » (p. 653-654). Ce sera un peu plus d’un an plus tard, le 17 novembre 1947, seul, dans un taxi, qu’il devait mourir. La préface des Carnets annonce que cette édition « n’est ni complète ni définitive » et que « d’autres documents pourraient resurgir » (p. X). Souhaitons-le, tout en nous réjouissant déjà de l’effort de publication de ces dernières années, qui rend justice à l’écrivain et au révolutionnaire que fut Victor Serge.

Les comptes rendus de la semaine

Guy Ruchaud, Parcours d’un militant, La Crèche, Geste éditions, collection “Témoignage”, 2011, 222 pages, 23 €.

Edouard Jourdain, L’anarchisme, Paris, La Découverte, collection « Repères Sciences politiques », 2013, 125 pages, 10 €.

Odile Buisson, Sale temps pour les femmes, Paris, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, collection « Coup de Gueule », 2013, 236 pages, 18,90 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Que n’a-t-on dit sur la pilule et sur la « quatrième génération », puis la « troisième » avant de sauver in extremis celles de « première » et « deuxième » générations. Pour combien de temps 1 ?

Ce livre du docteur Odile Buisson peut s’inscrire dans la lutte contre un certain esprit anti-scientifique, que d’aucuns attribuent parfois aux Français. Situation paradoxale, en effet : 91 % des Françaises (de 15 à 49 ans) disent utiliser un moyen contraceptif mais pourtant 211 985 interruptions volontaires de grossesse (I.V.G.) ont été pratiquées en 2010 selon les chiffres de notre auteure (p. 180). Alors que les anti-IVG ne cessent de manifester et de financer parfois certaines associations, nous devons nous interroger sur la ou les causes de tels chiffres, les plus élevés d’Europe2. C’est précisément l’option choisie par Odile Buisson dans un chapitre complet. Elle constate, presque avec dépit, que les politiques en ce domaine sont bien trop timorées, que l’éducation sexuelle est complètement évincée des programmes scolaires (p. 183) par pudibonderie, ce qu’elle nomme des « résistances dignes de couventines » (p. 184). Du coup, beaucoup de jeunes gens découvrent la sexualité par la pornographie, ce qui n’est pas précisément le meilleur moyen d’appréhender la biologie ou le respect de l’autre. Et Odile Buisson de souligner avec vigueur : « Alors que l’IVG est gratuite… la contraception est payante voire vilipendée. Nos gamines n’ont pas fini de souffrir » (p. 187). Afin d’épargner au lecteur les cas que l’auteure met en avant au début de chaque chapitre, issus de son vécu médical, deux exemples suffiront : celui d’une adolescente de quatorze ans mise enceinte par un de ses camarades et qui finalement doit avorter outre-manche, car le délai légal est dépassé, et celui de cette femme faisant une fausse-couche dans la salle d’attente bondée des Urgences, et renvoyée manu militari chez elle.

Il faut s’accrocher parfois pour lire ce livre et à chaque fois, pour chaque thème, on voit la peur, l’angoisse, la douleur chez les femmes qui en peuplent les chapitres. Les scènes sont crues, parfois choquantes, son style percutant et le reproche lui en souvent été fait. Néanmoins, elle nous fait réfléchir. Le vrai coupable de ce « sale temps pour les femmes », il ne faut pas le chercher bien loin, il est désigné par Odile Buisson dès l’introduction, c’est bien le capitalisme, nous dirions plus justement le mode de production capitaliste qui « s’invite dans la santé de l’humain et industrialise la médecine…» (p. 18). Résultat : des gagnants «  ceux qui pensent faire de chaque morceau de corps humain, une petite entreprise » et des perdants « tous les assurés sociaux contraint de suivre le parcours fléché économique » (p. 19). Et encore un paradoxe français, car si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que la santé des femmes est vitale « dans l’intérêt de tous », « pour leur famille, pour leur communauté » (p. 19)3, que « Les femmes assurent la majeure partie des soins de santé, mais reçoivent rarement ceux dont elles ont besoin »4, la « nouvelle tendance française propose rigoureusement l’inverse » (p. 20). Mais que propose cette nouvelle tendance ? C’est fort simple : l’allaitement au sein, l’accouchement dans la douleur, chez soi ou dans son jardin, la sortie précoce de la maternité et ce que nous avons dit plus haut sur la contraception. Vaste et beau programme diraient certain-e-s … mais c’est un peu comme si les mouvements de libération des femmes n’avaient jamais eu de prise dans la société française et quand bien même l’auraient-elles eue, leur remise en cause s’affiche ouvertement aujourd’hui 5. En fait, les femmes sont prises dans une spirale dialectique morbide, d’une part les alternatives paramédicales à la science (maison de l’accouchement…) et le capitalisme médical (rentabilité des soins par la non-hospitalisation et les sorties précoces).

Une femme reste aujourd’hui en France environ 4,4 jours à l’hôpital après un accouchement, c’est beaucoup plus qu’en Grande-Bretagne (1,4) où la femme est renvoyée dans ses foyers le jour même, alors que les incidents post-accouchements augmentent de manière inquiétante par ailleurs (p. 132). La France y échappera-t-elle, grâce à son système de protection sociale ? Que nenni, le dispositif « PRADO », qui est un accord signé entre l’assurance maladie et les sages-femmes, permet déjà un « retour précoce », puisqu’il paraît que les femmes coûtent cher…

Enfin la thématique « anti-science «  est très présente dans un certain nombre de chapitres du livre. L’anti-science est soit institutionnalisée dans des collectifs (chapitre 2 du livre) où alors, lorsque la science devient le dernier recours, tout cela sert à s’assurer un discours social-darwinien du plus mauvais effet, qui confine à l’eugénisme (chapitre 3 « la folie trisomique »). Parfois la science est donc bien balayée au profit du ressenti et de l’affect, ainsi le chapitre 6 nous dévoile le discours prégnant autour de l’accouchement « normal » où une femme est censée devenir mère lorsqu’elle enfante dans la douleur, ce qui fait dire à l’auteure de manière certes ironique : « De vraies championnes olympiques à qui nous ne disputerons ni la médaille, ni la crise hémorroïdaire » (p. 115).

Les arguments antiscientifiques ne sont donc pas légions, ils sont de deux ordres :

  • Dire que l’accouchement n’est pas une maladie, que cela ne mérite donc pas la médicalisation et que les femmes qui se font aider sont finalement renvoyées à la sémantique des « mauvaises mères », « douillettes » et « immatures » (p. 158) bref « une morale conformiste et souvent bourgeoise de la sujétion de la femme à la douleur » (p.166) et

  • Faire de la femme un objet « qui doit servir l’écologie et l’économie », et Odile Buisson se fait un malin plaisir à recenser la propagande pour l’allaitement au sein par exemple, avec des slogans fulgurants sur une photo de poitrine « prêt en un instant ! moins de travail ! ». En somme, faire de la femme un empire dans un empire aurait écrit Spinoza, c’est-à-dire la chosifier, bref mettre en avant l’égomanie de l’être humain en sacralisant un acte biologique.

Les hommes sont aussi sur la sellette. En effet, si des femmes veulent devenir mère dans la douleur, ne pas oublier que« la majorité des Français ne sont pas comme les Suédois qui s’attaquent aux tâches domestiques avec leur même ardeur que leur compagne et ce, sans que le maniement de l’aspirateur ne vienne pour autant balayer leur virilité », puisque « les motivations des 63% de pères qui prennent un congé paternité ne sont pas bien connues » (p. 126-127). Il est vrai que les femmes françaises qui viennent d’accoucher ne sont pas aidées. Et finalement l’auteure résume tout en une phrase au sujet de la maternité: « …gueuler, gémir, pleurer, suffoquer et mordre les draps c’est une libération ?  » (p. 160).

De la pilule, de l’accouchement, de la maternité, Odile Buisson ne nous épargne rien et sur chacun de ces points, le constat est sans appel, il y a régression et un véritable danger qui pointe et dont la controverse sur la pilule, que nous évoquions au début de cette recension, n’est que le sommet de l’iceberg. Cette controverse, justement, est désamorcée en un chiffre : L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dénombré 13 décès imputables aux contraceptions orales sur 27 ans. Les grossesses provoquent 70 décès en moyenne par an (p. 11). C’est ici aussi qu’il faut voir la mesure.

« Vu de l’extérieur, les femmes n’ont pas encore pris conscience du grand braquage qu’elles viennent de subir » écrit Odile Buisson à la fin de son introduction (p. 20). Cela est plus que vraisemblable. Sa conclusion est sans appel : « Mère de l’humanité et pourtant sexe second…il est grand temps de se faire respecter » (p. 233). C’est donc un ouvrage à lire d’urgence, avant que la réaction (patriarcat ambiant, retour en force du « naturel » et antiscience) ne gagne définitivement la partie.

1 Voici le communiqué de presse officiel du planning familial à ce propos : http://www.planning-familial.org/sites/internet/files/2013-01-29_cp_pilule_suite.pdf

2 Une brochure militante et intéressante sur les évolutions des mouvements anti-IVG : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/46/03/81/RS2F-LES-ANTI-IVG-ET-AUTRES-TEXTES-FEMINISTES-VERSION-1.pdf

4 Ibid.

Guy Ruchaud, Parcours d’un militant, La Crèche, Geste éditions, collection « Témoignage », 2011, 222 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Né à Croix-de-Vie (Vendée) Guy Ruchaud raconte dans cet ouvrage autobiographique ce que furent ses engagements militants : mouvement de jeunesse (JOC), syndical (CFTC, puis CFDT), politique (PS), associatif (au service de la réinsertion des malades mentaux). Il est intéressant de noter ce qui a déclenché la volonté de se raconter, son parcours et ses choix de vie. En effet, c’est un travail universitaire en 2005, l’amenant à répondre longuement à une jeune chercheuse, puis la sollicitation amicale d’un ancien enseignant (dans le cadre du CDHMOT de Nantes) qui a incité l’auteur à se confier au récit. Très classiquement, le livre s’ouvre par la narration de son enfance, une enfance paysanne, puis son père devient gendarme. Autant dire que le milieu familial est celui de l’ordre. A la Libération, il s’engage dans la JOC, car, apprenti, il est mis en contact avec d’autres jeunes de ce mouvement. C’est pleinement en chrétien, fier de sa foi et de la confiance dans l’action collective qu’il s’engage syndicalement à son retour du service militaire, parcours modal de toute une génération de croyants issus du monde ouvrier. Engagement qui s’inscrit dans l’intimité, puisque celle qui va devenir sa femme partage les mêmes valeurs : « Mimi avait retenu mon attention, et nous nous sommes promis de vivre un amour partagé au service de la classe ouvrière » (p. 54). Cette fibre se conforte par le biais de la fréquentation de l’ACO, prolongement d’une démarche de foi militante, qui se manifeste par l’organisation de rencontres avec des patrons (chrétiens) et des ouvriers (militants) lors de conflits dans le bâtiment. Il participe également, avec enthousiasme aux ENO (Écoles normales ouvrières), avec sa femme. Cette formation syndicale renforce encore son engagement. En 1959, il est désigné lors de la création des ASSEDIC comme représentant syndical. L’évocation (hélas trop courte et fort descriptive) de cette activité est très intéressante, car elle démontre que cette participation institutionnelle s’accompagne de la formation d’une expertise syndicale, fruit du travail d’enquête mis en place pour mesurer les questions d’emploi. Parallèlement, avec sa femme, il participe au mouvement des Castors, afin de pouvoir (enfin) disposer d’un logement décent. En 1961, la responsable de l’Union départementale (UD) Vendée lui est confiée. Il devient permanent syndical. Symptomatique est sa réaction quand il apprend la proposition : je n’y suis pour rien : « Je le dis nettement : je n’ai pas sollicité ce poste » (p. 78). Cette réaction manifeste clairement l’humilité structurale dans laquelle l’« oblat » se sacrifie à la cause. Et les conditions décrites des activités syndicales relèvent en effet d’un dévouement sans nom à la cause, d’autant qu’à l’époque les moyens de communication n’étaient pas encore totalement modernes. Ainsi, le téléphone qu’il utilisait en permanence était celui de son voisin. Les journées commençaient très tôt, par la tournée des chantiers et la rencontre avant l’embauche, pour se terminer vers 23 h. Mais le syndicat bénéficie de ce dévouement et les progrès d’implantation de la CFTC sont notables, malgré la réticence des employeurs, dont de nombreux exemples sont cités. Réticence patronale qui se manifeste parfois dans une violence symbolique, par l’animalisation du syndicaliste : « Le patron qui m’en voulait particulièrement, a décidé d’appeler son chien « Ruchaud » (…) Je prenais les choses par la dérision ; il n’empêche que ça faisait mal » (p. 90). La totalité de son existence est encadrée par l’activité syndicale et militante. Les loisirs, passés dans les maisons familiales (gérées à cette époque par des associations militantes) sont une occasion de faire profiter les vacanciers de ses compétences. Ainsi on le sollicite durant une veillée pour animer la soirée par un exposé sur la Vendée, son industrialisation et son organisation économique. Son récit de la transformation de la CFTC en CFDT (à laquelle il est acquis) présente tout son intérêt. En effet, la base de l’organisation est plutôt réservée, si bien que la volonté transformatrice aboutit à un équilibre des forces. Il faudra l’initiative des structures pour emporter la conviction. Évidemment, la Vendée, département faiblement industrialisé, marqué par la prégnance d’un état d’esprit conservateur, n’est guère à l’avant dans ce mouvement. Mais, en contrepartie, les liens sont forts entre le monde syndical et le monde paysan (JOC/JAC ; CFDT/JAC) et joueront un rôle crucial en mai 68, épisode sur lequel il jette un regard assez désabusé. Durant douze ans, il est secrétaire de l’UD et au début des années 70 vient pour lui l’heure de la reconversion professionnelle. Il est embauché dans une association qui s’occupe des handicapés mentaux lors de leur sortie de l’hôpital psychiatrique. Guy Ruchaud déploie alors tout son sens de l’innovation sociale acquis lors de ses activités syndicales, manifestant l’importance du capital militant ainsi déployé pour une cause alternative à celle pour laquelle il s’était forgé. Parallèlement, il s’engage au Parti socialiste, dégagé qu’il est de ses responsabilités syndicales. Il tente de transposer dans sa Vendée natale l’esprit des GAM (Groupes d’action municipale, issus de l’expérience du laboratoire grenoblois). C’est ainsi que naît, dès 1977, un budget participatif dans sa commune. Arrivé à la retraite, il n’aspire plus qu’au repos bien mérité, tout en maintenant néanmoins sa participation à plusieurs associations locales. La dernière partie est consacrée à un bilan personnel de sa vie et à l’évocation du monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui, manifestant une certaine sagesse et de profondes réserves face à « un déferlement de matériel et d’objets inutiles (… et) je pense que les travailleurs ne sont pas, dans leur grande majorité, plus heureux aujourd’hui que dans les années 1960 » (p. 218). Toujours actif au sein de la structure CFDT des retraités, il conclut son livre par un regard prospectif : « Dans la foi en l’homme qui m’a toujours animé, je continue de croire à une autre vie surnaturelle que Dieu nous a réservée, et cette Espérance, je la vis journellement dans la compagnie d’Anne, me préparant sereinement à la rejoindre » (p. 234). Guy Ruchaud nous livre ainsi un témoignage tout à fait instructif sur cette génération d’après-guerre qui a construit la CFDT actuelle.

Edouard Jourdain, L’anarchisme, Paris, La Découverte, collection « Repères Sciences politiques », 2013, 125 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A priori, il n’était pas donné de réussir le pari de donner une image à peu près complète de l’anarchisme dans un format si contraint (celui de la collection Repères, à La Découverte). Globalement, on peut dire que ce pari est réussi. En trois grandes parties, Edouard Jourdain, déjà auteur d’un ouvrage consacré à Proudhon (Proudhon, Un socialisme libertaire, Michalon, 2009)1, propose de présenter les principaux points d’un ensemble à la fois théorique (partie I), historique (partie II) et d’actualité contemporaine (partie III). Le premier chapitre est donc consacré, sans surprise, aux théoriciens fondateurs, Proudhon, Bakounine, Kropotkine, Stirner, auquel s’ajoute un encadré, assez inattendu, consacré à Georges Palante. Au passage, Edouard Jourdain en profite hardiment pour émettre quelques piques sur Karl Marx et les socialistes « autoritaires ». Sans pouvoir entrer dans les détails d’un débat qui ne peut avoir lieu ici, on aurait néanmoins aimé que l’auteur ne se laisse pas entraîner par des polémiques répétitive à propos des critiques les plus convenues faites à Marx. Cumulées en quelques pages, cela offre une vision pour le moins étriquée du marxisme. Par exemple, Marx est crédité de la croyance en l’émancipation du prolétariat « grâce aux structures de l’État, y compris par les voies légales du parlementarisme » (p. 25) ; « Marx et ses épigones n’ont compris l’égalité qu’avec l’autorité de l’État » (p. 24) ou encore, Marx « considère (la religion) comme un simple produit des rapports de production » (p. 21). Le développement sur l’anarchisme individualiste, incarné par Stirner, mais aussi Bellgarigue, Armand, Han Ryner apprend sans doute plus au lecteur. Le second chapitre porte sur les marges de l’anarchisme. Et plus que ce terme de marges, c’est bien plutôt la plasticité des théories qui recoupent le mouvement anarchiste qui surprend. Qu’Ernest Coeurderoy ou Joseph Dejacque incarnent un courant romantique relève sans aucun doute de ses fameuses marges. Mais que l’anarchisme religieux (passage de surcroît fort allusif), l’anarchisme de droite ou l’anarcho-capitalisme (les libertariens) puissent relever du courant anarchiste laisse songeur. De même, la place d’Eugène Fournière et de Benoît Malon, version morale du socialisme, n’était pas nécessairement attendue. La seconde partie porte sur les anarchistes dans l’histoire. A propos de l’Espagne, un esprit polémique ou chagrin pointerait sans doute que si l’on voulait, comme y invite l’auteur2, évaluer l’action des anarchistes sur la pertinence de ce qu’ils y ont réalisé, le bilan serait sans doute cruel et rapide (pour un aperçu non-apologétique, non cité, François Godicheau, La guerre d’Espagne. Révolution et contre-révolution en Catalogne (1936-1939), Odile Jacob, 2004). Les expériences de l’AIT, de la Fédération jurassienne, les tentatives italiennes (dont on s’interroge sur ce que Fiume vient faire dans cette liste, alors qu’il s’agit d’un des plus sombres épisodes qui voit des syndicalistes libertaires évoluer vers le fascisme), l’épopée makhnoviste (qui s’oppose au socialisme autoritaire bolchevique) ou, bien sûr, la guerre civile espagnole, dont la narration confine au mythe, sont présentés. Plusieurs expériences libertaires, celle du syndicalisme révolutionnaire, des pacifistes (dont l’auteur reconnaît qu’il est pour le moins délicat puisque « il n’en reste pas moins qu’ils s’adapteront souvent aux situations qui les amèneront à porter les armes » (p. 72), voire à en appeler à la guerre : Manifeste des 16), des expériences pédagogiques, Mai 68, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il y régnât sans aucun doute un esprit libertaire, mais sans libertaires, sont évoqués également. Enfin, dans un troisième et dernier temps, le regard se pose sur les expériences contemporaines de l’anarchisme. L’apport du marxisme pour certains libertaires (Daniel Guérin) est évoqué, non sans une pointe fielleuse, l’écologie anarchiste, en particulier avec des auteurs nord-américains (dans le droit fil des réflexions d’Elisée Reclus) fait l’objet d’un intéressant développement. L’apport de l’ethnologie (Clastres ou Graeber) est rappelé, ainsi que l’économie participaliste. Un chapitre complet est consacré aux sensibilités libertaires au XXe siècle, avec des réflexions parfois assez éloignées de l’anarchisme doctrinal. Ainsi en va-t-il des non-conformistes des années 30, ou de penseurs qui ne se sont jamais revendiqués de cette idéologique, que ce soit Cornelius Castoriadis ou Jacques Ellul. Enfin, pour parfaire cet exhaustif ensemble, l’ouvrage se conclut par le municipalisme, les Zones autonomes temporaires (TAZ), dont l’auteur prend la peine de rappeler qu’elles sont très contestées au sein du mouvement libertaire, avant d’élargir le propos en sortant du continent européen pour évoquer le développement de l’altermondialisme exemplifié par la récupération des usines en Argentine ou la commune d’Oaxaca au Mexique. Edouard Jourdain conclut son approche par le constat que même si bien des mouvements (ou des auteurs) ne se revendiquent pas explicitement de l’anarchisme, il n’en reste pas moins que l’on peut considérer qu’ils sont empreints de l’idéal anarchiste, puisque celui-ci est la recherche de la liberté. Doit-on comprendre que l’anarchisme est infini et qu’il a vocation à faire figure d’idéologie centrale pour les siècles et les siècles ?

1 Le compte rendu se trouve dans notre revue électronique, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1145

2 « (…) la guerre d’Espagne constituant à ce jour, malgré la difficulté du contexte, le moment où il purent réaliser leur idéal à la plus grande échelle » (p. 47).

Laurence Van Nuijs, La critique littéraire communiste en Belgique. Le Drapeau Rouge et De Rode Vaan (1944-1956), Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2012, 332 pages, 40,10 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les livres sur l’histoire de la gauche et de l’extrême gauche en Belgique sont si rares, qu’on craindrait presque de faire la fine bouche. Par le biais d’une étude des pages culturelles des journaux communistes francophones et néerlandophones belges, cet essai a pour ambition d’examiner l’esthétique communiste appliquée à la « littérature nationale ». Et ce durant les années parmi les plus orthodoxes, en pleine Guerre froide.

L’auteur resitue cette critique littéraire dans une politique culturelle communiste plus large de lutte contre l’impérialisme américain et de (re)valorisation de la dimension nationale. Ainsi, selon elle, en Belgique, « deux thèmes majeurs orientent le discours sur l’histoire nationale » : « la trahison de la tradition littéraire nationale par les élites » et « sa sauvegarde et [de] sa redécouverte ». Et cette orientation est articulée par une lecture historique qui divise les acteurs en deux camps : « les forces du « progrès » et celles de la « réaction » » (p. 95-97). D’où, selon Van Nuijs, une survalorisation de l’optimisme (et le rejet conséquent du pessimisme, bien mis ici en évidence) et l’incapacité de cette critique « à concevoir un monde régi autrement que par une logique téléologique menant à la victoire finale des communistes » (p. 136).

Le livre offre d’intéressants éclairages des relations entre le Parti communiste français (PCF) et le Parti communiste belge(PCB), du jugement sur le surréalisme et du recours au vers traditionnel dans la poésie valorisée par les communistes à partir des années 1950, et plus généralement sur les diverses appréciations d’une même oeuvre. Il s’attarde en outre sur les analyses et les parcours de plusieurs critiques ou figures (Fernand Lefebvre, Louis Paul Boon, et, dans une moindre mesure, Frans Buyens, le futur cinéaste, sur lequel l’auteur ne s’arrête pas…). Très certainement, ces deux attraits majeurs sont de montrer la « délimitation « nationale » de la littérature » divergente entre le quotidien francophone et son homologue flamand, et de mieux préciser la place de l’hétéronomie de la littérature dans la conception communiste. Ce n’est pas que l’esthétique disparaisse complètement sous le dogmatisme et le sectarisme, mais elle est alignée sur un jugement idéologique : « l’esthétique est valable dans la mesure où elle contribue à faire passer de manière transparente les valeurs légitimes, où elle n’attire pas l’attention sur elle-même et contribue à une prise de conscience spontanée chez le lecteur » (p. 273).

Malheureusement, le livre souffre de plusieurs défauts. Ce que l’auteur signale elle-même comme une piste de recherche complémentaire – « la confrontation de manière plus systématique à un complément contextuel » (p. 275) – apparaît en réalité moins comme un additif possible que comme un manque certain. L’analyse discursive offre certes un panorama très large, mais trop dispersé et sans être suffisamment situé dans les structures et politiques mises en place. Une approche plus serrée, ciblée et synthétique aurait été bienvenue. Et ce d’autant plus que la majorité des oeuvres analysées ici sont peu ou pas connues du public. Il aurait fallu se centrer sur moins d’ouvrages et proposer pour chacun un éclairage minimum. À cela s’ajoute le fait que les nombreuses citations en néerlandais ne sont pas traduites. La lecture en devient dès lors fastidieuse et répétitive. Dommage pour un essai qui se propose d’offrir pour la première fois une étude globale sur la « question littéraire nationale » pour le PCB durant la Guerre froide.